1848-2017

Les présidents de la République française

Voici la liste des présidents de la République française, avec la date de leur première entrée en fonction et leur âge à ce moment-là.

Notons d'abord que la Première République, proclamée le 22 septembre 1792, après l'arrestation de Louis XVI, n'a pas institué un chef de l'État : le pouvoir exécutif a d'abord été exercé par des comités nommés par les députés de la Convention. Le plus puissant était le Comité de Salut Public.

Au bout de trois ans, la Convention a cédé la place à un nouveau régime, le Directoire, avec deux assemblées législatives, les Cinq-Cents et les Anciens. Le pouvoir exécutif a été alors confié à cinq Directeurs désignés par les députés. Il faut attendre l'instauration brutale du Consulat par Napoléon Bonaparte pour que la République française se dote d'un chef de l'exécutif avec des attributs comparables à ceux des anciens souverains. Mais ce nouveau régime, le Consulat, va laisser la place en 1804 au Premier Empire.

La Seconde République

Après l'Empire et la Restauration de la monarchie, une Seconde République est proclamée le 25 février 1848. Elle se donne une Assemblée constituante de 900 membres, élus en avril au suffrage universel (masculin). C'est une première mondiale. La Constitution est proclamée le 12 novembre suivant.

Elle confie le pouvoir législatif à une Assemblée de 750 membres et le pouvoir exécutif à un président de la République élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans non renouvelable (le terme président est empruntée aux Américains). Il exerce les fonctions de chef de l'État précédemment dévolues au souverain.

1- Louis-Napoléon Bonaparte, élu le 10 décembre 1848 à 48 ans :

Le neveu de Napoléon 1er était encore inconnu des Français quelques mois plus tôt. Son élection surprend tout le monde. Elle fait de lui le premier président de la République française. Louis-Napoléon établit sa résidence officielle au palais de l'Élysée.

Mais l'assemblée, très conservatrice et dominée par le « Parti de l'Ordre », l'empêche de gouverner et même de se faire réélire. Qu'à cela ne tienne. Fort de sa popularité, le président commet un coup d'État le 2 décembre 1851 et instaure le Second Empire...

La Troisième République

Le 4 septembre 1870, deux jours après la défaite de Sedan et la capture de Napoléon III, les chefs républicains de Paris et Lyon proclament la IIIe République. Le 8 février 1871, alors que le pays est encore occupé par les Prussiens, une Assemblée nationale est élue et nomme un gouvernement provisoire. Le 17 février 1871, elle désigne Adolphe Thiers chef du pouvoir exécutif.

Le 31 août 1871, après l'épreuve de la Commune et le traité de paix avec l'Allemagne, l'Assemblée nationale, installée à Versailles, se proclame Constituante et donne à Adolphe Thiers le titre de président de la République, plus honorable à son goût que celui de chef.

2- Adolphe Thiers, désigné le 31 août 1871 à 74 ans :

Bourgeois et conservateur, Adolphe Thiers a la faveur de la majorité monarchiste de l'Assemblée nationale. Mais celle-ci est divisée entre orléanistes et légitimistes et d'autre part, l'opinion publique s'accoutume aux institutions républicaines. Réaliste, Thiers se rallie peu à peu à la République. Peu lui importe la nature du régime pourvu qu'il respecte les intérêts des possédants. Il déclare le 13 novembre 1872 devant les députés : « La République sera conservatrice ou ne sera pas ».

Les députés ne partagent pas son pragmatisme. Par défiance à son égard, ils interdisent le 13 mars 1873 au chef de l'exécutif d'assister à leurs travaux. Cette disposition va se perpétuer jusqu'à nos jours. Le 24 mai 1873, l'Assemblée, constatant son manque d'empressement à restaurer la monarchie, lui retire sa confiance et porte à la présidence le maréchal Mac Mahon, un royaliste sincère.

3- Patrice de Mac-Mahon, désigné le 24 mai 1873 à 69 ans :

Le maréchal, duc de Magenta, est élu par 300 députés sur 392 (on qualifie depuis lors d'« élection de maréchal » une élection à la quasi-unanimité !).

Les députés attendent de lui qu'il restaure la monarchie mais le prétendant se fait désirer. Alors, le 20 novembre 1873, ils fixent à pas moins de sept ans (un septennat) la durée du mandat présidentiel, en espérant arriver à leurs fins d'ici là.

Le 30 janvier 1875, le député républicain Henri Wallon introduit subrepticement dans les lois constitutionnelles en discussion à l'Assemblée un amendement qui contient le mot République. Celle-ci est ipso facto officialisée ! Deux ans plus tard, le président entre en conflit avec l'Assemblée     

4- Jules Grévy à ans :

xxx

5- à ans :

xxx

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 09:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net