Musée Jacquemart-André - Un joyau haussmanien - Herodote.net

Musée Jacquemart-André

Un joyau haussmanien


Méconnu du grand public et des étrangers, le musée Jacquemart-André est l'un des plus beaux musées de la capitale française et sans doute l'un des plus dynamiques et des plus accueillants, nonobstant un prix d'entrée relativement élevé.

Son histoire remonte à l'héritier d'une richissime famille de banquiers du Second Empire, Édouard André (1833-1894).

Hédoniste et amateur d'art, celui-ci se fait construire un splendide hôtel particulier sur le boulevard Haussmann nouvellement ouvert, dans la plaine Monceau, lieu d'élection de la bourgeoisie impériale. L'architecte Henri Parent en assure la construction de 1866 à 1875.

L'escalier d'honneur du musée Jacquemart-André et la fresque de Jean-Baptiste Tiépolo : Arrivée du roi Henri III à Venise

Un mariage blanc de très grand profit pour l'art

L'hôtel est surélevé et en retrait par rapport au boulevard, afin de mieux impressionner les passants et les invités. Ces derniers entrent en calèche sous l'hôtel, par le côté droit et arrivent dans la cour, devant la façade d'honneur. La calèche peut repartir en passant sous l'hôtel par le côté gauche.

Le propriétaire donne des fêtes somptueuses dans cet hôtel, dès la fin du Second Empire, accueillant jusqu'à mille invités par soirée dans les salons décorés dans le goût du XVIIIe siècle et le jardin d'hiver surmonté par une immense fresque de Tiépolo.

Les pèlerins d'Emmaüs, par Rembrandt Harmenszoon van Rijn dit Rembrandt (Leyde, 1606 - Amsterdam, 1669), vers 1628, huile sur panneau, 39 x 42 cm (musée Jacquemart-André) Son mode de vie lui vaut d'attraper une maladie vénérienne, la syphilis. Qu'à cela ne tienne, en 1881, il propose le mariage à une amie qui exécuté son portrait quelques années plus tôt, Nélie Jacquemart (1841-1912).

Fille adultérine d'une servante et du régisseur du château de Chaâlis, au nord de Paris, celle-ci n’a d’autre ambition, toute sa vie, que de s’intégrer à l’aristocratie afin de surmonter ce déshonneur.

Elle bénéficie d'une excellente éducation comme demoiselle de compagnie auprès de la châtelaine de Chaâlis et devient portraitiste de la bonne société.

Nélie Jacquemart, bien sûr, accepte le « mariage blanc » que lui propose le banquier.

Unis par la passion de l'art, ce couple platonique va dès lors multiplier les voyages afin d'acquérir les oeuvres qui viendront embellir l'hôtel du boulevard Haussmann.

À la mort de son époux, Nélie Jacquemart agrandit les collections et, en l'absence d'héritier, les lègue, ainsi que l'hôtel, à l'Institut de France.

Depuis lors, l'hôtel est ouvert à la visite. Dans un cadre chaleureux et parfois avec une animation  musicale, on peut y découvrir de très belles collections du XVIIIe siècle mais aussi de la Renaissance et du Moyen Âge gothique.

André Larané
Portrait de Mathilde de Canisy, marquise d'Antin, par Jean-Marc Nattier (Paris, 1685 - Paris, 1766),  1738, huile sur toile, 118 x 96 cm (musée Jacquemart-André)


Contact : Christelle Moreau
Courriel : cliquez ici
Site internet : cliquez ici

Publié ou mis à jour le : 2016-06-30 14:08:57

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net