An Mil

L'invention de l'Occident et les racines de l'Europe

L'invention de l'Occident (Attali et Salfati)Qu'en est-il des racines de l'Europe ? La question a figuré au cœur du projet avorté de Constitution européenne (2005) avec la revendication de racines « judéo-chrétiennes ». Elle a été relancée par une émission, sur Arte, le 12 juin 2013 : L'invention de l'Occident. Cette émission porte la marque de son inspirateur, Jacques Attali. D'emblée, elle annonce la couleur : exit le christianisme, nos racines seraient... « judéo-grecques ».

Homère et la Bible seraient donc les deux « mamelles nourricières » de notre civilisation ? Cette idée relève de toute évidence d'une volonté de « dé-christianiser » l'Histoire de l'Europe. En cela, elle est conforme à l'esprit du temps mais en aucune façon à la démarche d'un véritable historien qui se doit de respecter les faits et de leur conserver leur cohérence, indépendamment de ses croyances personnelles (note).

Les racines médiévales de la France et de l’Occident

Encore aujourd’hui, les Européens de l’Ouest et leurs cousins du Nouveau Monde se distinguent des autres groupes humains dans leurs manières de vivre, penser et mourir : Chine, Indes, Moyen-Orient, Afriques, Andes, etc. Ils se distinguent aussi, dans une moindre mesure, des Européens du monde orthodoxe. Il existe une civilisation occidentale comme il y a une civilisation chinoise ou une civilisation islamique arabo-persane. Les facteurs qui la distinguent des autres civilisations (culture, spiritualité, économie, institutions...) sont à chercher dans la chrétienté médiévale, bien plus que dans d’hypothétiques « racines judéo-chrétiennes » ou « judéo-grecques ».  

- Notre civilisation résulterait-elle de la fusion de la pensée grecque (Homère) et de la spiritualité judaïque (Moïse) comme le suggère par exemple l’essayiste Jacques Attali ? À cela j’objecte que les Arabo-musulmans, qui ont conquis au VIIIe siècle les vieilles terres romaines de culture hellénistique et judaïque (Moyen-Orient et Afrique du nord), peuvent tout autant que les Européens se réclamer de l'héritage judéo-grec. Or, leur civilisation n'a pas connu les mêmes développements que la civilisation occidentale ; ils n'ont trouvé dans cet héritage ni la démocratie, ni l’émancipation des femmes, ni la laïcité, ni le règne de la loi qui est à la base du développement économique. Dès lors que l'héritage judéo-grec a pu aboutir à des résultats aussi différents que la civilisation européenne et la civilisation islamique, il faut chercher ailleurs les facteurs qui ont permis à la première de se démarquer du reste du monde au cours du deuxième millénaire de notre ère.

- Si nos racines ne sont pas judéo-grecques, sont-elles « judéo-chrétiennes » comme l’aurait suggéré, il y a deux siècles déjà, un théologien allemand, Ferdinand Baur ? Cela n'est pas plus évident si nous prenons la peine d'y réfléchir. En effet, la chrétienté orthodoxe et les chrétientés moyen-orientales ont été au moins autant pénétrées de ces racines judéo-chrétiennes (et grecques) que la chrétienté occidentale. Au cours du premier millénaire, grâce à cet héritage antique, elles ont même connu un développement bien plus éclatant que l'Occident, tout comme d'ailleurs l'empire arabo-musulman. Mais le deuxième millénaire leur a été fatal tandis qu'il a permis à l'Occident d'engendrer une civilisation en rupture totale avec le passé.

Cette rapide enquête sur les traits distinctifs de la civilisation occidentale montre qu'ils ne sont pas à chercher dans l'Antiquité gréco-latine, laquelle a aussi bien pu irriguer Byzance et l’Islam. Ils ne sont même pas à chercher dans le christianisme, lequel est une religion à vocation universelle, aussi à son aise en Occident qu'en Afrique tropicale, en Orient ou en Extrême-Orient. Notre civilisation a, certes, comme les autres, beaucoup emprunté aux civilisations qui l’ont précédée mais sa spécificité n’est pas là.

Ni judéo-chrétiennes, ni gréco-hébraïques, ses « racines » plongent dans le terreau médiéval de l'An Mil, concocté pour l’essentiel dans notre hexagone, dans lequel se sont agglomérés les apports germaniques et méditerranéens, ainsi que bien entendu le christianisme nourri par la Tradition et les théologiens.

Publié ou mis à jour le : 2022-08-06 12:59:58

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net