18 août 1966 - 27 janvier 1968 - Révolution culturelle en Chine populaire - Herodote.net

18 août 1966 - 27 janvier 1968

Révolution culturelle en Chine populaire

Le 18 août 1966 débute la Révolution culturelle prolétarienne. Planifiée par Mao Zedong (73 ans), fondateur du régime communiste et de la Chine dite populaire, elle vise à restaurer son autorité sur le Parti communiste chinois (PCC) après l'échec dramatique du « Grand Bond en avant » (1958-1961).  

Alban Dignat

Vive la révolution permanente !

Scène de la révolution culturelle (1966-1976)Mao, qui est toujours le président du Parti, mobilise la jeunesse lycéenne de Pékin et Shangai contre le président de la République Liu Shaoqi et Deng Xiaoping.

Ceux-ci représentent l'aide droite pragmatique au bureau du PCC. Ils sont accusés de « révisionnisme » et se voient reprocher de sacrifier l'idéologie aux impératifs du redressement économique. Deng Xiaoping est soumis à une rééducation forcée et Liu Shaoqi meurt en prison.

Emportés par leur élan, les jeunes de toutes conditions sociales se rassemblent sous l'étiquette de « Gardes rouges ». Ils brandissent le Petit livre rouge des Pensées du président Mao, un recueil de formules prudhommesques que tout bon révolutionnaire se doit d'apprendre par coeur et répéter à tout propos.

Ils multiplient les réunions politiques et les rassemblements de masse, s'expriment par dazibaos (affiches manuscrites) et bousculent au sens propre et au sens figuré les institutions du pays.

Dans les deux années qui suivent, ils lynchent à mort leurs maîtres et les supposés « représentants de la bourgeoisie ». Ils saccagent aussi les temples, les monuments patrimoniaux ou encore les magasins en relation avec l'ordre ancien. Ils brûlent des livres anciens.

Humilié, le grand écrivain Lao She choisit de se suicider plutôt que de se rendre à une convocation de la police. 

Étrangement, la Révolution culturelle séduit par ses outrances une frange de la jeunesse estudiantine (et bourgeoise) d'Occident. Les représentants des droites européennes, comme Alain Peyrefitte ou Valéry Giscard d'Estaing, n'échappent pas à la « maolâtrie » ambiante !

Fiasco meurtrier

Le 27 janvier 1968, Mao décide enfin de mettre fin aux turbulences de la Révolution culturelle. Sur son ordre, le chef de l'armée Lin Biao expédie dix-sept millions de jeunes « Gardes rouges » dans les campagnes et les confie aux mauvais soins des paysans. Beaucoup deviendront du coup des opposants déterminés au maoïsme...

En septembre 1971, Lin Biao, connu comme l'auteur du Petit Livre Rouge et le dauphin de Mao, est, bien que malade, soupçonné par ce dernier de vouloir le renverser. Il s'écrase en avion en tentant de s'enfuir en URSS.

Les troubles ne s'arrêtent pas pour autant. Ils se prolongent jusqu'à la mort de Mao, le 9 septembre 1976, du fait du conflit entre sa femme Jiang Qing, qui tente de relancer la Révolution culturelle, et le Premier ministre Zhou Enlai.

La Révolution culturelle se solde en définitive par plusieurs millions de victimes et un profond recul de l'économie du pays, qui ne pèse plus que 3 à 4% de l'économie mondiale. Malgré ce bilan accablant, il n'est pas sûr que ses laudateurs occidentaux et en particulier français aient reconnu s'être trompés.

Publié ou mis à jour le : 2019-01-23 13:06:43

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux