Les souverains d'Angleterre avec Herodote.net
 
 
 
Anne Stuart
Victoria
Édouard VII
Le couronnement d'Elizabeth II

Guillaume le Bâtard conquiert l'Angleterre

Le 14 octobre 1066, à Hastings, Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, défait les troupes du roi d'Angleterre Harold. La victoire du duc marque la naissance de l'Angleterre moderne.

À noter qu'après le débarquement de Guillaume, toutes les tentatives de conquête de l'Angleterre échoueront...

Naufrage de la Blanche Nef

Le 25 novembre 1120, un navire, la Blanche Nef, fait naufrage en sortant du port de Barfleur, en Normandie. Parmi les victimes figurent les fils du roi Henri Ier « Beauclerc », ainsi surnommé parce qu'il avait fait des études, chose rare à l'époque parmi les chevaliers. Henri Ier, fils cadet de Guillaume le Conquérant, était devenu roi d'Angleterre en lieu et place de ses aînés Guillaume le Roux et Robert Courteheuse !

Désespéré par la perte de Guillaume Adelin, son fils et héritier, Henri Ier désigne pour lui succéder sa fille Mathilde, épouse du comte d'Anjou Geoffroy le Bel. À la mort du roi, le 1er décembre 1135, elle devient « dame des Anglais » (et non reine) mais les barons anglais ne reconnaissent pas sa légitimité et se tournent vers son cousin Étienne de Blois. Il va s'ensuivre près de deux décennies de guerres civiles jusqu'au renoncement d'Étienne et au couronnement d'Henri II, fils de Mathilde...

Succession contestée d'Henri 1er Beauclerc

Le 1er décembre 1135 meurt à 67 ans Henri 1er Beauclerc, roi d'Angleterre et duc de Normandie.

Fils cadet du roi Guillaume 1er le Conquérant, il laisse le trône dans une situation aussi perturbée qu'à son avènement, trente cinq ans plus tôt, avec deux prétendants au trône : sa fille Mathilde et le cousin de celle-ci, Étienne de Blois...

Premier mariage d'Aliénor d'Aquitaine

Le fils aîné du roi Louis VI le Gros étant mort d'une chute de cheval provoquée par la divagation d'un cochon dans une rue de Paris, c'est son cadet qui devient roi sous le surnom de Louis VII le Jeune.

À Bordeaux, le 25 juillet 1137, son père, quelques jours avant sa mort, le marie à la duchesse Aliénor (ou Eléonore) d'Aquitaine. Celle-ci lui apporte en dot la Guyenne, la Gascogne, le Poitou, le Périgord, l'Angoumois, la Marche, le Limousin, la Saintonge... Les frontières du royaume capétien s'étendent dès lors aux Pyrénées !

Divorce d'Aliénor et Louis VII

Le 21 mars 1152, le roi Louis VII le Jeune, irrité par l'inconduite de son épouse, obtient l'annulation de son mariage par un concile réuni à Beaugency, sur les bords de la Loire. Aliénor d'Aquitaine se remarie presqu'aussitôt avec Henri Plantagenêt, de dix ans son cadet, comte d'Anjou et de Touraine, puis duc de Normandie, enfin roi d'Angleterre !

Mariage d'Aliénor et Henri

Le 18 mai 1152, à Poitiers, Aliénor d'Aquitaine (30 ans environ) épouse Henri de Plantagenêt (20 ans), comte d'Ajou et de Touraine.

Henri Plantagenêt devient roi d'Angleterre

Le comte d'Anjou Henri Plantagenêt ceint la couronne d'Angleterre le 19 décembre 1154 à la suite d'un incroyable concours de circonstances et prend le nom d'Henri II. Son règne sera marqué par d'incessantes querelles avec sa propre femme, Aliénor d'Aquitaine, et ses fils, Henri Court-Mantel, Richard Coeur de Lion, Jean sans Terre, ainsi qu'avec l'évêque Thomas Becket, assassiné par sa faute, et bien sûr le roi de France Louis VII Le Jeune, premier mari de sa femme...

La dynastie dite des Plantagenêt se prolongera jusqu'en 1485, à la fin du Moyen Âge. Outre les péripéties du règne d'Henri II, on en retient ll'octroi de la Grande Charte aux barons (1215), une guerre de Cent Ans avec la France des Valois et une nouvelle guerre civile, la guerre des Deux-Roses...

Meurtre dans la cathédrale de Cantorbéry

Le 29 décembre 1170, l'archevêque Thomas Becket (52 ans) est assassiné pendant qu'il célèbre la messe dans sa cathédrale de Cantorbéry.

Il s'était attiré la vindicte du roi Henri II Plantagenêt par son refus d'accepter les Constitutions de Clarendon, qui plaçaient l'Église d'Angleterre sous la tutelle du trône...

Henri II Plantagenêt meurt à Chinon en combattant ses fils

Le 5 juillet 1189, le roi d'Angleterre Henri II Plantagenet meurt à Chinon, tandis qu'il combat la révolte de ses fils soutenus par leur mère Aliénor d'Aquitaine. Sa dépouille est inhumée dans l'abbaye de Fontevraud, ce prince français est aussi roi d'Angleterre.

Richard Coeur de Lion prisonnier en Allemagne

Le 20 décembre 1192, Richard Coeur de Lion est fait prisonnier par l'empereur Léopold. Ayant fait naufrage sur la côte italienne à son retour de la IIIe croisade, le roi tente de gagner l'Angleterre en traversant les terres de ses ennemis sous un déguisement, accompagné de seulement deux compagnons. Mais il est reconnu en Autriche,et livré au duc, lequel le vend contre rançon à l'empereur d'Allemagne. Son absence prolongée, pendant trois ans, va être mise à profit par son frère Jean sans Terre...

Richard Coeur de Lion tué au siège de Châlus ; Jean sans Terre lui succède

Le 6 avril 1199, Richard Coeur de Lion est blessé et meurt au cours du siège du château de Châlus, au centre de la France. Le roi d'Angleterre s'est montré en toutes occasions un piètre politique, roulé par l'empereur d'Allemagne, le roi de France ou ses propres barons. Qu'importe, la postérité indulgente a gardé le souvenir d'un guerrier chevaleresque et vigoureux. La légende de Robin des bois a aussi contribué à sa popularité posthume.

Traité du Goulet

Le 22 mai 1200, Philippe Auguste et Jean sans Terre mettent provisoirement fin à un conflit de près d'un demi-siècle par le traité du Goulet, près de Vernon, dans le Vexin normand. Grand gagnant face au roi d'Angleterre en butte à la contestation de ses barons, le roi de France obtient le Berry et Évreux.

Dans la foulée, le lendemain, il marie son fils Louis, 13 ans, avec Blanche de Castille, 12 ans. Celle-ci est la fille du roi Alphonse VIII de Castille. Elle est surtout la petite-fille de l'illustre Aliénor d'Aquitaine (80 ans) et la nièce du roi d'Angleterre. Elle se voit promettre la couronne d'Angleterre si Jean sans Terre devait mourir sans héritier direct.

Comme le royaume de France est sous le coup d'un interdit pontifical, le mariage est célébré de l'autre côté de la frontière, sur les terres normandes de Jean sans Terre. Il n'en sera pas moins heureux et 14 ans plus tard, le jeune couple donnera naissance à Louis IX, ou Saint Louis.

Jean sans Terre se soumet au pape

Le 13 octobre 1213, le roi Jean Sans Terre, qui a été excommunié, fait acte de soumission au pape Innocent III. Il reprend l'Angleterre et l'Irlande en fief du pape. Son excommunication étant levée, il peut se retourner contre le roi de France qui s'apprêtait à le déposer. Il sera finalement battu à La Roche-aux-Moines par Philippe Auguste.

Jean sans Terre défait à La Roche-aux-Moines

Le 19 juin 1214, Jean sans Terre assiège le château de La Roche-aux-Moines, près d'Angers.

Le roi d'Angleterre, partie prenante d'une coalition anti-française, a débarqué à la Rochelle quatre mois plus tôt et entamé sa marche sur Paris. Philippe Auguste envoie contre lui son fils Louis (le futur Louis VIII le Lion). À son approche, le 2 juillet 1214, l'armée anglaise se débande sans combattre.

La Grande Charte

Le 15 juin 1215, les barons anglais imposent la Grande Charte (Magna Carta ou Magna Charta Libertatum) à Jean sans Terre (en anglais John Lackland), le plus jeune fils d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt...

Saint Louis vainqueur à Taillebourg

Le 21 juillet 1242, le roi de France Louis IX repousse les troupes du roi anglais Henri III et de son allié le comte de la Marche sur le pont de Taillebourg, sur la Charente. Il confirme son succès deux jours plus tard à Saintes.

L'épisode est seulement connu grâce au chroniqueur Jean de Joinville, auteur de la Vie de Saint Louis...

Saint Louis signe la paix avec l'Angleterre

Le 4 décembre 1259, le roi d'Angleterre Henri III Plantagenêt signe avec Louis IX, le futur Saint Louis, le traité de Paris (appelé aussi traité d'Abbeville)...

Simon de Montfort vainqueur à Lewes

Le 14 mai 1264, Simon de Montfort remporte la bataille de Lewes. Par cette victoire, le fils cadet du chef de la croisade contre les Albigeois met un terme à la guerre des Barons et devient le maître de l'Angleterre.

Six ans après avoir arraché au roi Henry III les Provisions d'Oxford, il convoque un Parlement où sont admis des bourgeois, aux côtés du clergé et de la noblesse. Mais l'heure n'est pas venue d'instaurer une monarchie parlementaire et une partie des barons abandonne Simon de Montfort qui se fait finalement tuer à la bataille d'Evesham.

Édouard II, prince de Galles

Le titre de prince de Galles conféré à l'héritier du trône d'Angleterre remonte au 25 avril 1284. Ce jour-là naît à Carnarvon, au pays de Galles, le futur Édouard II. Son père, le roi d'Angleterre Édouard 1er Plantagenêt, lui donne le titre de prince de Galles pour honorer la promesse qu'il avait faite aux Gallois de leur donner un suzerain natif du pays.

La coutume de donner un titre nobiliaire à l'héritier se retrouve dans la monarchie française, dont l'héritier porte le titre de Dauphin (souverain du Dauphiné), dans la monarchie espagnole, dont l'héritier est prince des Asturies, à la tête du Saint Empire romain germanique, où le fils de l'empereur allemand est roi de Rome, dans la monarchie belge dont l'héritier est duc de Brabant, également dans des familles princières. Ainsi l'héritier des princes de Condé est-il duc d'Enghien.

Mort d'Aliénor de Castille

Le 4 décembre 1290, Éléonor (ou Aliénor) de Castille décède à Herdeby (Angleterre). Elle est la sœur du roi Alphonse X de Castille et l'épouse bien-aimée du roi d'Angleterre Édouard 1er Plantagenêt. Ils se sont mariés en 1254, âgés respectivement de 13 et 15 ans, et ont eu seize enfants, dont le futur Édouard II. Premier héritier à porter le titre de prince de Galles, il connaîtra une fin tragique. 

En attendant, le roi Édouard 1er, très affecté par la mort de sa femme, écrit joliment : « Ma harpe est en deuil ; en vie, je l'aimais tendrement ; morte, je ne puis cesser de l'aimer ». Il fait élever des croix et peindre son portrait partout où s'arrête le cortège funèbre en route pour l'abbaye de Westminster. Le quartier londonien de « Charing Cross » conserve le souvenir de l'une de ces croix (Charing viendrait de « chère reine » et serait une déformation du français en usage au XIIIe siècle à la cour d'Angleterre).

Victoire écossaise à Bannockburn

Le 24 juin 1314, à Bannockburn, au nord-ouest d'Édimbourg, les Écossais infligent une défaite retentissante aux Anglais, bien que très supérieurs en nombre. Aux yeux des Écossais, c'est aujourd'hui encore un événement considérable...

Exécution d'Édouard II

Le 21 septembre 1327, le roi d'Angleterre Édouard II est mis à mort dans sa prison, dans d'atroces conditions, par deux bourreaux envoyés par sa femme, Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel, et son amant Mortimer.

Ce dernier a eu l'idée de faire empaler le prisonnier avec un fer chauffé à blanc afin que nul ne puisse s'aviser de soupçonner un assassinat.

Début de la guerre de Cent Ans

Le 7 octobre 1337, à l'abbaye de Westminster, le roi Édouard III d'Angleterre lance publiquement un défi à son cousin, « Philippe de Valois, qui se dit roi de France ». Ainsi commence la guerre de Cent Ans...

La flotte française détruite à l'Écluse

Le 24 juin 1340, la flotte française est détruite par les marins anglais dans le port flamand de l'Écluse (aujourd'hui Sluis, en aval de Bruges). Bien que disposant de plus de vaisseaux que les Anglais du roi Édouard III et de galères génoises en renfort, Hugues Quieret et Nicolas Behuchet, amiraux du roi Philippe VI de Valois, choisissent la défensive et attachent leurs bateaux entre eux dans le port pour faire barrage à l'ennemi, selon la coutume du temps.

Les Anglais se lancent audacieusement à l'attaque et, de leurs navires, les archers déversent une pluie de flèches, dont certaines enflammées, sur les navires ennemis. Quelques-uns de ceux-ci arrivent à s'échapper mais les Français perdent au total 170 navires et 20.000 hommes. Capturés, les deux amiraux sont, l'un pendu, l'autre décapité. Ce désastre, qui laisse la France sans défense face aux débarquements anglais, est le premier qu'aura à connaître la France dans la Guerre de Cent Ans.

Les archers anglais triomphent à Crécy

Le 26 août 1346, les Anglais battent les Français à Crécy-en-Ponthieu. C'est le début de la guerre de Cent Ans. Les archers du roi Édouard III mettent en déroute la chevalerie française, empêtrée dans ses armures et ses lances. Crécy sonne le glas de l'armée féodale...

Capitulation de Calais

Le 3 août 1347, après un siège de onze mois, la ville de Calais capitule devant les troupes anglaises.

Le roi Édouard III Plantagenêt, dont la patience a été épuisée par le siège, s'apprête à passer la population au fil de l'épée. Puis il se ravise et prétend n'exécuter que six otages. Ces « bourgeois de Calais » (Eustache de Saint-Pierre, Jean d'Aire, Pierre et Jacques de Wissant, Jean de Fiennes et Andrieu d'Ardes) seront finalement épargnés suite à l'intervention de la reine Philippa de Hainaut...

Préliminaires de paix à Brétigny

Le 8 mai 1360 sont signés à Brétigny, près de Chartres, les préliminaires d'un traité de paix entre les rois de France et d'Angleterre...

Mort de Wat Tyler

Début juin 1381, les paysans anglais, avides de justice sociale, se révoltent. Un soldat du Kent dénommé Wat (ou Walter) Tyler prend leur tête après qu'un collecteur d'impôts eut offensé sa fille. Londres est envahie et pillée après bien d'autres villes. Les prisonniers sont délivrés, des prisons et des monuments brûlés...

Mais le jeune roi Richard II joue d'astuce. Il rencontre Wat Tyler dans la prairie de Mile End le 14 juin 1381 et s'engage tout à la fois à affranchir les derniers serfs du royaume et accorder des hausses de salaires aux manouvriers. Il promet en sus une amnistie aux insurgés. Le lendemain cependant, des insurgés reprennent les pillages. Les représentants du roi proposent un nouveau rendez-vous à Wat Tyler pour s'en expliquer. Comme le chef rebelle se fait insolent, il est tué par le maire de Londres, Sir William Walworth.

La révolte va dès lors tourner court. Une dizaine de jours plus tard, l'ordre seigneurial est rétabli. John Ball, poète révolutionnaire, est lui-même exécuté à Saint Adams le 15 juillet 1381. Il est l'auteur du verset célèbre :
« Quand Adam bêchait et Eve filait
Qui était le gentilhomme ? »

Richard II Plantagenêt abdique au profit d'Henri IV de Lancastre

Le 29 septembre 1399, le roi d'Angleterre Richard II (32 ans) est contraint d'abdiquer après un règne aussi troublé que fascinant.

En abdiquant, il met un terme à la dynastie des Plantagenêts qui s'est installée en Angleterre deux siècles et demi plus tôt, avec le couronnement d'Henri II et Aliénor.

Son cousin et rival Henri Bolingbroke, duc de Lancastre, monte sur le trône sous le nom d'Henri IV et fonde la dynastie des Lancastre...

La « fleur de la chevalerie » défaite à Azincourt

Le 25 octobre 1415, la « fleur de la chevalerie française » est anéantie à Azincourt, au nord de la Somme, par les archers et les piétons du roi d'Angleterre Henri V. Beaucoup de nobles du camp des Armagnacs sont égorgés après leur capture, en violation des règles chevaleresques.

Les pertes sont énormes du côté français (près de 10 000 hommes contre 1 600 du côté anglais). Elles font d'Azincourt l'une des batailles les plus meurtrières du Moyen Âge occidental...

Rouen se livre aux Anglais

Vainqueur à Azincourt, Henri V de Lancastre assiège Rouen. Pourvus d'une centaine de canons et conduits par un chef énergique, Alain Blanchard, les Rouennais supportent le siège pendant sept mois. Ils poussent hors de la ville 12.000 bouches inutiles, femmes, vieillards et enfants, mais le roi Henri V, impitoyable, les laisse mourir de faim dans les fossés. Le 19 janvier 1419, après avoir en vain attendu des secours, réduits à la famine, ils se résignent à livrer leur ville.

La France humiliée par le traité de Troyes

Le 21 mai 1420, un traité est signé à Troyes. Il consacre le triomphe de la dynastie anglaise des Lancastre...

Jeanne d'Arc délivre Orléans

Le 8 mai 1429, les Anglais lèvent le siège d'Orléans après que Jeanne d'Arc fut montée à l'attaque de leurs lignes.

C'est le premier succès de celle qui sera plus tard surnommée la Pucelle d'Orléans (pucelle au sens ancien de jeune fille)...

Jeanne d'Arc prisonnière

Le 23 mai 1430, Jeanne d'Arc est capturée par les Bourguignons en tentant de secourir avec sa troupe les habitants de Compiègne, au nord de Paris.

Les Anglais vont alors se la faire livrer, en vue de la faire condamner par un tribunal ecclésiastique. Ils espèrent de la sorte mettre au jour sa nature de sorcière et dévaluer le sacre de leur ennemi Charles VII...

Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen

Le 30 mai 1431, Jeanne d'Arc est brûlée vive comme relapse sur la place du Vieux-Marché, à Rouen, après avoir été jugée par un tribunal d'Église présidé par l'évêque de Beauvais Pierre Cauchon et par le frère dominicain Jean Le Maître, vicaire de l'inquisiteur en France...

Bataille de Formigny

Le 15 avril 1450, le roi Charles VII dépêche le comte Jean de Clermont et l'amiral de Coëtivy vers le Cotentin car une armée anglaise de trois mille hommes a débarqué à Cherbourg, sous le commandement de Thomas Kyriel, pour tenter de secourir les dernières places anglaises de Normandie. La confrontation se produit à Formigny, près de Bayeux. 

En attendant le renfort du connétable Arthur de Richemont. Clermont fait avancer son artillerie à portée de tir des Anglais. Ses couleuvrines font des ravages dans les rangs ennemis mais finissent par être capturées. Clermont se résigne alors à engager son infanterie pour tenter de les récupérer. C'est alors que les 1 500 Bretons de Richemont surgissent opportunément sur le flanc gauche des Anglais et les mettent en fuite. Dans la poursuite, les Français se font une joie de massacrer les archers gallois haïs et redoutés. 

Avec cette bataille, qui vaut au roi de France le surnom de Victorieux, la guerre de Cent Ans touche à sa fin...

La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon

Le 17 juillet 1453, l'armée du roi de France se heurte à un corps expéditionnaire anglais sur les bords de la Dordogne, près du village de Castillon.

Les Français commandés par Dunois et les frères Bureau l'emportent sur les troupes du général Talbot, comte de Shrewsbury, en particulier grâce à leurs bombardes. C'est la première fois qu'est employée l'artillerie sur un champ de bataille. La victoire française survient 23 ans jour pour jour après le sacre du roi Charles VII sous la bannière de Jeanne d'Arc...

Bataille de Bosworth

Le 22 août 1485, le roi d'Angleterre Richard III trouve la mort à la bataille de Bosworth. Son vainqueur devient roi d'Angleterre sous le nom d'Henry VII Tudor, mettant fin à la « guerre des Deux-Roses » qui avait endeuillé le pays et saigné la noblesse pendant 30 ans.

La guerre avait été causée par la folie du roi Henri VI de Lancastre et la rébellion du duc Richard d'York contre la reine Marguerite d'Anjou. Richard mort, son fils avait pris le relais. Avec l'aide du comte de Warwick, le « Faiseur de Rois », il avait ceint la couronne sous le nom d'Édouard IV. Au terme de plusieurs rebondissements, il l'avait enfin emporté mais quelques mois après sa disparition, ses deux fils, les « enfants d'Édouard », avaient été assassinés par Richard d'York et l'usurpateur s'était fait couronné à son tour sous le nom de Richard III. Il n'allait pas longtemps profité de son crime...

Jean Cabot aborde àTerre-Neuve

Le 24 juin 1497, le Matthew aborde aux îles plus tard appelées Cap-Breton et Terre-Neuve, à l'embouchure du fleuve Saint-Laurent (Canada).

Le capitaine est un Génois du nom de Giovanni Caboto (ou Jean Cabot), au service du roi d'Angleterre...

Le Camp du Drap d'Or

Les rois de France et d'Angleterre se rencontrent le 7 juin 1520 dans la campagne flamande, entre Guînes et Ardres, deux petites villes proches de Calais, respectivement française et anglaise.

L'entrevue se déroule dans un camp de toile d'un luxe inouï, aménagé en quelques semaines par 6.000 artisans. Son surnom de «Camp du Drap d'Or» fait référence à la somptueuse tente du roi de France, avec deux mâts entre lesquels est tendu un drap d'or doublé de velours bleu et semé de fleurs de lys...

Excommunication du roi Henri VIII

Le 23 mars 1534, le roi d'Angleterre Henri VIII Tudor est excommunié par le pape qui n'accepte pas son divorce avec Catherine d'Aragon et son remariage avec Anne Boleyn.

Ann Boleyn décapitée

Le 19 mai 1536, Ann Boleyn est décapitée sur ordre de son mari, le roi d'Angleterre Henri VIII Tudor. Ce dernier avait pris le risque d'une excommunication et d'une rupture avec Rome pour pouvoir l'épouser mais après deux ans de mariage, il n'avait pas supporté de gros soupçons d'adultère. La fille d'Ann Boleyn et d'Henri VIII n'en règnera pas moins sur le pays. Elle en sera le plus grand souverain de toute son Histoire sous le nom d'Elizabeth 1ère.

Catherine Howard décapitée

Le 12 février 1542, Catherine Howard, cinquième femme du roi d'Angleterre Henry VIII, est décapitée en raison de son inconduite notoire.

Thomas Cranmer brûlé comme hérétique

Le 21 mars 1556, Thomas Cranmer (67 ans), archevêque de Cantorbéry (*), est brûlé comme hérétique. Il avait gagné les faveurs du roi Henri VIII en justifiant son divorce d'avec sa première épouse, Catherine d'Aragon, contre l'avis du pape.

En 1549, sous le règne du roi suivant, Édouard VI, fils d'Henri VIII, Thomas Cranmer publie le Book of Common Prayer. Ce Livre des Prières devient le fondement de la nouvelle Église anglicane, en rupture avec l'Église romaine catholique.

À la mort d'Édouard VI, l'archevêque se laisse convaincre de placer Jane Grey (16 ans) sur le trône au lieu et place de la demi-soeur d'Édouard, Marie la catholique, fille de Catherine d'Aragon. La malheureuse Jane ne règnera que quelques jours avant d'être renversée et décapitée par sa rivale Marie.

Devenue reine à son tour, Marie fait accuser Cranmer de trahison et même d'hérésie, et l'envoie au bûcher.

Les Français reprennent Calais

Le 6 janvier 1558, les Français reprennent Calais, dernière possession anglaise sur le Continent. La reprise de la ville met fin à deux siècles d'occupation anglaise et à un très long contentieux franco-anglais, qui remonte à l'avènement d'Henri II Plantagenêt, quatre siècles plus tôt. Elle écarte la menace d'invasion du royaume et va permettre au roi Henri II de conclure le traité de Cateau-Cambrésis.

Ce succès est mis au crédit du duc François de Guise, dit le Balafré. Il a été nommé en catastrophe lieutenant général du royaume quelques mois plus tôt, après la défaite du connétable Anne de Montmorency à Saint-Quentin face aux Espagnols. Le duc, qui est par ailleurs, l'oncle de la future reine Marie Stuart, va s'acquérir une immense popularité dans le parti catholique. Mais le comportement séditieux de son fils Henri (dit aussi le Balafré) fait que les rois et l'histoire officielle préfèreront ne plus citer le nom du capitaine victorieux.

Notons que la population calaisienne ne manifesta aucune joie devant sa libération : elle était devenue entièrement anglaise après deux siècles d'occupation. Et l'on prête à la reine d'Angleterre Mary Tudor les mots suivants, sur son lit de mort, le 17 novembre 1558 : « Si on ouvrait mon coeur, on y trouverait gravé le nom de Calais ! »

Mariage de Marie Stuart et François de Valois

Marie Stuart épouse le Dauphin François, héritier du trône de France, le 24 avril 1558, à Notre-Dame de Paris. Les époux ont l'un et l'autre 15 ans. Ils ont été élevés ensemble à la cour de France. La jeune reine d'Écosse, fille de Marie de Guise et du roi Jacques V, signe un acte secret par lequel elle promet de céder à la France ses droits sur l'Écosse... et l'Angleterre si elle venait à mourir sans enfant !

Elizabeth 1ère, plus grand souverain anglais

Le 17 novembre 1558, monte sur le trône d'Angleterre Elizabeth 1ère. La nouvelle reine, âgée de 25 ans, est la fille du roi Henri VIII Tudor et de sa jeune maîtresse Anne Boleyn. Celle-ci a été décapitée 3 ans après que le roi ait divorcé de sa première femme et rompu avec l'Église catholique pour pouvoir l'épouser.

Elizabeth succède à son demi-frère Édouard VI et à sa très catholique demi-soeur Mary Tudor (surnommée Bloody Mary ou Marie la Sanglante par les protestants en raison des persécutions qu'elle leur infligea).

Malgré ces terribles précédents (ou à cause d'eux !), la nouvelle reine va se révéler le plus grand souverain qu'ait jamais eu l'Angleterre depuis Guillaume le Conquérant.

Lord Darnley victime d'un attentat

Le 9 février 1567, Lord Darnley (Henry Stuart), deuxième époux de la reine d'Ecosse Marie Stuart, meurt dans un attentat à la bombe lors d'une fête donnée dans sa résidence de Holyrood. Sa veuve se remariera trois mois plus tard avec l'instigateur du meurtre, le comte de Bothwell.

Exploration de la future Virginie

Le 27 avril 1584, des navigateurs anglais commissionnés par Sir Walter Raleigh (ou Ralegh), l'un des principaux conseillers de la reine d'Angleterre, explorent la côte nord-américaine.

Ils la baptisent Virginie en l'honneur de la reine Élizabeth 1ère, la « reine vierge » (ou supposée telle car célibataire). Cette terre sera la première à être colonisée par les Anglais, en 1607.

Exécution de Marie Stuart

Le 8 février 1587, la reine d'Écosse Marie Stuart est décapitée dans la forteresse de Fotheringay sur ordre de sa cousine, la reine d'Angleterre, pour avoir comploté contre elle.

Veuve du roi de France François II, Marie Stuart avait elle-même fait assassiner son deuxième mari lord Darnley et épousé l'instigateur du crime, le comte de Bothwell...

Première Américaine anglo-saxonne

Le 18 août 1587 naît Virginia Dare White, en Caroline du Nord. C'est la première Américaine d'origine anglo-saxonne. Elle disparaît moins de quatre ans plus tard avec le reste de sa famille lors d'une attaque des Indiens.

Avènement de Jacques 1er Stuart

Le 24 mars 1603 meurt la reine d'Angleterre Elizabeth 1ère. La reine vierge a donné son surnom à l'État américain deVirginie. Elle était la fille de Henri VIII Tudor et de sa jeune maîtresse Anne Boleyn...

La « Conspiration des Poudres »

Le 5 novembre 1605 est découverte à Londres la « Conspiration des Poudres » (en anglais : « Gunpowder Plot »).

D'anciens officiers catholiques envisageaient de faire sauter le Parlement de Westminster le jour de la séance inaugurale en présence du roi Jacques Ier Stuart et de ses ministres. Mais l'un des conjurés, Guy Fawkes, est arrêté au dernier moment.

Souvenir pétaradant

En souvenir de la conspiration, les enfants anglais ont gardé l'habitude de faire éclater des pétards en ce 5 novembre !...

Jamestown, première colonie anglaise

Le 14 mai 1607, trois navires anglais, le Susan Constant, le Godspeed et le Discovery, accostent dans la baie Chesapeake, véritable mer intérieure au confluent de plusieurs estuaires. À leur bord 105 hommes sous le commandement de sir Christopher Newport.

Ils fondent un établissement permanent sur une terre que de précédents explorateurs ont baptisé Virginie (Virginia) en l'honneur de la reine d'Angleterre Elizabeth 1ère. Ainsi naît la première colonie anglaise d'Amérique...

Le pacte du Mayflower

Le 21 novembre 1620, alors qu'un voilier, le Mayflower, arrive en vue de côtes inconnues du continent nord-américain, ses passagers, les « Pilgrim Fathers » ou Pères Pèlerins, concluent un pacte en vue d'organiser au mieux leur prochaine installation et de bâtir une société tolérante et harmonieuse.

Les principes inscrits dans ce texte fondateur (le « Mayflower Compact ») guident encore la vie américaine...

Naissance de la future New York

Le 2 février 1625, les Hollandais établissent un fort sur l'île de Manhattan. En 1664, le gouverneur hollandais Peter Stuyvesant cède l'île aux Anglais. Elle prend alors le nom de New York....

Massacre des Indiens Péquots

Le 26 mai 1637, en Nouvelle-Angleterre, la colonie du Connecticut ordonne des représailles suite au massacre de quelques fermiers par les Indiens locaux.

Le capitaine John Mason réunit 90 hommes. Il attaque par surprise et incendie le camp principal des Indiens Péquots. Six cents hommes, femmes et enfants périssent en une heure. Les assaillants n'éprouvent aucune perte.

Cette opération, connue sous le nom de «Mystic Massacre», inaugure la longue litanie d'horreurs qui marque les guerres indiennes...

« National Covenant » en Écosse

Le 28 février 1638, les représentants de l'Écosse s'engagent par le « National Covenant » à résister au roi anglais Charles 1er qui veut leur imposer une Église de type anglican.

Le « Long Parlement » en conflit avec Charles 1er

Le 1er décembre 1641, le « Long Parlement » anglais présente au roi Charles 1er une série de griefs sous l'intitulé de la Grande Remontrance. C'est le début de la rupture entre la monarchie et les représentants du pays. Il s'ensuit la décapitation du roi et l'avènement d'une éphémère République.

Charles Ier est chassé de Londres

Charles Ier Stuart est chassé de Londres le 10 janvier 1642. Le roi d'Angleterre avait tenté sans succès de faire arrêter les chefs du Parlement qui voulaient limiter son pouvoir...

Charles Ier est décapité.

Le 30 janvier 1649, Charles Ier Stuart, roi d'Angleterre, est décapité à Whitehall, près de Westminster...

Robinson Crusoé s'embarque pour l'aventure

Le 1er septembre 1651, Robinson Crusoé s'embarque pour 28 ans d'aventures...

Cromwell promulgue l'Acte de Navigation

Le 9 octobre 1651, le Parlement anglais promulgue l'Acte de Navigation. Il réserve aux navires et aux équipages nationaux le droit d'entrer dans les ports de Grande-Bretagne. Oliver Cromwell, qui gouverne le pays depuis l'exécution du roi Charles 1er, encourage ainsi sa vocation maritime. Cette vocation s'accomplira après que l'Angleterre aura triomphé des Provinces-Unies dans une guerre pour le contrôle du commerce avec les Indes et l'Insulinde.

Cromwell devient « lord-protecteur »

Le 16 décembre 1653, Oliver Cromwell publie une Constitution sous le nom de « Instrument of Government ». Ce texte désigne le vainqueur de Charles 1er comme le « lord-protecteur » d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. Il consacre dans les faits la dictature personnelle de Cromwell.

Charles II rentre à Londres

Le 29 août 1660, le roi Charles II revient triomphalement à Londres. La dictature de Cromwell et de son fils ayant conduit l'Angleterre dans une impasse, le général Monk a demandé au fils du roi Charles 1er, celui-là même qui avait été décapité, de rentrer d'exil. L'héritier des Stuart y consent. Dans une déclaration préliminaire, il proclame une amnistie générale et la liberté de conscience. C'est pour l'Angleterre un pas décisif sur la voie de la démocratie.

Londres en flammes

Le 2 septembre 1666, Londres est ravagée par un Grand Incendie. Le sinistre a pris naissance dans une boulangerie. Sur les lieux s'élève aujourd'hui une colonne qui commémore l'événement. Les Londoniens l'appellent tout simplement « The Monument »...

Fondation de la Pennsylvanie

Le roi d'Angleterre Charles II Stuart signe le 4 mars 1681 une charte royale qui attribue à William Penn un vaste territoire vierge, situé entre la colonie de New York au nord et la colonie de Virginie au sud, en échange d'une créance de 12.000 livres de son père.

William Penn (37 ans) est un membre éminent de la Société des Amis, un mouvement religieux plus connu sous le nom de Quakers, parce que ses adeptes sont pris de tremblements (to quake, trembler en anglais) pendant leurs prières. Ayant appelé Pennsylvanie (la forêt de Penn) le territoire reçu du roi, il décide d'en faire un refuge pour ses coreligionnaires et un modèle d'État démocratique.

L'année suivante, remontant le fleuve Delaware avec une centaine de Quakers, il fonde la ville de Philadelphie, d'un mot grec qui signifie « Cité de l'amour fraternel » ! Penn rédige par ailleurs un code de lois qui se veut exemplaire sous le nom de « Great Law » (Grande Loi). Il interdit l'esclavage, limite la peine de mort à deux crimes : meurtre et trahison, accorde le droit de vote à tous les contribuables, impose une formation professionnelle à tous les enfants de plus de 12 ans et garantit à tous la liberté de religion.

Échec au roi en Angleterre

Le 22 décembre 1688, le roi Jacques II Stuart est chassé de Londres et s'enfuit sur le Continent, à la Cour de Louis XIV.

Cette «heureuse et glorieuse révolution», sans effusion de sang, met fin aux dissensions religieuses et entraîne l'instauration en Angleterre d'une monarchie parlementaire....

Guillaume d'Orange roi d'Angleterre

Le 13 février 1689, Guillaume d'Orange et sa femme Marie II Stuart acceptent simultanément la couronne d'Angleterre et la Déclaration des Droits (« Bill of rights »). Cet acte consacre la fin de la monarchie absolue et l'avènement de la démocratie en Angleterre. Il reste connu sous le nom de « Glorieuse Révolution ».

Soumission de l'Irlande

Le 30 octobre 1691, le traité de Limerick met fin à la conquête de l'Irlande par les troupes anglaises. L'honneur est sauf pour les catholiques irlandais. Mais les conventions de paix ne tarderont pas à être violées par les troupes anglaises d'occupation, semant une discorde durable entre les deux communautés.

traités de Ryswick et fin de la guerre de la Ligue d'Augsbourg

Le 30 octobre 1697 est signé le deuxième traité de Ryswick, un premier l'ayant été le 20 septembre précédent. Ces deux traités, signés dans une ville hollandaise proche de La Haye, mettent fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697). Ils donnent un coup d'arrêt à l'expansion de la France sous le règne du Roi-Soleil.

Louis XIV restitue à l'Angleterre, aux Provinces-Unies et à l'Espagne toutes les conquêtes qu'il a faites depuis le traité de Nimègue (1678), y compris Luxembourg mais à l'exclusion de Strasbourg. Il concède aux Provinces-Unies (Pays-Bas) le droit d'installer des garnisons dans plusieurs places fortes belges (la Barrière) pour surveiller la frontière française. Grande humiliation : il reconnaît Guillaume III d'Orange comme roi d'Angleterre. Il abandonne les têtes de pont conquises sur la rive droite du Rhin mais annexe la plus grande partie de l'Alsace à l'exception de plusieurs places fortes.

Il garde aussi un droit de regard sur le duché indépendant de Lorraine et de Bar et reçoit de l'Espagne la moitié occidentale de l'île de Saint-Domingue, aujourd'hui Haïti. Au terme d'une guerre dure mais malgré tout victorieuse, cette paix est incomprise. « Je la tiens plus infâme que celle de Cateau-Cambrésis », déclare Vauban.

Anne Stuart monte sur le trône d'Angleterre

Le 8 mars 1702, le roi anglais Guillaume III meurt inopinément d'une chute de cheval. Petit-fils par sa mère du roi Charles 1er, il est aussi le gendre de l'ancien roi Jacques II Stuart dont il a épousé la fille Marie. Faute d'héritier direct, le roi laisse la couronne à sa belle-soeur Anne.

Âgée de 37 ans à son avènement, Anne Stuart est la deuxième fille du roi Jacques II Stuart et d'Anne Hyde, sa première épouse. Mariée au prince Georges de Danemark, elle en a eu... 17 enfants, tous morts en bas âge !

À sa mort, le 12 août 1714, après un règne des plus honorables, elle lègue le trône à un lointain cousin allemand, l'Électeur de Hanovre, futur Georges 1er.

Acte d'Union de l'Angleterre et de l'Écosse

Le 1er mai 1707, sous le règne de la reine Anne, un Acte d'Union proclame le Royaume-Uni d'Angleterre et d'Écosse (United Kingdom of Great-Britain). Au siècle précédent, les deux pays avaient appris à vivre ensemble avec un même drapeau, l'Union Jack, et des gouvernements distincts. Avec l'Act of Union, ils n'ont plus qu'un gouvernement et un Parlement, à Londres.

Ce régime a pris fin avec la loi de dévolution (1979) qui a restitué aux Écossais un Parlement et un début d'autonomie à dater de 1999...

Signature du traité d'Utrecht

Le 11 avril 1713 est signé le traité d'Utrecht. Louis XIV doit céder aux Anglais Terre-Neuve, la baie d'Hudson et l'Acadie...

Apparition des « Quakers »

Le 24 mai 1738, le prêtre anglican John Wolsey sent son coeur « s'échauffer étrangement » au cours d'une réunion de prière. De cette expérience mystique va naître l'église méthodiste.

Bataille de Fontenoy

Le 11 mai 1745, à Fontenoy, dans le Hainaut belge, près de Tournai, le maréchal Maurice de Saxe bat l'armée anglo-hollandaise commandée par le duc de Cumberland. La bataille se déroule en présence - fait rarissime - du roi Louis XV et de son fils, le Dauphin (15 ans), futur père de Louis XVI...

L'affaire Jumonville

Au milieu du XVIIIe siècle, les colons français de la Nouvelle-France ambitionnent de coloniser la vallée de l'Ohio, la «Belle Rivière». Ils érigent un fort, Fort-Duquesne, au milieu de la contrée. Irrités, les colons anglais de Virginie répliquent avec un autre fort à proximité immédiate : Fort Necessity.

Le commandant de Fort-Duquesne envoie l'un de ses adjoints, le sieur de Jumonville, en délégation auprès de l'officier virginien, un certain George Washington, en vue de le prier de quitter les terres du roi de France...

Le Grand Dérangement des Acadiens

Le 28 juillet 1755, le lieutenant-gouverneur de Nouvelle-Écosse Charles Lawrence décide de déporter hors de sa colonie plusieurs milliers de paysans français.

Au siècle précédent, ces derniers s'étaient installés à la pointe orientale du Canada, sur une péninsule appelée Acadie. Elle avait été ensuite cédée à l'Angleterre en 1713, dans le cadre des traités d'Utrecht, et rebaptisée Nova Scotia ou Nouvelle-Écosse.

Les cajuns de Louisiane comptent parmi les descendants de ces malheureux Acadiens...

Victoire anglaise à Plassey

Le 23 juin 1757, à Plassey, dans la région de Calcutta, une armée anglo-indienne financée par l'« East Indian Company » et placée sous le commandement du général Robert Clive affronte l'armée du nabab (souverain) du Bengale, Surajah Dowhla. L'offensive survient en pleine guerre de Sept Ans et les Français ne manquent pas de soutenir les Indiens.

Ouverture du British Museum

Le 15 janvier 1759, le British Museum ouvre ses portes au public dans un hôtel particulier de Londres, Montagu House, à Bloomsbury, où il est toujours présent. Il est constitué par les collections du médecin et scientifique sir Hans Sloane (1660-1753), soit environ 80 000 objets.

C'est le premier grand musée de l'époque moderne. Ainsi que l'atteste son nom, il affiche d'emblée sa valeur de symbole national. Le pillage des marbres du Parthénon et la victoire sur Napoléon vont très vite l'enrichir et en faire aussi le plus important musée d'archéologie du monde. 

Assaut anglais contre Québec

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1759, les Anglais du général Wolfe donnent l'assaut aux troupes françaises au pied des fortifications de Québec, dans les plaines d'Abraham. Le lendemain mourra le marquis de Montcalm, dernier défenseur de la ville.

Capitulation de Montréal

Quelques mois après la chute de Québec aux mains des Anglais, le chevalier de Lévis remporte le 28 avril 1760 une spectaculaire victoire à Sainte-Foye, près de Québec, mais ne peut empêcher Montréal, dernière ville française du Canada, d'être à son tour assiégée par trois armées ennemies d'un total de 11.000 hommes.

Il sollicite du gouverneur de Vaudreuil la permission de tenter une sortie avec ses 2.400 hommes, pour l'honneur. Mais le gouverneur juge toute résistance inutile, attendant seulement des assiégeants qu'ils garantissent l'intégrité physique des habitants et leur droit de pratiquer la religion catholique (à son retour en France, cette capitulation sans gloire lui vaudra d'être enfermé à la Bastille).

Les Anglais l'acceptent mais comme ils refusent par ailleurs aux défenseurs de la ville les honneurs de la guerre, le chevalier de Lévis ordonne à ses troupes de « brûler leurs drapeaux pour se soustraire à la dure condition de les remettre aux ennemis » dans la nuit qui précède la reddition. Celle-ci est signée le 8 septembre 1760.

La minute d'Herodote.net

Richard Fremder vous raconte la naissance de Montréal :
Écouter

La France renonce au Québec

Le 10 février 1763, par le traité de Paris, la France met fin à la guerre de Sept Ans avec l'Angleterre, l'Espagne et le Portugal.

Négocié pour le compte de Louis XV par le duc de Choiseul, le traité se solde par la perte de la Nouvelle-France (aussitôt rebaptisée « The Province of Quebec »), de la Louisiane et de la plus grande partie des possessions françaises aux Indes à l'exception des comptoirs de Pondichéry, Chandernagor, Yanaon, Karikal et Mahé...

« Tea-Party » à Boston

Le 16 décembre 1773 a lieu la « Tea-party » de Boston. En guise de protestation contre une décision arbitraire du gouvernement de Londres, le colon Samuel Adams et quelques amis déguisés en Indiens montent sur un vaisseau à l'ancre et jettent sa cargaison de thé à l'eau. Le roi George III réagit en promulguant cinq « lois intolérables ». Ce sera le début de la guerre d'indépendance américaine...

Acte de Québec

Le 22 juin 1774, Londres promulgue l'Acte de Québec (Quebec Act) et remet en vigueur les lois françaises dans la « Belle Province ». Le gouvernement anglais veut de cette façon s'allier les élites québécoises face à l'insurrection des Treize colonies (les futurs États-Unis).

C'est ainsi que les habitants de l'ex-Nouvelle-France retrouvent le droit de pratiquer leur langue et leur religion, leurs lois civiles, leur système seigneurial et obtiennent un siège au Conseil du Canada. Leur territoire est même quadruplé par adjonction de terres vierges.

Comprenant qu'ils n'ont plus rien à attendre de la France, les Québécois renoncent à se rebeller sans pour autant prendre l'uniforme anglais.

En 1791, un Acte constitutionnel permet aux francophones de participer à l'administration de leur province. Mais leurs rapports avec la Couronne britannique vont se dégrader au XIXe siècle.

La Richesse des Nations

Le 9 mars 1776 est publié à Glasgow, en Écosse, un ouvrage d'apparence aride, Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations (en abrégé La Richesse des Nations).

Son auteur, Adam Smith, est lui-même un vieux garçon de 53 ans aux moeurs austères, ancien professeur de philosophie morale de l'Université de Glasgow, déjà connu comme l'auteur d'une aussi volumineuse Théorie des sentiments moraux (1759). Avec ces deux ouvrages, il est considéré comme le père de l'économie politique et du libéralisme.

« Independence Day »

Le 4 juillet 1776, à Philadelphie, où ils sont réunis en congrès (en anglais, « Convention »), des représentants des Treize Colonies anglaises d'Amérique du nord proclament leur indépendance dans l'enthousiasme. Cette proclamation est dite unilatérale car elle n'est pas reconnue par la métropole. Elle va déboucher sur une guerre mettant aux prises les Insurgents, minoritaires, et les troupes anglaises renforcées par les colons loyalistes...

La « Declaration of independence » commence par ces mots immortels : « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur... ».

Fête nationale

Dès 1781, le Massachusetts a proclamé l'anniversaire de la Déclaration unilatérale d'indépendance fête nationale ! Mais c'est seulement en 1870 que le Congrès américain en a fait un jour férié et chômé. Depuis lors, cet anniversaire donne lieu partout dans le pays à des feux d'artifice et des festivités de toutes sortes.

Cook appareille pour les mers du Sud

Le 26 août 1776, James Cook quitte le port de Plymouth à bord de l'Endeavour pour une longue et remarquable exploration des mers australes.

Victoire d'estime à Saratoga

Le 17 octobre 1777, les insurgés (ou Insurgents) des Treize Colonies anglaises d'Amérique du nord remportent leur première victoire à Saratoga, dans la vallée sauvage de l'Hudson, au coeur de l'État actuel de New York.

L'effet psychologique de cette modeste bataille est immense en Amérique comme en Europe (de ce point de vue, Saratoga est aux Américains ce que sera Valmy pour les révolutionnaires français)...

Victoire des Insurgents à Yorktown

Le 19 octobre 1781, à Yorktown, les insurgés américains battent le général anglais Cornwallis, grâce à l'appui de la flotte française, conduite par l'amiral de Grasse...

La paix de Versailles consacre l'indépendance des États-Unis

Le 3 septembre 1783, le traité de Versailles officialise la naissance des États-Unis d'Amérique. Le texte est signé par le comte de Vergennes et le comte de Manchester au nom des rois Louis XVI et George III et en présence des représentants de l'Espagne. Il met fin à la guerre d'Indépendance des Treize Colonies anglaises d'Amérique du Nord. Le matin de ce même jour, Benjamin Franklin et John Jay, représentants des Insurgents américains, ont rencontré l'ambassadeur britannique David Hartley dans sa résidence parisienne, rue Jacob. Par ce traité de Paris, ils ont obtenu la reconnaissance par l'Angleterre de l'indépendance des États-Unis d'Amérique...

Pitt le Jeune devient Premier ministre

Le 18 décembre 1783, à Londres, le roi George III appelle à la tête du gouvernement un jeune homme de 24 ans, William Pitt the Younger (le Plus Jeune), ou le Second Pitt...

Premiers immigrants en Australie

Les premiers colons européens débarquent en Australie, non loin de Botany Bay. Il s'agit de « convicts », autrement dit de petits délinquants.

L'anniversaire de l'arrivée de cette « First Fleet » (la Première Flotte) est devenu la fête nationale du pays...

Mutinerie à bord du Bounty

Le 28 avril 1789, au large de Tahiti, une mutinerie se produit à bord du Bounty. Elle oppose le commandant du navire, William Bligh, à ses hommes conduits par l'officier Fletcher Christian. Une partie des mutins trouvera refuge sur l'atoll de Pitcairn...

Le Québec à la conquête de sa souveraineté

Le 10 juin 1791, le roi anglais George III signe l'Acte constitutionnel du Canada. Il partage la colonie nord-américaine en deux provinces :
– À l'ouest de la rivière Outaouais (Ottawa en anglais), est créé le Haut-Canada, à dominante anglophone.
– À l'est, le Bas-Canada réunit les Canadiens de souche française. Il compte 160.000 habitants dont seulement 20.000 anglophones. Sa capitale est la ville de Québec...

Edward Jenner invente la vaccination

Le 14 mai 1796 a lieu la première vaccination antivariolique. Édouard Jenner inocule la variole au bras d'un petit garçon. Après une dizaine de jours, celui-ci est immunisé contre la maladie.

Les grandes campagnes de vaccination qui ont suivi cet exploit ont pratiquement éliminé le virus de la surface de la terre...

Mungo Park atteint le Niger

Le 20 juillet 1796, l'explorateur écossais Mungo Park, un jeune chirurgien de marine de 25 ans, atteint le fleuve Niger à Ségou (Mali actuel), après de terribles épreuves, comme le vol de tous ses biens et la captivité par des nomades maures. Il est le premier Européen à explorer cette région du monde. De retour dans son pays, il publie un ouvrage à succès avant de repartir à la tête d'une expédition officielle. Celle-ci tournera au désastre et à la mort.

L'armée d'Égypte se rend aux Anglais

Le 31 août 1801, à Alexandrie, les Anglais reçoivent la reddition du général Menou et de ce qui reste de l'expédition française d'Égypte...

Traité de paix d'Amiens

Le 25 mars 1802, Cornwallis et Joseph Bonaparte, représentant respectivement l'Angleterre et la France, signent à Amiens un traité de paix qui met un point final à la deuxième coalition européenne contre la France. Le retour de la paix hisse Napoléon Bonaparte au sommet de la popularité...

Nelson triomphe à Trafalgar

Le 21 octobre 1805, l'amiral anglais Horatio Nelson livre sa dernière bataille au large du cap Trafalgar, non loin de Cadix.

Il détruit la flotte franco-espagnole qui lui fait face. Lui-même meurt à l'issue de la bataille. Dans le camp adverse, l'amiral de Villeneuve est capturé et l'amiral espagnol Gravina tué...

Décret de Berlin sur le « Blocus continental »

Le 21 novembre 1806, par un décret signé à Berlin, Napoléon Ier organise le « Blocus continental » contre l'Angleterre en  interdisant à tous les pays européens de commercer avec elle...

L'Angleterre interdit la traite

Le 2 mars 1807, les Anglais interdisent la traite atlantique, c'est-à-dire la déportation des noirs en Amérique, où ils doivent travailler sur les plantations de coton ou de canne à sucre...

Bris de machines au nom du « luddisme »

Le 26 mars 1811, à Nottingham (Angleterre), des ouvriers de la bonneterie brisent les machines accusées de leur voler travail et salaire. Leur mouvement est appelé « luddisme », du nom d'un ouvrier légendaire, John ou Ned Ludd, qui aurait détruit deux métiers à tisser vers 1780...

Les États-Unis en guerre contre les Anglais

Le 18 juin 1812, pour la première fois de son Histoire, le Congrès des États-Unis vote une déclaration de guerre. L'ennemi n'est autre que l'ancienne puissance coloniale, l'Angleterre.

Cette «Seconde Guerre d'indépendance», sous le président James Madison, est inspirée par les «War Hawks» («Faucons de guerre») désireux d'annexer le Haut- et le Bas-Canada. Elle se conclut par le traité de Gand qui confirme le statu quo. On en retient l'exploit du général Andrew Jackson qui reprend aux Anglais La Nouvelle-Orléans... après la conclusion de la paix !

Wellington franchit les Pyrénées

Le 8 octobre 1813, le général anglais Arthur Wellesley, futur duc de Wellington, traverse les Pyrénées avec son armée et envahit la France de Napoléon 1er. Il a chassé les Français du Portugal et les a battus à Vitoria, dans le Pays Basque. Il les oblige enfin à quitter l'Espagne et s'apprête à battre le maréchal Soult aux portes de Toulouse. Mais c'est dix-huit mois plus tard, à Waterloo, que Wellington connaîtra son plus grand succès en battant la dernière armée de Napoléon 1er.

Massacre de « Peterloo »

Le 16 août 1819, St-Peter's Fields, un champ à la lisière de Manchester (Angleterre), est le théâtre du massacre dit de « Peterloo » (contraction de St-Peter's et Waterloo !). C'est une étape douloureuse de la marche de l'Angleterre vers la démocratie...

La bataille de Navarin

Le 20 octobre 1827, dans la rade du port grec de Navarin, la flotte turco-égyptienne est attaquée sans préavis et détruite par une escadre anglo-franco-russe sous le commandement de l'amiral de Rigny...

Émancipation des catholiques anglais

Le 24 mars 1829, le parlement britannique vote l'acte d'émancipation des catholiques en abolissant le « Test Act » de 1672. Il met fin à une discrimination remontant au XVIIe siècle...

Darwin embarque sur le Beagle

Le 27 décembre 1831, Charles Darwin embarque sur le Beagle. Au cours d'un voyage de cinq ans autour du monde, le jeune savant accumule des observations et des notes qui vont nourrir sa réflexion pendant toute sa vie et lui permettront de préciser ses vues sur la sélection naturelle des espèces.

Les Anglais en finissent avec les « bourgs pourris »

Le 7 juin 1832, le roi Guillaume IV approuve la réforme qui met fin à certaines aberrations du système électoral anglais et notamment aux « bourgs pourris ». C'est une avancée importante dans l'approfondissement de la démocratie anglais...

L'Angleterre abolit l'esclavage

Le 26 juillet 1833, à Londres, la Chambre des Communes vote une loi pour l'abolition progressive de l'esclavage dans toutes les colonies britanniques. Le processus d'émancipation est prévu pour se terminer le 1er août 1840. Il est prévu de confortables indemnités pour les planteurs, au total 20 millions de livres. Le Premier ministre whig (ou libéral) Charles Grey soutient l'initiative.

« Je rends grâce à Dieu d'avoir vécu un tel jour où l'Angleterre accepte de payer 20 millions de livres sterling pour l'abolition de l'esclavage », déclare William Wilberforce. Celui-ci avait réussi à faire interdire la traite en 1807 et, en 1823, participé avec Thomas Fowell Buxton à la fondation de la « Société anti-esclavagiste » (« Anti-Slavery Society »), à l'origine de la nouvelle loi.

Quinze ans plus tard, la France, à son tour, abolira l'esclavage dans ses colonies.

Le Parlement de Londres en feu

Le 16 octobre 1834, un incendie ravage le Parlement de Londres, entre la Tamise et l'abbaye de Westminster.  Le peintre William Turner, précurseur de l'impressionisme, a représenté l'incendie en faisant ressortir le reflet des flammes dans la Tamise. Le Parlement sera reconstruit par l'architecte Charles Barry en style néogothique ; la nouvelle Chambre des Lords sera achevée en 1847 et les Communes en 1852. 

La reine Victoria et l'apogée de l'Angleterre

Le 20 juin 1837, Victoria (18 ans) succède à son oncle Guillaume IV sur le trône du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande.

La dynastie des Hanovre (plus tard Windsor) semble alors discréditée par la longue folie du roi George III et les frasques de ses deux fils et successeurs. Tout va changer pendant les 64 années du règne de Victoria...

Traité de Waitangi entre Anglais et Maoris

Le 6 février 1840, par le traité de Waitangi, les chefs maoris de Nouvelle-Zélande reconnaissent la souveraineté de la Grande-Bretagne sur leurs îles. Tous les habitants, y compris les indigènes maoris, obtiennent la citoyenneté britannique.

Londres s'engage à respecter les droits des Maoris sur leurs terres ancestrales mais ces promesses ne tarderont pas à être bafouées par les colons et il en résultera de violentes guerres maories...

Naissance du timbre-poste

Le timbre-poste naît à Londres le 6 mai 1840, sous le surnom de «Penny Black», à l'initiative de l'imaginatif Rowland Hill...

« Acte d'Union » au Canada

Le 10 février 1841, le gouvernement britannique applique à ses colonies d'Amérique du Nord l'Union Act (« Acte d'Union ») voté le 23 juillet 1840 par le Parlement de Westminster. L'objectif sous-jacent est de dissoudre la communauté québécoise dans l'ensemble anglo-saxon...

Les Afghans humilient les Britanniques

Le 2 novembre 1841, à Kaboul, le meurtre d'un officier britannique allait déboucher sur l'une des plus horribles défaites qu'ait jamais connue l'armée britannique.

Obligée de fuir vers Jalalabad, la garnison indo-britannique de Kaboul - environ 16.500 hommes - va être décimée dans les semaines qui suivent par les guerilleros afghans...

Un drapeau pour la jeune Irlande

En 1842, une poignée d'Irlandais romantiques, tant catholiques que protestants, s'unissent en vue de s'émanciper de la tutelle anglaise, au besoin par la violence.

Ils revivifient et exaltent la culture gaélique et le souvenir des Saints et des Héros.

Le 15 avril de la même année, ces « Jeunes Irlandais » se donnent un drapeau tricolore : vert pour représenter les catholiques, orange pour représenter les protestants et blanc pour signifier l'espoir d'une trêve permanente entre les deux communautés ! Ce sera le drapeau de l'Irlande républicaine.

Abrogation des « corn laws »

Le 15 mai 1846, le Parlement de Westminster abroge les « corn laws ». Ces lois avaient été votées en 1815 à l'initiative des grands propriétaires terriens afin de protéger les agriculteurs britanniques contre les importations à bas prix de céréales du Nouveau Monde.

L'industrie étant désormais en mesure de relayer l'agriculture comme moteur de l'économie, le gouvernement anglais ne voit plus aucune utilité à ces lois protectionnistes.

En les abrogeant, Londres permet aux ouvriers de se nourrir à moindre prix, ce qui a pour effet de relâcher la pression sur les salaires de l'industrie. Désormais en situation d'exporter plus facilement, les industriels vont en profiter pour conquérir les marchés de la planète !

Les économistes anglais, au premier rang desquels Richard Cobden (1804-1865), font de la loi de 1846 un acte de foi dans les vertus du libre-échange. Ils ne vont avoir de cesse d'y rallier leurs concurrents. Richard Cobden va ainsi négocier avec le Français Michel Chevalier le traité franco-anglais de 1860.

C'est le début d'une deuxième « mondialisation », après la très brève période de libre-échange inaugurée par le traité Eden-Rayneval en 1786.

Émeute à Montréal

Le 25 avril 1849, à Montréal, une émeute populaire se solde par l'incendie de l'hôtel du Parlement, où le gouverneur général du Canada, lord Elgin, venait de sanctionner une loi controversée.

À la suite de ce drame, Montréal perd le statut de capitale des deux parties du Canada, le Haut- et le Bas-Canada, dont elle avait hérité à peine deux ans plus tôt.

Début de la guerre de Crimée

Le 27 mars 1854, sur un motif à première vue ridicule, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à la Russie. C'est le début de la guerre de Crimée, qui voit pour la première fois depuis 700 ans les Français et les Anglais combattre côte à côte...

La charge de la Brigade légère

Le 25 octobre 1854, au cours de la guerre de Crimée, se produit la célèbre « Charge de la Brigade légère », un combat aussi meurtrier qu'inutile immortalisé au cinéma...

Traité de Paris, fin de la guerre de Crimée

Le 30 mars 1856, le traité de Paris met un terme à la guerre de Crimée en consacrant la défaite de la Russie face à l'Angleterre et la France. Pour l'empereur Napoléon III, neveu de l'inexpiable ennemi des Anglais, cette guerre, bien que mal engagée et mal gagnée, s'avère un succès sur la scène internationale (le premier et le dernier). Le bonheur de l'empereur est à son comble avec la naissance de son fils Eugène Louis Napoléon pendant le congrès !... Le jeune tsar Alexandre II découvre quant à lui dans l'humiliation de la défaite la nécessité de moderniser son pays.

Darwin publie L'Origine des espèces

Le 24 novembre 1859 sort en librairie, à Londres, un ouvrage au titre ambitieux qui résume à lui seul le contenu : De l'Origine des espèces par la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie.

Son auteur est un quinquagénaire seulement connu des spécialistes, Charles Darwin. Pourtant, son ouvrage bénéficie d'un succès immédiat et le premier tirage (1250 exemplaires) est épuisé dans la journée. Les théories développées par Charles Darwin allaient bouleverser le dogme d'une nature immuable depuis la création du monde.

Richard Fremder nous raconte Charles Darwin.

Traité de libre-échange franco-britannique

Le 23 janvier 1860 est signé le traité de libre-échange franco-britannique, négocié par Michel Chevalier et Richard Cobden, avec le soutien de William Gladstone, chancelier de l'Échiquier dans le cabinet Palmerston, et l'appui de Napoléon III.

L'Europe va dès lors se vouer au libre-échange et lui rester fidèle jusqu'en 1892 en dépit de la «grande dépression européenne», qui débute vers 1873...

Le sac du Palais d'Été

Le 18 octobre 1860, quelques jours après l'entrée des troupes françaises et anglaises dans Pékin, lord Elgin ordonne la mise à sac et l'incendie du Palais d'Été de l'empereur de Chine, en représailles des tortures infligées à des Européens. Il faut dire que l'homme a de qui tenir. Son grand-père démonta le Parthénon en 1801.

Convention de Pékin

Le 24 octobre 1860, Français et Anglais imposent à l'empereur manchou un traité qui met fin à la « Seconde guerre de l'opium ». Par cette convention de Pékin, le gouvernement impérial accorde des indemnités aux Occidentaux, ouvre à leurs commerçants le bassin du Yangzi Jiang (autrefois appelé Fleuve bleu ou Yang-Tsé-Kiang) et à leurs missionnaires l'ensemble de l'empire. Il concède enfin un agrandissement de la colonie de Hong-Kong.

De la sorte, en usant et en abusant de la « diplomatie de la canonnière » et des « traités inégaux » de cette sorte, les Occidentaux transforment peu à peu l'Empire du Milieu en une semi-colonie, non sans susciter de violents ressentiments au sein du peuple chinois...

Fondation de la 1ère Internationale

Le 28 septembre 1864, des ouvriers venus de toute l'Europe fondent à Londres la Première Internationale socialiste sous le nom d'Association internationale des travailleurs (AIT). Ses principaux inspirateurs ont nom Bakounine et Karl Marx...

Le traité de Londres consolide l'indépendance du Luxembourg

Par un traité signé le 11 mai 1867, la France renonce à l'annexion du Luxembourg, en échange de quoi la Prusse retire ses garnisons du grand-duché de Luxembourg, lequel est déclaré neutre et peut dès lors savourer une pleine indépendance.

Naissance du Canada moderne

Le 1er juillet 1867 naît le Canada sous sa forme actuelle. Ce jour-là, la reine Victoria promulgue l'Acte de l'Amérique du Nord britannique (AANB). Ce texte issu des conférences de Charlottetown et de Québec jette les bases de la Fédération canadienne actuelle avec un Parlement fédéral et un gouvernement central à Ottawa.

En souvenir de l'acte fondateur du Canada actuel, le 1er juillet est devenu la fête de la Fédération canadienne...

Droit de vote pour les ouvriers britanniques

Le 15 août 1867, à l'initiative du Premier ministre Benjamin Disraeli, les ouvriers qualifiés des villes obtiennent le droit de vote. La loi électorale double pratiquement le nombre d'électeurs...

Gladstone Premier ministre du Royaume-Uni

Le 9 décembre 1868, le chef du parti libéral (whig), William Gladstone, devient à 59 ans Premier ministre du Royaume-Uni.

Cet Écossais est animé par des convictions religieuses très rigides qui le portent à émanciper les catholiques et les israélites, pacifier l'Irlande, développer l'éducation et moderniser les règles démocratiques...

« Dr. Livingstone, I presume ?  »

Le 10 novembre 1871, dans un village reculé d'Afrique orientale, Ujiji, deux hommes blancs se font face au milieu d'un attroupement d'Africains. Le plus jeune, un aventurier du nom de Stanley, s'avance vers son aîné :  «Dr Livingstone, I presume !»...

Disraeli exalte les conquêtes coloniales

Le 24 juin 1872, dans le Crystal Palace, le somptueux palais des expositions londonien inauguré vingt ans plus tôt par le prince Albert, Benjamin Disraeli, chef de l'opposition conservatrice, prononce un retentissant discours dans lequel il se propose de promouvoir l'empire colonial britannique (« uphold the Empire of England », dit-il).

Auparavant, les conquêtes coloniales étaient le fait de compagnies marchandes ou d'aventuriers et les gouvernements ne s'y engageaient qu'avec réticence car ils n'y voyaient que des sources de difficultés. On peut dater du discours de Disraeli la naissance de l'impérialisme anglais et plus largement européen, marqué par les péripéties de la « course au drapeau » en Afrique et en Asie.

La même année, le 7 avril 1872, Léon Gambetta, un fougueux républicain français, lance à Angers: « Pour reprendre véritablement le rang qui lui appartient dans le monde, la France se doit de ne pas accepter le repliement sur elle-même. C'est par l'expansion, par le rayonnement dans la vie du dehors, par la place qu'on prend dans la vie générale de l'humanité que les nations persistent et qu'elles durent; si cette vie s'arrêtait, c'en serait fait de la France » (L'idée coloniale en France, 1871-1962, Raoul Girardet, La Table ronde, 1972).

Traité anglo-afghan de Gandamak

Le 26 mai 1879, le traité de Gandamak met un terme à la deuxième guerre anglo-afghane. La première s'était terminée par un désastre britannique. Celle-ci se conclut par un compromis. Les Anglais se gardent d'occuper l'Afghanistan mais se font concéder par l'émir Chêr Ali (ou Chir Ali) la surveillance de la passe stratégique de Kaïber (Khyber pass) et un droit de regard sur sa politique étrangère. Ainsi neutralisent-ils le glacis qui sépare leur colonie des Indes de l'empire russe.

Maîtres chez eux, les Afghans renoncent à s'immixer dans les rivalités entre grandes puissances. C'est une attitude qu'ils conserveront au XXe siècle pendant la « guerre froide » entre URSS et États-Unis.

Le premier « boycott »

Le 17 septembre 1879, en Irlande, Charles Parnell, président de la Ligue agraire, inaugure une tactique nouvelle pour faire plier les propriétaires et les régisseurs qui maltraitent ou dépouillent leurs tenanciers : la mise en quarantaine. Il reprend ce faisant une idée de son compatriote Jonathan Swift qui recommandait avec humour de « brûler tout ce qui vient d'Angleterre, hors le charbon » !

La première « victime » de cette démarche revendicative est un certain capitaine Charles Boycott, régisseur d'un grand propriétaire. Du jour au lendemain, il ne trouve plus aucun employé ni commerçant qui accepte de traiter avec lui ou seulement de lui parler. Pour éviter que ses récoltes ne pourrissent sur pied, il fait venir des paysans protestants de l'Ulster sous la protection de l'armée. Finalement, il jettera l'éponge et quittera l'Irlande, laissant son nom à la postérité !

L'armée anglaise débarque en Égypte

Le 2 août 1882, l'armée anglaise débarque à Alexandrie pour mettre fin à des émeutes populaires et imposer sa protection à l'Égypte...

Partage de l'Afrique noire

Le 26 février 1885 prend fin la conférence de Berlin sur le partage de l'Afrique noire. Elle a pour principal résultat de confier l'administration du Congo au roi des Belges Léopold II, sous le nom d'«État indépendant du Congo».

Considéré par les Européens comme une terre sans maître, l'immense continent noir est partagé comme une vulgaire tarte aux pommes... sans que les habitants, pas plus que les pommes, aient leur mot à dire...

Les Anglais annexent la Birmanie

Le 25 novembre 1885, les Anglais font la conquête de la Birmanie. Le royaume s'ajoute pour quelque temps à leur empire colonial des Indes. Il deviendra indépendant 60 ans plus tard.

Révélation de Sherlock Holmes

Sherlock Holmes fait sa première apparition le 6 janvier 1887.

Le public britannique découvre le détective et son ami, le docteur Watson, dans une nouvelle intitulée A study in scarlet (titre français : Une étude en rouge) et publiée par le Beeton's Christmas annual. Son auteur est un médecin de 27 ans, Arthur Conan Doyle...

Jack l'Éventreur à Whitechapel

Le 8 août 1888, la police découvre dans une rue de Whitechapel, l'un des quartiers pauvres de l'East End de Londres, le corps affreusement mutilé d'une prostituée ; c'est le début du mystère Jack l'Eventreur...

Guerre des Boers

Le 11 octobre 1899, les Britanniques entrent en guerre contre les Boers du Transvaal, en Afrique du sud, après un ultimatum adressé à leur président Paul Kruger. 

Les Boers (d'un mot hollandais qui signifie « paysans » et se prononce bour) sont les descendants des Hollandais et Français qui se sont installés autour du cap de Bonne Espérance au XVIIe siècle. Rudes et solidaires, ils veulent par-dessus tout préserver leurs coutumes et leur religion calviniste.

La guerre des Boers va durer près de trois ans. C'est la plus dure guerre coloniale qu'aient eu à soutenir les Anglais. Et c'est face à des paysans d'origine européenne ! Elle ouvre de premières fissures dans l'empire de Sa Très Gracieuse Majesté...

Un corps expéditionnaire à Pékin

Le 14 août 1900, un corps expéditionnaire européen entre à Pékin. Les diplomates assiégés par les Boxeurs (en anglais : Boxers) sont délivrés. Le gouvernement de l'impératrice Ci Xi (Ts'eu-Hi), qui avait encouragé en sous-main les émeutiers, est condamné à payer des indemnités jusqu'en... 1940. La Chine à demi-colonisée est une fois de plus humiliée.

Édouard VIII succède à sa mère Victoria

Le deuxième enfant de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha naît au palais Saint-James et reçoit quelques jours plus tard le titre de prince de Galles, qui le consacre comme héritier de la couronne. Il attendra 60 ans avant de monter sur le trône...

Un traité met fin à la révolte des Boxeurs

Le 7 septembre 1901, la révolte de la secte des Boxeurs (en anglais : Boxers)contre les Occidentaux se termine par un traité entre la Chine et les puissances occidentales. L'Empire du Milieu est une dernière fois humilié...

Accord anglo-japonais contre la Russie

Le 30 janvier 1902, lord Landsdowne et l'ambassadeur japonais concluent un accord par lequel, en cas de guerre entre la Russie et le Japon, l'Angleterre s'engage à ne pas intervenir au secours de la Russie. Elle invite la France et l'Allemagne à s'abstenir également. Cet accord permettra la retentissante défaite russe face au Japon.

Fin de la guerre des Boers

Le 31 mai 1902, Vereeniging, à la pointe de l'Afrique, un traité met fin à une guerre de 30 mois entre les Boers, des paysans d'origine franco-hollandaise, et les Anglais.

Il s'agit de la plus dure guerre coloniale qu'aient eu à soutenir les Anglais. Elle se solde par une victoire en demi-teinte pour Londres ; c’est un premier accroc pour la principale puissance du monde en ce début du XXe siècle…

L'Entente cordiale

Le 8 avril 1904, à Londres, le Royaume-Uni et la République française officialisent leur Entente cordiale.

Les représentants des deux nations signent non pas une alliance mais un simple accord destiné à aplanir les différends coloniaux entre les deux ennemis héréditaires. C'est déjà beaucoup si l'on songe que les deux pays avaient été sur le point de se combattre six ans plus tôt à propos de Fachoda, une misérable bourgade du Soudan.

L'Entente cordiale est le fruit de la subtile diplomatie du ministre des Affaires étrangères français Théophile Delcassé et de son ambassadeur à Londres Paul Cambon. Elle a bénéficié de l'extraordinaire popularité en France du roi Édouard VII...

Naissance du scoutisme

Le 29 juillet 1907, le mouvement scout, d'un mot anglais qui signifie éclaireur, est officiellement fondé en Angleterre par le colonel Robert Baden-Powell.

En ce début du XXIe siècle, le scoutisme réunit 16 millions de jeunes garçons et jeunes filles dans 136 pays, au sein de groupements confessionnels ou laïcs.

Notons aussi que l’esprit du scoutisme a été dévoyé après la Première Guerre mondiale par les partis totalitaires qui ont créé sur le même modèle des mouvements de jeunesse à leur dévotion…

La fin du « Grand jeu »

Le 31 août 1907, à Saint-Pétersbourg, l'ambassadeur anglais Sir Arthur Nicolson signe avec le ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Iswolski trois accords qui délimitent leurs zones d'influence en Asie centrale et mettent fin à près d'un siècle de querelles. Ainsi prend fin ce que les Britanniques appelaient le « Grand jeu » et les Russes le « Tournoi des ombres »...

George V succède à son père Édouard VII

À la mort du roi Édouard VII, en 1910, c'est son fils cadet qui lui succède comme «roi de Grande-Bretagne et d'Irlande et empereur des Indes». Dans sa jeunesse, le futur roi se prend de passion pour la marine. Officier de marine, il commande une frégate...

Fondation de l'Union sud-africaine

Le 31 mai 1910 est fondée l'Union sud-africaine, qui consacre le rapprochement entre les anciens ennemis de la guerre des Boers.

Naufrage du Titanic

Le paquebot heurte un iceberg et sombre au large de Terre-Neuve, au cours de son voyage inaugural, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

C'est la catastrophe maritime la plus médiatique de tous les temps à défaut d'être la plus meurtrière (1502 victimes)...

Naufrage de l'Empress of Ireland

Le 29 mai 1914, à 1h45 du matin, le paquebot Empress of Ireland sombre en quinze minutes au large de Rimouski, dans l'estuaire du St-Laurent (province de Québec). Il a été éperonné en plein brouillard par le charbonnier norvégien Storstad.

Moins médiatique que le naufrage du Titanic, la catastrophe n'en fait pas moins 1012 victimes sur 1477 personnes à bord... Notons que l'un des survivants du Empress avait également survécu au naufrage du Titanic en 1912 !

Course à la guerre

Le 5 juillet 1914, l'empereur allemand Guillaume II assure l'émissaire du gouvernement austro-hongrois de son soutien en cas de conflit avec la Serbie. C'est le début de la course à la Grande Guerre...

Début de la Grande Guerre

Le samedi 1er août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie. À 4 heures de l'après-midi, tous les clochers de France font entendre un sinistre tocsin. C'est la mobilisation générale...

La Royal Navy humiliée à Coronel

Le 1er novembre 1914, tandis que vient de débuter la Première Guerre mondiale, cinq navires allemands, sous les ordres de l'amiral comte Maximilian von Spee, défient l'escadre anglaise de l'amiral Cradock réfugiée dans le port de Coronel, au Chili...

Débarquement franco-britannique à Gallipoli

Le 25 avril 1915, un corps expéditionnaire franco-britannique débarque sur la presqu'île de Gallipoli (Canakale en turc), à l'entrée du détroit des Dardanelles, en Turquie. Le débarquement aboutit à un dramatique fiasco face aux défenses turco-allemandes, sous le commandement du général allemand Liman von Sanders et d'un général turc promis à un grand avenir, Kemal Atatürk.

L'ANZAC Day

Les troupes d'Australie et de Nouvelle-Zélande ayant été particulièrement éprouvées, le souvenir de la bataille de Gallipoli est commémoré tous les 25 avril dans leur pays par un jour férié, l'ANZAC Day (ou jour de l'ANZAC, du nom de leur détachement).

Traité secret de Londres entre l'Italie et les Alliés

Le 26 avril 1915 est signé le traité secret de Londres entre les Alliés et l'Italie...

Le torpillage du Lusitania

Le paquebot britannique Lusitania, en provenance de New York, est coulé par un sous-marin allemand pour la raison qu’il transportait des armes à destination des belligérants. Parmi les victimes, de nombreux citoyens américains.

Ce fait divers dramatique va être rappelé deux ans plus tard par le gouvernement américain pour justifier son entrée en guerre contre l’Allemagne et ses alliés...

Service militaire obligatoire en Angleterre

En 1914, la Grande-Bretagne ne dispose que d'une armée de métier de 300.000 hommes et fait appel au volontariat pour compléter ses effectifs. Patriotisme aidant, 700.000 jeunes Britanniques s'engagent d'eux-mêmes dès les premiers mois de la guerre. Les activités sociales telles que les matches de rugby ou de cricket, pratiquées à grande échelle à l'arrière du front, contribuent à maintenir la cohésion des troupes.

En 1915, les recrutements se font plus difficiles. Pour convaincre les hésitants, l'état-major encourage les « bataillons de copains » : les amis de quartier ou d'école vont ensemble au bureau de recrutement avec l'assurance de combattre côte à côte. Mais cette consolation ne suffit bientôt plus à vaincre les réticences et le gouvernement se résout à instaurer le service militaire obligatoire le 24 janvier 1916. 3 millions de conscrits viennent ainsi s'ajouter aux 3 millions de volontaires.

« Pâques sanglantes » à Dublin

Le lundi de Pâques du 24 avril 1916, à Dublin, un groupe d'Irlandais du Sinn Fein et de l'IRB se soulève contre le colonisateur britannique, à l'initiative de Sir Roger Casement et James Connolly. Ils forment ce que l'on appellera un peu plus tard l'Irish Republican Army (IRA)... Parmi eux, Sean Mac Bride, qui deviendra Premier ministre de la République d'Irlande avant de fonder Amnesty International et d'obtenir pour cela le Prix Nobel de la Paix !

L'insurrection annonce l'indépendance de l'Irlande du sud, cinq ans plus tard. Eamon de Valera, rescapé de l'insurrection, deviendra le premier président de la nouvelle République...

Accord secret Sykes-Picot

En pleine guerre mondiale, le Britannique sir Mark Sykes et le Français François Georges-Picot négocient un accord qui prévoit le démantèlement de l'empire ottoman après la guerre et le partage du monde arabe entre les deux Alliés. Les Français se réservent le Liban, la Syrie et la région de Mossoul, au nord de la Mésopotamie ; les Britanniques le reste de la Mésopotamie (Irak) et la Transjordanie. La Palestine doit devenir zone internationale et le port d'Alexandrette (Syrie) acquérir le statut de port franc...

Bataille du Jutland

Le 31 mai 1916, au plus fort de la Grande Guerre, Anglais et Allemands s'affrontent dans le Jutland, au large du Danemark. Appelée bataille du Skagger-Rack par les Allemands, c'est la seule bataille navale importante de la Première Guerre mondiale depuis celle de Coronel, 19 mois plus tôt.  Les Britanniques alignent 28 cuirassés, 8 croiseurs de bataille, 8 croiseurs cuirassés, 21 croiseurs légers et 76 destroyers.  Les Allemands disposent quant à eux de 15 cuirassés (mais ce sont des pré-dreadnougths sans grande valeur militaire), de 12 croiseurs légers et de 61 destroyers. 

Sous le commandement de l'amiral Reinhard Scheer, la flotte allemande remporte une victoire tactique. Elle évite l'encerclement et oblige la Royal Navy, commandée par l'amiral John Jellicoe, à rompre le combat au prix de pertes importantes : 5769 hommes, 3 croiseurs de bataille, 3 croiseurs cuirassés et 3 croiseurs légers.  Les Allemands perdent de leur côté 2853 hommes, un vieux cuirassé, un croiseur de bataille et deux croiseurs légers ; le reste de leur flotte regagne ses ports. Il n'en reste pas moins que la Reichsmarine allemande renoncera à partir de là à gagner la haute mer. Elle se cantonnera à la guerre sous-marine.

Folle offensive sur la Somme

Le 1er juillet 1916, à 7h30, débute une gigantesque offensive anglo-française sur la Somme, la plus insensée et la plus sanglante de toutes les batailles de la Grande Guerre de 1914-1918. Son souvenir demeure très vif chez les Britanniques, dont toute une génération de jeunes soldats a été fauchée sur la Somme...

Les chars arrivent

Le 15 septembre 1916, à Flers, au cours de la sanglante bataille de la Somme, les Britanniques alignent pour la première fois des chars d'assaut (nom de code : les tanks, ou réservoirs).

Ces engins blindés, montés sur chenille (une innovation apparue en 1905 dans le milieu agricole), se montrent capables de franchir tous les obstacles y compris les rideaux de barbelés qui protègent les tranchées. En Angleterre, les chars d'assaut sont promus par le lieutenant-colonel Ernest Swinton, qui rallie à son idée le premier Lord de l'Amirauté, Winston Churchill.

En France, le promoteur des chars d'assaut est le général d'artillerie Jean-Baptiste Estienne (1860-1934), qui a été aussi parmi les premiers à comprendre l'intérêt militaire de l'aviation. Mais les résistances du ministère de l'Armement ne permettront de mettre en ligne les premiers chars français que le 16 avril 1917, dans des conditions au demeurant décevantes. Les Allemands attendront la fin de la guerre pour se laisser convaincre par cette nouvelle technique.

Les Britanniques entrent à Bagdad

Le 11 mars 1917, les troupes britanniques entrent pour la première fois dans Bagdad et en chassent les Turcs après de difficiles combats dans l'ancienne Mésopotamie...

bataille de Passchendaele

Après trois ans de piétinement dans la plaine flamande, le commandant en chef britannique Douglas Haig lance le 31 juillet 1917 à Passchendaele (ou Passendale), près d'Ypres, une grande offensive en direction des ports belges de Bruges et Ostende...

Conférence interalliée de Doullens

Le 26 mars 1918, à Doullens (Somme), les Alliés désignent le général français Ferdinand Foch (66 ans) comme généralissime des troupes franco-britanniques. Il lui reviendra de faire face à l'ultime offensive allemande...

Le massacre d'Amritsar

Le 13 avril 1919, 20.000 Indiens manifestent à Amritsar pour dénoncer les difficultés économiques du moment, demander l'abolition des lois Rowlatt qui permettent d'emprisonner sans jugement tout agitateur et exiger l'autonomie de la colonie des Indes, évoquée deux ans plus tôt par le secrétaire d'État lord Montagu.

Le général Dyer réprime brutalement la manifestation, faisant 379 morts. C'est la rupture...

Paix bâclée à Versailles

Le 28 juin 1919, dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, là même où fut proclamé le IIe Reich allemand en 1871, un traité entre l'Allemagne et les Alliés règle le conflit qui débuta à Sarajevo 5 ans plus tôt, jour pour jour.

Pour la forme, les représentants de 27 pays alliés font face aux Allemands. Mais le traité a été concocté en cercle fermé par quatre personnes seulement : le Français Georges Clemenceau, le Britannique David Lloyd George, l'Américain Thomas Woodrow Wilsonsans oublier l'Italien Vittorio Orlando. À la signature du « Diktat », le comte de Brockdorff-Rantzau lit une longue protestation au nom de l'Allemagne ; c'est le début d'un grand malentendu entre le principal vaincu de la guerre et les Alliés...

L’Allemagne est amputée du huitième de son territoire et du dixième de sa population. Elle est par ailleurs soumise à des limitations de souveraineté humiliantes et tenue pour seule responsable de la guerre !

Dans les mois qui suivent, d’autres traités sont aussi conclus avec les autres vaincus de la Grande Guerre. La carte du continent européen en sort complètement transformée avec la disparition de quatre empires, l'allemand, l'austro-hongrois, le russe et l'ottoman, au profit de petits États nationalistes, souvent hétérogènes, revendicatifs... et impuissants…

Naissance de l'État libre d'Irlande

Après deux ans de guerre civile et plusieurs siècles d'oppression, les Irlandais obtiennent leur indépendance le 6 décembre 1921 par le traité de Londres...

Churchill réévalue la livre sterling

Le mardi 28 avril 1925, Winston Churchill, chancelier de l'Échiquier (ministre des finances) dans le gouvernement conservateur de Stanley Baldwin, annonce le retour à la convertibilité or de la livre (suspendue en 1919).

On s'apercevra très vite des implications désastreuses pour la Grande-Bretagne et le reste du monde de cette réévaluation de la sterling, recommandée par les financiers de la City et Norman Montagu, gouverneur de la Banque d'Angleterre...

Naissance de la télévision

Le 26 janvier 1926 a lieu à Londres la première démonstration officielle de télévision, par l'inventeur John Baird...

Grève générale des mineurs britanniques

Le 4 mai 1926, la Grande-Bretagne connaît une grève générale d'une ampleur jamais vue.

Face à la fermeté du gouvernement conservateur de Stanley Baldwin et de son Lord Chancelier Winston Churchill, les mineurs et leurs syndicats, le Trades Union Congress, doivent bientôt rendre les armes. Ils ne retrouveront semblable combativité qu'un demi-siècle plus tard...

Alexander Fleming découvre la pénicilline

De retour de vacances, le 3 septembre 1928, le savant anglais Alexander Fleming (47 ans) remarque sur sa paillasse de laboratoire un champignon qui, en contaminant une boîte de culture, en a éliminé les bactéries Par cet heureux hasard, les antibiotiques sont découverts. Mais il faudra encore plus de dix ans avant qu'ils soient mis en oeuvre...

Accord secret entre les compagnies pétrolières à Achnacarry

Le château d'Achnacarry (Écosse)Le 17 septembre 1928, les patrons de Standard Oil of New Jersey (Walter Teagle), Anglo-Persian (John Cadman) et Royal Dutch Shell (Henri Deterding), principales compagnies pétrolières du monde, concluent un accord décisif en vue de se partager les réserves de pétrole du Moyen-Orient et de maintenir des prix élevés tout en s'évitant les désagréments d'une concurrence sauvage...

Édouard VIII annonce son abdication

Le 10 décembre 1936, Édouard VIII annonce son abdication. Le roi d'Angleterre cède son trône pour pouvoir épouser la femme qu'il aime, l'Américaine Wallis Simpson, doublement divorcée.

Il devient duc de Windsor et son frère cadet, le duc d'York, lui succède sous le nom de George VI. Il lui incombera de garder le trône dans une Europe à feu et à sang. En apprenant la nouvelle, il manque de défaillir.

C'est un véritable séisme, notamment quand Édouard s'explique à la radio, dès le lendemain, dans une allocution à ses sujets : « J'ai estimé impossible de porter le lourd fardeau de responsabilités et de remplir les devoirs qui m'incombent en tant que roi, sans l'aide et le secours de la femme que j'aime ».

George VI remplace Édouard VIII sur le trône

Le 12 mai 1937, le monde a l'oreille tournée vers l'abbaye de Westminster. Chacun oublie un instant les menaces qui pèsent sur l'Europe, la guerre qui s'étend en Chine et en Espagne, la répression qui s'abat sur l'URSS et les gesticulations d'un fou furieux de l'autre côté du Rhin.

Dans l'abbaye se déroule en effet le couronnement du nouveau roi de Grande-Bretagne et d'Irlande (le Royaume-Uni), par ailleurs Empereur des Indes, George VI. Pour la première fois, la cérémonie est radiodiffusée.

Déclaration de guerre à l'Allemagne

Le 3 septembre 1939, suite à l'agression de la Pologne, la Grande-Bretagne puis la France déclarent la guerre à l'Allemagne. Les hommes répondent sans joie mais avec détermination à l'ordre de mobilisation. Certains pacifistes manifestent néanmoins leurs réticences, tel le député socialiste Marcel Déat qui publie le 4 mai 1939 un article intitulé : « Faut-il mourir pour Dantzig ? ».

La Wehrmacht ayant violé les frontières de la Pologne, Londres envoie un ultimatum à Berlin en suggérant une ultime conférence internationale ! Hitler dédaignant de répondre, la guerre est de facto déclarée à l'expiration de l'ultimatum, le 3 septembre à 11 heures. Le Président du Conseil français Édouard Daladier et son ministre des affaires étrangères Georges Bonnet demandent au président de la République Albert Lebrun de déclarer à son tour la guerre au nom des engagements internationaux de la France (et sans consulter le Parlement). C'est chose faite à 17h.

Les troupes franco-anglaises, sous le commandement du général Maurice Gamelin (68 ans), ancien vainqueur de la Marne aux côtés de Joffre, ne profitent pas de ce que le front occidental est dégarni, la Wehrmacht étant presque toute entière occupée à envahir la Pologne. Les soldats se tiennent l'arme au pied derrière la ligne Maginot et traînent leur ennui, au grand désespoir des Polonais. C'est la « drôle de guerre », d'après une expression de Roland Dorgelès. Elle prendra fin dans des conditions tragiques le 10 mai 1940 avec l'invasion allemande.

Churchill Premier ministre contre Hitler

Le 10 mai 1940, tandis que les armées de Hitler rompent le front de l'ouest, Winston Churchill devient Premier ministre de Grande-Bretagne. Il remplace à ce poste Neville Chamberlain, qui s'est déconsidéré par ses hésitations et ses reculades face au Führer.

Trois jours plus tard, le 13 mai 1940, Winston Churchill lance à l'adresse des députés et de ses concitoyens : «Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur !...»

Churchill présente son cabinet de guerre

Le 13 mai 1940, trois jours après avoir été nommé Premier ministre par le roi George VI, Winston Churchill (66 ans) présente son cabinet de guerre à la Chambre des Communes. Dans son discours radiodiffusé, il lance aux députés et à ses concitoyens : « Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ! ». Il a emprunté cette saisissante formule à l'Italien Giuseppe Garibaldi, qui l'a adressée le 2 mai 1849 à ses Chemises rouges.

Naufrage du Lancastria

Le 17 juin 1940, tandis que la France est envahie par la Wehrmacht, le Lancastria, un paquebot chargé de soldats britanniques, quitte à la hâte le port de Saint-Nazaire. Bombardé par des Junker allemands, il explose et coule en 24 minutes. On recueillera près de 2500 survivants. Faute d'un enregistrement des passagers de fortune, le nombre de victimes est quant à lui évalué à 5200 !

Attaque de Mers el-Kébir

Le 3 juillet 1940, la Royal Navy attaque la flotte française amarrée dans la base nord-africaine de Mers el-Kébir. Seuls contre les nazis après l'armistice franco-allemand, les Anglais craignent non sans raison que la flotte française ne soit réquisitionnée par les Allemands. Sous le nom de code Catapult, ils lancent une opération destinée à s'emparer de tous les navires français à leur portée ou de les neutraliser.

La brutalité de l'attaque de Mers el-Kébir (près de 1300 morts) réveille en France une anglophobie latente. C'est une aubaine pour les partisans d'une collaboration avec l'occupant. Quelques jours plus tard, l'Assemblée nationale issue des élections de 1936 et du Front populaire vote à une écrasante majorité les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

La bataille d'Angleterre

Le 30 juillet 1940, Hermann Goering, qui dirige la Luftwaffe, l'aviation de combat allemande, annonce le début de la «grande bataille aérienne» contre l'Angleterre, selon ses propres mots.

L'offensive va tourner court en raison de la résistance héroïque des pilotes britanniques du «Fighter Command» et d'une innovation révolutionnaire, le radar...

Londres victime du Blitz

Le 7 septembre 1940, suite à l'échec des attaques aériennes contre l'Angleterre, Hitler inaugure une nouvelle tactique destinée à abattre le moral de l'ennemi : 364 bombardiers allemands, escortés par 515 chasseurs, bombardent Londres de 17h à 4h30 du matin, faisant 430 morts, surtout dans les quartiers populaires de l'East End.

C'est le début de ce que les Britanniques appellent le «Blitz»...

Les Britanniques de retour à Bagdad

Le 1er juin 1941, sous une chaleur torride, un corps expéditionnaire britannique entre à Bagdad et en chasse le gouvernement de Rachid Ali, un putschiste en cheville avec les Allemands...

La Charte de l'Atlantique

Le 14 août 1941, le président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt et le Premier ministre britannique Winston Churchill se rencontrent à bord du navire de guerre Prince of Wales «quelque part en mer», au large de Terre-Neuve.

Ils proposent une série de principes moraux devant guider les puissances démocratiques et garantir le rétablissement durable de la paix...

Singapour capitule face aux Japonais

Le 15 février 1942, au coeur de la Seconde Guerre mondiale, le port britannique de Singapour, à la pointe de la péninsule malaise, capitule devant les armées japonaises.

Défendue par 85 000 hommes sous le commandement du général Arthur Percival, Singapour était une forteresse réputée imprenable, du moins par la mer. Mais les 30 000 du général japonais Tomoyuki Yamashita, surnommé le « Tigre de Malaisie », vont contourner la difficulté en l'attaquant par la terre !

Churchill, consterné, voit dans la chute de Singapour la « pire des catastrophes ». En faisant sauter ce verrou, le Japon ouvre à sa marine et à son armée l'Océan Indien, l'Insulinde et même l'Australie. Pour la Grande-Bretagne, depuis peu soutenue par les États-Unis et l'URSS, c'est le moment le plus critique de sa lutte contre les puissance de l'Axe, Allemagne, Italie et Japon.

Reddition des troupes britanniques de Singapour face aux Japonais (15 février 1942)

Traité anglo-soviétique de Londres

Suite à l'invasion de l'URSS par la Wehrmacht et à la rupture du pacte germano-soviétique, l'URSS est rejetée dans le camp occidental. Le 26 mai 1942, le Secrétaire aux Affaires étrangères britannique Anthony Eden et son homologue soviétique Viatcheslav Molotov scellent l'alliance par la signature à Londres d'un traité d'assistance mutuelle de vingt ans. Par ce traité, le premier concède au second le droit à un glacis de sécurité et à des frontières stratégiques. Un avant-goût de la conférence de Yalta.

Débarquement de Dieppe

Le 19 août 1942, environ 6000 hommes de troupe débarquent sur les plages de Dieppe, au nord de la Seine. Parmi eux figurent 1005 commandos britanniques, 50 rangers américains, 15 Français et surtout 4963 hommes et officiers de la 2e division d'infanterie canadienne, dont le régiment franco-canadien des fusiliers Mont-Royal...

La bataille d'El-Alamein

Le 23 octobre 1942, l'Afrikakorps du maréchal Rommel recule à El-Alamein devant la VIIIe armée britannique du général Montgomery.

C'est le premier coup d'arrêt infligé à l'armée allemande après une guerre éclair qui lui a valu d'occuper la plus grande partie de l'Europe continentale et du bassin méditerranéen. Il a été rendu possible par l'héroïque résistance d'une brigade française à Bir Hakeim, au sud du dispositif britannique...

Débarquement en Afrique du Nord

Le 8 novembre 1942, dans le cadre de l'opération «Torch», 100.000 soldats américains et anglais débarquent en Afrique du nord. Bénéficiant de l'effet de surprise, ils s'emparent de Casablanca, Oran et Alger, en vue de préparer la libération du continent européen...

Raids anglo-américains sur Nantes

Le 16 septembre 1943, à 16h35, 79 bombardiers B17 de la 8e Air Force, commandée par le général Travis et venus d'Angleterre, larguent 1450 bombes sur Nantes.

Une semaine plus tard, le 23 septembre, les bombardements sont renouvelés à 8h30 et 18h10 : en une quinzaine de minutes, une centaine de bombardiers larguent un millier de bombes sur le grand port de la côte atlantique. Il s'ensuit au total de ces deux journées 1444 morts identifiés, 27 disparus, 113 corps non identifiés, 2.600 blessés, six mille sinistrés, sept cents immeubles détruits, trois mille immeubles inhabitables, cinquante voie de circulation centrales obstruées sur une surface de plus de deux cents hectares.

Ce raid destiné en principe à détruire des installations industrielles, portuaires et militaires est l'un des plus meurtriers sur la France occupée. Il est toutefois sans commune mesure avec les raids de terreur qui ont frappé les ville allemandes. L'acteur américain Clark Gable, en cours de tournage d'un film de propagande, a fait partie de la deuxième escadrille qui a frappé Nantes.

Bombardement de Nantes, les 16 et 23 septembre 1943

L'Indien Bose attaque les Indes britanniques

Bien que méconnu en Occident, Subhas Chandra Bose est entré dans l'histoire indienne comme « l'ennemi le plus déterminé des Britanniques ». En refusant de combattre aux côtés du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale, il a fait un choix radicalement différent de ceux de Gandhi et Nehru. Allant jusqu'au bout de sa logique, il a mis sur pied une armée nationale indienne (Indian National Army, INA) avec laquelle il a attaqué les Indes britanniques, le 18 mars 1944, en appui des troupes japonaises...

Le débarquement de Normandie

Le 6 juin 1944, à l'aube, 4266 navires de transport et 722 navires de guerre s'approchent des côtes normandes avec pas moins de 130 000 hommes, sous la protection de plus de 10 000 avions. Cette opération aéronavale du nom d’« Overlord » (suzerain en français), la plus gigantesque de l'Histoire, était attendue par tous les Européens qui, en Europe occidentale, luttaient contre l'occupation allemande.

