L'embellie avec Herodote.net
 
 
 
Les Françaises votent
De Gaulle président
Inauguration du TGV

De Gaulle chef du gouvernement provisoire

Le 3 juin 1944, à quelques jours du débarquement allié en Normandie, le général de Gaulle constitue officiellement à Alger le gouvernement provisoire de la République française et en devient naturellement le chef. C'est l'ultime étape avant l'éviction du « régime de Vichy ».

Un an plus tôt, Charles de Gaulle avait quitté son exil londonien et s'était installé à Alger, qui venait d'être débarrassée des autorités vichystes par les troupes anglo-saxonnes. Il avait constitué le 3 juin 1943 un Comité français de libération nationale co-présidé par lui-même et le général Henri Giraud.

Dans les mois suivants, avec l'appui de résistants comme Jean Moulin et Georges Bidault, le chef de la France Libre avait surmonté son conflit de préséance avec le général Giraud, en qui les Américains voyaient un interlocuteur plus malléable, et était enfin devenu le chef incontesté de la Résistance. C'est ainsi qu'il avait pu transformer le Comité en gouvernement provisoire.

Les Japonais s'emparent de l'Indochine

Le 9 mars 1945, les Japonais attaquent les garnisons françaises d'Indochine. Ils capturent l'amiral Jean Decoux, gouverneur de la colonie, et portent un coup fatal à la présence coloniale de la France dans le Sud-Est asiatique...

Les Français pénètrent en Allemagne

Le lundi 19 mars 1945, à 16h 30, la première armée française commandée par le général Jean de Lattre de Tassigny pénètre en Allemagne à Scheibenhardt (Bas-Rhin) en franchissant la Lauter.

Les Françaises votent pour la première fois

Le 29 avril 1945, les élections municipales donnent l'occasion aux Françaises de voter pour la première fois de leur Histoire...

Un demi-siècle après, les Françaises souffrent encore et toujours d'une faible représentation dans les assemblées politiques malgré l'inscription de la parité homme-femme dans la Constitution ! À cela une cause principale : le cumul des mandats, spécifité nationale.

Répression sanglante à Sétif

Le 8 mai 1945, le jour même de la victoire alliée sur le nazisme, de violentes émeutes éclatent à Sétif et Guelma, en Algérie.

Les manifestants sont des Algériens de confession musulmane dont beaucoup se sont battus dans les troupes françaises qui ont libéré l'Italie du fascisme. Ils souhaitent avec le retour de la paix gagner un peu d'autonomie. Parmi eux un lycéen de 16 ans : Kateb Yacine, futur poète algérien...

La répression, d'une grande brutalité, fait 8.000 à 20.000 morts parmi les musulmans. C'est un lointain prélude à la guerre d'indépendance.

Les Vietnamiens se soulèvent contre les Japonais

Le 10 août 1945, Hô Chi Minh, chef tout-puissant du parti communiste vietnamien, le Vietminh, évince le falot Bao-Daï (on écrit aussi Bao Dai), empereur d'Annam, et soulève la population contre l'occupant japonais. Trois semaines plus tard, le 2 septembre 1945, le Japon ayant officiellement capitulé, il proclame unilatéralement l'indépendance de la République démocratique du Viêt-nam (on écrit aussi Vietnam). Son initiative est ignorée par le gouvernement provisoire du général de Gaulle, à Paris, comme par les conférenciers réunis à Potsdam, lesquels décident de partager l'Indochine suivant le 16e parallèle entre les Chinois de Tchang Kai-chek (au nord) et les Britanniques (au sud). L'imbroglio va déboucher sur la première guerre d'Indochine...

La « Grande Muette » vote !

Le 17 août 1945, les militaires français obtiennent le droit de vote... quelques mois après les femmes ! La « Grande Muette » n'est plus tout à fait muette.

Laval fusillé à Fresnes

Le 15 octobre 1945, Pierre Laval, ancien dirigeant de la gauche pacifiste, est fusillé dans la prison de Fresnes pour crime de collaboration avec l'occupant allemand. Ayant tenté de s'empoisonner dans sa cellule, il est traîné moribond jusqu'au peloton d'exécution.

De Gaulle s'en va ! La IVe République s'installe

Le 20 janvier 1946, Charles de Gaulle démissionne de la présidence du gouvernement provisoire. À l'encontre des partis politiques, il réclame un exécutif fort. Contrairement à ses espérances, ses voeux ne seront pas comblés et personne ne viendra le rappeler au pouvoir pour conduire la IVe République...

Début de la guerre froide

Pendant un demi-siècle, le monde a vécu sous la menace d'une guerre majeure entre les États-Unis et l'URSS.

Cette «guerre froide» a été inaugurée le 5 mars 1946 par un discours de Winston Churchill à Fulton, dans le Missouri....

Accord Hô Chi Minh-Sainteny

Le 6 mars 1946, peu après avoir proclamé l'indépendance du Viêt-nam, Hô Chi Minh signe un accord avec Jean Sainteny, Compagnon de la Libération et commissaire de la République pour le Tonkin et l'Annam du Nord. Par cet accord, la France reconnaît l'indépendance de la République Démocratique du Viêt-nam dans le cadre de l'Union française. Cet accord sera vite rendu caduc sous l'effet de provocations des deux bords...

procès du docteur Petiot

Le 18 mars 1946 débute à Paris le procès du docteur Petiot (49 ans), l'un des plus sinistres criminels en série qui soient. Il a assassiné dans sa cave plusieurs dizaines de personnes qui avaient acheté ses services pour fuir la France occupée…

La République française prend des couleurs

Le 19 mars 1946, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, et la Réunion deviennent des départements d'outre-mer sur un vote à l'unanimité de l'Assemblée nationale française.

Les quatre vieilles colonies ont obtenu cette promotion grâce à l'effort conjoint de leurs députés, Léon Lepervanche et Raymond Vergès (La Réunion), Gaston Monnerville (Guyane), Eberré (Guadeloupe), Bissel et Césaire (Martinique), Aimé Césaire étant le rapporteur de la loi.

Marthe Richard ferme les « maisons closes »

Marthe Richard, née Betenfeld (15 avril 1889, Blâmont ; 9 février 1982, Paris)Le 13 avril 1946, la Chambre des députés vote la loi Marthe Richard, du nom de son inspiratrice. Elle impose dans toute la France la fermeture des « maisons closes » (bordels ou maisons de passe). La face cachée de la bourgeoisie balzacienne disparaît pour toujours.

Prostituée à 16 ans puis mariée à un riche industriel, Marthe Richard (1889-1980) mène une vie fantasque. Elle est l'une des premières Françaises à acquérir un brevet de pilote. Elle prétend par ailleurs avoir fait de l'espionnage au service de la France pendant la Grande Guerre. Conseillère municipale de Paris à la Libération en 1945, elle accède à la respectabilité et impose sa loi aux députés et à l'opinion publique... 

De Gaulle et le discours de Bayeux

Le 16 juin 1946, à Bayeux, en Normandie, le général Charles de Gaulle formule dans un discours retentissant une critique en règle des institutions de la IVe République...

Première édition du festival de Cannes

Irrité par la mainmise hitlérienne et mussolinienne sur la Mostra de Venise, née en 1932, le gouvernement français du Front Populaire décide de créer un festival du cinéma concurrent. Le lieu choisi est Cannes, sur la Côte d'Azur...

Première guerre d'Indochine

Le 19 décembre 1946, le parti communiste vietnamien de Hô Chi Minh, le Vietminh, lance une insurrection générale contre le colonisateur français à Hanoi et dans tout le Tonkin. C'est l'échec de la reprise en main négociée par Jean Sainteny et l'amiral Thierry d'Argenlieu et le début de la première guerre d'Indochine...

Vincent Auriol président de la République

Vincent Auriol (63 ans) devient le 16 janvier 1947 le premier président de la IVe République. Il a été élu peu avant par les deux Chambres réunies en Congrès à Versailles.

Révolte à Madagascar

Le 29 mars 1947, une insurrection éclate à Madagascar. Elle se répand comme une traînée de poudre dans la colonie française.

Le gouvernement envoie à Madagascar des renforts, essentiellement des troupes coloniales (tirailleurs sénégalais) : au total 18.000 hommes début 1948. La répression donne lieu à de nombreux débordements et crimes de guerre : tortures, exécutions sommaires, regroupements forcés, mises à feu de villages...

Marcel Cerdan champion de boxe

Le 21 septembre 1948, le boxeur Marcel Cerdan est sacré champion du monde des poids moyens après sa victoire sur l'Américain Tony Zale...

Schoelcher et Éboué au Panthéon

Le 20 mai 1949, sur une initiative du sénateur Gaston Monnerville, métis originaire de Guyane, la République française transfère au Panthéon les cendres de Victor Schoelcher, en reconnaissance de son action en faveur des esclaves, ainsi que du Guyanais de race noire Félix Éboué, gouverneur du Tchad rallié à la France libre de De Gaulle.

Les Français en finissent avec le rationnement

Le 1er décembre 1949 disparaissent les derniers tickets de rationnement, sur le sucre, l'essence et le café ; le gouvernement de la IVe République supprime par ailleurs le haut-commissariat au ravitaillement. Le rationnement, apparu pendant la guerre et l'occupation allemande, avait du être maintenu et même accentué après la chute du nazisme. La « carte de pain », supprimée en mai 1945, avait été rétablie en décembre 1945 pour n'être finalement supprimée que le 1er février 1949.

Les conditions de vie des Français ne commencent à s'améliorer vraiment qu'après la signature du plan Marshall par la France, le 3 avril 1948, et l'octroi de 2,7 milliards de dollars par les États-Unis. La liste des produits de consommation rationnés se réduit très vite... Les Français entrent bientôt dans la « société de consommation ».

Les Français découvrent le salaire minimum

Le 11 février 1950, le gouvernement de Georges Bidault (IVe République) instaure le Smig (salaire minimum interprofessionnel garanti). L'objectif est d'imposer une limite en-dessous de laquelle aucun salarié à plein temps ne peut être rémunéré.

Indexé simplement sur les prix, le Smig s'est vu distancié par les salaires moyens. Il a donc été remplacé le 1er janvier 1970 par le Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance), fondé sur l'inflation et l'évolution du pouvoir d'achat.

Depuis sa création, le nombre de salariés payés au Smic n'a cessé d'augmenter jusqu'à concerner en 2010 un salarié sur dix, soit environ 2,6 millions de personnes. En 2010, la valeur horaire du Smic est de 8,86 euros, soit 1343,77 euros brut pour un temps plein. Depuis lors, le salaire minimum n'a reçu aucun coup de pouce de l'État et n'est plus revalorisé année après année que du minimum légal.

La Communauté européenne du charbon et de l'acier

Le 9 mai 1950, le ministre français Robert Schuman présente le plan qui portera son nom et annonce la création de la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA)...

Le miracle Pinay

Antoine Pinay, Paris Match, n° 162, 19 avril 1952.Le 8 mars 1952, comme l'inflation menace la croissance économique, le président Vincent Auriol appelle à la tête du gouvernement français un inconnu, Antoine Pinay, maire de Saint-Chamond (Loire).

En quelques mois, celui-ci rétablit la confiance des financiers et des consommateurs. Il fait notamment chuter les prix avec la complicité des grands magasins et lance un emprunt indexé sur l'or et défiscalisé, la rente 3,5%. Les souscriptions atteignent 428 milliards de francs !

Bien qu'ayant ainsi rétabli l'équilibre des finances publiques, le président du Conseil est mis en minorité par la défection des députés MRP sur un projet de réforme de la sécurité sociale et de l'impôt foncier. Antoine Pinay, qui n'a pas le goût des batailles politiques, jette l'éponge le 23 décembre 1952. Son passage, malgré sa brièveté, marquera de son empreinte la IVe République.

Naissance du Livre de Poche

Le 9 février 1953, Henri Filipacchi, des éditions Hachette, publie à Paris les premiers titres d'une collection appelée à un grand avenir : Le Livre de Poche. Le n°1 est un roman de Pierre Benoît, Koenigsmark. Avec un prix trois ou quatre fois moindre que les livres conventionnels, les nouveaux livres au format de poche séduisent un public jeune et peu fortuné.

Déjà, en 1905, les éditions Jules Tallandier avaient commercialisé des livres sous l'appellation « livre de poche » mais il ne s'agissait encore que de littérature de gare (petits romans populaires). La véritable naissance du format de poche remonte à la création par Allen Lane, en 1935, en Angleterre, des éditions Penguin. Dans le domaine francophone, on peut citer la collection Marabout, créée à Verviers (Belgique) en 1948.

Staline et Prokofiev s'éteignent à Moscou

Staline s'éteint à Moscou, le 5 mars 1953, à l'âge de 73 ans, selon l'annonce qu'en fait le Kremlin le lendemain matin au monde stupéfait...
Le même jour que le dictateur soviétique et dans la même ville, à quelques heures d'intervalle, c'est dans une totale discrétion que disparaît le compositeur Serge Prokofiev, à la veille de ses 62 ans. Ancien « enfant terrible » de la musique russe, il a émigré aux États-Unis puis s'est épanoui à Paris, avant de revenir finir sa vie en URSS.

Le sultan du Maroc est déposé

Le 20 août 1953, le sultan du Maroc Sidi Mohammed est chassé du pouvoir par le Glaoui (le pacha de Marrakech), avec la complicité des Français. Il reviendra avec le titre de roi, sous le nom de Mohammed V...

René Coty président de la République

René Coty (65 ans) succède le 16 janvier 1954 à Vincent Auriol à la présidence de la IVe République...

Appel de l'abbé Pierre

Le 1er février 1954, lors d'un hiver désastreux qui a occasionné de grandes souffrances parmi les sans-abri de France, l'abbé Pierre lance un appel pathétique sur les ondes et dans les journaux : « Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée, cette nuit, à 3 heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée... » Les Français se mobilisent.

C'est le début d'un immense mouvement charitable, l'« insurrection de la bonté ». Il va conduire le gouvernement à intensifier ses efforts pour la construction de nouveaux logements.

De « Monsieur Vincent » à l'« abbé Pierre »

Appel de l'abbé Pierre le 1er février 1954De son vrai nom Henri Grouès, l'abbé Pierre (1912-2007) entre dans la Résistance et devient député à la Libération.

En 1949, il crée près de Paris la communauté des Compagnons d'Emmaüs : les déshérités qu'elle accueille ne se contentent pas de la charité publique mais se prennent en charge, construisant de leurs mains des maisons, se faisant chiffonniers et retrouvant leur dignité à travers la solidarité et le travail.

À trois siècles de distance, l'abbé Pierre est comme Saint Vincent de Paul une lumière dans un monde ténébreux, en manque de repères spirituels. Comme « Monsieur Vincent », il a servi les humbles et partagé leurs souffrances, côtoyé les puissants... et su mobiliser les médias pour ses bonnes oeuvres.

Siège de Diên Biên Phu

Le 3 février 1954 commence le siège du camp retranché de Diên Biên Phu...

Création de la TVA

Le 10 avril 1954, l'Assemblée nationale vote la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA). Cet impôt sur la consommation va très vite s'imposer en France et aussi dans le reste du monde, à l'exception notable des États-Unis.

La TVA vient en remplacement des anciens impôts indirects sur la consommation avec une différence proprement révolutionnaire qui fait le génie de son concepteur :
- l'entrepreneur ne se contente plus de déclarer et payer une taxe sur son chiffre d'affaire (ses ventes),
- il déclare aussi le montant de ses achats et se fait rembourser par le service des impôts les taxes qui pèsent sur ceux-ci.

Ses taxes ne pèsent en définitive que sur la différence entre ses ventes et ses achats (la «valeur ajoutée»)...

Conférence de Genève

Le 26 avril 1954 s'ouvre la conférence de Genève avec les délégués de 19 nations, Georges Bidault (France), Anthony Eden (GB), John Foster Dulles (USA), Molotov (URSS), Zhou Enlai (Chine)... Elle s'est donné pour objectif de régler les deux grands conflits de l'après-guerre, la guerre de Corée, inaugurée par l'attaque communiste du 25 juin 1950, et surtout la guerre d'Indochine (ou plus précisément du Vietnam), qui remonte à l'automne 1946 et voit s'affronter l'armée française et les communistes du Vietminh, le parti d'Hô Chi Minh.

C'est la première fois que la République populaire de Chine, proclamée cinq ans plus tôt, participe à une conférence internationale, qui plus est avec les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. À noter toutefois que les États-Unis se présentent en simples observateurs. Ils se tiennent prêts à intervenir militairement en Indochine pour contrer l'avancée du communisme, si une solution satisfaisante ne venait pas à se dégager.

Clôturée le 21 juillet 1954, la conférence n'aboutira pas en ce qui concerne la Corée mais il en ira différemment en ce qui concerne l'Indochine : les protectorats français du Laos et du Cambodge obtiendront immédiatement leur indépendance cependant que le Vietnam sera « temporairement » partagé en deux États, l'un communiste, au nord du 17e parallèle, l'autre pro-américain au sud. La division ne sera soldée que vingt ans plus tard, au terme de la guerre du Vietnam...

Capitulation de Diên Biên Phu

Le 7 mai 1954, dans le haut Tonkin, le camp retranché de Diên Biên Phu tombe aux mains du Vietminh après 57 jours de résistance acharnée.

Un siècle de présence française en Indochine se termine dans cette cuvette où le général Henri Navarre a concentré 15.000 hommes, avec l'objectif de desserrer l'étau des communistes vietnamiens sur le riche delta du Tonkin.

Le 26 avril précédent s'étaient ouverte la conférence de Genève sur le sort de l’Indochine (et de la Corée).

Accords de Genève sur l'Indochine

Le 21 juillet 1954 se termine la conférence de Genève et avec elle la guerre d'Indochine...

Brassens à l'Olympia

Le 23 septembre 1954, Georges Brassens (33 ans) triomphe à l'Olympia.

« Toussaint rouge » en Algérie

Le 1er novembre 1954 marque le début de l'insurrection algérienne. Les indépendantistes du FLN (Front de Libération Nationale) d'Ahmed Ben Bella commettent de nombreux attentats causant une dizaine de victimes musulmanes aussi bien qu'européennes. Parmi celles-ci, un jeune instituteur européen, Guy Monnerot.

Surnommés « fellagha » (en arabe coupeurs de route ou bandits de grand chemin), les indépendantistes souffrent d'être encore très minoritaires et sans soutien consistant dans la population musulmane...

Émeutes à Philippeville

Le 20 août 1955, sous le prétexte du deuxième anniversaire de la déposition du roi du Maroc, les indépendantistes algériens du FLN organisent des émeutes violentes à Philippeville...

Poujade sème la panique

Le 12 janvier 1956, aux cris de « Sortez les sortants », 52 députés font leur entrée à l'Assemblée nationale, à Paris... Deux ans plus tard, la Ve République « sortira » tout le monde ! Artisans ou commerçants originaires des petites villes et du monde rural, les nouveaux députés se réfèrent à un chef de file charismatique, Pierre Poujade. Il les a lancés à l'assaut de l'Assemblée en négligeant, lui-même, de se faire élire député…

Indépendance du Maroc

Le 2 mars 1956, la France reconnaît la fin du protectorat instauré sur le sultanat du Maroc en 1912. C'est la conclusion de la conférence ouverte à Aix-les-Bains le 22 août 1955 à l'initiative du président du Conseil Edgar Faure et de son ministre des Affaires étrangères Antoine Pinay.

Le pays devient indépendant et le souverain convertit son titre de sultan en celui de roi sous le nom de Mohammed V. Le 7 mars 1956, annonce à son peuple le retour à l'indépendance. L'Espagne à son tour reconnaît l'indépendance du pays le 7 avril 1956 avant de lui restituer un peu plus tard l'enclave d'Ifni et le littoral méditerranéen (à l'exception de Ceuta et Melilla). Enfin, le statut international de Tanger est aboli le 21 octobre de la même année et le grand port du nord retourne dans le giron du royaume.

Le procès de « l'affaire des fuites »

Le 7 mars 1956, François Mitterrand, alors ministre de l'intérieur de Pierre Mendès France, est blanchi des accusations calomnieuses de haute trahison portées contre lui. Il est injustement accusé d'avoir fourni, en 1953, des informations concernant l'effort de guerre français en Indochine au Parti Communiste et donc indirectement à l'URSS, allié des rebelles communistes indochinois. L'accusation, en temps de guerre, est gravissime et apte à briser la carrière de ce jeune ministre prometteur.

L'affaire se révèle être en fait une machination montée par les mouvements poujadistes, hostiles à Mitterrand depuis que celui-ci a démissionné du gouvernement Daniel pour condamner la politique de répression menée par la France au Maroc et en Tunisie. Elle est à l'origine de la mésentente entre François Mitterrand et Pierre Mendès France, ces deux brillants hommes de gauche de la France de l'après-guerre. Le futur président de la république ne pardonnera en effet jamais, par la suite, à Mendès France de ne pas l'avoir prévenu des suspicions pesant sur lui.

La Tunisie retrouve son indépendance

Le 20 mars 1956, la France met fin à son protectorat sur la Tunisie.

C'est l'aboutissement des revendications menées par le Destour, un parti fondé en 1920, et plus encore le Néo-Destour, un parti indépendantiste plus radical que le précédent, fondé en 1934 par Habib Bourguiba. Celui-ci est arrêté par le résident général Jean de Hauteclocque en janvier 1953.

Là-dessus, coup de théâtre. Le 31 juillet 1954, le président du Conseil Pierre Mendès France se rend à Tunis et, par son « discours de Carthage », reconnaît l'autonomie interne de la Tunisie, premier pas vers l'indépendance. Dans le mois qui suit celle-ci, le Néo-Destour s'assure une majorité écrasante aux élections. Son chef Bourguiba, devenu le chef du gouvernement, abolit le beylicat et proclame la République le 25 juillet 1957.

À Monaco, Grace dit oui à Rainier

Le 19 avril 1956, 30 millions de téléspectateurs assistent au mariage du Prince Rainier III de Monaco (32 ans) et de l'actrice américaine Grace Kelly (26 ans). Le prince et l'actrice se sont rencontrés en mai de l'année précédente. Lors du festival de Cannes de cette année-là, Grace Kelly devait effectuer une séance photos pour le journal Paris Match. Afin de valoriser la mise en scène, il est très opportunément décidé de réaliser les prises de vue au château de Monaco. Elle y rencontre alors le prince Rainier : c'est le début d'une histoire d'amour comme l'aime le grand public. Un Âge d'or de la principauté débute avec ce mariage princier..

Réforme administrative de l'Algérie

Le 28 juin 1956, le gouvernement français remplace les trois départements créés en 1848 en Algérie (Alger, Oran, Constantine) et le département de Bône créé en 1955 par douze subdivisions, transformées l'année suivante en autant de départements. Les départements deviendront des wilayas dans l'Algérie indépendante.

La France produit ses premiers kW nucléaires à Marcoule

Le 28 septembre 1956, la France devient le premier pays d'Europe occidentale à produire de l'énergie atomique. G1, la pile atomique construite à Marcoule dans le Gard, avait entamé une réaction nucléaire le 7 janvier de la même année puis était montée en puissance jusqu'à être apte à faire tourner un générateur EDF. Commence pour la France une ère nouvelle basée sur l'énergie atomique, dont on espère qu'elle garantira son indépendance énergétique. En 1974, dans l'année qui suit le premier choc pétrolier, elle relance son effort avec le Plan Messmer qui prévoit 58 réacteurs atomiques supplémentaires.

La chasse française arraisonne l'avion des rebelles algériens

Le 22 octobre 1956, cinq chefs algériens du Front de Libération Nationale (FLN) prennent un vol de Rabat au Maroc à destination de Tunis, afin de participer à un sommet sur l'avenir du Maghreb organisé par le président tunisien Bourguiba. Il s'agit d'Ahmed Ben Bella, figure emblématique de la rébellion algérienne, d'Aït Ahmed, Lacheraf, Khider et Boudiaf.

Pour les services secrets français, il s'agit d'une occasion à ne pas laisser passer. Débordant les consignes de leur gouvernement, ils envoient des avions de chasse détourner l'avion sur un aéroport militaire. Très embarrassé par cet acte de piraterie, le gouvernement socialiste de Guy Mollet va devoir conserver les captifs en prison jusqu'aux accords d'Évian qui donneront l'indépendance à l'Algérie.

Cette arrestation entraîne un refroidissement des relations entre la France et les autres pays du Maghreb et déchaîne la colère des peuples arabes. À Meknès, au coeur des plateaux céréaliers du Maroc où sont établis de nombreux colons européens, des manifestants s'en prennent à ces derniers. Les morts se comptent bientôt par dizaines !... Les troupes françaises présentes sur place ont interdiction d'intervenir pour faire cesser la tuerie. Elles restent dans leurs casernes. Notons que le même comportement se renouvellera à Oran à l'issue de la guerre d'Algérie.

Parachutistes français et britanniques sautent sur Suez

Le 5 novembre 1956, débute une opération aéroportée franco-britannique contre l'Égypte. À la suite de la nationalisation du canal par le raïs Nasser le 26 juillet 1956, les gouvernements français et britannique de Guy Mollet et Anthony Eden ont convenu avec le gouvernement israélien de Ben Gourion d'attaquer conjointement l'Égypte.

Les Israéliens se lancent dans la péninsule du Sinaï le 29 octobre et les parachutistes franco-britanniques sautent sur Port-Saïd sous le prétexte de protéger le canal.

Mais à peine les paras touchent-ils terre que le maréchal Nicolas Boulganine, chef de l'État soviétique, menace d'intervenir avec des fusées intercontinentales à tête nucléaire si l'attaque n'est pas stoppée ! Le président Dwight Eisenhower (qui vient d'être réélu le 6 novembre avec un pourcentage record de 57% des électeurs) joint sa voix aux Soviétiques pour exiger un cessez-le-feu.

Le tintamarre provoqué par cette expédition de type colonial aura permis à l'URSS de réprimer au même moment une révolte populaire en Hongrie.

L'expédition de Suez tourne au fiasco

Le 6 novembre 1956, les armes se taisent sur les rives du canal de Suez. L'expédition franco-britannique tourne au fiasco. Elle signe la fin de l'ère coloniale et de la «diplomatie de la canonnière»...

Les JO de Melbourne et la victoire d'Alain Mimoun au marathon

Ce 22 novembre 1956, s'ouvre à Melbourne la XVIe olympiade. Ce sont les premiers Jeux dans l'hémisphère sud.

Alain Mimoun à l'arrivée du marathon  de Melbourne (1956)Les Français conservent le souvenir éblouissant de la victoire d'Alain Mimoun (35 ans) au marathon. Cet ancien caporal-chef d'origine kabyle avait failli être amputé d'une jambe à l'issue de la bataille du Mont Cassin, en 1944. La veille de l'épreuve, il apprend que son épouse vient d'accoucher. Parti avec le maillot 13, il l'emporte en 2h25 sur son rival et ami, le Tchécoslovaque Emil Zatopek, et termine sous les acclamations des 120.000 spectateurs du stade olympique.

Ces JO sont aussi fortement colorés d'enjeux politiques puisque l'Irak, le Liban et l'Égypte ont décidé de les boycotter afin de protester contre l'intervention franco-britannique sur le canal de Suez. De leur côté, les Pays-Bas, l'Espagne et la Suisse ne sont pas également présents en Australie afin de condamner l'intervention soviétique en Hongrie. Quant à la Chine, elle refuse également d'y participer en raison de la présence de Taïwan.

Et Dieu créa... Bardot

L'année 1956 se termine « en beauté » par la sortie le 28 novembre d'un film sulfureux mettant en scène Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant. Ce film, Et Dieu créa la femme, propulse l'actrice au rang de star internationale, icône de la féminité et de la libération des mœurs.

Réalisé par Roger Vadim, le film est un succès mondial. De New York à Tokyo, les spectateurs se pressent pour découvrir le film où rayonne la beauté de la jeune actrice française (22 ans). Par ses scènes osées, le film choque toutefois une partie de l'opinion conservatrice, certaines ligues chrétiennes allant même jusqu'à juger le film satanique. Plus de 50 ans après, le film reste un grand classique du cinéma français même si son côté sulfureux n'a plus le même impact...

Début de la bataille d'Alger

Le 7 janvier 1957, le gouvernement français confie au général Jacques Massu les pleins pouvoirs de police sur le Grand Alger (800 000 habitants dont une moitié de musulmans) pour empêcher que se répètent des attentats aveugles comme ceux  du  Milk Bar et de la Cafétéria.

Assisté des colonels Marcel Bigeard, Roger Trinquier et Yves Godard, le général commande les 6 000 hommes de la dixième division parachutiste. Il a mission de mettre fin au terrorisme dans l'agglomération et va s'acquitter de sa tâche en ne reculant pas devant l'emploi de la torture, malgré les réticences du colonel Yves Godard et les protestations du général Jacques Pâris de la Bollardière ou encore du secrétaire de la police Paul Teitgen.

La Communauté Économique Européenne

Le 25 mars 1957, six pays signent à Rome un traité à l'origine de l'Union européenne.

La ratification du traité de Rome ne va pas sans difficultés. D'éminentes personnalités s'y opposent, comme le député socialiste Pierre Mendès France qui craint que l'industrie nationale ne supporte pas l'ouverture des frontières et la concurrence allemande. Par contre, plus visionnaire, le général Charles de Gaulle, sollicité par ses proches d'y mettre son veto, refuse...

Albert Camus Prix Nobel de littérature

Né 44 ans plus tôt dans une famille pauvre de Mondovi (Algérie), Albert Camus se voit remettre le Prix Nobel de littérature à Stockholm le 10 décembre 1957, pour l'ensemble de son oeuvre, notamment deux romans : L'étranger et La peste, et un essai philosophique sur l'absurdité de la condition humaine : Le mythe de Sisyphe.

Albert Camus à Stockholm le 12 décembre 1957 (DR)On est alors en pleine guerre d'Algérie. Pressé de questions par les journalistes, l'écrivain déclare : « En ce moment, on lance des bombes dans les tramways d'Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c'est cela la justice, je préfère ma mère » (630). Ce cri du coeur sera ramassé par ses adversaires « progressistes » du quartier de Saint-Germain-des-Prés, notamment Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, en une formule brutale : « S'il faut choisir entre la justice et ma mère, je choisis ma mère » (il eut été plus juste de préciser : « cette justice-là »).

Alger se révolte

Le 13 mai 1958, les Algérois d'origine européenne, conduits par le leader étudiant Robert Lagaillarde, le journaliste Alain de Sérigny, le général Jacques Massu et l'agitateur Léon Delbecque, manifestent pour le maintien de la souveraineté de la France sur l'Algérie. Raoul Salan, qui commande les troupes en Algérie, lance un vibrant appel au général de Gaulle.

Pendant ce temps, à Paris, la IVe République est aux abois. Le président René Coty nomme à la présidence du Conseil Pierre Pflimlin en remplacement de Félix Gaillard...

De Gaulle : « Je vous ai compris »

Le 4 juin 1958, du balcon du Gouvernement Général d'Alger, le général de Gaulle lance à la foule : « Je vous ai compris. Je sais ce qui s'est passé ici. Je vois ce que vous avez voulu faire. Je vois que la route que vous avez ouverte en Algérie, c'est celle de la rénovation et de la fraternité. Eh bien ! de tout cela, je prends acte au nom de la France, et je déclare qu'à partir d'aujourd'hui, la France considère que dans toute l'Algérie, il n'y a qu'une seule catégorie d'habitants : il n'y a que des Français à part entière, des Français à part entière avec les mêmes droits et les mêmes devoirs... »

Ce cri va semer d'amères illusions chez les Français d'Algérie, ceux-là mêmes qui ont ramené de Gaulle au pouvoir le 13 mai 1958. Sans prendre aucun engagement concret, le général les laisse croire à sa résolution de conserver l'Algérie à la France.

Aujourd'hui, ces quatre mots : « Je vous ai compris », sont devenus pour beaucoup de Français le modèle du cynisme en politique.

Référendum sur la Constitution de la Ve République

Le 28 septembre 1958, à l'invitation du général Charles de Gaulle, les Français votent par référendum pour une nouvelle Constitution. Rédigée sous l'égide de Michel Debré, elle marque la naissance de la Cinquième République...

Le « plan Pinay-Rueff »

Rappelé au pouvoir en mai 1958, Charles de Gaulle fait appel à l'économiste Jacques Rueff pour remettre l'économie sur pied. Celui-ci présente un plan en 25 pages, limité à quelques mesures essentielles...

Sékou Touré proclame l'indépendance de la Guinée

La colonie française de Guinée devient indépendante le 2 octobre 1958 après que le député Sékou Touré a appelé ses compatriotes à voter non au référendum instituant la Communauté française. Le général de Gaulle, président de la République française, fait évacuer aussitôt les Français présents sur place et abandonne le nouvel État à son sort. Sékou Touré, premier président de la République démocratique de Guinée, entraîne très vite son pays dans un chaos innommable sous le prétexte d'instaurer une version africaine du socialisme.

Le pays est désigné d'après le nom donné au golfe qui court du Sénégal à l'Angola et borde les principales régions forestières du continent africain.

Il a 250 000 km2 et 8 millions d'habitants (2006) très majoritairement musulmans. Sa capitale est Conakry, sur la côte atlantique mais son histoire s'est forgée dans l'intérieur, en particulier dans le massif du Fouta Djalon où des Peuls islamisés ont fondé un État relativement puissant au XVIIIe siècle. Des Mandingues descendus de la vallée du Niger ont par ailleurs dominé la région côtière. Le haut Niger, au nord de l'actuelle Guinée, a été exploré par René Caillié en 1827-1828.

De Gaulle Président !

Le 21 décembre 1958, Charles de Gaulle est élu pour sept ans à la présidence de la République par un collège électoral, conformément à la Constitution de la Ve République entrée en application le 8 octobre précédent...

Les « ballets roses » de la République

La Ve République débute en 1959 sur un scandale sexuel qui met en cause l'un des plus hauts personnages de la République précédente : André Le Troquer. Né en 1884, il a laissé un bras dans la Grande Guerre puis est devenu député socialiste de Paris...

Droit des Algériens à l'autodétermination

Le 16 septembre 1959, dans une déclaration télévisée, le général de Gaulle évoque pour la première fois le « droit des Algériens à l’autodétermination ».

Pilote en kiosque

Le 29 octobre 1959 paraît le numéro 1 de l'hebdomadaire Pilote (« Polite, quel journal »).

Le magazine est créé par François Clouteaux, né à Nantes en 1920, chrétien convaincu et ancien résistant. Les 300.000 exemplaires sont immédiatement vendus. Les lecteurs font connaissance avec de nouveaux héros dont un certain... Astérix.

Catastrophe de Malpasset

Le soir du 2 décembre 1959, un barrage se rompt à Malpasset, en amont de Fréjus, sur la côte méditerranéenne, entre Toulon et Nice. La ville est inondée et détruite par une vague de 40 mètres de haut. La catastrophe fait 423 morts et des milliers de sans-abri.

Dans un émouvant élan de solidarité, la France entière se mobilise aussitôt au secours des victimes. Des quêtes et des collectes de vêtements sont organisées à grande échelle dans les écoles. Européens et Américains se mobilisent également. Il s'agit de la première manifestation mondiale de solidarité.

Le barrage-voûte de Malpasset, destiné à l'irrigation et assis sur des roches instables, avait été conçu selon des normes moins draconiennes que les ouvrages hydroélectriques et n'a de ce fait pas résisté à des pluies diluviennes.

Loi Debré sur l'enseignement privé

Le 31 décembre 1959 est promulguée en France, sous la présidence du général de Gaulle, la loi sur l'enseignement privé, dite loi Debré (du nom du premier ministre Michel Debré).

On lui doit la distinction actuelle entre établissements hors-contrat, établissements sous contrat simple (l'État rémunère les maîtres), établissements sous contrat d'association (l'État participe aussi aux dépenses de fonctionnement et les familles ont en charge les liens avec le culte), établissements privés intégrés à l'enseignement public (écoles d'entreprise).

Le Cameroun ouvre le bal des indépendances africaines

18 colonies africaines accèdent en 1960 à l'indépendance. Le Cameroun, ancienne colonie allemande partagée en 1918 entre la France et le Royaume-Uni, inaugure les festivités en devenant indépendant le 1er janvier 1960 sous le nom de République unie du Cameroun (capitale : Yaoundé). Le premier président en est Ahmadou Ahidjo.

Suivent le Togo (capitale : Lomé, Sylvanus Olympio, président) ; la Fédération du Mali, qui éclate entre Sénégal (capitale : Dakar ; Léopold Sédar Senghor premier président) et Mali (ex-Soudan français, capitale : Bamako, premier président : Modibo Keita) ; Madagascar (capitale : Tananarive, premier président : Philibert Tsiranana).

Le Congo belge devient indépendant avec à sa tête Joseph Kasavubu pour premier président et Patrice Lumumba pour Premier ministre (capitale : Léopoldville, aujourd'hui Kinshasa). La Somalia, colonie italienne, et le Somaliland, colonie britannique, fusionnent pour devenir la république de Somalie (capitale : Mogadiscio, premier président : Aden Abdullah Osman Daar). Autres indépendances : le Dahomey, aujourd'hui Bénin (capitale : Porto Novo, premier président : Hubert Maga), le Niger (capitale : Niamey, premier président : Hamani Diori), la Haute-Volta, aujourd'hui Burkina Faso (capitale : Ouagadougou, premier président : Maurice Yaméogo), la Côte d'Ivoire (capitale : Abidjan, puis Yamoussoukro, premier président : Félix Houphouët-Boigny).

L'ancienne AEF (Afrique Équatoriale Française) éclate entre Tchad (capitale : Fort-Lamy, aujourd'hui N'Djamena, premier président : François Tombalbaye), Oubangui-Chari ou République centrafricaine (capitale : Bangui, premier président : David Dacko), Congo-Brazzaville (premier président : Fulbert Youlou), Gabon (capitale : Libreville, premier président : Léon Mba). Autres colonies devenues indépendantes cette année-là : Nigeria (colonie britannique, capitale : Lagos), Mauritanie (capitale : Nouakchott, premier président : Moktar Ould Daddah).

Colonies plus tard indépendantes : Sierra Leone, Tanganyika ou Tanzanie, Rwanda et Burundi, Ouganda et Kenya, Afrique australe britannique et petite Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Mozambique, Cap-Vert, Angola, Djibouti et Érythrée.

L'indépendance tranquille du Sénégal

Le 4 avril 1960, par un accord avec le gouvernement du général de Gaulle, Léopold Sédar Senghor obtient l'indépendance de la Fédération du Mali, qui réunit le Sénégal et le Soudan français, deux colonies de l'Afrique occidentale française (AOF) .

L'indépendance est effective le 20 juin suivant. Mais dès le 20 août, le Sénégal se retire de la fédération. Cinq jours plus tard, Léopold Sédar Senghor devient le Président de la nouvelle République, avec une Constitution calquée sur celle de la Ve République...

La Côte d'Ivoire devient indépendante

Le 7 août 1960, la Côte d'Ivoire devient une république indépendante après avoir été colonie française pendant les 67 premières années de son existence. Son premier président est un médecin de 55 ans devenu planteur de cacao et militant syndical, Félix Houphouët-Boigny.

Procès du « réseau Jeanson »

Le 5 septembre 1960 s'ouvre à Paris, devant le tribunal des forces armées, le procès du « réseau Jeanson ». Il s'agit de 6 Algériens et de 17 Français de métropole qui ont soutenu dans les deux dernières années le FLN (parti indépendantiste algérien).

