Les juifs en Europe - L'antisémitisme moderne, de 1492 à nos jours - Herodote.net

Les juifs en Europe

L'antisémitisme moderne, de 1492 à nos jours

L'antisémitisme moderne (XIXe-XXe siècles) se distingue radicalement de l'antijudaïsme médiéval. Celui-ci laissait aux juifs la faculté de se faire baptiser pour échapper à leur condition ! Le nouvel antisémitisme se moque quant à lui de l'aspect proprement religieux.

Contre toute évidence, il présente les Juifs comme une race à part, dotée de caractéristiques spécifiques et ineffaçables, par exemple le goût de l'argent, le cosmopolitisme et le mépris de la patrie. Les prémices de cet antisémitisme se situent en Espagne à l'aube de la Renaissance avec l'importance inédite accordée à la « limpieza de la sangre ».

Du philosémitisme des Lumières à l'antisémitisme « scientifique »

De la fin du Moyen Âge jusqu'au dernier tiers du XIXe siècle, Espagne mise à part, l'Europe manifeste une plus grande tolérance à l'égard de ses minorités israélites. On peut de la sorte parler de philosémitisme (le contraire de l'antisémitisme) pour qualifier l'attitude dominante de l'opinion occidentale à l'égard des juifs jusque dans les années 1870. Les premiers dérapages se produisent à la fin du XIXe siècle.

La théorie de la sélection naturelle, exposée par Charles Darwin dans L'Origine des Espèces, en 1859, inspire un darwinisme social qui voit dans les luttes civiles, les inégalités sociales et les guerres de conquête rien moins que l'application de la sélection naturelle à l'espèce humaine.

Friedrich Engels, ami de Karl Marx, envisage comme un bienfait l'extermination de peuples arriérés d'Europe centrale. D'autres théoriciens scientistes prônent l'intervention de l'État pour améliorer l'espèce humaine. Leurs préceptes eugénistes seront mis en oeuvre par les sociaux-démocrates suédois en 1922 puis par Hitler en 1933.

La défaite de la France dans la guerre franco-prussienne inspire aussi en 1886 au journaliste Édouard Drumont l'ouvrage le plus abject qui soit : La France juive, essai d'histoire contemporaine. Dans ce volumineux pamphlet, l'auteur oppose pour la première fois la race supérieure des prétendus « Aryens » aux Sémites (juifs).

Chassé-croisé politique

Les premières violences antisémites surviennent en Russie où, dans les crises récurrentes, les communautés juives deviennent des boucs émissaires pratiques. La police tsariste commet un faux grossier, Le protocole des Sages de Sion, pour encourager les pogroms. Beaucoup de juifs russes émigrent alors vers l'Allemagne, l'Autriche, les États-Unis ou encore la Palestine.

Incendie d'une synagogue à Siegen À la veille de la Grande Guerre (1914-1918), c'est encore en Allemagne que les juifs se sentent le mieux intégrés. Tout bascule après la défaite de l'Allemagne. On en vient, avec Hitler, aux lois antisémites de Nuremberg (1935) et au génocide de 1941-1945.

En 1953 encore, en dépit de l'horreur unanime suscitée par la Shoah, Staline accuse ses médecins juifs d'être à l'origine du « complot des blouses blanches » et c'est seulement la mort qui l'empêche de déporter tous les juifs de son pays.

On a pu croire dans les années 1970 que les horreurs du passé avaient vacciné les Européens contre l'antisémitisme. Mais un nouvel antisémitisme est en train d'émerger, sans lien idéologique avec le précédent mais tout aussi lourd de menaces. Une Histoire qui ne finit pas.

Publié ou mis à jour le : 2019-03-02 16:14:23

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net