L'Antiquité en cartes animées

Vincent raconte l'apogée de l'empire romain (de 27 av. JC à 161 apr. JC)

L'apogée de l'empire romain (de 27 av. JC à 161 apr. JC)

Dans cet épisode, nous reprenons l’Histoire de Rome à l’avènement de l’empire en 27 av JC.

Devenu l’empereur Auguste, Octave accapare peu à peu tous les pouvoirs. Dans le même temps, il annexe certains états vassaux et achève la conquête de l’Espagne. En Maurétanie, les difficultés de succession affaiblissent le royaume qui se retrouve de plus en plus soumis à Rome. Les armées d’Auguste s’avancent aussi vers le nord jusqu’au Danube : elles conquièrent la Rhétie, le Norique, la Pannonie et la Dalmatie. Elles tentent aussi de conquérir la Germanie au-delà du Rhin, mais sans succès.

Lorsqu’Auguste meurt en l’an 14, ses héritiers directs sont morts avant lui : c’est un général, Tibère, qui lui succède, fondant la dynastie des Julio-Claudiens. Il met un coup d’arrêt à l’expansion territoriale de l’empire et il devient très vite impopulaire.

C’est dans ce contexte que des évènements d’apparence anodine surviennent en Judée. Le royaume juif fondé par les Hasmonéens vient d’être annexé à l’empire suite à la mort du roi Hérode en 4 av JC.

De nombreux prédicateurs annoncent alors le retour du royaume de Dieu, c’est-à-dire celui des Juifs. L’un d’eux, Jésus, connaît un vif succès. Plutôt que de chasser les Romains, il prône leur conversion et met en avant l’amour et la compassion : ce prosélytisme tranche avec la vision juive traditionnelle. Accusé d’attiser la révolte, il est crucifié par les Romains vers l’an 30. C’est la croyance en sa résurrection qui donne naissance au christianisme. En abandonnant l’idée de Peuple Elu, cette religion se diffusera bien plus facilement que le judaïsme.

Caligula succède à Tibère peu après ces évènements. Il sombre rapidement dans la démence, devient tyrannique et finit assassiné. Claude lui succède et restaure la stabilité de l’empire. Sous son règne, la Maurétanie est annexée, la Thrace est conquise, et la conquête de la Bretagne débute. La citoyenneté romaine est étendue à toute la Gaule.

Claude finit empoisonné et Néron lui succède en 54. Empereur compétent et apprécié dans un premier temps, sa popularité plonge avec plusieurs scandales suivis du grand incendie de Rome qui détruit une partie de la ville. Néron tente alors de détourner la colère de la foule contre diverses sectes comme celle des chrétiens, sans grand succès. Le Sénat le démet de ses fonctions et le pousse au suicide.

Néron meurt sans descendance : après une période de guerre civile, la garde prétorienne proclame Vespasien empereur, fondant la dynastie des Flaviens. Celui-ci doit d’abord réprimer une nouvelle révolte des Juifs de Judée. Pour éliminer définitivement la menace, il fait détruire le Temple de Jérusalem en l’an 70. Beaucoup de Juifs seront vendus, marquant les débuts de la Diaspora juive.

Après avoir rétabli l’ordre, Vespasien engage de nombreuses constructions, notamment celle du Colisée à Rome. Il accorde la citoyenneté romaine à toutes les villes d’Hispanie et assainit les finances. A sa mort, il laisse un empire à nouveau prospère.

Son premier fils Titus ne règne que deux ans : c’est surtout son deuxième fils Domitien qui va en profiter. Il poursuit la conquête de la Bretagne en s’avançant jusqu’aux limites de la Calédonie et éloigne la menace des Germains et des Daces. Mais ses dérives autoritaires exacerbent les contestations et il finit assassiné par une conspiration. Nerva est proclamé empereur par le Sénat en 96. Il ne règne qu’un an mais fonde la prestigieuse dynastie des Antonins.

C’est Trajan qui lui succède. Au nord, il franchit le Danube et conquiert la Dacie, dont les mines d’or et d’argent vont enrichir l’empire.

Au Proche-Orient, le royaume des Nabatéens centré sur Pétra est alors en plein éclat : il profite de sa position centrale sur la route de l’encens qui connecte l’empire romain à l’Arabie Heureuse. Trajan annexe ce royaume en l’an 106. L’empire romain atteint alors son équilibre territorial. Trajan embellit Rome par de nombreux ouvrages et met en place une aide sociale aux citoyens italiens les plus pauvres.

À l’est, l’Arménie est devenue un état-tampon convoité par les Romains comme par les Parthes. En 114, l’empereur Trajan s’en empare, entraînant la guerre contre l’empire parthe. Les Romains conquièrent toute la Mésopotamie, mais cette guerre dilapide les finances de Rome tandis que les révoltes, notamment juives, se succèdent. A la mort de Trajan en 117, son successeur Hadrien renonce à ses conquêtes en Arménie et en Mésopotamie. Il consolide les frontières et stabilise l’empire. Il mène de nombreuses constructions sur tout le territoire et soutient les arts grecs. La principale révolte est celle des Juifs en 132 qui entraîne une répression massive : Jérusalem est rasée et la province est interdite aux Juifs, renforçant la Diaspora.

Lorsqu’Antonin succède à Hadrien en 138, il hérite d’un empire stable et prospère. La paix se maintient pendant l’ensemble de son règne, qui marque l’apogée de l’empire romain. Mais cette paix laisse le temps aux Germains de se renforcer tandis que l’armée romaine perd de sa puissance. L’avènement de Marc-Aurèle en l’an 161 va coïncider avec le retour brutal des guerres aux frontières qui vont contribuer à miner l’empire. Rome va alors entrer dans une très longue décadence.

C’est ce qu’on verra dans l’épisode 17. En attendant, on va changer complètement d’air en passant visiter le continent américain. Le Mexique voit alors l’apogée de Teotihuacan et du peuple maya.

Vincent Boqueho

Publié ou mis à jour le : 2022-03-11 16:09:30

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net