La France et l'immigration

Une loi cache-misère

15 novembre 2023 : depuis le début de son mandat, le président Emmanuel Macron promettait une loi sur l'immigration comme il y en a déjà eu plus de vingt en quarante ans. Le Sénat a voté le texte... dans l'indifférence de l'opinion publique, tant il est vrai que les discours sur cet enjeu majeur ne convainquent personne, pas même ceux qui les prononcent.
Essayons de revenir à l'Histoire pour comprendre la réalité qui se cache derrière ces rideaux de fumée...

Constatons d'abord que le président de la République lui-même a très mal engagé l'épreuve. Le 8 août 2023, il déclarait au Figaro : « Nous avons toujours été un pays d'immigration et nous continuerons de l'être ». Aurait-il dit cela devant les habitants de Mayotte, de Guyane ou de Guadeloupe qui n'en peuvent plus de l'immigration sauvage qui ravage leur existence et ruine leurs espoirs de progression sociale ?

Leur exaspération est telle que, comme tous les départements d'outre-mer (à l'exception de Saint-Pierre-et-Miquelon !), ils ont voté massivement aux élections présidentielles de 2017 et 2022 contre le candidat Emmanuel Macron et pour sa rivale Marine Le Pen en dépit de tout le mal qu'on en dit en métropole (note).

Pour en revenir à la France historique, entre Pyrénées et Rhin, d'où le président tient-il qu'elle a « toujours été un pays d'immigration » ? Il s'agit d'un travestissement de l'Histoire qui vise à légitimer l'actuelle vague migratoire et couper court à tout débat sur le sujet. Mais s'il veut convaincre ses concitoyens du bien-fondé de ses choix politiques, il se doit de présenter des arguments objectifs et des faits réels, non de réinventer l'Histoire de notre pays et de l'Europe.

Mille ans de stabilité démographique

Nous renvoyons nos lecteurs à nos articles et dossiers qui attestent sans aucune équivoque du caractère tout à fait inédit des vagues migratoires apparues en 1974.

Les dernières grandes vagues d'immigration en Europe occidentale (entre l'Ebre, l'Elbe et le Tibre) sont antérieures à l'ère chrétienne, avec l'arrivée des Indo-européens (Celtes, Germains, etc.). Au premier millénaire de notre ère, quelques populations orientales comme les juifs de la diaspora se sont installées dans l'Occident romain en nombre limité ; les Huns et les Arabes n'ont fait que passer. Dans ce qui deviendra la France, le dernier changement substantiel attesté par la génétique remonte aux Vikings. C'était à la fin du premier millénaire, avant que naissent les États modernes...

Ensuite, durant le deuxième millénaire, notre pays lui-même a connu des mouvements de populations limités à l'aire de civilisation européenne, soit que ses ressortissants aient repeuplé la Castille au XIIe siècle, soit qu'il ait lui-même accueilli des travailleurs venus des pays limitrophes à la fin du XIXe siècle. Ces mouvements de populations n'ont guère suscité de tensions (si l'on met à part le fameux massacre d'Aigues-Mortes en 1893), pas plus en tout cas que les contacts au sein même de la nation : guerres civiles, Vendée, mépris des citadins pour les provinciaux et les paysans, etc.

La stabilité démographique de la France et de l'Europe occidentale au cours du deuxième millénaire est sans équivalent dans le reste du monde et, dans le droit fil des chroniqueurs arabes cités par l'écrivain Amin Maalouf (note), on peut lui attribuer les progrès quasi-continus de notre civilisation depuis l'An Mil

C'est seulement dans les années 1960, à l'issue des décolonisations, que la France mais aussi la Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas et même l'Allemagne ont connu de premières migrations de travailleurs issues des autres continents et des autres civilisations, sans lien avec la civilisation européenne.

En 1974, l'Europe occidentale a connu un double basculement décisif avec :

• Une immigration familiale importante et pour la première fois depuis au moins un millénaire, un solde migratoire positif (davantage d'immigrants que d'émigrants).
La France même reçoit depuis le début du XXIe siècle plus de deux cent mille immigrants par an, soit en proportion de la population installée, un flux très supérieur aux entrées dans l'empire romain finissant ou en Amérique du nord au XVIIe siècle. Il s'ensuit une croissance rapide de la population issue de l'immigration récente. Selon les chiffres de l'INSEE, la démographe Michèle Tribalat évalue en 2019-2020 aux environs de 21,6% la proportion d'habitants nés à l'étranger ou nés en France d'au moins un parent immigré.

• Une chute de l'indicateur de fécondité en-dessous du seuil de renouvellement des générations (moins de deux enfants par femme en moyenne) au point qu'aujourd'hui, le solde naturel des pays européens (différence entre naissances et décès) est négatif ou en voie de l'être. 
Ces dernières années, la chute de la fécondité dans les pays européens semble se poursuivre et même s'accélérer. En 2022, la France a connu un effondrement sans précédent du nombre de naissances et un solde naturel à peine positif (grâce aux naissances dans les foyers issus de l'immigration des cinquante dernières années).
Ainsi, en France, la fécondité était de 2,11 en 1974 ; elle a diminué légèrement avant de remonter jusqu'à 2,02 en 2010 et 1,97 en 2013. Depuis lors, elle est fortement descendue jusqu'à 1,76 en 2022 et pourrait à ce rythme, selon la démographe Michèle Tribalat, suivre l'Espagne qui est passée de 2,9 enfants par femme en 1971 à 1,19 en 2021. 

C'est la première fois dans l'Histoire que des États constitués voient leur population autochtone diminuer en nombre et ne maintiennent leurs effectifs que grâce à une immigration d'origine lointaine (notons qu'aux États-Unis, les premiers colons - britanniques et allemands - sont arrivés au compte-goutte mais ont très vite supplanté les Amérindiens du fait de leur très forte fécondité ; celle-ci s'est prolongée jusqu'au milieu du XXe siècle de sorte que la deuxième vague d'immigration - italienne et slave - n'a pas modifié substantiellement le fond étasunien originel).

Le double basculement démographique que connaît l'Europe en ce début du XXIe siècle (solde migratoire positif, solde naturel négatif) a entraîné un retournement de la classe politique elle-même...

Jusque dans les années 1990, les dirigeants européens, gauche comprise, évoquaient la nécessité de lutter contre l'immigration illégale et rejetaient d'une seule voix le « multiculturalisme ». Les syndicats tels que la CGT dénonçaient quant à eux la pression à la baisse sur les salaires exercée par l'afflux d'une main-d'oeuvre corvéable à merci. Ces réserves ont sauté en 2015 suite à l'afflux de réfugiés en provenance de Syrie. ONG occidentales et passeurs organisent de concert le transport à travers la Méditerranée des migrants principalement venus d'Afrique en attendant, pourquoi pas ? un pont aérien entre les différentes capitales africaines et leurs homologues d'Europe. Ce serait le seul moyen d'éviter les violences en Libye ou au Maghreb et les noyades en Méditerranée !

Questions sans réponse

Sur la base de ce préambule factuel, nous aimerions entendre notre classe politique débattre des seules questions qui vaillent : inédite par son caractère et par son ampleur, cette immigration est-elle inéluctable ? profite-t-elle aux pays de départ ? aux pays d'accueil ? aux migrants eux-mêmes ?

Ne négligeons pas aussi l'autre bouleversement démographique de ce demi-siècle : la chute de la fécondité dans tous les pays développés (Europe, Amérique du nord, Extrême-Orient). Interrogeons-nous sur un système économique qui ne laisse plus aux jeunes couples le loisir d'élever des enfants, ne sait plus fabriquer les médicaments indispensables à tout un chacun et, dans le même temps, recrute dans les pays les plus déshérités les médecins et cadres dont ces pays auraient le plus grand besoin ainsi que les manoeuvres nécessaires aux petits plaisirs de notre classe privilégiée des métropoles (comme se faire livrer une pizza à minuit).

Il y a d'autres questions qui mériteraient d'être examinées à la lumière de l'Histoire. Ainsi, en induisant chez nos décideurs et nos entrepreneurs le sentiment rassurant de disposer d'un réservoir de main-d'oeuvre sous-qualifiée et à bas coût, cette immigration ne décourage-t-elle pas tous les efforts d'innovation et de productivité qui ont permis à  nos sociétés d'effectuer de grands progrès en matière d'équité sociale dans les siècles précédents ? ne nous renvoie-t-elle pas à la situation caractéristique des empires esclavagistes de l'Antiquité ?

Nous nous sommes efforcés de défricher ces questions sans tabou. Et comme nous gardons l'espoir d'une sortie par le haut, nous avons tenté d'ébaucher un corpus de solutions satisfaisantes pour toutes les parties, en premier lieu nos concitoyens les plus modestes et nos concitoyens issus de l'immigration récente ainsi que pour les déshérités d'ailleurs qui seraient tentés par le mirage migratoire.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-11-20 21:05:22
Bernard ROUX (28-11-2023 21:16:17)

BONSOIR,
Je m'interroge. Depuis des temps reculés cette pointe d'un continent qu l'on appellera plus tard La France a fait lobjet d'invasions diverses : les Huns, les Normands,les Vandales, les Visigoths, les Romains....et tous ces peuples ont fusionné pour constituer ce que l'on appera plus tard La France.
Pourquoi n'est ce plus possible .aujourd'hui ?

Bien cordialement,

BERNARD ROUX

Bernard (18-11-2023 18:20:08)

La France importe l'équivalent d’une bande de Gaza par quinquennat (2 à 2,5 millions de personnes). A cette donnée quantitative, s’ajoute des données qualitatives : il s’agit du déversement d’un continent à prédominance musulmane et à natalité forte dans un autre, de tradition chrétienne et à natalité faible. Aucune assimilation à notre culture, à nos traditions, à nos repères historiques n'est possible dans ces conditions. On assimile des individus, pas des peuples. Le multiculturalisme, qui ne marche nulle part, est d'autant plus problématique en France qu'il se conjugue ici avec une société désormais multi-ethnique et multiraciale. La dislocation sociétale qui en résulte débouche sur l'individualisme, la disparition de la nation et le repli de l'Etat sur ses seules fonctions bureaucratiques (recouvrement de l’impôt, police de la route, affiliation à la sécurité sociale, délivrance des passeports et cartes d'identité, des permis de conduire et des permis de construire). La laïcité, donnée floue à laquelle chacun de nos politiciens donne sa définition, ne peut en aucun cas cimenter un peuple. Il en va de même pour l'Union européenne, dans laquelle certains affectent de voir une nationalité de rechange, alors qu’elle n’est plus qu’une entité technocratique qui a fait sécession avec les nations et les peuples qui la composent. Ou allons-nous ? Avant la fin du siècle, la France sera noire et musulmane, à moins que, d'ici là, la guerre civile ait éclatée, guerre qui sera d'autant plus féroce qu'elle sera à la fois culturelle, religieuse, raciale et alimentée par des rancœurs liées à la colonisation et légitimées par des politiciens irresponsables prêts à tout pour accéder au pouvoir. A tous les jeunes avec lesquels j'aborde ces problèmes, je donne ce conseil : fuyez. Pendant qu'il en est encore temps.

mcae.fr (17-11-2023 18:03:14)

La crise migratoire fait partie des nombreuses crises des sociétés occidentales, comme celles de l'emploi, du logement, de la sécurité alimentaire, etc. Elles sont dues au modèle de l'accumulation, imposé par la gouvernance mondiale, après la dernière guerre. Ces crises se résoudront d'elles-même, lorsque la gauche proposera de passer de l'économie du profit à l'économie de la couverture des besoins.

Michel JANDOT (16-11-2023 16:36:12)

La citation de Michel Rocard se termine par "mais la France doit en prendre sa part". Je ne garantis pas l'exactitude littérale mais la citation est dans cet esprit. Votre autorité morale (et vos lecteurs) vous demandent d'être complet et objectif.

Herodote.net répond :
De fait, par respect pour nos lecteurs et par souci d'objectifivité, nous avons eu le souci de remonter aux sources. Voici donc les propos réellement prononcés par Michel Rocard : https://www.herodote.net/Rocard-citations-Um9jYXJk.php

Castel (16-11-2023 14:40:43)

Excellente analyse d'André Larané. J'ai lu récemment qu'Henry Kissinger regrettait qu'on ait laissé entrer en Europe autant d'immigrés depuis 50 ans. Toutefois, il fait partie depuis au moins 50 ans du groupe Bildberger dont un éminent membre Denis Healey, a expliqué en 2001 : "Dire que nous cherchions à mettre en place un gouvernement mondial unique est très exagéré, mais pas totalement absurde. Nous autres à Bilderberg pensions qu'on ne pouvait pas continuer à se faire la guerre éternellement et à tuer des millions de gens pour rien. Nous nous disions qu'une communauté unique pouvait être une bonne chose". N'est-ce pas au nom de ce principe que l'immigration du Sud vers les pays occidentaux a été favorisée avec en filigrane une volonté d'embauches à bas prix conforme aux intérêts des grandes firmes, sans se soucier des conséquences à long terme sur la démographie et les catastrophes en découlant ?

Jeanfrancis (16-11-2023 08:26:26)

Je suis d'origine lilloise. Mes parents et grands parents ont vu arriver les Polonais qui ont travaillé dans les mines et les usines textiles, les Espagnols et les Italiens qui travaillaient dans les briqueteries et le bâtiment. Ce sont ces étrangers qui ont permis l'expansion économique du Nord . Moi-même suis un descendant de Belges venus en France à partir du 18è siècle. A nouveau, Mr Larané conteste notre Président sur les immigrations étrangères et ce n'est pas honnête!

jean claude (16-11-2023 08:01:16)

Il est regrettable et dommage que l'auteur ne remette pas en cause le système économique de notre pays basé sur un capitalisme et un ultra libéralisme débridés qui recherche toujours une main d'oeuvre servile et bon marché.Plus grave encore,ce système ultra6 libéral exploite les pays pauvres d'Afrique,les pille et les appauvrit tant et si bien que les travailleurs de ces pays fuyant la misère émigrent vers l'Europe

Claude ROUQUIER (15-11-2023 22:23:25)

Ne connaissant que mal la loi en discussion sur l'immigration, je souscris néanmoins à tout ce qui est développé dans l'article d'André LARANÉ. Je regrette que pour certains de nos intellectuels les plus brillants (dont fait partie Jean-Paul DEMOULE) un manque de lucidité consternant, une naïveté désarmante semblent être désormais constitués en idéologie type "bisounours". Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, et si vous vous faites couper la tête, on va pas chipoter pour si peu. C'est pas grave ! C'est ahurissant et cela me rappelle les positions du savant démographe Hervé le Bras pour lequel est Français quiconque a une carte d'identité française. La simple acquisition de la carte fait de vous ipso-facto un être de culture française qui en partage les valeurs. C'est ahurissant !
Cet irénisme universaliste - et universitaire- ne distingue pas les cultures, ce qui est invraisemblable étant donné que dans le domaine du savoir qui est le leur, la différence des cultures - je ne dis pas des races - est généralement au cœur de la réflexion.
Lévi-Strauss dans "Race et culture" a fait preuve d'un courage intellectuel peu commun en insistant sur ce point là. Oui , il y a des cultures différentes, et il est bon pour qu'elles continuent à prospérer qu'elles évoluent à distance - mais pas sans rapport.
Pour en terminer : qui ne voit que la guerre civile en France a déjà commencé ne comprend rien à l'histoire. Combien faudra-t-il de têtes coupées, de meurtres collectifs pour que cet angélisme de haut niveau en vienne à retrouver la raison ? Et pour être tout à fait clair, les positions pro-israéliennes de l'Occident dans son ensemble ne vont faire qu'accélérer ces événements. Nous avions sauvé l'honneur avec le discours de Villepin à l'ONU, mais les petits cerveaux médiocres de notre classe politique nous ont remis à la remorque des Américains. Sarkozy cirant les babouches de Georges BUSH et François HOLLANDE tout ému de danser avec Mme NETANYAHOU pendant que les gosses palestiniens se faisaient flinguer par les snipers de Tsahal. L'attitude de Hollande et les bombardements de RAQQAH sur DAECH nous ont valu 500 morts (Bataclan, Nice, etc.) La position de MACRON aujourd'hui se veut plus fine mais elle n'est pas claire et ne nous évitera pas des représailles.

Jacques Groleau (15-11-2023 21:20:03)

Un très bel article, qui rejoint l'exaspération des "citoyens lambda".
Or, "ceux qui ne sont rien", ou les "sans dent" peuvent, que dis-je, risquent de devenir violents.
Et aucun des gouvernements (l'actuel, comme ses prédécesseurs) ne répond à ce souci.
La Nation Française est bien malade : qui donc a écrit "le poisson pourrit par la tête" ?...

