Le dictionnaire de l'Histoire - antisémitisme, antijudaïsme - Herodote.net

Le dictionnaire de l'Histoire

antisémitisme, antijudaïsme

On appelle antijudaïsme les manifestations d'hostilité à l'égard des juifs, c'est-à-dire des pratiquants du judaïsme, la religion développée par les Hébreux.

L'antijudaïsme apparaît chez les auteurs « païens » de l'Antiquité, dès avant l'apparition du christianisme, puis dans l'Église catholique. Il désigne la haine des juifs considérés comme les adeptes d'une religion honnie. De fait, les théologiens du Moyen Âge voient leurs contemporains juifs comme les témoins vivants de la mort et de la résurrection de Jésus ; ils prônent leur conversion mais en aucune façon leur extermination en tant que groupe.

Le mot antisémitisme est quant à lui inventé en 1879 par un journaliste allemand, Wilhelm Marr, pour désigner la haine des Juifs, considérés par les antisémites comme un groupe ethnique ou racial.

Ce mouvement d'opinion apparaît au milieu du XIXe siècle dans les cercles de gauche, en lien avec la révolution industrielle. Il voit dans les juifs un groupe cosmopolite voué au profit. La famille multinationale des Rothschild en est le symbole. Pierre-Joseph Proudhon, prophète de l'anarchisme, et Friedrich Engels, ami de Karl Marx, comptent parmi les promoteurs de cet « antisémitisme de gauche ». À la fin du XIXe siècle se développe un antisémitisme de droite qui voit dans les juifs apatrides les fossoyeurs de l'idée nationale. Édouard Drumont, auteur du livre à succès La France juive (1886), en est le chantre.

Au XXe siècle, l'antisémitisme nazi fait la synthèse de ces deux variantes de l'antisémitisme pour aboutir à l'horreur indicible de la Shoah.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net