Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> Russie et CEI
La Russie entre nostalgie et futur
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Russie et CEI

15 Républiques de l'URSS à la CEI


L'URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) est décédée le 21 décembre 1991, après une très brève existence, laissant la place à une évanescente CEI (Communauté des États indépendants).

Cette structure regroupant les anciennes républiques membres de l'URSS, à l'exception des pays baltes et de la Géorgie, a été fondée à Alma-Ata (Kazakhstan) par les représentants de onze anciennes républiques. En 1993, la Géorgie céda aux pressions de Moscou et rejoignit la CEI. Celle-ci n'a réussi ni à se doter d'institutions solides, ni à mettre en place une politique de sécurité commune, ni à organiser les échanges commerciaux au sein de la zone. Elle constitue une coquille vide visant à préserver l'influence de la Russie sur les anciennes républiques de l'URSS.

Voici les quinze Républiques issues de la décomposition de l'URSS en 1990-1991 :

La Fédération de Russie

La Fédération de Russie issue en 1991 de l'éclatement de l'Union soviétique demeure le plus vaste pays de la planète (17 millions de km2) mais aussi l'un des moins denses (7 habitants au km2) ! Sa population s'élevait en 2007 à 140 millions d'habitants. Son sous-sol est riche en hydrocarbures comme en minerais (charbon, fer, nickel...).

La Russie est aussi une Fédération très hétérogène, souvenir des conquêtes tsaristes, entamées dès le XVIe siècle à partir de Moscou vers les quatre points cardinaux, jusqu'à l'océan Pacifique. Elle comporte aujourd'hui 89 « entités territoriales » aux statuts variables, Républiques, régions, territoires autonomes, villes (Moscou et Saint-Pétersbourg).

Bien que 80% de la population se définisse au début du XXIe siècle comme orthodoxe, la Russie regroupe des populations ethniquement et religieusement très diverses ; on peut estimer le nombre de « nationalités » fédérées à plus de 120. La région du Nord Caucase, comprenant l'Ingouchie, le Daguestan et la Tchétchénie, est musulmane et partage une tradition d'islam confrérique. Il existe également des minorités juives, bouddhistes, catholiques et protestantes. Parmi les ethnies minoritaires, on compte des Tatars (origine turco-mongole), des Iakoutes ou encore des Ukrainiens.

Les autres États slaves
- L'Ukraine

Vaste pays d'Europe de l'Est (600.000 km2), l'Ukraine partage ses frontières avec la Russie, la Biélorussie, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie. En 2014, elle compte 45 millions d'habitants. Le pays s'étend sur les fertiles « terres noires » (tchernoziom). Le sous-sol ukrainien renferme d'importants gisements de fer.

C'est en Ukraine, autour de Kiev, qu'est né au IXe siècle un premier État russe. Sa fondation est due aux Varègues, envahisseurs originaires de Scandinavie et cousins des Normands ! Il est devenu chrétien suite à la conversion du prince Vladimir en 988 selon le rite byzantin. L'une de ses descendantes, Anne de Kiev (ou de Russie), est devenue reine de France en épousant le roi capétien Henri 1er. Cette Russie embryonnaire, avec une paysannerie prospère et des activités marchandes en plein essor, n'avait rien à envier à l'Occident. Mais vers 1240, elle fut ruinée par les invasions mongoles et les paysans retombèrent dans le servage le plus vil. La région ne s'est jamais complètement remise de cette catastrophe.

Au cours des siècles suivants, elle tomba sous l'influence de la Pologne et de la Lituanie. En 1667, elle fut partagée entre la Pologne et la Russie, par le traité d'Androussovo. La partie orientale de l'Ukraine devint l'État autonome des Cosaques, placé sous protectorat des tsars. À la fin du XVIIIe siècle, le partage de la Pologne fit tomber sous domination autrichienne une vaste portion de l'Ukraine actuelle.

Au début des années 1920, l'Ukraine fut brutalement intégrée à l'Union soviétique. Des millions d'Ukrainiens périrent dans les grandes famines des années 1920 et 1930, planifiées par le régime soviétique. Comme si cela ne suffisait pas, les nazis imposèrent au pays un régime d'occupation très dur de 1941 à 1945.

En 1991, l'Ukraine proclama son indépendance puis adhéra à la CEI. Elle abrite cependant toujours une forte minorité russophone, dans sa partie orientale et en Crimée. La grande péninsule de la mer Noire, rattachée à l'Ukraine en 1954 à l'initiative de Krouchtchev, a été réannexée unilatéralement par la Russie soixante ans plus tard. Pour des raisons stratégiques et plus encore historiques et sentimentales, le grand voisin de l'Ukraine tient à garder dans sa zone d'influence ce pays qu'il considère comme son berceau.

- La Biélorussie

La Biélorussie (en russe : « Russie blanche ») est enclavée entre les pays baltes, la Pologne, l'Ukraine et la Russie. Entre les IXe et XIIIe siècles, ce territoire faisait partie de la « Rus », prototype de la Russie constitué autour de Kiev. Il subit ensuite une forte influence polonaise. À la fin du XVIIIe siècle, le partage de la Pologne le fit tomber dans l'escarcelle russe. Dans les années 1920, la Biélorussie devint une des républiques de l'URSS.

Indépendante depuis 1991 sans avoir l'avoir été auparavant, la Biélorussie est dirigée sans partage depuis 1994 par le président Loukachenko. Dernière dictature d'Europe, elle entretient des liens très étroits avec la Russie et est le seul pays d'Europe à ne pas solliciter une adhésion à l'Union Européenne.

L'Asie centrale

Cette région d'Asie centrale serait le berceau du peuple turc. Carrefour entre l'Asie, le Moyen-Orient et l'Europe, elle a toujours vu cohabiter une grande diversité de populations. En 1918 fut créée une éphémère République du Turkestan, rattachée à la Russie, qui englobait l'Asie centrale à l'exception des steppes du Kazakhstan.
Entre 1924 et 1936, les frontières de l'Asie centrale furent redessinées et cinq républiques soviétiques créées sur des bases ethniques et géographiques : le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Turkménistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Elles acquirent toutes leur indépendance en 1991, à la dislocation de l'URSS, sans que leurs peuples en aient clairement manifesté le désir.

Dans ces cinq États, la religion sunnite est majoritaire, mais le poids des minorités ethniques et religieuses varie d'un État à l'autre, bien que la tendance semble être partout à l'ethnicisation de la vie politique, au bénéfice des groupes majoritaires.

- Le Kazakhstan

Le Kazakhstan, vaste et peu peuplé (environ 16 millions d'habitants pour 2,7 millions de km2), compte une forte minorité russe et chrétienne dans les « terres vierges » du nord (il s'agit de steppes défrichées et mises en culture dans les années 1950). Les Slaves constituent environ un tiers de la population face à une moitié de Kazakhs turcophones et traditionnellement nomades. La région fut islamisée au IXe siècle et ravagée par les Mongols de Gengis Khan au XIIIe siècle. Intégrée à l'empire russe au cours du XIXe siècle, elle fut utilisée comme terre de déportation par Staline.

- L'Ouzbékistan

Plus peuplé que son grand voisin et riche en pétrole et gaz naturel, l'Ouzbékistan conserve à Samarcande et Boukhara le souvenir de Tamerlan et de la civilisation irano-mongole. Le pays constituait une étape importante sur la route de la soie, entre Chine et Europe. Depuis l'indépendance du pays, en 1991, le président Islam Karimov y accapare le pouvoir.

- Le Tadjikistan

Constitué de plateaux peu fertiles, le Tadjikistan a été séparé de l'Ouzbékistan en 1929 pour former une république fédérée de l'URSS à part entière. Cette création a coupé le pays de Samarcande et Boukhara, les anciens grands centres de la culture persane en Asie centrale, alors que le Tadjikistan est peuplé d'une majorité de Tadjiks, musulmans de langue iranienne, par opposition aux Turkmènes, Ouzbeks, Kazakhs et Kirghizes de langues turques. Entre 1992 et 1996, une guerre civile pour l'accès au pouvoir a déchiré le pays, entre pouvoir néo-communiste, démocrates et islamistes.

- Le Turkménistan

Le Turkménistan compte environ 5 millions d'habitants, dont 75% de Turkmènes. Le désert de Karakoum couvre les trois quarts de sa superficie. Sur la scène internationale, il a choisi d'adopter une posture de « neutralité perpétuelle » après son accession à l'indépendance, tandis qu'à l'intérieur le pays est passé du régime soviétique à un système présidentiel autoritaire à parti unique, dirigé par le président Niazov.

- Le Kirghizistan

Le Kirghizistan, peuplé d'une faible majorité de Kirghizes et d'un tiers de Russes, est un pays montagneux qui a même parfois été surnommé «  la Suisse d'Asie centrale  ». C'est également le pays qui a le mieux résisté à la pente autoritaire après l'effondrement de l'URSS.

La Moldavie

Petit État d'Europe de l'Est coincé entre la Roumanie et l'Ukraine (33.000 km2, 4 millions d'habitants), la Moldavie est peuplé de deux tiers de Moldaves « de souche » (cousins très proches des Roumains) et de minorités ukrainienne, russe et gagaouze (turcophone).

Territoire des Daces comme l'actuelle Roumanie, la Moldavie est conquise par l'empereur Trajan au début du IIe siècle après JC. Au milieu du XIVe siècle, le roi de Hongrie Louis 1er d'Anjou crée la marche de Moldavie, une région tampon destinée à protéger la Transylvanie des incursions des Tatars. La Moldavie s'émancipe de la tutelle hongroise sous le règne du roi Bogdan mais tombe au milieu du XVIe siècle sous la domination de l'empire ottoman, dont elle devient un État vassal. À partir de la fin du XVIIe siècle elle se trouve sous un double protectorat ottoman et russe. La Russie tsariste s'approprie notamment le territoire de Bessarabie.

En 1924, les Soviétiques donnent naissance à une république de Moldavie, rattachée à l'Ukraine. De 1941 à 1944, elle est occupée par la Roumanie, alliée de l'Allemagne nazie. Récupéré par l'URSS, le territoire subit une intense « russification », avec l'installation de nombreux Russes et Ukrainiens.

En 1989, le réveil du sentiment national entraîne de grandes manifestations dont les revendications se focalisent sur la défense de la langue et de l'identité culturelle moldaves. En 1991, la Moldavie proclame son indépendance. Les russophones proclament leur propre État, la « République du Dniestr », en Transnistrie, à l'Est du pays. L'armée moldave échoue à en reprendre le contrôle. Depuis 1991, cette république sécessionniste protégée par l'armée russe incarne la volonté de Moscou de préserver sa zone d'influence dans la région.

Les pays du Caucase

Le Caucase, chaîne de montagnes qui s'étend entre la mer Noire et la mer Caspienne, est partagé entre diverses entités de la Fédération russe et trois pays de l'ancienne URSS : la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Ces derniers, bien que très différents les uns des autres par leur histoire et leur culture, ont été intégrés de 1920 à 1936 dans une éphémère République soviétique de Transcaucasie.

Cette région, qui forme presque un isthme entre deux mers, a toujours été convoitée par les empires, qu'ils soient perse, romain, ottoman, iranien ou russe. Depuis le XIXe siècle, les rivalités dans la région ont été attisées par une poussé de fièvre entourant les gisements de pétrole de la mer Caspienne (environ 5% des réserves mondiales).

- L'Arménie

Cet État du Caucase au territoire accidenté abrite environ 3 millions d'habitants. A l'étranger, une diaspora au moins aussi importante numériquement reste attachée à ce pays à l'histoire et la culture plurimillénaires. L'Arménie actuelle couvre un territoire beaucoup plus limité que l'Arménie historique qui s'étendait sur des terres aujourd'hui turques et iraniennes.

Dès la période des IXe à VIe siècles avant notre ère, l'Arménie, sous la forme du royaume de Van ou Ourartou, constituait une civilisation avancée, pourvue d'une écriture, de forteresses, d'un système d'irrigation et d'artisans travaillant avec talent l'or, l'argent et le bronze.
La région fut convertie au christianisme dès la fin du IIIe siècle et fut le premier Etat à l'adopter comme religion officielle. Elle fut successivement envahie par les Romains, les Arabes, les Parthes, les Turcs et les Mongols.

À partir du XIVe siècle elle tomba sous domination ottomane. En 1915, le génocide perpétré par le pouvoir turc coûta la vie à environ 1,5 million d'Arméniens. La république indépendante d'Arménie proclamée en 1918 ne fut que de courte durée : en 1922, l'Arménie était intégrée à l'URSS. Elle n'accéda à nouveau à l'indépendance qu'en 1991, au moment de la dissolution de l'URSS.

La question du statut de la région du Haut-Karabakh, peuplée majoritairement d'Arméniens mais rattachée à l'Azerbaïdjan dans les années 1920 et contrôlée par l'Arménie depuis 1994, continue à empoisonner ses relations avec son voisin oriental.

- L'Azerbaïdjan

Ce petit pays du Caucase, sur la mer Caspienne, abrite environ 8,5 millions d'habitants (2008), dont 80% d'Azéris. Ces musulmans parlent une langue proche du turc et sont majoritairement chiites. Son sous-sol est riche en pétrole et en gaz.

Intégré en 1828 à l'empire russe, l'Azerbaïdjan devient brièvement une république indépendante en 1918. En 1922, il est intégré à la Fédération transcaucasienne et à l'URSS. La région autonome du Haut-Karabakh, peuplée majoritairement d'Arméniens, lui est rattachée.

Dans les années 1980, la politique de glasnost menée par Gorbatchev encourage les Arméniens à demander le rattachement du Haut-Karabakh à l'Arménie. Le gouvernement soviétique refuse cette perspective mais des pogroms anti-arméniens, alimentés par le réveil du nationalisme azéri, secouent l'Azerbaïdjan et sa capitale Bakou. En 1990, l'Arménie proclame le rattachement du Haut-Karabakh à son territoire. L'Azerbaïdjan est à nouveau embrasé par une flambée de violence anti-arménienne. L'Armée Rouge intervient brutalement à Bakou pour rétablir l'ordre (« janvier noir »).

En 1991, prenant acte de la dislocation de l'URSS, le Soviet suprême d'Azerbaïdjan déclare l'indépendance du pays qui adhère à la CEI. En 1994, les Arméniens prennent le contrôle du Haut-Karabakh. Depuis, un statu quo précaire prévaut, emblématique des « conflits gelés » qui fragilisent les pays post-soviétiques.

- La Géorgie

Enclavée à l'ouest du Caucase, au bord de la mer Noire, aux confins de l'Europe et de l'Asie, la Géorgie est un petit pays de 70.000 km2 et 4 millions d'habitants dont l'histoire remonte à plus de 3000 ans. Les Grecs, qui la connaissaient sous le nom de Colchide, y situent l'aventure de Jason et des Argonautes en quête de la Toison d'Or...

En tentant maladroitement de restaurer sa souveraineté sur le territoire sécessionniste d'Ossétie du Sud, en août 2008, la Géorgie est retombée sous la tutelle russe.

Les États baltes
- La Lituanie

La Lituanie est le plus peuplé des États baltes (environ 3,5 millions d'habitants) partage ses frontières avec la Lettonie, la Pologne, la Biélorussie et la Russie (enclave de Kaliningrad). Elle dispose également d'une façade maritime, sur la mer baltique. Sa population est composée de plus de 80% de Lituaniens de souche et de minorités de Polonais et de Russes.

- La Lettonie

Petit État donnant sur la mer baltique, la Lettonie dispose pour principale ressource naturelle de ses forêts qui ont permis le développement d'une industrie du bois et de la papeterie. Aujourd'hui, le pays est néanmoins très urbanisé et industrialisé.

La Lettonie abrite une forte minorité russe, représentant environ un tiers de la population. La religion luthérienne y est majoritaire, bien que les catholiques et les orthodoxes soient également nombreux. La région était occupée par un peuple d'origine finno-ougrienne depuis le IIIe millénaire avant J.-C. En 1158, les marchands allemands de la ligue hanséatique créèrent le comptoir de Riga, à l'embouchure de la rivière Daugava. Au cours des XIIe et XIIIe siècles, les chevaliers Porte-Glaive envahirent le pays et y introduisirent le christianisme... sans douceur excessive.

Au début du XVIIe siècle, la Suède protestante et la Pologne-Lituanie catholique se disputèrent le territoire de la Lettonie. La victoire revint à la Suède, mais elle n'empêcha pas la région d'être intégrée à l'empire russe un siècle plus tard, à la suite des conquêtes de Pierre 1er. La Lettonie proclama son indépendance en 1918 mais fut annexée par l'URSS en 1940, puis occupée par l'Allemagne nazie après la rupture du pacte germano-soviétique. Redevenue république soviétique en 1944, elle proclama à nouveau son indépendance en 1991.

- L'Estonie

Peuplée à 60% d'Estoniens de souche et à 30% de Russes, l'Estonie est proche de la Finlande dont elle n'est séparée que par un étroit bras de mer et avec laquelle elle partage la souche linguistique finno-ougrienne.

La région se trouva d'abord sur les routes commerciales des Vikings, en direction de l'empire byzantin et de la Russie, puis sur celles de la ligue hanséatique allemande. Elle fut conquise par les chevaliers Porte-Glaive allemands, puis passa sous domination suédoise (début du XVIIe siècle), avant d'être intégrée à l'empire russe.

Comme ses voisins lettons et lituaniens, elle fut annexée par l'URSS en 1940, en vertu du pacte germano-soviétique, puis occupée par l'Allemagne jusqu'en 1944. République soviétique de 1944 à 1991, elle accéda à nouveau à l'indépendance lors de l'effondrement de l'URSS. À l'instar de la Lettonie et de la Lituanie, elle est membre de l'Union Européenne depuis mai 2004.

Béatrice Roman-Amat

Publié ou mis à jour le : 2014-05-29 19:39:28

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

VIRET (05-02-201720:12:39)

Bonjour, Vous indiquez que la Biélorussie est"le seul pays d'Europe à ne pas solliciter une adhésion à l'Union Européenne". Vous oubliez la Suisse, La Norvège, Le Liechtenstein, Andorre, Saint Marin, le Vatican, sans compter le prochain départ du Royaume-Uni et l'Islande qui est de culture européenne. Bien à vous. Jean-Pierre Viret

albert22 (25-01-201522:37:54)

une mise à jour s'impose peut être.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Où Napoléon a-t-il fêté le premier anniversaire de son sacre ?

Réponse
Publicité