Précédent Avant Naissance de l'Europe (987, 1492) Après Suivant
 
 
L'empereur Otton III
L'empereur Otton III
La bataille de Hastings
Le pape Grégoire VII
Meurtre de Thomas Becket
Saint François d'Assise
Assassins à Alamout
Les voyages de Marco Polo
La bataille de Crécy
Jacquerie paysanne
Charles V et DuGuesclin
Jeanne d'Arc
Le chancelier de Jouvenel
Agnès Sorel
Prise de Constantinople par les Turcs

Hugues Capet élu roi des Francs

Le 1er juillet 987, à Noyon, les grands seigneurs de Francie occidentale offrent la couronne royale au comte de Paris Hugues Capet (47 ans). Il est sacré deux jours plus tard dans la cathédrale de Reims par l'évêque de Reims, Adalbéron, et devient roi sous le nom d'Hugues 1er.

Deux aïeux d'Hugues 1er, Eudes et Robert 1er, ont déjà régné sur le pays en lieu et place des héritiers de Charlemagne Ses descendants vont quant à eux régner sans discontinuer sur la France, sous le nom de Capétiens, jusqu'en 1792...

Sacre de Hugues Capet

Le 3 juillet 987, le comte de Paris Hugues Capet est sacré roi des Francs sous le nom de Hugues 1er à Reims, par l'évêque Adalbéron. Le premier, il fixe sa résidence à Paris.

Marié à une princesse carolingienne, Adélaïde de Poitou, il se présente en continuateur de la dynastie précédente mais pour assurer la survie de la sienne propre, il associe d'emblée son fils Robert (15 ans) au pouvoir et le fait sacrer dès le 25 décembre 987 à Orléans.

Hugues Capet neutralise Charles de Lorraine

Le 30 mars 991, Charles de Lorraine, oncle du dernier roi carolingien, est enfermé à Orléans avec sa famille par Hugues Capet, fraîchement élu sur le trône de Francie occidentale. Ayant neutralisé son principal rival, le roi peut asseoir son pouvoir. Sa dynastie perdurera pendant un millénaire.

Robert II le Pieux règne seul

Hugues 1er meurt le 24 octobre 996, à 56 ans, après 9 ans de règne. Il est enterré à Saint-Denis. Son fils Robert II le Pieux, fils d'Adelis (ou Adélaïde) d'Aquitaine, né à Orléans 26 ans plus tôt, lui succède sur le trône...

Gerbert d'Aurillac devient Sylvestre II

Le 2 avril 999, Gerbert d'Aurillac devient pape sous le nom de Sylvestre II grâce à la protection de son élève et ami l'empereur Otton III.

La mort prématurée de l'empereur empêchera les deux hommes, l'un et l'autre idéalistes, d'instaurer un empire chrétien universel...

Étienne 1er couronné roi de Hongrie

Le 25 décembre 1001, Étienne 1er est couronné roi de Hongrie par le pape Sylvestre II. Le peuple hongrois s'intègre à l'Europe quelques décennies à peine après son irruption dans la plaine du Danube.

Disparition de l'empereur Otton III

Le 23 janvier 1002 meurt l'empereur d'Allemagne Otton III (19 ans) et avec lui le rêve d'un empire chrétien fondé sur les valeurs évangéliques.

Avec son ami le pape Sylvestre II et sous la bénéfique influence de sa grand-mère et de sa mère, d'origine byzantine, le malheureux empereur avait caressé l'espoir d'instaurer un empire chrétien universel réunissant l'Orient et l'Occident. Cet espoir disparaît à jamais avec lui...

Le massacre de la Saint Brice

Le 13 novembre 1002, le roi anglo-saxon Ethelred massacre la famille du chef danois Sven à la Barbe fourchue. Celui-ci prend la mouche.

En réplique au «massacre de la Saint-Brice», il entreprend de conquérir toute l'Angleterre. C'est ainsi qu'une dynastie danoise va régner sur le pays en attendant les Normands de Guillaume le Conquérant...

