ça s'est passé un... - 24 juin - Herodote.net

ça s'est passé un...

24 juin

Événements

24 juin 1314 : Victoire écossaise à Bannockburn

Le 24 juin 1314, à Bannockburn, au nord-ouest d'Édimbourg, les Écossais infligent une défaite retentissante aux Anglais, bien que très supérieurs en nombre. Aux yeux des Écossais, c'est aujourd'hui encore un événement considérable...

Suite de l'article

24 juin 1340 : La flotte française détruite à l'Écluse

Le 24 juin 1340, la flotte française est détruite par les marins anglais dans le port flamand de l'Écluse (aujourd'hui Sluis, en aval de Bruges). Bien que disposant de plus de vaisseaux que les Anglais du roi Édouard III et de galères génoises en renfort, Hugues Quieret et Nicolas Behuchet, amiraux du roi Philippe VI de Valois, choisissent la défensive et attachent leurs bateaux entre eux dans le port pour faire barrage à l'ennemi, selon la coutume du temps.

Les Anglais se lancent audacieusement à l'attaque et, de leurs navires, les archers déversent une pluie de flèches, dont certaines enflammées, sur les navires ennemis. Quelques-uns de ceux-ci arrivent à s'échapper mais les Français perdent au total 170 navires et 20.000 hommes. Capturés, les deux amiraux sont, l'un pendu, l'autre décapité. Ce désastre, qui laisse la France sans défense face aux débarquements anglais, est le premier qu'aura à connaître la France dans la Guerre de Cent Ans.



24 juin 1497 : Jean Cabot aborde àTerre-Neuve

Le 24 juin 1497, le Matthew aborde aux îles plus tard appelées Cap-Breton et Terre-Neuve, à l'embouchure du fleuve Saint-Laurent (Canada).

Le capitaine est un Génois du nom de Giovanni Caboto (ou Jean Cabot), au service du roi d'Angleterre...

Suite de l'article

24 juin 1717 : Naissance de la franc-maçonnerie

Le 24 juin 1717, à l'occasion de la Saint Jean, naît à Londres la « Grande Loge de Londres et de Westminster ». C’est l’acte fondateur de la franc-maçonnerie moderne. Il se produit dans une taverne au nom pittoresque : L’oie et le gril.

Cette Grande Loge est la réunion de quatre loges maçonniques londoniennes qui n’avaient d’autre objectif que de pratiquer une entraide mutuelle entre leurs membres...



24 juin 1812 : Début de la campagne de Russie

Le 24 juin 1812 débute la campagne de Russie. La Grande Armée de l'empereur Napoléon 1er traverse le Niémen et envahit l'empire du tsar Alexandre 1er. Avec près de 700.000 hommes, dont une moitié seulement de Français, cette Grande Armée mérite d'être appelée aussi l'armée des Vingt nations. Sa puissance ne l'empêchera pas d'être vaincue par l'hiver russe et par la résistance opiniâtre des partisans russes et des soldats du vieux général Koutouzov...

Suite de l'article

24 juin 1821 : Bolívar à Carabobo

Le 24 juin 1821, Simón Bolívar vainc les Espagnols à Carabobo et les chasse du Venezuela.



24 juin 1859 : Solferino donne naissance à la Croix-Rouge

Le 24 juin 1859, les armées franco-sardes se heurtent aux armées autrichiennes à Solferino dans une mêlée sanglante et désordonnée...

Suite de l'article

24 juin 1872 : Disraeli exalte les conquêtes coloniales

Le 24 juin 1872, dans le Crystal Palace, le somptueux palais des expositions londonien inauguré vingt ans plus tôt par le prince Albert, Benjamin Disraeli, chef de l'opposition conservatrice, prononce un retentissant discours dans lequel il se propose de promouvoir l'empire colonial britannique (« uphold the Empire of England », dit-il).

Auparavant, les conquêtes coloniales étaient le fait de compagnies marchandes ou d'aventuriers et les gouvernements ne s'y engageaient qu'avec réticence car ils n'y voyaient que des sources de difficultés. On peut dater du discours de Disraeli la naissance de l'impérialisme anglais et plus largement européen, marqué par les péripéties de la « course au drapeau » en Afrique et en Asie.

La même année, le 7 avril 1872, Léon Gambetta, un fougueux républicain français, lance à Angers: « Pour reprendre véritablement le rang qui lui appartient dans le monde, la France se doit de ne pas accepter le repliement sur elle-même. C'est par l'expansion, par le rayonnement dans la vie du dehors, par la place qu'on prend dans la vie générale de l'humanité que les nations persistent et qu'elles durent; si cette vie s'arrêtait, c'en serait fait de la France » (L'idée coloniale en France, 1871-1962, Raoul Girardet, La Table ronde, 1972).



24 juin 1894 : Sadi Carnot assassiné

Le soir du 24 juin 1894, le président de la République française Sadi Carnot, en visite officielle à Lyon, sort d'un banquet offert par le maire de la ville, le dr Gailleton. Il se rend au Grand Théâtre quand un homme monte sur le marchepied de sa voiture et le blesse mortellement d'un coup de poinçon.

Le meurtrier est un anarchiste italien du nom de Sante Geronimo Caserio (21 ans), émigré à Sète. Il aurait voulu répliquer aux mesures d'exception contre la flambée d'anarchisme. Peut-être aussi a-t-il voulu venger les victimes d'Aigues-Mortes après l'acquittement de leurs meurtriers. Dès le lendemain de l'assassinat, des émeutes anti-italiennes surviennent à Lyon. Elles doivent être réprimées par la troupe ! Caserio, prestement condamné, est guillotiné le 16 août suivant.

Les funérailles présidentielles ont lieu le 1er juillet 1894 à la cathédrale Notre-Dame de Paris. 



24 juin 1948 : Le blocus de Berlin

Le 24 juin 1948, les Soviétiques qui occupent depuis 1944 l'Allemagne orientale, entament le blocus de l'enclave de Berlin-Ouest. Il s'agit d'une fraction du Grand-Berlin (883 km2 et 2,3 millions d'habitants) concédée aux Alliés occidentaux et partagée en trois zones d'occupation (anglaise, américaine, française)...

Suite de l'article

24 juin 2007 : Crise des « subprimes »

Le 24 juin 2007 est annoncée la faillite de Queen's Walk, un fonds spéculatif de couverture (« hedge funds ») qui appartient à la puissante banque d'investissements américaine Bear Stearns. Ainsi le monde de la finance et l'opinion publique découvrent-ils la 361','','width=300,height=200'); return false;">« crise des subprimes », prêts bancaires à taux évolutif accordés sans précaution à des ménages américains pauvres et virtuellement insolvables.

Comme la plupart des banques de la planète détiennent ces créances douteuses, la panique s'empare des marchés boursiers...

Suite de l'article

C'est sa fête : Nativité de Saint Jean-Baptiste

Jean était le cousin de Jésus. Il annonçait la venue du Messie (l'oint de Dieu) et baptisait ses disciples dans l'eau du Jourdain. Il fut pour cette raison appelé Jean le Baptiste ou Jean-Baptiste.

Jésus, dès qu'il entama sa prédication, se fit baptiser par lui à Béthanie. Les Évangiles racontent qu'à l'instant où Jean fit couler sur son front l'eau du baptême, une voix céleste proclama : « Celui-ci est mon fils bien-aimé... ».

Jean-Baptiste ne se privait pas de dénoncer l'union coupable du tétrarque de Galilée, Hérode Antipas, fils de Hérode le Grand, et de sa belle-soeur Hérodiade.

L'évangéliste Matthieu raconte que la fille de celle-ci, Salomé, dansa un soir devant le roi. Hérode, séduit, promit à Salomé tout ce qu'elle voudrait. Sur le conseil de sa mère, elle demanda la tête de Jean. Hérode accepta malgré son estime pour l'homme de Dieu. Salomé reçut la tête sur un plateau. Cette scène a inspiré de très nombreux peintres de la Renaissance et du Baroque.

Fête de la Saint-Jean

La Saint-Jean (ou Nativité de Saint Jean Baptiste) était une fête chômée en France, avant le Concordat de 1801. Elle donnait l'occasion de célébrer le solstice d'été (avec quelques jours de retard)...

Très populaire, cette fête donnait lieu en maints endroits à des feux de joie et il était de tradition que les jeunes gens sautent par-dessus les flammes. Les feux de joie ont à peu près disparu en France mais leur fonction de réjouissance s'est reportée sur les feux d'artifice... On prêtait aussi des vertus magiques aux « herbes de la Saint-Jean » (millepertuis, armoise, fougère,...) cueillies ce jour avant le lever du soleil par des jeunes vierges ou de vieilles femmes ! On peut regretter qu'en 1982, le ministre de la Culture Jack Lang ait fixé au 21 juin la fête de la Musique. Le 24 juin eut permis de renouer avec ces traditions...

Au Québec, où subsistent maintes lois de l'Ancien Régime, la Saint-Jean est toujours une fête chômée. Elle est devenue, dès 1834, une occasion de célébration patriotique, à l'initiative de Ludger Duvernay, fondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste. Depuis 1977, c'est même officiellement la Fête nationale du Québec par une décision du gouvernement de René Levesque.Comme le veut la tradition, de grands spectacles de musique et de chansons en français sont présentés en plein air dans plusieurs villes, particulièrement à Québec (capitale nationale) et à Montréal (métropole), devant des dizaines et des dizaines de milliers de personnes dans la nuit du 23 au 24 juin au soir. À Québec, un immense feu de la Saint-Jean est allumé à minuit. La fête donne aussi lieu à des agapes communautaires et à un défilé où les Québécois s'en donnent à cœur joie. On danse autour des feux de la Saint-Jean (et l'on boit beaucoup aussi).

La Saint-Jean demeure aussi très populaire en Europe centrale, par exemple à Riga, en Lettonie, où les fêtes, danses et feux de joie s'étirent sur deux jours et deux nuits...

Naissance

Horatio Kitchener

24 juin 1850 à Listowell (Irlande, Royaume-Uni) - 5 juin 1916

Biographie Horatio Kitchener

Le maréchal britannique Horatio Kitchener, comte Kitchener of Khartoum, s'est illustré dans la guerre contre les mahdistes, au Soudan, à la suite de laquelle il s'est confronté à Fachoda à la colonne Marchand. Engagé en 1900 dans la guerre des Boers, en Afrique du Sud, il met en oeuvre des méthodes brutales, enfermant femmes et enfants dans des camps de concentration. Il est ministre de la Guerre quand la Grande-Bretagne entre dans la Grande Guerre de 14-18.

Décès

Marie Leszczynska

23 juin 1703 à Trzebnica (Silésie) (Pologne) - 24 juin 1768 à Versailles

Biographie Marie Leszczynska

Fille de Stanislas Leszczynski, roi déchu de Pologne et duc de Lorraine, la princesse Marie a été élevée avec soin. Outre le polonais, elle maîtrise le français, l'allemand et le latin. Le rejet inopiné de l'alliance espagnole lui vaut d'être fiancée à Louis XV malgré son absence de fortune...

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux