La Crise européenne

Les Européens : plus rivaux que partenaires !

26 octobre 2022. Le conseil des ministres franco-allemand qui devait se tenir ce jour à Fontainebleau a été reporté sine die en raison de divergences majeures entre Paris et Berlin. C’est un signe parmi d'autres de ce que désormais les membres de l'Union s’opposent sur tout. Nous sommes entrés dans le chacun pour soi, au grand dam du président français Emmanuel Macron, dernier dirigeant européen à afficher sa foi en l'Europe et en une « souveraineté européenne ».

Que reste-t-il de l'Union européenne ? La question paraît incongrue tant nous sommes imprégnés de belles formules qui dessinent une Union évidente et incontestable : « La France est notre patrie, l’Europe est notre avenir » (Mitterrand), « Il y a une souveraineté européenne à construire » (Macron). 

Nous avons vécu pendant plus de soixante ans dans la perspective d’ériger une fédération d’États égaux en droits, comparable aux États-Unis d’Amérique. L’objectif nous paraissait lointain et le chemin abrupt. Mais de l’élargissement à la crise des subprimes et à la pandémie, chaque crise a fait la démonstration de la flexibilité des institutions européennes et de leur capacité à rebondir.

La guerre en Ukraine, relancée par la Russie le 24 février 2022, a paru offrir une nouvelle opportunité de renforcer les liens entre les 27 membre de l’Union. L’Histoire nous enseigne en effet que c’est à l’épreuve de la guerre que les peuples prennent conscience de leur identité. C’est de fait, aujourd’hui, le cas de l’Ukraine et l’on a pu croire que ce serait aussi le cas de l’Union européenne, prête à sacrifier son bien-être dans la solidarité avec Kiev.

Mais il n’y a pas eu de miracle. Par une ruse dont l’Histoire est coutumière, la guerre a réouvert les cicatrices mal refermées des précédentes crises.

La guerre avive les dissensions au sein de l’Union

Quelques mois plus tôt, le gouvernement polonais s’était indigné que le Conseil de l’Europe et l’Union fassent la promotion de l’idéologie LGBT+. Il avait obtenu le 7 octobre 2021 de la Cour constitutionnelle de Pologne qu'elle s'affranchisse des traités européens et d’aucuns y ont vu le signe précurseur d’une désagrégation de l’Union.

La solidarité de l’Union européenne avec l’Ukraine n’a pas dissipé le malaise. Le 1er septembre 2022, Jaroslaw Kaczynski, chef du parti Droit et Justice (PIS) au pouvoir, a ainsi déclaré qu'il allait demander à l'Allemagne la somme colossale de 6 200 milliards de zlotys (1 315 milliards d'euros), correspondant aux dommages infligés au pays par le IIIe Reich ! Ambiance...

À la même époque, à l’été 2021, la flotte française venait au secours de la Grèce, menacée d’agression par la Turquie. Celle-ci intervenait aussi en Syrie contre les alliés de l’OTAN à laquelle elle est sensée appartenir. Dans un entretien avec The Economist, le 7 novembre 2021, le président Emmanuel Macron s’en indignait et déclarait : « Ce qu'on est en train de vivre, c'est la mort cérébrale de l'Otan. (…) Vous n'avez aucune coordination de la décision stratégique des États-Unis avec les partenaires de l'Otan et nous assistons à une agression menée par un autre partenaire de l'Otan, la Turquie, dans une zone où nos intérêts sont en jeu, sans coordination. »

Quand le Pentagone, par la médiation de l’OTAN, a ensuite massivement aidé les Ukrainiens avec ses armements, ses conseillers militaires et ses renseignements par satellites, chacun s’est gaussé de l’erreur d’analyse du président français. Mais s’agissait-il d’une erreur ? Dans les faits, les Européens sont intervenus à la marge dans la guerre. Ils ont laissé les Américains assurer l’essentiel des prestations et prendre toutes les initiatives. La Turquie a continué de faire bande à part cependant que les Français et les Allemands ont piteusement échoué à maintenir le dialogue avec Moscou. 

En surarmant les Ukrainiens dès 2014, les Américains ont fermé la voie à un compromis diplomatique et engagé l’Europe dans une guerre longue dont on peut seulement dire avec certitude qu’elle laissera la Russie et l’Ukraine exsangues (note).

