29 août 1526

Soliman triomphe à Mohacs

Le sultan ottoman Soliman le Magnifique bat les Hongrois à Mohacs le 29 août 1526. La Hongrie disparaît en tant qu'État indépendant. Pour le jeune sultan, cette victoire couronne un début de règne glorieux.

Un succès inattendu

Soliman II a succédé à son père Sélim Ier en 1520. Âgé de 25 ans, il engage aussitôt la conquête de Rhodes et la soumission de la Méditerranée orientale.

Là-dessus, il tourne ses regards vers le nord où l'élection à la tête du Saint Empire romain germanique de l'héritier des Habsbourg, Charles Quint, lui paraît lourde de menaces.

Le roi de Hongrie et de Bohème Louis II Jagellon, 1526 (1ᵉʳ juillet 1506, Buda : 29 août 1526, Mohács)C'est ainsi qu'il noue une alliance de revers avec le roi de France François Ier, puis, pendant que ce dernier occupe les armées du Habsbourg à l'Ouest, monte une expédition préventive contre la Hongrie du roi Louis II Jagellon (20 ans), située entre ses possessions des Balkans et celles du Habsbourg.

Les armées de Louis II et de Soliman se font face dans la plaine de Mohacs. Le sultan a alors l'astuce de dégarnir son centre et d'en ouvrir les rangs pour y attirer la puissante cavalerie hongroise. Les chevaliers se lancent avec fougue dans le piège, dans le fol espoir de s'emparer du sultan lui-même. Mais les rangs ottomans se referment sur eux et l'artillerie vient les décimer. Certains, dont le jeune roi de Hongrie, tentent de s'échapper par les marais où ils périssent noyés.

Fort de cette victoire inattendue qui l'amène aux portes de l'Occident, le sultan peut dès lors s'emparer tranquillement de Buda (aujourd'hui Budapest), capitale du royaume hongrois.

Dans un premier temps, il s'abstient d'annexer le pays et n'en a d'ailleurs pas les moyens. Il se contente de soutenir Jean Zapolya, voïvode (gouverneur militaire) de Transylvanie, candidat à la succession de Louis II sur le trône de Hongrie, contre l'archiduc d'Autriche Ferdinand, frère de l'empereur Charles Quint.

La Hongrie déchirée

Dès le 10 novembre 1526, à la diète de Székesfehervar, Jean Zapolya réunit la plus grande partie de la noblesse hongroise sous forme de Diète et se fait proclamer roi de Hongrie sous le nom de Jean Ier.

Mais son rival Ferdinand de Habsbourg ne veut pas en rester là. Il revendique lui aussi le trône en sa qualité de beau-frère du malheureux Louis II dont il a épousé la sœur Anne Jagellon en 1521. Il réunit à son tour quelques nobles hongrois à Presbourg (aujourd'hui Bratislava, capitale de la Slovaquie) et se fait proclamer le 16 décembre 1526 roi de Bohême et de Hongrie.

Le 27 septembre 1529, Soliman met le siège devant Vienne, la capitale des Habsbourg, pour soutenir son candidat au trône de Hongrie. Soliman va-t-il s'emparer aussi de cette ville symbole ? La résistance des habitants et celle des vingt mille soldats de sa garnison ont raison de sa détermination et il doit bientôt se retirer.

Lassés de se battre, Ferdinand d'Autriche et Jean Ier finissent par s'accorder sur un partage de la Hongrie à la paix de Nagyvarad, le 24 février 1538.

Ferdinand continue de régner sur la Hongrie occidentale et sa capitale Presbourg avec la mythique couronne de saint Étienne et le titre de roi de Hongrie et de Bohème, cependant que Jean Ier conserve la Hongrie orientale... avec promesse de la céder aux Habsbourg à sa mort.

Sans surprise, il ne tardera pas à revenir sur sa promesse et, à sa mort, le 22 juillet 1540, c'est son fils Jean II Sigismond Zapolya qui tentera de s'approprier la couronne et se fera élire roi.

Las, Jean II va très vite devoir se placer sous la tutelle des Ottomans pour échapper à celle des Habsbourg. Le sultan occupe Buda et toute la Hongrie centrale dès 1541, ne laissant plus aux Habsbourg que la partie occidentale de l'ancien royaume.

De ces événements douloureux, les Hongrois ont conservé un dicton : « On a connu pire à Mohacs ».

Un siècle et demi plus tard, en 1683, les Ottomans tenteront à nouveau de tirer parti des querelles entre les nobles hongrois et les Habsbourg pour défaire ces derniers. Ils échoueront dans un deuxième siège de Vienne, devenue malgré elle la place forte avancée de la chrétienté face à l'islam.

Publié ou mis à jour le : 2019-08-26 12:47:39

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net