La papauté entre tradition et ouverture avec Herodote.net
 
 
 
Pie VII (1800 - 1823)
Pie IX (1846 - 1878)
Eugenio Pacelli (futur Pie XII) et Pie XI
Jean XXIII (1958 - 1963)

Une Constitution civile pour le clergé

Le 12 juillet 1790, à Paris, l'Assemblée constituante vote la Constitution civile du clergé. Ce décret va causer la ruine de la Révolution démocratique inaugurée un an plus tôt...

Le clergé français astreint au serment

Le 27 novembre 1790, le clergé est astreint à prêter serment sur la Constitution civile. La Révolution connaît son premier dérapage.

La fête de l'Être suprême

Maximilien de Robespierre, chef du Comité de Salut public, conduit le 8 juin 1794 (20 prairial An II) la première fête en l'honneur de l'Être suprême...

La liberté des cultes est rétablie

Le 21 février 1795, un décret de la Convention du 3 ventôse an III rétablit la liberté des cultes. En mettant fin à une longue période d'intolérance inaugurée par la Constitution civile du clergé votée le 12 juillet 1790, les députés espèrent réconcilier les Français avec la Révolution ou ce qu'il en reste.

Avignon cédé à la France

Le 19 février 1797, Avignon et le Comtat-Venaissin, propriétés du Saint-Siège depuis un demi-millénaire, sont formellement cédés par le pape à la France révolutionnaire.

Concordat et paix religieuse en France

Le 8 avril 1802, le Corps législatif de la République française adopte et promulgue le Concordat signé le 15 juillet de l'année précédente par Napoléon Bonaparte, Premier Consul, et le pape Pie VII...

Chateaubriand publie le Génie du christianisme

Le 14 avril 1802 sort en librairie Génie du christianisme ou beautés de la religion chrétienne. Son auteur est le vicomte François-René de Chateaubriand, un écrivain romantique de 34 ans rendu célèbre par ses oeuvres Atala et René. Le livre est une apologie de la religion et survient opportunément quatre jours après la promulgation de la loi du 24 germinal an X qui rétablit officiellement le culte catholique en France, conformément au Concordat signé par le pape Pie VII et le Premier Consul Napoléon Bonaparte.

Frédéric Ozanam fonde la Conférence de Charité

FIssu d'une famille bourgeoise de la région lyonnaise, Frédéric Ozanam, 20 ans, étudiant en droit à la Sorbonne, fonde le 23 avril 1833, avec cinq amis, près de l'église Saint-Sulpice, à Paris, la première Conférence de Charité pour venir en aide aux pauvres, victimes collatérales de la révolution industrielle. C'est le début de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, association spirituelle à vocation caritative, qui regroupe aujourd'hui 700.000 hommes et femmes dans 141 pays.

Le jeune homme, devenu professeur d'histoire à la Sorbonne, va continuer de militer toute sa vie pour une Église sociale. Disciple de Lamennais et Lacordaire, il plaide pour une réconciliation entre l’Église et son époque.

En 1848, il adhère aux idées républicaines parce qu’il y voit la solution à la question sociale. «C’est dans le peuple, écrit-il dans un célèbre discours, que je vois assez de restes de foi et de moralité pour sauver une société dont les hautes classes sont perdues».

D'une santé fragile, Frédéric Ozanam meurt à 40 ans. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II le 22 août 1997.

Paroles d'un croyant

Le 30 avril 1834 paraît à Paris Paroles d'un croyant. L'auteur, le prêtre Félicité de Lamennais, en appelle à l'insurrection contre l'injustice au nom de l'Évangile. Il est immédiatement condamné par le Saint-Siège.

Le pape chassé de Rome

Le 24 novembre 1848, à l'imitation des révolutionnaires français, le peuple de Rome fomente une émeute. Le pape s'enfuit à Gaëte.

Mazzini proclame la République à Rome

Le 9 février 1849, à Rome, un groupe de républicains mené par Giuseppe Mazzini proclame la déchéance du pouvoir temporel du pape.

La République française enverra des troupes sous le commandement du général Oudinot pour rétablir le souverain pontife...

Pie IX publie le Syllabus

Le 8 décembre 1864, en annexe de l'encyclique Quanta cura, le pape Pie IX publie le Syllabus. Il s'agit d'un catalogue à la Prévert de tout ce que le souverain pontife pense être les erreurs de la pensée moderne. Ce document témoigne de son appréhension face à des États de plus en plus envahissants, qui tendent à limiter la liberté des individus. Il illustre aussi un rejet viscéral de la démocratie que partageront ses successeurs jusqu'à Pie XII, mort en 1958.

Le pape infaillible

Le 18 juillet 1870, le concile Vatican I réunit à l'initiative du pape Pie IX (Giovanni-Maria Ferretti) définit le dogme de l'infaillibilité pontificale.

Les cardinaux reconnaissent comme vraies et irrévocables les interprétations du dogme prononcées par le souverain pontife...

Les troupes piémontaises entrent à Rome

Le 20 septembre 1870, quelques jours après la chute du Second Empire français, les troupes piémontaises entrent à Rome. Le roi Victor-Emmanuel profite de la chute de Napoléon III, qui s'opposait à l'annexion par l'Italie des dernières possessions du pape, pour achever l'unification de la péninsule.

Le pape Pie IX se considère dès lors prisonnier au Vatican. Ses successeurs feront de même jusqu'aux accords de Latran qui, en 1929, transformeront le Vatican en un État souverain.

Le « toast d'Alger »

Le 18 novembre 1890, le cardinal Charles Lavigerie, archevêque d'Alger, prend prétexte d'une visite de l'escadre française de la Méditerranée dans sa ville pour porter un toast à la République...

Léon XIII publie l'encyclique Rerum Novarum

Le 15 mai 1891, le pape Léon XIII publie l'encyclique Rerum Novarum (Les Choses Nouvelles). Dans cette « lettre circulaire » (étymologie grecque du mot encyclique) adressée à tous les catholiques, le souverain  pontife exprime sa compassion pour les ouvriers avec une audace inhabituelle.

En avance sur la plupart des responsables de son époque, il condamne la cupidité de la bourgeoisie, la concentration des richesses entre les mains « d'un petit nombre d'hommes opulents et de ploutocrates »... ainsi que la prétention des socialistes à vouloir supprimer la propriété. Il y voit un remède pire que le mal.

Le pape dénonce plus précisément le travail des enfants et les horaires excessifs. Il condamne les patrons qui versent des salaires insuffisants et affirme le droit des ouvriers à se syndiquer.

Élection de Pie X

Après Léon XIII, le conclave élit un inconnu : le patriarche de Venise, Giuseppe Sarto (68 ans), un ancien curé de campagne qui ne parle d'autre langue vivante que l'italien, premier pape moderne issu des milieux populaires. Sous le nom de Pie X, le nouveau souverain pontife encourage la piété populaire et prescrit l'emploi du chant grégorien au cours des offices religieux. Il meurt à la veille de la Grande Guerre. Il est le seul pape des deux derniers siècles à avoir été canonisé.

Les congrégations religieuses interdites d'enseignement

Le 7 juillet 1904, les congrégations religieuses n'ont plus le droit d'enseigner. Au nom de la laïcité, le président du Conseil, Émile Combes, peut annoncer : « L'anticléricalisme est l'oeuvre la plus considérable et la plus importante pour l'émancipation de l'esprit humain ». Après avoir supprimé l'enseignement religieux, le gouvernement français songe à l'abrogation du Concordat de 1802 et à la séparation des Églises et de l'État.

Séparation des Églises et de l'État

Le 9 décembre 1905, le Parlement français vote la loi de séparation des Églises et de l'État à l'initiative du député Aristide Briand. La loi sera mise en application non sans tensions par le gouvernement de Maurice Rouvier puis celui de Georges Clemenceau, Aristide Briand étant ministre de l'instruction publique et des cultes.

C’est l’aboutissement d’un long processus de laïcisation des institutions politiques né avec… le roi Philippe le Bel, six siècles plus tôt, qui n’aura pas empêché 5 cardinaux (Tournon, Richelieu, Mazarin, Dubois, Fleury) d’exercer dans l’intervalle la fonction de Premier ministre.

Début de la Grande Guerre

Le samedi 1er août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie. À 4 heures de l'après-midi, tous les clochers de France font entendre un sinistre tocsin. C'est la mobilisation générale...

Élection de Benoît XV

Giacomo della Chiesa (59 ans) est élu le 3 septembre 1914, trois mois à peine après avoir obtenu le chapeau de cardinal et alors que l'Europe entre dans la Grande Guerre.

Charles 1er échoue à faire la paix

Le 29 janvier 1917, en pleine guerre mondiale, l'empereur d'Autriche Charles 1er de Habsbourg-Lorraine engage des négociations de paix secrètes avec l'Entente, par le biais de l'impératrice Zita, de ses beaux-frères Sixte et Xavier et du pape Benoît XV...

Apparitions de Fatima

Le dimanche 13 mai 1917, trois enfants de Fatima, un petit village portugais au nord de Lisbonne, sont témoins d'une apparition lumineuse tandis qu'ils gardent leurs moutons...

Élection de Pie XI

Achille Ratti est élu pape sous le nom de Pie XI le 6 février 1922, à 65 ans. Premier pape polyglotte, il manifeste d'emblée son souhait d'ouverture en donnant la bénédiction traditionnelle à la Ville et au monde (urbi et orbi) depuis la loggia de la basilique Saint-Pierre, qui était restée fermée depuis 1870. Il met fin à la réclusion dans les murs du Vatican, par les accords du Latran, conclus avec le dictateur Mussolini. Le Saint-Siège est dès lors reconnu comme un État souverain. Le 14 mars 1937, il dénonce le nazisme et l'idôlatrie de la race dans une encyclique publiée en allemand et lue en chaire par les évêques allemands : Mit brenneder Sorge...

Le califat disparaît après 1292 ans d'existence

Le 3 mars 1924, les députés turcs votent l'abolition du califat. La Turquie devient le premier État officiellement laïc du monde musulman...

Le Saint-Siège signe les accords de Latran

Le 11 février 1929, le cardinal Gasparri, représentant du Saint-Siège, et le Duce Mussolini, chef du gouvernement italien, signent un concordat dans le palais du Latran, près de la basilique de Saint-Jean-de-Latran.

Ces accords consacrent l'existence d'un nouvel État souverain, la Cité du Vatican...

Le Vatican « s'arrange » avec le Mexique

Le 22 juin 1929, le Vatican signe avec le gouvernement mexicain du président Portes Gil les arrangements (« los Arreglos »)...

Deuxième République espagnole

Le 14 avril 1931, deux jours après des élections municipales qui ont donné la majorité à une coalition antimonarchiste, l'Espagne inaugure une Deuxième République, la première ayant duré sans éclat de 1873 à 1876. Celle-là finira quelques années plus tard dans une épouvantable guerre civile.

« Autodafé rituel des écrits juifs nuisibles »

Le 10 mai 1933 au soir, à Berlin, des étudiants nazis escortent, en brandissant des flambeaux, deux camions de livres de la porte de Brandebourg jusqu'à la place de l'Opéra, ou Franz-Josef Platz, face à l'université de Berlin.

Là, en dépit d'une pluie battante, ils déchargent le contenu des camions et organisent un « autodafé rituel des écrits juifs nuisibles ». 20.000 livres sont brûlés. Parmi les auteurs voués au feu figurent Heinrich Heine, Karl Marx, Sigmund Freud, Albert Einstein, Franz Kafka, Stefan Zweig, Felix Mendelssohn-Bartholdy.

