Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> De Hugues Capet à Philippe IV le Bel
Les Capétiens directs
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

De Hugues Capet à Philippe IV le Bel

Les Capétiens directs


Le 1er juillet 987, à Noyon, exaspérés par la faiblesse des derniers héritiers de Charlemagne, les principaux seigneurs de Francie occidentale (la France actuelle) offrent la couronne royale au meilleur d'entre eux, le comte de Paris Hugues Capet. Son sacre, deux jours plus tard, à Reims, où Clovis fut baptisé, apporte la caution divine à l'élection...

Hugues Capet devient roi des Francs sous le nom de Hugues 1er. Ses descendants vont régner sans discontinuer jusqu'en 1792 (abolition de la royauté). On peut donc dire que son avènement et son sacre, bien plus que par exemple le baptême de Clovis, marquent la véritable naissance de la France. Celle-ci est d'ailleurs concomitante de la naissance de la plupart des grands États de l'Europe moderne.

André Larané
Les Capétiens directs
Hugues Capet (987-996)

Robert II le Pieux (996-1031)

Henri 1er (1031-1060) : une épouse russe

Prudent, Henri 1er, fils et successeur de Robert II, se marie en 1051 à une princesse russe, Anne de Kiev, pour ne pas risquer l’excommunication comme son père.

Philippe 1er (1060-1108)

Louis VI le Gros (1108-1137)

Louis VII le Jeune (1137-1180)

 

Philippe II Auguste (1180-1223)

 

Louis VIII le Lion (1223-1226)

 Le 14 juillet 1223 meurt Philippe Auguste (58 ans) après 42 ans de règne. Son fils aîné (36 ans) lui succède sous le nom de Louis VIII le Lion. Il repart dans le Midi toulousain. Après avoir ravagé le pays, il meurt sur le retour, emporté par une dysenterie aiguë.

 

Louis IX (1226-1270)

Philippe III le Hardi (1270-1285)

Écrasé par le souvenir de son père, Philippe III le Hardi règne sur un royaume puissant et respecté mais où se ressentent les premiers effets de la «surchauffe» du XIIIe siècle (surpeuplement, épuisement des sols, baisse des rendements agricoles).

 

Philippe IV le Bel (1285-1314)

Philippe le Bel renforce l'administration du royaume avec le concours de conseillers issus de la bourgeoisie. Soucieux de consolider son autorité, il s'oppose au pape et jette les bases de la laïcité et de la séparation de l'Église et de l'État.

Le roi confisque le duché de Guyenne à son titulaire, qui n’est autre que le roi d’Angleterre. Le conflit entre les deux souverains tourne au désavantage de la France lorsque le comte de Flandre, vassal du roi capétien, prend le parti de l’Anglais...

Fin des capétiens directs (1314-1328)

Philippe le Bel meurt le 29 novembre 1314. Marié à Jeanne de Navarre, à laquelle il est resté fidèle, le roi a eu sept enfants dont trois fils qui lui succèderont à tour de rôle :
- Louis X le Hutin (ou le Querelleur !) n'a pas craint de faire mourir sa première femme, Marguerite de Bourgogne pour cause d'adultère (scandale de la tour de Nesle) ;mort le 5 juin 1316 à 27 ans, et son fils Jean 1er Posthume, mort à l’âge de quatre mois le 19 novembre 1316 ;
- Philippe V le Long, mort le 3 janvier 1322 à 25 ans ;
- enfin Charles IV le Bel, mort à 33 ans le 1er février 1328.

Fait sans précédent depuis trois siècles : aucun des trois fils et successeurs de Philippe le Bel ne laisse d’héritier mâle. Jeanne d'Évreux, veuve de Charles IV, est enceinte. Dans l'attente de l'heureux événement, son cousin Philippe de Valois assume la régence. C'est le fils de Charles de Valois, frère cadet de Philippe le Bel, et de Marguerite de Sicile.

L'enfant s'avérant être une fille, il obtient que la couronne lui soit confiée.. C'est ainsi qu'elle passe des Capétiens directs à la branche cadette des Valois en la personne de Philippe VI.


Épisode suivant Voir la suite
Hugues Capet (987-996)

Publié ou mis à jour le : 2014-04-24 07:41:58

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui aurait dit : « Tout hussard qui n’est pas mort à trente ans est un jeanfoutre »?

Réponse
Publicité