Knud le Danois vainqueur d'Edmond Côte-de-fer

Le 18 octobre 1016, le chef danois Knut bat son rival anglo-saxon Edmond Côte-de-fer à Ashingdon, dans l'Essex. Le vainqueur se voit offrir alors la couronne d'Angleterre par les nobles anglo-saxons. C'est le premier Viking à régner sur l'Angleterre. Le second seraGuillaume le Conquérant.

Henri 1er règne seul

Robert II étant mort le 20 juillet 1031, à Melun, à l'âge de 60 ans, son fils Henri 1er, mis au monde 23 ans plus tôt par Constance d'Arles, règne désormais seul sur la France. Il fait appel au duc de Normandie Robert le Diable pour contrecarrer son frère puîné Robert qui tente de le détrôner. En échange de son aide, le duc reçoit le Vexin français (petite province à l'ouest de Paris). Le roi, de son côté, devient le parrain de son fils Guillaume, le futur conquérant de l'Angleterre...

Mort du roi Knud le Grand

Le 12 novembre 1035, le roi Knud le Grand meurt à Shaftesbury, en Angleterre. Avec lui cesse la domination des Danois sur l'Angleterre. La suprématie retourne aux Saxons avant que ceux-ci ne soient renversés par le Normand Guillaume le Conquérant.

Macbeth s'empare du trône d'Écosse

Le 14 août 1040, en un lieu nommé Bothgowanan, le roi d'Écosse Duncan 1er est assassiné par un parent, un rude guerrier du nom de Macbeth, lequel prend sa place sur le trône.

Les deux jeunes fils de la victime n'ont de cesse de venger leur père. Ils s'allient pour cela au roi d'Angleterre, le Saxon Édouard le Confesseur. En 1056, à Dunsinnan, au terme d'un violent affrontement entre les deux armées, Macbeth est battu. Il s'enfuit avant d'être tué par l'un de ses anciens ennemis le 15 août 1057, en un lieu dit Lumphanan. L'héritier de Duncan peut enfin retrouver son trône sous le nom de Malcolm III. Cette tragédie des temps barbares aurait été bien oubliée si elle n'avait été bien plus tard mise en vers par Shakespeare.

Fondation de l'abbaye de La Chaise-Dieu

Le 28 décembre 1043, Robert de Turande fonde dans une clairière d'Auvergne l'abbaye de La Chaise-Dieu, joyau de l'art roman...

Guido d'Arezzo nous lègue sa notation musicale

Le 17 mai 1050 s'éteint à Santa Croce d'Avellano un moine du nom de Guido (Guy), à l'âge d'environ 60 ans.

Ce moine bénédictin s'était fait connaître à la cathédrale d'Arezzo, entre Sienne et Florence, comme professeur de musique. Il est l'inventeur de la notation musicale encore en vigueur...

Le légat du pape excommunie le patriarche

Le 16 juillet 1054, le représentant du pape dépose à Sainte Sophie une bulle d'excommunication contre le patriarche de Constantinople.

De cette péripétie secondaire qui oppose un ecclésiastique à un autre, la tradition historique a fait le point de départ de la rupture entre la chrétienté d'Orient (l'orthodoxie) et la chrétienté d'Occident (le catholicisme)...

Le Turc Toghrul-beg s'empare de Bagdad

Le 15 décembre 1055, le Turc Toghrul-beg s'empare de Bagdad, la prestigieuse capitale de l'empire arabe où siègent depuis trois siècles les califes, successeurs du Prophète Mahomet...

Avènement de Philippe 1er

Le 4 août 1060 meurt Henri 1er. Il lègue le trône à son fils Philippe 1er, mis au monde 8 ans plus tôt par Anne de Russie (ou Anne de Kiev). La régence est confiée à l'oncle du jeune roi, le comte de Flandre Baudoin V.

Guillaume le Bâtard conquiert l'Angleterre

Le 14 octobre 1066, à Hastings, Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, défait les troupes du roi d'Angleterre Harold. La victoire du duc marque la naissance de l'Angleterre moderne.

À noter qu'après le débarquement de Guillaume, toutes les tentatives ultérieures de conquête de l'Angleterre échoueront...

