Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> L'esclavage en terre d'islam
L'esclavage en Occident
• 4 fvrier 1794 : la Convention abolit l'esclavage
• 10 mai 1802 : proclamation de Delgrs en faveur de la libert
• 20 mai 1802 : Bonaparte rtablit l'esclavage
• 2 mars 1807 : l'Angleterre interdit la traite
• 26 juillet 1833 : l'Angleterre abolit l'esclavage
• 27 avril 1848 : la IIe Rpublique abolit l'esclavage
• 18 dcembre 1865 : le XIIIe amendement prohibe l'esclavage aux tats-Unis
• 13 mai 1888 : le Brsil en finit avec l'esclavage
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

L'esclavage en terre d'islam

Le regard d'un anthropologue


L'anthropologue Malek Chebel montre dans L'esclavage en terre d'islam (Fayard, septembre 2007, 496 pages, 24 euros) comment une culture esclavagiste s'est greffe sur l'islam. Il a justement sous-titr son ouvrage Un tabou bien gard.

Il s'agit non d'un livre d'histoire mais d'un rcit de voyage ethnographique maill de rfrences littraires.

L'esclavage en terre d'islam

Spécialiste du monde musulman, l'anthropologue Malek Chebel s'est penché sur un sujet rarement abordé : l'esclavage en terre d'islam, sans se limiter aux traites négrières.

Il évoque les anciens trafics d'esclaves blancs mais aussi les trafics humains qui perdurent dans maints pays sous des formes plus ou moins édulcorées.

Le livre fondateur de l'islam évoque l'esclavage dans pas moins de 25 versets sans le condamner formellement.

« Le Coran n'étant pas contraignant, l'abolition relève de la seule initiative personnelle du maître. Cette ambiguïté est constitutive de l'approche coranique : encourager ceux qui font le bien, mais ne pas alourdir la peine de ceux qui ne font rien, écrit Malek Chebel. Plusieurs versets entérinent au demeurant l'infériorité de l'esclave par rapport à son maître ».

Inhumanité de l'esclavage

Le calife Omar (581-644) est à l'origine d'une législation qui interdit de mettre en servitude un musulman. Cette législation va être très vite détournée par l'usage, les élites n'ayant de cesse de multiplier les restrictions à l'affranchissement des esclaves convertis à l'islam. Elle va d'autre part pousser les musulmans à chercher des esclaves hors de leurs terres, c'est-à-dire en Afrique noire et en Europe orientale.

Rapidement, l'esclavage devient un fait central des sociétés musulmanes, comme il l'a été des sociétés grecque et romaine. « Nulle part on ne trouve contre lui d'opposition ou de réprobation », note l'auteur en rappelant que les plus grandes figures intellectuelles de l'islam ont été comme les autres de grands propriétaires d'esclaves.

Malek Chebel rapporte in extenso trois codes régissant l'esclavage en terre d'islam. À travers des références littéraires, en premier lieu les Mille et une Nuits, ainsi que de nombreux récits de voyageurs, il dépeint aussi le statut des esclaves, leur déshumanisation par la privation de nom et leur exploitation à des fins sexuelles, qu'il s'agisse des concubines destinées à assouvir les plaisirs de leur maître ou des eunuques chargés de les garder.

Toujours d'actualité

Le monde musulman n'étant pas un bloc homogène, l'auteur analyse région après région les traces laissées par l'esclavage et ce qu'il en reste.

Dans beaucoup de régions perdure l'esclavage « de traîne » : il affecte les descendants d'esclaves qui portent le fardeau de leur hérédité ; ainsi ne peuvent-ils par exemple épouser une femme de classe supérieure.

Sur la côte sud de l'Iran subsiste une communauté issue des anciens esclaves noirs qui parle arabe, pratique le sunnisme et entretient des coutumes d'origine africaine. En Arabie, malgré la répétition des édits abolitionnistes, l'esclavage perdure de fait, avec une relative discrétion. Il concerne des ressortissants africains, sans parler des travailleurs asiatiques dont le sort est proche de la servitude.

L'esclavage demeure présent aussi dans les régions sahariennes (Libye, Niger, Tchad, Mali...) sans qu'on puisse en chiffrer l'importance. Cédant à la pression des ONG, un chef targui du Niger, Amrissal Ag Amdague, a accepté le 10 mars 2005 de libérer 7.000 esclaves coutumiers contre espèces sonnantes et trébuchantes ! En Mauritanie, l'esclavage des Noirs (Harratine) par les Bédouins est une réalité prégnante dont l'auteur a lui-même pris la mesure lors de ses voyages...

Autant dire que la lutte contre l'esclavage demeure d'actualité et cet ouvrage permet de s'en convaincre. Malek Chebel le rappelle avec justesse : « l'esclavage est la pratique la mieux partagée de la planète, c'est un fait humain universel ».

Pour une vision historique du phénomène particulier des traites négrières, on se reportera à l'ouvrage clé d'Olivier Pétré-Grenouilleau : Traites négrières.

Alban Dignat

Publié ou mis jour le : 2016-04-25 11:21:28

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

benot (09-06-201411:04:31)

Voil une tude bien intressante. On ne parle jamais de cette pratique !


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'vasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhrez aux Amis d'Herodote.net

Comment appelait-on les soldats américains pendant la Grande Guerre ?

Rponse
Publicité