25 janvier 1494

Charles VIII part pour l'Italie

Le 25 janvier 1494, le roi de France Charles VIII (24 ans) se met en marche pour l'Italie à la tête de 20 à 30 000 hommes (7000 cavaliers, autant de fantassins français et autant de Suisses) et d'une importante artillerie. C'est le début des guerres d'Italie.

Alban Dignat

Royale sottise

Le roi est un jeune homme disgrâcieux et assez simple d'esprit, qui a la tête farcie de romans de chevalerie. Mais il a la chance de gouverner un royaume puissant, riche et solide grâce à la saine gestion de son père Louis XI et de son grand-père Charles VII.

Comme les nobles fringants qui l'entourent, il ne rêve que d'aventures lointaines. À défaut de tenter une nouvelle croisade contre les Turcs, il décide de se porter en Italie, avec les encouragements de son conseiller Guillaume Briçonnet, lequel deviendra plus tard cardinal et sera un temps excommunié par le pape !

Le prétexte en est de récupérer la couronne de Naples, léguée à sa famille en 1481 par Charles, neveu et héritier de René d'Anjou, le « bon roi René » de nos chansons. Dans les faits, le royaume de Naples a été conquis, un demi-siècle plus tôt, par le roi de Sicile !

Charles VIII saisit l'occasion d'un conflit entre Ludovic Sforza, dit le More parce que brun de peau, maître de Milan, et le duc légitime de la ville pour mettre à exécution son projet.

Le roi de France s'assure à prix d'or de la neutralité de ses voisins, le roi d'Angleterre, le roi d'Aragon et l'empereur d'Allemagne. Au premier, Henri VII, qui avait envahi la France, il achète son repli par le traité d'Étaples, le 3 novembre 1492. Il rétrocède au roi Ferdinand Ier d'Aragon le Roussillon et la Cerdagne par le traité de Barcelone, le 14 janvier 1493. Enfin, il reconnaît à l'empereur Maximilien Ier la possession de l'Artois et de la Franche-Comté par le traité de Senlis du 23 mai 1493. Autant dire qu'il paie très cher - et comptant - son rêve italien.

La mort du roi de Naples Ferdinand Ier, le 25 janvier 1494, le décide à partir. Il franchit les Alpes au Mont Genèvre le 2 septembre 1494 et entre triomphalement à Milan. Là-dessus, il se rend à Florence où il est accueilli tout aussi favorablement par les partisans du prédicateur Savonarole. L'affaire se présente on ne peut mieux...

L'Italie se retourne contre l'intrus

Les Français s'emparent sans difficulté du royaume de Naples et le pillent comme il faut. Le 12 mai 1494, le roi Charles VIII fait à Naples une entrée officielle costumé en empereur byzantin !

Mais pendant ce temps, le pape Alexandre VI Borgia fomente contre lui une coalition, la Ligue de Venise. En mars 1495, celle-ci réunit les Rois Catholiques Ferdinand II d'Aragon et Isabelle de Castille, Maximilien Ier et même l'ingrat Ludovic Sforza le More.

Le roi de France et son armée se retrouvent piégés dans leur conquête. Ils remontent en hâte vers la France mais les armées ennemies commandées par François II de Gonzague, marquis de Mantoue, tentent de leur barrer le passage à Fornoue, au nord des Apennins, le 6 juillet 1495. Face à cette coalition italienne bien supérieure en nombre, les Français, au prix d'un immense effort, arrivent malgré tout à dégager le passage. La cavalerie royale offre une démonstration cuisante de la « furia francese » (fureur française). L'expression, due aux Italiens, fera florès…

Soulagés, les Français se retirent de la péninsule. Pendant ce temps, Gonzalve de Cordoue, capitaine du roi d'Aragon, débarque dans le royaume de Naples et apporte son soutien aux insurgés. Les garnisons françaises capitulent et Charles VIII doit reconnaître en février 1497 le nouveau roi de Naples, Frédéric Ier, neveu de Ferdinand.

Mais le roi ne se tient pas quitte pour autant. Après un emprunt forcé sur les villes pour se rembourser de ses frais, il prépare une nouvelle expédition. Sa mort à 28 ans, le 7 avril 1498, l'empêchera de la conduire à son terme. Son cousin et successeur Louis XII renouera avec le mirage italien en visant cette fois non plus le royaume de Naples mais le duché de Milan...

Publié ou mis à jour le : 2019-10-23 16:27:12

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net