Giuseppe Garibaldi (1807 - 1882) - Éternel rebelle - Herodote.net

Giuseppe Garibaldi (1807 - 1882)

Éternel rebelle

Né à Nice le 4 juillet 1807, Giuseppe (ou Joseph) Garibaldi est honoré par l'Italie mais aussi par Nice, sa ville natale, et l'Uruguay, lieu de ses premiers exploits.

Mousse à 13 ans, il se passionne pour les idées révolutionnaires et rejoint le mouvement «Jeune Italie» de Giuseppe Mazzini.

Condamné à mort par contumace à la suite d'un complot raté, il s'embarque pour le Brésil, où il participe à un soulèvement républicain puis passe en Uruguay pour défendre l'indépendance de ce petit pays avec une troupe d'exilés italiens.

Joseph Garibaldi dans son uniforme des Chemises rougesLes légionnaires de Garibaldi, reconnaissables à leur chemise rouge se feront désormais connaître sous l'appellation de «Chemises rouges».

En 1848, Garibaldi regagne l'Europe en ébullition. Il se précipite avec une nouvelle troupe de volontaires à Rome où Mazzini vient de proclamer la République.

Il vainc le corps expéditionnaire français du général Oudinot mais ne réussit pas à sauver la république romaine.

C'est à nouveau l'exil en Amérique mais il n'est que provisoire.

En avril 1860 éclate en Sicile un soulèvement contre le roi des Deux-Siciles, établi à Naples. Garibaldi débarque avec un millier de volontaires près de Palerme. C'est l'«expédition des Mille».

Jouant d'audace, il s'empare de l'île, remonte jusqu'à Naples et livre le royaume au roi du Piémont-Sardaigne qui peut se faire proclamer roi d'Italie.

Dédaigneux des honneurs, Garibaldi lève en 1862 une troupe pour partir à la conquête de la Ville éternelle où réside le pape sous protection française. C'est le pas de trop. Le roi le fait arrêter.. et relâcher aussitôt.

En 1867, il se lance à nouveau à l'attaque du réduit romain. Mais il est défait par les troupes françaises et pontificales à Mentana.

En 1871, l'unité italienne est achevée. Garibaldi, alors âgé de 64 ans, va-t-il enfin prendre du repos ? Que nenni ! Il met son épée au service des républicains français et Gambetta lui confie le commandement de 10.000 tirailleurs de l'armée des Vosges.

Devant l'Assemblée nationale française, Victor Hugo dit de lui : «Cet homme est une puissance». Giuseppe Garibaldi se retire définitivement sur son île de Caprera, près de la Sardaigne, où il rédige ses mémoires et meurt le 2 juin 1882.


Publié ou mis à jour le : 0000-00-00 00:00:00

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès