ça s'est passé un... - 17 mars - Herodote.net

ça s'est passé un...

17 mars

Événements

17 mars 45 av. J.-C. : César vainqueur à Munda

Le 17 mars de l'an 45 av. J.-C., Jules César affronte la dernière armée pompéienne à Munda, près de Cordoue, en Espagne. Ses rivaux se battent avec l'énergie du désespoir mais sont néanmoins vaincus. Sextus Pompée, l'un des fils du grand Pompée, parvient à s'échapper ; son frère est rattrappé et exécuté. César, désormais maître tout-puissant de Rome, devient dictateur à vie. Il n'a plus qu'un an à vivre...



17 mars 1560 : La conjuration d'Amboise

Le 17 mars 1560, à Amboise, quelques centaines de gentilshommes tentent d'enlever le jeune roi François II pour le soustraire à l'influence de sa belle-famille, les Guise. Le prince protestant Louis de Condé organise la conjuration. Celle-ci est conduite par Georges Barré de La Renaudie. Mais l'un de ses comparses, Pierre des Avenelles, avocat à Paris, vend la mèche... La répression est brutale. C'est l'amorce des guerres de religion.

Suite de l'article

17 mars 1793 : Salm-Salm rattachée à la France

Le 17 mars 1793, la petite principauté de Salm-Salm, située à l'ouest de l'Alsace, entre Schirmeck et Senones, sa capitale, est rattachée à la France à la demande de la population, empêchée de se ravitailler autrement qu'à travers le territoire français. Le prince de Salm possédait à Paris un hôtel particulier qui abrite aujourd'hui le musée de la Légion d'honneur.



17 mars 1808 : Napoléon 1er institue les consistoires israélites

Le 17 mars 1808, Napoléon 1er institue par décret treize consistoires régionaux en vue de gérer les synagogues et les organisations israélites (les consistoires régionaux seront ramenés à sept à la chute de l'Empire en 1815). Ces consistoires sont supervisés par un Consistoire central de France, qui réunit trois grands rabbins et deux laïcs. Il est assimilable au Grand Sanhédrin, un tribunal religieux selon la tradition hébraïque.

Cette première tentative d'organiser et contrôler le culte israélite a été inspirée à l'Empereur par le souci de prévenir les pogroms et les conflits religieux, notamment en Alsace où les juifs étaient relativement nombreux et suscitaient l'ire de la population locale par leurs difficultés d'assimilation (la France de 1789 en compte environ 40 000 sur 26 millions d'habitants, soit environ cinq fois moins qu'aujourd'hui en proportion de la population globale)...

Suite de l'article

Napoléon crée les palmes académiques et le baccalauréat

Le 17 mars 1808, Napoléon 1er organise l'Université, fondée le 10 mai 1806. Dans le même temps, il crée les « Palmes universitaires », ou palmes académiques, afin de « distinguer les fonctions éminentes et de récompenser les services rendus à l’enseignement ».

L'empereur fait aussi du baccalauréat un grade d'État qui sanctionne la fin des études secondaires et donne accès aux études supérieures. D'origine médiévale, le baccalauréat (de baccalarius« apprenti chevalier », et laureatus, « couronné de lauriers ») était jusque-là le premier grade de l'Université de Paris, avant la maîtrise et le doctorat.

Le nouveau baccalauréat comporte cinq disciplines : lettres, sciences, droit, théologie et médecine. La première session, avec seulement des épreuves orales, se déroule en 1809 avec 31 candidats, tous des garçons de seize ans (la première bachelière est une institutrice de 36 ans, en 1861). La première épreuve écrite est introduite en 1830. En 1881, la composition latine sera remplacée par une « composition française sur un sujet de littérature ou d'histoire ». C'est la fin de la primauté du latin.

Au départ, une appréciation (très bien, bien...) sanctionne la réussite du candidat. La notation sur 20 est introduite en 1890 (note). 



17 mars 1861 : Victor-Emmanuel II proclamé roi d'Italie

Le 17 mars 1861, grâce à la diplomatie habile de son Premier ministre Camilo Cavour, Victor-Emmanuel II se fait proclamer « roi d'Italie par la grâce de Dieu et la volonté de la nation » par un Parlement national réuni à Turin...

Suite de l'article

17 mars 1915 : La « fée verte » prohibée

Le 17 mars 1915, au début de la Première Guerre mondiale, le gouvernement français interdit la production et la consommation des liqueurs anisées extraites de l'absinthe.

L'absinthe a été mise au point par la mère Henriod dans le Val-de-Travers (Suisse) et diffusée en France par Henri-Louis Pernod. Surnommée « fée verte » par Oscar Wilde, elle attaque le système nerveux à cause d'une substance toxique, la thuyone...

Suite de l'article

C'est sa fête : Patrick

Le patron de tous les Irlandais est né en fait au pays de Galles, à la fin de l'époque romaine, dans les années 380.

Enlevé par des pirates Scots (nom porté par les Irlandais au Moyen Âge, à ne pas confondre avec les Écossais), l'enfant est emmené en esclavage en Irlande où il devient gardien de cochons sur les pentes du mont Slemish, dans le comté d'Antrim. Il réussit à s'évader, retrouve ses parents puis gagne la Gaule. À Auxerre, auprès de l'évêque Germain, il reçoit la prêtrise.

Patrick obtient de revenir en Irlande pour convertir les païens. Il embarque pour l'île avec le titre d'évêque, avec quelques compagnons. Le trèfle à trois feuilles lui permet d'expliquer le mystère de la Trinité (trois Personnes - le Père, le Fils et l'Esprit-Saint - en un seul Dieu). La plante deviendra le symbole de l'île.

Infatigable dans son apostolat, Patrick doit affronter de nombreuses résistances, notamment celle des druides. Il meurt vers 461, à plus de 80 ans, sur la terre de Dichn où son tombeau devient aussitôt un lieu de pèlerinage.

Depuis lors, chaque année, le 17 mars, jour de sa fête, les Irlandais du monde entier ne manquent pas de célébrer sa mémoire... avec force chopines.

Décès

Marc Aurèle

26 avril 121 à Rome (Italie) - 17 mars 180 à Vindobona (Vienne)

Biographie  Marc Aurèle

Marc Aurèle (40 ans) et Lucius Verus (31 ans) succèdent à Antonin le Pieux à la tête de Rome le 7 mars 161. L'un et l'autre ont été adoptés 23 ans plus tôt par l'empereur défunt en vue de lui succéder, sur l'injonction de son prédécesseur, l'empereur Hadrien ! C'est la première fois que l'empire est confié à un tandem. La collaboration entre Marc Aurèle, épris de philosophie stoïcienne, et Lucius Verus, séducteur et jouisseur, se passe curieusement bien...

Ibn Khaldoun

27 mai 1332 à Tunis (Tunisie) - 17 mars 1406 à Le Caire (Égypte)

Ibn Khaldoun (ou Ibn Khaldûn) est sans doute le seul grand penseur de l'Histoire qui ne pas européen et indéniablement le plus grand historien du Moyen Âge.

Dans son oeuvre majeure, Le Livre des exemples, il raconte l'Histoire universelle à partir des écrits de ses prédécesseurs, de ses observations au cours de ses nombreux voyages et de sa propre expérience de l'administration et de la politique. L'introduction, intitulée la Muqaddima (les Prolégomènes en français), expose sa vision de la façon dont naissent et meurent les empires.

Ibn Khaldoun est issu d'une grande famille andalouse d'origine yéménite et chassée d'Espagne par la Reconquête chrétienne. Il naît à Tunis à l'époque où les Mérinides dominent le Maroc et les Valois accèdent au trône en France. Le Maghreb connaît une paix relative cependant que la chrétienté médiévale sombre bientôt dans la guerre de Cent Ans et la Grande Peste. Après une existence active comme conseiller ou ministre des souverains musulmans du Maghreb, Ibn Khaldoun se retire à 45 ans au Caire, où il rédige son œuvre et enseigne. Ne tenant pas en place, il passe par Damas en 1401, peu avant que la ville ne soit assiégée par Tamerlan. Le vieux sage obtiendra alors du redoutable conquérant qu'il épargne la vie des habitants.

Pierre-Jules Hetzel

15 janvier 1814 à Chartres - 17 mars 1886 à Monaco

Biographie Pierre-Jules Hetzel

Connu par la publication des Voyages extraordinaires de Jules Verne, Pierre-Jules Hetzel est un éditeur d'avant-garde auquel on doit en particulier le développement des éditions pour la jeunesse.

Laïc et républicain avant l'heure, lorsque survient la Révolution de Février en 1848, il sort Lamartine de son lit et le conduit au balcon de l'Hôtel de ville.

Dès le coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte, il s'exile à Bruxelles, où il est rejoint par Victor Hugo. Il édite pour lui Napoléon le Petit, Châtiments (sans article), Les Contemplations...

Confronté à des auteurs peu scrupuleux, tel Baudelaire, Hetzel ne se contente plus de verser un acompte aux auteurs qui lui promettent un manuscrit. Il leur garantit des droits d'auteur proportionnés aux ventes, selon un système encore en vigueur. À la veille de la Grande Guerre, sa maison d'édition est absorbée par son rival de toujours, Hachette.

Jules Ferry

5 avril 1832 à Saint-Dié - 17 mars 1893 à Paris

Biographie Jules Ferry

Jules Ferry, issu d'une riche famille vosgienne, républicaine et laïque, suit une carrière d'avocat avant de s'engager dans le journalisme puis dans la politique sous les débuts de la IIIe République.

Athée, franc-maçon et fervent républicain, il est d'abord connu pour son action comme ministre de l'Instruction publique dans les années 1879-1882...

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès