Précédent Avant Le temps des prophètes (-500, 650) Après Suivant
 
 
Les Perses
Naissance d'Aphrodite
Alexandre le Grand à Issos
Hannibal, héros de Carthage
Les guerriers du Premier Empereur chinois
Jules César fonde l'empire romain
Jésus-Christ et la dernière Cène
Les Romains pillent Jérusalem
Amphithéâtre romain de Thysdrus
La tétrarchie de Dioclétien
L'empereur Constantin guidant le pape Sylvestre 1e
Saint-Sophie à Constantinople
Baptême de Clovis
Tombeau de Mahomet à Médine

Petite victoire des Athéniens à Marathon

Le 13 septembre de l'an 490 avant Jésus-Christ, les Athéniens remportent à Marathon une victoire décisive sur les Perses.

À peine la victoire est-elle assurée que le général Miltiade envoie un messager, Philippidès, annoncer la victoire aux habitants d'Athènes. Philippidès meurt d'épuisement en arrivant sur l'Agora, au pied de l'Acropole, après 4 heures de course. Il a tout juste le temps de prononcer un seul mot avant de s'effondrer : « Nenikamen » (on écrit parfois « Nenikikame »), ce qui veut dire : « Nous avons gagné ».

Ce récit, que l'on trouve chez Hérodote (Histoires, VI, 105-106), est à l'origine de l'épreuve la plus prestigieuse des Jeux Olympiques modernes. Le premier marathon olympique est remporté à Athènes en 1896 par le berger Spiridon Louis (24 ans) sur les 40 kilomètres qui séparent l'antique champ de bataille du stade d'Athènes. À l'occasion des Jeux de Londres, en 1908, sa distance a été portée à 42,195 kilomètres afin que les coureurs puissent partir de la cour du château royal de Windsor.

Aujourd'hui encore, dans la plaine de Marathon, on honore le tumulus sous lequel reposent 192 soldats athéniens. Sous un autre tumulus reposeraient 6400 Perses. Sans doute les plus anciens cimetières militaires de l'Histoire...

Grande victoire des Athéniens à Salamine

Le 22 septembre de l'an 480 av. J.-C., la flotte de Xerxès, le «Rois des Rois» des Perses, est anéantie près de l'île de Salamine par les Athéniens. À l'instigation de Thémistocle, chef du parti populaire, ces derniers ont sacrifié leur ville et tout misé sur leur flotte. L'armée perse, 300.000 hommes sous le commandement de Mardonius, est à son tour défaite l'année suivante à Platées, en Béotie, par les Grecs commandés par le roi de Sparte, Pausanias...

Les Dix Mille et le début de l'Anabase

Le 3 septembre de l'an 401 avant JC, les Dix Mille, mercenaires grecs au service d'un prince perse, livrent combat en Mésopotamie. Battus, ils décident de rentrer dans leur pays. Après d'innombrables tourments, ils aperçoivent enfin la mer Égée et n'ont qu'un cri : « Thalassa ! », ce qui signifie mer en grec.

Cette équipée héroïque est restée dans la postérité grâce au récit qu'en a fait Xénophon, l'un des chefs de l'expédition : l'Anabase...

Athènes perd la liberté à Chéronée

Le 1er septembre de l'an 338 avant JC, à Chéronée, le roi de Macédoine Philippe II et son fils Alexandre (qui sera plus tard qualifié de Grand) écrasent les armées d'Athènes et soumettent les Grecs à leur loi...

Alexandre écrase Darius III à Gaugamèles

Le 1er octobre de l'an 331 avant notre ère, Alexandre le Grand bat Darius III, le roi des Perses, à Gaugamèles, en Mésopotamie.

Après cette défaite définitive, le Roi des Rois s'enfuit misérablement dans les montagnes tandis que son vainqueur entre à Persépolis et Ecbatane. Il s'empare des trésors de la dynastie achéménide et se fait proclamer roi d'Asie, réunissant sous son glaive le monde grec et le monde perse, jusque-là ennemis...

Bataille du lac Trasimène

Le 21 juin de l'an 217 avant JC, le consul romain Flaminius tombe dans un piège que lui a tendu Hannibal, chef des armées carthaginoises, sur les bords du lac Trasimène, en Étrurie (Italie centrale)...

Hannibal triomphe à Cannes

Le 2 août de l'an 216 avant JC, le général carthaginois Hannibal (30 ans) inflige une défaite écrasante aux Romains, à Cannes, en Apulie, non loin de la Ville éternelle. La deuxième guerre punique s'achèvera malgré tout par la défaite du général carthaginois.

Fin de la dynastie Qin

Le 12 octobre 207 avant JC, Ershi Huangdi, fils et successeur du Premier Empereur chinois, abandonné par ses conseillers et isolé dans son palais de Xianyang, croit voir des rebelles l'assaillir. Il se suicide ou se fait tuer, on ne sait. Ainsi finit prématurément la dynastie Qin. L'eunuque Zhao Gao, premier ministre du Deuxième Empereur, octroie une simple couronne royale à un sien neveu, le prince Zi Ying. Ce nouveau règne ne durera que 43 jours ! Contre toute attente, un fils de paysan du nom de Liu Bang va relever l'oeuvre du Premier Empereur et la pérenniser.

Mort du premier empereur Han

Le 1er juin de l'an 195 avant notre ère, l'empereur Gaozu, de son vrai nom Liu Bang (ou Lieou Pang) meurt dans son palais de Tch'ang-ngan (aujourd'hui Xi'an), à 52 ans. Il est le fondateur de la prestigieuse dynastie chinoise des Han...

Bataille de Pydna

Le 22 juin 168 avant JC, les Romains écrasent le roi de Macédoine à Pydna. Rome établit en Macédoine des États à sa dévotion. La Grèce courbe l'échine devant son nouveau maître.

Sylla seul maître à Rome

Le 1er novembre de l'an 82 avant JC, Sylla vainc ses opposants à la porte Colline, près de Rome et met provisoirement un terme aux guerres civiles qui déchirent la république...

Cicéron dénonce Catilina

Le 7 novembre de l'an 63 avant JC, à Rome, Cicéron interpelle le conjurateur Catilina en plein Sénat en des termes restés célèbres : « Jusques à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ? ... ».

Vercingétorix se rend à César devant Alésia

C'est aux alentours du 27 septembre de l'an 52 av. J.-C. que Vercingétorix, jeune chef gaulois, se rend à Jules César. Sa reddition met fin au siège de l'oppidum d'Alésia par les Romains et à la résistance gauloise.

Après la terrible guerre des Gaules, qui a sévi près de sept ans, l'ensemble des peuples établis entre le Rhin et les Pyrénées passe sous la rude domination de Rome… Ce faisant, ils évitent une invasion par les peuples germains, plus pressants que jamais sur la rive droite du Rhin.

Jules César franchit le Rubicon

Défiant le Sénat de Rome, Jules César traverse le Rubicon avec son armée le 11 janvier de l'an 49 avant JC. Le récit de cette aventure nous a été transmis par l'historien Suétone, qui nous a légué la formule : « Iacta esto alea », ou, selon l'opinion commune, « Alea jacta est » (Les dés sont jetés)...

César vainc Pompée à Pharsale

Le 6 juin de l'an 48 avant JC (9 août selon le calendrier d'avant la réforme julienne), Jules César et son allié Antoine battent l'armée de Pompée à Pharsale, en Grèce...

César vainqueur à Zéla

Après avoir vaincu son rival de toujours, Pompée, à Pharsale, Jules César se rue avec son armée en Asie mineure (la Turquie actuelle). À Zéla, aux alentours du 15 juin 47 avant JC, il bat Pharnace II, fils et successeur de Mithridate, roi du Pont (la région de l'actuel détroit du Bosphore), un roi qui donna du fil à retordre aux Romains.

Commémorant plus tard cette victoire par un défilé triomphal à Rome (son quatrième triomphe), Jules César se fait précéder par un porteur qui présente une pancarte où sont écrits les trois mots : « Veni, Vidi, Vici » (Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu). On ne saurait faire plus concis.

Victoire de César à Thapsus

Le 6 avril de l'an 46 avant JC, les troupes de Jules César battent celles de Pompée à Thapsus. La fin de la première guerre civile annonce à Rome la ruine des institutions républicaines.

César vainqueur à Munda

Le 17 mars de l'an 45 avant JC, Jules César affronte la dernière armée pompéienne à Munda, près de Cordoue, en Espagne. Ses rivaux se battent avec l'énergie du désespoir mais sont néanmoins vaincus. Sextus Pompée, l'un des fils du grand Pompée, parvient à s'échapper ; son frère est rattrappé et exécuté. César, désormais maître tout-puissant de Rome, devient dictateur à vie. Il n'a plus qu'un an à vivre...

Naissance du calendrier julien

Le 1er janvier de l'an 45 avant JC prend effet le calendrier mis au point par l'astronome Sosigène d'Alexandrie sur ordre de Jules César...

« Tu quoque, mi fili »

Jules César est assassiné le 15 mars de l'an 44 avant JC, le jour des Ides de mars, sous le «portique de Pompée», où s'est réuni le Sénat romain. Parmi ses assassins figure Brutus.

Le dictateur meurt à 55 ans. Issu de l'illustre famille Julia, il a mené une vie dissipée de jeune dandy avant de révéler son génie...

César tenté par la royauté

Le 15 février de l'an 44 avant JC, a lieu à Rome la traditionnelle fête des Lupercales, qui rappelle la louve nourricière des deux fondateurs légendaires de la Ville, Rémus et Romulus. Cette année-là, Marc Antoine saisit l'occasion de la fête pour poser en public le diadème des rois grecs sur le front auguste de Jules César. Mais la foule proteste contre cette velléité de rétablir la royauté et demande à Lépide, le maître de la cavalerie, d'ôter la couronne. Celui-ci n'en fait rien et César, de dépit, doit ôter lui-même la couronne. Un mois plus tard, il sera assassiné.

Un triumvirat pour succéder à César

Le 11 novembre de l'an 43 avant JC (certaines sources donnent le 26 novembre), Antoine, Lépide et Octave se font nommer par le Sénat romain pour exercer un gouvernement à trois. C'est le second triumvirat (tres viri reipublicae constituendae)...

Fondation de Lyon

Le 9 octobre de l'an 43 avant JC, un légat romain du nom de Lucius Munatius Plancus, ancien officier de César, proconsul en Gaule, fonde la Colonia Copia Felix Munatia Lugdunum (son nom la désigne comme la ville du dieu gaulois Lug).

Située sur la colline de Fourvière, au-dessus du confluent du Rhône et de la Saône, la colonie romaine est promise à un destin exceptionnel.

Par la volonté des empereurs romains, elle ne tarde pas à devenir la capitale commune aux trois provinces de la «Gaule chevelue». Sous le nom de Lyon, c'est aujourd'hui la deuxième métropole de France avec plus d'un million d'habitants. De son prestigieux passé, elle conserve de beaux monuments... Notons que l'archevêque de son diocèse porte encore le titre de «primat des Gaules».

Marc Antoine défait Brutus à Philippes

Le 23 octobre de l'an 42 avant JC, à Philippes, en Macédoine, Marc Antoine bat l'armée de Brutus, l'un des sénateurs romains qui assassina César. On prête à Brutus ces mots avant son suicide : « Vertu, tu n'es qu'un mot ! »...

La bataille d'Actium

Le 2 septembre de l'an 31 avant Jésus-Christ, une grande bataille navale se déroule près d'Actium, en Méditerranée orientale. Elle met aux prises Octavien (ou Octave), fils adoptif et petit-neveu de Jules César, qui restera dans la postérité sous le nom d'Auguste, et le couple le plus romanesque de l'Histoire : Marc Antoine et Cléopâtre. Avec le concours de son lieutenant Agrippa, Octave va l'emporter définitivement sur son rival...

Fin théâtrale de Cléopâtre

Le 15 août de l'an 30 avant JC, Cléopâtre VII disparaît de façon théâtrale. À 39 ans, la reine d'Égypte entre dans la légende.

Recluse dans son palais d'Alexandrie, la reine d'Égypte apprend qu'Octave vient de débarquer. Le nouveau maître de Rome menace d'enchaîner la reine et de la faire figurer dans son triomphe, à Rome...

Octave reçoit le titre d'Auguste

Le 16 janvier de l'an 27 avant JC, le Sénat romain décerne à Octave le surnom d'Auguste.

Ce titre honorifique désigne celui qui agit sous de bons auspices. Il récompense le petit-neveu et fils adoptif de Jules César pour avoir restauré les formes de la République sénatoriale et pacifié le pays en mettant fin aux guerres civiles qui l'ensanglantaient depuis un siècle...

Auguste reçoit la puissance tribunicienne à vie

Le 1er juillet de l'an 23 avant JC, Auguste reçoit la puissance tribunicienne à vie. Aucun tribun ne peut désormais s'opposer à une loi édictée par Auguste. En cumulant les magistratures, et sans renier officiellement les institutions républicaines, le neveu et successeur de Jules César établit le Principat ; il se présente comme le Premier parmi ses pairs (Primus inter pares en latin). C'est un empereur de fait.

Mort de Germanicus

Le 10 octobre de l'an 19 ap. J.-C., Germanicus, neveu et fils adoptif de l'empereur Tibère, meurt en Syrie à 34 ans. On soupçonne Pison, le gouverneur de Syrie, de l'avoir empoisonné sur ordre de l'empereur. Celui-ci aurait été jaloux de la séduction naturelle de l'héritier présomptif et de ses succès militaires en Germanie (d'où son surnom).

Drusus inaugure le sanctuaire des Trois-Gaules

Drusus, beau-fils de l'empereur Auguste, inaugure le sanctuaire des Trois-Gaules le 1er août de l'an 12 avant JC, à Condate, au pied de la colline de la Croix-Rousse, près de la colonie romaine de Lugdunum (Lyon).

Il s'agit d'un très imposant autel entouré de tribunes. Sur les gradins sont gravés les noms des soixante peuples gaulois qui envoient chaque année, le 1er août, des délégués pour rendre le culte à Rome et Auguste, mais aussi pour discuter des problèmes politiques des Gaules.

Sept ans plus tard, un amphithéâtre sera également construit à proximité du sanctuaire. Dans cet amphithéâtre des Trois-Gaules seront livrés aux bêtes les premiers martyrs chrétiens des Gaules, parmi lesquels sainte Blandine et saint Pothin. Il ne reste plus rien aujourd'hui du sanctuaire et de l'amphithéâtre, sinon des évocations picturales sur des monnaies.

Wang Mang, un empereur confucéen

Le 10 janvier de l'an 9 de notre ère, Wang Mang renverse la dynastie Han, au pouvoir en Chine depuis deux siècles...

Crucifixion de Jésus-Christ

Jésus-Christ aurait été crucifié à Jérusalem le vendredi 7 avril de l'an 30 de notre ère, à l'âge de 37 ans, d'après les calculs des historiens modernes, plus précis que le moine Denys le Petit qui, au VIe siècle, établit la naissance du Christ en l'an 753 de la fondation de Rome, soit cinq ans trop tard.

Les Évangiles nous disent en effet qu'il est mort une veille de sabbat, donc un vendredi, et que ce jour était aussi celui de la « préparation » de la Pâque juive, donc le 14 du mois de Nissan dans le calendrier hébraïque. Ces deux éléments coïncident en l'an 30 de notre ère, le 7 avril.

Mise à mort du préjet Séjan

Le 18 octobre 31, l'empereur Tibère fait mettre à mort le préfet du Prétoire Séjan. Celui-ci avait jusque-là bénéficié des faveurs de l'empereur et se présentait comme un successeur potentiel. C'est le triste Caligula, arrière-petit-fils d'Auguste, qui accèdera finalement au trône.

Caligula empereur

Le 18 mars 37, suite à la mort de Tibère, le Sénat romain proclame Caligula empereur. De son vrai nom Caius Caesar Germanicus, celui-ci est le fils de Germanicus et d'Agrippine l'Aînée, digne fille de Julie, elle-même fille de l'empereur Auguste. Il sera assassiné après être devenu fou. On lui prête l'exclamation : « Qu'ils me haïssent pourvu qu'ils me craignent ».

Rome en flammes

Le 19 juillet de l'an 64, à Rome, un incendie prend naissance dans une boutique située près du Circus Maximus, au pied du mont Palatin où se trouve le palais impérial.

La Ville éternelle, qui compte alors près de 800.000 habitants concentrés sur 13 kilomètres carrés, va être ravagée pendant six jours par les flammes. Néron attribue la responsabilité du sinistre aux chrétiens. C'est le début des premières persécutions...

Vespasien seul empereur à Rome

Le 20 décembre 69, l'empereur Vitellius est égorgé au coeur de Rome par des mécontents. Cet assassinat livre l'empire au général Vespasien, qui a fait la preuve de ses capacités en réprimant brutalement une révolte en Palestine...

Destruction du Temple de Jérusalem

Le 8 septembre de l'an 70, les soldats romains pénètrent à l'intérieur du Temple de Jérusalem, le mettent à sac et le détruisent. C'est l'acte final de la première guerre juive, occasionnée par la révolte des Zélotes. Ces juifs ne supportaient plus la tutelle romaine et la connivence du Grand Sanhédrin (le tribubal religieux) avec l'occupant.

La répression est conduite par le général Vespasien puis, celui-ci étant devenu empereur, par son fils Titus qui mène à son terme le siège de Jérusalem...

Chute de Massada

Le 2 mai 73, la forteresse de Massada tombe aux mains des Romains. Le suicide collectif de ses défenseurs, des Zélotes aux ordres d'Eleazar ben Jair, met fin à la première révolte juive contre la domination romaine.

Le seul récit que l'on ait de ce siège nous vient de l'historien juif Flavius Josèphe...

Disparition de Pompéi

Le 24 août 79, Pompéi, lieu de villégiature au pied du Vésuve, en Campanie, est recouvert sous une pluie de cendres volcaniques. Pline le Jeune nous a laissé le récit de l'éruption...

Trajan succède à Nerva à la tête de Rome

Trajan, Marcus Ulpius Trajanus (Italica 53 - Sélinonte, Cilicie 9 juillet 117)Le 23 janvier 98, à la mort du vieux Nerva (72 ans), son fils adoptif Trajan (44 ans) lui succède à la tête de l'empire romain.

Nerva, juriste respecté, avait été porté à la tête de Rome après l'assassinat de Domitien, dernier représentant de la la dynastie julio-claudienne issue de César et Auguste, le 18 septembre 96.

Bien que malade et réticent à exercer le pouvoir, Nerva avait pu restaurer l'autorité du gouvernement, en accord avec le Sénat. Il avait lutté contre la corruption et amélioré le sort des classes populaires, toutes choses qui cependant avaient déplu à sa garde prétorienne.

Il meurt avant que celle-ci ait eu le temps de le renverser. Son successeur Trajan, fils d'un soldat romain établi à Italica (Espagne), devenu gouverneur de Germanie supérieure, va brillamment poursuivre son oeuvre. Avec lui, l'empire romain entre pour de bon dans son Âge d'Or, le siècle des Antonins.

Hadrien dédicace le futur Panthéon

Le 21 avril 135, jour anniversaire de la fondation de Rome, l'empereur Hadrien dédicace sur le Champ de Mars un nouveau temple à Vénus et à Rome et plus généralement à « tous les dieux ». De là son nom, le Panthéon, traduction grecque de cette expression...

Mort d'Antonin le Pieux

Le 7 mars 161 meurt l'empereur Antonin le Pieux. Marc Aurèle (40 ans) et Lucius Verus (31 ans) lui succèdent à la tête de Rome. L'un et l'autre ont été adoptés 23 ans plus tôt par l'empereur défunt en vue de lui succéder, sur l'injonction de son prédécesseur, l'empereur Hadrien !

Martyre de Sainte Blandine

Le 2 août 177, sous le règne de l'empereur Marc-Aurèle, à Lyon (Lugdunum), un groupe de 48 chrétiens, dont l'évêque Pothin, originaire de Syrie, et une femme nommée Blandine, sont livrés aux bêtes.

Fêtée le 2 juin, la martyre la plus connue des Français est une jeune esclave arrêtée ainsi que ses amis en raison de leur refus de participer au culte impérial.

Selon le récit d'Eusèbe de Césarée, Blandine et un jeune garçon de 15 ans, Pontique, assistèrent sans fléchir à la torture de leurs compagnons d'infortune pendant plusieurs jours.

Au terme de cette première épreuve, ils furent eux-mêmes livrés aux bêtes le 2 août 177 dans l'amphithéâtre des Trois Gaules, devant les représentants des soixante nations gauloises. Les fauves s'étant détournés de Blandine, celle-ci fut fouettée, jetée dans un filet et exposée plusieurs fois aux cornes d'un taureau, enfin égorgée !

Assassinat de Commode

Le 31 décembre 192, l'empereur romain Commode (31 ans), réputé pour sa violence et son caractère fantasque, est assassiné par sa maîtresse Marcia. Celle-ci tente de l'empoisonner mais comme l'empereur arrive à vomir le poison, elle se résout à le faire étrangler ! Commode est l'antihéros du film Gladiator de Ridley Scott.

L'Empire aux enchères

Le 26 mars 193, à Rome, le vieil empereur Pertinax est assassiné par des prétoriens, autrement dit des soldats de sa garde !

Sans s'embarrasser de scrupules, ses meurtriers mettent l'empire romain aux enchères. L'heureux acquéreur, un certain Didius Julianus, ne tarde pas à déchanter. Il est à son tour mis à mort et c'est finalement un général talentueux, Septime Sévère, qui ramassera la mise !...

Victoire de Septime Sévère à Lyon

Le 19 février 197, à Lyon, une bataille met aux prises deux prétendants à l'empire de Rome. Elle s'achève par la victoire de Septime Sévère, le général de l'armée romaine du Danube, sur son rival, le gouverneur de Bretagne, Clodius Albinus.

Le vainqueur pille et détruit Lyon avant d'imposer sa loi à Rome. Avec lui débute ce que les historiens ont appelé le Bas-empire...

Mort de Septime Sévère

L'empereur romain Septime Sévère trouve la mort sur le champ de bataille, à Eboracum (aujourd'hui York, en Angleterre), le 4 février 211.

Élagabal proclamé empereur

Le 15 mai 218, Élagabal, aussi appelé Héliogabale (14 ans), est proclamé empereur romain par la 3e légion établie en Syrie. Cet adolescent syrien et à peine romanisé, grand-prêtre héréditaire du dieu Baal d'Émèse, est le cousin du précédent empereur, Caracalla, et le petit-fils de Septime Sévère. Il abandonne le soin du gouvernement à sa grand-mère, Julia Maesa, veuve de Septime Sévère. Il tente d'introduire à Rome le culte de Baal et finit assassiné par les prétoriens (les soldats de sa garde) quatre ans plus tard, le 11 mars 222, au terme d'un règne déplorable. Un autre cousin lui succède, Alexandre Sévère (13 ans) !...

Avènement de la dynastie des Sassanides

Le 28 avril de l'an 224, Artaban IV, dernier souverain de la dynastie des Arsacides, est vaincu et tué à Hormizdaghan, dans la Susiane, par un roitelet perse, Ardashir (ou Ardachir). L'Iran tombe aux mains de la dynastie des Sassanides. Elle va restaurer le pays dans son ancienne grandeur.

Couronnement de Sapor 1er

Le 23 mars 242, est couronné le roi Sapor 1er (on écrit aussi Chahpur, Châhpuhr, Shapour ou Shahpur, shah signifiant roi en persan.

Sapor 1er succède à son père Ardachir 1er, fondateur de la dynastie des Sassanides (d'après Sassan, un aïeul), à la tête du puissant empire perse. Chef redoutable et cruel, il mène des guerres victorieuses contre Rome, alors en pleine crise.

En 244, il repousse l'empereur Philippe l'Arabe et enlève à Rome l'Arménie et la Mésopotamie. En 260, plus gravement, il bat l'empereur Valérien près d'Édesse et le capture ainsi que, dit-on, 70.000 de ses hommes. Les Romains, y compris l'empereur, seront réduits en esclavage dans des conditions atroces.

Sapor 1er embellit par ailleurs sa capitale, Ctésiphon, en Mésopotamie, où subsistent des ruines impressionnantes.

Dioclétien empereur

Le 20 novembre 284, Dioclétien accède à la dignité impériale. Cet empereur est originaire d'Illyrie (les rives de l'Adriatique) comme ses prédécesseurs immédiats. Il va restaurer pour un temps la puissance romaine et instaurer un gouvernement original à quatre, la tétrarchie.

Dioclétien instaure la « tétrarchie »

Le 1er mars 293, l'empereur romain Dioclétien instaure la tétrarchie, une forme originale de gouvernement à quatre. Il découpe les vastes provinces de l'empire et crée des circonscriptions de taille plus réduite, plus faciles à organiser et défendre. Rome n'est plus le siège du gouvernement. La Ville éternelle est délaissée au profit de quatre capitales frontalières plus proches des légions.

Dioclétien et son collègue Maximien prennent le titre d'Auguste. Le premier gouverne l'Orient (capitale : Nicomédie, au sud de la mer de Marmara, en face de Byzance, le second l'Italie et l'Afrique (capitale : Milan). Les adjoints prennent le titre de César. Constance Chlore gouverne l'Espagne, la Bretagne et la Gaule (capitale : Trèves), Galère l'Illyrie (capitale : Sirmium, dans la Hongrie actuelle). Les premiers résultats se révèlent satisfaisants : mieux encadrées, les légions repoussent avec succès les assauts barbares....

Premier édit de la «Grande Persécution»

Désireux de renforcer la cohésion culturelle et politique de l'empire romain, Dioclétien inaugure de violentes persécutions contre les communautés chrétiennes qui refusent de sacrifier au culte impérial. Il y est encouragé par son collègue Galère, lequel a plus que quiconque les chrétiens en horreur.

En 299, il exclut de l'armée des soldats baptisés, ces derniers refusant en effet de verser le sang ! Puis, de février 303 à février 304, quatre édits impériaux ordonnent de brûler les livres saints et de raser les églises partout dans l'empire.

La «Grande Persécution» atteint son paroxysme avec un édit qui prescrit au début de 304 un sacrifice général dans tout l'Empire, sous peine de mort ou de condamnation aux travaux forcés dans les mines. Toutefois, les fonctionnaires locaux exécutent les édits avec un zèle relatif...

Abdication volontaire de Dioclétien

Le 1er mai 305, l'empereur romain Dioclétien abdique volontairement. Il quitte Rome pour son palais de Split, en Dalmatie. Maximien Hercule, qui a partagé avec lui la fonction d'«Auguste», se résout à abdiquer aussi.

Ils laissent la place à la deuxième génération de tétrarques : Constance Chlore devient «Auguste» d'Occident et Galère «Auguste» d'Orient.

Constantin proclamé empereur par ses soldats

Le 25 juillet 306, Constantin est proclamé empereur par ses soldats à Eburacum, en Bretagne (aujourd'hui York, en Angleterre), où il a rejoint le quartier général de son père Constance Chlore, qui vient de mourir.

C'est le début d'une prodigieuse ascension qui va conduire le jeune trentenaire à la tête de l'empire romain, après l'élimination de tous ses rivaux.

Édit de tolérance de Galère

Le 30 avril 311, l'empereur Galère publie un édit de tolérance qui met un terme aux violentes persécutions engagées par Dioclétien, son prédécesseur, contre les communautés chrétiennes de l'empire romain. Deux ans plus tard, son édit sera confirmé et élargi à Milan par son successeur, Constantin. Le christianisme devient dès lors la religion dominante de l'empire.

Constantin victorieux au Pont Milvius

Le 28 octobre 312, Constantin bat son rival Maxence au Pont Milvius, sur le Tibre, à quelques kilomètres au nord de Rome. Après avoir réunifié l'empire romain sous son autorité, il va légaliser la religion chrétienne et donner à l'empire une nouvelle capitale, la future Constantinople.

Par son action, Constantin apparaît comme l'empereur romain le plus important après César et Auguste...

Édit de tolérance de Milan

Le 13 juin 313, à Milan, l'empereur Constantin 1er et son collègue Licinius, avec lequel il dirige l'empire romain, octroient aux chrétiens la liberté de pratiquer leur religion. Ils leur restituent les biens confisqués et mettent un terme définitif aux persécutions.

Cette décision, connue sous le nom d'« édit de Milan », complète et confirme l'édit octroyé deux ans plus tôt par l'empereur Galère. Elle consacre le triomphe de la nouvelle religion dans l'empire romain quelques années après les très dures persécutions ordonnées par Dioclétien et le même Galère...

Chandragoupta fonde la dynastie Goupta

Le 26 février 320, monte sur le trône du Magadha (l'actuel Bihar, dans la vallée du Gange) Chandragoupta 1er, premier souverain de la dynastie Goupta.

Constantin vainc Licinius à Andrinople

Suit à l'échec du pouvoir collégial instauré par Dioclétien, l'empire romain se trouve partagé entre deux empereurs : Constantin domine l'Occident et Licinius l'Orient.

Constantin pénètre avec son armée en Thrace et se porte à la rencontre de son adversaire (qui est aussi le mari de sa soeur Constantia).

Les deux armées, fortes de plusieurs dizaines de milliers d'hommes chacune, s'affrontent le 3 juillet 324 devant Hadrianopolis (Andrinople), sur les bords de l'Hèbre.

Vaincu, Licinius s'enfuit vers Byzance et traverse l'Hellespont en direction de la Bythinie (Asie mineure). Il est rattrappé et vaincu à Chrysopolis par son adversaire. Constantin, désormais maître de tout l'empire, relègue Licinius à Thessalonique et le fait étranger quelques mois plus tard, sous le prétexte d'une conspiration.

Le concile de Nicée condamne l'arianisme

Le 20 mai 325, l'empereur romain Constantin 1er réunit à Nicée le premier concile oecuménique de l'Histoire en vue de condamner la doctrine d'Arius, l'arianisme, et, plus important que tout, maintenir l'unité de la jeune Église...

Naissance de la future Constantinople

Le 11 mai 330, Byzance devient officiellement la capitale de l'empire romain, en remplacement de Rome, sous le nom officiel de «Nouvelle Rome». Elle sera plus tard appelée Constantinopolis, Constantinople, en référence à l'empereur Constantin le Grand qui l'a fondée...

Dédicace du Saint-Sépulcre

Le 17 septembre 335 a lieu la dédicace du Saint-Sépulcre, à Jérusalem. Une dizaine d'années plus tôt, on a découvert l'endroit où fut enseveli le Christ après sa crucifixion. Constantin, qui règne alors sur l'empire romain d'Orient, ordonne la construction d'une basilique et d'une rotonde autour du Saint-Sépulcre. L'inauguration de l'ensemble va faire de Jérusalem une grande ville de pèlerinage chrétien.

Baptême et mort de Constantin le Grand

Malade, épuisé par un règne agité, l'empereur romain Constantin 1er expire le dimanche 22 mai 337, jour de la Pentecôte chrétienne. Il n'a pas encore soixante ans. Il meurt à Ancyrona, dans les faubourgs de Nicomédie (aujourd'hui Izmit, au sud de la mer de Marmara), tandis qu'il tente de regagner en toute hâte sa capitale, Constantinople.

Avant de rendre le dernier soupir, Constantin a le temps de recevoir le baptême des mains de l'évêque Eusèbe de Nicomédie...

Fermeture des temples païens

Le 19 février 356, par une loi qui impose la fermeture des temples païens, l'empereur romain Constance II confirme l'unification religieuse de l'empire autour du christianisme.

L'empereur Valens tué à Andrinople

Le 9 août 378, l'empereur romain Valens est vaincu à Andrinople lors d'un affrontement avec les Wisigoths auxquels il avait accordé deux ans plus tôt le droit de s'établir en Mésie (Serbie actuelle). Il périt brûlé dans une chaumière où il s'était réfugié. L'empire est au plus mal.

Le christianisme religion officielle de Rome

Le 8 novembre 392, l'empereur Théodose proclame le christianisme religion officielle de l'empire romain et interdit les autres cultes. Les derniers fidèles de ceux-ci sont dans certaines villes comme Alexandrie victimes de la fureur fanatique.

Un siècle plus tôt, sous le règne de Dioclétien, les chrétiens enduraient encore de brutales persécutions. Son successeur Constantin le Grand y a mis fin en légalisant la nouvelle religion, laquelle ne rallie encore qu'une petite fraction de la population de l'empire.

Mort de l'empereur Théodose

Le 17 janvier 395, la mort de Théodose 1er le Grand consacre le partage définitif de l'empire romain. À son fils Arcadius (18 ans) l'empereur lègue l'Orient (capitale : Constantinople) et à son fils Honorius (11 ans) l'Occident (capitale : Ravenne). Cette scission se lit encore dans la frontière qui sépare la Croatie (occidentale et catholique) de la Serbie et de la Bosnie (orientale et orthodoxe).

Saint Martin est inhumé à Tours

Saint Martin est inhumé à Tours en grande pompe le 11 novembre 397.

Né vers 315 à Sabaria, en Pannonie (aujourd'hui Szombathely, en Hongrie), l'évangélisateur des Gaules s'est acquis une stature exceptionnelle au terme d'une vie agitée, tissée de grands voyages à travers toute l'Europe...

Les Barbares en armes franchissent le Rhin

Le 31 décembre 406, de nombreuses bandes de barbares franchissent le Rhin. Ils profitent de ce que le fleuve, cet hiver-là, est gelé pour le traverser à pied. C'est la plus importante vague d'immigration qu'ait connue l'empire romain depuis ses origines...

Assassinat de Stilicon

Avant de mourir, en 395, l'empereur Théodose 1er a partagé l'empire romain entre ses deux fils.

À Honorius, 11 ans, revient l'Occident (capitale : Rome) et à Arcadius, 18 ans, l'Orient (capitale : Constantinople). Théodose confie la tutelle des deux jeunes empereurs au général Stilicon, fils d'un officier vandale rallié à Rome.

En qualité de préfet du prétoire, celui-ci maintient tant bien que mal l'ordre en Occident. Il repousse à deux reprises les Goths et transfère le gouvernement de Rome à Ravenne, une ville plus aisée à défendre. Il tente avec plus de difficulté d'imposer son autorité à Constantinople.

L'armée s'inquiète cependant de ses recrutements massifs de contingents barbares et lui en veut de n'avoir pu empêcher les invasions barbares en 406. Il est assassiné sur ordre d'Honorius le 23 août 408.

Cela ne va pas arranger les affaires de l'empire d'Occident et deux ans plus tard, Rome se verra elle-même mise à sac par des Ostrogoths...

Prise de Rome par Alaric

Le 24 août 410, Alaric, roi des Wisigoths, fâché que l'empereur Honorius n'eût pas versé le tribut demandé, s'empare de Rome. Pendant trois jours, ses troupes vont piller et massacrer à qui mieux mieux. Alaric lui-même enlève une princesse promise à un grand destin, Galla Placidia !

Certes, depuis de nombreuses années, la Ville éternelle était délaissée par l'empereur d'Occident au profit de Ravenne et n'était plus que l'ombre d'elle-même. L'événement n'en revêt pas moins une grande importance symbolique aux yeux des intellectuels de l'époque, tel Augustin d'Hippone. Celui-ci écrit La Cité de Dieu, un plaidoyer pour répondre aux philosophes païens qui accusent les chrétiens d'être à l'origine du drame (Alaric lui-même est un chrétien de la mouvance arienne) et surtout rappeler que les réalisations terrestres sont peu de chose au regard des promesses du ciel. Il ne manque pas de prendre la défense des femmes violées par les Barbares et que la morale païenne contraint au suicide.

Dans les provinces périphériques de l'empire, beaucoup de ses contemporains et Augustin lui-même ne sont pas loin de penser que le sac de Rome est le châtiment de tous les forfaits commis par les légions romaines au cours des siècles passés...

Le penseur Jean-Claude Guillebaud y voit une similitude avec les réactions de nombreux commentateurs aux attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center et le Pentagone et la stigmatisation de l'arrogance américaine qui s'en est suivie (Le commencement du monde, Gallimard, 2008).

Genséric s'empare de Carthage

Sous la conduite de leur roi Godégisile, les Vandales ont franchi le Rhin avec d'autres tribus de Germains à l'hiver 406 et envahi l'empire romain d'Occident. Ils se sont installés au sud de l'Espagne, en Bétique, laquelle en conservera le souvenir dans son nouveau nom, l'Andalousie (en arabe al-Andalous, déformation de Vandalousie, « pays des Vandales »).

Mais voilà qu'en Afrique du nord, le gouverneur romain de la province, le comte Boniface, se révolte contre l'empereur Valentinien III, fils de Galla Placida. Il appelle à l'aide le roi Genséric (ou Geiséric), fils et successeur de Godégisile.

Mauvais calcul. Les Vandales occupent la Numidie. Le comte Boniface, rappelé à ses devoirs par Saint Augustin, tente de leur résister mais Genséric l'assiège dans Hippone et, pour finir, s'empare de Carthage, capitale de la province, le 19 octobre 439. Valentinien III lui reconnaît la possession de Carthage et de l'Afrique.

Attila est battu aux Champs Catalauniques

Les Huns de terrible réputation sont battus près de Troyes, aux environs du 20 juin 451, en un lieu appelé Champs Catalauniques...

L'Orient se divise au concile de Chalcédoine

Le 8 octobre 451, un quatrième concile oecuménique important s'ouvre à Chalcédoine. Il renouvelle la condamnation de l'arianisme, réaffirme le dogme de la Sainte Trinité et condamne comme hérésies le monophysisme et le nestorianisme.

Enfin, il affirme l'égalité de rang entre le patriarche de Constantinople et l'évêque de Rome (le pape), au risque de heurter celui-ci. Ses conséquences se font encore sentir...

Léon 1er rencontre Attila

Le 8 juillet 452, le pape Léon 1er sort en grande pompe de Rome et va au-devant d'Attila. Le roi des Huns cède à sa prière et renonce à envahir Rome et retourne dans les steppes d'où son peuple est originaire. L'année précédente, il a épargné la ville de Troyes devant les supplications de l'évêque Saint Leu. Il s'est aussi détourné de Paris où Sainte Geneviève animait la résistance.

Pour les chrétiens de l'époque, Attila est le « Fléau de Dieu », autrement dit l'instrument de la punition divine. Il frappe ceux qui se sont détournés de l'enseignement de l'Église, et épargne les miséricordieux.

Aetius assassiné par Valentinien III

Le 21 septembre 454, Flavius Aetius (Aétius), le vainqueur d'Attila, meurt assassiné par l'empereur Valentinien III.

Celui que les historiens vont qualifier de « dernier des Romains » pour ses grandes qualités morales était né en 395 à Dorostolus en Mésie (future Bulgarie), d'une dame italienne et d'un officier scythe. Il était donc à moitié barbare !

Jeune, il fut donné en otage aux Wisigoths à Toulouse, puis aux Huns dans les Balkans. C'est là qu'il va connaître Attila. Adulte, il est nommé général en chef de la Gaule, puis maître de la milice (magister militum) et enfin vice-empereur.

Dans un empire affecté de maux gravissimes, Aétius va faire des prouesses. Il reconstitue les légions, contient les Wisigoths, écrase les Francs Ripuaires sur le Rhin avec l'aide des Huns, bat les Francs Saliens sur la Somme, repousse les Burgondes jusqu'en Rhénanie avec l'aide des Huns, maîtrise les Alains, anéantit les Bagaudes et finalement force Attila à rebrousser chemin à la bataille des Champs Catalauniques (ou Campus Mauriacus), près de Troyes.

Mais ce héros resté païen devient un danger pour l'empereur et les chrétiens. Alors, un complot est organisé, et celui qui « tant de fois a sauvé cet empire, tant de fois affermit le trône de son roi » (Le Cid, Corneille) périra sous le poignard de Valentinien III, qui va ainsi précipiter la fin de l'Empire romain d'Occident.

Saccage de Rome par les Vandales

Le 16 mars 455, l'empereur d'Occident Valentinien III, fils de Galla Placida, a été assassiné par un certain Pétrone Maxime. Sa veuve Eudoxie, craignant pour sa sécurité, appelle au secours le roi des Vandales, Genséric.

