15 novembre 1315

Victoire des Trois Cantons à Morgarten

Le 15 novembre 1315, à Morgarten, au sud de Zurich, les montagnards des Trois Cantons (Uri, Schwyz et le demi-canton de Nidwald), repoussent les troupes du duc Léopold d'Autriche, seigneur de Habsbourg.

C'est l'une des rares fois, au Moyen Âge, où des communautés paysannes réussissent à s'émanciper de leur suzerain féodal. Dans le reste de l'Europe, les révoltes paysannes débouchent sur des jacqueries sans issue.

Bataille de Morgarten, 15 novembre 1315 - Grande chronique des guerres de Bourgogne, Diebold Schilling le Vieux,  XVe siècle

Indépendance confirmée

Quelques années après le célèbre serment de Rütli, la victoire de Morgarten renforce la cohésion des cantons alpins. Elle leur rallie les cantons environnants et surtout les villes de Zurich, Bâle et Berne. Ces communes libres, bien que bourgeoises, font front commun avec les paysans contre les prétentions des Habsbourg.

Un siècle plus tard, à la fin du XVe siècle, les Suisses confédérés devront encore se battre contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, désireux de reconstituer à son profit l'ancienne Lotharingie de l'époque carolingienne. Ces paysans austères se révèleront alors comme les soldats les plus redoutables d'Europe, capables d'en remontrer aux plus puissants chevaliers de la noblesse...

Quelques jours suffisent en effet aux cantons pour lever plusieurs dizaines de milliers de fantassins.

Dès que la consigne leur en est donnée, les Confédérés quittent sans attendre leur ferme, prennent leur longue pique et se mettent en ordre de marche. Au moment de l'attaque, tandis que les trompes de montagne terrorisent l'ennemi par leurs sonorités tonitruantes, les Confédérés n'ont guère de mal à repousser les assauts des cavaliers grâce à leurs longues piques (...).

Publié ou mis à jour le : 2019-11-08 12:38:26
Flebeau (13-11-2022 17:44:46)

Lorsque j'ai lu le titre de l'article (et avant d'en lire le contenu), je pensais que la réponse allait être Charles le téméraire en 1470 (ou 1471?), Lorsqu'il s'est fait battre par les Suisses lo... Lire la suite

Michel (15-11-2015 17:23:03)

On dit de la Suisse qu'elle est une "Willennation", une nation bâtie par la volonté des diverses parties du pays de vivre ensemble. Il me semble que Denis de Rougemont avait proposé une telle const... Lire la suite

Volpi Rémy (13-11-2012 14:48:29)

Article très intéressant. Juste une remarque: l'idée d'"une confédération qui dure" est inexacte.
Depuis la réforme constitutionnelle de 1848 et ses amendements ultérieurs, la Confédération Helvétique n'est plus, techniquement parlant, une confédération, mais bien une fédération. Les 26 Etats (les cantons) ont en effet en 1848 délaissé une part de leur souveraineté au profit d'une structure fédérale supracantonale. Une monnaie unique a été instaurée, les douanes cantonales ont été supprimées, l'armée est devenue fédérale. Le principe de subsidiarité a été adopté: ce qui ne relève pas de la structure fédérale revient aux cantons, et au niveau inférieur, aux communes. Chaque canton a sa constitution, son parlement, ses lois, sa fiscalité, sa langue. Au fond, l'identité commune aux Suisses est essentiellement la constitution fédérale. On peut de ce fait s'étonner de ce que jamais le modèle suisse ne soit évoqué en tant que préfiguration concrète d'une Union Européenne fédérale. Pour celle-ci, la crainte de l'abandon d'une partie de souveraineté par les Etats-nations qui la composent semble l'emporter sur les avantages d'une structure fédérale supranationale. Que ne se réfère-t-on au modèle suisse!

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net