Le basileus capturé à Malazgerd

Le 19 août 1071, à Malazgerd (ou Manzikert), l'empereur byzantin, le basileus Romain Diogène, est fait prisonnier par les Turcs Seldjoukides et leur chef Alp Arslan...

Grégoire VII et la réforme grégorienne

Hildebrand, un moine très réputé, devient pape le 22 avril 1073. Il est porté par la foule romaine sur le trône de Saint Pierre et prend le nom de Grégoire VII...

L'empereur d'Allemagne à Canossa

L'expression «aller à Canossa» signifie que l'on se soumet aux injonctions de l'adversaire. Elle remonte au XIXe siècle, lorsque le chancelier allemand Bismarck, en conflit avec l'Église catholique, lança : «Nous n'irons pas à Canossa !».

Le chancelier rappelait de la sorte une fameuse querelle entre le pape et l'empereur d'Allemagne qui se dénoua le 28 janvier 1077 par une humiliation feinte de ce dernier...

Alfonso VI de Castille enlève Tolède

Le 25 mai 1085, le roi de Castille Alfonso VI enlève Tolède aux musulmans. C'est une étape décisive dans la « Reconquista » (Reconquête en espagnol) par laquelle les rois chrétiens des contreforts pyrénéens ont entrepris trois siècles plus tôt de chasser les musulmans de la péninsule ibérique.

Mais ce premier grand succès inaugure un conflit avec les « mozarabes ». Ces chrétiens de culture arabe sont en effet peu disposés à supporter les manières de leurs nouveaux maîtres.

Les Assassins s'emparent d'Alamout

Le 4 septembre 1090, un Perse, Hassan ben Sabbah, s'empare de la forteresse d'Alamout. Il est à l'origine de la secte des Assassins.

De ce nid d'aigle imprenable, lui-même et ses successeurs vont établir pendant deux siècles une domination occulte sur l'ensemble du Moyen-Orient par le crime et le pillage...

Urbain II prêche la croisade

Le 27 novembre 1095, devant les évêques et les abbés du concile de Clermont (Auvergne), le pape Urbain II prononce un sermon dans lequel il enjoint ses auditeurs à favoriser la paix et mettre fin aux guerres privées entre seigneurs. Il appelle aussi les guerriers à partir secourir les chrétiens d'Orient menacés par les Turcs et les Arabes musulmans.

Il va en résulter huit croisades en deux siècles. La première compte quatre armées sous le commandement de Hugues de Vermandois, le comte Baudouin de Flandre et son frère, le duc de Basse-Lotharingie Godefroi (ou Godefroy) de Bouillon, le comte de Toulouse, Raimon IV de Saint-Gilles, enfin Bohémond de Tarente et son neveu Tancrède, Normands de Sicile...

Croisade de Pierre l'Ermite

Le 12 avril 1096, départ de la croisade de Pierre l'Ermite. Témoignage de la ferveur qui agite l'Occident, la croisade populaire quitte Cologne pour Jérusalem. Elle sera dispersée bien avant d'atteindre son but. Il appartiendra à la croisade des seigneurs de conquérir la Ville sainte.

L'art roman s'épanouit à Toulouse

Le 24 mai 1096, le pape Urbain II consacre la table d'autel de la basilique Saint Sernin, près de Toulouse, lors d'une cérémonie à laquelle participent quatorze évêques et archevêques. Cette cérémonie marque l'épanouissement de l'art roman...

Robert de Molesmes fonde Cîteaux

Le 21 mars 1098, Robert de Molesmes fonde l'abbaye de Cîteaux, dans une lande désolée de Bourgogne. En rupture avec l'opulence des abbayes clunisiennes, le religieux renoue avec l'idéal monastique de Saint Benoît de Nursie, fondé sur la prière, le dépouillement et le travail.

Il est rejoint en 1112 par une trentaine de jeunes gens enthousiastes, guidés par un jeune noble bourguignon du nom de Bernard. Celui-ci va fonder une abbaye-fille à Clairvaux, toujours en Bourgogne. