22 décembre 1688

Échec au roi en Angleterre

Traduction en Anglais

Le 22 décembre 1688, le roi Jacques II Stuart est chassé de Londres et s'enfuit sur le Continent, à la Cour de Louis XIV. Cette « heureuse et glorieuse révolution », sans effusion de sang, met fin aux dissensions religieuses et débouche sur l'instauration en Angleterre d'une monarchie parlementaire, la première de l'Histoire universelle !

Alban Dignat
D'une Révolution à l'autre

La dynastie anglaise des Stuart a été renversée par Cromwell au profit d'une éphémère république puis restaurée en la personne de Charles II en 1660.

Le roi laisse à sa mort, le 6 février 1685, plusieurs enfants bâtards de ses nombreuses maîtresses mais aucun enfant légitime de son épouse Catherine de Bragance, de sorte que le trône revient à son frère cadet, le duc d'York.

Catholique de coeur, Charles II est resté officiellement fidèle à l'Église anglicane dont il est le chef. Il a attendu l'heure de sa mort pour se faire baptiser dans le catholicisme. 

Jacques II, un roi malcommode

Portrait de Jacques II Stuart, par sir Peter LelyDevenu roi de Grande-Bretagne et d'Irlande sous le nom de Jacques II, le duc d'York ne manifeste pas autant de prudence que son frère...

En 1672, avant son accession au trône, il a renoué discrètement avec le catholicisme de ses ancêtres et, l'année suivante, il s'est remarié avec une princesse italienne catholique, Marie de Modène, à la grande irritation des Anglais.

Ne cachant pas son désir d'imposer la religion catholique à l'ensemble de ses sujets, le nouveau monarque se montre attiré par l'exemple de Louis XIV, qui pourchasse en France les protestants et vient de révoquer l'Édit de Nantes. D'emblée, il suscite des oppositions qu'il doit réprimer par les armes.

Pour ne rien arranger, le roi, qui a eu deux filles, Marie et Anne, de son premier mariage avec Anne Hyde, a la satisfaction d'avoir enfin un garçon de sa deuxième épouse. 

Avec la naissance de cet héritier, en 1688, les Anglais craignent un renforcement du catholicisme.

Pour s'y opposer, ils font appel au stathouder (ou gouverneur) des Provinces-Unies (Hollande), Guillaume III de Nassau-Orange. Celui-ci, qui tient son nom de la ville d'Orange, en Provence, est le petit-fils de Charles 1er et l'époux de Marie, la fille aînée du roi.

Guillaume et Marie sont de fervents protestants. Ils sont aussi des ennemis inconditionnels de la France et de Louis XIV. Autant dire qu'ils ont tout pour plaire aux Anglais.

Tandis que les armées de Louis XIV saccagent le Palatinat allemand, Guillaume en profite pour débarquer avec une petite troupe en Angleterre, à Torbay, le 5 novembre 1688.

Personne ne retient Jacques II quand il choisit la fuite. C'est ainsi que les Anglais échappent à une nouvelle guerre civile. Guillaume et Marie sont élevés de concert à la royauté par le Parlement.

Le « Bill of Rights » et l'avènement du parlementarisme

Le nouveau roi Guillaume III ne se fait pas prier pour lui accorder un droit de regard sur les affaires publiques par le « Bill of Rights » du 13 février 1689. Cette Déclaration des Droits marque la véritable naissance de la démocratie moderne.

Selon ce texte :
– Le roi ne peut pas lever des troupes sans le consentement du Parlement,
– Le Parlement est librement élu et se réunit périodiquement pour voter les lois,
– La protection des citoyens et la liberté individuelle sont garanties.

Le Parlement est composé d'une chambre basse, la Chambre des Communes (House of Commons), qui vote les lois, tandis qu'une Chambre haute, la Chambre des Lords, contrôle celles-ci et peut les modifier.

La même année, le philosophe John Locke publie un Traité de gouvernement où il expose une théorie du gouvernement démocratique et fait une apologie de la liberté individuelle, la présentant comme un droit naturel et inaliénable.

Son livre recueille un vif écho en Europe. Il va inspirer les écrits politiques de Montesquieu et les diatribes de Voltaire.

Fin de partie

Chassé de son pays, Jacques II Stuart tente l'année suivante de reprendre son trône les armes à la main. Il débarque en Irlande, fief catholique, avec l'aide intéressée du roi de France Louis XIV. Mais l'armée « jacobite » est écrasée à la bataille de la Boyne le 12 juillet 1690 (1er juillet selon le calendrier julien encore en usage en Angleterre).

De nos jours, tous les ans, les militants protestants de l'Ordre d'Orange, en Irlande du Nord, commémorent l'événement sous le slogan : « Remember 1690 ! ».

Le roi déchu s'en retourne définitivement en France et va finir sa vie à Saint-Germain-en-Laye, où on ne le connaît plus que comme le « Prétendant ».

Resté stathouder des Provinces-Unies, Guillaume III entre peu après dans la guerre de la Ligue d'Augsbourg, dirigée contre Louis XIV. Par la paix de Ryswick, en 1697, il obtient du roi de France qu'il le reconnaisse enfin comme roi d'Angleterre.

Jacques II et New York

Le souvenir de Jacques II Stuart se perpétue dans le nom de la plus grande ville du monde actuel. Né avec le titre de duc d'York, il eut l'honneur, sous le règne de son frère, de voir le port nord-américain de la Nouvelle Amsterdam rebaptisé en... New York.

Publié ou mis à jour le : 2019-09-17 17:08:05

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net