ça s'est passé un... - 28 mai - Herodote.net

ça s'est passé un...

28 mai

Événements

28 mai 585 av. J.-C. : Une éclipse conduit Lydie et Médie à la paix

Le 28 mai de l'an 585 av. J.-C., si l'on en croit l'historien Hérodote, une éclipse de soleil interrompt une bataille entre les Mèdes et les Lydiens.

Les deux peuples se combattaient depuis cinq ans déjà pour la domination du Moyen-Orient. Voyant dans l'éclipse un signe du ciel, le roi de Lydie Alyattès et le roi de Médie Cyaxare décident de conclure la paix sous l'arbitrage du roi de Babylone Nabuchodonosor II, allié des Mèdes.

Alyattès donne sa fille en mariage à Astyage, le fils de Cyaxare, son ex-ennemi. C'est ainsi qu'un demi-siècle plus tard, le Perse Cyrus, petit-fils d'Astyage, mettra tout le monde d'accord en unifiant le Moyen-Orient sous son autorité.



28 mai 1291 : Les croisés chassés de Terre sainte

Le 28 mai 1291, en Palestine, les 200 000 hommes du sultan El Achraf Khalil réduisent les défenses de Saint-Jean d'Acre, malgré la résistance des Templiers groupés autour du grand maître Guillaume de Beaujeu. Saint-Jean d'Acre était l'ultime bastion de ce qui fut le royaume franc d'Orient. Sa chute met un point final à l'épopée des croisades presque deux siècles après la prédication du pape Urbain II.



28 mai 1606 : Le Caravage, peintre et truand

Le 28 mai 1606, Le Caravage, peintre renommé et mauvais garçon, tue un homme en duel à Rome sur le Champ de Mars. Commence pour lui une cavale jusqu'à Malte, durant laquelle il exécutera ses plus troublants chefs d'oeuvre...

Suite de l'article

28 mai 1754 : L'affaire Jumonville

Au milieu du XVIIIe siècle, les colons français de la Nouvelle-France ambitionnent de coloniser la vallée de l'Ohio, la «Belle Rivière». Ils érigent un fort, Fort-Duquesne, au milieu de la contrée. Irrités, les colons anglais de Virginie répliquent avec un autre fort à proximité immédiate : Fort Necessity.

Le commandant de Fort-Duquesne envoie l'un de ses adjoints, le sieur de Jumonville, en délégation auprès de l'officier virginien, un certain George Washington, en vue de le prier de quitter les terres du roi de France...

Suite de l'article

28 mai 1848 : Réunion du Parlement de Francfort

À la faveur des révolutions qui bouleversent l'Europe, les représentants du peuple allemand, élus au suffrage universel, se réunissent en Assemblée nationale le 28 mai 1848 à l'église Saint-Paul de Francfort et décident de restaurer sous une forme constitutionnelle l'empire dissous en 1806 (le 1er Reich).

Ils constituent un gouvernement fédéral provisoire confié à un archiduc autrichien de tendance libérale puis publient une déclaration des «droits fondamentaux» d'inspiration également libérale. En janvier 1849, ils se prononcent pour le maintien des États existants et la constitution, au-dessus d'eux, d'un Empire fédéral avec un souverain et un Parlement élu.

Très vite s'opposent les partisans d'une Grande Allemagne, qui inclurait dans ses frontières l'empire d'Autriche et ses importantes minorités allogènes ou non-allemandes), aux partisans d'une Petite Allemagne d'où serait exclue l'Autriche. Sur les 568 membres de l'Assemblée, une courte majorité se prononce en faveur de la deuxième solution et propose le 28 mars 1849 la couronne impériale au roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV.

Mais celui-ci ne veut pas d'une «couronne ramassée dans le ruisseau». De son côté, l'empereur d'Autriche proteste contre cette entorse à sa traditionnelle hégémonie. Toute l'oeuvre du Parlement de Francfort s'écroule d'un coup. Les députés sont dispersés par la force. Le roi de Prusse tente de reprendre l'initiative en réunissant un Parlement de l'Union restreinte à Erfurt.



28 mai 1858 : Traité d'Aigun entre Russes et Chinois

Le 28 mai 1858, par un traité signé à Aigun, en Mandchourie, le général russe Nicolas Mouraviev, gouverneur de la Sibérie orientale, impose à la Chine la cession de la rive gauche du fleuve Amour. Ce fleuve délimite encore aujourd'hui la frontière entre la Russie et la Chine.



28 mai 1871 : Fin sanglante de la Commune

Le 28 mai 1871, au terme d'une Semaine sanglante, la Commune de Paris n'existe plus.

Au prix de plusieurs dizaines de milliers d'exécutions et d'arrestations, Adolphe Thiers peut se flatter d'avoir débarrassé le pays de la «question sociale». Celle-ci sera en effet absente de la scène politique française jusqu'en 1936...

Suite de l'article

28 mai 1926 : Coup d'État à Lisbonne

Le 28 mai 1926, le général Gomes de Costa commet un énième coup d'État à Lisbonne, capitale du Portugal. Il met fin au régime parlementaire et instaurant une dictature militaire. Celle-ci se consolide avec l'arrivée en 1928 d'Antonio de Oliveira Salazar, un professeur d'économie politique de 39 ans, au poste de ministre des Finances.

En exigeant que son ministère puisse seul autoriser les dépenses, Salazar redresse rapidement la balance des paiements en déficit depuis plus d'un siècle. Cette performance lui vaut d'être nommé président du Conseil en 1932, charge qu'il occupera jusqu'à sa maladie, en 1968 (il mourra deux ans plus tard). On appelle cette période de l'Histoire portugaise « Estado Novo » (Nouvel État).

Suite de l'article

Un Cessna sur la Place Rouge !

Le 28 mai 1987, un Allemand de 19 ans, Mathias Rust, trouve moyen d'échapper aux garde-frontières soviétiques et de se poser sur la Place Rouge aux commandes d'un modeste Cessna.

Ce fait divers ridiculise l'Armée Rouge, déjà affectée par son échec en Afghanistan, et porte un coup fatal au clan brejnevien.

Il permet au réformateur Mikhaïl Gorbatchev de se débarrasser des durs de l'appareil militaro-policier et d'engager la démocratisation du régime.



28 mai 1996 : Fin de la conscription en France

Le 28 mai 1996, le président de la République française Jacques Chirac annonce la fin du service militaire obligatoire au détour d'une allocution télévisée. Sa décision est spontanément approuvée par les éditorialistes, la classe politique et l'opinion publique. Elle est officialisée par la loi du 28 octobre 1997 qui « suspend » la conscription mais réserve la possibilité de la rétablir en cas de crise grave menaçant l'existence de la nation.

Les derniers conscrits ont fêté la « quille » en 2002, soit plus de deux siècles après le vote de la loi Jourdan. En se cantonnant à une armée de métier, la France s'aligne sur les démocraties à l'anglo-saxonne (Royaume-Uni, États-Unis, Pays-Bas,...).



C'est sa fête : Germain

Né près d'Autun à l'époque de Clovis, Germain devient évêque de Paris en 556. Il fonde l'abbaye Sainte-Croix-Saint-Vincent qui sera plus tard rebaptisée Saint-Germain-des-Prés.

Naissances

Pierre Séguier

28 mai 1588 à Paris - 28 janvier 1672 à Paris

Biographie Pierre Séguier

Pierre Séguier (1588-1672) appartient à une grande famille de magistrats. Il acquiert d'abord la charge de «président à mortier» (magistrat principal) au Parlement de Paris. Il est nommé garde des Sceaux par Louis XIII en 1633, puis chancelier de France en 1635. Résolument fidèle à la monarchie, il se ménage une longue carrière à travers les vicissitudes de la Cour, même s'il lui arrive de s'opposer à Richelieu. Il participe à la création de l'Académie française et c'est chez lui que se tiennent ses premières réunions. Lui-même en deviendra membre et protecteur après la mort de Richelieu.

Le magistrat instruit le procès de Cinq-Mars, coupable de conspiration contre Richelieu. Lors de la Fronde, Mazarin doit lui enlever brièvement la garde des Sceaux pour complaire aux rebelles. Après la prise de pouvoir de Louis XIV, Pierre Séguier instruit avec partialité le procès de Nicolas Fouquet en 1661.

William Pitt le Jeune

28 mai 1759 à Hayes (Kent, Angleterre) - 23 janvier 1806 à Londres (Angleterre)

Biographie William Pitt le Jeune

En 1783, le roi d'Angleterre demande à un jeune homme de 24 ans, William Pitt the Younger (le Jeune), de former le gouvernement. Son père, qui fut aussi Premier ministre, s'était illustré en enlevant Québec à la France.

Le Second Pitt lutte contre la traite des Noirs avec son ami William Wilberforce et tente d'émanciper les catholiques irlandais. Quand débute la Révolution française, il n'y voit d'abord que des avantages pour son pays. Mais en 1793, il ne tolère pas l'annexion par les Français du port d'Anvers par où transite une grande partie des exportations britanniques. Sa détermination à briser la France révolutionnaire est dès lors totale. Il pressure ses concitoyens pour financer les pays coalisés contre la France (Prusse, Autriche,...).

Célibataire endurci, usé par le travail (et la consommation de porto), couvert de dettes pour n'avoir jamais voulu se laisser corrompre, il meurt quelques semaines après le triomphe de Napoléon 1er à Austerlitz, trop tôt pour voir le succès de sa politique.

Décès

Henri Grégoire

4 décembre 1750 à Vého - 28 mai 1831 à Auteuil

Biographie Henri Grégoire

L'abbé Grégoire, fils d'un paysan lorrain, se montre très ouvert aux idées généreuses des «Lumières». Il publie en 1788 un Essai sur la régénération physique, morale et politique des juifs et, la même année, fonde la «Société des Amis des Noirs».

Député du clergé aux états généraux en 1789, il demande et obtient la réunion des trois ordres puis vote la Constitution civile du clergé (1790) et l'égalité des droits civils pour les juifs (1791)...

Édouard VIII

23 juin 1894 à Londres (Angleterre) - 28 mai 1972 à Neuilly-sur-Seine

Biographie  Édouard VIII

Étonnant destin que celui d'Édouard VIII, plus connu aujourd'hui sous le nom de duc de Windsor. De son arrière-grand-mère Victoria à sa nièce Elizabeth II, en passant par son grand-père Édouard VII, son père George V, lui-même et son frère George VI, il aura connu pas moins de six souverains anglais...

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès