Un monde nouveau (1989-2018) avec Herodote.net
 
 
 
Soulèvement de la place Tien An Men, Pékin, 1989
Coupe du Monde, Paris, 1998
Attentats islamistes, New York, 2001
Ouverture des Jeux Olympiques, Pékin, 2008
Reprise de Raqqa par les Kurdes, 2017

Tim Berners-Lee invente le World Wide Web

En 1980, Tim Berners-Lee, informaticien britannique de 22 ans tout juste sorti d'Oxford, est en stage à Genève, au CERN (Centre Européen pour la Recherche Nucléaire), pour une durée de six mois. Pour faciliter la lecture de la base de données du centre, il conçoit une connexion directe entre tout mot-clé et le dossier référent. Ainsi naît le lien hypertexte...

Massacre des étudiants sur la place Tien An Men

Le 4 juin 1989, l'armée chinoise massacre à l'arme lourde les étudiants qui s'étaient réunis sur la place Tien An Men (on écrit aussi Tian'anmen ou Tienanmen), à Pékin, en hommage à Hu Yaobang, ancien secrétaire général du Parti communiste chinois et réformiste convaincu, mort le 15 avril précédent. Ce massacre dit « du 4/6 » (en chinois : Liu Si), orchestré par Deng Xiaoping, met un terme brutal au « printemps de Pékin ». Le gouvernement est repris en main par Jiang Zemin...

Milovesic enflamme les Serbes

Le 28 juin 1989, Slobodan Milosevic commémore en grande pompe le 600e anniversaire de la bataille du Champ du Merle qui a mis fin à l'indépendance de la Serbie médiévale. Le mois précédent, il a été élu président de la République fédérative de Serbie, principale composante de la Yougoslavie.

Sur le site même de la bataille, un million de Serbes, soit le cinquième de la population adulte du pays (!) lui font un triomphe lorsqu'il annonce un programme de « reconquête » du Kosovo, une province autonome de la Serbie.

Les 200 000 Serbes du Kosovo se montrent les plus ardents soutiens du projet de Milosevic car ils s'inquiètent de leur marginalisation face à près de 2 millions de musulmans de langue albanaise.

Mais les autres républiques de la Fédération yougoslave, plus ouvertes sur l'Occident, s'inquiètent avec raison de la dérive belliciste de la Serbie. Elle va déboucher sur les dernières guerres européennes du XXe siècle.

Le Mur de la honte s'écroule

Le 9 novembre 1989, sous les caméras du monde entier, la jeunesse allemande se précipite à l'assaut du Mur de la honte..

NB : les Allemands, devant le nombre important d’événements les touchant, ont fini par surnommer le 9 novembre comme étant le « Jour fatidique allemand » (Schicksalstag der Deutschen) !

Libération de Nelson Mandela

Le 11 février 1990, Nelson Mandela (72 ans) est libéré après 27 ans de captivité ans par le président sud-africain Frederik de Klerk, sous la pression internationale.

Avocat issu d'une chefferie xhosa, Mandela rejoint le Congrès National Africain (African National Congress, ANC) pour lutter contre l'apartheid et la domination blanche dans son pays. Il fonde la branche armée du parti : Le Fer de lance de la Nation (MK, Umkhonto) et multiplie les attentats contre les cibles administratives et policières ainsi que contre ses opposants internes. Cela lui vaut d'être incarcéré à perpétuité à Robben Island. Par les relations entretenues avec le monde extérieur et son refus de tout compromis avec le pouvoir, le prisonnier s'est acquis une réputation internationale de vieux sage ou nouveau Gandhi.

Il reçoit le Prix Nobel de la paix en novembre 1993 à Oslo, de concert avec le président Frederik de Klerk, qui a eu la clairvoyance de le libérer et d'engager des négociations avec l'ANC. Élu à la présidence de la République le 10 mai 1994, il forme un gouvernement multiracial et réalise son rêve d'une Afrique du Sud « arc-en-ciel ».

La Russie se proclame souveraine au sein de l'URSS

Le 12 juin 1990 se réunit à Moscou le 1er Congrès du peuple de la RSFSR (République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie), qui correspond à la Russie historique.

Alors que leur république est encore l'une des quinze composantes de l'URSS, les députés adoptent une Déclaration sur la souveraineté étatique de la république de Russie. Cette atteinte à l'intégrité de l'URSS est sans conséquence pratique dans l'immédiat mais va être plus tard considérée comme l'acte d'émancipation de la Russie nouvelle.

Boris Eltsine (59 ans), un député de Moscou fantasque, chaleureux et porté sur la vodka, s'illustre dans le vote de la Déclaration. Poursuivant son oeuvre, il jouera l'année suivante un rôle clé dans l'éclatement de l'URSS...

La fête nationale russe

Le jour anniversaire de cette Déclaration est devenu dès 1994 fête nationale chômée en Russie.

Boris Eltsine le 21 février 1989.

Discours de La Baule

Le 20 juin 1990, à La Baule, station balnéaire de la côte bretonne, le président François Mitterrand réunit les chefs d'État africains et les invite à développer la démocratie dans leur pays à l'image des Européens de l'Est qui viennent de s'affranchir de la tutelle communiste.

Il subordonne l'aide française à l'introduction du multipartisme, déclarant à ses hôtes : « La France liera tout son effort de contribution aux efforts qui seront accomplis pour aller vers plus de liberté ». La plupart des chefs d'État africains vont de facto se soumettre à cette injonction démocratique pour continuer de bénéficier de l'aide française.

Il s'ensuivra des résultats désastreux, les élections se jouant sur des critères claniques, tribaux ou ethniques, sans vraie coloration politique. Elles vont de la sorte assurer la domination des ethnies les plus nombreuses sur les autres et pousser celles-ci à la révolte, de la Côte d'Ivoire au Mali.

Traité 2+4 ou traité de Moscou

Le 12 septembre 1990 est mis un terme diplomatique à la Seconde Guerre mondiale avec la signature à Moscou d'un traité de paix, dit 2+4 (ou 4+2), entre la République fédérale d'Allemagne (RFA), la République démocratique allemande (RDA), les États-Unis, la République française, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et l'Union des Républiques socialistes soviétiques.

Par ce texte, les Allemands renoncent officiellement à l'arme nucléaire et reconnaissent leurs frontières comme « inaltérables », ce qui veut dire qu'elles ne peuvent être modifiées même par accord mutuel avec leurs voisins ! La ligne Oder-Neisse devient la frontière définitive entre l'Allemagne et la Pologne. Ce traité de paix, préalable à la réunification des deux Allemagnes, clôt la Seconde Guerre mondiale.

L'Allemagne réunifiée

Le 3 octobre 1990, onze mois après la chute du Mur, la République Fédérale Allemande et la République Démocratique Allemande célèbrent officiellement leur réunion en un seul État.

Fête nationale

L'anniversaire de ce jour est depuis lors fête nationale en Allemagne.

« Droit d'ingérence humanitaire »

Le 14 décembre 1990, à New York, l'Assemblée générale des Nations Unies vote à l'initiative de la France une résolution qui légitime le « droit d'ingérence humanitaire », autrement dit la possibilité pour des États de secourir des populations menacées par leurs propres gouvernants, avec l'accord des Nations Unies et au besoin par les armes. « Le temps de la souveraineté absolue et excessive est révolu », lance avec emphase le secrétaire général de l'ONU, Boutros Boutros Ghali.

La résolution est concomitante de la chute de l'URSS et de la fin de la guerre froide. Elle donne un deuxième souffle à l'OTAN. L'alliance nord-atlantique, pilotée par les États-Unis, va se chercher de nouvelles missions dans la lutte contre le terrorisme et les « États-voyous »...

Aristide président d'Haïti

Le 16 décembre 1990, après plusieurs années de désordre, le père Jean-Bertrand Aristide (37 ans) est élu à la présidence de la république d'Haïti. L'élection démocratique de ce militant des droits de l'homme est accueillie avec enthousiasme par l'opinion démocratique mondiale qui se prend à espérer un changement de cap à Haïti. Mais ses maladresses valent au prêtre d'être renversé par un coup d'État militaire sanglant le 29 septembre 1991.

Aristide revient au pouvoir dans les fourgons de l'armée américaine, avec la bénédiction de l'Organisation des Nations Unies, le 19 septembre 1994. Mais à peine les militaires de Washington et les casques bleus de l'ONU sont-ils repartis que l'ancien « curé des bidonvilles » renoue avec les pratiques dictatoriales et sanglantes de ses prédécesseurs. Défroqué et marié à une avocate de la bourgeoisie mulâtre, il pille sans vergogne les caisses de l'État tandis que le peuple se repose pour sa survie sur les organisations caritatives occidentales.

Aristide est chassé du pouvoir le 1er mars 2004 cependant que des militaires américains débarquent à Port-au-Prince une nouvelle fois.

Opération Tempête du désert

Le 17 janvier 1991, débute l'opération «Tempête du désert» contre la dictature de Saddam Hussein.

Cette guerre, dite guerre du Golfe parce qu'elle se déroule sur les bords du golfe Persique, trouve son origine dans la précédente guerre engagée par l'Irak contre l'Iran. Terminée en 1988, ce conflit meurtrier a laissé les deux pays exsangues...

Indépendance de l'Ukraine

Le 24 août 1991, dans la confusion qui suit l'éviction de Mikhaïl Gorbatchev, dirigeant de l'Union soviétique, le Parlement ukrainien proclame l'indépendance de la République d'Ukraine dans les frontières artificielles dessinées par les dirigeants bolchéviques. C'est la troisième renaissance de l'État kiévien en l'espace d'un millénaire.

Les Ukrainiens ont fait de l'anniversaire de ce jour leur fête nationale.

Découverte d'Ötzi

Le 19 septembre 1991, dans les Alpes de l'Ötztal, du côté italien mais à quelques mètres de la frontière autrichienne, des promeneurs découvrent fortuitement un corps momifié libéré par la fonte du glacier. On va découvrir qu'il s'agit d'un chasseur du Chalcolithique (Âge du cuivre), mort il y 5300 ans. Il est baptisé Ötzi et repose depuis lors dans une chambre froide du musée de Bozen-Bolzano.

Les analyses scientifiques montrent qu'il s'agit d'un homme de 45 ans environ, tué d'une flèche. Son ADN mitochondrial est parfaitement identique à celui des Européens d'aujourd'hui, à une mutation près...

L'URSS décède à seulement 69 ans.

Le 21 décembre 1991, à Alma-Ata, au Kazakhstan, les représentants de onze républiques de l'URSS constatent le décès de la fédération...

Signature du traité de Maastricht

Le 7 février 1992, les douze ministres des affaires étrangères de l'Union européenne signent un « traité d'union économique, monétaire et politique » à Maastricht, aux Pays-Bas...

Bombardement de Sarajevo

Le 6 avril 1992, Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, est le théâtre d'une grande manifestation pacifique. Mais des franc-tireurs serbes tirent dans la foule. Alors commence le long siège de Sarajevo par l'armée yougoslave.

C'est la dernière étape de la guerre engagée par Slobodan Milosevic, qui mènera au démembrement complet de la Yougoslavie, avec l'indépendance des Républiques fédératives de Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine et Monténégro, ainsi que du Kossovo (ou Kosovo)...

Assassinat de Mohamed Boudiaf (vidéo)

Lors d'un important discours à Annaba (Bône), le 29 juin 1992, l'éphémère président de la République algérienne Mohamed Boudiaf est assassiné par un sous-lieutenant supposé islamiste...

Restore Hope et Oryx en Somalie

Le ​9 décembre 1992, les forces franco-américaines débarquent en Somalie sur mandat de l'ONU pour « Rendre l'espoir » aux habitants, ramener la paix civile et garantir l'acheminement de l'assistance humanitaire. C'est l'opération « Restore Hope » (EU) et Oryx (France), sous commandement américain.

Le premier échelon (dont une compagnie du 2ème régiment de parachutistes) débarque près de Mogadiscio sous les caméras des médias internationaux. Jusqu'à 40 000 soldats (dont 3 500 français) tenteront de rétablir la paix, entre les clans armés qui dévastent le pays. Les pertes s'élèvent au final à 150 soldats tués de décembre 1992 à mars 1995.

La forte médiatisation de cette opération, avec le ministre Bernard Kouchner en première ligne, sac de riz sur l'épaule, fut à double tranchant : les succès opérationnels du début furent rapidement effacés par les incidents, en particulier l'humiliant sort fait à la dépouille d'un soldat américain. Les « boys » furent en définitive rapatriés en catastrophe, abandonnant les habitants à leurs démons. Cependant, aujourd’hui, grâce à Hollywood, l’image générique de cette opération reste le film La chute du faucon noir de Ridley Scott qui met en avant les actes d’héroïsmes américains, ça va sans dire (*).

Naissance de la Slovaquie

Le 1er janvier 1993, la Slovaquie, nation improbable qui n'a auparavant jamais eu d'existence officielle, se sépare en douceur de la République tchèque, à laquelle elle avait été unie au sortir de la Première Guerre mondiale sous le nom de Tchécoslovaquie.

Entrée en vigueur du Marché unique

Avec l'entrée en vigueur de l'Acte unique européen, les transporteurs se voient dispensés des formalités douanières aux frontières intérieures de l'Union.

L'Acte unique a été signé le 17 février 1986 à Luxembourg, sous l'égide de Jacques Delors, président de la Commission européenne. En vue d'instaurer la libre circulation des marchandises, des services, des personnes et des capitaux à l'intérieur de l'Union, il élargit le champ des décisions à la majorité qualifiée au détriment des décisions à l'unanimité.

Cette accélération spectaculaire de l'intégration économique de l'Europe suit de près la signature du traité de Maastricht, qui projette son intégration monétaire. Mais par une triste coïncidence, l'année 1993 voit aussi la première année de récession économique en Europe, depuis la Libération.

Signature des accords d'Oslo

Les accords d'Oslo (ou accords de Jéricho-Gaza) sont signés à Washington par l'Israélien Shimon Pérès et le Palestinien Mahmoud Abbas, en présence d'Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien, de Yasser Arafat, président de l'OLP (Organisation de Libération de la Palestine) et du président américain Bill Clinton.

Par ces accords, qui font suite à deux années de négociations ultra-secrètes à Madrid et Oslo, l'OLP reconnaît le droit d'Israël à l'existence. Il est par ailleurs convenu que l'armée israélienne se retirera en cinq ans de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, occupées en 1967, et que l'administration de ces territoires sera confiée à une Autorité palestinienne, en attendant la création d'un véritable État palestinien.

Dévaluation du franc CFA

Le 11 janvier 1994, le gouvernement français d'Édouard Balladur décide courageusement de dévaluer de moitié le franc CFA...

Berlusconi change l'Italie

Le 18 janvier 1994, quatre jours après la dissolution du Parlement italien, Silvio Berlusconi, connu pour être un richissime entrepreneur de télévision, annonce la création d'une nouvelle formation politique, Forza Italia, et se lance dans la campagne électorale.

Contre toute attente, il remporte les élections législatives des 27 et 28 mars 1994 et, le 10 mai 1994, est appelé à former un gouvernement de coalition avec ses alliés de droite ou d'extrême-droite : la Ligue du Nord d'Umberto Bossi et l'Alliance nationale de Gianfranco Fini. C'en est fini de cinq décennies de pouvoir sans partage de la Démocratie chrétienne...

Génocide au Rwanda

Le 6 avril 1994, le président-dictateur du Rwanda, Juvénal Habyarimana, est tué dans un attentat contre son avion personnel. Ses fidèles de la majorité hutu entreprennent aussitôt le massacre de la minorité tutsie (10% de la population) et des hutus modérés. En trois mois, 800.000 innocents sont massacrés à coups de machette.

C’est le dernier génocide du XXe siècle. Il est suivi d’un embrasement guerrier dans la région des Grands Lacs africains : 3 à 5 millions de morts à ce jour…

Fondation de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC)

Le 15 avril 1994 est instituée à Marrakech l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Cette instance internationale de concertation et d'arbitrage est destinée à promouvoir et garantir la liberté de circulation des marchandises entre les pays adhérents.

L'OMC constitue l'aboutissement des négociations entreprises en 1947, sous le nom d'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT). Son siège est établi à Genève. Dans la déclaration fondatrice, il est question de « l’ouverture des marchés pour les marchandises », « la protection des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce », la volonté de résister aux pressions protectionnistes de toute nature », « l’accroissement de la production et du commerce de marchandises et de services »… Mais on n'y trouve aucun rappel des droits sociaux élémentaires ni des aspirations humaines.

En 2001, désireuse de promouvoir la mondialisation des échanges et la baisse des prix, l'OMC a pris le risque d'admettre en son sein la Chine populaire en dépit d'une économie très peu respectueuse des règles libérales. L'État chinois domine tout le secteur bancaire. Il est également majoritaire dans le capital de toutes les grandes entreprises stratégiques du pays, ce qui lui permet de subventionner celles-ci et de les aider à acheter leurs concurrentes occidentales, riches en technologie et en savoir-faire.

Inauguration du tunnel sous la Manche

Depuis le 6 mai 1994, l'Angleterre n'est plus tout à fait une île. La reine Elizabeth II et le président Mitterrand inaugurent ce jour-là le tunnel sous la Manche.

Mandela président de l'Afrique du Sud

Le 10 mai 1994, Nelson Mandela (76 ans) est intronisé président de la République d'Afrique du Sud. La plupart des dirigeants de la planète se sont déplacés pour ce moment de grâce qui scelle la réconciliation des Sud-Africains après un siècle de ségrégation raciale, dans une période par ailleurs obscurcie par la guerre de Bosnie et le génocide du Rwanda...

Découverte des peintures paléolithiques de Chauvet-Pont d'Arc

Le dimanche 18 décembre 1994, le spéléologue Jean-Marie Chauvet, accompagné de deux amis, explore une falaise, près du village de Vallon-Pont-d'Arc et des magnifiques gorges de l'Ardèche.

Les trois amis découvrent une grotte aux parois décorées de dessins aux teintes ocres, parmi lesquels de nombreuses représentations animales. Immédiatement alerté, le préhistorien Jean Clottes authentifie les peintures. Elles font de la grotte de la Combe d'Arc, ou grotte Chauvet, du nom de son inventeur, l'un des trois plus beaux témoignages de l'art pariétal du Paléolithique européen, avec Altamira et Lascaux. Les unes et les autres sont l'oeuvre de l'homme de Cro-Magnon...

Massacre de Srebrenica

Le point culminant de l'horreur dans la guerre de Bosnie a été atteint à Srebrenica, une petite ville de 20.000 habitants majoritairement musulmane, enclavée dans une région orthodoxe, à l'est de la Bosnie-Herzégovine...

Mort de François Mitterrand

Sept mois après avoir quitté l'Élysée, le président François Mitterrand (79 ans) s'éteint à Paris, le 8 janvier 1996, dans l'appartement du 9, avenue Frédéric-Le Play que l'État a mis à sa disposition...

Enlèvement des moines de Tibéhirine

Le 27 mars 1996, on apprend l'enlèvement de sept moines cisterciens trappistes dans leur monastère de Notre-Dame-de-l'Atlas, à Tibéhirine, près de Médéa (Algérie). Un mois plus tard, le chef du Groupe Islamique armé (GIA), Jamel Zitouni, revendique l'enlèvement. Le 23 mai 1996, le GIA annonce avoir égorgé les moines deux jours plus tôt. On ne retrouvera que leurs têtes. L'émotion est immense en France.

Comme le mystère demeure autour de l'enlèvement, une plainte est déposée contre X en 2003 et une information judiciaire confiée au juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière. Celui-ci laisse dormir le dossier jusqu'à son départ de la magistrature, en 2007. L'enquête est relancée par le juge Marc Trévidic.

Armand Veilleux, procureur général de l'ordre monastique, suggère que la sécurité algérienne (de connivence avec la DST française) aurait arrangé l'enlèvement des moines pour les obliger à partir mais l'affaire aurait mal tourné et abouti à la mort des otages dans un combat entre le commando et l'armée algérienne. D'où le malaise du juge Bruguière...

Ce drame a inspiré un film magnifique au cinéaste Xavier Beauvois : Des hommes et des dieux (2010).

Fin de la conscription en France

Le 28 mai 1996, le président de la République française Jacques Chirac annonce la fin du service militaire obligatoire au détour d'une allocution télévisée. Sa décision est spontanément approuvée par les éditorialistes, la classe politique et l'opinion publique. Elle est officialisée par la loi du 28 octobre 1997 qui « suspend » la conscription mais réserve la possibilité de la rétablir en cas de crise grave menaçant l'existence de la nation.

Les derniers conscrits ont fêté la « quille » en 2002, soit plus de deux siècles après le vote de la loi Jourdan. En se cantonnant à une armée de métier, la France s'aligne sur les démocraties à l'anglo-saxonne (Royaume-Uni, États-Unis, Pays-Bas,...).

Crise financière en Asie

Le 2 juillet 1997, la Thaïlande renonce à défendre le cours de sa monnaie, le batht. Celle-ci s'effondre aussitôt sous l'effet des attaques spéculatives, entraînant dans sa chute les monnaies des autres pays émergents de la région, de la Corée à Singapour en passant par les Philippines et l'Indonésie.

Cette crise asiatique résulte de plusieurs années de « surchauffe » : encouragés par d'excellents résultats économiques, les gouvernements concernés ont multiplié les investissements plus ou moins hasardeux et se sont endettés au-delà de toute prudence. Ils y ont été encouragés par la fixité du taux de change de leur monnaie par rapport au dollar.

