1748

De l'esclavage des nègres (L'esprit des Lois)

Le texte suivant est extrait de l'oeuvre majeure de Montesquieu : L'Esprit des Lois, Livre XV, chapitre V.

De l'esclavage des nègres

Si j'avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais :
Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique, pour s'en servir à défricher tant de terres.
Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.
Ceux dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu'il est presque impossible de les plaindre.
On ne se peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un être sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.
Il est si naturel de penser que c'est la couleur qui constitue l'essence de l'humanité, que les peuples d'Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu'ils ont avec nous d'une façon plus marquée.
On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Egyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d'une si grande conséquence qu'ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.
Une preuve que les nègres n'ont pas le sens commun, c'est qu'ils font plus de cas d'un collier de verre que de l'or, qui, chez des nations policées, est d'une si grande conséquence.
Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes des chrétiens.
De petits esprits exagèrent trop l'injustice que l'on fait aux Africains. Car si elle était telle qu'ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des Princes d'Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d'en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?

Comment l'esclavage devint une institution

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14
gemo10 (18-05-2023 09:10:31)

La première phrase au conditionnel donne le ton. Montesquieu démonte un à un les arguments utilisés pour justifier la traite négrière. Qu'ils soient démographiques, économiques, religieux ou intellectuels, il en démontre la futilité face à une pratique aussi inhumaine, fondée sur le profit. Bien évidemment, certains reprochent à Montesquieu, notable bordelais, d'avoir touché quelques bénéfices issus du commerce triangulaire. C'est vrai et Voltaire est dans le même cas sans en avoir beaucoup parlé.
Néanmoins, c'est le seul texte d'époque qui soulève clairement le problème. Il gagne à être étudié. Je me souviens qu'en classe de troisième, notre professeur de français nous l'avait donné en dictée suivie de questions de compréhension et d'analyse. Ca donne une idée du niveau d'orthographe et de grammaire requis à l'époque ainsi que de la culture littéraire qui nous était dispensée. De nouveau, en première, on nous avait proposé ce texte en commentaire composé; excellent exercice qui nous demandait d'analyser sur le fond et la forme....C'était un autre temps. Seule la phrase sur les eunuques orientaux était expurgée... En un mot, je suis heureux d'avoir été ainsi formé à l'esprit critique qui évite de prendre certains textes au premier degré.
Pourrait-on encore étudier ce texte en classe de lycée en toute sérénité? On peut en douter.

Lizzie (27-11-2017 09:15:44)

M. Mainguet, vous ne connaissez donc pas Montesquieu et l'esprit trop fin du siècle des lumières pour les brutes du XXe. C'est évidemment de l'ironie pure.

Dominqiue (25-09-2017 20:06:23)

Le texte de Montesquieu, loin d'être abject, est une charge, ironique, contre les justifications de l'esclavage!
Mais il est vrai que j'avais renoncé, lorsque j'enseignais encore le français, à l'inclure dans la liste des textes pour l'oral de l'EAF, car j'avais de plus en plus de mal à faire comprendre la dimension ironique!

alain-claude mainguet (10-05-2016 14:06:46)

Il est écrit: "Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique"; j'apprécie qu'on remette les choses à leur vraie place ne serait-ce qu'en mémoire des amérindiens.
Quant au reste signé Montesquieu, c'est tout simplement abject.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net