Agriculture européenne

Les promesses de l'agroécologie

4 février 2024. L'abaissement des frontières a plongé l'agriculture du Vieux Continent dans une crise irrémédiable tout en compromettant la souveraineté alimentaire des Européens et la qualité de leur alimentation. L'agronome Marc Dufumier dénonce l'impasse de cette politique et propose une alternative inspirée par ses travaux de chercheur et de praticien...

Les paysans français ont vraiment de bonnes raisons d’être mécontents. Malgré une loi Egalim qui est censée leur garantir des prix de vente relativement stables et rémunérateurs, la plupart d’entre eux ne parviennent pas à dégager un revenu suffisant pour couvrir les besoins de leurs familles et rembourser les emprunts auxquels ils ont eu recours pour équiper très lourdement leurs exploitations.

Les aides de la politique agricole commune, conditionnées par le respect de normes environnementales et sanitaires, souvent tatillonnes, ne parviennent souvent plus à leur assurer un revenu décent. Et cela explique sans doute très largement pourquoi les agriculteurs présentent un risque de suicide accru de 43% par rapport aux assurés de l’ensemble des régimes de sécurité sociale (note).

Pour contourner la fameuse loi Egalim, la grande distribution et les industries agroindustrielles n’hésitent pas à mettre nos agriculteurs en concurrence avec des importations d’un grand nombre de denrées alimentaires (fruits, légumes, poulets, viandes bovines, etc.) produites à moindres coûts à l’étranger.

D’où le fait que la profession agricole dénonce désormais certains accords de « libre-échange » et réclame une plus grande protection de notre marché intérieur. Mais il nous faut reconnaître que de nombreuses productions standards pour lesquelles nous exportons des excédents sont elles aussi de moins en moins rentables face à la concurrence internationale.

Comment nos blés dont le rendement moyen atteint les 72 quintaux à l’hectare, à des coûts souvent considérables en intrants manufacturés, pourraient-ils être en effet compétitifs avec ceux produits à grande échelle dans les immenses exploitations d’Ukraine ou de Roumanie ? Comment des poulets bas de gamme nourris avec du maïs et du soja brésilien pourraient-il rivaliser avec ceux élevés au Brésil ? Comment de la poudre de lait produite dans le Finistère et destinée à être exportée vers la Chine pourrait-elle devenir concurrentielle avec celle des grands troupeaux laitiers de Nouvelle Zélande où les vaches peuvent être conduites à l’herbage durant presque toute l’année ?

Le constat est accablant : Nos agriculteurs ont été trompés. Ce fut une très grave erreur de les inciter, dans la France des mille et un terroirs, à mettre en œuvre des formes d’agricultures industrielles, avec des subventions accordées en proportion des surfaces disponibles, et non pas en fonction du travail requis.

De façon à répondre aux exigences formulées par les grandes entreprises agroalimentaires et rester compétitifs dans une course incessante à la diminution des coûts et à l’accroissement de la productivité, nos agriculteurs ont été bien souvent contraints de spécialiser et moto-mécaniser toujours davantage leurs systèmes de production, de façon à fournir massivement une gamme limitée de produits standards.

Cela a eu pour conséquence d’homogénéiser et fragiliser exagérément les agroécosystèmes et de causer ainsi de très graves dommages à notre environnement : invasions intempestives d’espèces concurrentes ou prédatrices, épidémies provoquées par de nouveaux agents pathogènes, pollutions chimiques occasionnées par l’usage inconsidéré de produits pesticides et d’engrais azotés de synthèse, érosion de la biodiversité domestique et sauvage, surmortalité d’insectes pollinisateurs, moindre qualité sanitaire des aliments, dépendance accrue à l’égard de l’emploi d’énergies fossiles, émissions croissantes de gaz à effet de serre (gaz carbonique, méthane et protoxyde d’azote) (note), fertilité des sols en déclin, effondrement des nappes phréatiques, etc.

Et nous payons d’ores et déjà très cher ces atteintes à notre environnement : présence d’antibiotiques dans la viande, résidus pesticides dans les fruits et légumes, intoxications alimentaires et respiratoires, prévalence accrue de certains cancers, algues vertes sur le littoral breton, coûts financiers des mesures de dépollution, etc.

