Une éruption de nouvelles civilisations

Confucianisme et taoïsme naissent en Chine

Nous abordons ici l’une des époques les plus sombres de l’Histoire de Chine. La détresse humaine de cette période a favorisé l’essor des grandes philosophies chinoises.

En 771 av. J.-C., la Chine des Zhou a explosé sous les coups des barbares des steppes. La plaine du fleuve jaune se retrouve morcelée en de nombreux royaumes qui se font sans cesse la guerre : c’est la période des Printemps et Automne.

La suzeraineté de la dynastie des Zhou qui règne à Chengzhou n’est plus que symbolique. L’expansion des Han en direction du fleuve bleu a aussi donné naissance à d’autres royaumes puissants. Parmi eux, le Chu s’agrandit considérablement.

Vincent Boqueho

Royaumes combattants et quêtes spirituelles

C’est là que serait né le personnage de Lao Tseu, au VIe siècle av. J.-C. Si son existence historique reste contestée, c’est en tout cas vers cette époque que les bases du taoïsme sont posées : inspiré de croyances anciennes autour du cycle de la nature, il prêche la mise en harmonie avec les mouvements naturels. La complémentarité du yin et du yang est aussi mise en avant dans cette recherche d’harmonie.

C’est à cette même époque, dans le royaume de Lu, que naît le philosophe Confucius. Marqué par le chaos politique ambiant et inspiré par le culte des ancêtres déjà très ancien, il met en avant l’importance de la soumission aux parents et au roi rendu vertueux par le mandat du Ciel.

Peu après la mort de Confucius, vers 450 av. J.-C., les royaumes les plus puissants commencent à absorber les plus petits. En contrepartie, les conflits deviennent encore plus violents : c’est le début de la période des Royaumes Combattants, pendant laquelle la suzeraineté symbolique des Zhou s’éteint complètement.

Bien qu’extrêmement sanglante, cette époque est celle où la civilisation chinoise se façonne, avec la codification des enseignements de Lao Tseu et de Confucius. La centralisation et l’organisation des états se renforcent. Avec les défrichements et les aménagements hydrauliques, l’agriculture fait des progrès énormes.

En corollaire, l’essor des grandes villes provoque l’épanouissement de l’artisanat et du commerce, ainsi que l’invention de la monnaie. Cependant, l’explosion des effectifs militaires transforme les guerres en hécatombes : à titre d’exemple, la bataille de Changping entre les royaumes Qin et Zhao fait près de 700 000 morts en 260 av. J.-C.. Les soldats vaincus sont enterrés vivants.

De nombreux progrès sont réalisés dans le domaine de l’armement : l’arbalète apparaît aux côtés de l’arc, les épées remplacent les lances, la cavalerie remplace la charrerie, le fer supplante peu à peu le bronze. De vastes murailles en terre sont érigées, formant les embryons de la Grande Muraille de Chine.

En 250 av. J.-C., la situation géopolitique s’est considérablement simplifiée : les grandes puissances se sont encore agrandies aux dépens des petits royaumes. le royaume Qin acquiert bien vite la 1ère place, dépassant même l’éclat du Chu. Comme à l’époque de la dynastie Zhou, c’est donc la vallée de la Wei qui va jouer un rôle de 1er plan. C’est de là que va bientôt se faire l’unification de la Chine et la fondation de la Chine impériale.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 10:28:16

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net