Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
La Résistance
Jean  Moulin
• 16 novembre 1940 : De Gaulle crée l'ordre de la Libération
• 2 mars 1941 : le «serment de Koufra»
• 29 août 1941 : exécution d'Honoré d'Estienne d'Orves
• 22 octobre 1941 : mort de 27 otages dont Guy Môquet
• 15 décembre 1941 : 75 otages fusillés au mont Valérien
• 2 janvier 1942 : Jean Moulin est parachuté en France
• 13 avril 1942 : Rawa-Ruska, le camp de la mort lente
• 11 juin 1942 : Bir Hakeim relève l'honneur de la France
21 juin 1943 : arrestation de Jean Moulin
• 21 février 1944 : l'Affiche rouge
• 9 juin 1944 : le massacre de Tulle
• 10 juin 1944 : martyre d'Oradour-sur-Glane
• 20 juin 1944 : assassinat de Jean Zay
• 26 mars 1944 : le maquis des Glières
• 25 août 1944 : la Libération de Paris
Les archives de l'INA
Panoramique sur les ruines. L'unique rescapé guide dans les décombres les visiteurs (France Libre Actualités - AF - 29/09/1944).
Oradour-sur-Glane
Voir notre sélection de vidéos
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui a cassé le vase de Soissons ?

Réponse
Publicité

10 juin 1944

Le martyre d'Oradour-sur-Glane


Le matin du 10 juin 1944, des chenillettes chargées de soldats allemands s'arrêtent à Oradour-sur-Glane. Cette bourgade paisible, proche de Limoges, compte au total 1200 habitants.

La compagnie qui vient d'y pénétrer appartient à la division SS Das Reich du général Lammerding qui a, la veille, pendu 99 otages dans la ville voisine de Tulle.

Les Allemands ont été attaqués dans les jours précédents par les maquisards qui veulent freiner leur remontée vers la Normandie où les Alliés viennent de débarquer. En guise de représailles, le général Lammerding ordonne à la compagnie de détruire Oradour-sur-Glane. La compagnie SS compte environ 120 hommes qui se sont déjà illustrés en Russie dans l'extermination des populations civiles.

En début d'après-midi, le bourg est cerné et la population rassemblée sur le champ de foire sous le prétexte d'une vérification d'identité, sans oublier les enfants des écoles.

Les SS agissent dans le calme et la population s'exécute sans broncher.

Les hommes sont séparés des femmes et des enfants. Ils sont divisés en six groupes et enfermés dans des granges, sous la menace de mitraillettes. Vers 16 heures, les SS tirent des rafales et tuent les malheureux en quelques secondes. Puis ils mettent le feu aux granges bourrées de foin et de paille où gisent les cadavres.

Pendant ce temps, les femmes et les enfants sont enfermés dans l'église et des SS y déposent une caisse d'explosifs et de la paille. Le feu commence de ravager l'édifice. Pour s'assurer de l'extermination de tous les occupants, les SS leur tirent dessus.

Leur forfait accompli, ils pillent le village et achèvent de l'incendier. Au total, ils laissent 642 victimes. Parmi elles 246 femmes et 207 enfants, dont 6 de moins de 6 mois, brûlés dans l'église. Oradour-sur-Glane est devenu en Europe occidentale le symbole de la barbarie nazie.


Épisode suivant Voir la suite
• 20 juin 1944 : assassinat de Jean Zay

Publié ou mis à jour le : 2014-06-13 07:50:34

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Voir les 7 commentaires sur cet article

xava (14-06-201411:28:29)

Je suis bien d'accord pour dire que c'est atroce mais n'oublions pas qu'en Algérie certains militaires français ont commis à peu près les mêmes massacres.
C'est en agissant pour la paix que l'on peut éviter que de tels massacres se renouvellent.

Jean Louis Taxil (10-09-201314:27:16)

Hérodote a certainement des abonnés allemands. Pourrions-avoir une idée de leurs réactions à cet article? Mon seul témoignage sera de dire, qu'ayant visité ce lieu dramatique en 1954, l'horreur de cette vision ne s'est pas estompée, et que son actualité reste encore "multi-générationelle". Merci

JEAN MUNIER (09-09-201309:54:30)

NUANCE : il y avait des alsaciens parmi les bourreaux et il y avait des mosellans de Charly et Montoy Flanville parmi les victimes. Ils avaient été expulsés parce que francophones en aout 1940.Ce procès a créé une rupture entre Alsace et Moselle, élus inclus.L'expression alsacien-lorrain (version allemande )ne veut absolument rien dire.

Michel Pesneau (05-09-201322:34:27)

Je n'ai pas eu l'occasion de visiter Oradour et je le regrette mais pour moi qui ait connu cette guerre (j'ai plus de 80 ans) c'est quelque chose d'important ; sans doute y a-t-il eu bien d'autres drames qui méritent que l'on s'en souvienne mais celui-ci a quelque chose de symbolique dans son horreur et dans sa gratuité. Je ne peux que me réjouir que des gens plus jeunes que moi s'attachent à entretenir se souvenir et à le tra

Thierry (05-09-201316:32:06)

Si l'on sait que l'Histoire ne fait que se répéter, ce n'est certes pas une raison pour ne pas essayer d'en tirer leçon. Il faut combattre la fatalité que tout à chacun accepte sans doute top facilement. Rien n'est acquis définitivement, tout est un combat de chaque jour ne serait-ce qu'avec soi-même ...

Diogene (05-09-201312:09:50)

Oradour et Tulle = mille ou dix mille fois à l'Est......
Ne l'oublions pas.
Les Lammerding et consorts non jugés... ou libérés après commuation de peine sont du ressort de NOS politiques qui l'ont entériné voire provoqué.....
Oberg et Knochen valaient ils leur libération après 17 ans de prison pour "faire plaisir à l'Establishment SS allemand d'Adenauer" ?
Hollande ou Sarkozy pourraient encaisser la responsabilité de leurs prédécesseurs sans foi ni loi comm... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.


Si vous n'êtes pas Ami d'Herodote.net, vous pouvez commenter ci-dessous l'article sur facebook.