Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
 
>
La France en Louisiane
• 9 avril 1682 : Cavelier de la Salle baptise la Louisiane
• 19 mars 1687 : mort tragique de Cavelier de la Salle
• 2 mai 1716 : le système Law
• 3 mai 1803 : Bonaparte cède la Louisiane
• 30 avril 1812 : la Louisiane devient le 18e État des États-Unis
Toute l'Histoire en un clic
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

2 mai 1716

Le système Law


À la mort de Louis XIV, en 1715, les finances du royaume français sont au plus mal. La charge annuelle de remboursement de la dette atteint 165 millions de livres alors que les recettes fiscales ordinaires ne dépassent pas 69 millions de livres ! Dans les caisses, il ne reste que 800 000 livres de trésorerie.

C'est dans ces conditions qu'arrive à Paris un Écossais de 45 ans, dénommé John Law (on prononce lass en vieux français). Il va résorber la dette par un coup d'audace sans précédent...

Un joueur plein d'imagination

John Law de Lauriston (16 avril 1671, Édimbourg ; 21 mars 1729, Venise), portrait par Casimir BalthazarJohn Law s'est acquis la réputation d'un dandy débauché. Obligé de s'expatrier, il court l'Europe et acquiert une fortune colossale en usant de ses dons exceptionnels en mathématiques dans la spéculation.

En 1705, de retour en Écosse, il publie des Considérations sur le numéraire et le commerce.

Dans cet ouvrage d'économie en avance de deux siècles sur son temps, le financier montre que la prospérité d'un pays est liée à l'abondance de monnaie et suggère la création d'une monnaie de papier indépendante des arrivages de métaux précieux d'Amérique.

À Paris, où son habileté au jeu lui permet de faire la connaissance du Régent, Law convainc celui-ci qu'en substituant à l'or une monnaie de papier, il sera possible de relancer l'investissement des particuliers et surtout d'éteindre la dette de l'État.

Le 2 mai 1716, en dépit de l'hostilité des financiers tels Samuel Bernard et les frères Pâris, un édit autorise John Law à créer la Banque générale avec un capital de six millions de livres réparties en 1 200 actions de 5 000 livres.

Cette banque privée pratique de façon classique des opérations de change et d'escompte. Mais elle émet aussi des billets que le financier s'engage à rembourser en or et en argent à qui le souhaite à son taux nominal. Cette garantie rend le papier préférable au métal dont le cours varie en permanence. Elle vaut à la Banque générale, avec le soutien actif du Régent, un vif succès.

Les promesses fabuleuses de la Louisiane

Soucieux d'étendre ses activités, John Law rachète alors une compagnie chargée de la mise en valeur de la Louisiane, la Compagnie du Mississipi, créée en 1712 par le financier Antoine Crozat.

Il lui substitue une nouvelle compagnie, la Compagnie d'Occident, laquelle obtient la charge de mettre en valeur la Louisiane.

La mise en valeur de la Louisiane semble bien partie avec la fondation, le 25 août 1718, de La Nouvelle-Orléans à l'embouchure du Mississipi. La bourgade est ainsi nommée en l'honneur du régent Philippe d'Orléans.

Sans attendre les profits hypothétiques de la Louisiane, la Banque générale obtient le privilège de percevoir les impôts indirects afin de s'assurer des recettes. Par un édit du 4 décembre 1718, elle devient par ailleurs Banque royale et obtient la garantie de l'État. C'est une nationalisation de fait.

Mais John Law n'oublie pas la finalité première de son entreprise : résorber la dette publique de la France.

- Résorption de la dette publique à court terme :

La Compagnie d'Occident émet donc des actions de 500 livres qui peuvent être achetées à la Banque royale avec des titres de la dette publique à court terme de même valeur nominale.

Comme l'État, en quasi-cessation de paiement, ne paie plus les intérêts correspondants, ces titres sont très dépréciés et ne s'échangent plus guère qu'au tiers de leur valeur (150 livres). Aussi leurs détenteurs (les créanciers de l'État) s'empressent-ils de les échanger contre des actions de la Compagnie d'Occident, réputées plus solides.

Vu le succès des premières actions (les « mères »), Law lance de nouvelles émissions : les « filles » et les « petites-filles ».

C'est ainsi que l'État commence habilement à retirer du marché les titres de sa dette à court terme pour un montant de 100 millions de livres...

- Résorption de la dette publique à long terme :

L'ingénieux Law ne s'en tient pas là. Le samedi 26 août 1719, il présente au Régent un nouveau projet concernant les titres de la dette à long terme, aussi appelés rentes : la Compagnie d'Occident (ou des Indes) prêtera au roi 1,2 milliard de livres au taux modeste de 3% pour rembourser les dettes à long terme et ce qui reste des dettes à court terme.

