14 octobre 1670

Le Bourgeois gentilhomme

Le 14 octobre 1670, Molière donne la première représentation du Bourgeois gentilhomme au château de Chambord, devant le roi Louis XIV et sa cour.

La pièce résulte d'une commande du roi lui-même qui voulait un « ballet turc ridicule ». Louis XIV avait été affecté par le mépris manifesté par l'ambassadeur du Grand Turc (le sultan ottoman de Constantinople), Soliman Aga, lors de la réception donnée en son honneur à Versailles en décembre de l'année précédente.

Insensible à l'attrait du « kawah » (le café) que l'ambassadeur avait fait découvrir à la Cour, le roi attendait de Molière qu'il le vengeât de ses mauvaises manières.

Première page du Bourgeois gentilhomme dans l'édition de 1688

Fin théâtrale

Molière et Lully, le compositeur de la Cour, s'associent donc une nouvelle fois pour réaliser une comédie-ballet en cinq actes.

Le Bourgeois gentilhomme est la plus belle expression du théâtre total comme l'affectionne Molière, associant la comédie, la danse et la musique, dans une inspiration très baroque. Le roi lui-même apprécie le genre et, jusqu'à la trentaine, n'hésite pas à participer à certaines représentations de ballets en dansant en personne (voir le film de Gérard Corbiau, Le roi danse, 2000).

Le Bourgeois gentilhomme est un prétexte à railler la haute bourgeoisie de l'époque, avide de s'anoblir par l'achat de charges (les « savonnettes à vilains »).

La pièce met en scène Monsieur Jourdain, un riche parvenu désireux d'acquérir de bonnes manières en vue d'obtenir un titre de noblesse. Il refuse de donner sa fille en mariage au jeune homme qu'elle aime parce que celui-ci n'est pas gentilhomme. Mais il se ravise lorsque le même jeune homme se présente comme le fils du Grand Turc et offre à M. Jourdain de l'élever à la dignité de « mamamouchi » en échange de la main de sa fille. L'affaire se conclut par un ballet oriental, sur une musique de Lully... dont les authentiques janissaires du sultan feront une marche populaire !

Après la représentation de Chambord, Molière s'inquiète de l'accueil réservé à sa pièce par le roi. C'est seulement au bout de cinq jours que Louis XIV lui confie qu'il a trouvé la comédie excellente. Les Parisiens attendront cinq semaines avant de la découvrir à leur tour le 24 novembre 1670 au théâtre du Palais-Royal.

Avec Le Bourgeois gentilhomme, le comédien est au sommet de sa gloire mais il est également usé par les années de galère et les luttes contre les cabales de la cour.

Publié ou mis à jour le : 2022-03-15 10:26:53
Grabinoulor (02-04-2023 08:50:54)

Il n'y a pas que Pierre Louÿs, qui a affirmé que certaines pièces de Molière étaient en réalité de Corneille. Des statisticiens ont fait des analyses lexicographiques qui confirment cette théorie. D'autres affirment avoir montré le contraire.

Roger Jouan (11-10-2020 11:33:04)

Que l'on cesse de nous rebattre les oreilles avec cette stupidité de nous faire croire que Molière n'a pas écrit ses pièces... ! Reprenons cette belle formule:" Ce n'est pas Molière qui a écrit les pièces de théâtre, c'est un auteur inconnu qui s'appelle "Molière"... " Bien à vous.

jean-pierre de Tugny (10-07-2006 16:02:04)

C'est Pierre Louÿs, qui, le premier, a émis l'hypothèse que Molière ne pouvait être l'auteur des pièces publiées sous son nom, et que le véritable auteur était Corneille. Sauf certaines pièces, comme LE MEDECIN VOLANT ou LA JALOUSIE du BARBOUILLE qui dérangent les admirateurs de Corneille. Pourtant, on retrouve dans beaucoup de "bonnes" oeuvres de Molière (qui doivent donc être écrites par Corneille) beaucoup de passages de ces deux pièces. Exemple GEORGE DANDIN, l'AVARE.
La magnifique pièce "DOM JUAN", après la mort de Molière a été réécrite en vers par le frère de Pierre Corneille, Thomas. C'est d'une platitude totale et sans aucun intérêt.
L'argument principal des détracteurs de Molière est que l'on n'a pas retrouvé les manuscrits de ses pièces. Explication simpliste pour lui retirer la paternité de son oeuvre.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net