La plupart ont collaboré à des actions de guerre ou de terrorisme. Ils ont été qualifiés de « porteurs de valises » par l'écrivain Jean-Paul Sartre, ami de leur principal représentant, Francis Jeanson.

Création de l'OAS

Le 11 février 1961, à Madrid, Jean-Jacques Susini et Pierre Lagaillarde fondent l'OAS (Organisation de l'Armée Secrète), une organisation secrète destinée à maintenir coûte que coûte l'Algérie dans le giron de la République française...

Putsch d'Alger

Dans la nuit du 21 au 22 avril 1961, d'anciens généraux français tentent de soulever les militaires stationnés en Algérie et les Pieds-noirs dans un effort désespéré maintenir l'Algérie à l'intérieur de la République française. C'est le putsch d'Alger...

Nuit tragique à Paris

Le 17 octobre 1961, une manifestation des indépendantistes algériens se solde par un bain de sang...

Drame au métro Charonne (Paris)

Le 8 février 1962, à l'appel des syndicats et des partis de gauche, les Parisiens se rassemblent autour de la place de la Bastille pour dénoncer les attentats de l'OAS (Organisation de l'Armée Secrète). Une charge de la police débouche sur l'écrasement de plusieurs manifestants contre les grilles du métro. On comptera huit morts et des centaines de blessés...

Accords d'Évian

Le 18 mars 1962 sont conclus les accords d'Évian destinés à mettre fin à la guerre d'Algérie. Le gouvernement français cède au GPRA (gouvernement provisoire de la république algérienne) ses pouvoirs sur l'Algérie et le Sahara. Les accords sont signés par le ministre Louis Joxe d'un côté, le vice-président du GPRA Krim Belkacem de l'autre...

Cessez-le-feu en Algérie

Le 19 mars 1962, à midi, un cessez-le-feu met fin à huit ans de guerre en Algérie. Le 8 avril précédent, un référendum a ratifié à plus de 90% la décision du général de Gaulle de donner l'indépendance à l'Algérie.

La veille, à Évian, le gouvernement français a cédé au GPRA (gouvernement provisoire de la république algérienne) ses pouvoirs sur l'Algérie et le Sahara... Les violences se poursuivent néanmoins après le cessez-le-feu et l'indépendance, effective le 3 juillet. Les Européens quittent le pays dans la confusion...

Fusillade de la rue d'Isly

Le 26 mars 1962, à Alger, des Européens se rendent en cortège vers le quartier de Bab el-Oued pour protester contre son bouclage par l'armée française qui soupçonne la présence d'activistes pieds-noirs.

Dans la rue d'Isly, un détachement de tirailleurs algériens de l'armée française, sous le commandement d'un jeune lieutenant kabyle, fait face aux manifestants. Épuisés et ne sachant plus trop à quel drapeau obéir, ils sont nerveux et prêts à en découdre...

Le massacre d'Oran

Indépendance de l'Algérie et Fête de l'Indépendance

Le 5 juillet 1962 est proclamée officiellement l'indépendance de l'Algérie (deux jours après son indépendance effective... et 132 ans après la prise d'Alger par le maréchal Bourmont). L'anniversaire de ce jour est devenu la Fête de l'Indépendance.

Le jour même de la proclamation de l'indépendance, les Européens encore présents à Oran sont victimes d'une hystérie collective. Beaucoup sont massacrés par la foule musulmane, cependant que les soldats français se tiennent l'arme au pied dans les casernes...

Adenauer et de Gaulle à Reims

Du 2 au 8 juillet 1962, le chancelier allemand Konrad Adenauer effectue une visite officielle en France. En témoignage de réconcilation entre les deux pays, il conclut son voyage à Reims, où il assiste aux côtés du président français Charles de Gaulle à un Te Deum dans la cathédrale Notre-Dame de Reims.

En retour, du 4 au 9 septembre 1962, le général de Gaulle se rend à son tour en RFA (République Fédérale Allemande), où il reçoit un accueil aussi chaleureux des foules. À la suite de ces déplacements sera signé à l'Élysée le traité d'amitié franco-allemand, le 22 janvier 1963.

Attentat du Petit-Clamart

Le 22 août 1962 survient l'attentat du Petit-Clamart, contre le général de Gaulle...

Le président met à profit l'émotion qui secoue le pays pour proposer l'élection du président de la République au suffrage universel direct et non plus indirect. C'est la dernière touche au régime présidentiel qu'il a toujours souhaité pour le pays. On s'apercevra plus tard de l'ambivalence institutionnelle de ce régime, dont le caractère parlementaire se révèle en période de cohabitation...

Référendum sur l'élection du Président

Le général de Gaulle, président de la République française, soumet une révision majeure de la Constitution au référendum de ses concitoyens. Il s'agit d'instituer l'élection du Président au suffrage universel direct (et non plus par un collège de grands électeurs).

Le référendum intervient peu après l'attentat raté du Petit-Clamart contre le général de Gaulle (28 août 1962). Dans l'émotion du moment, la révision est approuvée à une assez large majorité (61,7% de oui contre 38,2% de non) malgré l'opposition de tous les partis à l'exception du parti gaulliste.

La première élection présidentielle au suffrage universel direct a lieu en 1965. Elle reconduit Charles de Gaulle à l'Élysée pour un deuxième mandat qui sera interrompu en 1969 par une démission inopinée.

Traité d'amitié franco-allemand ou traité de l'Élysée

Le 22 janvier 1963, le traité d'amitié franco-allemand de l'Élysée, à Paris, consacre le rapprochement des deux anciens ennemis. Il est signé par le général de Gaulle, président de la République française, et le chancelier allemand Konrad Adenauer, qui, l'un et l'autre, partagent les mêmes convictions.

Mais le traité est vidé de son contenu par le préambule unilatéralement voté par le Bundestag le 15 juin 1963 : les députés allemands réaffirment à cette occasion leur lien avec les États-Unis et le Royaume-Uni, à la grande colère de De Gaulle, qui voit réduite à néant son aspiration à une Europe indépendante... 

Dernière exécution politique en France

Le 11 mars 1963, le lieutenant-colonel Jean Bastien-Thiry est passé par les armes au fort d'Ivry. Il s'agit de la dernière exécution politique, en France, à ce jour...

La France pleure Édith Piaf et Jean Cocteau

Le 11 octobre 1963, les Français et les coeurs sensibles de toute la planète pleurent la disparition le même jour de Jean Cocteau, poète touche-à-tout né 74 ans plus tôt, et de la chanteuse Édith Piaf, née 48 ans plus tôt, en 1915, sous le nom de Édith Giovanna Gassion...

Jean Moulin au Panthéon

Le 19 décembre 1964, les cendres de Jean Moulin sont transférées au Panthéon, à Paris, à l'initiative du général de Gaulle et du ministre des Affaires culturelles, André Malraux. Ce dernier prononce à cette occasion un flamboyant discours en hommage à Jean Moulin et à tous les résistants à l'occupation allemande.

Inauguration de l'usine marémotrice de la Rance

Le 26 novembre 1966, le président Charles de Gaulle inaugure l'usine marémotrice de la Rance. Cette réalisation technologique prestigieuse restera sans lendemain. L'électricité produite à partir des marées n'étant qu'à peine rentable.

De Gaulle : « Vive le Québec libre ! »

Après avoir débarqué à Québec, le général de Gaulle emprunte le « Chemin du Roy » qui relie la ville de Québec à la métropole provinciale. Reçu à l'Hôtel de ville de Montréal, le président français s'avance de sa propre initiative vers le balcon et s'adresse à la foule qui se presse au pied de l'édifice.

Il conclut son disours par un vibrant : « Vive Montréal ! Vive le Québec ! Vive le Québec... libre ! Vive le Canada français et vive la France ! »...

La France se convertit à la pilule

La pilule anticonceptionnelle inventée par le docteur Pincus a été mise en vente libre aux États-Unis le 3 mai 1960. Elle est légalisée en France le 28 décembre 1967 par la loi Neuwirth, du nom de son rapporteur Lucien Neuwirth. Né à Saint-Étienne le 18 mai 1924, celui-ci s'est engagé très tôt dans la Résistance aux côtés du général de Gaulle. Ayant survécu miraculeusement à un peloton d'exécution, il s'est engagé en politique à la Libération, devenant député de la Loire.

En contact avec le Mouvement français pour le planning familial, il prend conscience de la détresse des femmes victimes de grossesses non désirées et entreprend de faire abroger la loi de 1920 qui interdit toute propagande anticonceptionnelle.

Convié à l'Élysée pour expliquer son projet de loi, il déclare au général de Gaulle : « :À la Libération, on a donné le droit de vote aux femmes, elles l'avaient bien mérité dans la Résistance. Maintenant, les temps sont venus de leur donner le droit de maîtriser leur fécondité, parce que c'est leur fécondité ».
- Vous avez raison, transmettre la vie, c'est important, il faut que ce soit un acte lucide. Continuez », aurait alors répondu le Général.

La police évacue la Sorbonne

Le 3 mai 1968, la police évacue par la force 500 étudiants qui occupent la Sorbonne. Des barricades font leur apparition sur le boul'Mich du Quartier Latin, à Paris. C'est le début d'une agitation étudiante et ouvrière qui va faire chanceler le régime mis en place dix ans plus tôt par le général de Gaulle.

 
Au Quartier Latin, la brutale poussée de fièvre des étudiants,  source : INA

Les téléspectateurs découvrent la bouille joyeuse d'un trublion, Daniel Cohn-Bendit, et frissonnent face aux appels à la grève générale du syndicaliste communiste Georges Séguy...

Manifestation contre de Gaulle

Le 13 mai 1968, la France manifeste dans la rue contre de Gaulle, à l'occasion du dixième anniversaire de son retour au pouvoir. Les salariés se joignent aux étudiants. Les uns et les autres dénoncent la société de consommation, le culte de la croissance économique et le chômage inhérent aux régimes capitalistes (200 000 chômeurs enregistrés…).

Premier vol de Concorde

Le 2 mars 1969 a lieu le vol d'essai du Concorde au-dessus de Toulouse, avec à ses commandes le pilote André Turcat. Premier supersonique à vocation commerciale et non militaire, l'avion franco-anglais a réussi son examen de passage en franchissant la vitesse du son (340 mètres par seconde ou 1 224km/h), un exploit qu'aucun autre avion commercial n'est encore en mesure d'accomplir cinquante ans plus tard...

Démission du président de Gaulle

Le 27 avril 1969, le peuple français est consulté par référendum sur une réforme du Sénat associée à la mise en oeuvre d'un ambitieux projet de régionalisation. Cette réforme proposée par le président Charles de Gaulle est rejetée à la majorité de 52,41% des suffrages exprimés. Les électeurs manifestent de la sorte moins leur opposition à la réforme de la Constitution que leur lassitude après onze ans de présidence gaullienne.

Le soir même, le général de Gaulle assume avec panache son échec et fait porter au président du Conseil constitutionnel Gaston Palewski le message suivant : « Je cesse d’exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd’hui à midi ». Dès le lendemain, lundi 28 avril, le président du Sénat Alain Poher exerce donc par intérim la présidence en attendant le scrutin qui verra l'élection de Georges Pompidou, le 15 juin suivant.

Pompidou président de la République

Georges Pompidou, qui fut pendant plus de cinq ans le Premier ministre du général de Gaulle, se fait élire sans trop de mal à la présidence de la République le 15 juin 1969, face à Alain Poher, président du Sénat et président par intérim, inconnu du peuple trois mois plus tôt !

Brillant normalien, fils d'un instituteur, petit-fils d'un paysan du Cantal, il reste à ce jour le seul président de la Ve République d'origine authentiquement populaire, ce qui ne l'empêchait de fréquenter la haute bourgeoisie ! Il nomme sans tarder au poste de Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, ancien héros de la Libération de Paris.

Sa disparition prématurée pour cause de maladie, le 2 avril 1974, à 63 ans, coïncide en France avec la fin des « Trente glorieuses », selon l'expression heureuse de l'économiste Jean Fourastié pour désigner les 30 années de modernisation, de croissance économique, de plein-emploi et de progrès social qui ont marqué l'après-guerre.

Mort du général de Gaulle

Le 9 novembre 1970, à 19h15, Charles de Gaulle meurt paisiblement, au cours d'une réussite, dans sa maison de La Boisserie, à Colombey-les-deux-Églises (Haute-Marne)...

Le scandale de la Garantie foncière

Le 5 juillet 1971, la Commission des Opérations de Bourse (COB) interdit à une société, la Garantie foncière, de solliciter désormais l'épargne par voie d'annonce publicitaire. C'est le début d'un scandale qui va secouer l'opinion publique et déchirer la classe politique française.

Les principaux inculpés, le député André Rives de Lavaysse, plus connu sous le nom de Rives-Henrys, Robert Frenkel et l'avocat Victor Rochenoir, seront condamnés à des peines d'emprisonnement. Il restera de l'affaire une formule de Michel Poniatowski sur « la république des copains et des coquins »...

L'affaire criminelle de Bruay-en-Artois

Le 6 avril 1972, un jeune homme découvre le corps inanimé de sa soeur, Brigitte Dewèvre, sur un terrain vague de Bruay-en-Artois.

Le juge d'instruction Henri Pascal incarcère aussitôt un notable, le notaire Pierre Leroy, sur la foi de son « intime conviction ». Il étale sa vie privée en place publique. Les organisations gauchistes lui apportent immédiatement leur soutien, voyant dans le crime une manifestation de la lutte des classes. Le juge sera finalement désavoué et le probable criminel, un ami de la victime, acquitté au bénéfice du doute. L'émotion est telle que la municipalité de la ville a changé son nom en Bruay-la-Buissière.

Avec cette affaire de Bruay-en-Artois, la justice et l'ordre public deviennent une pomme de discorde politique et un enjeu idéologique. Ils ne cesseront plus de l'être.

Mort du président Georges Pompidou

Dans la nuit du 2 avril 1974, les radios francophones s'interrompent pour annoncer la mort de Georges Pompidou.

La maladie du président était connue de tous les cercles du pouvoir mais ignorée de l'opinion publique, laquelle est troublée par cette disparition soudaine. Pour la deuxième fois, Alain Poher, président du Sénat, exerce l'intérim ainsi que le veut la Constitution...

« Vous n'avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du coeur »

Le 10 mai 1974, un Face à Face télévisé oppose les deux candidats à la présidence de la République, Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. Les deux candidats sont au coude-à-coude dans les sondages.

Élection de Valéry Giscard d'Estaing

Le dimanche 19 mai 1974, Valéry Giscard d'Estaing (48 ans) devient le troisième président de la Ve République... Le nouvel élu est le fondateur et le chef d'une formation centriste, les Républicains Indépendants, ancêtre de l'UDF (Union pour la Démocratie française)...

Découverte de Lucy

Le 30 novembre 1974, dans les collines desséchées de l'Afar, au nord-ouest de l'Éthiopie, les anthropologues Tom Gray, Donald Johanson et Maurice Taïeb découvrent 52 restes d'un squelette vieux de 3 millions d'années, Lucy.

Lucy appartient à l'espèce Australopithecus afarensis, du groupe des australopithèques (ou « singes du sud », en latin et grec). Maurice Taïeb avertit son collègue Yves Coppens et celui-ci arrive de Paris avec une équipe de télévision pour filmer la découverte...

Le dernier voyage du paquebot France

Le 19 décembre 1974, le paquebot France accomplit son dernier voyage - quelques centaines de mètres seulement - jusqu'au quai du Havre où il va attendre une incertaine résurrection.

Le France, orgueil meurtri de la France gaullienne

Le France a quitté Le Havre douze ans plus tôt, le 19 janvier 1962, pour une croisière inaugurale qui l'avait mené aux Canaries et aux Antilles avec 1705 passagers (dont Mme de Gaulle) et 1100 hommes d'équipage. Mais les charges sociales et les conflits sociaux à répétition allaient très vite rendre son exploitation gravement déficitaire.
Repris par une compagnie norvégienne en 1979, le paquebot effectue depuis lors des croisières tranquilles sous le nom de Norway, avec un personnel moitié moins nombreux et aux salaires de niveau... asiatique.

Les Comores indépendantes, Mayotte française

Le drapeau de la république des ComoresLe 22 décembre 1974, un référendum officialise l'indépendance des Comores, un archipel entre Madagascar et l'Afrique sous tutelle française depuis 1841. Ses habitants, musulmans pour la quasi-totalité, parlent en majorité une langue bantoue (africaine), le shimaoré. Une minorité parle un dialecte malgache.

Un problème surgit lors du référendum car les Mahorais (habitants de l'île de Mayotte) ne veulent pas du futur chef d'État pressenti par la France. Ils votent en conséquence non à l'indépendance, ce qui leur vaut de devenir citoyens à part entière d'un pays, la France, dont ils ignorent tout.

Acte final de la conférence d'Helsinki

Trente-trois États européens ainsi que les États-Unis et le Canada signent le 1er août 1975 à Helsinki (Finlande) l'Acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE)...

La Corse ensanglantée

Le 22 août 1975, pour la première fois depuis 150 ans, en Corse, on tire sur les forces de l'ordre. Deux gendarmes sont tués. Le drame survient après que des militants de l'ARC (Action de la Renaissance de la Corse), un groupuscule dirigé par le médecin Edmond Simeoni, aient occupé une cave viticole de la plaine d'Aléria...

Inauguration du Centre Pompidou

Le 31 janvier 1977, le centre culturel Georges Pompidou est inauguré par le président Giscard d'Estaing en présence de Claude Pompidou, veuve du président Pompidou, à l'origine de ce projet. Par sa conception architecturale novatrice et la réunion en un même lieu de différentes activités culturelles (bibliothèques, expositions temporaires, musée d'art moderne), il bouleverse l'image traditionnelle de la Culture.

Paris-New York en Concorde

Le 22 novembre 1977, le Concorde, premier avion civil supersonique, effectue sa première liaison commerciale entre Paris (aéroport Charles-de-Gaulle) et New York (aéroport John-Fitzgerald Kennedy)... Ce n'est évidemment pas un hasard si la date du vol inaugural coïncide avec l'anniversaire de la naissance de de Gaulle et de l'assassinat de Kennedy !

Enlèvement du baron Empain

Le 23 janvier 1978, vers dix heures trente, le baron est enlevé à la sortie de son domicile, 33, avenue Foch, dans le XVIe arrondissement parisien.

L’affaire Empain, l’une des plus symboliques et médiatiques de la police judiciaire parisienne, défraye la chronique en 1978. Cela tient pour partie à la personnalité de la victime : le baron Edouard-Jean Empain est, à 40 ans, à la tête d’un des plus grands groupes industriels européens, le groupe Empain-Schneider, réunissant près de trois cents sociétés. ..

Les paras sautent sur Kolwezi

Le 19 mai 1978, 405 parachutistes du 2e REP (Régiment Étranger de Parachutistes) de la Légion étrangère sautent sur Kolwezi, une cité minière du Katanga ou Shaba (Zaïre, ex-Congo belge) où des rebelles ont pris en otage les 3000 expatriés belges et français (plusieurs dizaines ont déjà été massacrés). 250 parachutistes supplémentaires sautent le lendemain matin.

L'intervention a été décidée dans l'urgence par le président Valéry Giscard d'Estaing. C'est un succès. Les Européens survivants sont évacués et l'ordre revient dans la ville. On déplore toutefois 170 morts et disparus parmi les civils européens, 700 environ parmi les Zaïrois, ainsi que cinq morts, vingt blessés et six disparus parmi les membres de la mission militaire française présente à Kolwesi, un mort parmi les parachutistes belges et un mort parmi les parachutistes marocains venus en soutien logistique...

Premier lancement de la fusée Ariane

Le 24 décembre 1979, à Kourou, en Guyane, a lieu le premier vol de la fusée Ariane. Les Européens, unis au sein de l'Agence Spatiale Européenne, font la preuve de leur capacité à entrer dans la course à l'espace, aux côtés des Américains et des Soviétiques.

Mitterrand président de la République

Le dimanche 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la République française...

La France abolit la peine de mort

Le 18 septembre 1981, à Paris, l'Assemblée nationale vote la loi d'abolition de la peine de mort présentée par le garde des Sceaux, Robert Badinter. 369 députés votent en sa faveur et 113 s'y opposent. Cette initiative met la France au diapason des autres pays d'Europe occidentale...

Inauguration du premier TGV

Le TGV Paris-Lyon est inauguré en grande pompe le 22 septembre 1981 par le président François Mitterrand.

Ce premier « Train à Grande Vitesse » est l'aboutissement d'un énorme projet de recherche et développement mené dès la fin des années 1960 par la SNCF et l'industriel Alsthom-Atlantique (aujourd'hui Alstom), avec le soutien très actif du président Georges Pompidou...

Attentat de la rue des Rosiers

Le 9 août 1982, à l'heure du déjeuner, une poignée d'hommes armés force l'entrée de Goldenberg, un populaire restaurant juif de la rue des Rosiers (Paris). Il lance une grenade dans la salle et tire sur les convives avant de s'enfuir. On compte six morts et 22 blessés. L'émotion est immense en France où l'on découvre une nouvelle réalité, le terrorisme. Il s'agit du deuxième attentat qui vise la communauté juive française après l'explosion d'une bombe devant la synagogue de la rue Copernic (Paris), qui avait fait 4 morts le 3 octobre 1980.

Le groupe palestinien Abou Nidal est fortement suspecté d'être à l'origine de l'attentat mais il n'est pas pour autant mis en cause par le juge Jean-Louis Bruguière auquel a été confié l'enquête et l'on murmure que la raison d'État aurait en la circonstance pris le pas sur la justice.

Dans le souci de jeter malgré tout des coupables en pâture à l'opinion, le président François Mitterrand demande à la cellule antiterroriste de l'Élysée de mener sa propre enquête. Sous la supervision du capitaine Paul Barril, elle débouche sur une grossière mystification avec l'inculpation frauduleuse d'un groupe de sympatisants de l'IRA, les « Irlandais de Vincennes », qui seront mis hors de cause après de scabreuses péripéties.

Mitterrand devant le Bundestag

Le 20 janvier 1983, François Mitterrand, président de la République française, s'exprime devant les députés du Bundestag, à Bonn (première capitale de l'Allemagne fédérale). Il emploie une formule qui fera date : « Les fusées sont à l'Est, les pacifistes à l'Ouest ! »

Discours de François Mitterrand devant le Bundestag à l’occasion du 20e anniversaire du Traité franco-allemand, 20 janvier 1983, Archives fédérales allemande. C’est la première fois qu’un président de la République française s’exprime au Bundestag.L'enjeu est de taille : les Soviétiques installent dans les pays satellites d'Europe centrale des missiles nucléaires (les SS-20) pointés vers l'Europe occidentale. Face à cette menace, les Américains et leurs alliés de l'OTAN se proposent de répliquer en installer en Allemagne fédérale des missiles tout aussi puissants (les Pershing) orientés vers l'Europe communiste et l'URSS. Les pacifistes et gauchistes occidentaux se mobilisent contre ce projet au nom de l'aphorisme : « Plutôt rouges [communistes] que morts ! »

Par sa prise de position énergique devant les députés allemands, François Mitterrand contribue à retourner l'opinion occidentale en faveur des Américains. Les Soviétiques reculent et se résignent à démanteler ses SS-20. S'épuisant à poursuivre les États-Unis du président Ronald Reagan dans une nouvelle course aux armements (surnommée la « Guerre des étoiles »), ils vont conduire leur pays à l'effondrement.

Achèvement du Plan Delta

Le 4 octobre 1986 marque l'achèvement du plan Delta, aux Pays-Bas. Le plus grand chantier de génie civil de tous les temps a été lancé au début des années 50, après qu'un raz-de-marée eût inondé les terres les plus basses du pays et provoqué la mort de 1 800 personnes.Toutes les îles côtières de la province de Zélande sont désormais reliées par une digue. Le delta du Rhin, de l'Escaut et de la Meuse est fermé, à l'exception d'un chenal de navigation.

Réélection de François Mitterrand

François Mitterrand est réélu à la présidence de la République française le 8 mai 1988 face à Jacques Chirac. Vilipendé deux ans plus tôt, le leader de l'union de la gauche a été remis en selle par les erreurs tactiques et les maladresses de son rival, qu'il avait dû appeler à l'hôtel Matignon (résidence du Premier ministre) après la victoire de la droite aux élections législatives de 1986.

Discours de La Baule

Le 20 juin 1990, à La Baule, station balnéaire de la côte bretonne, le président François Mitterrand réunit les chefs d'État africains et les invite à développer la démocratie dans leur pays à l'image des Européens de l'Est qui viennent de s'affranchir de la tutelle communiste.

Il subordonne l'aide française à l'introduction du multipartisme, déclarant à ses hôtes : « La France liera tout son effort de contribution aux efforts qui seront accomplis pour aller vers plus de liberté ». La plupart des chefs d'État africains vont de facto se soumettre à cette injonction démocratique pour continuer de bénéficier de l'aide française.

Il s'ensuivra des résultats désastreux, les élections se jouant sur des critères claniques, tribaux ou ethniques, sans vraie coloration politique. Elles vont de la sorte assurer la domination des ethnies les plus nombreuses sur les autres et pousser celles-ci à la révolte, de la Côte d'Ivoire au Mali.

« Droit d'ingérence humanitaire »

Le 14 décembre 1990, à New York, l'Assemblée générale des Nations Unies vote à l'initiative de la France une résolution qui légitime le « droit d'ingérence humanitaire », autrement dit la possibilité pour des États de secourir des populations menacées par leurs propres gouvernants, avec l'accord des Nations Unies et au besoin par les armes. « Le temps de la souveraineté absolue et excessive est révolu », lance avec emphase le secrétaire général de l'ONU, Boutros Boutros Ghali.

La résolution est concomitante de la chute de l'URSS et de la fin de la guerre froide. Elle donne un deuxième souffle à l'OTAN. L'alliance nord-atlantique, pilotée par les États-Unis, va se chercher de nouvelles missions dans la lutte contre le terrorisme et les « États-voyous »...

Signature du traité de Maastricht

Le 7 février 1992, les douze ministres des affaires étrangères de l'Union européenne signent un « traité d'union économique, monétaire et politique » à Maastricht, aux Pays-Bas...

Entrée en vigueur du Marché unique

Le 1er janvier 1993 entre en vigueur l'Acte unique européen. Celui-ci a été signé le 17 février 1986 à Luxembourg, sous l'égide de Jacques Delors, président de la Commission européenne. En vue d'instaurer la libre circulation des marchandises, des services, des personnes et des capitaux à l'intérieur de l'Union, il élargit le champ des décisions à la majorité qualifiée au détriment des décisions à l'unanimité. Dans l'immédiat, il dispense les transporteurs des formalités douanières aux frontières intérieures de l'Union. Cette accélération spectaculaire de l'intégration économique de l'Europe suit de près la signature du traité de Maastricht, qui projette son intégration monétaire. Mais par une triste coïncidence, l'année 1993 voit aussi la première année de récession économique en Europe, depuis la Libération...

Dévaluation du franc CFA

Le 11 janvier 1994, le gouvernement français d'Édouard Balladur décide courageusement de dévaluer de moitié le franc CFA...

Inauguration du tunnel sous la Manche

Depuis le 6 mai 1994, l'Angleterre n'est plus tout à fait une île. La reine Elizabeth II et le président Mitterrand inaugurent ce jour-là le tunnel sous la Manche.

Découverte des peintures paléolithiques de Chauvet-Pont d'Arc

Le dimanche 18 décembre 1994, le spéléologue Jean-Marie Chauvet, accompagné de deux amis, explore une falaise, près du village de Vallon-Pont-d'Arc et des magnifiques gorges de l'Ardèche.

Les trois amis découvrent une grotte aux parois décorées de dessins aux teintes ocres, parmi lesquels de nombreuses représentations animales. Immédiatement alerté, le préhistorien Jean Clottes authentifie les peintures. Elles font de la grotte de la Combe d'Arc, ou grotte Chauvet, du nom de son inventeur, l'un des trois plus beaux témoignages de l'art pariétal du Paléolithique européen, avec Altamira et Lascaux. Les unes et les autres sont l'oeuvre de l'homme de Cro-Magnon...

Mort de François Mitterrand

Sept mois après avoir quitté l'Élysée, le président François Mitterrand (79 ans) s'éteint à Paris, le 8 janvier 1996, dans l'appartement du 9, avenue Frédéric-Le Play que l'État a mis à sa disposition...

Enlèvement des moines de Tibéhirine

Le 27 mars 1996, on apprend l'enlèvement de sept moines cisterciens trappistes dans leur monastère de Notre-Dame-de-l'Atlas, à Tibéhirine, près de Médéa (Algérie). Un mois plus tard, le chef du Groupe Islamique armé (GIA), Jamel Zitouni, revendique l'enlèvement. Le 23 mai 1996, le GIA annonce avoir égorgé les moines deux jours plus tôt. On ne retrouvera que leurs têtes. L'émotion est immense en France.

Comme le mystère demeure autour de l'enlèvement, une plainte est déposée contre X en 2003 et une information judiciaire confiée au juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. Celui-ci laisse dormir le dossier jusqu'à son départ de la magistrature, en 2007. L'enquête est relancée par le juge Marc Trévidic.

Armand Veilleux, procureur général de l'ordre monastique, suggère que la sécurité algérienne (de connivence avec la DST française) aurait arrangé l'enlèvement des moines pour les obliger à partir mais l'affaire aurait mal tourné et abouti à la mort des otages dans un combat entre le commando et l'armée algérienne. D'où le malaise du juge Bruguière...

Ce drame a inspiré un film magnifique au cinéaste Xavier Beauvois : Des hommes et des dieux (2010).