Au sein de l’Union européenne, les conséquences de la guerre s’annoncent ravageuses. Sans prendre le temps de la réflexion, les gouvernants ont dès les premiers jours de l’invasion annoncer leur volonté de renoncer au pétrole et surtout au gaz de Russie. Ces « sanctions » n’ont pas le moins du monde affecté l’effort de guerre russe. Au contraire, elles ont assuré au Kremlin des rentrées d’argent plus élevées que jamais du fait de la flambée des prix sur l’énergie. Elles n’ont surtout pas été suivies par les deux tiers de l’humanité et ont révélé l’isolement de l’Occident sur la scène internationale. 

Plus gravement encore, le renoncement au gaz russe a révélé au grand jour les colossales erreurs stratégiques de l’Allemagne, la locomotive de l’Union. Dans les deux dernières décennies, sous les mandats de Gerhard Schröder et Angela Merkel, le pays a souhaité s’émanciper du charbon tout en renonçant au nucléaire. Il s’est tourné vers la Russie pour l’approvisionner en gaz naturel, relativement peu polluant et moins émetteur de gaz à effet de serre que le charbon. 

Mais par souci de cohérence, il eut fallu dans le même temps répondre aux avances du président Poutine qui, dès 2001, devant le Bundestag, réclamait un partenariat ouvert entre l’Europe et la Russie, sans en exclure les États-Unis. Au lieu de cela, Washington n’a eu de cesse de creuser les dissensions entre Moscou et son environnement proche et dès le printemps 2008, au sommet de l’OTAN de Bucarest, sous les yeux de Poutine lui-même, l’Ukraine et la Géorgie ont reçu une invitation à rejoindre l’alliance.

Nous en payons aujourd’hui les conséquences. Pris de panique par la perspective d’une industrie à l’arrêt faute de gaz, Berlin frappe à toutes les portes pour s’approvisionner vaille que vaille, y compris auprès d’États peu recommandables en matière de droits humains. Et tant pis pour l’Arménie, privée de son protecteur naturel et livrée à l’appétit de l’un de ces États, l’Azerbaïdjan.

Sans surprise, le grand gagnant du chaos européen est l’Amérique, qui vend aux Européens et en premier lieu aux Français du gaz de schiste liquéfié, un produit tout ce qu’il y a de plus polluant et émetteur de gaz à effet de serre. Et profitant de son avantage, le gouvernement américain vend son gaz aux Européens quatre fois plus cher qu’à ses propres entreprises.

Le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire s’est indigné de cette distorsion de concurrence à l’Assemblée nationale mais bien évidemment sans résultat. Pour ramener les Américains à la raison, il eut fallu un minimum de concertation en Europe. C’est tout le contraire comme l’illustre le report du conseil franco-allemand. Les Allemands ne savent plus où donner de la tête et, faute de mieux, s’en prennent à la France qui souhaite relancer son programme nucléaire et refuse de construire un gazoduc entre l’Espagne et l’Allemagne.

Dès le début octobre, sans en référer à ses partenaires, l’Allemagne a débloqué 200 milliards d’euros afin de soutenir ses industriels. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’en est elle-même inquiétée : « Il est primordial que nous préservions des conditions de concurrence équitable au sein de l'Union européenne dans notre marché unique... Sans solution européenne, nous risquons la fragmentation. »

Berlin a refusé par ailleurs un plafonnement européen du prix du gaz qui aurait impliqué un nouvel emprunt mutualisé comme lors de la pandémie. « Mieux vaut reconnaître que nous sommes divisés » plutôt que de continuer « à faire semblant », a déclaré Mario Draghi, alors Président du Conseil italien. « On nous demande de faire preuve de solidarité dans le partage de l'énergie, mais il n'y a pas de solidarité dans nos appels à contenir les prix » (Le Figaro, 5 octobre 2022).

La France à la ramasse

Pendant plusieurs décennies, les gouvernants français se sont plu à exalter les vertus du « couple franco-allemand », moteur indispensable de la construction européenne.  Ce couple existait bel et bien avant la chute du Mur de Berlin, la réunification de l’Allemagne et le lancement de la monnaie unique, quand la France et l’Allemagne fédérale avaient l’une et l’autre une population comparable et un tissu industriel puissant. Il avait le visage de De Gaulle-Adenauer, Giscard-Schmidt, Mitterrand-Kohl. Il a semblé perdurer avec Chirac-Schröder. Mais depuis lors, il relève seulement de l’illusion et n’est plus invoqué que sur les bords de la Seine.

L’Allemagne a pu financer sa réunification dans les années 1990 avec le concours de ses partenaires européens. Ensuite, à partir de 2004, l’industrie allemande, bénéficiant d’une désinflation des bas salaires, a profité de l’union monétaire pour assommer ses concurrents européens et en premier lieu la France, selon le processus que nous avons détaillé il y a plusieurs années déjà (Comment la monnaie unique tue l’Europe). Les gouvernants français, qui ont une lourde part de responsabilité dans les erreurs de la monnaie unique, n’ont pas osé protester devant le déséquilibre abyssal de leur balance commerciale. Ils se sont contentés de profiter des faibles taux d’intérêt sur l'euro pour s’endetter et compenser sous forme d’aides sociales et d’emplois publics la disparition du secteur productif.

Nous arrivons au terme du processus. Tous les champions industriels de l’An 2000 ont disparu (Péchiney, Alstom, Alcatel, Lafarge, Technip, etc.). Il n’en reste qu’un seul, LVMH (luxe), qui survit parce que les Chinois et les Japonais continuent de voir notre pays avec les yeux de Marie-Chantal ! Le secteur nucléaire et EDF, qui faisaient la fierté de la France pompidolienne, ont été plombés par des directives européennes insensées et par l’incapacité des dirigeants français à les défendre face aux Grünen allemands. Ils sont au bord du gouffre et c’est au point que l’on risque de manquer d’électricité cet hiver.

Plus stupéfiant encore, cette année, la France, pays d’Europe le mieux doté par la nature en ressources agricoles (« labourage et pastourage sont les deux mamelles dont la France est alimentée », dixit Sully), a vu son secteur agro-alimentaire devenir déficitaire. C’est un peu comme si le Sahara importait du sable ou le Venezuela du pétrole.

Les secteurs de haute technologie ne vont pas mieux. Les Français et en particulier Dassault sont en passe d’être évincés par les Allemands des groupements EADS (aviation) et ESA (espace), brillantes réussites de la France et de l'Europe d’avant-Maastricht.

L’armement français est à son tour menacé par les suites de la guerre en Ukraine. Dans leur ardeur à suivre Washington, Varsovie et Berlin ont en effet annoncé leur intention de se réarmer… en faisant appel à des industriels américains. La Pologne a déjà passé commande d’avions F-35 américains. L’Allemagne s’apprête à en faire autant. 

Enterrant le mythe de l’Allemagne pacifique, le chancelier Olaf Scholz a engagé cent milliards d’euros dans la modernisation de la Bundeswehr avec l’objectif avoué d’en faire la première armée conventionnelle d’Europe ! Par la même occasion, il a enterré les projets franco-allemands d’avions et de chars. Mais il a suggéré un projet de bouclier antimissiles au-dessus de la Baltique et de la mer du Nord auquel participeraient quatorze pays mais ni la France et ni la Pologne, coupable d'antigermanisme primaire !

Dans son discours prononcé à l’Université Charles de Prague, le 26 août 2022, le chancelier allemand s’est offert le luxe d’enterrer les illusions du président Macron, qui en appelait à « l’impulsion franco-allemande » dans son discours de la Sorbonne, le 26 septembre 2017. Olaf Scholz a prôné un élargissement de l’Union à huit ou neuf pays des Balkans et d'Europe orientale, façon d’assurer à ses industriels les sous-traitants et la main-d’œuvre à bas coût qu’ils réclament. Il a aussi suggéré de remplacer à la tête de l’Union le vote à l’unanimité par le vote à la majorité qualifiée dans des domaines aussi sensibles que la défense ou la diplomatie. 

Il va de soi que ces propositions ne seront jamais acceptées par la France et sans doute aussi par l’Italie. Elles n’en témoignent pas moins des divisions profondes de l’Union européenne. Sans doute celle-ci ne disparaîtra-t-elle pas pour autant. Ses institutions subsisteront vaille que vaille comme a subsisté pendant plusieurs siècles le Saint Empire romain germanique. Mais comme ce dernier, elles seront vidées de leur sens, celui d’une communauté d’États solidaires et égaux. 

Une nouvelle réalité se dessine de façon quasi-irrésistible : après un siècle d’atermoiements et de drames immenses, l’Allemagne s’impose à la place qu’elle revendique depuis Bismarck, celle de puissance dominante du Vieux Continent. La France et la Grande-Bretagne, qui se sont partagées le monde pendant deux siècles et demi, tombent dans la marginalité. La première va rejoindre le troupeau des États insignifiants de l’Union, de la Bulgarie au Portugal, sans autre perspective que de suivre les directives de Berlin ; la seconde, selon le vœu de Churchill, a choisi faute de mieux le « grand large », autrement dit l’allégeance pleine et entière à Washington. 

Puissions-nous nous tromper.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-09-24 11:44:00
Édouard Mori (09-04-2024 12:06:39)

Quid de la démocratie dans l’Union européenne ? Apparemment décousues et même insensées, les actions des dirigeants européens prennent sens si l’on se dit que ces dirigeants ne caressent rien d’autre que l’objectif de fondre les nations européennes dans l’empire américain (l’idée s’est imposée à moi en apprenant que le Collège de l’Europe, à Bruxelles, a donné à sa dernière promotion le nom de Madeleine Albright ; anecdote hautement significative). Cet objectif est poursuivi tant par l’oligarchie que par la mouvance « progressiste » qui s’applique à copier tous les codes et les tics de son homologue étasunienne, en plaçant ses combats sur le plan sociétal (race, genre) et en s’abstenant soigneusement de combattre les abus du capitalisme financier. Bien entendu, l’avis des citoyens et leur vote ne sont d’aucune valeur dans ces choix primordiaux. xxx

JEM (29-10-2022 13:50:02)

La PAIX est la seule voie à cultiver dans tous les domaines. La seule boussole dans la tempête. "Recherche la Paix et poursuis-la !"

Desmons (28-10-2022 21:06:37)

Les éléments factuels rappelés en détail dans cet article sont intéressants et même utiles.
Ils ne me semblent cependant pas de nature à expliquer les derniers "développements" de la situation géopolitique en Ukraine où l'invasion russe paraît être, si j'en juge des dernières déclarations de l'autorité de ce pays, le moyen de mettre un terme à la "domination d'un Occident décadent " plus qu'à assurer la sécurité et l'intégrité du "monde slave".

Jose Baptista (28-10-2022 17:12:01)

M. Il suffit à André Larané de terminer l'article en invitant Poutine à prendre soin de cette Europe, sans valeurs, sans rien d'agréable, désunie et inutile. Après tout, l'orientalisme a été la source de la civilisation, et pour cela il n'importe pas que les cadavres poussent les uns sur les autres, tant que ce ne soit pas le nôtre.
J'aime beaucoup mon "Europe satanique e desunie" et je ne m'intéresse pas aux goulags russes ou chinois...

Christian (28-10-2022 12:31:30)

Très bon article ! Merci !

Il est certain que les "intuitions" du président français actuel sur l'avenir de l'OTAN et de l'Union européenne, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, souffrent surtout d'être purement intellectuelles, voire virtuelles. Il nous faudrait un De Gaulle (ou peut-être, faute de mieux, un Mitterrand ou un Chirac) pour oser taper du poing sur la table, par exemple en nous retirant du commandement intégré de l'OTAN (où nous n'aurions jamais dû revenir) ou en pratiquant la "politique de la chaise vide" lorsque les orientations de Bruxelles ne nous conviennent pas.

En ce qui concerne le conflit russo-ukrainien, je trouve cet article plus équilibré que les précédents, dans la mesure où il dit clairement que c'est Poutine qui a "relancé" la guerre et que celle-ci est sans doute pour l'Ukraine l'occasion de prendre conscience de son identité.

Guiral (27-10-2022 11:53:30)

Ne nous y trompons pas c'est l'Europe telle qu'elle a été conçue qui a disparue, l'Europe de la coopération. Elle a disparue car elle n'a plus de projet si ce n'est "la concurrence libre et non faussée". Cela ce n'est pas un projet pour une nation Européenne. C'est un projet de domination du plus fort sur les plus faibles : la liberté du renard libre dans le poulailler libre.
Mais le renard n'est fort que tant qu'il a poules à manger, alors mettons le à la diète.
Il faut remettre les pendules à l'heure ou quitter la construction Européenne.

Volpi Rémy (26-10-2022 20:05:34)

Cet intéressant et dense article appelle une question: pourquoi l'UE?
La réponse de l'article semble être que cette entité serait l'émanation tant de doux rêveurs que de politicards roublards. De sorte qu'instituer une fédération d'États européens ne pourrait être qu'un "objectif lointain au chemin abrupt". Ou, pour parodier le Général De Gaulle à propos du Brésil, l'Europe unie fédérale est " un pays d'avenir, et qui le restera".
Je conteste cette vision. La Confédération Helvétique est devenue techniquement une fédération en 1848 en 9 mois. Plus tard il en été de même pour l'Autriche: "Wer will, der kann" (qui veut peut).
Le problème est que la France n'a pas voulu. En rejetant en août 1954 le projet de la Communauté Européenne de Défense, proposé en 1950 par le ministre français René Pleven et quasiment adopté par les autres membres de la CECA, la France a reporté aux calendes grecques la création d'une Europe unie fédérale.
Quel est le sens d'une Europe unie fédérale?
Il faut comprendre qu'une telle entité a, par essence, pour but de s'opposer aux effets ravageurs de la division de l'Europe en États-nations, qui a été le grand œuvre du XIXè siècle. Clairvoyant, Lamartine dira en 1841: "Nations! Mot pompeux pour : Barbarie!". Cette division en États souverains a en effet transformé l'Europe de la première partie du XXè siècle en "continent des ténèbres" (The Dark Continent, Mark Mazower).
Robert Schuman, en présentant le 9 mai 1950 le projet de la CECA comme une "première étape vers la fédération européenne" annonçait clairement l'enjeu: la paix. Non seulement en Europe, mais dans le monde. Pointe avancée de l'aventure humaine, capable du meilleur et du pire, l'Europe se devait après avoir versé dans le pire, de donner le meilleur au reste du monde. Et ce en devenant une "soft power", un espace modèle de paix, de prospérité et d'éthique.
À cette fin, la forme fédérale est celle qui convient le mieux. D'une part parce que le fédéralisme respecte comme nulle autre disposition les identités respectives de ses membres. D'autre part, parce que, dans un monde constitué en 198 États-nations souverains, seule l'union fait la force au sein du panier de crabe pérenne qu'est par nature cette division du monde.
A contrario, après le suicide européen, les Nations européennes, qui de maîtres de l'univers sont passées au stade semi-colonial sous l'égide des vainqueurs de la Seconde guerre mondiale, ne font plus le poids. Lorsque, en 1956, France et Grande Bretagne sont partis reprendre le canal de Suez comme au bon vieux temps, la fin de la récréation a été sifflée et les deux ex-puissances ont vite été contraintes de rentrer à la niche.
En fait, loin d'être un rêve fumeux de philosophes de salon, le projet d'une union européenne fédérale est le plus rationnel qui soit. Mais que Descartes soit né en France ne rend pas ipso facto les Français cartésiens. Nous assistons au contraire, et l'article a raison, à une entropie du concept européen.

Lebrun (26-10-2022 19:50:54)

Oui, oui, la dernière fois, "il" nous annonçait que l'Otan était en mort cérébrale, on a vu comment elle gigote encore ! Storytelling hou ... fais moi peur ! fake d'Halloween !

Jean-Pierre (26-10-2022 19:20:34)

"c’est à l’épreuve de la guerre que les peuples prennent conscience de leur identité" : mais si, cette guerre démontre que l'Europe telle qu'elle a été conçue n'est pas viable et chacun retourne (ou tente de retourner …) à son identité, les allemands en premier.

jean-Michel DUPRAT (26-10-2022 18:54:52)

"Puissions-nous nous tromper."
Hélas j'ai bien peur que non . Le potentiel industriel de la France, vous le soulignez à juste titre, a été bradé . Depuis Maastricht et le fameux traité de Lisbonne c'est le tour de notre indépendance politique . Nous avons laissé glisser le Pays sur une planche bien savonnée en nous gargarisant de nos résultats bancaires . Pays de services proclamait-on sans vouloir voir que le roi était nu . C'est peut-être cruel mais nous sommes mis devant l'échec du système . Échec prévisible puisque pendant que nous dormions sur une redistribution d'Euros à bas prix, les Allemands travaillaient et du fait maintenaient leur outil industriel, à l’intérieur de leurs frontières dont on a bien voulu croire qu'elles étaient abolies . Tiens, elles réapparaissent aujourd'hui, étonnant non ?

Xuani (26-10-2022 18:05:09)

Il y a une phrase dans votre texte qui attire mon attention: "(La France) va rejoindre le troupeau des États insignifiants de l’Union, de la Bulgarie au Portugal". Qu'est-ce que cela signifie, qu'avant , ou peut-être encore maintenant, la France était (ou est9 quelque chose de plus que d'autres pays de l'Union, qu'il y avait déjà des pays insignifiants, comme la Bulgarie et le Portugal? Cela voudrait dire que déjà à ce moment quelque chose n'allait pas vraiment dans l'Union, non?
Perso l'idée qu'il puisse y avoir des Etats insignifiants (dans l'UE ou ailleurs) me dérange profondément.
Mais merci pour vos articles, ils suscitent toujours des réflexions!

Jacmé (26-10-2022 17:56:28)

Pas de panique, S.V.P. L'analyse d'André Larané est assez noire mais juste ou, si vous préférez, juste mais assez noire. Et surtout, je crois qu'il se trompe de cible en incriminant l'Union Européenne. Ne serais ce pas plutôt nos dirigeants dont beaucoup se sont pris pour les fils spirituels de De Gaulle et se sont montrés, soit aventureux et paonnants, soit naïfs et dépassés. Ils n'ont pas voulu voir que celui qui proclamait superbement "l'intendance suivra", avait, en fait donné à notre pays la seule arme qui lui reste : l'atome sous tous ses aspects.
On nous méprise, on nous tient à l'écart, soit. Arrêtons de jouer les gentils chefs scouts des années 50 et montrons que nous pouvons être aussi tordus que les autres. Je suis sur qu'en cherchant un petit peu, nous trouverons des gens auxquels la politique économique Allemande donne des boutons (si je puis m'exprimer ainsi...) et qui seront d'accord pour adopter des positions communes avec les nôtres, car, tout bien réfléchi, nous avons beaucoup plus à offrir qu'une simple sujétion à notre politique économique comme le fait notre voisin d'outre Rhin.
Reconstruisons vite notre puissance économique (il nous reste un peu plus que L.V.M.H.), tapons assez fort sur la table pour que nous gardions toute notre place dans les secteurs d'avenir, ne cédons jamais la moindre parcelle de notre place légitime et, s'il le faut, renvoyons à leurs chères études (et sans préavis) les enfants de Daladier avant qu'ils nous replongent dans le désastre.

Matt (26-10-2022 14:59:06)

La fin est proche !

riba (26-10-2022 14:44:43)

Est ce vraiment neutre comme analyse?
Très...trop sévère?

Bernard (26-10-2022 11:43:46)

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, avait prédit dans une démonstration magistrale pourquoi l'Euro n'était pas viable. Cela sauf fuite en avant aboutissant à la disparition des nations européennes. Mais, comme le constatait le général de Gaulle, "on ne fait pas d’omelette avec des œufs durs". E. Macron, qui a fait ses études en pleine européomania, n'a pas compris cela. Il est aujourd’hui bien seul. Et c'est le drame de bien des technocrates français de la même génération. Maintenant, que faire pour sauver le pays, le réindustrialiser, le libérer du carcan bruxellois et de la submersion migratoire qui le ruine, lui rendre sa souveraineté ? Quand le bateau coule, il faut mettre les chaloupes à la mer, c’est-à-dire sortir : 1/ de l'Euro, 2/ de l'UE, 3/ de l'OTAN, ce dernier impératif étant le plus urgent et le plus facile.

pat-1989 (26-10-2022 11:19:19)

Excellente analyse. Merci !
La France n’est elle pas elle même aujourd’hui proche de la mort cérébrale ?
Le pays de Charles de Gaulle et des Lumières n’a t il plus rien à dire au monde ?
N’avons nous plus la capacité de concevoir et de construire ensemble un avenir digne de notre vieux pays ?

Jean MUNIER (26-10-2022 10:47:00)

l'Allemagne a joué en solo en reconnaissant , sans aucune concertation avec ses partenaires, l'indépendance de la Slovénie

Philippe MARQUETTE (26-10-2022 10:29:33)

Quand on est atteint de « mort cérébrale », c'est que la mort tout court est proche.
Cette mort cérébrale était prévisible, pour ma part, voir l'Europe se dissoudre serait une excellente nouvelle.
Voir l'Allemagne se réarmer serait peut-être l'occasion un jour de les atomiser et remettre les pendules à l'heure.

Tomas (26-10-2022 10:21:09)

Très, très belle analyse ...Pauvre France !!

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net