Celui-ci s'est établi avec ses guerriers à Carthage, en Afrique romaine (la Tunisie actuelle), après avoir franchi le Rhin et s'être brièvement arrêté en Espagne. Répondant à l'appel de l'impératrice, il traverse la Méditerranée et débarque devant Rome le 16 juin 455.

Mais au lieu de restaurer l'impératrice dans ses droits, le Barbare met la Ville éternelle au pillage. Avec ses troupes croulant de trésors, il ravage aussi la rive de l'Adriatique et la Grèce continentale avant de s'en retourner à Carthage. Dans ses bagages figurent Eudoxie et ses deux filles. Il marie sans façon l'ex-impératrice à son fils Hunéric.

Fin de l'Occident romain

Le 4 septembre 476, Odoacre dépose l'empereur romain d'Occident, un certain Romulus Augustule. C'est la fin de l'empire romain d'Occident...

Le vase de Soissons

Selon le chroniqueur Grégoire de Tours (539-594), Clovis, âgé de 20 ans et encore païen, avait pillé diverses églises, notamment à Reims.

L'évêque de la ville, identifié à Remi (ou Rémi), le prie de lui restituer un vase remarquable et le jeune roi des Francs, soucieux de lui plaire, le lui promet. C'est ainsi qu'à Soissons, devant le butin rassemblé, il demande à ses soldats la permission d'enfreindre l'usage, qui est de distribuer le butin par tirage au sort, en en restituant un lot. Mais l'un des soldats, envieux et impulsif, s'insurge et frappe de sa francisque le vase qui s'en trouve cabossé. Clovis ravale sa rage et restitue malgré tout le vase à l'évêque.

Là-dessus, le 1er mars 487, il passe ses troupes en revue et repère dans les rangs l'homme qui l'a défié. Il lui reproche une tenue négligée et d'un geste brutal jette ses armes à terre. Le soldat se baisse pour les ramasser. Clovis, alors, lève sa hache et la lui plante dans la tête. « Ainsi as-tu traité le vase de Soissons », aurait-il dit en guise d'oraison funèbre.

Théodoric le Grand, seul maître de l'Italie

Le 15 mars 493, le chef ostrogoth Théodoric invite son ennemi Odoacre à un banquet de réconciliation et saisit l'occasion pour l'égorger de sa main. Il devient dès lors le seul maître de l'Italie et va s'employer à restaurer Rome dans son antique grandeur...

Bataille de Tolbiac

Quinze ans après son accession au trône, Clovis, roi des Francs saliens, reçoit un appel à l'aide de son homologue, le roi des Francs rhénans. Celui-ci est menacé par les Alamans, une tribu germanique à laquelle nous avons emprunté le nom de l'Allemagne.

Le jeune roi accourt à son secours. Il veut prendre à revers les Alamans qui assiègent son allié dans la place forte de Tolbiac (en allemand, Zülpich), près de Cologne. Mais peu avant son arrivée, son allié fait reddition et les Alamans se retournent contre les nouveaux venus, inférieurs en nombre.

Le choc survient, croit-on, le 10 novembre 496. En situation périlleuse, Clovis aurait imploré le secours du Dieu de Clotilde et pris la résolution de se convertir en cas de victoire. À peine aurait-il fait ce voeu que le roi des Alamans était frappé à mort d'un coup de hache ! Cette légende a été inspirée plus tard au chroniqueur Grégoire de Tours par le souvenir de l'empereur Constantin au pont Milvius.

Baptême de Clovis à Reims

Le 25 décembre 498, le roi des Francs Clovis et 3.000 de ses guerriers sont baptisés à Reims dans la religion catholique. L'identité de religion avec les Gallo-Romains va faciliter la fusion des deux peuples, à l'origine de la France...

Bréviaire d'Alaric

Le 2 février 506, à Aire-sur-Adour, le roi wisigoth qui règne sur la région de Toulouse publie un recueil de lois connu sous le nom de Bréviaire d'Alaric. Ce document établit un nouveau droit à l'usage des Barbares et des Gallo-Romains et il confirme la prépondérance des premiers sur les seconds. La même année, faute de soutien populaire, les Wisigoths seront battus par Clovis et ses Francs à Vouillé, dans le Poitou. Ils abandonneront l'Aquitaine pour se replier au-delà des Pyrénées.

Clovis partage son royaume entre ses fils

Clovis meurt à Paris à l'âge de 45 ans le 27 novembre 511. Il est enterré dans la basilique des Saints Apôtres, auprès de sainte Geneviève, son amie. Sa femme Clotilde l'y rejoindra beaucoup plus tard. La basilique sera rebaptisée église Sainte-Geneviève avant d'être reconstruite et reconvertie en Panthéon.

Le royaume des Francs (ou Regnum francorum) est partagé selon la coutume germanique entre les trois fils qu'il a eus de Clotilde et un autre fils, Thierry. Ce dernier réside à Metz et reçoit la vallée de la Moselle. Clodomir reçoit la vallée de la Loire ; Childebert Paris et la vallée de la Seine ; Clotaire le nord-est du bassin parisien (que l'on appellera plus tard Neustrie).

Justinien réprime de justesse la sédition Nika

Le 18 janvier 532, une violente sédition éclate à Constantinople contre l'empereur Justinien.

Ensemble, aux cris de «Nika !» (Sois vainqueur !), les insurgés brûlent la basilique de la Sainte Sagesse (Haghia Sophia). Ils se dirigent vers le palais impérial dont ils brûlent aussi le vestibule. Ils proclament un nouvel empereur...

Justinien compile le droit romain

Le 15 décembre 533, à Constantinople, l'empereur Justinien donne force de loi aux Pandectes (d'un mot grec qui signifie «qui contient tout»), un volumineux recueil de lois plus connu sous son nom latin Digeste...

Bélisaire s'empare de Rome

Le 9 décembre 536, le général Bélisaire s'empare de Rome pour le compte de l'empereur romain d'Orient, Justinien.

Inauguration de Sainte-Sophie

Le 27 décembre 537, l'empereur Justinien et son épouse Théodora inaugurent à Constantinople la basilique de la Sainte Sagesse (en grec Haghia Sophia). Le monument est plus communément appelé Sainte-Sophie en Occident...

Benoît lègue sa règle aux moines d'Occident

Le 21 mars 547 meurt saint Benoît de Nursie, proclamé en 1958 père de l'Europe et saint patron de la chrétienté d'Occident.

Il laisse sans trop s'en douter un héritage qui va modeler la chrétienté d'Occident et contribuer à sa grandeur. On lui doit en particulier la redécouverte des oeuvres de l'Antiquité et la règle monastique dite «bénédictine» qui va valoriser le travail dans toutes les couches de la société...

Héraclius devient empereur de Byzance

Le général Héraclius prend le pouvoir à Constantinople le 3 octobre 610 dans une période très critique de l'Empire romain d'Orient. La capitale elle-même est menacée au nord par les Avars (ou Avares), des Barbares qui ont traversé le Danube, et au sud par les Perses sassanides...

Sous son règne, l'Empire romain d'Orient se transforme en Empire «byzantin». Ce qualificatif dérive de l'ancien nom grec de la capitale (Byzance). Lui-même renonce au titre d'imperator pour celui de « basileus » par lequel les Grecs désignaient habituellement le Grand Roi des Perses.

Héraclius raffermit l'empire mais ne peut empêcher la conquête de la Syrie et de l'Égypte par les disciples de Mahomet, son contemporain. L'avènement d'Héraclius et l'Hégire (622) marquent la fin véritable de l'empire romain et de l'Antiquité.

Les Perses s'emparent de la Vraie Croix

Le 5 mai 614, les Perses prennent Jérusalem et s'emparent de la Vraie Croix.

Mort de Saint Colomban

Saint Colomban, un moine originaire d'Irlande, meurt dans la prestigieuse abbaye qu'il a fondée à Bobbio, dans le Milanais, le 23 novembre 615, à près de 75 ans. Avec une douzaine d'autres moines scots (irlandais), il a quitté son île très jeune et fondé différents monastères sur le Continent, en Armorique (Bretagne actuelle) puis dans les Vosges, à Luxeuil.

Chassé par le roi d'Austrasie Thierry II, jaloux de son indépendance, il descend vers Milan où le roi des Lombards l'autorise à s'établir à Bobbio, sur la Trébie. Dans la tradition irlandaise, ce monastère va devenir un grand centre d'étude des Écritures saintes et des Pères de l'Église.

L'Hégire et la fuite de Mahomet à Médine

Aux alentours de la cinquantaine, Mahomet quitte en secret La Mecque pour l'oasis voisine de Yathrib (qui prendra dès lors le nom de Medinat el-Nabi, « la ville du Prophète » - Médine en français).

Cette fuite est désignée en arabe par le mot hijra (en français, Hégire) qui signifie émigration et datée du 16 juillet 622 selon une tradition fixée dix ans plus tard par le calife Omar. D'elle date la naissance de l'islam... et le premier jour de l'ère musulmane.

Mahomet rompt avec les juifs de Médine

Le 11 février 624 marque la rupture entre le prophète Mahomet et les tribus juives de Médine. Cette rupture va déboucher sur un combat à mort...

Mahomet livre bataille aux Mecquois à Ohod

Le 21 mars 625, dans le désert arabe, le prophète Mahomet et sa petite armée de fidèles sont attaqués par 10.000 hommes venus de La Mecque...

Li Shimin devient l'empereur Taizong le Grand

Le 4 septembre 626, à Chang'an, capitale de la Chine classique, le jeune Li Shimin monte sur le trône impérial au lieu et place de son père qu'il avait lui-même intronisé peu de temps auparavant.

Prenant le nom de règne de Taizong le Grand, il restaure l'empire dans toute sa grandeur et fonde la dynastie des Tang, qui règnera sur la Chine pendant trois siècles.

Héraclius victorieux de Chosroès à Ninive

Le 12 décembre 627, l'empereur byzantin, le basileus Héraclius, remporte une victoire décisive sur les Perses sassanides de l'empereur Chosroès II, sous les murs de Ninive, en Mésopotamie.

Avènement de Dagobert 1er

À la mort de son père Clotaire II, le 4 janvier 629, Dagobert, qui, jusque-là, régnait sur l'Austrasie, se fait reconnaître roi de Neustrie par les évêques et les leudes (les hommes qui entourent le souverain). Son frère cadet Charibert (ou Caribert) obtient en compensation le gouvernement de l'Aquitaine. Deux ans plus tard, sa mort permet à Dagobert de reconstituer temporairement l'unité du Regnum Francorum de son ancêtre Clovis.

Le roi, à Paris, s'entoure d'une cour relativement fastueuse et de conseillers émérites, comme son trésorier Didier et le « bon saint Éloi » de la chanson, son argentier, qui ne manque pas de lui reprocher sa débauche. Il soumet les Gascons et le chef breton Judicaël, signe même un traité d'amitié avec l'empereur byzantin Héraclius. Mais en 634, cédant à la pression des nobles d'Austrasie, il a la faiblesse de leur donner un roi en la personne de son fils de 3 ans, Sigebert III...

La Vraie Croix revient à Jérusalem

Le 21 mars 630, suite à une campagne victorieuse contre les Perses de la dynastie sassanide, marquée par la victoire de Ninive, l'empereur byzantin Héraclius rapporte la Vraie Croix à Jérusalem. Cette relique aurait été découverte en 325 dans la Ville sainte, à l'occasion de travaux organisés par l'évêque Macaire et en présence de Hélène, mère de l'empereur Constantin le Grand. Elle était devenue l'objet d'une dévotion très forte chez les orthodoxes. Elle sera plus tard enlevée par le sultan Saladin aux Croisés, avant de s'évanouir à jamais.

Mort du prophète Mahomet

Le 8 juin 632 (le 13 du mois deRabi' premier, selon le calendrier arabe), Mahomet s'éteint à Médine.

Le Prophète de l'islam décède suite à une fièvre douloureuse. Il a environ 63 ans. Sa tombe est creusée à l'endroit même de sa mort...

Mort du premier calife

Le 22 août 634 s'éteint à Médine Abu Bakr, le premier calife de l'islam, remplaçant du prophète Mahomet.

Les Arabes vainqueurs des Byzantins auYarmouk

Le 20 août 636, une armée byzantine est écrasée par l'armée arabe de Khalid ibn al-Whalid dans la vallée du Yarmouk, en Palestine, au sud du lac de Tibériade...

Mort de Dagobert 1er

Le 19 janvier 639 meurt à 36 ans le roi Dagobert 1er, lointain descendant de Clovis. Il le premier roi à être inhumé dans l'abbaye de Saint-Denis qu'il avait richement doté.

Pépin de Landen et Arnould, influents conseillers du roi, quittent Paris pour Metz sitôt après sa mort. À la tête de l'Austrasie, Dagobert a placé son fils Sigebert III comme roi. Il n'a que 10 ans et les deux compères profitent de sa jeunesse pour gouverner à sa place le royaume. Pépin, ancêtre des Pippinides et de Charlemagne, exerce la fonction officielle de « maire du palais » (ou majordome) et la transmet à son fils Grimoald (ou Grimaud). Clovis II, autre fils de Dagobert, est reconnu roi de Neustrie et de Bourgogne.

Le Regnum Francorum mérovingien est à nouveau divisé et, plus gravement, ses souverains perdent le pouvoir effectif au profit de leur maire du palais. Cela leur vaudra la réputation de « rois fainéants ». Notons que seul celui de Neustrie conservera le titre de « roi des Francs ».

Les Arabes s'emparent d'Alexandrie

Sous le règne du calife Omar, les Arabes du général Amr entrent à Alexandrie le 17 septembre 642, après un siège de plusieurs mois. Le patriarche chrétien de la ville, Cyrus, a négocié la reddition de sa ville et un tribut en échange du droit pour les chrétiens égyptiens de continuer à pratiquer leur religion et de gérer les affaires de leur communauté. Peu après, sur le cours du Nil, Amr fonde la forteresse de Fostat (ou El Fustat). Autour d'elle se développera la nouvelle capitale du pays, Le Caire.

Le calife Omar est assassiné

Le 4 novembre 644, le calife Omar est assassiné dans la mosquée de Médine par un esclave persan de confession chrétienne. Son assassinat est le premier d'une longue série à la tête de l'État musulman.

En dix ans de règne, le deuxième calife de l'islam a propulsé l'islam à la conquête de l'Orient méditerranéen et jeté les bases d'un nouvel empire...

Alexandre le Grand

Naissance le 21 juillet 356 av. J.-C. à Pella (Macédoine)
Décès le 13 juin 323 av. J.-C. à Babylone (Babylonie)

Jules César

Naissance le 12 juillet 100 av. J.-C. à Rome (Italie)
Décès le 15 mars 44 av. J.-C. à Rome (Italie)

Virgile

Naissance le 15 octobre 70 av. J.-C. à Andes (Italie)
Décès le 21 septembre 19 av. J.-C. à Brindes (Italie)

Auguste

Naissance le 23 septembre 63 av. J.-C.
Décès le 19 août 14 à Nola (Italie)

Claude

Naissance le 1er août 10 av. J.-C. à Lyon (Gaule)
Décès le 13 octobre 54 à Rome

Antoine-Augustin Parmentier

Naissance le 37 12 août à Montidier, Picardie
Décès le 81 13 décembr à Paris

Caligula

Naissance le 31 août 12 à Antium (Italie)
Décès le 24 janvier 41 à Rome (Italie)

Néron

Naissance le 15 décembre 37 à Antium (Latium, Italie)
Décès le 9 juin 68 à Rome (Italie)

Domitien

Naissance le 24 octobre 51 à Rome (Italie)
Décès le 18 septembre 96 à Rome (Italie)

Antonin le Pieux

Naissance le 19 septembre 86 à Lanuvium (Latium)
Décès le 7 mars 161 à Rome

Marc Aurèle

Naissance le 26 avril 121 à Rome (Italie)
Décès le 17 mars 180 à Vindobona (Vienne)

Caracalla

Naissance le 4 avril 186 à Lyon (Gaule)
Décès le 8 avril 217 à Édesse (Orient)

Mani

Naissance le 14 avril 216 à Mardinu (Babylonie)
Décès le vers 275

Constantin 1er, Constantin le Grand

Naissance le 17 février 280 à Nish (Empire romain)
Décès le 22 mai 337 à Ancyrona (Empire romain)

Augustin

Naissance le 13 novembre 354 à Tagaste (Afrique romaine)
Décès le 28 août 430 à Hippone (Afrique romaine)
-500
-450
-400
-350
-300
-250
-200
-150
-100
-50
0
50
100
150
200
250
300
350
400
450
500
550
600
650
| 13 sep. -490 : Petite victoire des Athéniens à Marathon
| 22 sep. -480 : Grande victoire des Athéniens à Salamine
| 3 sep. -401 : Les Dix Mille et le début de l'Anabase
| 1 sep. -338 : Athènes perd la liberté à Chéronée
| 1 oct. -331 : Alexandre écrase Darius III à Gaugamèles
| 21 juin -217 : Bataille du lac Trasimène
| 2 août -216 : Hannibal triomphe à Cannes
| 12 oct. -207 : Fin de la dynastie Qin
| 1 juin -195 : Mort du premier empereur Han
| 22 juin -168 : Bataille de Pydna
| 1 nov. -82 : Sylla seul maître à Rome
| 7 nov. -63 : Cicéron dénonce Catilina
| 27 sep. -52 : Vercingétorix se rend à César devant Alésia
| 11 jan. -49 : Jules César franchit le Rubicon
| 6 juin -48 : César vainc Pompée à Pharsale
| 15 juin -47 : César vainqueur à Zéla
| 6 avr. -46 : Victoire de César à Thapsus
| 17 mars -45 : César vainqueur à Munda
| 1 jan. -45 : Naissance du calendrier julien
| 15 mars -44 : « Tu quoque, mi fili »
| 15 fév. -44 : César tenté par la royauté
| 11 nov. -43 : Un triumvirat pour succéder à César
| 9 oct. -43 : Fondation de Lyon
| 23 oct. -42 : Marc Antoine défait Brutus à Philippes
| 2 sep. -31 : La bataille d'Actium
| 15 août -30 : Fin théâtrale de Cléopâtre
| 16 jan. -27 : Octave reçoit le titre d'Auguste
| 1 juil. -23 : Auguste reçoit la puissance tribunicienne à vie
| 10 oct. -19 : Mort de Germanicus
| 1 août -12 : Drusus inaugure le sanctuaire des Trois-Gaules
| 10 jan. 9 : Wang Mang, un empereur confucéen
| 7 avr. 30 : Crucifixion de Jésus-Christ
| 18 oct. 31 : Mise à mort du préjet Séjan
| 18 mars 37 : Caligula empereur
| 19 juil. 64 : Rome en flammes
| 20 déc. 69 : Vespasien seul empereur à Rome
| 8 sep. 70 : Destruction du Temple de Jérusalem
| 2 mai 73 : Chute de Massada
| 24 août 79 : Disparition de Pompéi
| 23 jan. 98 : Trajan succède à Nerva à la tête de Rome
| 21 avr. 135 : Hadrien dédicace le futur Panthéon
| 7 mars 161 : Mort d'Antonin le Pieux
| 2 août 177 : Martyre de Sainte Blandine
| 31 déc. 192 : Assassinat de Commode
| 26 mars 193 : L'Empire aux enchères
| 19 fév. 197 : Victoire de Septime Sévère à Lyon
| 4 fév. 211 : Mort de Septime Sévère
| 15 mai 218 : Élagabal proclamé empereur
| 28 avr. 224 : Avènement de la dynastie des Sassanides
| 23 mars 242 : Couronnement de Sapor 1er
| 20 nov. 284 : Dioclétien empereur
| 1 mars 293 : Dioclétien instaure la « tétrarchie »
| 24 fév. 303 : Premier édit de la «Grande Persécution»
| 1 mai 305 : Abdication volontaire de Dioclétien
| 25 juil. 306 : Constantin proclamé empereur par ses soldats
| 30 avr. 311 : Édit de tolérance de Galère
| 28 oct. 312 : Constantin victorieux au Pont Milvius
| 13 juin 313 : Édit de tolérance de Milan
| 26 fév. 320 : Chandragoupta fonde la dynastie Goupta
| 3 juil. 324 : Constantin vainc Licinius à Andrinople
| 20 mai 325 : Le concile de Nicée condamne l'arianisme
| 11 mai 330 : Naissance de la future Constantinople
| 17 sep. 335 : Dédicace du Saint-Sépulcre
| 22 mai 337 : Baptême et mort de Constantin le Grand
| 19 fév. 356 : Fermeture des temples païens
| 9 août 378 : L'empereur Valens tué à Andrinople
| 8 nov. 392 : Le christianisme religion officielle de Rome
| 17 jan. 395 : Mort de l'empereur Théodose
| 11 nov. 397 : Saint Martin est inhumé à Tours
| 31 déc. 406 : Les Barbares en armes franchissent le Rhin
| 23 août 408 : Assassinat de Stilicon
| 24 août 410 : Prise de Rome par Alaric
| 19 oct. 439 : Genséric s'empare de Carthage
| 20 juin 451 : Attila est battu aux Champs Catalauniques
| 8 oct. 451 : L'Orient se divise au concile de Chalcédoine
| 8 juil. 452 : Léon 1er rencontre Attila
| 21 sep. 454 : Aetius assassiné par Valentinien III
| 16 juin 455 : Saccage de Rome par les Vandales
| 4 sep. 476 : Fin de l'Occident romain
| 1 mars 487 : Le vase de Soissons
| 15 mars 493 : Théodoric le Grand, seul maître de l'Italie
| 10 nov. 496 : Bataille de Tolbiac
| 25 déc. 498 : Baptême de Clovis à Reims
| 2 fév. 506 : Bréviaire d'Alaric
| 27 nov. 511 : Clovis partage son royaume entre ses fils
| 18 jan. 532 : Justinien réprime de justesse la sédition Nika
| 15 déc. 533 : Justinien compile le droit romain
| 9 déc. 536 : Bélisaire s'empare de Rome
| 27 déc. 537 : Inauguration de Sainte-Sophie
| 21 mars 547 : Benoît lègue sa règle aux moines d'Occident
| 3 oct. 610 : Héraclius devient empereur de Byzance
| 5 mai 614 : Les Perses s'emparent de la Vraie Croix
| 23 nov. 615 : Mort de Saint Colomban
| 16 juil. 622 : L'Hégire et la fuite de Mahomet à Médine
| 11 fév. 624 : Mahomet rompt avec les juifs de Médine
| 21 mars 625 : Mahomet livre bataille aux Mecquois à Ohod
| 4 sep. 626 : Li Shimin devient l'empereur Taizong le Grand
| 12 déc. 627 : Héraclius victorieux de Chosroès à Ninive
| 4 jan. 629 : Avènement de Dagobert 1er
| 21 mars 630 : La Vraie Croix revient à Jérusalem
| 8 juin 632 : Mort du prophète Mahomet
| 22 août 634 : Mort du premier calife
| 20 août 636 : Les Arabes vainqueurs des Byzantins auYarmouk
| 19 jan. 639 : Mort de Dagobert 1er
| 17 sep. 642 : Les Arabes s'emparent d'Alexandrie
| 4 nov. 644 : Le calife Omar est assassiné
| 21 juil. -356 : naissance de Alexandre le Grand
| 12 juil. -100 : naissance de Jules César
| 15 oct. -70 : naissance de Virgile
| 23 sep. -63 : naissance de Auguste
| 1 août -10 : naissance de Claude
| 37 12 août : naissance de Antoine-Augustin Parmentier
| 31 août 12 : naissance de Caligula
| 15 déc. 37 : naissance de Néron
| 24 oct. 51 : naissance de Domitien
| 19 sep. 86 : naissance de Antonin le Pieux
| 26 avr. 121 : naissance de Marc Aurèle
| 4 avr. 186 : naissance de Caracalla
| 14 avr. 216 : naissance de Mani
| 17 fév. 280 : naissance de Constantin 1er, Constantin le Grand
| 13 nov. 354 : naissance de Augustin