1200 à 650 av. J.-C. - Les âges sombres de la Grèce - Herodote.net

1200 à 650 av. J.-C.

Les âges sombres de la Grèce

Vers l'an 1200 avant Jésus-Christ, le monde grec est mis sens dessus dessous, en raison, semble-t-il, de l'irruption de rudes envahisseurs, les Doriens. Ces derniers sont des cousins mal dégrossis des Achéens qui les avaient précédés dans la péninsule et dans les îles de la mer Égée quelques siècles plus tôt et donné le jour à une prospère civilisation, autour de Mycènes...

Ysaline Homant

À bas la civilisation

Les nouveaux-venus constituent la dernière vague d'immigrants indo-européens en Europe. À la différence de leurs précédessuers, ils ne connaissent pas l'écriture. Ils pratiquent aussi l'incinération des morts au lieu de l'inhumation. Mais ils maîtrisent la métallurgie du fer et montent les chevaux, ce qui leur vaut la supériorité sur les champs de bataille, face à leurs adversaires qui s'en tiennent à des armes en bronze et au char attelé.

Les Doriens incendient les palais achéens et ruinent les cités mycénéennes. Le commerce s'effondre ; l'usage de l'écriture régresse ; le système tribal reprend le dessus sur la cité... Le monde grec entre alors dans un long Moyen Âge que les historiens qualifient parfois d'Âges sombres (Dark Ages en anglais). Il va en sortir au bout d'un demi-millénaire, lorsque Doriens et Achéens auront mis en commun leurs ressources et restauré les valeurs de la civilisation.

Vive le commerce

Suite à la destruction de leurs cités, de nombreux Achéens se réfugient sur la péninsule de l'Attique, où se développera plus tard Athènes, ainsi que sur l'île voisine d'Eubée et en Asie Mineure (une région qui fait aujourd'hui partie de la Turquie).

Le salut de la Grèce va venir des cités de la rive orientale de la mer Égée dont la plus célèbre est Milet. Ces cités manquent sur place de ressources agricoles car la terre est aride. Alors, elles font du commerce maritime dans toute la Méditerranée. Pour offrir du travail et des terres aux jeunes ménages, elles multiplient les colonies autour de la mer Égée, en Sicile, en Italie du sud et même en Corse et à Marseille. Marseille est fondée par des Phocéens sous le nom de Massalia et ses habitants fondent à leur tour Nice, Hyères, Sanary, La Ciotat et Agde.

Les navigateurs grecs poussent vers le sud jusqu'au Sénégal actuel, en concurrence avec les Phéniciens, et vers le nord jusqu'aux mers polaires. Ce faisant, ils influencent la culture et les moeurs des populations locales dites « barbares » (autrement dit, qui ne parlent pas le grec) mais sont également influencés par ces mêmes populations. Leur colonisation a ceci de particulier qu'elle est toujours côtière et ne se transforme jamais en empire. Elle s'interrompt brutalement au VIe siècle av. J.-C.

Vers 650 av. J.-C., les marchands grecs imaginent de frapper des pièces en métal précieux pour faciliter les échanges commerciaux. C'est l'invention de la monnaie !

Un nouvel alphabet

Vers l'an 803 av. J.-C., un alphabet apparaît en Grèce, apporté, dit-on, par Cadmos  (un héros de la mythologie). Cet alphabet a été, en fait, emprunté aux Phéniciens. Il est complété par les Grecs avec des voyelles supplémentaires et supplante le linéaire B des Mycéniens, qui tombe lentement dans l'oubli. Fort de ce nouvel outil, les Grecs vont pouvoir coucher par écrit leurs mythes et leur Histoire.

Les Grecs, qui parlent la même langue et prient les mêmes divinités, multiplient les rassemblements pacifiques, comme les Jeux Olympiques qui se déroulent dans le sanctuaire d'Olympie, d'où leur nom. Les premiers que l'on connaisse ont lieu en 776av. J.-C. Des poètes, ou aèdes, vont de cité en cité et chantent les exploits des héros du passé et des dieux. C'est ainsi que naissent  l'Iliade et l'Odyssée.

Les Grecs de Milet et d'Asie mineure font aussi preuve d'une science exceptionnelle. D'illustres savants comme Thalès et Pythagore jettent les bases des mathématiques.

Avec la prospérité surgissent dans les cités grecques des rivalités entre les classes sociales. Ces rivalités vont se résoudre par la plus belle invention qui soit, la démocratie.

Publié ou mis à jour le : 2019-05-14 21:36:53

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net