Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> Comment la monnaie unique tue l'Europe

Vous avez accès à
un dossier complet
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Comment la monnaie unique tue l'Europe

2 - La rigueur est sans issue


[1 - Les désillusions de l'union monétaire]

 

Confronté à un déficit commercial endémique, un État est normalement condamné à s'endetter, autrement dit à rapatrier des devises de façon à maintenir l'équilibre de la balance des paiements. Mais aucun État ne peut indéfiniment emprunter à l'étranger (*) car ces emprunts supposent le versement d'intérêts d'autant plus élevés que l'État est réputé fragile.

Pour éviter de s'endetter ad vitam aeternam, tout État doit donc équilibrer sur le long terme sa balance commerciale, soit par une réduction drastique de la consommation intérieure, soit par un réajustement monétaire, autrement dit une dévaluation. La monnaie unique excluant par définition un réajustement monétaire entre les États de la zone euro, ceux-ci n'ont d'autre issue que de se « serrer la ceinture » pour combler le déficit commercial avec leurs partenaires.

Voyons ce qu'il en est des trois manières de se confronter au déficit commercial :

1/ Emprunter à l'étranger

L'endettement extérieur peut prendre diverses formes : emprunts d'État, emprunts privés, investissements. Il s'agit dans tous les cas de compenser une dépense immédiate (le déficit commercial) par une prise de gages sur l'avenir.

- Les banques et les entreprises peuvent emprunter à l'étranger.

C'est ce que l'on a vu en Espagne dans les années 2000, où le secteur privé a  profité des taux d'intérêt bas autorisés par la BCE pour investir massivement dans l'immobilier. L'argent qu'avaient engrangé les créanciers étrangers avec leurs ventes de biens et services aux Espagnols a pris de la sorte le chemin du retour, de façon à rétablir l'équilibre de la balance des paiements. Mais après la « crise des subprimes », quand la bulle spéculative a éclaté en Espagne, avec un effondrement des ventes d'appartements, le secteur privé, au bord du gouffre, a appelé l'État à l'aide et l'endettement a été reporté sur celui-ci.

- Le pays peut vendre ses « bijoux de familles » de façon à compenser une partie du déficit commercial.

C'est ce que l'on observe à la marge en France avec les achats de vignobles, de clubs de football et d'hôtels particuliers par les Chinois ou encore les Quataris, ainsi qu'avec l'entrée de capitaux étrangers dans les grandes entreprises (Club Med, PSA, Alstom...).

[Suite sur le blog de Joseph Savès]
 

Publié ou mis à jour le : 2017-09-06 22:20:29

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

druhen-charnaux (11-02-201521:11:01)

Si je suis cent pour cent d'accord avec cette vision, je suis désespéré quant à sa mise en oeuvre. Comment peut-on penser pouvoir inculquer une telle vision des choses dans la caboche de nos élites ? Comment pourra-t-on vaincre l'avidité de ceux qui se nourissent du sang des peuples et dont l'unique devise est "après moi le déluge"? Qui pourra imposer quoi que ce soit ? Quel dommage que ce système n'ait pas succédé au SME : là, alors, la substitution aurait été possible ; l'UE ne comportait pas ... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui a accompli le premier Tour du monde à la voile ?

Réponse
Publicité