Fin de la conscription en France

Le 28 mai 1996, le président de la République française Jacques Chirac annonce la fin du service militaire obligatoire au détour d'une allocution télévisée. Sa décision est spontanément approuvée par les éditorialistes, la classe politique et l'opinion publique. Elle est officialisée par la loi du 28 octobre 1997 qui « suspend » la conscription mais réserve la possibilité de la rétablir en cas de crise grave menaçant l'existence de la nation.

Les derniers conscrits ont fêté la « quille » en 2002, soit plus de deux siècles après le vote de la loi Jourdan. En se cantonnant à une armée de métier, la France s'aligne sur les démocraties à l'anglo-saxonne (Royaume-Uni, États-Unis, Pays-Bas,...).

Référendum sur le quinquennat en France

Le gouvernement français soumet à référendum un amendement à la Constitution de la Ve République qui instaure le quinquennat et aligne la durée du mandat présidentiel (5 ans) sur la durée des législatures (mandats des députés de l'Assemblée nationale). C'est la mort du septennat instauré 127 ans plus tôt.

73% des votants s'expriment en faveur de l'amendement constitutionnel mais la participation est très faible (30% des inscrits). Le manque d'enthousiasme de l'électorat vient de ce que la réforme a été mise en oeuvre pour des raisons de convenance partisane par le président Jacques Chirac et son Premier ministre Lionel Jospin.

Le premier de droite, le second de gauche, ils visent l'un et l'autre l'élection présidentielle de 2002. Lionel Jospin juge habile de prévoir aussi que les élections législatives se dérouleront dans la foulée des présidentielles, de façon à assurer au Président nouvellement élu une majorité automatique à l'Assemblée.

Cette modification d'apparence anodine aura pour effet de transformer le Parlement en une chambre d'enregistrement, tout juste bonne à entériner les décisions du Président.

Histoire de France, de 1944 à 2001
1944
1946
1948
1950
1952
1954
1956
1958
1960
1962
1964
1966
1968
1970
1972
1974
1976
1978
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
2000
| 3 juin 1944 : De Gaulle chef du gouvernement provisoire
| 9 mars 1945 : Les Japonais s'emparent de l'Indochine
| 19 mars 1945 : Les Français pénètrent en Allemagne
| 29 avr. 1945 : Les Françaises votent pour la première fois
| 8 mai 1945 : Répression sanglante à Sétif
| 1 août 1945 : Les Vietnamiens se soulèvent contre les Japonais
| 17 août 1945 : La « Grande Muette » vote !
| 15 oct. 1945 : Laval fusillé à Fresnes
| 2 jan. 1946 : De Gaulle s'en va ! La IVe République s'installe
| 5 mars 1946 : Début de la guerre froide
| 6 mars 1946 : Accord Hô Chi Minh-Sainteny
| 18 mars 1946 : procès du docteur Petiot
| 19 mars 1946 : La République française prend des couleurs
| 13 avr. 1946 : Marthe Richard ferme les « maisons closes »
| 16 juin 1946 : De Gaulle et le discours de Bayeux
| 2 sep. 1946 : Première édition du festival de Cannes
| 19 déc. 1946 : Première guerre d'Indochine
| 16 jan. 1947 : Vincent Auriol président de la République
| 29 mars 1947 : Révolte à Madagascar
| 21 sep. 1948 : Marcel Cerdan champion de boxe
| 2 mai 1949 : Schoelcher et Éboué au Panthéon
| 1 déc. 1949 : Les Français en finissent avec le rationnement
| 11 fév. 1950 : Les Français découvrent le salaire minimum
| 9 mai 1950 : La Communauté européenne du charbon et de l'acier
| 8 mars 1952 : Le miracle Pinay
| 9 fév. 1953 : Naissance du Livre de Poche
| 5 mars 1953 : Staline et Prokofiev s'éteignent à Moscou
| 2 août 1953 : Le sultan du Maroc est déposé
| 16 jan. 1954 : René Coty président de la République
| 1 fév. 1954 : Appel de l'abbé Pierre
| 3 fév. 1954 : Siège de Diên Biên Phu
| 1 avr. 1954 : Création de la TVA
| 26 avr. 1954 : Conférence de Genève
| 7 mai 1954 : Capitulation de Diên Biên Phu
| 21 juil. 1954 : Accords de Genève sur l'Indochine
| 23 sep. 1954 : Brassens à l'Olympia
| 1 nov. 1954 : « Toussaint rouge » en Algérie
| 2 août 1955 : Émeutes à Philippeville
| 12 jan. 1956 : Poujade sème la panique
| 2 mars 1956 : Indépendance du Maroc
| 7 mars 1956 : Le procès de « l'affaire des fuites »
| 2 mars 1956 : La Tunisie retrouve son indépendance
| 19 avr. 1956 : À Monaco, Grace dit oui à Rainier
| 28 juin 1956 : Réforme administrative de l'Algérie
| 28 sep. 1956 : La France produit ses premiers kW nucléaires à Marcoule
| 22 oct. 1956 : La chasse française arraisonne l'avion des rebelles algériens
| 5 nov. 1956 : Parachutistes français et britanniques sautent sur Suez
| 6 nov. 1956 : L'expédition de Suez tourne au fiasco
| 22 nov. 1956 : Les JO de Melbourne et la victoire d'Alain Mimoun au marathon
| 28 nov. 1956 : Et Dieu créa... Bardot
| 7 jan. 1957 : Début de la bataille d'Alger
| 25 mars 1957 : La Communauté Économique Européenne
| 1 déc. 1957 : Albert Camus Prix Nobel de littérature
| 13 mai 1958 : Alger se révolte
| 4 juin 1958 : De Gaulle : « Je vous ai compris »
| 28 sep. 1958 : Référendum sur la Constitution de la Ve République
| 3 sep. 1958 : Le « plan Pinay-Rueff »
| 2 oct. 1958 : Sékou Touré proclame l'indépendance de la Guinée
| 21 déc. 1958 : De Gaulle Président !
| 1 jan. 1959 : Les « ballets roses » de la République
| 16 sep. 1959 : Droit des Algériens à l'autodétermination
| 29 oct. 1959 : Pilote en kiosque
| 2 déc. 1959 : Catastrophe de Malpasset
| 31 déc. 1959 : Loi Debré sur l'enseignement privé
| 1 jan. 1960 : Le Cameroun ouvre le bal des indépendances africaines
| 4 avr. 1960 : L'indépendance tranquille du Sénégal
| 7 août 1960 : La Côte d'Ivoire devient indépendante
| 5 sep. 1960 : Procès du « réseau Jeanson »
| 11 fév. 1961 : Création de l'OAS
| 21 avr. 1961 : Putsch d'Alger
| 17 oct. 1961 : Nuit tragique à Paris
| 8 fév. 1962 : Drame au métro Charonne (Paris)
| 18 mars 1962 : Accords d'Évian
| 19 mars 1962 : Cessez-le-feu en Algérie
| 26 mars 1962 : Fusillade de la rue d'Isly
| 5 juil. 1962 : Le massacre d'Oran
| 8 juil. 1962 : Adenauer et de Gaulle à Reims
| 22 août 1962 : Attentat du Petit-Clamart
| 28 oct. 1962 : Référendum sur l'élection du Président
| 22 jan. 1963 : Traité d'amitié franco-allemand ou traité de l'Élysée
| 11 mars 1963 : Dernière exécution politique en France
| 11 oct. 1963 : La France pleure Édith Piaf et Jean Cocteau
| 19 déc. 1964 : Jean Moulin au Panthéon
| 26 nov. 1966 : Inauguration de l'usine marémotrice de la Rance
| 24 juil. 1967 : De Gaulle : « Vive le Québec libre ! »
| 28 déc. 1967 : La France se convertit à la pilule
| 3 mai 1968 : La police évacue la Sorbonne
| 13 mai 1968 : Manifestation contre de Gaulle
| 2 mars 1969 : Premier vol de Concorde
| 27 avr. 1969 : Démission du président de Gaulle
| 15 juin 1969 : Pompidou président de la République
| 9 nov. 1970 : Mort du général de Gaulle
| 5 juil. 1971 : Le scandale de la Garantie foncière
| 6 avr. 1972 : L'affaire criminelle de Bruay-en-Artois
| 2 avr. 1974 : Mort du président Georges Pompidou
| 1 mai 1974 : « Vous n'avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du coeur »
| 19 mai 1974 : Élection de Valéry Giscard d'Estaing
| 3 nov. 1974 : Découverte de Lucy
| 19 déc. 1974 : Le dernier voyage du paquebot France
| 22 déc. 1974 : Les Comores indépendantes, Mayotte française
| 1 août 1975 : Acte final de la conférence d'Helsinki
| 22 août 1975 : La Corse ensanglantée
| 31 jan. 1977 : Inauguration du Centre Pompidou
| 22 nov. 1977 : Paris-New York en Concorde
| 23 jan. 1978 : Enlèvement du baron Empain
| 19 mai 1978 : Les paras sautent sur Kolwezi
| 24 déc. 1979 : Premier lancement de la fusée Ariane
| 1 mai 1981 : Mitterrand président de la République
| 18 sep. 1981 : La France abolit la peine de mort
| 22 sep. 1981 : Inauguration du premier TGV
| 9 août 1982 : Attentat de la rue des Rosiers
| 2 jan. 1983 : Mitterrand devant le Bundestag
| 4 oct. 1986 : Achèvement du Plan Delta
| 8 mai 1988 : Réélection de François Mitterrand
| 2 juin 1990 : Discours de La Baule
| 14 déc. 1990 : « Droit d'ingérence humanitaire »
| 7 fév. 1992 : Signature du traité de Maastricht
| 1 jan. 1993 : Entrée en vigueur du Marché unique
| 11 jan. 1994 : Dévaluation du franc CFA
| 6 mai 1994 : Inauguration du tunnel sous la Manche
| 18 déc. 1994 : Découverte des peintures paléolithiques de Chauvet-Pont d'Arc
| 8 jan. 1996 : Mort de François Mitterrand
| 27 mars 1996 : Enlèvement des moines de Tibéhirine
| 28 mai 1996 : Fin de la conscription en France
| 24 sep. 2000 : Référendum sur le quinquennat en France