XXe siècle - Le siècle des dictateurs - Herodote.net

XXe siècle

Le siècle des dictateurs

Le siècle des dictateurs (sous la direction d'Olivier Guez, Perrin, 2019)C’est une sinistre galerie de portraits que nous offre Le siècle des dictateurs  (Perrin-Le Point, 461 p, 22 euros). Sous la houlette d’Olivier Guez, vingt-deux historiens et journalistes retracent la vie d’autant de tyrans qui ont ensanglanté le XXe siècle sur les cinq continents, recouvrant toutes les idéologies, y compris la théocratie de Khomeiny.

La liste n’est pas tout à fait exhaustive car manquent à l’appel, par exemple, le Portugais Salazar ou le Dominicain Trujillo… Mais l’essentiel n’est pas là. L’intérêt de ce livre réside aussi bien dans la description de la personnalité de chacun de ces dictateurs que des mécanismes par lesquels ils sont arrivés au pouvoir.

Hitler, Staline, Mussolini, Mao, Pol Pot étant les plus connus, ils suscitent d’excellentes synthèses mais qui ont déjà servi de bases à des ouvrages fouillés.  En revanche, ce livre nous fait découvrir des dictateurs qui nous sont moins familiers au-delà des évocations épisodiques des médias. À ce titre, le portrait de Kadhafi, ce « Néron des sables », cette « diva jupitérienne », dressé par Vincent Hugeux, domine les autres, notamment par sa qualité littéraire.

Plus inattendu, on trouvera au milieu de cette cohorte disparate le cas bien particulier de Pétain. « Peut-on être dictateur d’un pays vaincu et qui n’a la maîtrise ni de son devenir ni même de son quotidien dans un monde en guerre ? », s’interroge l’historienne Bénédicte Vergez-Chaignon. Elle démontre que « le Maréchal » bien qu’ayant recueilli légalement le pouvoir des parlementaires, « s’arroge, par une série d’actes constitutionnels, le titre nouveau de chef de l’État français en plus de ses fonctions de chef du gouvernement, et s’octroie le pouvoir exécutif, législatif, financier puis judiciaire, en sus du pouvoir constituant que lui avait accordé le vote ».

Reste que ce régime autoritaire incarné par un vieux maréchal qui joue du culte de la personnalité, demeure sous l’emprise de l’occupant allemand auquel il finit par obéir. Bénédicte Vergez-Chaignon conclut : « Philippe Pétain a-t-il été vraiment un dictateur ? Sans doute pas, pour des raisons qui, paradoxalement, tiennent pour une part à la haute idée qu’il avait de sa dignité, mais surtout à la situation de son gouvernement entravé, puis soumis. A-t-il cautionné une forme de dictature ? L’a-t-il rendue possible par ses décisions, ses choix et son aura ? Probablement, si la dictature est un régime qui finit de toute façon par retourner sa violence contre ceux-là mêmes auxquels il avait promis sauvetage, protection puis renaissance, dès que les « mauvais » auraient été séparés des « bons » ».

Gustave Klucis (1895-1938), peintre letton combat aux côtés des bolcheviks, lors de la révolution d'Octobre. Il a composé de nombreuses affiches de propagande au service du Parti communiste.  La première représente, de gauche à droite, Marx, Engels, Lénine et Staline. La seconde montre la ferveur populaire derrière Staline.

Le XXe siècle, un terreau propice aux dictatures

Si la dictature remonte à l’Antiquité, le XXe siècle lui a fourni un vaste terreau propice à son épanouissement sous toutes les latitudes.

Il faut dire que depuis la Première Guerre mondiale, les chamboulements de l’Histoire n’ont pas manqué de marquer au fer rouge le XXe siècle.

Benito Mussolini lors d'un discours en 1932, Coblence, archives fédérales allemandes. L'agrandissement montre une photographie de Mussolini et Hitler à Berlin en 1937, extraite d'un livre hongrois : Nos Hautes Terres - Nos Forces de Défense / De Trianon à Košice, Budapest 1939.En Europe, Lénine, Staline, Hitler, Mussolini, sont les produits de la Grande Guerre. La crise économique de 1929 avec ses conséquences sociales a également affaibli les démocraties, réduisant les gouvernements à l’impuissance. La perspective d’un sauveur scintillait alors comme un espoir.

La Seconde Guerre mondiale, point culminant du nazisme, engendra le stalinisme dans les pays d’Europe centrale pendant près d’une cinquantaine d’années avec des dictateurs nommés par le Kremlin.

En Afrique, en Amérique latine et en Asie, la guerre froide et les décolonisations provoquèrent aussi leur lot de troubles sur lesquels prospérèrent les tyrans.

Alors que retenir du kaléidoscope de ces figures glaçantes du XXe siècle ?

S’il n’existe pas un profil type de dictateurs - c’est l’une des démonstrations de ce livre -, quelques caractéristiques les rapprochent. D’abord, l’inconsistance ou le flou, voire l’obscurité qui précèdent leur avènement. « À l’origine, ils n’étaient rien ou pas grand-chose. Des illuminés, des marginaux, des passe-muraille ; des agitateurs ou des militaires frustrés qui rongeaient leur frein dans des cantonnements de province : ces ratés mythomanes et revanchards ne se seraient jamais approchés du pouvoir sans un coup de pouce (ou de pied) du destin », écrit Olivier Guez.

Mobutu avec sa célèbre toque léopard et sa canne ciselée, à Lubumbashi en juin 1983, © Pascal Maitre/J.A. DR. L'agrandissement montre Mouammar Kadhafi en habit traditionnel bédouin (gandoura et toque), à Addis Abeba en 2009.Ainsi on ignore les dates de naissance de Khadafi et de Saddam Hussein venus des zones reculées de leur pays ; Mobutu est né de père inconnu. Et pourtant ces individus a priori insignifiants rencontrent l’Histoire. « Les dictateurs surgissent du chaos – conflits, révolutions, crises économiques », constate Olivier Guez.

Cependant, personnages falots à l’origine, les dictateurs font preuve d’opportunisme, savent dissimuler leurs ambitions latentes, se révèlent de redoutables manœuvriers ou hommes d’appareil. Bref, ils ne sont pas dénués de savoir-faire.

Ils cultivent aussi un autre point commun : ils sont d’une inhumanité totale, insensibles aux cruautés et à la mort qu’ils infligent à leurs victimes.

Hitler a programmé et mis en œuvre la Shoah sans le moindre scrupule. D’une seule signature, Staline pouvait envoyer à la mort des centaines « d’ennemis du peuple ». D’une simple mention « Faites disparaître », Mobutu scellait, sans autre forme de procès, le sort d’un homme accusé par lettre anonyme.  Les séides de Pol Pot appliquaient un principe terrifiant : « Te perdre n’est pas une perte, te garder n’est d’aucune utilité. »

« Cette sentence ouvrait la porte à tous les abus mortifères », écrit Jean-Louis Margolin, dans sa contribution sur Pol Pot, « ce jeune homme si commun » à « l’apparente gentillesse » mais doté d’une « capacité à dissimuler, à brouiller les cartes » qui lui permirent de se hisser à la tête du parti communiste de son pays pour se livrer au « génocide cambodgien », pouvant aller « jusqu’à utiliser les cendres humaines comme engrais ».

Saddam Hussein n’hésitait pas à faire lui-même le sale boulot. Un jour, il demanda à un de ses ministres qui s’opposait à lui lors d’une réunion de l’accompagner dans une pièce attenante où il l’a froidement abattu avant de revenir prendre place au sein des « débats » comme si de rien n’était…

La propagande et le culte de la personnalité font partie de l’attirail du parfait dictateur. Partout trône son effigie dans le pays et il se voit affublé de surnoms grotesques. Lors de son cinquantième anniversaire, Staline n’a-t-il pas été qualifié de « génie de notre temps » ? Mobutu s’était attribué le titre de « guide suprême » ? Ils sont « Guide », « Führer », « Duce », « Grand timonier », « Caudillo », « lider maximo »  etc. Tous jouissent du culte de la personnalité qu’ils instaurent.

Manifestation à Salamanque, en Espagne, pour célébrer l'occupation de Gijón par les troupes franquistes, Salamanque, bibliothèque de la défense, 1937. L'agrandissement montre Fidel Castro accueillant sur le sol cubain, en juin 1992, son ami Robert Mugabe, dirigeant du Zimbabwe, AFP, DR.

À leur mégalomanie s’ajoute une paranoïa qui va jusqu’à éliminer leurs compagnons de route dont ils se méfient. Staline était passé maître dans l’art de faire le vide autour de lui. En Corée du Nord, où l’on est dictateur de père en fils depuis trois générations, Kim Jong-un, actuellement aux commandes du pays a démis, fait déporter ou exécuter des centaines de cadres et d’officiers. Pour montrer que nul n’est à l’abri de la terreur, il a fait fusiller son oncle et assassiner son frère.

Enfin, quand ils ne sont pas issus du moule militaire, ces « guides » se sont révélés de calamiteux chefs de guerre à l’image de Hitler, Staline, Mobutu ou Saddam Hussein. Souvent, ils se sont enrichis. Certains sont même devenus des prédateurs. À l’instar des Duvalier en Haïti. « Plus du tiers des recettes fiscales prend le chemin des comptes de la famille. Le pillage atteint son comble en 1980, quand 20 millions de dollars prêtés par le FMI s’évaporent en deux jours. C’est la curée : sur fond de famine, Baby Doc garnit ses quelque 300 comptes au Luxembourg, aux États-Unis et en Suisse. Il achète un château en France, un appartement à Paris, un autre à Monaco, sans oublier un yacht ; ce sont ainsi 250 millions de dollars qui sont soustraits au budget national », écrit Catherine Eve Roupert. Mobutu confond aussi les caisses de l’État avec les siennes. Dans les années 1980, sa fortune personnelle atteint 4 milliards de dollars, grâce à la corruption, à des détournements de l’aide étrangère, aux versements des recettes de grandes entreprises sur des comptes spéciaux.

À la fin de leur vie, s’enfermant dans le déni, aucun de ces tyrans n’a regretté ses actes. Enfin, il faut noter que tous les dictateurs qui ont voulu faire rempart au communisme après la Seconde Guerre mondiale ont reçu l’aide discrète mais omniprésente de la CIA.

Pol Pot dans la jungle cambodgienne le 22 juin 1979. Kyodo News, DR. L'agrandissement est une photographie de la rencontre entre le président roumain Nicolae Ceaucescu et son épouse Elena  avec le Premier ministre cambodgien Pol Pot et le président cambodgien Khieu Samphan, 1978.Mais les dictateurs ne sévissent pas tous dans le même marigot. On ne peut comparer, Hitler, Staline, Mao, Pol Pot, responsables de la mort de dizaine de millions d’hommes, de femmes et d’enfants dans le cadre de la planification méthodique et froide d’une extermination de masse, avec Franco, Honecker ou Tito quelles que soient les répressions meurtrières menées par ces derniers. 

De même, ils ne parviennent pas tous au pouvoir de la même manière. La plupart optent pour la force ou le coup d’État, d’autres conquièrent le pouvoir démocratiquement portés par l’enthousiasme d’un peuple, comme Hitler. Dans ses Mémoires, Baldur von Schirach, l’ancien chef des Jeunesses hitlériennes repenti, souligne : « Hitler n’est pas venu de l’extérieur, il n’était pas, comme beaucoup l’imaginent, une bête démoniaque qui a saisi le pouvoir toute seule. C’était l’homme que le peuple allemand demandait et l’homme que nous avons rendu maître de notre destin en le glorifiant sans limites. Car un Hitler n’apparaît que dans un peuple qui a le désir et la volonté d’avoir un Hitler. »

Les dictateurs n’ont pas forcément le même rapport au peuple. Certes, tous oppriment et surveillent leurs concitoyens grâce à leur police politique, les privent de liberté et assassinent les opposants.  Mais certains poursuivent la chimère de la renaissance d’un homme nouveau et pur, l’aryen pour Hitler, « le pur peuple travailleur » pour Pol Pot. S’il ne s’est pas livré à des persécutions antisémites, Franco, lui, a fait la chasse aux francs-maçons, son obsession avec les communistes. Mussolini entreprit également de régénérer le corps social. « Une lutte implacable contre toutes les « déviances » sociales ou sexuelles, fut lancée, entraînant l’exil dans les régions hostiles -le confino- des homosexuels, des marginaux et des opposants. Car Mussolini menait une révolution anthropologique qui visait à remodeler les individus par leur sujétion à l’État », écrit Frédéric Le Moal.

D’autres se dispensent de se lancer dans une telle entreprise. Ainsi en Syrie « le régime d’Afez al-Assad s’apparente plus à une tyrannie à l’orientale qu’à une dictature de type stalinien ou nord-coréen : peu importe au fond ce que les gens pensent pourvu qu’ils ne le disent pas. Le régime règne par la peur. Il n’ignore pas la haine qu’il inspire et ne fait rien pour l’atténuer puisqu’elle est partie intégrante de son système de pouvoir. En résumé, il ne s’agit pas de modeler l’esprit de la population, mais simplement de lui interdire de s’exprimer », analyse Bernard Bajolet, ancien ambassadeur et ex-patron de la DGSE. Caractérisée par ses atrocités répressives, la dictature n’est pas uniforme sur la planète.

La Fin (Les dernières heures dans le bunker d'Hitler), vers 1950, Mikhail Vasilevich Kupryanov. L'agrandissement montre des Syriens brandissent des portraits de Bachar el-Assad et de son père en 2002, REUTERS/ Khaled al-Hariri, DR.

Vers une dictature sans visage ?

L’ère des dictateurs s’est-elle éteinte avec la XXème siècle ? On peut en douter comme le montrent la Corée du Nord et la Syrie où un Assad a succédé à un autre. Et puis plus profondément, la tentation de s’en remettre à un homme providentiel ou à une idéologie démagogique demeure.

« Les hommes craignent la solitude et la liberté, vertigineuses. Après avoir vécu sous l’emprise du divin pendant des millénaires, ils sont toujours besoin d’espérer, de croire en quelque chose qui les dépasse », estime Olivier Guez qui pointe également une nouvelle forme de dictature, plus insidieuse et sans visage : « Son  royaume n’a ni capitale, ni frontière, mais il règne sur plus de deux milliards d’individus. Opinions politiques, préférences sexuelles, cercles d’amis, vies professionnelles, pouvoir d’achat, hobbies ; petits secrets, grandes vacances : grâce à Facebook, WhatsApp, Instagram… l’empire des réseaux détient davantage d’informations sur ses sujets que Staline à l’époque des grandes purges. Ses algorithmes sont la police secrète du troisième millénaire », s’inquiète Olivier Guez. Et de cette dictature-là nous ne sommes pas près de nous débarrasser.                              

Jean-Pierre Bédéï

Épisode suivant Voir la suite
Femmes de dictateur
Publié ou mis à jour le : 2019-11-25 00:35:07

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net