Bernie (15-11-2023 19:53:34)

C'est une situation parfaitement connue. Elle s'apparente pour le moment à une guerre froide, mais où les protagonistes se situent à l'intérieur même d'un pays, face-à-face. La France est passée en une quinzaine d'années au-delà de la situation de crise. Une crise, on sait à peu près la traiter, une guerre (civile), non. Faut-il imaginer par exemple Marseille ou le 93 ou Trappes ou tant de quartiers perdus dans les grandes villes dans le même état que Gaza ? C'est encore impensable dans l'esprit des gens mais on y va tout droit. Sinon, après que la "ruralité" aura absorbé le trop plein de migrants, avec les effets qu'on imagine et qu'on voit même déjà, nous allons devenir des dhimmis chez nous. Nous le sommes déjà de Bruxelles, ça suffit largement !

Jean-Paul Demoule (15-11-2023 19:43:18)

Je suis de plus en plus perplexe devant certains éditoriaux d'André Larané, qui tranchent avec la qualité habituelle de ce site qu'il anime avec beaucoup de talent et de dévouement. Je ne saurai trop lui recommander la lecture de mon excellent livre "Homo Migrans - de la Sortie d'Afrique au Grand Confinement" (Payot, 2022), qui rappelle en détail, s'il en était besoin, que l'histoire des sociétés humaines n'est faite que de migrations constantes. Sa référence aux "invasions indo-européennes", qui seraient les dernières, est en outre naïve, car si les langues indo-européennes sont largement réparties en Europe et dans une partie de l'Asie, cette diffusion est loin d'être totalement expliquée historiquement, l'archéologie ne validant pas des migrations massives et la génétique, malgré l'enthousiasme de certains débutants, réclamant des explications historiques un peu plus complexes. D'ailleurs "Larané", sauf erreur de ma part, n'est pas un patronyme indo-européen, mais basque. Certes, une partie des mouvements qui se sont produits impliquent des peuples de langue indo-européenne, comme les migrations celtiques, les comptoirs grecs (Marseille), la conquête romaine, les "invasions barbares"', les Vikings, etc, mais quand bien même ils remonteraient à une hypothétique préhistoire "indo-européenne", il s'agit à chaque fois de cultures très différentes les unes des autres, et qui vont néanmoins se métisser au fil du temps. Ajoutons ensuite les communautés juives, les établissements arabes du sud de la France, les morisques expulsés d'Espagne, les suites des reines de France toutes étrangères, les mercenaires des armées royales (au moins un tiers de mercenaires étrangers), les réfugiés politiques des 19ème et 20ème siècle, les travailleurs étrangers (Italiens, Espagnols, Polonais, Belges, etc) à partir de la révolution industrielle, les travailleurs importés des colonies (Afrique, Indochine), etc. Ajoutons aussi que les étrangers ont toujours, au début, fait l'objet de rejets - voir les massacres d'ouvriers italiens à la fin du 19ème siècle - et de manipulations de la part des démagogues. La situation actuelle n'a donc rien d'exceptionnelle, les enquêtes d'opinion montrent que c'est loin d'être la principale préoccupation des Français (à part le cas très particulier de Mayotte), et l'intolérance est en général inversement proportionnelle au taux d'immigrés dans une région ou une ville métropolitaine donnée : plus on a de voisins étrangers, mieux on les tolère. Le seul véritable problème est celui de l'intégration. Parquer les populations pauvres, françaises ou immigrées, stigmatisées au besoin, dans des ghettos urbains et sans police de proximité, n'est en effet pas un très bon moyen d'intégration.

Naphtes (15-11-2023 18:19:08)

Toi qui as, tu dois partager avec ceux qui ont moins que toi.
Je pense qu'individuellement on fait plus que les états.

DUISIT (15-11-2023 17:39:21)

Article incisif comme il faut.
Une remarque : ce n'est pas tant le besoin de travailleurs bon marché qui explique l'immigration mais celui de consommateurs. Comme leur demande n'est pas économiquement solvable, on compense par des prestations sociales, ce qui fait qu'on dépense 1,8 € pour produire 1 € de PIB. Le coût de l'immigration est ainsi de 53,9 milliards par an, qui vient grossir la dette de 3.000 milliards.
"La démocratie est court-termiste", disait Tocqueville, et la dette est à long terme.
So far, so good.

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net