En 1997, suite à une baisse des exportations thaïlandaises, les opérateurs ont ouvert les yeux et pris conscience de ce que les taux de change par rapport au dollar ne pourraient plus être longtemps maintenus à leur niveau. Pressentant une dévaluation, les entreprises thaïlandaises, qui avaient emprunté en dollars, ont tenté de rembourser au plus vite leur dette et pour cela ont acquis des dollars contre des bahts. Cela n'a fait qu'aggraver les tensions sur le marché des changes. Les banques, à leur tour, ont restreint les crédits et obligé leurs débiteurs à vendre en catastrophe des actifs pour honorer leurs dettes. Il en est résulté faillites, baisse des prix... et assainissement du marché.

Mort tragique de Diana

Dans la nuit du 31 août 1997, à Paris, une voiture s'encastre dans un pilier du tunnel de l'Alma au terme d'une course poursuite avec des paparazzi (photographes de presse). Le chauffeur et l'un des passagers sont tués. La passagère décédera quelques heures plus tard à l'hôpital de la Salpêtrière...

Victoire de la France en Coupe du Monde

La France remporte la Coupe du Monde de football pour la première fois de son histoire et qui plus est à domicile.  C'est au terme d'une incroyable montée en tension que le pays tout entier applaudit la victoire de son équipe, le 12 juillet 1998. Les Bleus l'emportent sur les favoris, l'équipe du Brésil, par 3-0 grâce à deux buts de Zinedine Zidane et un d'Emmanuel Petit...

Une femme à la tête de la Suisse

Le 9 décembre 1998, une femme accède pour la première fois à la présidence de la Confédération helvétique. Elle se nomme Ruth Dreifuss.

Six milliards d'hommes sur la Terre

Le 12 octobre 1999, selon une estimation des démographes de l'ONU, la population de la Terre a franchi le seuil symbolique de six milliards d'êtres humains vivants. Le secrétaire général, Kofi Annan, a décerné à un nouveau-né de Sarajevo l'honneur d'avoir franchi le premier ce cap symbolique.

La barre du premier milliard a été franchie vers 1850 et, au début du XXe siècle, la population mondiale s'élevait à 1,6 milliard d'êtres humains dont environ un quart d'Européens  (10% aujourd'hui)...

Coup d'État en Côte d'Ivoire

Le 24 décembre 1999, en Côte d'Ivoire, un coup d'État militaire renverse le président Henri Konan Bédié qui avait succédé six ans plus tôt à Félix Houphouët-Boigny...

Référendum sur le quinquennat en France

Le gouvernement français soumet à référendum un amendement à la Constitution de la Ve République qui instaure le quinquennat et aligne la durée du mandat présidentiel (5 ans) sur la durée des législatures (mandats des députés de l'Assemblée nationale). C'est la mort du septennat instauré 127 ans plus tôt.

73% des votants s'expriment en faveur de l'amendement constitutionnel mais la participation est très faible (30% des inscrits). Le manque d'enthousiasme de l'électorat vient de ce que la réforme a été mise en oeuvre pour des raisons de convenance partisane par le président Jacques Chirac et son Premier ministre Lionel Jospin.

Le premier de droite, le second de gauche, ils visent l'un et l'autre l'élection présidentielle de 2002. Lionel Jospin juge habile de prévoir aussi que les élections législatives se dérouleront dans la foulée des présidentielles, de façon à assurer au Président nouvellement élu une majorité automatique à l'Assemblée.

Cette modification d'apparence anodine aura pour effet de transformer le Parlement en une chambre d'enregistrement, tout juste bonne à entériner les décisions du Président.

Découverte de Toumaï

Le 19 juillet 2001, une mission franco-tchadienne conduite par le paléontologue Michel Brunet (université de Poitiers) découvre un crâne vieux de sept millions d'années et quelques autres ossements en un lieu désertique autrefois baigné par les eaux du lac Tchad. Il est baptisé Toumaï (« espoir de vie » en langue locale) sur une suggestion du président tchadien Idriss Déby, désireux de perpétuer le souvenir de l'un de ses frères d'armes !

On le considère aujourd'hui comme le plus ancien ancêtre de la lignée qui a donné naissance aux humains, après sa séparation d'avec les chimpanzés, bien avant la célèbre Lucy...

Attentats à New York et Washington

Le 11 septembre 2001, pour la deuxième fois de leur Histoire après la guerre anglo-américaine de 1812, les États-Unis sont agressés sur leur propre sol.

Quatre avions de ligne sont détournés par des terroristes islamistes de la mouvance Al Qaida. Deux s'écrasent avec leurs occupants sur les tours jumelles du World Trade Center, à New York, et un troisième sur le Pentagone (le ministère des armées), à Washington. Le quatrième s'écrase dans un bois de Pennsylvanie, les passagers ayant tenté au sacrifice de leur vie de maîtriser les terroristes. Au total, environ 3000 morts et disparus.

L'effondrement des tours ayant été filmé en direct, l'émotion est immense dans le monde...

« Guerre contre le terrorisme » en Afghanistan

Dans la nuit du 7 au 8 octobre 2001 surviennent les premières frappes américaines en Afghanistan, dans le cadre d'une opération baptisée « Enduring Freedom » (« Liberté Immuable »). C'est la riposte aux attentats du mois précédent contre le World Trade Center de New-York et le Pentagone de Washington...

L'euro, une nouvelle monnaie pour l'Europe

Le 1er janvier 2002 (il y a 10 ans), 304 millions d'Européens, dans douze pays de l'Union européenne, découvrent leur nouvelle monnaie, l'euro, sous forme de billets et pièces.

L'euro, à vrai dire, est né trois ans plus tôt quand les devises de ces mêmes pays avaient été arrimées les unes aux autres par des parités fixes. Au même moment, la politique monétaire des onze pays concernés (l'Eurogroupe), notamment la fixation des taux de réescompte, est confiée à une Banque Centrale Européenne (BCE) établie à Francfort (Allemagne). C'est l'aboutissement du Système Monétaire Européen (SME) créé le 13 mars 1979...

La « Vénus hottentote » inhumée en Afrique du Sud

Le 9 août 2002, soit près de deux siècles après sa mort misérable à Londres, en 1815, la « Vénus hottentote », de son vrai nom Sawtche, a retrouvé enfin son pays d'origine, où ses restes ont été inhumés.

Pourvue de fesses surdimensionnées, cette femme aborigène avait quitté l'Afrique du Sud en 1810 pour devenir un objet de curiosité en Europe. Après sa mort, son corps a été étudié par les plus grands scientifiques français avant d'être conservé dans les collections du Musée de l'Homme à Paris.

La Suisse entre à l'ONU

Le 10 septembre 2002, la Suisse est devenue le 190e membre de l'Organisation des Nations Unies, précédant de peu le Timor-Oriental. C'est en mars de la même année que  les Suisses ont approuvé par référendum ce choix en rupture avec la neutralité traditionnelle de la confédération.

Sommet des Açores

Manuel Barroso, Tony Blair, George Bush Jr et Jose Manuel Aznar, Açores, 16 mars 2003 (DR)Le 16 mars 2003, sur l'archipel des Açores, le Premier ministre portugais Manuel Barroso accueille le Premier ministre britannique Tony Blair, le président des États-Unis George Bush Jr et le Premier ministre espagnol Jose Manuel Aznar.

Les quatre hommes conviennent d'une opération militaire conjointe contre l'Irak, malgré l'opposition résolue de la France, de l'Allemagne, de la Russie et des Nations Unies.

Moins d'un mois plus tard, le 9 avril 2003, l'armée coalisée entre à Bagdad d'où s'est enfui le tyran. L'opération va se solder par un dramatique fiasco.

Liberté pour l'Irak

Le 20 mars 2003, douze ans après une première invasion de l'Irak, les troupes américaines attaquent une nouvelle fois l'Irak de Saddam Hussein avec, cette fois, la ferme intention de renverser le dictateur.

Dix-huit mois après les attentats d'al-Qaida contre les tours du World Trade Center et le Pentagone, le président américain George W. Bush ne se contente pas de traquer les commanditaires dans leur repaire afghan. Il veut aussi en profiter pour liquider le régime irakien, bien que celui-ci soit plutôt hostile aux terroristes d'al-Qaida. Exhibant un grossier mensonge sur d'hypothétiques « armes de destruction massive », le président et son Secrétaire d'État Colin Powell montent une coalition avec leurs alliés, sans avoir toutefois pu obtenir l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU.

L'opération « Freedom for Iraq » conduit à la prise de Bagdad dès le 9 avril 2003. Avec une maladresse insigne, les Américains congédient aussitôt toute l'administration et l'armée, hissant aux commandes du pays des opposants plus ou moins recommandables.

L'intervention prend fin le 15 décembre 2011, en avance de deux jours sur le calendrier officiel, avec un bilan piteux : 4 500 tués du côté américain et de nombreuses « bavures » dans la population civile, une dette américaine accrue de mille milliard de dollars, mais aussi du côté irakien un million de déplacés, 100 000 morts, un pays ruiné et éclaté entre chiites, sunnites et Kurdes, la fin de deux mille ans de présence chrétienne sur les bords du Tigre...

Last but not least, le gouvernement irakien de Nouri al-Maliki, laborieusement installé par les Américains, tombe aux mains de la majorité chiite et s'allie avec son voisin, la République islamique d'Iran, ennemie déclarée des États-Unis.

Entrée des Américains à Bagdad

Le 9 avril 2003, une armée coalisée sous commandement américain entre à Bagdad d'où s'est enfui le dictateur Saddam Hussein...

attentat à la gare d'Atocha (Madrid)

Le matin du 11 mars 2004, plusieurs bombes explosent dans des trains de banlieue en voie d'entrer dans la gare d'Atocha, au cœur de Madrid. Elles causent la mort de 191 personnes et en blessent près de deux mille.

Le drame, que les Espagnols désignent sous l'acronyme 11-M, survient très exactement trente mois après les attentats du World Trade Center et du Pentagone... et trois jours avant les élections générales en Espagne.

Très embarrassé du fait de son engagement dans la coalition contre l'Irak aux côtés de George Bush Jr et Bill Clinton, le gouvernement de droite du Président du Conseil José Maria Aznar (Parti Populaire) attribue dans un premier temps la responsabilité du crime aux terroristes basques de l'ETA, bien que ceux-ci n'aient jamais auparavant pratiqué d'attentat de masse et s'en soient tenus à des attentats ciblés.

La vérité ne tarde pas à éclater. Elle va conduire à la mise en jugement en 2007 de 29 terroristes islamistes en lien avec al-Qaida, dont une moitié de Marocains. Accessoirement, elle va détourner aussi les électeurs espagnols du Parti Populaire et donner le 14 mars une large victoire aux socialistes du PSOE guidés par José Luis Zapatero.

«Révolution orange» à Kiev

Le 21 novembre 2004, en Ukraine, l'élection truquée du candidat pro-russe Viktor Ianoukovitch à la présidence de la République jette l'opposition dans la rue. La capitale Kiev est en ébullition.

Activement soutenue par des organisations occidentales comme la fondation Soros, la «révolution orange», d'après la couleur des écharpes arborées par les manifestants, obtient l'annulation de l'élection.

Il n'empêche qu'aux élections suivantes, en 2010, le même homme, favori de Moscou et de l'importante minorité russophone établie à l'Est du Dniepr et en Crimée, réussit à se faire élire de façon régulière.

Comme si de rien n'était, Ianoukovitch poursuit les négociations engagées avec Bruxelles par son malchanceux prédécesseur Viktor Iouvchtchenko, en vue d'un rapprochement avec l'Union européenne. Mais il ne remédie pas aux déficiences de l'État, à la corruption endémique et au pouvoir de l'oligarchie issue des anciens cadres communistes. Celle-ci, à l'image de sa propre famille, s'enrichit prodigieusement en pillant les ressources industrielles, agricoles et minières du pays.

Le peuple français dit non au traité constitutionnel

Le dimanche 29 mai 2005, au terme d'un débat démocratique d'une exceptionnelle vitalité, le peuple français rejette à une écrasante majorité (55%) le traité constitutionnel européen, pourtant encensé par la quasi-totalité des médias et de la classe dirigeante. Le 2 juin suivant, le peuple hollandais rejette à son tour le traité...

Inauguration du musée du quai Branly

Le 20 juin 2006 est inauguré le « musée du quai Branly » à Paris. Ce curieux musée, conçu par l'architecte Jean Nouvel, a été voulu par le président Jacques Chirac, que l'on dit amateur d'arts exotiques, primitifs ou « premiers ».

Crise des « subprimes »

Le 24 juin 2007 est annoncée la faillite de Queen's Walk, un fonds spéculatif de couverture (« hedge funds ») qui appartient à la puissante banque d'investissements américaine Bear Stearns. Ainsi le monde de la finance et l'opinion publique découvrent-ils la « crise des subprimes », prêts bancaires à taux évolutif accordés sans précaution à des ménages américains pauvres et virtuellement insolvables (361).

Comme la plupart des banques de la planète détiennent ces créances douteuses, la panique s'empare des marchés boursiers...

Le Kossovo se proclame indépendant

Lassé par les tergiversations de l'ONU et des démocraties occidentales, le président du Kossovo proclame unilatéralement l'indépendance de la province : 10 000 km2 et deux millions d'habitants dont 10% de Serbes orthodoxes et 90% d'albanophones musulmans. Ces derniers descendent d'immigrants albanais chassés par la misère et accueillis dans la province serbe au XIXe siècle.

Plusieurs pays européens, dont la France et l'Allemagne, reconnaissent le nouvel État. Mais la Russie proteste à l'unisson de la Serbie qui perd avec le Kossovo son berceau historique. L'Espagne et d'autres pays occidentaux craignent pour leur part que l'initiative kossovar ne donne des idées à leurs propres minorités.

Le spectre des guerres yougoslaves réapparaît. De fait, la guerre contre la minorité serbe reprend sitôt après l'indépendance, malgré le placement prolongé de l'État sous la tutelle de l'ONU, représentée sur place par Bernard Kouchner. Le Kossovo est depuis lors devenu un État-croupion gangréné par la misère, la corruption et l'islamisme. 

Mort du dernier poilu français

Le 12 mars 2008 s'est éteint Lazare Ponticelli (110 ans), dernier « poilu » français de la Grande Guerre (1914-1918).

Né en 1897 dans une famille très pauvre d'Italie, il est arrivé à Paris à la gare de Lyon, seul et sans ressources à l'âge de 9 ans ! Il a vécu de petits boulots et dès qu'a éclaté la guerre, s'est porté volontaire par reconnaissance pour la France qui l'avait accueilli. Il n'a pas hésité pour cela à tricher sur son âge (17 ans).

L'historien Jean-Jacques Becker (né en 1928), spécialiste de la Grande Guerre et du XXe siècle, professeur émérite à l'Université de Paris-X Nanterre et président du centre de recherche de l'Historial de la Grande Guerre (Péronne), évoque pour nous les origines de la Grande Guerre de 14-18 et la signification qu'elle peut encore revêtir.

Retour des maoïstes au... Népal

Le Népal est un pays de 147 000 km2 et 30 millions d’habitants (2012) en majorité hindouistes, coincé au cœur de l’Himalaya entre l'Inde et la Chine. C'est un ancien royaume fondé en 1769 par la caste des guerriers Gurkhas, qui s'illustrèrent plus tard dans l'armée anglo-indienne puis aujourd'hui encore dans l'armée indienne.

L'élection d'une Assemblée constituante, le 10 avril 2008, a abouti à la victoire d'un parti qui se réfère au… maoïsme ! C'est le dernier acte d'une tragédie qui a frappé la monarchie népalaise. Cette institution ancestrale a été profondément déstabilisée par le massacre de la famille royale, le 1er juin 2001, par l’un des siens, Gyanendra. L'accession au trône de ce personnage arrogant et impopulaire lui a porté un coup fatal. En 2006 en effet, la guérilla maoïste a accepté de déposer les armes à la condition expresse que soit établie une République fédérale. La première tâche de la nouvelle assemblée a donc été de liquider la monarchie. Ce fut chose faite le 28 mai 2008.

Offensive géorgienne contre l'Ossétie du Sud

Le soir du 7 août 2008, tandis que le monde a les yeux rivés sur Pékin, où s'ouvrent les Jeux Olympiques, l'armée géorgienne entame le bombardement de la petite république séparatiste d'Ossétie du Sud.

La Russie intervient au secours des Ossètes. Le dimanche 10 août, elle bombarde le port géorgien de Poti et un aéroport militaire de la capitale Tbilissi. Son armée reprend le contrôle de l'Ossétie du Sud. Dès le lendemain 11 août, le président russe Dimitri Medvedev annonce la fin des opérations militaires, satisfait d'avoir atteint son but : la mise au pas de la Géorgie.

Le 12 août, tandis que les forces géorgiennes battent en retraite, Nicolas Sarkozy, président de l'Union européenne, se rend à Moscou et à Tbilissi pour officialiser le cessez-le-feu. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, le président géorgien Mikheïl Saakachvili, qui a péché par imprudence, reconnaît son échec et assume le retour de la Géorgie sous tutelle soviétique.

Ouverture des Jeux Olympiques de Pékin

Les 29e Jeux Olympiques ouvrent à Pékin le 8 août 2008 à 20h08 (« Quadruple Huit », gage de prospérité pour les Chinois superstitieux !). Ces premiers Jeux chinois sont placés sous le signe du gigantisme : 42 milliards de dollars dépensés pour leur préparation, 100.000 personnes mobilisées pour leur sécurité, 90 chefs d’État présents dans la tribune pour la cérémonie d’ouverture.

Pour le régime de Pékin, ils incarnent avec éclat la modernité triomphante de la Chine, qui remporte 51 médailles d’or, et sa fierté retrouvée après un siècle d'humiliations de la part des Occidentaux et un siècle de guerres civiles et d'occupation étrangère (par le Japon).

Cérémonie d'ouverture des jeux olympiques de Pékin, 8 août 2008 (DR)

Dix soldats français tués en Afghanistan

Dix soldats trouvent la mort dans une embuscade en Afghanistan. Ils faisaient partie du corps expéditionnaire français (3000 hommes). Tombés pour l'honneur de leur pays, ils ne seront hélas pas les derniers. Car il est exclu que la guerre d'Afghanistan aboutisse à une victoire des forces alliées engagées aux côtés des Américains... 

Faillite de Lehman Brothers

Inaugurée un an plus tôt, la «crise des subprimes» (créances douteuses sur l'immobilier) culmine le 15 septembre 2008 avec la mise en faillite de Lehman Brothers, le fleuron de Wall Street. Le gouvernement américain a refusé de l'aider afin de faire un exemple.

Mais trois jours plus tard, le Secrétaire du Trésor Henry Paulson annonce un plan massif de soutien au secteur bancaire pour éviter son effondrement, avec un crédit de 700 milliards de dollars. Il nationalise aussi AIG, autre banque puissante, pour lui éviter la faillite.

Les bourses de toute la planète connaissent néanmoins une très brutale chute des cours le 6 octobre 2008. C'est le début d'une longue crise qui affecte principalement l'Europe et les États-Unis.

L'Afrique des Grands Lacs en guerre

Le 29 octobre 2008, la ville de Goma, à l'est de la République démocratique du Congo (province du nord-Kivu), est abandonnée par les troupes gouvernementales et occupée par les troupes de Laurent Nkunda, un rebelle congolais d'origine tutsie.

C'est un nouvel épisode de la guerre qui ravage la région depuis le génocide du Rwanda, en 1994. Malgré la présence sur place de plusieurs milliers de casques bleus de l'ONU, elle aurait déjà provoqué 3 à 5 millions de morts violentes, sans compter les mutilations et les viols.

Attentats de Bombay

La capitale économique de l'Inde à feu et à sang pendant près de 60 heures ! Des terroristes sèment la terreur dans les deux plus luxueux hôtels de la ville : le Taj Mahal et l’Oberoi Trident, dans lesquels de nombreux touristes sont retenus en otage. Ce « 11 septembre indien » (172 morts et plus de 300 blessés) réveille les tensions entre l’Inde et le Pakistan.

La jeunesse grecque se révolte

Le 6 décembre 2008, suite à la mort d'un adolescent de 15 ans, la jeunesse se soulève dans toutes les villes du pays. Elle manifeste son désespoir face à une classe dirigeante vieillissante, pourrie par la corruption et qui ne leur offre aucune perspective de mieux-être.

Les jeunes diplômés issus des classes moyennes et voués à des salaires de misère rejoignent les jeunes déshérités et avec eux enflamment les centres urbains. Cette jacquerie d'un nouveau genre rappelle irrésistiblement les prédictions de l'historien Emmanuel Todd dans son dernier essai, Après la démocratie (Fayard, 2008)...

Investiture d'Obama

Le 20 janvier 2009, la cérémonie d'investiture de Barack Hussein Obama, 44e président américain, a rassemblé environ 2 millions de personnes sur le Mall de Washington, ce qui en fait le plus important rassemblement de foule qui ait jamais eu lieu à ce jour aux États-Unis !...

Haïti frappée par un séisme

Haïti est frappée dans la nuit du 12 janvier 2010 par un séisme de force 7,3 sur l'échelle de Richter. Bilan effroyable : 250 000 morts, 300 000 blessés, 1,2 million de sans-abris...

Les Jeux Olympiques d'hiver à Vancouver

Les premières compétitions sportives sur la neige ou la glace remontent à la fin du XIXe siècle.

L'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver à Vancouver, le 12 février 2010, avec plus de 80 nations participantes, une centaine de disciplines et près de 3.000 athlètes, témoigne du chemin parcouru par ces disciplines...

Homo sapiens convole avec Neanderthal

Dans une étude publiée par la revue Science le 7 mai 2010, l'équipe du généticien Svante Pääbo montre que des croisements auraient eu lieu au Proche-Orient entre les derniers hommes de Neanderthal et des homo sapiens venus d'Afrique, il y a 80 000 ans environ...

Al-Qaida s'implante au Sahara

Le 22 juillet 2010, l'armée mauritanienne, assistée de militaires français, lance une attaque sur le territoire du Niger pour tenter de délivrer Michel Germaneau, un humanitaire français de 78 ans enlevé le 19 avril précédent par des bandits. Deux jours plus tard, l'un des bandits, l'Algérien Abou Zeïd, annonce la mort de l'otage. On ne sait s'il a été exécuté à la faveur de l'attaque ou est mort par manque de soins.

Le 22 septembre 2010, les bandits, qui se présentent sous le label Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), récidivent en enlevant cinq Français, un Togolais et un Malgache à Arlit, au nord du Niger, où la société française Areva exploite un gisement d'uranium. Ils présentent leur acte comme une réplique à la mort de sept des leurs dans l'attaque franco-mauritanienne.

Le 8 janvier 2011, d'autres bandits se revendiquant également d'AQMI enlèvent deux jeunes Français dans un restaurant de Niamey, la capitale du Niger. Les deux Français sont exécutés lors d'une attaque lancée par l'armée nigérienne, assistée de militaires français.

Ainsi le Sahara est-il en passe de devenir le nouveau champ d'action de la nébuleuse Al-Qaida, laquelle peinait à survivre dans son refuge des confins pakistano-afghans...

Révolution tunisienne

Le 14 janvier 2011, en Tunisie, trois semaines après qu'un marchand ambulant se soit immolé par le feu en guise de protestation contre le régime policier et voleur du président Ben Ali, celui-ci s'enfuit piteusement en avion vers l'Arabie séoudite, emmenant avec lui sa famille et ses trésors.

C'est la première étape d'une révolution démocratique et sociale, la première qu'ait jamais connue le monde arabe...

Séisme de Sendai et accident nucléaire de Fukushima

Le 11 mars 2011, à 14h26, un tremblement de terre d'une magnitude 9 sur l'échelle de Richter (la plus forte amplitude servant de mesure) a lieu au large de Sendai, au nord-est de l'île de Honshu (Japon). Elle provoque des dégâts considérables et fait plusieurs milliers de victimes dans la préfecture de Fukushima. La catastrophe est amplifiée par un impressionnant tsunami qui balaye les côtes 10 minutes seulement après les premières secousses, endommageant gravement plusieurs villes comme Ishinomaki, Natori ou encore Okuma.

Dans cette ville, le risque nucléaire s'ajoute à la désolation car la centrale atomique, construite au bord de la mer, est balayée par le raz-de-marée qui met hors circuit les circuits de refroidissements de plusieurs réacteurs. Des fuites radioactives sont constatées et un nuage se propage dans l'atmosphère, provoquant un début de panique dans la population.

Cette double catastrophe, qui associe la Nature et l'Homme, est sans doute la plus grave qu'ait jamais connue le Japon, justifiant une intervention exceptionnelle de l'empereur Akihito dans les médias dès le mercredi 16 mars 2011. Le Premier ministre Naoto Kan et son administration se voient reprocher l'opacité de l'information et la lenteur de leurs réactions cependant que les responsables de Tokyo Electric Power Company (Tepco), l'exploitant de la centrale, se voient accusés de coupables négligences.

Le bilan immédiat du tsunami s'est soldé par 18 000 victimes dans la région de Tōhoku, mais à ce bilan s'ajoutent d'année en année plusieurs milliers de cancers induits par les radiations. Pas moins de 340 000 ont dû être déplacées dont 160 000 du fait des radiations qui ont affecté une surface d'environ 30 000 km2 (l'équivalent de la Belgique).

Mariage de Kate et William

Le 29 avril 2011, le prince William, petit-fils de la reine Elisabeth II et futur roi d'Angleterre, doit épouser la jeune Kate Middleton devant des milliards de téléspectateurs, dans la légendaire cathédrale de Westminster.

Il inscrira ainsi ses pas dans ceux de ses illustres prédécesseurs, qui furent couronnés, unis ou enterrés sur les bords de la Tamise. Larmes, grandeur, bonheur et magnificence : il est rare qu'un monument concentre autant d'émotions en ses murs...

Béatification de Jean-Paul II

Le 1er mai 2011, sur la place Saint-Pierre de Rome, doit se dérouler la messe de béatification de Karol Wojtyla, pape sous le nom de Jean-Paul II, de 1978 à 2005.

Le nouveau « Bienheureux » sera peut-être, un jour prochain, également canonisé et inscrit au catalogue des Saints. Ce sera l'aboutissement d'un processus complexe dont l'Église catholique a le secret, même si elle n'a pas le monopole de la sainteté.

Naissance du Sud-Soudan

Le 9 juillet 2011 est officiellement né le Sud-Soudan, 193e État des Nations Unies et 50e État africain (capitale : Juba ou Djouba)...

Les États-Unis rattrapés par la dette

Le vendredi 5 août 2011, la note de la dette publique américaine a été dégradée par l'agence Standard & Poor's.

Ce fait sans précédent témoigne des doutes des marchés financiers sur la capacité du président Obama et du Congrès à freiner la croissance irrésistible de la dette publique, laquelle s'élève à plus de 14000 milliards de dollars et dépasse désormais le Produit intérieur brut (PIB) américain.

Les Américains voient s'éloigner l'époque bénie durant laquelle ils ont pu vivre à crédit, grâce aux émissions de dollars destinées à financer notamment les entreprises militaires de Waashington.

L'année précédente, pour la première fois depuis la naissance de la nation américaine, l'espérance de vie de ses habitants a connu une baisse. Et depuis deux ou trois ans, avec une croissance économique en progression moins rapide que la croissance démographique, la population étasunienne voit aussi son niveau de vie moyen régresser. Cette régression est d'autant plus sévère qu'elle va de pair avec une progression toujours très rapide des revenus de l'oligarchie. L'appauvrissement des classes moyennes n'en est que plus important.

La mort de Kadhafi clôt le « printemps arabe »

Mouammar Kadhafi et le dernier carré de ses fidèles ont résisté à Syrte jusqu'à ce qu'une attaque aérienne de l'OTAN frappe la ville natale du dictateur libyen, le 20 octobre 2011. Blessé et traqué, Kadhafi est finalement abattu par ses ennemis. C'est pour la Libye le début d'un nouveau cauchemar...

Naufrage du Concordia

Le 13 janvier 2012, dans la nuit, le Costa Concordia s'échoue sur un récif près de l'île du Giglio (Toscane). Le commandant de bord Francesco Schettino voulait s'offrir une « parade » comme on en voit dans le film de Federico Fellini, Amarcord (1973).

L'échouage de ce somptueux paquebot de croisière avec à son bord 4200 passagers et hommes d'équipage se solde par la mort de trente-deux personnes. Le commandant, bellâtre déconfit, se disqualifie par sa couardise pendant les opérations de secours. Deux mois après l'éviction de Silvio Berlusconi de la présidence du Conseil, ce scandaleux comportement achève de consterner les Italiens…

Amarcord (Fellini, 1973)

Insurrection touarègue au Mali

Le 6 avril 2012, le mouvement des rebelles touarègues (le MNLA) déclarait unilatéralement l’indépendance de l’État d’Azawad au nord du Mali.

Les médias ont mis en avant la composante islamiste en rappelant la contribution d’AQMI dans ces opérations et en faisant le lien avec les événements survenus en Libye ; ce faisant, l’origine profonde du conflit, qui trouve ses racines jusque dans l’Histoire précoloniale, a été souvent occultée.

Élection de François Hollande

Le 6 mai 2012, les électeurs français ont à choisir entre le président sortant Nicolas Sarkozy et son rival socialiste François Hollande. Ils élisent le second avec 51,64% des voix, un résultat en définitive très modeste.

Quand François Hollande est adoubé à l'automne 2011 par les sympathisants socialistes, sa victoire ne fait pas de doute tant est grande l'impopularité de Nicolas Sarkozy, donné battu avec dix points d'écart. Mais au fil des sondages, son avance va se réduire. En définitive, les sondages à la sortie des urnes semblent indiquer que François Hollande ne l'a emporté que grâce au vote massif en sa faveur, à 70-80%, des « minorités visibles » (outre-mer, Africains, musulmans).

C'est tout le contraire de la précédente alternance, en 1981. Le président sortant Giscard d'Estaing était alors donné très largement vainqueur, au point que le comique Coluche (Michel Colucci) s'était porté candidat pour pimenter un tant soit peu la campagne. Son rival François Mitterrand avait réussi à grignoter son avance et remonter son retard.

Massacre de Marikana

Le 16 août 2012, en Afrique du Sud, à Marikana, à l'ouest de Pretoria, des mineurs d'une mine de platine manifestent pour des augmentations de salaires et des conditions de travail plus dignes. La police tire. On compte 34 morts.

C'est la consternation dans le pays, où l'on constate que l'accession de la majorité noire au pouvoir n'a pas remédié à la fracture sociale.

Les masses laborieuses se détournent du gouvernement et des syndicats, gangrénés par la corruption et le népotisme. Les investisseurs étrangers quittent sur la pointe des pieds un pays où l'insécurité et les inégalités battent des records mondiaux... L'après-Mandela s'annonce rude.

La Palestine entre à l'ONU comme État non membre

Le drapeau de l'Autorité palestinienne65 ans jour pour jour après le partage de la Palestine par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies, celle-ci accorde à l'Autorité Palestinienne présidée par Mahmoud Abbas le statut d'État observateur non membre, à l'instar du Saint-Siège.

Rappelons que le 29 novembre 1947, l'ONU votait le partage de la Palestine, alors sous mandat britannique, en trois entités : un État juif et un État arabe, Jérusalem étant placé sous contrôle international. Les pays arabes ayant refusé ce plan, il allait s'ensuivre quatre guerres et une tension constante entre Israël et ses voisins.

En ce 29 novembre 2012, tandis que l'enclave palestinienne de Gaza est tombée sous la coupe du parti extrémiste Hamas, la Cisjordanie, dirigée par le Fatah, un parti plus conciliant, accède à un début de reconnaissance internationale. Cette décision devrait normalement rapprocher la région de la paix. Mais elle risque aussi d'approfondir un peu plus le fossé entre la Palestine traditionnelle (la Cisjordanie) et le prolétariat de Gaza.

Shinzō Abe relance l'économie japonaise

Petit-fils d'un Premier ministre et fils d'un ministre des Affaires étrangères, Shinzō Abe (58 ans) est revenu au pouvoir le 26 décembre 2012, après une première primature décevante d'un an, en 2006-2007.

