Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>
Nos historiens
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Frdric Le Play (1806-1882)

Au service de la classe ouvrire


Frdric Le play est n le 11 avril 1806 La-Rivire-Saint-Sauveur (Calvados) et mort le 13 mai 1882 Paris. Il figure parmi les fondateurs de la sociologie et ses recherches sur les structures familiales guident le travail actuel de l'historien Emmanuel Todd.

Sociologue et économiste aux fortes convictions chrétiennes, Frédéric Le Play (1806-1882) s'est le premier penché sur la condition ouvrière.

L'historien et sociologue Emmanuel Todd ne cache pas sa dette à son égard, concernant ses travaux sur les structures familiales.

À l'écoute des ouvriers

Reçu Major (1er) à l'École Polytechnique, Frédéric Le Play devient ingénieur des Mines. Le jeune homme se prend de passion pour le monde ouvrier et voyage à travers toute l'Europe, à pied le plus souvent, pour étudier les conditions de vie des travailleurs, en particulier des mineurs, au début de la Révolution industrielle.

C'est ainsi qu'il publie en 1855 un livre monumental : Les Ouvriers européens, et en 1864 La Réforme sociale.

La période se prête à ce genre d'études. On est sous le Second Empire et, de Napoléon III à Victor Hugo en passant par les peintres Daumier et Millet et le romancier Eugène Sue, les élites françaises et européennes sont sensibles aux drames de la condition ouvrière et en quête de solutions.

Notons que cette compassion ne va pas durer. Paradoxalement, elle se muera en crainte et mépris à la fin du XIXe siècle, sous la IIIe République. C'est ainsi que le romancier Émile Zola analysera la condition ouvrière à la manière dont un entomologiste examine les insectes. Quant aux peintres impressionnistes, en vogue dès les années 1870, ils préfèreront les sujets bucoliques aux sujets sociaux.

Le christianisme contre 1789

Frédéric Le Play, précurseur de la sociologie, s'attache dans ses enquêtes de terrain à l'observation minutieuse d'un petit nombre de faits et en tire des analyses de valeur générale. Il en vient à considérer que les conflits sociaux sont dus aux malentendus idéologiques résultant de la Révolution française. Il condamne les « faux dogmes » de 1789 et des « Lumières » sur la bonté originelle de l'homme et l'égalité naturelle. Il condamne pareillement l'idée selon laquelle l'harmonie sociale peut être rétablie par l'action de l'État et la Révolution sociale.

A ces principes qui imprègnent la pensée traditionnelle de gauche, il oppose une conception qui met en avant la responsabilité individuelle, l'éthique et le droit comme fondements de l'harmonie sociale.

Frédéric Le Play plaide par ailleurs pour une société démocratique, un régime parlementaire, une économie libre-échangiste ouverte sur le monde et une activité stimulée par la concurrence.

Familles, je vous aime !

Le Play en vient au fil de ses analyses à considérer la famille comme le fondement des sociétés humaines et leur principal ressort.

Il préconise des entreprises organisées sur le modèle familial et fixe à l'État la mission de préserver avant tout ce modèle, selon les principes édictés dès la haute Antiquité (les Dix Commandements ou Décalogue transmis par Moïse au peuple hébreu).

Il recommande pour les entreprises du monde industriel une organisation patriarcale inspirée du modèle familial traditionnel.

Cette idée, qui n'est pas la meilleure de son oeuvre, sera reprise par la droite sociale et par exemple l'Action française, un mouvement royaliste influent au début du XXe siècle.

On en retrouvera l'inspiration dans le « corporatisme » de l'Italie de Mussolini.

Un parcours exemplaire

Frédéric Le Play commence sa vie professionnelle en enseignant à l'École des Mines. Il est chargé de réorganiser les mines de l'Oural en 1850.

Couvert d'honneurs, il devient conseiller d'État en 1855 puis sénateur de 1867 à 1870 à la fin du Second Empire. Jusqu'à sa mort, le 5 avril 1882, il reçoit à sa table des gens de tous horizons.

André Larané

Publié ou mis jour le : 2016-01-28 10:03:53

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

pumpernickel (27-06-200610:27:36)

Permettez-moi de ne pas partager votre enthousiasme l'gard de Monsieur Le Play. Grand bourgeois, dcrivant une socit qui n'existe pas, il est l'aptre du patronage volontaire et de la famille souche. Cette personne dcrit l'existence des pauvres (environ 98% de la population) comme s'il s'agissait d'individus tranges ou trangers, en mme temps qu'il peste contre les successions galitaires et les lois d'une rpublique du 19me sicle qu'il prtend trop sociale.
Il me fait penser ces autres grands bourgeois et littrateurs talentueux par ailleurs qui ont prtendu nous donner une image de la France telle qu'on la racontait dans les dners mondains et les cabinets raffins o l'on se recevait. Je pense bien sr Balzac qui ne donne de la socit qu'un reflet pass au tamis des angoisses de quiconque est press par l'huissier et contraint alors ses petites mains noircir plus et encore ces pages qui lui permettront d'honorer sans jeu de mot) ses dettes.
Il n'est pas tonnant que l'un des ludions de l'univers mdiatique franais, Emmanuel Todd, se soit empar du personnage pour en ripoliner la faade.
Antoine Michon


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'vasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhrez aux Amis d'Herodote.net

qui devons-nous les notes de musique ?

Rponse
Publicité