Présent sur place, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du Reich, dénonce dans un discours radiodiffusé le « mauvais esprit du passé » et appelle les étudiants à lutter pour que «l'esprit allemand triomphe définitivement dans une Allemagne à jamais réveillée».

Des manifestations similaires, soigneusement planifiées, ont lieu au même moment dans d'autres villes allemandes. C'est le point d'orgue d'une campagne d'épuration entamée dans les semaines précédentes dans les universités, contre les enseignants juifs ou réputés hostiles au régime nazi. Les oeuvres des artistes « dégénérés », tels Van Gogh, Picasso, Matisse, Cézanne et Chagall, sont par ailleurs bannies des musées.

Autodafé, Berlin, 10 mai 1933 (crédit photographique : Mémorial de la Shoah/CDJC)

Intronisation du pape Pie XII

Le 12 mars 1939, Eugenio Pacelli, élu dix jours plus tôt à la succession de Pie XI, est intronisé pape sous le nom de Pie XII (Pius XII)...

La Wehrmacht envahit la Pologne

Le 1er septembre 1939, la Wehrmacht se rue à l'attaque de la Pologne. C'est le début de la Seconde Guerre mondiale...

Le Juif Süss à la Mostra de Venise

Célèbre film de propagande nazi, Le Juif Süss (Jud Süss en allemand) ouvre la Mostra de Venise le 5 septembre 1940, quelques mois après le début de la Seconde Guerre mondiale. Dans les mois qui suivent, il est vu par 20 millions de spectateurs en Allemagne et dans l'Europe occupée (dont un million en France)...

Capitulation allemande

Le 8 mai 1945, à 23h01, au lendemain de la capitulation allemande, les combats cessent officiellement dans toute l'Europe.

La Seconde Guerre mondiale n'a fini toutefois qu'avec la capitulation du Japon, le 2 septembre 1945. Les Américains distinguent ainsi le V-E (Victory-Europe) Day, jour de la victoire en Europe et le V-J (Victory-Japan) Day, jour de la victoire sur le Japon...

La France commémore la Capitulation

Pour des raisons spécieuses, la France est depuis 1981 le seul pays qui commémore par un jour férié et chômé le 8 mai 1945, fin de la guerre en Europe.

Ni les Anglais, ni les Américains ne chôment le 8 mai. Quant aux Russes, c'est le 9 mai qu'ils célèbrent la capitulation de l'Allemagne nazie et la fin de ce qu'ils appellent la « Grande Guerre patriotique », la cessation des combats ayant été enregistrée ce jour-là à Moscou en raison du décalage horaire.

Appel de l'abbé Pierre

Le 1er février 1954, lors d'un hiver désastreux qui a occasionné de grandes souffrances parmi les sans-abri de France, l'abbé Pierre lance un appel pathétique sur les ondes et dans les journaux : « Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée, cette nuit, à 3 heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée... » Les Français se mobilisent.

C'est le début d'un immense mouvement charitable, l'« insurrection de la bonté ». Il va conduire le gouvernement à intensifier ses efforts pour la construction de nouveaux logements.

De « Monsieur Vincent » à l'« abbé Pierre »

Appel de l'abbé Pierre le 1er février 1954De son vrai nom Henri Grouès, l'abbé Pierre (1912-2007) entre dans la Résistance et devient député à la Libération.

En 1949, il crée près de Paris la communauté des Compagnons d'Emmaüs : les déshérités qu'elle accueille ne se contentent pas de la charité publique mais se prennent en charge, construisant de leurs mains des maisons, se faisant chiffonniers et retrouvant leur dignité à travers la solidarité et le travail.

À trois siècles de distance, l'abbé Pierre est comme Saint Vincent de Paul une lumière dans un monde ténébreux, en manque de repères spirituels. Comme « Monsieur Vincent », il a servi les humbles et partagé leurs souffrances, côtoyé les puissants... et su mobiliser les médias pour ses bonnes oeuvres.

Élection de Jean XXIII

Le patriarche de Venise Angelo Giuseppe Roncalli, 76 ans et de santé fragile, est élu le 28 octobre 1958 par le conclave qui voit en lui un simple «pape de transition». Contre toute attente, le nouveau pape fait le choix de tout remettre à plat et ordonne l'ouverture de Vatican II. C'est le 21e concile oecuménique de l'Histoire de l'Église...

Ouverture du concile Vatican II

Le pape Jean XXIII ouvre le concile Vatican II le 11 octobre 1962, dans la basilique Saint-Pierre de Rome. C'est un aggiornamento (« aggiornamento ») de l'Église catholique, autrement dit un grand concile oecuménique destiné à adapter l'Église au monde moderne...

Élection de Paul VI

L'archevêque de Milan Giovanni Battista Montini (66 ans) est élu le 21 juin 1963 sur le trône de Saint Pierre sous le nom de Paul VI. Collaborateur proche des trois précédents papes, il n'a dû qu'au fait de n'être pas encore cardinal de ne pas succéder directement à Pie XII.

Élection de Jean-Paul 1er

Le 26 août 1978, c'est à la surprise générale un inconnu, le patriarche de Venise Albino Luciani (66 ans) qui est élu à la succession de Paul VI. Le nouveau pape n'est pas le moins surpris. «Dieu vous pardonne pour ce que vous avez fait», déclare-t-il aux cardinaux, dans un scénario qui rappelle le film Habemus Papam (2011)...

Élection du pape Jean-Paul II

Le 16 octobre 1978, Karol Wojtyla est élu pape sous le nom de Jean-Paul II...

Accords de Gdansk

Le 31 août 1980, Lech Walesa, leader du syndicat ouvrier indépendant Solidarnosc (« Solidarité ») signe avec le gouvernement communiste d'Edward Gierek les accords de Gdansk en vue de mettre fin à l'agitation ouvrière en Pologne.

Après la séance officielle, l'ouvrier électricien se précipite au-devant de ses camarades. Il brandit le stylo avec lequel il a apposé sa signature. Il s'agit d'un gadget comme on en voit dans les boutiques de souvenirs du Vatican, avec le portrait de Jean-Paul II, premier pape polonais de l'Histoire. Lech Walesa, profondément catholique, veut par là signifier que le Souverain Pontife a guidé son bras et inspiré les accords.

Attentat contre Jean-Paul II

Le 13 mai 1981, sur la place Saint-Pierre de Rome où l'entourent 20.000 fidèles, le pape Jean-Paul II est gravement blessé par trois balles tirées à bout portant par un terroriste turc, Ali Agca. L'enquête de police montrera que le tueur était très vraisemblablement manipulé par les services secrets bulgares, eux-mêmes aux ordres du KGB, les services secrets soviétiques.

Jean-Paul II attribue sa miraculeuse survie à l'intervention de la Vierge de Fatima, dont la première apparition à des enfants portugais remontait au 13 mai 1917.

État de guerre en Pologne

A l'aube du 13 décembre 1981, le général Jaruzelski proclame l'état de guerre en Pologne...

Élection de Benoît XVI

Proche collaborateur de Jean-Paul II, Allemand d'origine mais déjà âgé de 77 ans à son avènement, Josef Ratzinger est élu pape sous le nom de Benoît XVI le 19 avril 2005. Il tranche sur son prédécesseur par sa réserve. Avec lui se tourne la page du concile Vatican II.

Béatification de Jean-Paul II

Le 1er mai 2011, sur la place Saint-Pierre de Rome, doit se dérouler la messe de béatification de Karol Wojtyla, pape sous le nom de Jean-Paul II, de 1978 à 2005.

Le nouveau « Bienheureux » sera peut-être, un jour prochain, également canonisé et inscrit au catalogue des Saints. Ce sera l'aboutissement d'un processus complexe dont l'Église catholique a le secret, même si elle n'a pas le monopole de la sainteté.

Renonciation du pape Benoît XVI

Écrasé par l'ampleur des difficultés, les scandales qui agitent l'administration vaticane et le poids de l'âge, le pape Benoît XVI «renonce» à sa charge le 28 février 2013. Une première depuis Célestin V, le 13 décembre 1294...

Il est remplacé dès le 13 mars 2013 par l'archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio (76 ans), issu de la Compagnie de Jésus. Il devient pape sous le nom de François. Il est tout à la fois le premier pape non européen, jésuite et ayant choisi ce prénom.

Élection du pape François

Le 13 mars 2013, Jorge Mario Bergoglio (76 ans), archevêque de Buenos Aires (Argentine), succède à Benoît XVI sur le trône de Saint Pierre, et se choisit pour nom François...

1
1780
1790
1800
1810
1820
1830
1840
1850
1860
1870
1880
1890
1900
1910
1920
1930
1940
1950
1960
1970
1980
1990
2000
2010
2020
| 12 juil. 1790 : Une Constitution civile pour le clergé
| 27 nov. 1790 : Le clergé français astreint au serment
| 8 juin 1794 : La fête de l'Être suprême
| 21 fév. 1795 : La liberté des cultes est rétablie
| 19 fév. 1797 : Avignon cédé à la France
| 8 avr. 1802 : Concordat et paix religieuse en France
| 14 avr. 1802 : Chateaubriand publie le Génie du christianisme
| 23 avr. 1833 : Frédéric Ozanam fonde la Conférence de Charité
| 3 avr. 1834 : Paroles d'un croyant
| 24 nov. 1848 : Le pape chassé de Rome
| 9 fév. 1849 : Mazzini proclame la République à Rome
| 8 déc. 1864 : Pie IX publie le Syllabus
| 18 juil. 1870 : Le pape infaillible
| 2 sep. 1870 : Les troupes piémontaises entrent à Rome
| 18 nov. 1890 : Le « toast d'Alger »
| 15 mai 1891 : Léon XIII publie l'encyclique Rerum Novarum
| 4 août 1903 : Élection de Pie X
| 7 juil. 1904 : Les congrégations religieuses interdites d'enseignement
| 9 déc. 1905 : Séparation des Églises et de l'État
| 1 août 1914 : Début de la Grande Guerre
| 3 sep. 1914 : Élection de Benoît XV
| 29 jan. 1917 : Charles 1er échoue à faire la paix
| 13 mai 1917 : Apparitions de Fatima
| 6 fév. 1922 : Élection de Pie XI
| 3 mars 1924 : Le califat disparaît après 1292 ans d'existence
| 11 fév. 1929 : Le Saint-Siège signe les accords de Latran
| 22 juin 1929 : Le Vatican « s'arrange » avec le Mexique
| 14 avr. 1931 : Deuxième République espagnole
| 1 mai 1933 : « Autodafé rituel des écrits juifs nuisibles »
| 12 mars 1939 : Intronisation du pape Pie XII
| 1 sep. 1939 : La Wehrmacht envahit la Pologne
| 5 sep. 1940 : Le Juif Süss à la Mostra de Venise
| 8 mai 1945 : Capitulation allemande
| 1 fév. 1954 : Appel de l'abbé Pierre
| 28 oct. 1958 : Élection de Jean XXIII
| 11 oct. 1962 : Ouverture du concile Vatican II
| 21 juin 1963 : Élection de Paul VI
| 26 août 1978 : Élection de Jean-Paul 1er
| 16 oct. 1978 : Élection du pape Jean-Paul II
| 31 août 1980 : Accords de Gdansk
| 13 mai 1981 : Attentat contre Jean-Paul II
| 13 déc. 1981 : État de guerre en Pologne
| 19 avr. 2005 : Élection de Benoît XVI
| 1 mai 2011 : Béatification de Jean-Paul II
| 28 fév. 2013 : Renonciation du pape Benoît XVI
| 13 mars 2013 : Élection du pape François