Soutenu par une majorité libérale-démocrate dans les deux chambres du Parlement, affichant un programme d'inspiration nationaliste, le Premier ministre a aussitôt inauguré une série de grandes réformes destinées à sortir le Japon du marasme dans lequel il se traîne depuis 1989.

Notons tout de même que le pays, en dépit de ce marasme et de son asthénie démographique (très faible fécondité), conserve une base industrielle solide, une population bien formée et une balance commerciale équilibrée. Sa dette publique, quoique exceptionnellement élevée (250% du PIB), est entièrement souscrite par des Japonais, ce qui oblige ces derniers à faire preuve de solidarité envers l'État.

Surnommées « Abenomics », les réformes de Shinzō Abe se caractérisent en premier lieu par des injections de liquidités destinées à combattre la déflation (baisse des prix), affaiblir le yen et relancer les exportations (on peut à ce propos évoquer une « dévaluation compétitive » dans la mesure où la balance commerciale du Japon est déjà équilibrée et ne justifie pas un tel coup de pouce).

Le Premier ministre a aussi injecté l'équivalent de 70 milliards d'euros en un an dans le secteur de la construction.

Cette politique a eu un début de réussite (croissance &conomique : + 1,1%/an) mais elle a été très vite entravée par le manque de dynamisme ambiant. Le pays est peut-être en train de renouer avec la tradition de repli de l'ère Tokugawa.

La France intervient au Mali

Le 11 janvier 2013, les Touareg et leurs alliés islamistes lancent une offensive en direction de la capitale Bamako. Appelée à l'aide par le gouvernement malien, la France, ancienne puissance coloniale, ne peut se dérober. Elle envoie au Mali une force d'intervention rapide qui a vite fait d'arrêter l'invasion et de repousser les assaillants vers le nord...

Renonciation du pape Benoît XVI

Écrasé par l'ampleur des difficultés, les scandales qui agitent l'administration vaticane et le poids de l'âge, le pape Benoît XVI «renonce» à sa charge le 28 février 2013. Une première depuis Célestin V, le 13 décembre 1294...

Il est remplacé dès le 13 mars 2013 par l'archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio (76 ans), issu de la Compagnie de Jésus. Il devient pape sous le nom de François. Il est tout à la fois le premier pape non européen, jésuite et ayant choisi ce prénom.

Élection du pape François

Le 13 mars 2013, Jorge Mario Bergoglio (76 ans), archevêque de Buenos Aires (Argentine), succède à Benoît XVI sur le trône de Saint Pierre, et se choisit pour nom François...

Xi Jinping président de la Chine

Le 14 mars 2013, l'Assemblée nationale populaire, réunie en session annuelle dans le Grand Palais du peuple, place Tiananmen à Pékin, a porté à la présidence de la République Xi Jinping pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Le vote a eu lieu sans surprise, conformément à un système de cooptation bien rodé des élites dirigeantes. Cinq ans plus tard, l'heureux élu a obtenu la possibilité constitutionnelle de voir son mandat indéfiniment renouvelé...

Démission du ministre Jérôme Cahuzac

L'affaire Cahuzac, qui n'est pas encore entrée dans les livres d'Histoire, devrait tenir un rang très élevé dans les scandales de la République française. Elle survient alors que le gouvernement socialiste du président François Hollande peine à sortir le pays de l'ornière et ne propose rien de mieux qu'un alignement sur les injonctions allemandes («rigueur et austérité» à tous les étages).

Le ministre du budget Jérôme Cahuzac (60 ans), responsable du tour de vis fiscal, est contraint à la démission le 19 mars 2013 et avoue deux semaines plus tard avoir menti à tout le monde, y compris au Président et aux députés, sur ses comptes cachés à l'étranger.

Cette révélation apparaît à l'opinion publique comme une trahison morale et, pire encore, met en lumière l'absence d'autorité et le manque de maîtrise du président de la République. Les Français sont gagnés par l'impression que le pays n'est plus dirigé alors qu'une tornade économique menace de l'emporter. Tous les ingrédients d'une crise politique majeure sont réunis, avec, fait aggravant, de possibles répercussions sur la zone euro, elle-même déjà fortement secouée...

Le président ukrainien Ianoukovitch destitué

Endémiques depuis l'automne 2013, les manifestations pro-européennes de Maïdan, la place centrale de Kiev, redoublent d'ampleur le 18 février 2014. Deux jours plus tard, l'intervention de la troupe fait plus de quatre-vingt morts parmi les manifestants. Le Parlement de l'Ukraine destitue le président et réclame sa mise en jugement. Viktor Ianoukovich arrive toutefois à s'enfuir en Russie.

Le nouveau régime n'a rien de plus pressé que de déchoir la langue russe de son statut de deuxième langue officielle, une mesure qui a pour effet d'attiser les dissensions entre l'Est russophone et le reste du pays. La mesure, d'une insigne maladresse, est rapportée dans les heures qui suivent sur l'injonction des alliés occidentaux mais le mal est fait...

Vladimir Poutine se saisit du prétexte pour provoquer la sécession de la Crimée et proclamer son retour dans le giron de la Russie après un référendum organisé le 18 mars 2014.

Les Occidentaux, d'habitude si soucieux du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, ripostent en annonçant des sanctions contre la Russie et son exclusion du G8, le traditionnel rendez-vous des principaux dirigeants de la planète. La Russie a beau jeu de leur rappeler qu'eux-mêmes n'avait pas hésité à organiser en 2008 la sécession du Kossovo en violation de toutes les règles internationales.

François Hollande redessine les Régions françaises

En panne de résultats dans le domaine économique et social, le président de la République rebondit en lançant la réforme des collectivités territoriales.

La France souffre en premier lieu de ce que les finances locales sont disséminées dans un nombre exubérant de communes (36000) dont l'immense majorité ont tout au plus quelques centaines d'habitants. Elle souffre en second lieu du chevauchement des compétences qui multiplie les doublons entre communes, intercommunalités, départements et régions.

En foi de quoi, le président décide qu'il n'y a rien de plus urgent que de réduire le nombre de Régions de 22 à 13, quitte à ce que cela se traduise par des dépenses supplémentaires à court et moyen terme (transferts de personnels et construction de nouveaux hôtels de Région). La réforme est entérinée en décembre 2014 par les députés, lesquels ne veulent pas prendre le risque d'une dissolution en s'opposant au président pour si peu.

L'État islamique (Daesh) entre en action

La guerre civile en Syrie et l'effondrement de l'État irakien suite à l'invasion américaine ont conduit à la coagulation de différentes factions islamistes sous l'étiquette État islamique en Irak et au Levant (Daesh en arabe).

La nouvelle entité bénéficie au moins à ses débuts du soutien du Quatar et de l'Arabie séoudite. Elle entre en action de façon spectaculaire. En quelques semaines, elle s'empare des zones semi-désertiques de la région et surtout, les 10 et 11 juin 2014, des villes de Mossoul et Tikrit...

Attentats à Paris contre Charlie Hebdo et un magasin casher

Couverture de Charlie Hebdo après les attentats des 7-8 janvier 2015La France est sidérée en suivant quasiment en direct, dans les médias, l’agression du magazine satirique par deux jeunes hommes, dans le 11e arrondissement de Paris. Douze personnes sont massacrées et quatre grièvement blessées avant que les terroristes, qui se réclament de l’islamisme radical, ne soient pris en chasse par la police.

Le lendemain, un comparse tue une policière à Montrouge, au sud de la capitale, avant de prendre en otage les clients d’un supermarché casher (israélite), à la porte de Vincennes. Il en assassine quatre avant d’être lui-même tué par la police. Les deux autres terroristes, traqués, se réfugient dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, à l’est de Paris, où ils sont abattus le 9 janvier par les forces de l’ordre.

Quelques heures avant l’agression de Charlie Hebdo, l’écrivain Michel Houellebecq présentait sur les ondes son nouveau roman, Soumission, qui mettait en scène une hypothétique soumission de la France à l’ordre islamique !...

4 millions de Français dans la rue

À l’appel du président François Hollande, la France communie dans la douleur, dans un océan de drapeaux tricolores, après les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, les plus meurtriers qu'ait connus le pays depuis un demi-siècle et plus consternants que les attentats des années 1980 car ils sont le fait de gens nés sur son sol. Ils ont l'odeur sulfureuse de la guerre civile, « le plus grand des maux » (Pascal), avec la crainte qu'ils donnent à quelques milliers de djihahistes français l'envie de terroriser la société.

Fait aggravant, ces attentats s'inscrivent dans un contexte géopolitique particulièrement instable. Pour la première fois depuis un demi-millénaire, une « ceinture de feu » entoure l'Europe, du Sahel au Proche-Orient, avec le risque que la guerre se transporte au nord de la Méditerranée.

En tête des défilés du 11 janvier 2015, le président français et ses invités (DR)

Cinq mois plus tard, un essai iconoclaste de l'historien Emmanuel Todd fissure le consensus national en assimilant les manifestants du 11 janvier à des « islamophobes » plus ou moins conscients...

Mort suspecte du procureur Alberto Nisman en Argentine

Le 18 janvier 2015, Alberto Nisman est retrouvé à son domicile de Buenos Aires sans qu'on sache s'il s'est suicidé ou a été assassiné. Une fraction de l'opinion publique penche pour la deuxième hypothèse et en accuse rien moins que la présidente Cristina Kirchner.

Le procureur se disposait en effet à remettre au Parlement ses conclusions sur deux attentats à la voiture piégée contre l'ambassade d'Israël le 17 mars 1992 (29 morts) et une association juive de Buenos Aires le 18 juillet 1994 (84 morts). Il accusait la présidente d'avoir entravé l'enquête pour protéger les liens commerciaux entre l'Argentine et l'Iran, soupçonné d'être le commanditaire de l'attentat.

Cette affaire, quelques mois avant les élections présidentielles, achève de discréditer les présidences de Cristina Kirchner et de son mari qui l'a précédée.

Salmane monte sur le trône d'Arabie séoudite

Salmane (79 ans) succède à son demi-frère Abdallah, mort à 91 ans. Il est le sixième fils d’Ibn Séoud à monter sur le trône. Le fondateur de la dynastie est mort en 1953 à 72 ans.

Le nouveau roi est un ultra-conservateur qu’inquiète le retour à l’avant-scène de l’Iran, adversaire traditionnel des Arabes. Il doit dans le même temps s’accommoder d’un refroidissement de l’alliance américaine, d’une hostilité croissante de l'État islamique à l’égard de l’Arabie séoudite bien que celle-ci l’ait puissamment soutenu à ses débuts, enfin de la baisse du prix du baril de pétrole qui met à mal ses finances et menace la stabilité sociale du royaume (30 millions d'habitants environ en 2015, dont près d'un tiers de travailleurs étrangers).

L'État islamique s'empare de Palmyre

Petit temple de Baal (Ier siècle, Palmyre, Syrie), photo : Gérard Grégor, 2009Les djihadistes ont pu s’emparer sans coup férir de la cité antique et de la ville moderne voisine, à 205 km de Damas, après que celles-ci ont été abandonnées sans combat par les forces gouvernementales du président Assad.

En août 2015, quelques jours après l'odieux assassinat du directeur du site, Khaled al-Assaad (82 ans), ils ont dynamité cette cella et abattu les colonnes qui entourent le petit temple de Baal-Shamin.

Krach boursier en Chine

En l'espace d'un mois, la Bourse de Shanghai perd le tiers de sa valeur !

Ayant rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001, la Chine populaire a pu développer ses exportations vers l’Europe et les États-Unis et ainsi devenir la deuxième puissance économique mondiale, derrière les États-Unis. Mais la crise des subprimes, en 2008, la hausse des salaires chinois et la concurrence de pays encore moins chers (Bangladesh, Vietnam…) ont contraint Pékin à réorienter l’activité et l’épargne vers la satisfaction des besoins intérieurs. Cette réorientation a trop bien réussi avec des investissements démesurés dans l’immobilier et l’industrie.

Après des taux de croissance annuels à deux chiffres (10% et plus), la Chine est tombée à 6% ou peut-être même 2%. D’où l’affolement des boursicoteurs qui craignent pour leur épargne...

Le Parlement grec se résigne à une cure d'austérité sans précédent

Élu triomphalement six mois plus tôt, le Premier ministre Alexis Tsipras demande à ses concitoyens de s’exprimer par référendum, le 5 juillet 2015, sur le plan d’austérité qui lui est imposé par la Commission européenne, le FMI et la Banque centrale européenne. Les Grecs le rejettent à 61%.

Chacun s’attend à une issue dramatique du conflit entre l’État grec et ses créanciers, soit que la Grèce sorte de la zone euro ou de l’Union européenne, soit que les dirigeants européens « mangent leur chapeau ». Mais à la surprise générale, le turbulent ministre grec des Finances Yanis Varoukakis démissionne dès le lendemain, sans doute sur l’injonction de Bruxelles.

Dès lors, face à Alexis Tsipras, le ministre de l’Économie allemand Wolfgang Schauble et le président de la République française François Hollande se répartissent habilement les rôles. Le premier, dans le rôle du « méchant », menace de ses foudres le Grec. Le second, dans le rôle du « gentil », affecte de le défendre. Au terme de négociations harassantes, Alexis Tsipras, prêt à tout accepter pour éviter une sortie de l’Union, se soumet à toutes les conditions de ses créanciers et plus encore. Ses concitoyens, abasourdis, se résignent également, et les députés de la Vouli, le Parlement grec, votent le 16 juillet 2016 le plan européen sans rien lui ôter. La monnaie unique est provisoirement sauvée et la Grèce se satisfait de demeurer dans la grande communauté européenne, quitte à s'y ruiner...

Angela Merkel ouvre les bras aux réfugiés

De janvier à juin 2015, 300 000 migrants environ seraient entrés illégalement en Europe occidentale, par le détroit de Gibraltar, la Méditerranée orientale ou la mer Égée. Du fait de la guerre en Irak et en Syrie, le mouvement s’amplifie brutalement avec 100 000 entrées rien qu’en juillet. Il s’agit de réfugiés syriens et irakiens qui fuient les camps de Turquie et du Liban mais aussi de migrants de différentes origines (Sahel, Érythrée, Afghanistan…). Ce sont en majorité des hommes dans la force de l’âge.

Débordés, les Grecs et les Italiens appellent l’Union européenne à la rescousse. La Commission prône l’accueil de tous les réfugiés, quitte à refouler ensuite ceux qui seraient seulement mus par des considérations économiques. Mais sa proposition suscite une violente opposition de la Hongrie et de plusieurs autres pays est-européens.

Le 24 août, à Berlin, la chancelière allemande rencontre le président français et le convainc d’apporter son soutien à la proposition de la Commission. Là-dessus, le lendemain, Angela Merkel prévient à l’occasion d’un déplacement que l’Allemagne ne refoulera pas les réfugiés et se montre disposée à en accueillir jusqu’à 800 000. Les cercles libéraux européens applaudissent, jusqu’à suggérer d’attribuer le Prix Nobel à la chancelière, précédemment honnie pour son inflexibilité face aux Grecs ! Les gouvernants est-européens et balkaniques s’étranglent quant à eux d’indignation en évoquant l’« appel d’air » que pourrait susciter sa promesse.

Au final, l’Allemagne accueillera bien 800 000 migrants au cours de l’année et l’Europe dans son ensemble un million. Quatre ans plus tard, le climat a changé. Seul un quart de ces migrants a trouvé à s'employer en Allemagne et beaucoup de ceux qui ont été refoulés par les services allemands de l'immigration se seraient repliés en France…

Aylan, « Le dormeur de la plage »

Le 2 septembre 2015, sur une plage turque proche de Bodrum, une photographe fixe sur la pellicule l'image d'un enfant de quatre ans rejeté par la mer, Aylan Kurdi...

Bousculade mortelle à La Mecque

Un mouvement de foule dans le camp de tentes de Mina, à quelques kilomètres de La Mecque, se solde par plus de 2200 morts parmi les pèlerins, dont près de 500 Iraniens. C’est la plus grave tragédie enregistrée au cours du grand pèlerinage annuel de l’islam.

Elle débouche sur une nouvelle dégradation des relations entre Riyad et Téhéran, le gouvernement iranien mettant en cause les défaillances des services de sécurité séoudiens.

Un double attentat fait cent morts à Ankara

Cinq mois plus tôt, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-nationaliste) avait perdu la majorité parlementaire et de nouvelles élections avaient été programmées en novembre, faute de pouvoir constituer un gouvernement, le président Recep Tayyip Erdogan avait convoqué de nouvelles élections en novembre.

En attendant, il relance la guerre contre l'État islamique (Daech) suite à un attentat islamiste à Suruç, le 20 juillet 2015. Il rompt aussi la trêve avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) après que celui-ci a revendiqué l’assassinat de deux policiers turcs le 22 juillet 2015. Cette détermination lui vaut le soutien des populations rurales conservatrices et des chefs religieux.

C’est dans ce contexte que, dans la capitale, deux attentats meurtriers frappent le 10 octobre 2015, à Ankara, une manifestation pacifique pro-kurde en faveur de la réconciliation civile... Les autorités en accusent l'État islamique. Trois semaines plus tard, le parti du président Erdogan remporte une victoire écrasante aux législatives avec 49% des suffrages et 316 sièges sur 550 à la Grande Assemblée nationale.

Paris meurtri par des attaques islamistes

Après les attentats du début de l’année et la grande manifestation consensuelle du 11 janvier, les Français commençaient à reprendre espoir quand le pays a été frappé par une série d’attaques concertées d’une sauvagerie inouïe… La première s’est traduite par plusieurs explosions à l’entrée du stade de Saint-Denis, où se déroulait un match amical France-Allemagne en présence du président de la République. Les trois terroristes meurent dans les explosions en ayant tué une personne et fait une dizaine de blessés.

Beaucoup plus grave est la seconde série d’attaques, perpétrée par deux équipes de trois hommes. Elle survient dans le 11e arrondissement de Paris, à l’intérieur du théâtre du Bataclan où se tenait un concert de rock, et dans les cafés avoisinants. Les spectateurs et les badauds en terrasse sont froidement exécutés à la kalachnikov ou tués par des ceintures d’explosifs.

Au terme d’une « nuit rouge » durant laquelle les hôpitaux parisiens sont transformés en hôpitaux de guerre, on comptera un total de 130 tués, non compris sept assaillants, et 350 blessés. C’est l’attentat terroriste le plus grave qu’ait jamais connu la France et le plus grave en Europe après celui de la gare d’Atocha, à Madrid, le 11 mars 2003 (191 morts).

Les autorités réagissent avec décence mais il n’est plus question de grande manifestation nationale… L’heure est à la mobilisation.

Les ondes gravitationnelles existent, Einstein l’a dit !

C’est un beau jour de 1907, alors qu’il était encore à Berne, qu’Albert Einstein eut, à ce qu’il raconte, « la plus heureuse idée de sa vie » : « Je compris soudain que si une personne est en chute libre, elle ne sentira pas son propre poids. J’en ai été saisi. Cette pensée me fit une grande impression. Elle me poussa vers une nouvelle théorie de la gravitation » (230).

Ce que venait de comprendre le physicien, c'est que le fait d'être en chute libre annule les effets de la gravitation… et que celle-ci n'est pas une force, comme le voulait Isaac Newton, auteur en 1686 de la théorie de la gravitation, mais une courbure de « l'espace-temps » dont les perturbations modifient la marche des horloges et la longueur des règles. À la manière d'une pierre jetée dans l'eau ou d'une personne jetée sur un trampoline qui en déformerait la toile…

Publiée en 1915, dix ans après la théorie de la relativité « restreinte », la théorie générale est désormais centenaire. Elle n'a pas pris une ride et semble au contraire rajeunir depuis le 11 février 2016.

Ce jour-là, en effet, les chercheurs de l'observatoire américain Ligo et du projet européen Virgo ont mis en évidence des ondes gravitationnelles de l’espace-temps par des moyens techniques qu’Einstein lui-même n’osait pas imaginer. Les ondulations de l'espace-temps qu'ils ont pu détecter dans les quatre mois précédents ont fait l'objet d'une présentation officielle, chiffres à l'appui. Grâce à la collision de deux trous noirs qui ont fusionné il y a de cela, 1,3 milliard d'années-lumière. Est-ce là l'acte de naissance de l'astronomie gravitationnelle ? Ou déjà une fenêtre ouverte sur la compréhension des galaxies…

Brexit et la victoire de la démocratie

Le 23 juin 2016, les Britanniques votent à près de 52% en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le Premier ministre David Cameron, qui a imprudemment organisé le référendum annonce sa prochaine démission. Les dirigeants du Continent, consternés, s'apprêtent à une crise majeure, avec la crainte qu'elle ne brise le rêve européen...

Deuxième tour des présidentielles françaises

Qualifiés le 23 avril précédent, Emmanuel Macron (En Marche !, centre) et Marine Le Pen (Front National, extrême-droite) se sont disputés les suffrages des Français ce dimanche 7 mai 2017 pour succéder à François Hollande à la présidence de la République.

Après l'élimination d'Alain Juppé et Manuel Valls aux primaires des partis traditionnels et la disqualification de François Fillon suite à la suspicion d'un détournement de fonds publics, Emmanuel Macron est très vite apparu comme le grand favori face à la candidate de l'extrême-droite. Le voilà élu avec 65% des votants (et 48 % des inscrits) après un débat qui s'est soldé par le naufrage de sa rivale.

Un succès d'autant plus paradoxal qu'il n'a pas de passé politique et porte une doctrine néolibérale récusée par la moitié de l'électorat. Il était aussi le seul des onze candidats à s’afficher résolument européiste.

Son élection va conduire à la fracture du Parti socialiste et du parti Les Républicains (droite) ainsi qu'à l'émergence d'un bloc central comme la France en a connu sous la IVe République, avec une coalition de circonstance entre SFIO, radicaux et MRP, en opposition aux communistes et aux gaullistes.

Notons pour l'anecdote qu'Emmanuel Macron a un point commun avec le président des États-Unis Donald Trump : ils ont le même écart d'âge avec leur épouse respective (pas dans le même sens).

Il se distingue par contre de Donald Trump sur un autre point : il devient à 39 ans le plus jeune président de la République française devant Louis-Napoléon Bonaparte, élu à 40 ans, et Valéry Giscard d'Estaing, élu à 48 ans, tandis que Donald Trump est à 70 ans le plus vieux président des États-Unis. 

Libération de Rakka

Rakka (on écrit aussi ar-Raqqah) est une ville syrienne sur les rives de l'Euphrate qui comptait environ 200 000 habitants en 2014. Sa beauté lui a valu d'être érigée en capitale par les califes abbassides au VIIIe siècle. En 2014, de façon moins plaisante, elle est devenue la capitale de l'État islamique en Irak et au Levant (Daech).

Le 17 octobre 2017, après un long cauchemar et au terme d'une bataille de trente jours qui aurait causé trois mille morts, Daech et ses combattants djihadistes ont été éliminés et la ville conquise par une coalition hétéroclite. Cette coalition est constituée de l'Armée démocratique syrienne, très majoritairement composée de Kurdes syriens, ainsi que de détachements de l'armée gouvernementale aux ordres du président Assad et assistés par les miliciens chiites du Hezbollah libanais. L'aviation américaine, intervenant au nom de l'OTAN, a mis sa puissance de feu au service de la coalition.

Les djihadistes conservent à titre provisoire quelques villages de la région semi-désertique entre l'Euphrate et la frontière irakienne. 

Mort de Johnny Hallyday

Le chanteur Johnny Hallyday s’éteint à 74 ans au terme de presque 60 ans d’une carrière exceptionnelle. Il a uni plusieurs générations de Français autour de ses tubes : « Que je t’aime », « Le pénitencier », « Quelque chose de Tennessee », « Allumer le feu »

Introduites par un discours du président de la République, ses funérailles à l’église de la Madeleine, le 9 décembre, ont rassemblé plusieurs centaines de milliers de badauds.

Les États-Unis annoncent le transfert de leur ambassade à Jérusalem

Le gouvernement des États-Unis annonce le transfert prochain de son ambassade en Israël de Tel Aviv à Jérusalem. Cette décision très controversée résulte d’une promesse de campagne de Donald Trump à l’adresse des lobbies pro-israéliens et des fondamentalistes chrétiens.

Jusqu’en 1967, le gouvernement israélien résidait à Tel Aviv faute de pouvoir s’installer à Jérusalem, la capitale historique du pays étant aux mains des Jordaniens. Après la victoire israélienne dans la guerre des Six Jours, le gouvernement a érigé Jérusalem en capitale et s’y est installé sans attendre qu’un traité de paix en bonne et due forme lui en garantisse la possession. Aucune ambassade étrangère n’a de ce fait consenti à s’y installer jusqu’à la décision du président Donald Trump, aussitôt imitée par une poignée de petits États comme le Guatemala, alignés sur Washington.

1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
| 13 mars 1989 : Tim Berners-Lee invente le World Wide Web
| 4 juin 1989 : Massacre des étudiants sur la place Tien An Men
| 28 juin 1989 : Milovesic enflamme les Serbes
| 9 nov. 1989 : Le Mur de la honte s'écroule
| 11 fév. 1990 : Libération de Nelson Mandela
| 12 juin 1990 : La Russie se proclame souveraine au sein de l'URSS
| 20 juin 1990 : Discours de La Baule
| 12 sep. 1990 : Traité 2+4 ou traité de Moscou
| 3 oct. 1990 : L'Allemagne réunifiée
| 14 déc. 1990 : « Droit d'ingérence humanitaire »
| 16 déc. 1990 : Aristide président d'Haïti
| 17 jan. 1991 : Opération Tempête du désert
| 24 août 1991 : Indépendance de l'Ukraine
| 19 sep. 1991 : Découverte d'Ötzi
| 21 déc. 1991 : L'URSS décède à seulement 69 ans.
| 7 fév. 1992 : Signature du traité de Maastricht
| 6 avr. 1992 : Bombardement de Sarajevo
| 29 juin 1992 : Assassinat de Mohamed Boudiaf (vidéo)
| 9 déc. 1992 : Restore Hope et Oryx en Somalie
| 1 jan. 1993 : Naissance de la Slovaquie
| 1 jan. 1993 : Entrée en vigueur du Marché unique
| 13 sep. 1993 : Signature des accords d'Oslo
| 11 jan. 1994 : Dévaluation du franc CFA
| 18 jan. 1994 : Berlusconi change l'Italie
| 6 avr. 1994 : Génocide au Rwanda
| 15 avr. 1994 : Fondation de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC)
| 6 mai 1994 : Inauguration du tunnel sous la Manche
| 10 mai 1994 : Mandela président de l'Afrique du Sud
| 18 déc. 1994 : Découverte des peintures paléolithiques de Chauvet-Pont d'Arc
| 7 juil. 1995 : Massacre de Srebrenica
| 8 jan. 1996 : Mort de François Mitterrand
| 27 mars 1996 : Enlèvement des moines de Tibéhirine
| 28 mai 1996 : Fin de la conscription en France
| 2 juil. 1997 : Crise financière en Asie
| 31 août 1997 : Mort tragique de Diana
| 12 juil. 1998 : Victoire de la France en Coupe du Monde
| 9 déc. 1998 : Une femme à la tête de la Suisse
| 12 oct. 1999 : Six milliards d'hommes sur la Terre
| 24 déc. 1999 : Coup d'État en Côte d'Ivoire
| 24 sep. 2000 : Référendum sur le quinquennat en France
| 19 juil. 2001 : Découverte de Toumaï
| 11 sep. 2001 : Attentats à New York et Washington
| 7 oct. 2001 : « Guerre contre le terrorisme » en Afghanistan
| 1 jan. 2002 : L'euro, une nouvelle monnaie pour l'Europe
| 9 août 2002 : La « Vénus hottentote » inhumée en Afrique du Sud
| 10 sep. 2002 : La Suisse entre à l'ONU
| 16 mars 2003 : Sommet des Açores
| 20 mars 2003 : Liberté pour l'Irak
| 9 avr. 2003 : Entrée des Américains à Bagdad
| 11 mars 2004 : attentat à la gare d'Atocha (Madrid)
| 21 nov. 2004 : «Révolution orange» à Kiev
| 29 mai 2005 : Le peuple français dit non au traité constitutionnel
| 20 juin 2006 : Inauguration du musée du quai Branly
| 24 juin 2007 : Crise des « subprimes »
| 17 fév. 2008 : Le Kossovo se proclame indépendant
| 12 mars 2008 : Mort du dernier poilu français
| 10 avr. 2008 : Retour des maoïstes au... Népal
| 7 août 2008 : Offensive géorgienne contre l'Ossétie du Sud
| 8 août 2008 : Ouverture des Jeux Olympiques de Pékin
| 18 août 2008 : Dix soldats français tués en Afghanistan
| 15 sep. 2008 : Faillite de Lehman Brothers
| 29 oct. 2008 : L'Afrique des Grands Lacs en guerre
| 27 nov. 2008 : Attentats de Bombay
| 6 déc. 2008 : La jeunesse grecque se révolte
| 20 jan. 2009 : Investiture d'Obama
| 12 jan. 2010 : Haïti frappée par un séisme
| 12 fév. 2010 : Les Jeux Olympiques d'hiver à Vancouver
| 7 mai 2010 : Homo sapiens convole avec Neanderthal
| 22 juil. 2010 : Al-Qaida s'implante au Sahara
| 14 jan. 2011 : Révolution tunisienne
| 11 mars 2011 : Séisme de Sendai et accident nucléaire de Fukushima
| 29 avr. 2011 : Mariage de Kate et William
| 1 mai 2011 : Béatification de Jean-Paul II
| 9 juil. 2011 : Naissance du Sud-Soudan
| 5 août 2011 : Les États-Unis rattrapés par la dette
| 20 oct. 2011 : La mort de Kadhafi clôt le « printemps arabe »
| 13 jan. 2012 : Naufrage du Concordia
| 6 avr. 2012 : Insurrection touarègue au Mali
| 6 mai 2012 : Élection de François Hollande
| 16 août 2012 : Massacre de Marikana
| 29 nov. 2012 : La Palestine entre à l'ONU comme État non membre
| 26 déc. 2012 : Shinzō Abe relance l'économie japonaise
| 11 jan. 2013 : La France intervient au Mali
| 28 fév. 2013 : Renonciation du pape Benoît XVI
| 13 mars 2013 : Élection du pape François
| 14 mars 2013 : Xi Jinping président de la Chine
| 19 mars 2013 : Démission du ministre Jérôme Cahuzac
| 22 fév. 2014 : Le président ukrainien Ianoukovitch destitué
| 3 juin 2014 : François Hollande redessine les Régions françaises
| 5 juin 2014 : L'État islamique (Daesh) entre en action
| 7 jan. 2015 : Attentats à Paris contre Charlie Hebdo et un magasin casher
| 11 jan. 2015 : 4 millions de Français dans la rue
| 18 jan. 2015 : Mort suspecte du procureur Alberto Nisman en Argentine
| 23 jan. 2015 : Salmane monte sur le trône d'Arabie séoudite
| 20 mai 2015 : L'État islamique s'empare de Palmyre
| 12 juin 2015 : Krach boursier en Chine
| 16 juil. 2015 : Le Parlement grec se résigne à une cure d'austérité sans précédent
| 25 août 2015 : Angela Merkel ouvre les bras aux réfugiés
| 2 sep. 2015 : Aylan, « Le dormeur de la plage »
| 24 sep. 2015 : Bousculade mortelle à La Mecque
| 10 oct. 2015 : Un double attentat fait cent morts à Ankara
| 13 nov. 2015 : Paris meurtri par des attaques islamistes
| 11 fév. 2016 : Les ondes gravitationnelles existent, Einstein l’a dit !
| 23 juin 2016 : Brexit et la victoire de la démocratie
| 7 mai 2017 : Deuxième tour des présidentielles françaises
| 17 oct. 2017 : Libération de Rakka
| 5 déc. 2017 : Mort de Johnny Hallyday
| 6 déc. 2017 : Les États-Unis annoncent le transfert de leur ambassade à Jérusalem