Le débarquement est placé sous le commandement du général américain Dwight Eisenhower, assisté des généraux Omar Bradley et George Patton ainsi que du maréchal britannique Bernard Montgomery. L'Abwehr (services secrets allemands) et le feld-maréchal Erwin Rommel, commandant des forces allemandes de Normandie, sont induits en erreur sur le lieu du débarquement par l'opération « Fortitude ». Deux mois après le Jour J (« D Day » en anglais) et le débarquement sur les plages aux noms codés Utah et Omaha (troupes américaines), Gold (troupes britanniques), Juno (troupes canadiennes) et Sword (troupes britanniques), 2 millions d'hommes, 438 000 véhicules et 3 millions de tonnes de matériels ont déjà foulé le sol français et entamé leur progression vers Berlin…

Une fusée V1 dans la Tamise

Le 13 juin 1944, la première fusée V1 (« Vergeltungswaffe » ou arme de la vengeance) s'écrase dans l'estuaire de la Tamise.

C'est le début d'une fantastique course aux armements : les savants allemands et en particulier le célèbre Wernher von Braun, développent les premières fusées autopropulsées (les V2) dans le centre ultra-secret de Peenemünde...

Projet de partage des Balkans

Le 10 octobre 1944, à Moscou, Churchill et Staline scellent en tête-à-tête le sort des pays balkaniques après la chute du IIIe Reich allemand...

Conférence de Yalta

Le 4 février 1945 s'ouvre la conférence de Yalta. Pendant une semaine, au bord de la mer Noire, Churchill, Staline et Roosevelt se concertent sur le sort futur de l'Allemagne et du Japon dont la défaite ne fait plus de doute...

Dresde réduite en cendres

Le 14 février 1945, la ville de Dresde est victime du plus brutal bombardement aérien de la deuxième guerre mondiale...

Capitulation allemande

Le 8 mai 1945, à 23h01, au lendemain de la capitulation allemande, les combats cessent officiellement dans toute l'Europe.

La Seconde Guerre mondiale n'a fini toutefois qu'avec la capitulation du Japon, le 2 septembre 1945. Les Américains distinguent ainsi le V-E (Victory-Europe) Day, jour de la victoire en Europe et le V-J (Victory-Japan) Day, jour de la victoire sur le Japon...

La France commémore la Capitulation

Pour des raisons spécieuses, la France est depuis 1981 le seul pays qui commémore par un jour férié et chômé le 8 mai 1945, fin de la guerre en Europe.

Ni les Anglais, ni les Américains ne chôment le 8 mai. Quant aux Russes, c'est le 9 mai qu'ils célèbrent la capitulation de l'Allemagne nazie et la fin de ce qu'ils appellent la « Grande Guerre patriotique », la cessation des combats ayant été enregistrée ce jour-là à Moscou en raison du décalage horaire.

Conférence de Simla

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement anglais se résout à émanciper les Indes, occupées depuis environ deux siècles. Mais le plus difficile est de concilier les leaders indiens sur l'avenir du British Raj. Pour tenter d'apaiser les dissensions communautaires, Lord Wavell, vice-roi des Indes britanniques, présente en mai 1945 un plan de compromis qui vise à la création d'un Conseil exécutif dans lequel hindous et musulmans seraient équitablement représentés.

Il convoque une conférence à Simla, au nord de l'Inde, le 25 juin 1945, pour en débattre. Mohammed Ali Jinnah, qui représente la Ligue musulmane, revendique pour celle-ci le droit de représenter exclusivement les musulmans du pays. Le parti du Congrès National Indien, qui se veut laïc, unitaire et multiconfessionnel, conteste sa prétention. La conférence se conclut sur un échec le 14 juillet 1946 et le mois suivant, la Ligue musulmane appelle à une journée d'action, le 24 août 1946. Elle se traduit par les premiers affrontements sanglants entre hindous et musulmans à Calcutta. C'est la première explosion de haine confessionnelle. En désespoir de cause, le Premier ministre anglais Clement Attlee demande à Lord Louis Mountbatten de conduire les négociations d'indépendance avec le titre de vice-roi...

Conférence de Potsdam

Du 17 juillet au 2 août 1945 se tient une conférence à Potsdam en vue de régler le sort de l'Allemagne vaincue.
Y participent Harry Truman, successeur de Franklin Roosevelt à la Maison Blanche, Clement Attlee, successeur de Winston Churchill au 10, Downing Street, et l’inamovible Staline. L’Allemagne est partagée en 4 zones d’occupation et sa frontière orientale ramenée sur la ligne Oder-Neisse. Cette frontière sera officiellement reconnue par les Allemands par un traité de paix signé à Moscou le… 12 septembre 1990…

Début de la guerre froide

Pendant un demi-siècle, le monde a vécu sous la menace d'une guerre majeure entre les États-Unis et l'URSS.

Cette «guerre froide» a été inaugurée le 5 mars 1946 par un discours de Winston Churchill à Fulton, dans le Missouri....

L'Exodus défie la loi anglaise

Le 10 juillet 1947, un bateau panaméen (President Warfield) appareille de Sète avec à son bord 4551 juifs d'Europe centrale, rescapés des camps de la mort. En pleine mer, le bateau, qui a été affrété par l'organisation sioniste clandestine Haganah, change son nom pour celui d'Yetzia Europa (Exode de l'Europe, plus connu dans sa version anglaise : Exodus 47). Il arbore le drapeau marqué de l'étoile de David et se dirige vers la Palestine, encore sous mandat britannique...

Indépendance de l'Inde et du Pakistan

Le 15 août 1947, les Britanniques se retirent des Indes tandis que l'Inde et le Pakistan proclament leur indépendance. À New Delhi, conformément à l'Indian Independance Bill voté le mois précédent par le Parlement britannique, le vice-roi Lord Mountbatten remet ses pouvoirs au pandit Nehru...

La future Élisabeth II se marie

Le 20 novembre 1947, la future reine Élisabeth II épouse à Westminster son cousin, le prince Philip Mountbatten, duc d'Édimbourg. La cérémonie est pour la première fois télévisée...

L'Union indienne devient une République

Le 26 janvier 1950, deux ans après son indépendance, l'Union indienne, à l'initiative du Premier ministre Nehru, se dote d'une Constitution qui fait d'elle une République. Elle n'en reste pas moins dans le Commonwealth britannique.

Hillary et Tenzing sur le Toit du monde

Edmund Hillary et son accompagnateur népalais, le Sherpa Tenzing Norgay, devant l'EverestLe 29 mai 1953, le Néo-Zélandais Edmund Hillary et son accompagnateur népalais, le Sherpa Tenzing Norgay, sont les premiers hommes à se hisser sur le Toit du monde, le mont Everest, 8848 mètres.

Celui-ci porte le nom du géographe britannique Sir George Everest (1790-1866) qui a établi la cartographie des Indes et du massif de l'Himalaya. Les Népalais donnent à ce sommet le nom de Sagarmatha. Les Sherpas, habitants du versant tibétain, l'appellent quant à eux Chomolangma.

L'exploit des deux sujets du Commonwealth suscite l'enthousiasme à Londres où se prépare le couronnement d'Elizabeth II, le 2 juin 1953. Chacun y voit un heureux présage...

Parachutistes français et britanniques sautent sur Suez

Le 5 novembre 1956, débute une opération aéroportée franco-britannique contre l'Égypte. À la suite de la nationalisation du canal par le raïs Nasser le 26 juillet 1956, les gouvernements français et britannique de Guy Mollet et Anthony Eden ont convenu avec le gouvernement israélien de Ben Gourion d'attaquer conjointement l'Égypte.

Les Israéliens se lancent dans la péninsule du Sinaï le 29 octobre et les parachutistes franco-britanniques sautent sur Port-Saïd sous le prétexte de protéger le canal.

Mais à peine les paras touchent-ils terre que le maréchal Nicolas Boulganine, chef de l'État soviétique, menace d'intervenir avec des fusées intercontinentales à tête nucléaire si l'attaque n'est pas stoppée ! Le président Dwight Eisenhower (qui vient d'être réélu le 6 novembre avec un pourcentage record de 57% des électeurs) joint sa voix aux Soviétiques pour exiger un cessez-le-feu.

Le tintamarre provoqué par cette expédition de type colonial aura permis à l'URSS de réprimer au même moment une révolte populaire en Hongrie.

Indépendance de la Gold Coast (Ghana)

Le 6 mars 1957, la Gold Coast, ou Côte de l'or britannique, devient la première colonie d'Afrique noire à accéder à l'indépendance à l'instigation du Premier ministre Kwame Nkrumah. Elle prend le nom d'un ancien empire sahélien, le Ghana.

Indépendance de Chypre

Le 16 août 1960, Chypre, colonie de la Couronne britannique, devient une République indépendante avec un Président élu par la communauté grecque, Mgr Makarios en personne, et un vice-Président élu par la communauté turque, Fasil Füçük.

C'est une péripétie de plus pour cette île méditerranéenne à l'Histoire millénaire où les anciens Grecs situaient la demeure d'Aphrodite (Vénus)...

Scandale Profumo

Le 22 mars 1963, devant la Chambre des Communes, John Profumo, secrétaire d'État britannique à la Guerre, nie contre l'évidence avoir eu une relation sexuelle avec la maîtresse d'un espion soviétique. C'est le début de l'affaire Profumo (« Profumo Affair »)...

Funérailles de Churchill

Le 30 janvier 1965, le Royaume-Uni célèbre en grande pompe les funérailles du plus grand Anglais du siècle et sans doute du plus grand génie politique de l'ère moderne, sir Winston Churchill. Le héros de la Victoire sur le nazisme est inhumé à Bladon, près du château natal de Blenheim, dans le comté d'Oxford.

Dernier concert des Beatles

Affiche du dernier concert des Beatles (29 août 1966)À San Francisco le 29 août 1966 se tient le dernier concert public des Beatles.

Composé de quatre jeunes Anglais de Liverpool (John Lennon, né en 1940 (et assassiné en 1980), Paul McCartney, né en 1942, George Harrison, né en 1943 et Ringo Starr, né en 1940), le groupe s'est formé à la fin de la décennie précédente.  Inspiré par le « dieu de Memphis », Elvis Presley, il renouvelle le rock'n roll avec une verve très britannique.  Il prend son nom fétiche en 1960 mais c'est seulement à partir de 1963 que ses tubes (chansons à succès) vont faire se trémousser la jeunesse de tous les continents. Cette « Beatlemania » festive marque l'apogée des années « jeunes » (1943-1968), période d'intense créativité culturelle servie par une jeunesse nombreuse.

Après leur tournée aux États-Unis et leur concert de San Francisco, les Beatles donnent ensemble un dernier concert improvisé sur le toit de leur studio londonien, le 30 janvier 1969 ! La prestation est interrompue par la police au bout de trois quarts d'heure pour cause de vacarme... Miné par les dissensions, le groupe se sépare. C'en est fini du rock'n roll.

Premier vol de Concorde

Le 2 mars 1969 a lieu le vol d'essai du Concorde au-dessus de Toulouse, avec à ses commandes le pilote André Turcat. Premier supersonique à vocation commerciale et non militaire, l'avion franco-anglais a réussi son examen de passage en franchissant la vitesse du son (340 mètres par seconde ou 1 224km/h), un exploit qu'aucun autre avion commercial n'est encore en mesure d'accomplir cinquante ans plus tard...

Les Rhodésiens blancs proclament leur indépendance

Le 1er mars 1970, les colons blancs de la Rhodésie britannique proclament leur indépendance sous l'égide de Ian Smith. Pour la première fois depuis l'indépendance des État-Unis, la Grande-Bretagne est confrontée à une sécession unilatérale. Mais peu à peu paralysés par l'hostilité du monde occidental, à l'exception de l'Afrique du Sud, les blancs de Rhodésie se résigneront dès 1979 à partager le pouvoir avec la majorité noire. L'année suivante, le leader communiste Robert Mugabe deviendra le Premier ministre d'un nouvel État baptisé Zimbabwe (capitale : Harare, ex-Salisbury).

«Bloody Sunday» en Irlande du Nord

L'Irlande est devenue indépendante en 1922 à l'exception des provinces du nord (Ulster), majoritairement peuplées par les descendants de colons protestants.

La frontière «provisoire» entre les deux parties de l'île vont se pérenniser et la scission entre l'Ulster et l'État libre d'Irlande devenir irrévocable, laissant en suspens le sort de la minorité catholique d'Irlande du Nord, soumise à de constantes vexations et discriminations.

Cette injustice permanente va déboucher sur une longue guerre civile dans les années 1960-1990, avec en point d'orgue le «Bloody Sunday» : le dimanche 30 janvier 1972, des paras britanniques tirent délibérément sur une manifestation pacifique de catholiques à Derry (Londonderry). 13 morts.

Les Britanniques instaurent la semaine de trois jours

Le 7 janvier 1974, le gouvernement conservateur d'Edward Heath impose la semaine de trois jours dans l'industrie britannique. Loin d'annoncer la fin du travail et la prospérité généralisée, la mesure reflète au contraire la situation désespérée de l'économie nationale, confrontée à une très dure grève des mineurs...

Margaret Thatcher remporte la majorité aux Communes

Entourée de fidèles comme elle convaincue de l'urgence de revenir aux sources du conservatisme, Margaret Thatcher évince en 1975 Edward Heath de la tête du parti conservateur.

Quatre ans plus tard, bénéficiant du mécontentement général dû à une nouvelle grève des mineurs et à la pression fiscale, elle met le gouvernement travailliste de James Callaghan en minorité et remporte les élections législatives qui suivent, le 3 mai 1979. Appelée par la reine à la tête du gouvernement britannique quelques jours plus tard, elle y restera plus de dix ans et entamera une révolution conservatrice sans précédent.

Assassinat de Lord Mountbatten

Des terroristes de l'IRA font sauter le petit bateau de pêche sur lequel l'ancien vice-roi des Indes britanniques passe ses vacances, au large du port irlandais de Mullaghmore. La cible n'est pas choisie par hasard : apparenté aux grandes dynasties européennes et oncle maternel du duc Philip d'Edimbourg, époux de la reine Elizabeth II, lord Mountbatten incarne la grandeur de la Couronne britannique...

Assassinat de John Lennon

Le 8 décembre 1980, John Lennon (40 ans) est assassiné à New York...

L'ancien chanteur des Beatles et sa compagne Yoko Ono viennent de recevoir dans leur appartement de Central Park la photographe Annie Leibovitz pour une séance photo mémorable (John nu et en position foetale sur les genoux de Yoko).

En sortant, le couple est accosté par plusieurs fans dont un certain Mark David Chapman (25 ans), ex-agent de sécurité et drogué, qui demande et obtient un autographe de son idole.

Après une séance en studio, John et Yoko regagnent le soir leur appartement. À l'instant de franchir le porche, John est foudroyé par quatre balles tirées par Chapman. Il meurt peu après.

L'émotion est immense dans le monde. Chapman explique son geste par le simple désir de sortir de l'anonymat ! Il purge une peine de prison à perpétuité.

Londres reconquiert les Malouines

Le 14 juin 1982, les troupes britanniques débarquent à Port-Stanley (archipel des Malouines ou Fakland) et en chassent les Argentins.

Principaux faits d'armes : un sous-marin britannique coule le croiseur General-Belgrano (350 victimes) cependant que les Argentins frappent le lance-missiles HMS Sheffield avec un missile français Exocet tiré d'un avion Super-Etendard.

L'échec argentin se solde par le renversement du général Léopold Galtieri et le retour de la démocratie en la personne du social-démocrate Raul Alfonsin...

Inauguration du tunnel sous la Manche

Depuis le 6 mai 1994, l'Angleterre n'est plus tout à fait une île. La reine Elizabeth II et le président Mitterrand inaugurent ce jour-là le tunnel sous la Manche.

Sommet des Açores

Manuel Barroso, Tony Blair, George Bush Jr et Jose Manuel Aznar, Açores, 16 mars 2003 (DR)Le 16 mars 2003, sur l'archipel des Açores, le Premier ministre portugais Manuel Barroso accueille le Premier ministre britannique Tony Blair, le président des États-Unis George Bush Jr et le Premier ministre espagnol Jose Manuel Aznar.

