L'Antiquité en cartes animées

Vincent raconte Rome de la République à l'Empire (202 à 27 av. J.-C.)

Rome: de la République à l'Empire (202 à 27 av. J.-C.)

Dans cet épisode, on va poursuivre l’Histoire de Rome à partir de sa victoire contre Carthage en 202 av. J.-C.. Après cette date, la Ville va poursuivre son ascension sans plus vraiment être menacée.

Elle commence par instaurer son contrôle sur le sud de l’Illyrie, afin de contrecarrer les attaques des pirates sur l’Adriatique. Puis elle se tourne contre la Macédoine qui s’était alliée à Carthage pendant la guerre. Les Romains s’allient au royaume de Pergame tandis que les Macédoniens s’allient à l’empire séleucide. Après 3 guerres successives, Rome remporte la bataille de Pydna qui lui donne le contrôle de la Macédoine en 168 av. J.-C..

Parallèlement, Rome engage la conquête de l’intérieur de l’Espagne, où elle rencontre une forte résistance illustrée par celle de la ville de Numance, qui durera plusieurs décennies. Puis Rome décide d’éliminer définitivement la menace de Carthage : en 149 av. J.-C. débute la troisième guerre punique. La ville est détruite trois ans plus tard.

En Grèce, la ligue achéenne tombe la même année sous la domination de Rome. Quant au roi Attale III de Pergame, fidèle allié de Rome, il meurt sans héritier : par testament, son royaume revient intégralement à Rome en 133 av. J.-C.. Cette colossale période d’expansion s’achève par la conquête de la Gaule Transalpine, qui devient une province romaine en 121 av. J.-C..

L’irruption des Germains menace cependant la présence romaine dans la région. Ça pousse le consul Marius à instituer une véritable armée de métier. La menace vient également du sud : le roi de Numidie Jugurtha acquiert une puissance inquiétante et s’allie au roi Bocchus de Maurétanie. Rome engage une guerre difficile et finit par renverser Jugurtha en 105 grâce à la trahison de Bocchus. Celui-ci récupère la plus grande partie de la Numidie, le reste devenant vassal de Rome. La Cyrénaïque, qui s’est détachée de l’Egypte à l’occasion d’une division dynastique, est léguée à Rome 9 ans plus tard.

A cette époque, les peuples d’Italie hors de Rome n’ont toujours pas les mêmes droits que les Romains. En 91 av. J.-C., une insurrection éclate : après 3 ans d’une guerre meurtrière, la citoyenneté romaine est finalement accordée à tous les Italiques.

En Orient, Mithridate VI est alors roi du Pont. Dès 110 av. J.-C., les Grecs de Crimée l’appellent à l’aide contre la menace des Scythes : il annexe la région, agrandissant considérablement son royaume. Puis en 88 av. J.-C., Mithridate s’empare de la Bithynie, soulève les Grecs d’Asie Mineure, massacre les 80.000 Romains installés là, et s’avance en Grèce.

Le consul Sylla veut reprendre les choses en main, mais Marius conteste son autorité en s’appuyant sur son immense prestige. Une guerre civile éclate, confrontant les deux hommes. Sylla finit par prendre la tête de l’armée et remporte des victoires contre Mithridate, ramenant le Pont à ses anciennes frontières. Puis il marche sur Rome et massacre tous les partisans de Marius en 83, mettant fin à la guerre civile. Il se fait nommer dictateur et engage de nombreuses réformes pour stabiliser les institutions, mais il meurt 4 ans plus tard.

C’est à cette époque que le roi Tigrane II d’Arménie proclame son indépendance vis-à-vis des Parthes. Allié de Mithridate, il étend fortement son royaume et s’empare notamment des restes de l’empire séleucide en Syrie. Ca renforce encore l’hellénisation de l’Arménie.

Puis en 74, le roi Nicomède IV de Bithynie meurt et lègue son royaume à Rome. En réaction, Mithridate et Tigrane déclarent la guerre à Rome. Les Romains remportent des victoires dans les deux royaumes avant de s’enliser. Pompée est alors placé à la tête de l’armée romaine pour poursuivre la lutte. Il remporte une victoire décisive en 66 av. J.-C. : la Syrie est annexée, le Pont devient vassal, et l’Arménie est rendue aux Parthes. Puis Pompée poursuit plus au sud et s’empare de Jérusalem : la Judée devient elle aussi un royaume vassal en 63 av. J.-C..

Pendant cette guerre, les esclaves se révoltent sur le territoire romain, menés par Spartacus : l’insurrection est matée par Crassus. Celui-ci est soutenu par la plèbe tandis que Pompée est soutenu par l’aristocratie. Crassus favorise alors l’ascension d’un général ambitieux, Jules César, pour faire contrepoids à l’immense prestige acquis par Pompée.

De 58 à 51 av. J.-C., César réalise la conquête du reste de la Gaule pour acquérir sa propre réputation. La mort de Crassus lors d’une bataille contre les Parthes laisse César seul face à Pompée : en 49, César franchit le Rubicon pour marcher sur Rome, déclenchant la guerre civile. Pompée est tué en 46 av. J.-C. : César devient dictateur à vie, mais il est assassiné 2 ans plus tard par un complot de Cassius et Brutus visant à rétablir les institutions de la république. 3 héritiers spirituels de César mettent alors en place un triumvirat : Octave, Marc-Antoine et Lépide. Ils défont la coalition républicaine à la bataille de Philippes en 42 av. J.-C. et se partagent le monde romain : l’Occident à Octave, l’Orient à Marc-Antoine, l’Afrique à Lépide, tandis que l’Italie reste aux mains du Sénat. Fort du soutien du Sénat, Octave démet Lépide et déclare la guerre à Marc-Antoine. Celui-ci s’est allié à Cléopâtre, reine d’Egypte, mais ils sont défaits à la bataille d’Actium en 31 av. J.-C.. Octave s’empare ainsi de l’Egypte et devient seul maître de Rome. Il se fait proclamer empereur en 27 av. J.-C. sous le nom d’Auguste : c’est la fin de la république et le début de l’empire romain.

Vincent Boqueho

Publié ou mis à jour le : 2022-02-18 08:51:52

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net