8 juillet 1709

Charles XII défait à Poltava

Le 8 juillet 1709, le prodigieux destin du roi de Suède Charles XII (27 ans), que l'on surnommait non sans raison l'« Alexandre du Nord » (en référence à Alexandre le Grand), se brise devant la place forte de Poltava, en Ukraine.

Ce jour-là, les troupes russes du tsar Pierre Ier le Grand, fortes de 45 000 hommes, écrasent sans rémission les troupes suédoises, réduites à moins de 20 000 hommes, affamés et épuisés par des marches interminables depuis la Baltique. Le roi de Suède lui-même, blessé, est empêché de diriger ses troupes comme il sait si bien le faire. C'est le dernier acte d'un miracle qui avait conduit la Suède, discret État scandinave, à dominer toute l'Europe du nord.

Alban Dignat

Bataille de Poltava (Louis Caravaque, 1718, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage)

La Baltique, lac suédois

Près de deux siècles plus tôt, en 1523, le chef de la grande famille des Vasa avait libéré le pays de l'occupation danoise et mis fin à l'Union de Kalmar qui, depuis plus d'un siècle, réunissait les trois royaumes scandinaves du Danemark, de la Suède et de la Norvège. Élu à la royauté sous le nom de Gustave Ier, il avait transformé la Suède en un État moderne.

Son petit-fils Gustave II Adolphe se dote d'une armée redoutable et engage avec succès la Suède dans la guerre de Trente Ans qui secoue l'Allemagne. Il meurt prématurément en 1632 à la bataille de Lützen mais sous le règne de sa fille Christine, le chancelier Axel Oxenstiernas poursuit et achève son oeuvre en transformant la mer Baltique en un « lac suédois » à la faveur des traités de Westphalie (1648).

Charles X Gustave remplace en 1654 sa cousine Christine sur le trône de Suède. Il poursuit l'oeuvre de la dynastie. Comme le roi de Pologne Jean II Casimir conteste ses droits au trône, il envahit ses terres et, les 28-30 juillet 1656, bat ses troupes devant Varsovie. La Pologne noue alors une coalition avec le Danemark, la Russie, le Brandebourg et l'empereur d'Allemagne. C'est la première « guerre du Nord » !

Charles X attaque sans faillir le Danemark. Les détroits ayant été pris par les glaces, il met le siège devant Copenhague. Finalement le Danemark est sauvé par la mort inopinée du roi le 13 février 1660 à Göteborg et à l'arrivée d'un enfant de cinq ans sur le trône de Suède. Grâce à la médiation de la France de Mazarin, il obtient la signature de la paix d'Oliva le 3 mai 1660.

La deuxième guerre du Nord

À la mort de Charles XI, en 1697, son fils et successeur Charles XII n'a que quinze ans. L'adversité ne lui offre guère de répit.

En 1700, le tsar Pierre Ier le Grand noue contre la Suède, trop envahissante à son goût, une nouvelle coalition avec l'Électeur de Saxe Auguste II le Fort, qui est aussi roi de Pologne, et le roi Frédéric IV de Danemark.

C'est la deuxième « guerre du Nord ». Contre toute attente, elle débute par de nouveaux succès suédois.

Charles XII, en dépit de son jeune âge, témoigne d'encore plus de talent militaire que son père et son grand-oncle Gustave II Adolphe. Il met le Danemark hors de combat puis remporte sur les Russes une grande victoire à Narva le 30 novembre 1700 (20 novembre selon l'ancien calendrier julien).

Enfin, il impose à la Pologne un nouveau roi en la personne de Stanislas Leszczynski et réduit Auguste II à conclure la paix d'Altranstädt, le 24 septembre 1706.

La fin du miracle suédois

Là-dessus, Charles XII se retourne contre le tsar mais celui-ci n'a pas perdu son temps. Après la défaite de Narva, il a reconstitué son armée et construit une nouvelle capitale sur les bords de la Baltique, Saint-Pétersbourg, pour défier les Suédois.

Comme Charles XII tente de rejoindre en Ukraine le chef cosaque (le hetman) Mazeppa, révolté contre le tsar, celui-ci inaugure une tactique que reprendront après lui Alexandre Ier et Staline face à Napoléon et Hitler.

Il laisse son adversaire s'enfoncer dans l'immensité du continent russe et pratique devant lui la tactique de la « terre brûlée » : sans égard pour les paysans et les bourgeois, il brûle récoltes, villages et villes de façon à affamer les envahisseurs.

C'est un succès pour le tsar et devant Poltava, Pierre le Grand ne fait qu'une bouchée de son adversaire.

Exil turc

Le jeune roi de Suède trouve moyen de se réfugier à Istamboul, chez les Ottomans, avec un milliers d'hommes ! Cela n'embarrasse guère les coalisés. Auguste II Le Fort récupère le trône de Pologne et Pierre le Grand s'empare des possessions suédoises de la Baltique orientale (Livonie ou Lituanie, Estonie, Finlande...). La Prusse se joint à la curée et s'empare de la Poméranie.

S'étant enfin échappé de Turquie au bout de cinq ans, Charles XII tente de reprendre le combat mais il est tué devant la forteresse norvégienne de Fredrikshald le 11 décembre 1718. Cette grande guerre du Nord se termine par le traité de Nystad le 10 septembre 1721.

Après un siècle de promenades militaires aux quatre coins de l'Europe, sous l'égide de Gustave II Adolphe, Charles X et Charles XII, la Suède retombe au niveau d'une puissance de second ordre. Le vainqueur, Pierre Ier le Grand, devient la coqueluche des cours européennes. Et la Russie, qui était, avant la bataille de Poltava, considérée comme une contrée sauvage, entre dans le concert des grandes nations.

Publié ou mis à jour le : 2019-05-14 17:04:23

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net