Le monde à l'époque hellénistique

La naissance de l'empire chinois

En 246 av. J.-C., la Chine du nord est toujours divisée en royaumes rivaux qui se livrent à des guerres meurtrières. Cette année-là, Zheng monte à l’âge de 13 ans sur le trône du Qin, dont la puissance militaire n’a cessé de s’accroître.

Après 16 ans de conflits, il parvient à annexer le royaume de Han, puis les autres royaumes tombent les uns après les autres : Zhao, Yan, Wei, Chu, et enfin Qi en 221.

Vincent Boqueho
La naissance de l'empire chinois (droits réservés : Vincent Boqueho, pour Herodote.net)
 

Le bouddhime comme guide de vie

Cette année marque l’unification de la Chine : Zheng prend le nom de Shi Huangdi et devient le premier empereur de cette Chine unifiée. Afin de renforcer la cohésion de l’ensemble, il adopte une seule monnaie et une seule écriture, standardise les poids et mesures, et développe le réseau routier. Au nord, il consolide les défenses en remplaçant les anciens murs de terre par un grand rempart de pierre, qui deviendra la Grande Muraille de Chine. Au sud, il poursuit les conquêtes au-delà du pays peuplé par les Han, au prix de lourdes pertes et de déplacements de populations.

Après un règne despotique et paranoïaque qui voit l’exécution de la plupart des lettrés, Shi Huangdi meurt en 210 av. J.-C. et se fait enterrer sous un tumulus de 115 m de haut aux côtés d’une armée en terre cuite. Son fils lui succède, mais il s’avère encore plus violent que son père : en peu de temps, des chefs de guerre émergent et proclament leur indépendance, disloquant l’empire...

L’un d’eux nommé Liu Bang parvient à s’emparer de la capitale Xianyang, mettant fin à la dynastie Qin. Après 5 ans de guerre contre son rival, Liu Bang réunifie le pays en 202, à l’exception des récentes conquêtes au sud : il devient empereur sous le nom de Gaozu, fondant la dynastie Han avec pour capitale Chang’an, l’actuelle Xi’an. Contrairement à la précédente, cette nouvelle dynastie va perdurer pendant 4 siècles et va marquer l’une des périodes les plus prospères de la Chine.

Au nord, les nomades Xiongnu s’unissent sous l’autorité du roi Modu. Bloqués au sud par la Grande Muraille, ils vont s’étendre vers l’ouest, remportant plusieurs victoires contre les Yuezhi. Ceux-ci émigrent vers l’ouest, repoussés par les Xiongnu, jusqu’à ce qu’ils trouvent refuge en Transoxiane. Leur irruption provoquera l’effondrement de la Bactriane grecque quelques années plus tard.

L’avènement de Wudi en 141 av. J.-C. marque l’apogée de la Chine des Han. Il renforce la centralisation de l’Etat, soutient les arts en poésie comme en musique, et donne une nouvelle vigueur à la doctrine confucianiste. Il engage des conquêtes dans toutes les directions : au sud, il récupère les régions que Qin Shi Huangdi avaient conquises et s’avance au-delà jusque dans l’actuel Vietnam.

Au nord-est, il conquiert une partie de la péninsule coréenne. Au nord-ouest, il engage une guerre contre l’empire Xiongnu, toujours menaçant : cela lui permet d’annexer le Gansu, étroit corridor fertile qui sépare les steppes mongoles des plateaux tibétains. Il tente alors de nouer une alliance avec les Yuezhi contre les Xiongnu, ce qui amène les premiers Chinois jusqu’en Asie Centrale.

C’est la première fois dans l’Histoire que la civilisation chinoise entre en contact avec l’immense réseau de civilisations issues du Croissant fertile. Des échanges culturels et commerciaux s’amorcent, préfigurant la future Route de la Soie reliant la Chine et l’Occident. Comme Shi Huangdi, Wudi devient de plus en plus paranoïaque à la fin de son règne et se livre à des purges incessantes. Il meurt après 54 ans de règne, laissant une Chine plus florissante que jamais.


Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 12:43:26

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net