15 octobre 1582

Naissance du calendrier grégorien

Les Romains, les Portugais et les Espagnols qui se couchèrent le soir du jeudi 4 octobre 1582 eurent le privilège de se réveiller le lendemain vendredi, non pas un 5 octobre mais un... 15 octobre (note).

La raison de cette anomalie est que le pape Grégoire XIII avait décidé de supprimer les dix jours suivant le 4 octobre 1582 pour rectifier une bonne fois pour toutes les erreurs du calendrier antérieur et permettre l'entrée en application de son propre calendrier.

Auparavant, les Européens s'en tenaient au calendrier julien, ainsi nommé d'après Jules César, premier grand ordonnateur de la mesure du temps. Depuis Bède le Vénérable, un moine de l'époque de Charlemagne, ils avaient pris par ailleurs l'habitude de compter les années à partir de la naissance du Christ.

Réunion de la commission papale (registre de Sienne)

Ultimes ajustements

Vers la fin du Moyen Âge, des astronomes et des savants comme Robert Grosseteste ou Roger Bacon s'aperçoivent que l'année calendaire dépasse l'année solaire de... 11 minutes 14 secondes (il ne s'agit pas vraiment d'une découverte car le Grec Hipparque avait déjà mesuré la durée véritable de l'année solaire... un an avant la réforme de Jules César).

La Terre tourne autour du Soleil en 365 jours 5 heures 48 minutes et 46 secondes (environ) alors que l'année julienne compte 365 jours et 6 heures en tenant compte des années bissextiles.

Le cumul de cette avance conduit au XVIe siècle à un décalage de dix jours entre l'année solaire et l'année calendaire de sorte que le 1er janvier « julien » coïncide avec le véritable 11 janvier « solaire ».

Le décalage pose des problèmes aux savants de l'Église qui doivent établir chaque année le comput (ou calendrier des fêtes) et déterminer en particulier la date de Pâques, principale fête chrétienne (elle célèbre la résurrection de Jésus-Christ, trois jours après sa mort sur la croix). En conséquence, en 1563, le concile de Trente confie au Saint-Siège le soin de réformer le calendrier.

L'objectif est d'une part, de raccourcir les années calendaires pour les mettre en accord avec les années solaires, d'autre part, de supprimer l'avance prise par le calendrier sur les saisons depuis la réforme de Jules César.

La réforme de Grégoire XIII

Né le 7 janvier 1502 à Bologne sous le nom de Hugo Boncompagni, monté sur le trône de Saint Pierre à 70 ans, le pape Grégoire XIII se rallie à l'avis des savants réunis en commission, notamment le médecin romain Aloisius Lilius, le jésuite Christophe Calvius de Bamberg, le théologien Vincenzo Laureo et le juriste Séraphin Olivier.

Le pape Grégoire XIII, portrait de Lavinia Fontana, XVIe siècle.Il décide le 24 février 1582 de supprimer désormais trois années bissextiles sur cent afin de mettre le calendrier en concordance avec l'année solaire par une opération dite « métemptose » - ou équation solaire -.

Il attribue 365 jours, et non 366, à trois sur quatre des années de passage d'un siècle à l'autre. Les années en 00 ne sont pas bissextiles sauf les divisibles par 400 : 1600, 2000, 2400... De la sorte, les années 1700, 1800 et 1900 ont été privées du 29 février mais l'année 2000 l'a conservé. Cette modeste réforme ramène à 25,9 secondes l'écart avec l'année solaire (une broutille).

Par ailleurs, le pape décide de rattraper les dix jours de retard depuis la réforme de Jules César. Le rattrapage se produit dans la nuit du 4 au 15 octobre de la même année...

Mais nous sommes en pleine guerre de religion entre catholiques et protestants. Seuls les États acquis à la Contre-Réforme catholique adoptent le calendrier du pape. Ce sont les États pontificaux, l'Espagne et le Portugal.

La France y vient deux mois plus tard, dans la nuit du 9 au... 20 décembre 1582, l'Allemagne du sud et l'Autriche en 1584, la Prusse en 1610, l'Allemagne du nord en 1700. La Grande-Bretagne, qui préfère être « en désaccord avec le soleil plutôt que d'accord avec le pape » ne se résout à la réforme que le 2-12 septembre 1752. Le Japon et la Chine y viennent en 1911, la Russie en 1918, la Grèce en 1923, la Turquie en 1923...

Le 1er janvier 1622, le Saint-Siège complète l'aménagement du calendrier. Il décide que, partout dans le monde catholique, l'année calendaire commencera désormais ce jour-là, le 1er janvier. C'est un retour au choix de Jules César, délaissé à l'époque des barbares. L'empereur Charles Quint et le roi de France Charles IX avaient déjà mis en oeuvre cette mesure dans leurs domaines respectifs au cours du siècle précédent.

En 1793, les révolutionnaires français abolissent le calendrier grégorien auquel ils reprochent une trop forte connotation religieuse et tentent d'imposer un calendrier des Français.

Aujourd'hui, suite à l'expansion européenne des derniers siècles, le calendrier grégorien est reconnu dans le monde entier ou à peu près. Il a perdu par là même sa référence religieuse. À preuve le succès des célébrations de l'An 2000 sur toute la planète...

Conséquences du changement de calendrier

Les historiens datent les événements d'un pays quelconque d'après le calendrier en vigueur dans ce pays à ce moment-là. C'est ainsi que les deux révolutions russes de 1917 sont baptisées d'après le calendrier julien en vigueur dans l'ancienne Russie. La révolution démocratique dite Révolution de Février s'est déroulée en mars selon le calendrier grégorien et la révolution bolchevique, dite « Révolution d'Octobre », en novembre.

Il peut y avoir des discordances sur les dates. Par exemple, les traités d'Utrecht de 1712-1713 ne sont pas datés du même jour selon que l'on a affaire à un historien britannique ou à un historien français ou espagnol.

Enfin, on peut noter que Cervantès et Shakespeare sont morts à la même date, le 23 avril 1616, mais à dix jours d'intervalle. Shakespeare est mort le 23 avril 1616 selon le calendrier julien « old style » en vigueur à cette époque en Angleterre ; et le 3 mai 1616 selon le calendrier grégorien « new style ».

Publié ou mis à jour le : 2019-10-14 14:13:56

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net