Les quatre hommes conviennent d'une opération militaire conjointe contre l'Irak, malgré l'opposition résolue de la France, de l'Allemagne, de la Russie et des Nations Unies.

Moins d'un mois plus tard, le 9 avril 2003, l'armée coalisée entre à Bagdad d'où s'est enfui le tyran. L'opération va se solder par un dramatique fiasco.

Mariage de Kate et William

Le 29 avril 2011, le prince William, petit-fils de la reine Elisabeth II et futur roi d'Angleterre, doit épouser la jeune Kate Middleton devant des milliards de téléspectateurs, dans la légendaire cathédrale de Westminster.

Il inscrira ainsi ses pas dans ceux de ses illustres prédécesseurs, qui furent couronnés, unis ou enterrés sur les bords de la Tamise. Larmes, grandeur, bonheur et magnificence : il est rare qu'un monument concentre autant d'émotions en ses murs...

Brexit et la victoire de la démocratie

Le 23 juin 2016, les Britanniques votent à près de 52% en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le Premier ministre David Cameron, qui a imprudemment organisé le référendum annonce sa prochaine démission. Les dirigeants du Continent, consternés, s'apprêtent à une crise majeure, avec la crainte qu'elle ne brise le rêve européen...

1690
1700
1710
1720
1730
1740
1750
1760
1770
1780
1790
1800
1810
1820
1830
1840
1850
1860
1870
1880
1890
1900
1910
1920
1930
1940
| 14 oct. 1066 : Guillaume le Bâtard conquiert l'Angleterre
| 25 nov. 1120 : Naufrage de la Blanche Nef
| 1 déc. 1135 : Succession contestée d'Henri 1er Beauclerc
| 25 juil. 1137 : Premier mariage d'Aliénor d'Aquitaine
| 21 mars 1152 : Divorce d'Aliénor et Louis VII
| 18 mai 1152 : Mariage d'Aliénor et Henri
| 19 déc. 1154 : Henri Plantagenêt devient roi d'Angleterre
| 29 déc. 1170 : Meurtre dans la cathédrale de Cantorbéry
| 5 juil. 1189 : Henri II Plantagenêt meurt à Chinon en combattant ses fils
| 2 déc. 1192 : Richard Coeur de Lion prisonnier en Allemagne
| 6 avr. 1199 : Richard Coeur de Lion tué au siège de Châlus ; Jean sans Terre lui succède
| 22 mai 1200 : Traité du Goulet
| 13 oct. 1213 : Jean sans Terre se soumet au pape
| 19 juin 1214 : Jean sans Terre défait à La Roche-aux-Moines
| 15 juin 1215 : La Grande Charte
| 21 juil. 1242 : Saint Louis vainqueur à Taillebourg
| 4 déc. 1259 : Saint Louis signe la paix avec l'Angleterre
| 14 mai 1264 : Simon de Montfort vainqueur à Lewes
| 25 avr. 1284 : Édouard II, prince de Galles
| 4 déc. 1290 : Mort d'Aliénor de Castille
| 24 juin 1314 : Victoire écossaise à Bannockburn
| 21 sep. 1327 : Exécution d'Édouard II
| 7 oct. 1337 : Début de la guerre de Cent Ans
| 24 juin 1340 : La flotte française détruite à l'Écluse
| 26 août 1346 : Les archers anglais triomphent à Crécy
| 3 août 1347 : Capitulation de Calais
| 8 mai 1360 : Préliminaires de paix à Brétigny
| 15 juin 1381 : Mort de Wat Tyler
| 29 sep. 1399 : Richard II Plantagenêt abdique au profit d'Henri IV de Lancastre
| 25 oct. 1415 : La « fleur de la chevalerie » défaite à Azincourt
| 19 jan. 1419 : Rouen se livre aux Anglais
| 21 mai 1420 : La France humiliée par le traité de Troyes
| 8 mai 1429 : Jeanne d'Arc délivre Orléans
| 23 mai 1430 : Jeanne d'Arc prisonnière
| 3 mai 1431 : Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen
| 15 avr. 1450 : Bataille de Formigny
| 17 juil. 1453 : La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon
| 22 août 1485 : Bataille de Bosworth
| 24 juin 1497 : Jean Cabot aborde àTerre-Neuve
| 7 juin 1520 : Le Camp du Drap d'Or
| 23 mars 1534 : Excommunication du roi Henri VIII
| 19 mai 1536 : Ann Boleyn décapitée
| 12 fév. 1542 : Catherine Howard décapitée
| 21 mars 1556 : Thomas Cranmer brûlé comme hérétique
| 6 jan. 1558 : Les Français reprennent Calais
| 24 avr. 1558 : Mariage de Marie Stuart et François de Valois
| 17 nov. 1558 : Elizabeth 1ère, plus grand souverain anglais
| 9 fév. 1567 : Lord Darnley victime d'un attentat
| 27 avr. 1584 : Exploration de la future Virginie
| 8 fév. 1587 : Exécution de Marie Stuart
| 18 août 1587 : Première Américaine anglo-saxonne
| 24 mars 1603 : Avènement de Jacques 1er Stuart
| 5 nov. 1605 : La « Conspiration des Poudres »
| 14 mai 1607 : Jamestown, première colonie anglaise
| 21 nov. 1620 : Le pacte du Mayflower
| 2 fév. 1625 : Naissance de la future New York
| 26 mai 1637 : Massacre des Indiens Péquots
| 28 fév. 1638 : « National Covenant » en Écosse
| 1 déc. 1641 : Le « Long Parlement » en conflit avec Charles 1er
| 1 jan. 1642 : Charles Ier est chassé de Londres
| 3 jan. 1649 : Charles Ier est décapité.
| 1 sep. 1651 : Robinson Crusoé s'embarque pour l'aventure
| 9 oct. 1651 : Cromwell promulgue l'Acte de Navigation
| 16 déc. 1653 : Cromwell devient « lord-protecteur »
| 29 août 1660 : Charles II rentre à Londres
| 2 sep. 1666 : Londres en flammes
| 4 mars 1681 : Fondation de la Pennsylvanie
| 22 déc. 1688 : Échec au roi en Angleterre
| 13 fév. 1689 : Guillaume d'Orange roi d'Angleterre
| 3 oct. 1691 : Soumission de l'Irlande
| 3 oct. 1697 : traités de Ryswick et fin de la guerre de la Ligue d'Augsbourg
| 8 mars 1702 : Anne Stuart monte sur le trône d'Angleterre
| 1 mai 1707 : Acte d'Union de l'Angleterre et de l'Écosse
| 11 avr. 1713 : Signature du traité d'Utrecht
| 24 mai 1738 : Apparition des « Quakers »
| 11 mai 1745 : Bataille de Fontenoy
| 28 mai 1754 : L'affaire Jumonville
| 28 juil. 1755 : Le Grand Dérangement des Acadiens
| 23 juin 1757 : Victoire anglaise à Plassey
| 15 jan. 1759 : Ouverture du British Museum
| 13 sep. 1759 : Assaut anglais contre Québec
| 8 sep. 1760 : Capitulation de Montréal
| 1 fév. 1763 : La France renonce au Québec
| 16 déc. 1773 : « Tea-Party » à Boston
| 22 juin 1774 : Acte de Québec
| 9 mars 1776 : La Richesse des Nations
| 4 juil. 1776 : « Independence Day »
| 26 août 1776 : Cook appareille pour les mers du Sud
| 17 oct. 1777 : Victoire d'estime à Saratoga
| 19 oct. 1781 : Victoire des Insurgents à Yorktown
| 3 sep. 1783 : La paix de Versailles consacre l'indépendance des États-Unis
| 18 déc. 1783 : Pitt le Jeune devient Premier ministre
| 26 jan. 1788 : Premiers immigrants en Australie
| 28 avr. 1789 : Mutinerie à bord du Bounty
| 1 juin 1791 : Le Québec à la conquête de sa souveraineté
| 14 mai 1796 : Edward Jenner invente la vaccination
| 2 juil. 1796 : Mungo Park atteint le Niger
| 31 août 1801 : L'armée d'Égypte se rend aux Anglais
| 25 mars 1802 : Traité de paix d'Amiens
| 21 oct. 1805 : Nelson triomphe à Trafalgar
| 21 nov. 1806 : Décret de Berlin sur le « Blocus continental »
| 2 mars 1807 : L'Angleterre interdit la traite
| 26 mars 1811 : Bris de machines au nom du « luddisme »
| 18 juin 1812 : Les États-Unis en guerre contre les Anglais
| 8 oct. 1813 : Wellington franchit les Pyrénées
| 16 août 1819 : Massacre de « Peterloo »
| 2 oct. 1827 : La bataille de Navarin
| 24 mars 1829 : Émancipation des catholiques anglais
| 27 déc. 1831 : Darwin embarque sur le Beagle
| 7 juin 1832 : Les Anglais en finissent avec les « bourgs pourris »
| 26 juil. 1833 : L'Angleterre abolit l'esclavage
| 16 oct. 1834 : Le Parlement de Londres en feu
| 2 juin 1837 : La reine Victoria et l'apogée de l'Angleterre
| 6 fév. 1840 : Traité de Waitangi entre Anglais et Maoris
| 6 mai 1840 : Naissance du timbre-poste
| 1 fév. 1841 : « Acte d'Union » au Canada
| 2 nov. 1841 : Les Afghans humilient les Britanniques
| 15 avr. 1842 : Un drapeau pour la jeune Irlande
| 15 mai 1846 : Abrogation des « corn laws »
| 25 avr. 1849 : Émeute à Montréal
| 27 mars 1854 : Début de la guerre de Crimée
| 25 oct. 1854 : La charge de la Brigade légère
| 3 mars 1856 : Traité de Paris, fin de la guerre de Crimée
| 24 nov. 1859 : Darwin publie L'Origine des espèces
| 23 jan. 1860 : Traité de libre-échange franco-britannique
| 18 oct. 1860 : Le sac du Palais d'Été
| 24 oct. 1860 : Convention de Pékin
| 28 sep. 1864 : Fondation de la 1ère Internationale
| 11 mai 1867 : Le traité de Londres consolide l'indépendance du Luxembourg
| 1 juil. 1867 : Naissance du Canada moderne
| 15 août 1867 : Droit de vote pour les ouvriers britanniques
| 9 déc. 1868 : Gladstone Premier ministre du Royaume-Uni
| 1 nov. 1871 : « Dr. Livingstone, I presume ?  »
| 24 juin 1872 : Disraeli exalte les conquêtes coloniales
| 26 mai 1879 : Traité anglo-afghan de Gandamak
| 17 sep. 1879 : Le premier « boycott »
| 2 août 1882 : L'armée anglaise débarque en Égypte
| 26 fév. 1885 : Partage de l'Afrique noire
| 25 nov. 1885 : Les Anglais annexent la Birmanie
| 6 jan. 1887 : Révélation de Sherlock Holmes
| 8 août 1888 : Jack l'Éventreur à Whitechapel
| 11 oct. 1899 : Guerre des Boers
| 14 août 1900 : Un corps expéditionnaire à Pékin
| 22 jan. 1901 : Édouard VIII succède à sa mère Victoria
| 7 sep. 1901 : Un traité met fin à la révolte des Boxeurs
| 3 jan. 1902 : Accord anglo-japonais contre la Russie
| 31 mai 1902 : Fin de la guerre des Boers
| 8 avr. 1904 : L'Entente cordiale
| 29 juil. 1907 : Naissance du scoutisme
| 31 août 1907 : La fin du « Grand jeu »
| 7 mai 1910 : George V succède à son père Édouard VII
| 31 mai 1910 : Fondation de l'Union sud-africaine
| 14 avr. 1912 : Naufrage du Titanic
| 29 mai 1914 : Naufrage de l'Empress of Ireland
| 5 juil. 1914 : Course à la guerre
| 1 août 1914 : Début de la Grande Guerre
| 1 nov. 1914 : La Royal Navy humiliée à Coronel
| 25 avr. 1915 : Débarquement franco-britannique à Gallipoli
| 26 avr. 1915 : Traité secret de Londres entre l'Italie et les Alliés
| 7 mai 1915 : Le torpillage du Lusitania
| 24 jan. 1916 : Service militaire obligatoire en Angleterre
| 24 avr. 1916 : « Pâques sanglantes » à Dublin
| 16 mai 1916 : Accord secret Sykes-Picot
| 31 mai 1916 : Bataille du Jutland
| 1 juil. 1916 : Folle offensive sur la Somme
| 15 sep. 1916 : Les chars arrivent
| 11 mars 1917 : Les Britanniques entrent à Bagdad
| 31 juil. 1917 : bataille de Passchendaele
| 26 mars 1918 : Conférence interalliée de Doullens
| 13 avr. 1919 : Le massacre d'Amritsar
| 28 juin 1919 : Paix bâclée à Versailles
| 6 déc. 1921 : Naissance de l'État libre d'Irlande
| 28 avr. 1925 : Churchill réévalue la livre sterling
| 26 jan. 1926 : Naissance de la télévision
| 4 mai 1926 : Grève générale des mineurs britanniques
| 3 sep. 1928 : Alexander Fleming découvre la pénicilline
| 17 sep. 1928 : Accord secret entre les compagnies pétrolières à Achnacarry
| 1 déc. 1936 : Édouard VIII annonce son abdication
| 12 mai 1937 : George VI remplace Édouard VIII sur le trône
| 3 sep. 1939 : Déclaration de guerre à l'Allemagne
| 1 mai 1940 : Churchill Premier ministre contre Hitler
| 13 mai 1940 : Churchill présente son cabinet de guerre
| 17 juin 1940 : Naufrage du Lancastria
| 3 juil. 1940 : Attaque de Mers el-Kébir
| 3 juil. 1940 : La bataille d'Angleterre
| 7 sep. 1940 : Londres victime du Blitz
| 1 juin 1941 : Les Britanniques de retour à Bagdad
| 14 août 1941 : La Charte de l'Atlantique
| 15 fév. 1942 : Singapour capitule face aux Japonais
| 26 mai 1942 : Traité anglo-soviétique de Londres
| 19 août 1942 : Débarquement de Dieppe
| 23 oct. 1942 : La bataille d'El-Alamein
| 8 nov. 1942 : Débarquement en Afrique du Nord
| 23 sep. 1943 : Raids anglo-américains sur Nantes
| 18 mars 1944 : L'Indien Bose attaque les Indes britanniques
| 6 juin 1944 : Le débarquement de Normandie
| 13 juin 1944 : Une fusée V1 dans la Tamise
| 1 oct. 1944 : Projet de partage des Balkans
| 4 fév. 1945 : Conférence de Yalta
| 14 fév. 1945 : Dresde réduite en cendres
| 8 mai 1945 : Capitulation allemande
| 25 juin 1945 : Conférence de Simla
| 17 juil. 1945 : Conférence de Potsdam
| 5 mars 1946 : Début de la guerre froide
| 1 juil. 1947 : L'Exodus défie la loi anglaise
| 15 août 1947 : Indépendance de l'Inde et du Pakistan
| 2 nov. 1947 : La future Élisabeth II se marie
| 26 jan. 1950 : L'Union indienne devient une République
| 29 mai 1953 : Hillary et Tenzing sur le Toit du monde
| 5 nov. 1956 : Parachutistes français et britanniques sautent sur Suez
| 6 mars 1957 : Indépendance de la Gold Coast (Ghana)
| 16 août 1960 : Indépendance de Chypre
| 22 mars 1963 : Scandale Profumo
| 3 jan. 1965 : Funérailles de Churchill
| 29 août 1966 : Dernier concert des Beatles
| 2 mars 1969 : Premier vol de Concorde
| 1 mars 1970 : Les Rhodésiens blancs proclament leur indépendance
| 3 jan. 1972 : «Bloody Sunday» en Irlande du Nord
| 7 jan. 1974 : Les Britanniques instaurent la semaine de trois jours
| 3 mai 1979 : Margaret Thatcher remporte la majorité aux Communes
| 27 août 1979 : Assassinat de Lord Mountbatten
| 8 déc. 1980 : Assassinat de John Lennon
| 14 juin 1982 : Londres reconquiert les Malouines
| 6 mai 1994 : Inauguration du tunnel sous la Manche
| 16 mars 2003 : Sommet des Açores
| 29 avr. 2011 : Mariage de Kate et William
| 23 juin 2016 : Brexit et la victoire de la démocratie