Divisions françaises avec Herodote.net
 
 
 
Massacre de la Saint Barthélemy
Henri IV
Champlain fonde Québec
Richelieu au siège de La Rochelle
Conspiration de Cinq-Mars

Ambroise Paré devient docteur en chirurgie

Le 8 décembre 1554, sur les instances du roi Henri II, la Faculté de Paris se résigne à coiffer Ambroise Paré du bonnet de docteur en chirurgie.

À 44 ans, cet autodidacte ne connaît ni le latin ni le grec et n'a jamais lu Galien !... Il se contente de pratiquer le métier de chirurgien-barbier dans une échoppe de Paris. Mais il possède une grande expérience de la chirurgie, acquise pendant les guerres d'Italie et sur divers champs de bataille...

Le rêve avorté d'une France antarctique

Le 10 novembre 1555, l'amiral Nicolas Durant de Villegagnon relâche dans la baie de Guanabara, au Brésil. Il est accompagné de 600 colons français. L'un d'eux, le moine André Thévet, ramène de son aventure une herbe aux vertus séduisantes, le tabac. Mais c'est à un familier de Catherine de Médicis, Jean Nicot, que l'herbe va emprunter son nom (nicotine). Entretemps, l'entreprise de Villegagnon a sombré dans la tragédie.

Montmorency se fait capturer à Saint-Quentin

Le 10 août 1557, le vieux connétable Anne de Montmorency, que le roi Henri II a sorti de sa disgrâce, se fait battre et capturer à Saint-Quentin (Picardie) par les troupes du roi d'Espagne Philippe II, sous le commandement d'Emmanuel-Philibert de Savoie. Son jeune rival François de Guise, dit le Balafré, le remplace aussitôt comme lieutenant général du royaume et va derechef reprendre Calais aux Anglais. Acculés, les Français devront conclure la « paix malheureuse » de Cateau-Cambrésis le 10 août 1559. Elle mettra un terme aux guerres d'Italie.

Monté sur le trône suite à l'abdication de son père l'empereur Charles Quint deux ans plus tôt, le roi d'Espagne savoure sa victoire et va lui assurer une postérité en lui consacrant son palais-monastère de l'Escurial, érigé de 1563 à 1584 à une cinquantaine de kilomètres au nord de Madrid. Ce palais est appelé en espagnol San Lorenzo de El Escorial, en l'honneur de Saint Laurent, fêté le 10 août, jour anniversaire de la prise de Saint-Quentin. Ce martyr ayant été brûlé sur un gril, c'est en forme de gril qu'est dessiné son plan-masse...

Les Français reprennent Calais

Le 6 janvier 1558, les Français reprennent Calais, dernière possession anglaise sur le Continent. C'est la fin d'un très long contentieux entre les deux pays, qui remontait à l'avènement d'Henri II Plantagenêt. La reprise de la ville met fin à deux siècles d'occupation anglaise. Elle coupe court à la menace d'invasion du royaume et va permettre au roi Henri II de conclure le traité de Cateau-Cambrésis.

C'est un exploit du duc François de Guise, dit le Balafré. Il a été nommé en catastrophe lieutenant général du royaume quelques mois plus tôt, après la défaite du connétable Anne de Montmorency à Saint-Quentin face aux Espagnols. Le duc, qui est par ailleurs, l'oncle de la future reine Marie Stuart, va s'acquérir une immense popularité dans le parti catholique. Mais le comportement séditieux de son fils Henri (dit aussi le Balafré) fait que les rois et l'histoire officielle préfèreront ne plus citer le nom du capitaine victorieux.

Notons que la population calaisienne ne manifesta aucune joie devant sa libération : elle était devenue entièrement anglaise après deux siècles d'occupation. Et l'on prête à la reine Mary qui régnait alors à Londres les mots suivants : « Si on ouvrait mon coeur, on y trouverait gravé le nom de Calais ! »

Mariage de Marie Stuart et François de Valois

Marie Stuart épouse le Dauphin François, héritier du trône de France, le 24 avril 1558, à Notre-Dame de Paris. Les époux ont l'un et l'autre 15 ans. Ils ont été élevés ensemble à la cour de France. La jeune reine d'Écosse, fille de Marie de Guise et du roi Jacques V, signe un acte secret par lequel elle promet de céder à la France ses droits sur l'Écosse... et l'Angleterre si elle venait à mourir sans enfant !

Traité du Cateau-Cambrésis

Par la paix du Cateau-Cambrésis (Flandre), signée le 3 avril 1559 avec le roi d'Espagne Philippe II, le roi de France Henri II met un terme à un demi-siècle de guerres d'Italie stériles et ruineuses.

Henri II promulgue l'édit d'Écouen

Le 2 juin 1559, le roi de France Henri II promulgue l'édit d'Écouen en vue de réprimer plus sévèrement l'hérésie calviniste, en rapide expansion dans le royaume. Par cet édit d'un caractère inédit, il ordonne à tous ses sujets d'abattre les huguenots sans autre forme de justice !

L'édit d'Écouen, en violant le droit, marque une rupture par rapport aux persécutions antérieures, qui s'inscrivaient dans un cadre légal, ce qu'exprimera avec force le poète calviniste Agrippa d'Aubigné (*)...

Le 10 juin 1559, Henri II se rend au Parlement de Paris pour tenir un lit de justice en vue de faire enregistrer l'édit. Le conseiller Anne du Bourg, calviniste déclaré, proteste publiquement en pleine séance contre le caractère inique de ce texte. Cela lui vaut d'être arrêté et mis en jugement. Après la mort tragique du roi, le duc François de Guise, conseiller de son successeur, obtiendra sa condamnation à mort et Anne du Bourg sera pendu et brûlé en place de Grève, à Paris, le 23 décembre 1559. Ce sera un prélude aux guerres de religion.

Mort tragique du roi Henri II

Le 10 juillet 1559, le roi Henri II meurt suite à un accident de tournoi, devant l'hôtel des Tournelles, à Paris, après dix jours de grandes souffrances.
Son fils aîné lui succède sous le nom de François II. C'est un garçon chétif de 15 ans...

La conjuration d'Amboise

Le 17 mars 1560, à Amboise, quelques centaines de gentilshommes tentent d'enlever le jeune roi François II pour le soustraire à l'influence de sa belle-famille, les Guise. Le prince protestant Louis de Condé organise la conjuration. Celle-ci est conduite par Georges Barré de La Renaudie. Mais l'un de ses comparses, Pierre des Avenelles, avocat à Paris, vend la mèche... La répression est brutale. C'est l'amorce des guerres de religion.

Avènement de Charles IX

La mort prématurée à 16 ans du chétif François II amène sur le trône de France son frère cadet. Celui-ci, à peine âgé de 10 ans, devient roi sous le nom de Charles IX. Son avènement survient pendant les états généraux d'Orléans, destinés à apaiser les tensions religieuses entre nobles protestants et nobles catholique.

Le roi étant mineur, sa mère Catherine de Médicis (40 ans) préside le conseil de régence. Même après la majorité de son fils, à 14 ans, elle va garder une grande influence sur lui...

Charles IX signe l'Édit de Janvier

Le 17 janvier 1562, à l'instigation du chancelier Michel de l'Hospital et de la régente Catherine de Médicis, le jeune roi Charles IX signe l'édit de Saint-Germain (ou Édit de Janvier)...

Massacre de Wassy

Le 1er mars 1562, 200 protestants du village de Wassy (ou Vassy), en Champagne, écoutent un prêche dans une grange, à l'intérieur de la ville, quand ls sont surpris par les soldats de François II de Guise...

L'Édit de Roussillon consacre le 1er janvier

Le 9 août 1564, à Roussillon, près de Grenoble, le roi Charles IX signe en présence de sa mère, la régente Catherine de Médicis, un édit préparé par le chancelier Michel de L'Hospital et le ministre Sébastien de L'Aubespine.

Entre autres dispositions, cet édit fixe au 1er janvier au lieu du 1er avril le début de l'année calendaire dans toute la France. La tradition du poisson d'avril tire ses origines de l'édit de Roussillon...

Fondation de Rio de Janeiro

Le 1er mars 1565, sur la côte du Brésil, au fond d'une baie, le capitaine portugais Estácio de Sá fonde la ville de São Sebastião do Rio de Janeiro...

Le sacrifice du fort Saint-Elme

Le fort Saint-Elme, qui commande le principal port de Malte, est pilonnée pendant plus d'un mois par la flotte turque et barbaresque avant d’être enfin conquise le 23 juin 1565. Son siège aura coûté la vie à plus de 2.000 assiégeants musulmans et 1.500 défenseurs chrétiens.

Tous les défenseurs du fort ou presque périssent, et il est difficile de ne pas admirer encore aujourd’hui le courage des assiégés, qui obéirent au grand-maître La Valette et firent le choix de tenir le fort jusqu’au bout, offrant aux cités portuaires de Birgù et Senglea le répit nécessaire à l’organisation de leur défense.

Ainsi auront-ils permis à Malte, contre toute attente, de supporter victorieusement le « Grand Siège »...

Les protestants français sont défaits à Jarnac

Les armées catholiques et protestantes s'affrontent à Jarnac, près de La Rochelle, le 13 mars 1569, après que la reine Catherine de Médicis eut interdit le culte réformé (protestant) par l'édit de Saint-Maur (25 septembre 1568). Ainsi débute une troisième guerre de religion.

Massacre de la Saint-Barthélemy

Le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy, le carillon de l'église de Saint-Germain l'Auxerrois donne le signal du massacre des protestants, à Paris et dans le reste du pays...

Avènement du roi Henri III

Le roi Charles IX meurt, pétri de remords, le 30 mai 1574, deux ans après le massacre de la Saint-Barthélemy.

Il ne laisse qu'une fille ainsi qu'un bâtard né de sa maîtresse Marie Touchet. C'est son frère, duc d'Anjou et... roi de Pologne, qui lui succède sous le nom d'Henri III.

Paix de Monsieur

La cinquième guerre de religion se conclut le 6 mai 1576 par la paix de Beaulieu-lès-Loches ou paix de Monsieur car elle est inspirée par le jeune frère du roi Henri III, le duc François d'Alençon, dit «Monsieur», chef des Politiques ou Malcontents qui placent l'intérêt national au-dessus des querelles religieuses.

La paix apparaissant trop favorable aux protestants, les ligues locales formées par les bourgeois catholiques s'unissent à l'initiative de Charles d'Humières, qui, en novembre 1576, refuse de livrer la citadelle de Péronne au prince de Condé, un chef protestant nommé gouverneur de Picardie.

Il s'ensuite le 12 mai 1577 la fondation de la Ligue catholique (Sainte Ligue «au nom de la Sainte Trinité pour restaurer et défendre la Sainte Église catholiqueapostolique et romaine»). Le duc Henri de Guise le Balafré en prend la tête avec ses frères, le cardinal de Lorraine et le duc de Mayenne. C'est à nouveau la guerre.

Publication des Essais

Le 1er mars 1580, publication des Essais à Bordeaux. L'oeuvre de Michel de Montaigne reçoit un accueil excellent tant du public cultivé que du roi lui-même.

Victoire d'Henri de Navarre à Coutras

Le 20 octobre 1587, à Coutras, non loin de Périgueux, l'armée protestante, commandée par Henri III de Navarre, bat à plate couture l'armée catholique du roi de France Henri III en dépit d'effectifs inférieurs. Depuis le début des guerres de religion, 25 ans plus tôt, c'est la première victoire des protestants dans une bataille rangée. Ils la doivent à l'énergie de leur chef, le roi de Navarre, héritier de la couronne de France et futur Henri IV...

Journée des Barricades

Le 12 mai 1588, le peuple catholique de Paris se soulève contre son souverain légitime, Henri III, et le chasse de la capitale...

Le duc de Guise est assassiné

Le 23 décembre 1588, le duc Henri de Guise, dit le Balafré, est assassiné dans le château de Blois, sur ordre du roi Henri III, qui craignait pour sa propre vie...

Bataille d'Arques

Le 21 septembre 1589, une bataille met aux prises catholiques et réformés (protestants) français près d'Arques, en Normandie (aujourd'hui Arques-la-Bataille, Seine-Maritime).

Le chef des protestants, Henri de Navarre, vient d'hériter de la couronne de France sous le nom d'Henri IV.

Il bat les armées du duc de Mayenne avec l'appui des Anglais. Sa victoire quelque peu inespérée le rapproche du trône et met presque un terme aux guerres de religion qui durent depuis déjà depuis près de trente ans.

Henri IV victorieux à Ivry

L'affrontement a lieu au matin du 14 mars 1590, près du village d'Ivry-sur-l'Eure... Avant la bataille, le truculent Béarnais aurait ainsi harangué ses troupes : « Mes compagnons, Dieu est pour nous ! Voici ses ennemis et les nôtres ! Voici votre roi (...). Si vous perdez vos enseignes, cornettes ou guidons, ne perdez point de vue mon panache, vous le trouverez toujours au chemin de l'honneur et de la victoire... »

L'arrêt Lemaître confirme la loi salique

Le 28 juin 1593, par l'arrêt Le Maistre ou Lemaître (texte originel), le Parlement de Paris casse par avance toute décision qui contreviendrait à la loi salique. Il interdit de ce fait la transmission de la couronne par les femmes...

Henri IV abjure le protestantisme à Saint-Denis

Le 25 juillet 1593, dans le désir de mettre fin aux guerres de religion et de réconcilier les Français, Henri IV abjure la foi protestante, devant monseigneur de Beaune, archevêque de Bourges, et demande à devenir catholique (c'est la sixième et dernière fois qu'il change de religion). C'est le résultat de négociations subtiles menées à Rome, auprès du pape Clément VIII, par Jacques du Perron et l'abbé d'Ossat, plénipotentiaires du roi de France...

Henri IV est sacré à Chartres

Le 27 février 1594, le roi de Navarre Henri de Bourbon est sacré à Chartres et devient roi de France sous le nom d'Henri IV, après s'être converti au catholicisme. C'est la fin des guerres religieuses entre catholiques et protestants qui ont tourmenté une génération de Français...

Henri IV entre à Paris

Le 22 mars 1594, à 7 heures du matin, Henri IV entre en armure à Paris, « sans effusion de sang ni qu'un seul bourgeois ait reçu incommodité en sa personne ni en ses biens, » selon ses propres termes. Le gouverneur de la ville, le comte Charles de Cossé-Brissac, lui remet les clés de la ville.

Le retour du roi dans la capitale, dont il avait dû s'enfuir près de vingt ans plus tôt, met un terme à cinq ans de guerre civile et trente ans de guerres religieuses. « Paris vaut bien une messe », lui aurait dit son ami et ministre Maximilien de Béthine, futur duc de Sully.

L'après-midi même, les 4.000 mercenaires du roi d'Espagne Philippe II, qui étaient venus prêter main-forte aux ligueurs catholiques, prennent le chemin du retour. « Messieurs, recommandez-moi à votre maître. Allez-vous en à la bonne heure mais n'y revenez plus ! » leur lance le roi d'une fenêtre de la porte Saint-Denis.

L'Édit de Nantes

Le 30 avril 1598 est publié l'Édit de Nantes. Cet édit de pacification marque la fin des guerres de religion. Il vise à l'établissement d'une bonne paix et tranquille repos selon les propres mots du roi Henri IV.

Depuis les historiens du XIXe siècle, il est habituel de qualifier cet ensemble de textes : « édit de tolérance ». L'expression est à vrai dire anachronique. Au temps d'Henri IV, le mot tolérance désigne simplement la capacité individuelle de résister à la douleur ! Les contemporains du roi préfèrent parler de concorde et pacification pour qualifier l'Édit de Nantes.

Paix de Vervins

Le 2 mai 1598, la France et l'Espagne signent la paix de Vervins. Elle confirme la teneur du traité du Cateau-Cambrésis, signé 39 ans plus tôt. Le roi d'Espagne Philippe II avait profité des guerres religieuses qui agitaient la France pour intervenir au nord des Pyrénées. Il avait même réclamé le trône de France pour sa fille.

Henri IV ayant rétabli la paix civile, les Espagnols perdent leurs soutiens. À bout de souffle, ils se retirent de la scène française. Par le traité de Vervins, le roi d'Espagne renonce à ses prétentions sur le trône de France.

Henri IV et Margot se séparent

Le 24 octobre 1599, le roi Henri IV se sépare de sa première femme, Marguerite de Valois, la reine Margot, qui ne lui a pas donné d'héritier. Pour justifier le divorce, il invoque la parenté spirituelle qui le lie à sa femme, la mère de celle-ci, Catherine de Médicis, ayant été la marraine d'Henri de Navarre à son baptême en 1554 ! Henri IV va dans la foulée épouser Marie de Médicis, ou plus précisément sa dot...

Henri IV épouse Marie de Médicis

Le 16 décembre 1600, quelques mois après la mort en couches de sa maîtresse Gabrielle d'Estrées, le roi Henri IV se résigne à épouser Marie de Médicis... et sa dot ! La promise, qui a déjà 27 ans, est la fille de François 1er, grand-duc de Toscane, et de Jeanne, archiduchesse d'Autriche. C'est une lointaine cousine de l'ancienne régente Catherine de Médicis.

Henri IV promulgue la Paulette

Le 12 décembre 1604, Henri IV et son ministre et ami Maximilien de Béthune, futur duc de Sully, instaurent la Paulette, d'après le nom de son inventeur, le conseiller Paulet, pour se concilier la bourgeoisie et faire rentrer de l'argent frais dans les caisses de l'État : en échange de cette taxe aux funestes conséquences, les officiers (fonctionnaires et magistrats) obtiennent le droit de léguer leur charge (et les revenus qui l'accompagnent).

Samuel de Champlain fonde Québec

Samuel de Champlain, un explorateur natif de Brouage, remonte le Saint-Laurent et débarque le 3 juillet 1608 au pied du cap Diamant.

Il fonde à cet endroit la ville de Québec. Cela lui vaudra d'être surnommé plus tard le «Père de la Nouvelle-France»...

« Journée du guichet » à Port-Royal

Le 25 septembre 1609, dans l'abbaye de Port-Royal, Mère Angélique fait scandale en refusant de voir son père...

Assassinat d'Henri IV

Le 14 mai 1610, le roi de France Henri IV (56 ans) se rend à l'Arsenal, à l'est de Paris, auprès de son ami Maximilien de Sully, malade, lorsque son carrosse se trouve bloqué, rue de la Ferronnerie, par les embarras de la circulation. C'est alors qu'un colosse du nom de François Ravaillac monte sur le marchepied et l'assassine de plusieurs coups de couteau...

Henri IV est ainsi le deuxième et dernier roi de France à périr sous le couteau de son assassin. Le premier est son prédécesseur immédiat, Henri III...

Sully quitte le gouvernement

Le 26 janvier 1611, Maximilien de Béthune, duc de Sully démissionne de ses fonctions à la tête du gouvernement. Parce qu'il est protestant, l'ancien Premier ministre du roi Henri IV, assassiné l'année précédente, n'est guère aimé à la Cour. Devenu suspect à l'entourage de la régente Marie de Médicis, il doit abandonner ses charges. Il va se consacrer à la rédaction de ses mémoires, dans sa propriété de Sully-sur-Loire et son hôtel du Marais, à Paris.

La postérité gardera de Sully l'image d'un gestionnaire rigoureux. Attaché aux traditions agricoles et dédaigneux de l'industrie, il a encouragé les recherches menées par Olivier de Serres, auteur en 1600 du premier ouvrage d'agronomie scientifique : Théâtre d'agriculture et mesnage des champs. On prête au ministre lui-même la formule : « Les labourage et pastourage [pâturage] sont les deux mamelles dont la France est alimentée et les vraies mines et trésors du Pérou ».

Marie de Médicis face aux états généraux

Le 27 octobre 1614, les états généraux se réunissent à Paris. Ils mettent à mal l'autorité du jeune roi Louis XIII...

Mariage de Louis XIII et Anne d'Autriche

Le 28 novembre 1615, le jeune roi Louis XIII épouse Anne d'Autriche.

Le poète de cour Malherbe écrit :
«Certes c'est à l'Espagne à produire des reines
Comme c'est à la France à produire des rois»
...

Assassinat de Concini

Le 24 avril 1617, le jeune roi Louis XIII fait assassiner le favori de sa mère, Concino Concini, alias « Conchine » (prononciation à la française de Concini), avec le concours de son ami Albert de Luynes. « Merci, grand merci à vous ! À cette heure, je suis roi ! » s'exclame le souverain (17 ans) à l'adresse des assassins. Dans la foulée, il fait brûler l'épouse de l'intrigant, la Galigaï, sous l'accusation de sorcellerie...

Le Jour de l'An fixé au 1er janvier

Depuis le 1er janvier 1622, dans tous les pays catholiques, sur décision du Saint-Siège, l'année calendaire commence le 1er janvier et non plus le 25 mars. Le roi de France avait déjà introduit cette réforme dans son pays par l'édit de Roussillon en 1564.

Richelieu entre au Conseil du roi

Le 29 avril 1624, Louis XIII appelle Richelieu (39 ans) à son Conseil. Armand Jean du Plessis, cardinal duc de Richelieu, prendra la tête du Conseil du roi quelques semaines plus tard...

Richelieu punit les duellistes

Le 21 juin 1627, François de Montmorency-Boutteville et François de Rosmadec des Chapelles sont décapités en place de Grève, à Paris. Le crime de ces jeunes nobles est de s'être battu en duel malgré un édit du 2 juin 1626, pris par le cardinal de Richelieu, principal ministre du roi Louis XIII. Cet édit interdit les duels et punit de mort les récidivistes.

Avec un courage politique certain, le cardinal veut ainsi mettre un terme à l'hécatombe que les duels provoquent dans la noblesse. Aux courtisans qui réclament la grâce des condamnés, il répond : « Leur perte m'est aussi sensible qu'à vous, mais ma conscience me défend de leur pardonner »

Fin du siège de La Rochelle

Le 1er novembre 1628 prend fin le siège de La Rochelle. Le roi fait son entrée dans une ville ruinée et dépeuplée par la famine.

Richelieu épargne le maire Jean Guitton, un armateur énergique qui avait défendu la ville et fait le serment de tuer le premier qui parlerait de se rendre : « Pourvu qu'il reste un homme pour fermer les portes, c'est assez ! »...

Édit de grâce d'Alès

Le 28 juin 1629, après avoir vaincu les protestants de La Rochelle qui prétendaient lui tenir tête, Louis XIII publie l'édit de grâce d'Alès par lequel il oblige les protestants du royaume à renoncer à leurs places de sûreté et au droit de tenir des assemblées politiques. L'affaiblissement du protestantisme français va de pair avec l'atténuation des libertés provinciales et le renforcement de la monarchie absolue.

Richelieu et la « Journée des Dupes »

Le 10 novembre 1630, à la cour de Louis XIII, le cardinal de Richelieu prend définitivement le dessus sur ses adversaires au cours d'une « Journée des Dupes »...

Sortie du premier numéro de La Gazette

Le 30 mai 1631 paraît le premier numéro de La Gazette. Cette feuille hebdomadaire tire son nom d'une monnaie (gazetta) qui équivalait à Venise au prix d'un journal. Son concepteur est un médecin et philanthrope originaire de Loudun, Théophraste Renaudot. Il a par ailleurs créé un « Bureau et Registre d'adresses » (une agence pour l'emploi avant la lettre !) et le premier mont-de-piété français (aujourd'hui appelé Crédit municipal)...

Montmorency décapité à Toulouse

Le 30 octobre 1632, le duc Henri II de Montmorency (37 ans), filleul du précédent roi Henri IV, est décapité dans la cour d'honneur du Capitole, le palais où siège le conseil municipal de Toulouse, les capitouls. On doit fermer les portes du Capitole pour empêcher les Toulousains, favorables au duc, d'entraver l'exécution !

Henri II de Montmorency (30 avril 1595, Chantilly ; 30 octobre 1632, Toulouse), auteur anonyme, musée du LouvreHenri II a été nommé gouverneur du Languedoc vingt ans plus tôt, comme les précédents ducs de sa famille, à commencer par son aïeul, le connétable Anne de Montmorency.

Nommé Maréchal de France mais s'étant vu refuser le titre de connétable, il s'associe à Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, dans un complot contre Richelieu. Il est capturé à Castelnaudary le 1er septembre 1632, par le maréchal Henri de Schomberg, qui lui succèdera brièvement comme gouverneur du Languedoc.

Son exécution est un avertissement à l'adresse des grands féodaux. Ceux-ci se tiendront coi jusqu'à la mort de Louis XIII et la régence d'Anne d'Autriche.

Fondation de l'Académie française

Le 29 janvier 1635, le cardinal de Richelieu signe les lettres patentes qui fondent l'Académie française.

Le nom de la nouvelle institution vient du jardin Akademos, à Athènes, où Platon enseignait la philosophie. Sous la Renaissance, on avait pris l'habitude d'appeler ainsi les sociétés savantes où l'on discutait de belles lettres et de sciences...

La France dans la guerre de Trente Ans

Le 19 mai 1635, Richelieu, au nom de la France, déclare la guerre à l'Espagne. La France entre de cette façon dans la guerre de Trente Ans qui ravage l'Allemagne. Elle va y gagner l'Alsace, en prenant le risque d'une invasion qui n'est évitée que par la victoire de Rocroi, 8 ans plus tard...

La Guadeloupe devient française

Le 28 juin 1635, Jean Duplessis et Charles de l'Olive, de la Compagnie des Isles d'Amérique (ou des Isles de l'Amérique), débarquent à la pointe Allègre et prennent possession de la Guadeloupe au nom du roi Louis XIII. Nommé gouverneur, l'Olive extermine les Indiens Caraïbes du cru et transforme la Guadeloupe en une île à sucre...

L'île a été découverte par Christophe Colomb le 4 novembre 1493, jour du pèlerinage de la Sierra de Guadalupe, en Estrémadure, d'où son nom ! Elle est divisée entre l'île de Basse-Terre, surmontée par le volcan de la Soufrière, et l'île de Grande-Terre. Ces îles sont reliées par un isthme où coule la Rivière salée et où se trouve la principale ville, Pointe-à-Pitre. Le chef-lieu est Basse-Terre...

La Martinique devient française

Le 15 septembre 1635, Pierre Belain d'Esnambuc débarque à la Martinique avec une centaine d'habitants de l'île voisine de Saint-Christophe...

Insurrection des Croquants

Les dernières années du règne de Louis XIII sont marquées par des révoltes anti-fiscales, dont les plus célèbres sont celle des Croquants, paysans du Périgord entrés en rébellion le 22 avril 1637, et des Nu-Pieds, Normands révoltés contre la gabelle ou impôt sur le sel deux ans plus tard...

Parution du Discours de la Méthode

Le 8 juin 1637, un opuscule mystérieux paraît à La Haye (Provinces-Unies). Intitulé Discours de la Méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences, il a pour auteur René Descartes.

Louis XIII consacre la France à la Vierge

Le 10 février 1638, alors que la reine Anne d'Autriche est enceinte pour la première fois après... 22 ans de mariage, le roi Louis XIII réalise son voeu de consacrer le royaume de France à la Vierge Marie. Il en sera pleinement récompensé puisque naîtra le 5 septembre suivant un garçon qui deviendra cinq ans plus tard Louis XIV.

Depuis lors, le 15 août, fête de l'Assomption de la Vierge, est férié et chômé en France.

Naissance du futur « Roi-Soleil »

Louis Dieudonné, futur Louis XIV, naît le 5 septembre 1638 au château de Saint-Germain-en-Laye, à l'ouest de Paris. Ses parents, Louis XIII et Anne d'Autriche (37 ans l'un et l'autre), sont d'autant plus ravis de la naissance de ce premier enfant qu'elle arrive après plus de 22 ans de mariage !

Naissance de Montréal

La future métropole du Québec est née le 17 mai 1642, sous le nom de Ville-Marie, à l'initiative du gentilhomme Paul de Chomedey de Maisonneuve et de l'infirmière Jeanne Mance...

Conspiration et mort de Cinq-Mars

Le 12 septembre 1642, sur la place des Terreaux, à Lyon, le marquis Henri de Cinq-Mars (22 ans) périt sur l'échafaud ainsi que son ami François de Thou. Ces deux exécutions mettent un terme à la dernière conspiration ourdie contre Richelieu.

Trois ans plus tôt, le cardinal a poussé auprès du roi Louis XIII le jeune marquis, attendant de ce pétulant jeune homme qu'il divertisse le souverain, sujet à des crises de mélancolie.

La manoeuvre réussit si bien que la tête du petit marquis se met à enfler. Non content d'obtenir la charge de Grand Écuyer, il exige d'épouser la princesse Marie de Gonzague, d'un rang très supérieur au sien. Richelieu s'y oppose.

Henri de Cinq-Mars en conçoit une rancune contre son protecteur et bascule dans le camp de ses ennemis. Il entre dans un complot avec l'inévitable Gaston d'Orléans, frère cadet du roi, et se dispose à ouvrir les frontières du pays aux troupes espagnoles ! Sitôt informé, Richelieu, bien que malade à en mourir, aura à coeur de punir la trahison...

Mort de Louis XIII et avènement de Louis XIV

Le 14 mai 1643 meurt le roi Louis XIII (43 ans), 33 ans jour pour jour après l'assassinat de son père Henri IV...

Comme son fils et successeur Louis XIV n'a que quatre ans, Louis XIII a prévu avant de mourir un Conseil de régence constitué de son frère, Gaston d'Orléans, du prince de Condé, de la reine Anne d'Autriche et du ministre-cardinal Mazarin.

Mais la reine n'a d'autre hâte que de faire casser le testament. Le Parlement de Paris lui confie « l'administration libre absolue et entière des affaires du royaume ».

Comme toutes les régences, la sienne aura du mal à s'imposer. Guerres à l'extérieur, frondes à l'intérieur. Avec Mazarin pour principal ministre, Anne d'Autriche se sortira brillamment de l'épreuve.

Le grand Condé triomphe à Rocroi

Le 19 mai 1643, le duc d'Enghien (22 ans) anéantit à Rocroi, dans les Ardennes, les redoutables « tercios » de l'infanterie espagnole. En souvenir de sa victoire, on le surnommera le « Grand Condé » après qu'il aura hérité du titre de duc de Condé sous le nom de Louis II...

Molière fonde L'Illustre-Théâtre

Le 30 juin 1643, Jean-Baptiste Poquelin fonde avec quelques amis dont une célèbre comédienne, Madeleine Béjart, une troupe de théâtre baptisée L'Illustre-Théâtre. Cette troupe itinérante va patienter 16 ans avant de triompher à Paris, le 18 novembre 1659, avec Les Précieuses ridicules. L'auteur deviendra immortel sous le nom de Molière.

La Fronde parlementaire

Le 13 mai 1648 débute la Fronde parlementaire. Elle avortera très vite mais sera relayée par la Fronde des Princes. Au terme de l'épreuve, la monarchie française restaurera et consolidera son autorité.

Journée des Barricades

Le 26 août 1648 restera connu à Paris comme la Journée des Barricades. La régente Anne d'Autriche et Mazarin arrêtent le Président Broussel. La Fronde parlementaire arrive à son point culminant. Elle veut profiter des difficultés qui assaillent les armées des frontières pour enlever un peu de pouvoir au roi et l'attribuer aux privilégiés.

Pascal découvre le vide !

Le 19 septembre 1648, tandis que Paris se débat dans les troubles de la Fronde, Blaise Pascal (25 ans) poursuit ses travaux à Clermont dans une totale indifférence aux événements de la capitale. Au sommet du Puy de Dôme, avec son beau-frère, il apporte la preuve de l'existence du vide et de la pression atmosphérique en montrant que le niveau de mercure dans un baromètre de Torricelli descend à mesure que l'altitude augmente.

L'impact de cette expérience a été tel que Pascal est devenu comme son cadet Newton une unité de mesure ! Un Pascal représente un Newton par mètre carré. 1Pa =1 N.m(-2).

Anne d'Autriche et Mazarin fuient Paris

Le 5 janvier 1649, Anne d'Autriche et Mazarin quittent Paris. Avec le jeune roi Louis XIV, ils se réfugient à Saint-Germain-en-Laye et attendent que la Fronde parlementaire se détruise par ses propres excès.

La Fronde contre le Roi

Le 11 mars 1649, à Rueil, Anne d'Autriche et Mazarin concluent la paix avec le président du Parlement de Paris Mathieu Molé. C'est la fin de la Fronde parlementaire. Les magistrats renoncent à limiter en France le pouvoir royal. Les Princes et les grands seigneurs s'y essaient à leur tour mais sans plus de succès.

Les uns et les autres, représentants des classes privilégiées, ont été poussés à la révolte par l'augmentation des impôts et le besoin pour l'État d'accroître ses recettes fiscales. Les mêmes causes allaient conduire 150 ans plus tard à la Révolution...

Le jeune Louis XIV rentre à Paris

Le 21 octobre 1652, le roi Louis XIV (14 ans) rentre à Paris après l'échec de la Fronde des princes. Le seul résultat durable de la Fronde est le souvenir qu'elle laisse dans le cœur du jeune roi. Les craintes et les vexations lui inspireront à jamais une méfiance irréductible envers les oligarchies de nobles et de parlementaires.

Fin de la Fronde des Princes

Le 2 février 1653, la Fronde des Princes étant vaincue, le ministre Mazarin peut enfin rentrer à Paris. Surprenant ! Il est acclamé par les habitants qui espèrent le retour à la paix. Mais en souvenir de ses frayeurs, Louis XIV gardera une rancune tenace envers les Parisiens. Il fait araser les fortifications de la ville (sauf la Bastille) et choisira plus tard de quitter le Louvre, résidence de la cour depuis quatre siècles, et de bâtir un nouveau palais à Versailles.

Histoire de France
de 1550 à 1660
1550
1560
1570
1580
1590
1600
1610
1620
1630
1640
1650
1660
| 8 déc. 1554 : Ambroise Paré devient docteur en chirurgie
| 1 nov. 1555 : Le rêve avorté d'une France antarctique
| 1 août 1557 : Montmorency se fait capturer à Saint-Quentin
| 6 jan. 1558 : Les Français reprennent Calais
| 24 avr. 1558 : Mariage de Marie Stuart et François de Valois
| 3 avr. 1559 : Traité du Cateau-Cambrésis
| 2 juin 1559 : Henri II promulgue l'édit d'Écouen
| 1 juil. 1559 : Mort tragique du roi Henri II
| 17 mars 1560 : La conjuration d'Amboise
| 5 déc. 1560 : Avènement de Charles IX
| 17 jan. 1562 : Charles IX signe l'Édit de Janvier
| 1 mars 1562 : Massacre de Wassy
| 9 août 1564 : L'Édit de Roussillon consacre le 1er janvier
| 1 mars 1565 : Fondation de Rio de Janeiro
| 23 juin 1565 : Le sacrifice du fort Saint-Elme
| 13 mars 1569 : Les protestants français sont défaits à Jarnac
| 24 août 1572 : Massacre de la Saint-Barthélemy
| 3 mai 1574 : Avènement du roi Henri III
| 6 mai 1576 : Paix de Monsieur
| 1 mars 1580 : Publication des Essais
| 2 oct. 1587 : Victoire d'Henri de Navarre à Coutras
| 12 mai 1588 : Journée des Barricades
| 23 déc. 1588 : Le duc de Guise est assassiné
| 21 sep. 1589 : Bataille d'Arques
| 14 mars 1590 : Henri IV victorieux à Ivry
| 28 juin 1593 : L'arrêt Lemaître confirme la loi salique
| 25 juil. 1593 : Henri IV abjure le protestantisme à Saint-Denis
| 27 fév. 1594 : Henri IV est sacré à Chartres
| 22 mars 1594 : Henri IV entre à Paris
| 3 avr. 1598 : L'Édit de Nantes
| 2 mai 1598 : Paix de Vervins
| 24 oct. 1599 : Henri IV et Margot se séparent
| 16 déc. 1600 : Henri IV épouse Marie de Médicis
| 12 déc. 1604 : Henri IV promulgue la Paulette
| 3 juil. 1608 : Samuel de Champlain fonde Québec
| 25 sep. 1609 : « Journée du guichet » à Port-Royal
| 14 mai 1610 : Assassinat d'Henri IV
| 26 jan. 1611 : Sully quitte le gouvernement
| 27 oct. 1614 : Marie de Médicis face aux états généraux
| 28 nov. 1615 : Mariage de Louis XIII et Anne d'Autriche
| 24 avr. 1617 : Assassinat de Concini
| 1 jan. 1622 : Le Jour de l'An fixé au 1er janvier
| 29 avr. 1624 : Richelieu entre au Conseil du roi
| 21 juin 1627 : Richelieu punit les duellistes
| 1 nov. 1628 : Fin du siège de La Rochelle
| 28 juin 1629 : Édit de grâce d'Alès
| 1 nov. 1630 : Richelieu et la « Journée des Dupes »
| 3 mai 1631 : Sortie du premier numéro de La Gazette
| 3 oct. 1632 : Montmorency décapité à Toulouse
| 29 jan. 1635 : Fondation de l'Académie française
| 19 mai 1635 : La France dans la guerre de Trente Ans
| 28 juin 1635 : La Guadeloupe devient française
| 15 sep. 1635 : La Martinique devient française
| 22 avr. 1637 : Insurrection des Croquants
| 8 juin 1637 : Parution du Discours de la Méthode
| 1 fév. 1638 : Louis XIII consacre la France à la Vierge
| 5 sep. 1638 : Naissance du futur « Roi-Soleil »
| 17 mai 1642 : Naissance de Montréal
| 12 sep. 1642 : Conspiration et mort de Cinq-Mars
| 14 mai 1643 : Mort de Louis XIII et avènement de Louis XIV
| 19 mai 1643 : Le grand Condé triomphe à Rocroi
| 3 juin 1643 : Molière fonde L'Illustre-Théâtre
| 13 mai 1648 : La Fronde parlementaire
| 26 août 1648 : Journée des Barricades
| 19 sep. 1648 : Pascal découvre le vide !
| 5 jan. 1649 : Anne d'Autriche et Mazarin fuient Paris
| 11 mars 1649 : La Fronde contre le Roi
| 21 oct. 1652 : Le jeune Louis XIV rentre à Paris
| 2 fév. 1653 : Fin de la Fronde des Princes