23 janvier 1120

Naissance officielle de l'Ordre du Temple

Le 23 janvier 1120, un concile réuni à Naplouse, en Palestine, reconnaît officiellement la « milice des Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon » (pauperes commilitones Christi Templique Solomonici en latin).

Plus tard appelé Ordre du Temple, il ne s'agit pour l'heure que d'une fraternité combattante vouée à la protectiond des pèlerins et au combat contre les infidèles. Elle n'a pas le statut d'un ordre monastique.

Un Templier au combat en Terre sainte (peinture murale de la chapelle de Cressac (Angoumois)Cette fraternité a été fondée deux ans plus tôt par le Champenois Hugues de Payns et Godefroy de Saint-Omer, ainsi que six autres chevaliers de la croisade. Ils se sont inspirés de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem ou Ordre de l'Hôpital, fondé vers 1113. Les Hospitaliers sont des moines-chevaliers qui se consacrent au soin des pèlerins  venus prier à Jérusalem. Ils ne mènent pas de guerre offensive. Il en va de même des chevaliers du Saint-Sépulcre, un ordre fondé par Godefroy de Bouillon dès la prise de Jérusalem, en 1099, pour protéger le Saint-Sépulcre, autrement dit le tombeau du Christ.

Hugues de Payns se place d'abord sous la protection du roi de Jérusalem et du patriarche. Il obtient du roi Baudouin II qu'il lui cède une partie de son palais. Celui-ci occupe l'ancienne mosquée al-Aqsa, érigée par les précédents occupants musulmans sur l'esplanade du Temple. En référence à son palais, Hugues de Payns s’intitule « maître des chevaliers du Temple » et ses moines-chevaliers se feront eux-mêmes connaître sous le nom de Templiers

Désireux d'obtenir une reconnaissance officielle de son ordre par l'Église, Hugues de Payns obtient celle-ci du concile de Troyes, en Champagne, en janvier 1129. Y participe le très influent saint Bernard de Clairvaux. Le concile se laisse convaincre de reconnaître l’ordre des « Pauvres Chevaliers du Temple ».

Il faut dire que la décision ne va pas de soi et certains moines s'opposent à la création de ce « nouveau monstre » qui rompt avec l'interdiction pour les clercs de verser le sang. 

Dans la foulée est publiée la règle de l'ordre, calquée sur la règle cistercienne. L'autorité suprême appartient à un maître (plus tard appelé « grand maître »). Il est élu par les chevaliers et pour les décisions les plus importantes, doit consulter le chapitre et se rallier à la majorité (ce principe majoritaire fait des moines du Moyen Âge les lointains précurseurs de la démocratie moderne).

Sur le modèle de l'ordre du Temple, quelques autres ordres de moines-chevaliers émergent en Terre sainte. Le plus important est l'Ordre Teutonique, fondé par des chevaliers allemands en 1190 sous les murs de Saint-Jean-d'Acre. Il s'illustrera deux siècles plus tard dans la colonisation de la Prusse

Grandeur...

Au XIIIe siècle, les chevaliers du Temple sont au nombre d'un millier. Avec les Hospitaliers de Saint-Jean, ils constituent l'armée permanente des États latins d'Orient. Pour assurer au mieux leur mission, ils maillent l'Orient latin d'une cinquantaine de forteresses. Les ruines imposantes de plusieurs d'entre elles sont parvenues à nous : Safed, Tortose, Toran, le Krak des Chevaliers, le château des Pèlerins.

Les Templiers jalonnent aussi les routes des pèlerins, en Europe, de très nombreuses commanderies. Il s'agit de fermes fortifiées gardées par un ou deux chevaliers âgés et quelques frères sergents. Nos campagnes en conservent de nombreuses. De l'une d'elles, la commanderie du Dognon, à Cressac, au sud d'Angoulême, nous pouvons encore voir la chapelle décorée de fresques évocatrices des croisades.

À Paris même, l'Ordre possède un quartier où il règne en maître et exerce sa propre justice. C'est le « quartier du Temple », surmonté par un donjon où seront bien plus tard emprisonnés Louis XVI et sa famille.

Le feuilleton se clôt avec la dissolution de l'ordre le 3 avril 1312 par le pape Clément V et la mort sur le bûcher du grand maître Jacques de Molay, le 19 mars 1314. Sur ordre du pape, les biens des Templiers sont transférés aux Hospitaliers. Le roi de France ne recevra que 200 000 livres tournois et un solde de 

Publié ou mis à jour le : 2022-01-23 12:07:12

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net