La crise européenne

L'Union européenne contre les citoyens

4 octobre 2017. Les représentants de l'Union européenne et du Canada européens ont signé le 23 octobre 2016 l'accord de libre-échange dénommé CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement). En dépit de l'hostilité de l'opinion publique, ce traité a été mis en oeuvre « à titre provisoire » le 21 septembre 2017 sans avoir été validé ni même lu par les parlementaires des États européens. Sous couvert de promouvoir le « doux commerce », il semble avant tout destiné à détruire les dernières protections des États nationaux avec l'instauration d'un tribunal de droit privé destiné à juger les contentieux commerciaux...

Avec ce texte de 2300 pages que bien évidemment personne n'a lu ni ne connaît en détail, la perspective d'une Union européenne solidaire s'éloigne à grands pas. La construction européenne a été abandonnée, il y a trente ans, au profit d'un projet libre-échangiste et ultra-concurrentiel fondé sur des contresens historiques.

Comme la défunte URSS, l'Union européenne est poussée de l'avant tant bien que mal par une classe dirigeante aveuglée par ses présupposés idéologiques. C'est pourquoi nous osons prédire qu'elle ne vivra pas plus longtemps que l'Union soviétique, ce qui signifie  la mort de l'Union européenne en 2024.

Promesses non tenues

Tous les dirigeants d'Europe continentale se réjouissent de cette nouvelle avancée du libre-échange que constitue le CETA, avec à l'horizon le retour à la prospérité et à la croissance. Ils font miroiter de fabuleux gains. Pensez donc, grâce au CETA, on espère vendre 5 000 tonnes de fromages supplémentaires outre-Atlantique, soit quelques dizaines de millions d'euros en plus pour nos éleveurs. Un pactole !

Cette chanson est connue : on la fredonnait déjà à propos du traité de Maastricht et de la monnaie unique dont on nous assurait qu'ils allaient entraîner une convergence des économies européennes, les plus pauvres (les Grecs) se rapprochant des plus riches (les Allemands) ; on la fredonnait également à propos de la Constitution européenne, rebaptisée traité de Lisbonne, qui allait donner à l'Union une solidité à toute épreuve et une diplomatie respectée.

Le traité de libre-échange euro-canadien est le dernier épisode d'une longue succession de faux pas, d'échecs et de renoncements qui ont fait de l'Union européenne un vaisseau à la dérive, sans capitaine, sans boussole et sans cap.

Souvenons-nous des réunions de crise à répétition pour renflouer les banques coupables d'avoir prêté ou investi à mauvais escient (infrastructures grecques, immobilier espagnol, etc). Souvenons-nous aussi des arrangements fiscaux entre les multinationales et certains États (Luxembourg, Irlande). Souvenons-nous enfin de l'effondrement de la zone de Schengen face aux migrants orientaux et africains. Nous pouvons aussi retenir le rapprochement pour le moins inopportun de l'Union avec l'Ukraine, à l'origine de coûteuses tensions avec la Russie... Sans compter les coups bas entre « partenaires » européens : achats d'hélicoptères et d'avions américains par l'armée polonaise, mainmise de l'Allemagne sur le constructeur aéronautique EADS.

Ce gâchis récurrent induit par la mouvance maastrichienne n'a plus rien à voir avec les promesses nées du traité de Rome originel. 

Grands chantiers européens

• En 1962, les six pays signataires du traité de Rome de 1957 ont mis en place la première politique proprement européenne : la Politique Agricole Commune. Elle a reçu mission de rendre le Vieux Continent autosuffisant et d'éviter les distorsions de concurrence entre les paysanneries de la Communauté Économique Européenne, ancêtre de l'Union européenne. La PAC a rempli sa première mission en faisant de l'Europe un grand exportateur de produits agricoles mais n'a pu éviter les crises sectorielles. Elle n'a surtout pu éviter  l'effondrement du secteur agro-alimentaire français sous les coups de butoir des concurrents allemands, quand la monnaie unique a été mise en place.

• En 1963, nous avons vu la création des jumelages de villes par le traité de l'Élysée, une manière simple de sceller la réconciliation franco-allemande.

• En 1970, le consortium Airbus a pris son envol à Toulouse, capitale de l'aéronautique française. Il a réuni les principaux industriels de l'aéronautique de France, d'Espagne, du Royaume-Unis et d'Allemagne. Sous le nom d'EADS, il a rivalisé avec l'Américain Boeing pour la première place du secteur aéronautique.

• En 1975, fondation à Paris de l'Agence Spatiale Européenne, rivale aujourd'hui de la NASA et de l'agence russe Roscosmos mais aussi de la CNSA chinoise. Ce fut avec Airbus l'un des plus beaux succès de la coopération intergouvernementale européenne des années 1970. Cette forme de coopération, en marge des instances officielles, a aujourd'hui disparu.

• En 1979, les députés du Parlement européen de Strasbourg n'ont plus été désignés par les Parlements nationaux mais élus au suffrage universel direct par les citoyens, ce qui a grandement amélioré la visibilité de l'institution. Regrettons seulement le scrutin de liste à la proportionnelle : il confie en dernier ressort aux appareils des partis le choix des députés et prive ces derniers d'une véritable légitimité démocratique.

• En 1979, la même année, a été mis en place le Système Monétaire Européen (SME), avec une unité de compte, l'écu - plus tard rebatisée euro) destinée à stabiliser autant que faire se peut les monnaies nationales.

• En 1985 fut créé l'espace Schengen de libre circulation. Ensuite, toute occupée qu'elle fut par les priorités financières et monétaires, l'Union ne s'est plus souciée de la consolider. On a vu le résultat avec la crise des migrants en 2015 : l'espace Schengen n'y a pas résisté ; ses frontières extérieures se sont affaissées cependant que des murs se sont élevés entre les États membres.

• En 1986 fut mis sur pied le dernier des grands chantiers européens qui enthousiasmèrent les citoyens : il s'agit du programme d'échanges d'étudiants Erasmus, une belle initiative dont tout un chacun se félicite.

Trahison des élites

Cette même année 1986 fut  signé l'Acte unique européen, une étape décisive dans l'ouverture des frontières intérieures aux marchandises et aux capitaux. Il est entré en application le 1er janvier 1993 (cette année-là, l'Europe a aussi connu sa première récession économique depuis la chute du nazisme, mauvais présage). 

 Depuis lors, l'Union européenne ne peut se prévaloir que de la création de la monnaie unique et de l'ouverture de ses frontières extérieures aux marchandises, aux capitaux et aux hommes. Sa dynamique s'est brisée sans que nous y prenions garde. Les élites maastrichiennes ont cédé à leurs convictions libre-échangistes. Celles-ci apparaissent sans fard dans l'article 63 du traité de Lisbonne de 2007, qui reprend une directive de Jacques Delors de 1988 :

Article 63 (ex-article 56 TCE)

1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre (Chapitre IV- Les capitaux et les paiements), toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

Que prescrit cet article ? La libre circulation des capitaux entre les États membres, ce qui est compréhensible, mais aussi entre les États membres et les pays tiers, sans condition de réciprocité ! C'est-à-dire que les Chinois ou les Canadiens, par exemple, peuvent librement acheter des entreprises européennes ou candidater à des marchés publics tout en l'interdisant chez eux aux Européens (note).

Autant dire que ces dispositions contreviennent à l'idéal affiché par les dirigeants européens : la création par-dessus les États d'une fédération européenne souveraine, indépendante et forte. On ne peut vouloir une chose et son contraire, une Europe solidaire et une zone de libre-échange ouverte à tous les vents.

C'est une réalité cachée qui vaut la peine d'être examinée : la construction européenne n'a encore réussi à créer aucune solidarité effective par-dessus les États, rien qui puisse se substituer aux solidarités nationales issues de l'Histoire. Ses acquis se réduisent à la libre circulation des marchandises et des capitaux. Autant dire rien. L’Union est nue mais ne le sait pas !

De fait, les Français n’ont pas plus de liens de solidarité avec les Allemands ou les Italiens qu’avec les Suisses ou les Papous. Ils vont plus facilement s’installer en Suisse, au Canada ou aux États-Unis qu’en Allemagne (note). Le bourgeois de Strasbourg ne partage rien avec son homologue de Fribourg-en-Brisgau, si proche qu’il soit de lui, tandis qu’il partage tout avec les habitants des bidonvilles de Mayotte, dont tout le sépare… sauf l’essentiel : les droits sociaux et civiques et la solidarité fiscale qui se rattachent à la citoyenneté française (note).

Imaginons que disparaisse par enchantement toute l'administration supranationale de Bruxelles, avec ses fonctionnaires, ses directives, ses règlements et ses traités (monnaie mise à part bien sûr, au moins dans un premier temps) : il n'en résulterait aucun changement pour les citoyens français. La vie continuerait comme avant, avec simplement plus de marges de manœuvre pour les gouvernants et les électeurs. Mais que vienne à disparaître l'administration française et c'est toute la société qui serait plongée dans l'anarchie : plus de police ni de justice, plus de règles communes, plus de services sociaux ni d'éducation.

Le projet européen, au lieu de créer des solidarités supranationales, a abattu les protections réglementaires et monétaires qui mettaient les États les plus fragiles à l'abri des plus entreprenants. Faut-il s'étonner que l'Europe n'ait jamais été aussi mal perçue par les Européens que depuis la création de la monnaie unique ? Ce naufrage désespère les citoyens qui, comme nous, ont autrefois rêvé leur avenir avec plein d'étoiles sur fond bleu. Il consterne les jeunes gens qui n'ont connu rien d'autre. Ceux-là, quand ils bénéficient d'un bon diplôme ou d'une qualification professionnelle, envisagent de s'exiler ; les autres se résignent dans l'attente d'un hypothétique sursaut.

2024 : fin de l'UE ? Monstruosités idéologiques et contresens historiques

• En 1950, avec la fondation de la CECA, Jean Monnet et Robert Schuman ont cru pouvoir assurer à l'Europe de l'Ouest paix et prospérité grâce au parapluie nucléaire américain et à l'ouverture de ses frontières intérieures.
• En 1992, outrepassant leurs intentions, les promoteurs de l'Union européenne ont promis aux Européens des lendemains qui chantent grâce à la disparition progressive des États-Nations et au libre-échange intégral, y compris avec le reste du monde. Il s'agit là de deux monstruosités idéologiques, qui reposent sur des contresens historiques. Le libre-échange et l'ouverture des frontières, chaque fois qu'ils ont été pratiqués, ont débouché sur des récessions économiques, voire des crises politiques majeures. C'est ce qui ressort du survol de l'histoire économique des trois derniers siècles. Quant aux guerres entre États-Nations, elles ont généralement été moins meurtrières que les guerres civiles au sein des États et des empires. Mieux vaut des États-Nations solides que des empires ou des ectoplasmes divisés.

On peut faire le parallèle avec les monstruosités idéologiques nées de la Révolution d'Octobre, en 1917, en Russie : les bolchéviques promirent le paradis sur terre grâce à la propriété collective des moyens de production et à la dictature du prolétariat. Cette utopie mortifère s'est effondrée sous le poids de ses contradictions 74 ans plus tard.
Comparons son historique et celui de la construction européenne (66 ans déjà) ; nous voyons se profiler l'implosion de l'Union européenne d'ici une dizaine d'années :

Union soviétique Construction européenne
1917 : Révolution d'Octobre, sur fond de Grande Guerre

1922 (cinq ans) : fondation de l'URSS, au début de la NEP (Nouvelle Politique Économique)

1945 (28 ans) : Staline triomphe à Yalta et Potsdam



1962 (45 ans) : ultimatum de Kennedy à Khrouchtchev, l'URSS tombe de son piédestal

1978 (61 ans) : enlisement en Afghanistan, sur fond de crise économique et sociale majeure (hausse de la mortalité infantile...)




1986 (69 ans) : le drame de Tchernobyl met à nu les faiblesses de l'URSS



1991 (74 ans) : acte de décès de l'URSS et du Parti communiste soviétique
1950 : création de la CECA, sur fond de guerre froide

1957 (sept ans) : traité de Rome, au début des Trente Glorieuses

1979 (29 ans) : élection au suffrage universel des députés européens ; succès de la coopération intergouvernementale (Airbus, ASE)

1992 (42 ans) : traité de Maastricht, première année de récession et de tension

2008 (58 ans) : la crise des subprimes, bien qu'américaine, frappe l'UE plus qu'aucune autre région du monde et révèle ses faiblesses intrinsèques

2016 (66 ans) : première défection avec le Brexit britannique.

2020 (70 ans) : l'épidémie de coronavirus met à nu les failles de l'Union et fait exploser la zone euro sous le poids de l'inflation


2024 (74 ans) : ...
Publié ou mis à jour le : 2024-04-26 19:49:49
Roland Berger (28-04-2024 17:45:37)

Les élites, foncièrement financières, finissent toujours par détruire leur vache à lait à force de réglementer son traite. Sa réussite initiale tient de la destruction des nations et de l'individualisation des humains.

Sirius (28-04-2024 15:16:16)

Il faut rappeler deux faits. Tout d'abord la création d'une fédération aux forceps peut provoquer une guerre civile : exemples de la guerre de Sécession et de la guerre du Bund en Suisse. Ensuite le rapprochement de deux territoires se fait en général au profit du pôle fort et au détriment du pôle faible car d'une certaine façon l'espace protège celui-ci contre celui-là : exemple historique de la relation ville-campagne et contemporain de la métropolisation qui voit les espaces centraux prospérer et les espaces périphériques se désertifier et se paupériser. La politique des fédéralistes risque d'être une politique de Gribouille, ce personnage qui sautait dans la marre pour échapper à la pluie !

Louis B. (26-03-2024 22:43:44)

La Commission européenne bataille sans relâche en faveur d'une « concurrence libre et non faussée ». Le Parlement européen arase les normes et les règlements, de l'ouverture de la chasse au calibre des fruits et légumes. On a créé même une zone monétaire unifiée. La circulation des marchandises en a été facilitée mais, faute d'une complète intégration sociale, administrative et fiscale comme on la voit dans les États pluriséculaires qui composent l'Europe, ces mesures ont surtout eu pour effet de produire des échanges asymétriques, d'aggraver les disparités entre les peuples et d'exacerber les tensions interétatiques. xxx

Monique Alba (12-03-2024 10:03:53)

Apparemment décousues et même insensées, les actions des dirigeants français et européens prennent sens si l’on se dit que ces dirigeants ne caressent rien d’autre que l’objectif de fondre les nations européennes dans l’empire américain (l’idée s’est imposée à moi en apprenant que le Collège de l’Europe, à Bruxelles, a donné à sa dernière promotion le nom de l'ancienne Secrétaire d'État américaine Madeleine Albright ; l'anecdote est hautement significative).
Cet objectif est poursuivi par l’oligarchie comme par la mouvance « progressiste ». Celle-ci s’applique à copier tous les codes et les tics de son homologue étasunienne, en plaçant ses combats sur le plan sociétal (race, genre) et en s’abstenant soigneusement de combattre les abus du capitalisme financier.xxx

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net