XIe - XVIIIe siècles - Violence aveugle, violence maîtrisée - Herodote.net

XIe - XVIIIe siècles

Violence aveugle, violence maîtrisée

Violence, insécurité, peur... Ces mots rappellent une réalité vieille comme le monde et dont il est peu probable qu'elle disparaisse un jour.

Il n'empêche que, depuis le meurtre biblique d'Abel par son frère Caïn, la violence a beaucoup évolué en nature et en intensité.

Violence aveugle

Pour nous en tenir à l'Occident, le IIe millénaire a débuté sous une extrême violence : violence ordinaire des populations paysannes, livrées à elles-mêmes, violence calculée des seigneurs avides et acrimonieux.

Cette violence se tempère au XIIe siècle, quand les souverains, tel Louis VI le Gros, mettent à la raison les seigneurs-bandits et que l'Église discipline les guerriers en les transformant en chevaliers, « défenseurs de la veuve et de l'orphelin ».

Au XIIIe siècle, sous le « beau Moyen Âge », la violence au quotidien demeure élevée, au même niveau que celui observé aujourd'hui dans les pays les plus violents d'Amérique latine, avec un taux d'homicide annuel supérieur à 50 pour 100 000 habitants. Cette situation va plus ou moins perdurer jusqu'au XIXe siècle, avec l'apparition, entre temps, à la Renaissance, d'un phénomène inédit : le duel. Il conduit des gentilshommes à se battre jusqu'à la mort pour l'« honneur » (on trouve généralement une femme à l'origine de la querelle !).

Violence maîtrisée

Jusqu'au XVIIe siècle et au-delà, le maintien de l'ordre était confié à des milices municipales. Avec l'émergence des États nationaux, ceux-ci ne tardent pas à s'en saisir. Au XVIIIe siècle, à l'époque des Lumières, se mettent en place les principes inspirés par le grand juriste Cesare Beccaria, principes sur lesquels repose la justice moderne. À l'instigation de Beccaria, la Toscane et l'Autriche des Habsbourg-Lorraine abolissent ainsi la peine de mort (l'abolition ne sera que provisoire).

En France, en 1667, le roi Louis XIV confie à Gabriel Nicolas de La Reynie (42 ans) la charge nouvelle de lieutenant de police de Paris. La Reynie va dès lors traquer sans relâche les pensionnaires de la « Cour des Miracles » et Paris va peu à peu se policer.

En 1788, au Siècle des Lumières, le roi Louis XVI abolit la torture, sous l'influence de son garde des Sceaux Malesherbes, en arguant fort justement qu'elle ne « conduit jamais sûrement à la connaissance de la vérité, prolonge ordinairement sans fruit le supplice des condamnés et peut plus souvent égarer nos juges que les éclairer ».

Reste que, de la chute du Premier Empire (1815) à celle du Second (1870), la violence criminelle diminue sensiblement en intensité. Elle se cantonne surtout dans les milieux ruraux et pauvres.

En Angleterre, les dirigeants édictent des lois excessivement sévères, punissant de la pendaison les crimes de sang mais aussi les vols et de simples larçins. Du fait de ce « Code sanglant », on compte au début du XIXe siècle en Angleterre jusqu'à trois fois plus de pendaisons que d'homicides ! Cette sévérité s'avère payante. Quand la reine Victoria monte sur le trône, en 1837, la violence a si bien été éradiquée que le gouvernement peut sans crainte radoucir les lois. De l'ère victorienne à nos jours, le Royaume-Uni apparaît comme un hâvre de paix civile à peine troublée par quelques spectaculaires affaires et l'imagination débordante de ses romanciers.

Comme la France et l'Angleterre, l'ensemble de l'Europe de l'Ouest voit la violence criminelle s'atténuer au milieu du XIXe siècle, avec des taux d'homicide volontaire qui se rapprochent des taux actuels.

Toute autre est l'évolution des jeunes États-Unis d'Amérique. La colonisation des étendues sauvages du Far West se fait en marge de la loi et sur le dos des premiers occupants, les Amérindiens. Par la force des choses, l'ordre public est confié aux collectivités locales et à des shérifs élus par leurs concitoyens. Il s'ensuit une évolution à rebours de l'Europe. Les conséquences s'en font encore sentir avec un taux d'homicide volontaire nettement plus élevé, de l'ordre de 5 ou 6 par an pour 100 000 habitants...

Publié ou mis à jour le : 2019-10-21 12:37:16

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net