Nous savons par ailleurs qu’avec le réchauffement climatique global, les accidents climatiques extrêmes (canicules, sécheresses, inondations, grêles, etc.) vont devenir de plus en plus intenses, et de plus en plus fréquents. Mais rien n’a encore malheureusement été vraiment entrepris pour aider ces mêmes agriculteurs à y faire face. La spécialisation exagérée de leurs systèmes de production a au contraire pour effet de rendre nos paysans de plus en plus vulnérables face à de tels évènements, du fait que leurs revenus peuvent épisodiquement chuter dans des proportions considérables. 

Les promesses de l’agroécologie

Il existe fort heureusement des systèmes de production agricole relevant de l’agroécologie qui permettraient d’ores et déjà à nos agriculteurs de s’assurer des revenus résilients sans avoir recours à des produits pesticides et des engrais azotés de synthèse.

Il s’agirait bien sûr en premier lieu d’avoir recours à un plus grand nombre de variétés végétales et races animales tolérantes aux ravageurs et agents pathogènes locaux. Mais pour vraiment adapter notre agriculture aux dérèglements climatiques en cours, il faudrait aussi et surtout diversifier davantage les activités au sein même des fermes.

À l’opposé de la monoculture ou des élevages en batteries, les systèmes de production agricole qui parviennent à associer divers types d’élevages à la mise en œuvre de rotations et assolements diversifiés sont ceux qui assurent une plus grande résilience des revenus, du fait de ne « pas mettre tous les œufs dans le même panier ».

La multiplication des cultures avec des plantes dont les dates de semis et de récoltes interviennent à des périodes différentes de l’année a pour avantage de faire en sorte qu’elles ne soient pas toutes pareillement affectées en cas d’accidents climatiques extrêmes (canicules, sécheresses, mais aussi : grêles, gelées, inondations, etc.).

Avec une telle diversification, les organismes les plus susceptibles de nuire aux cultures ou aux troupeaux ne pourraient plus proliférer subitement comme une traînée de poudre, du fait des barrières imposées par d’éventuels concurrents ou prédateurs.

Ainsi pourrait-on ne pas devoir éliminer les pucerons avec des insecticides si les syrphes et les coccinelles venaient à en limiter la prolifération. De même pourrait-il en être de même avec les limaces si les champs parvenaient encore à héberger des carabes et des hérissons. Quant aux larves du carpocapse (les vers de la pomme), elles seraient aisément neutralisées si les haies champêtres hébergeaient des mésanges bleues et des chauves-souris s’attaquant aux papillons de nuit.

La bonne nouvelle est que ce sont ces mêmes systèmes de production diversifiés qui peuvent aussi contribuer à l’atténuation du dérèglement climatique avec de moindres émissions de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, protoxyde d’azote) et une séquestration accrue de carbone dans la biomasse et l’humus des sols. À l’opposé des principes mêmes de l’agriculture industrielle qui incitent nos agriculteurs à recourir toujours davantage aux engins motorisés, aux produits pesticides et aux énergies fossiles. Mais cela, il est vrai, au prix d’un travail plus soigné et bien plus important.

Cette agriculture peut donc être intensive en emplois. Mais encore faut-il que les paysans qui la mettent en œuvre puissent être correctement rémunérés par les pouvoirs publics pour leurs services environnementaux d’intérêt général. Le surcoût en travail ne doit en effet surtout pas être totalement à la charge des consommateurs. Car seules les couches sociales les plus aisées seraient alors en mesure de s’assurer une alimentation de grande qualité nutritionnelle et sanitaire.

Pourquoi les populations aux revenus modestes n’auraient-elles pas aussi le droit d’y avoir accès, du fait que les bons produits en question seraient vendus plus chers ? Le paiement des services environnementaux d’intérêt général doit logiquement être réalisé par les contribuables. Et les paysans ainsi correctement rémunérés seraient en mesure de modifier leurs systèmes de production avec pour effet de fournir des volumes accrus de bons produits. Cette offre accrue deviendrait alors accessible au plus grand nombre.

Il est donc urgent de modifier radicalement notre politique agricole commune : Ne plus accorder de subventions en proportion des surfaces exploitées et rémunérer plutôt le surcroît de travail qu’exigent ces formes d’agricultures artisanales relevant de l’agroécologie, bien respectueuses de notre santé et de notre environnement. Mais qu’est-ce qu’on attend ?

Marc Dufumier
Publié ou mis à jour le : 2024-02-01 09:40:14
Gramoune (21-02-2024 15:40:12)

Cet article est la copie-conforme de ce qu'on peut trouver dans des journaux de
droite comme de gauche. Et comme partout, on évite d'aborder les OGM et les
nouveaux "ogm" car ces semences là ne nécessitent pas d'engrais/pesticides..mais elles sont "interdites" en France. Pourquoi ? Parce que des gens comme Dufumier tellement
sûrs de leurs savoirs sont persuadés être les seuls à être une référence, alors que ces
gens sont dépassées.

Cécil Artheaud (08-02-2024 05:47:55)

Entièrement d'accord avec Daniel Adam-Salamon, l'agriculture moderne est le pur produit du capitalisme dont le seul et unique but est le profit.
J'ajoute que la réforme de l'agriculture dans le sens proposé par Monsieur Dufumier est illusoire en dehors d'un changement systémique incluant la gouvernance politique et le droit qui sont , avec la technologie, les auxiliaires du système capitaliste.

Neveux (07-02-2024 15:08:49)

Approche intéressante avec un mécanisme d’aide mais on reste sur un système de subvention avec des effets pervers.
Faut-il aider le producteur ou le consommateur ?

Paul (07-02-2024 09:03:53)

merci pôur cet article et merci surtout sur les réactions qu'appellent ces réflexions. Une agriculture sinistrée dans une France déboussolée...initiatrice en son temps de la PAC qui se retourne aujourd'hui contre une certaine forme d'agriculture en privilégiant l'agriculture industrielle. Dire que la PAC constituait avant le Brexit un revenu substanciel de feu la reine d'Angleterre et continue à profiter aux grands céréaliers et surtout aux grandes industries agroalimentaires, illustre la nécessité de rebâtir une politique agricole française et européenne à l'ge de la mondialisation intégrant les incontournales exigences écologiques. Vaste programme !! Mais le titre de l'article "l'agriculture européenne" ne met pas en lumière les différentes agricultures qui se juxtaposent dans nos pays. Il n'y a rien de commun entre les gands céréaliers de la Beauce et les maraîchers qui alimentent nos marchés locaux, entre les viticulteurs et les éleveurs de moutons...Comment garantir aux exploitants familiaux un revenu décent dans un contexte inflationiste où chacun défend son pouvoir d'achat ? Le consommateur ne peut pas être le seul contributeur alors il faudra bien que le contribuable français et européen acceptent de financer la transition écologique dans le secteur agricole en rémunérant le travail des laboureurs de la terre et de la mer

Louis Bisson (05-02-2024 11:15:18)

Bravo à Mrs Dufumier & Salomon pour leur éclairage sur l’état de la paysannerie en France. Une lumière d’espoir est elle permise au regard des chiffres actuelles: 9 MILLIARDS de subventions PAC pour 380 000 exploitations, en réorientant les modes de produire? Vu les résultats de vendredi 2 fèvrier nous pouvons craindre que la course à la concentration foncière et capitaliste se poursuive au détriment du paysan du consommateur bref du citoyen. Amitiés fraternelles

Paul (05-02-2024 11:02:29)

Merci pour cet article et pour les riches commentaires qu'appelle cette réflexion sur le devenir de l'agriculture. Rompre avec le système capitaliste de l'agroindustrie est une urgence vitale. Il importe de remettre en cause les modalités de la PAC qui profite aux grands propriétaires comme la défunte reine d'Angleterre avant le Brexit et aux géants de l'agroalimentaire. La mise en plae d'une agroécologie aura un coût certain. Il s'agira de produire mieux et non de produire toujours plus. Ce coût ne peut pas être supporté par le seul consommateur pour des raisons d'équité évidentes. Les contibuables nationaux et européens devront soutenir cette évolution. La mise en oeuvre de cette nouvelle politique agricole sera difficile à mettre en oeuvre. Il est plus facile de verser des subventions en fonction des surfaces mais les acorder en fonction du tavail requis pour l'exploitation est autrement délicat...M

Fafoune (05-02-2024 10:57:17)

Qui n'a pas vu l'excellent film de Richard Fleischer "Le Soleil Vert" (en anglais Soylent Green) sorti en 1973 ? Qu'il se console, nous sommes en train de le vivre petit à petit !
Merci pour votre article, M. Dufumier.

Marie-Thé Traut (05-02-2024 08:03:54)

Bonjour à tous,
J'apprécie beaucoup le commentaire de "daniel adam-salamon" (04-02-2024 14:38:22) auquel j'adhère. Ne pas oublier les normes imposées par l'Europe.
Nos sols se meurent et les vers de terre, laboureurs naturels, aussi...

Xuani (04-02-2024 18:20:50)

Merci à Marc Dufumier d'avoir mis ses grandes connaissances à portée de tous dans un article synthétique et convaincant.
Et n'oubliez pas amis français que les politiques agricoles sont de compétence européenne bien plus que nationale, qu'il n'y a pas que la FNSEA, il y a tout le COPA-COGECA, et que non seulement la PAC est de niveau européen, mais que de plus tout cela a été négocié internationalement dans ce qu'on appelait avant le GATT, qu'on appelle aujourd'hui l'OMC; ces organismes ont joué un grand rôle dans l'orientation actuelle des politiques agricoles dont nous voyons aujourd'hui les limites.

Michel J. (04-02-2024 17:54:13)

Article très intéressant.
Anecdote personnelle : Lors de l’entrée en vigueur de la "nouvelle"PAC voici 30 ans je me trouvais en colloque officiel à Poitiers où était attendu fiévreusement "bubu" (surnom du ministre de l’époque) : Sa chaise resta vide pendant toute la réunion qui dura plusieurs jours; certains parmi les centaines de participants s’en souviennent peut-être…
Concernant les agri-manifs de ces derniers jours il n’aura sans doute pas échappé aux plus perspicaces que des exonérations fiscales significatives pour les agri-managers ont été mises dans la "corbeille", lesquelles n’ont pas grand chose à voir par exemple avec les « soucis environnementaux »des "agriculteurs de base" !

Roland Berger (04-02-2024 17:25:54)

Merci de m'avoir incité à rêver un moment d'une réalité non définie à Davos.

Leon (04-02-2024 16:00:27)

Une analyse tout à fait pertinente, encore faudrait il que la majorité des paysans qui souffre ne défende pas la minorité qui profite des subventions de là PAC en allant manifester contre le plafonnement de celles ci et leur proportionnalité à la surface des exploitations. La FNSEA qui conduit la politique agricole française et la paysannerie vers le gouffre en est la principale responsable.

BouBou75 (04-02-2024 14:41:07)

Bel article. Merci.

daniel adam-salamon (04-02-2024 14:38:22)

Parler du paysan est-il un anachronisme ?

Jadis, le paysan travaillait concrètement une matière vivante, végétale et/ou animale, et il produisait en tant que tel des biens de consommation nécessaires à la vie des êtres humains. À la différence de celle de Marie-Antoinette, son activité était vivante.

Cela fait un moment que le capitalisme a empaillé ce paysan-là et l’a remisé dans les galeries de ses Jardins ethnologiques.

Majoritairement, Il n’existe plus que des « exploitants agricoles », qui exploitent, en effet, une matière considérée comme morte, et dont ils empoisonnent et détruisent les derniers vestiges organiques. Leur seul objectif est de produire en quantité aussi massive que possible des marchandises, qui, lorsqu’elles le sont encore, ne sont consommables (n’ont conservé une valeur d’usage) que tout à fait accessoirement. Le paysan est effectivement devenu un travailleur comme tous les autres. C’est-à-dire que son activité s’est réduite à une abstraction économique émancipée de la vie.

Bref, le monde paysan, que ce soit par choix ou par force, s’est mué en agro-industrie, autrement dit s'est intégralement aligné sur les exigences et les principes de l’industrie capitaliste : produire non pas des conditions d’existence, mais de la valeur au moyen d’un travail devenu radicalement abstrait.

Ce sur quoi il conviendrait de s’interroger, ce qui importe réellement, c’est ce qui se produit dorénavant dans nos campagnes et dans quelles conditions cela se fait. Car cette activité étrangère à tout souci qualitatif se déploie sans se soucier le moins du monde des dommages collatéraux qu’elle inflige à la nature qu’elle était autrefois censée gérer, et à l’humanité dont elle assurait naguère la subsistance. C’est là qu’il y a de quoi s’affoler.

Je trouve également curieux que certains puissent avancer que le « paysan » « possède plus ou moins son outil de travail », compte tenu du taux d’endettement de cette catégorie socio-professionnelle, et du nombre de suicides auxquels cette situation donne lieu. L’exploitant agricole est en fait tenu par les "banksters", qui, pour lui permettre d’accéder au « progrès » technologique, l’enferment dans un processus extravagant de surendettement interminable dont il ne peut plus s’échapper, et dans un type de production suicidaire à court ou moyen terme, sans quoi il ne bénéficiera plus de subsides.

Il est simpliste d'affirmer que l’État a « étranglé la paysannerie ». Il a, disons, accompagné le mouvement d’absorption de la paysannerie par le capital, comme il fait de toutes les activités humaines, non parce qu’il est aussi « mauvais " que l'étrangleur de Boston, mais parce que c’est sa raison d’être.

Comment oublier Marx décrivant le processus d’appauvrissement des paysans dans le premier livre du Capital (publié en 1867) : « Dans l’agriculture moderne, de même que dans l’industrie des villes, l’accroissement de productivité et le rendement supérieur du travail s’achètent au prix de la destruction et du tarissement de la force de travail. En outre, chaque progrès de l’agriculture capitaliste est un progrès non seulement dans l’art d’exploiter le travailleur, mais encore dans l’art d'appauvrir le sol ; chaque progrès dans l’art d’accroître sa fertilité pour un temps, un progrès dans la ruine de ses sources durables de fertilité. […] La production capitaliste ne développe donc la technique et la combinaison du procès de production sociale qu’en épuisant en même temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur. »

Jean-Marie Kaës (04-02-2024 12:11:20)

Et oui, toute la question est là : qu’est-ce qu’on attend ? Peut-on raisonnablement compter sur Macron et sa clique pour mener une vraie politique en faveur des petits agriculteurs ? La réponse est dans la question, non on ne peut faire confiance aux tenants du néolibéralisme européiste pour mener une telle politique, or l’urgence est déjà là. Si on attend 2027 et les prochaines élections ce sera bien trop tard.

Papy94 (04-02-2024 11:34:20)

Faisons un rêve ! J'ai le plus grand respect pour ceux de mes ancêtres qui étaient paysans, comme 90% de la population française. Mais ceux-là n'avaient pas la folie des grandeurs, ils ne consommaient que leur propre production réalisée sur peu de terres, avec des outils rudimentaires. Ils pratiquaient la jachère, ils divisaient leurs terres en 4 surface, et chaque année par rotation il y avait an quart de la terre en jachère pour la laisser reposer et être plus productive ensuite. Naturellement ils n'utilisaient pas de glyphosates… Et ils n'étaient pas sous perfusion des subventions nationales et européenne. A part les années désastreuses comme en 1709, où sévissait la disette qui provoquait une surmortalité dans nos campagnes, ils arrivaient à vivre, certes durement. Aujourd'hui les paysans ne représentent plus que 2% de la population française, et ce qu'ils produisent ne les nourrit plus, puisqu'ils veulent aussi vivre comme à la ville, qu'ils s'endettent pour s'acheter du matériel sophistiqué au delà du raisonnable, pour exploiter quasimment les mêmes surfaces que celles de leurs ancêtres ! Cherchez l'erreur… Et plus on leur donne de subventions plus ils en réclament ! C'est toujours ainsi avec les assistés ! Et fermer les frontières n'est pas une bonne idée, ça ne règlera en rien la problématique actuelle… Donc, oui, nos agriculteurs ont du souci à se faire quant à leur devenir s'ils ne changent pas radicalement leurs méthodes de production très rapidement…

Neveux (04-02-2024 11:24:10)

Approche intéressante avec un mécanisme d’aide mais on reste sur un système de subvention avec des effets pervers.
Faut-il aider le producteur ou le consommateur ?

jver (04-02-2024 10:01:00)

C'est gentil ! Mais vous voyez Macron et Von der Leyen vous obéissant?

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net