Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
Histoires de calendriers
Histoire de calendriers
• 1er janvier 45 av. J.-C. : le calendrier julien
• 9 août 1564 : édit de Roussillon et « Poisson d'Avril »
• 15 octobre 1582 : le calendrier grégorien
• 24 novembre 1793 : le calendrier des Français
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

9 août 1564

L'Édit de Roussillon consacre le 1er janvier


Le 9 août 1564, à Roussillon sur le Rhône, près de Grenoble, le roi Charles IX signe en présence de sa mère, la régente Catherine de Médicis, un édit préparé par le chancelier Michel de L'Hospital et le ministre Sébastien de L'Aubespine.

Charles IX à dix ans (27 juin 1550, Saint-Germain-en-Laye ; 30 mai 1574, Vincennes), par François Clouet, BNFEntre autres dispositions, cet édit fixe au 1er janvier le début de l'année calendaire dans toute la France, confirmant ainsi l'article 39 de l'édit de Saint-Germain qui prescrivait déjà de dater les actes publics en faisant commencer les années au 1er janvier :

« Voulons et ordonnons qu’en tous actes, registres, instruments, contracts, ordonnances, édicts, tant patentes que missives, et toutes escriptures privées, l’année commance doresénavant et soit comptée du premier jour de ce moys de janvier (...).
Donné à Roussillon le neufiesme jour d’aoust, l’an de grâce mil cinq cens soixante quatre. Ainsi signé par le roy en son conseil, Sébastien de l’Aubespine. Et scellé à double queue à cire jaune »
.

Le roi et son conseil s'alignent ce faisant sur la règle adoptée quelques décennies plus tôt par l'empereur d'Allemagne Charles Quint et copiée du calendrier julien (de Jules César). En 1622, le pape Grégoire XV allait généraliser cette mesure à l'ensemble du monde catholique. 

« Poisson d'Avril ! »

La tradition du poisson d'avril tire ses origines de l'édit de Roussillon ci-dessus. Depuis près d'un demi-millénaire, elle donne lieu en France et dans les autres pays francophones à d'aimables farces surtout pratiquées par les enfants et leurs parents.

Auparavant, le début de l'année variait selon les provinces et les pays : à Lyon, c'était le 25 décembre, ailleurs encore le jour de Pâques, mais dans la plus grande partie partie de la chrétienté médiévale, elle commençait le 25 mars, jour de l'Annonciation, selon une prescription énoncée par quelques moines du VIIIe siècle dans la continuité des travaux de Denis le Petit et Bède le Vénérable.

Du 25 mars jusqu'au premier jour du mois suivant, le 1er avril, les gens avaient donc coutume de se faire des cadeaux pour célébrer le passage à l'année nouvelle. Ils prolongeaient une tradition empruntée aux Romains qui, eux, célébraient le Nouvel An le 1er janvier, selon la règle fixée par Jules César. Ces cadeaux du Nouvel An étaient appelés étrennes en l'honneur de la déesse Strenia.

La fête des fous (1er avril) en AngleterreÀ la suite de l'édit de Roussillon, les Français et les autres francophones reportent sagement leurs étrennes au 1er janvier mais n'en continuent pas moins à se faire des cadeaux « pour rire » à l'occasion du 1er avril.

Comme ce jour coïncide aussi avec la fermeture de la pêche, le mois d'avril étant la période du frai (reproduction) pour beaucoup de poissons de rivière, on qualifie ces amusements de « poissons d'avril » car ils sont aussi peu sérieux que de pêcher un poisson en avril !

En Angleterre comme dans les autres pays anglophones et également au Danemark et aux Pays-Bas, le 1er avril est relié à la tradition médiévale de la fête des fous.

Similaire aux Hilaria romaines, fête joyeuse en l'honneur de la déesse Cybèle, la fête des fous se déroulait autour du 25 mars, après l'équinoxe de printemps.

Depuis qu'elle est transposée au 1er avril, on la désigne sous le nom d'« April Fool 's day » (jour des nigauds d'avril) ou « All Fool's day » (jour de tous les nigauds). Les enfants pratiquent alors des farces innocentes du style : « Ton lacet est défait » ou « Tu as une grosse araignée sur la chemise ! »

Remarquons que le mot fool est à prendre ici dans le sens de « nigaud » plutôt que de « fou » proprement dit, qui se traduit plus volontiers par mad. C'est un peu comme en français les deux expressions similaires : « Il fait le fou » ou « Il fait le nigaud ».

Sous l'influence des Anglais, la tradition du 1er avril a atteint le Brésil où l'on célèbre le Dia dos bobos (« jour des nigauds ») et aussi la « journée du mensonge ». C'est au point que les gouvernants, pour éviter des allusions malvenues, situent au 31 mars 1964 la déposition du président João Goulart alors que celle-ci a eu lieu dans les faits le lendemain 1er avril !

Notons qu'en Espagne et dans les pays hispanophones comme l'Argentine, c'est  le 28 décembre, fête des Saints Innocents, que les médias cultivent l'art des « nouvelles pour rire »...


Épisode suivant Voir la suite
• 15 octobre 1582 : le calendrier grégorien

Publié ou mis à jour le : 2017-05-18 15:16:41

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

El Dorado (02-04-201713:09:46)

Encore une fois, mauvaise traduction de l'anglais : "fool" ne veut pas dire "fou", mais imbécile, idiot. Fou = crazy, ou mad. Rappelez-vous les "faux-amis" de vos cours d'anglais de collège.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le nom du Venezuela ?

Réponse
Publicité