Du coup, les actions voient leur cours  flamber et atteindre des niveaux sans rapport avec leur contrepartie concrète. Achetées environ 150 livres en 1717, les « mères » s'échangent  à 5000 livres en septembre 1719 et même 10.000 livres en janvier 1720.

Honnête mais entraîné par l'engouement général, Law fait fonctionner la planche à billets pour répondre à la demande. Le 30 décembre 1719, la Banque royale, qui a déjà émis des billets pour un montant virtuel de 620 millions de livres (dix fois les recettes fiscales de 1715), ouvre des « bureaux d'achat et de vente » pour faciliter les transactions.

Une bulle spéculative

Les investisseurs se précipitent rue Quincampoix, à Paris, dans le quartier des Halles, où la Banque royale a son siège, et s'arrachent les actions.

Il ne s'agit bientôt plus que de pure spéculation (on dit aussi « agiotage ») : les spéculateurs ou agioteurs n'ont d'autre but que d'acheter les actions pour les revendre aussitôt en tablant sur la hausse continue de leur cours.

Le 5 janvier 1720, Law, qui s'est entretemps converti au catholicisme, devient contrôleur général des finances ; autant dire le personnage le plus important du royaume après le roi et le régent.

La semaine suivante, poussé par le succès, Law introduit les « primes » : ces nouveaux instruments financiers donnent le droit d'acheter plus tard des actions au prix de 10 000 livres, en échange d'un dépôt préalable de 1 000 livres. 

Law veut de cette façon calmer la spéculation en signifiant que l'action du Mississippi ne devrait pas dépasser le cours de 10 000 livres. Dans les faits, les spéculateurs se jettent à qui mieux mieux sur les actions à 10 000 livres pour les revendre contre dix fois plus de primes à 1 000 livres !

Pour tente de contenir l'emballement, Law fixe le 5 mars 1720 le prix des actions de la Compagnie à 9 000 livres et impose leur échange à taux fixe contre des billets de banque. Ce faisant, il instaure très officiellement la monnaie-papier, garantie par l'État et sans contrepartie métallique (or ou argent).

Dans le droit fil de cet arrêt, le contrôleur général des finances programme la démonétisation progressive des espèces métallique. 

La revanche des financiers conventionnels

C'est le moment où les ennemis de Law passent à l'attaque.

Le duc de Bourbon, petit-fils de Louis XIV par Madame de Montespan, et le prince de Conti, un libertin amoral que sa laideur fait surnommer le « Singe vert », se présentent avec des charrettes dans la rue Quincampoix pour exiger la conversion en or de leurs billets de papier. C'est la panique. Le cours des billets s'effondre.

Law tente de réagir par des mesures restrictives. Il sévit contre la thésaurisation des espèces métalliques, qui met à mal la confiance en la nouvelle monnaie. Mais rien n'y fait. Il s'enfuit en décembre 1720 à Bruxelles. Fort de son talent au jeu, il retrouvera une certaine aisance et mourra à Venise en 1729.

En attendant, le 26 janvier 1721, à Paris, une enquête est ouverte sur ses opérations, à la demande des frères Pâris, ennemis irréductibles de l'Écossais, et le 17 octobre 1722, on brûle ses billets sur la place de l'Hôtel de Ville de Paris. C'est l'échec de la première introduction en France du papier-monnaie. Un échec toutefois relatif car John Law aura permis à l'économie française de redémarrer et aux finances du royaume de se rétablir après la fin de règne catastrophique de Louis XIV.


Épisode suivant Voir la suite
• 3 mai 1803 : Bonaparte cède la Louisiane
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-03-02 10:27:39

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Jacques (03-05-201612:04:51)

Law, un grand précurseur dans la lutte contre la "relique barbare"! Pour la première fois en Europe, on a compris que la monnaie est une création de l'Etat. Il n'est pas indifférent qu'il aie été vaincu par une coalition de grands seigneurs (délit d'initié)et de financiers traditionnels.

pierre (01-05-201619:14:25)

interessant et qui redresse les lieux communs appris a l'ecole.. Law n'etait donc pas un escroc et son systeme a failli marcher. Merci de ces eclaircissements.

Henri (05-03-201208:33:10)

De la lecture d'un livre sur Law, résulte cette précision,mineure,sans doute,sur la prononciation de son nom:
le W n'existant pas en français à cete époque,on ne savait pas comment le prononcer.L'écriture de ce temps,avec son S en forme de F actuel a fait prendre ce W pour un double S,d'où Lass. En fait la prononciation normale est bien Lau ou Loo,Lô,en anglais.

Pierre Rombourg (11-04-201012:33:01)

A propos du système de Law, on peut revoir avec plaisir l'intéressant film de Bertrand Tavernier : "Que la fête commence !"


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Pourquoi Attila fut-il surnommé le «Fléau de Dieu» ?

Réponse
Publicité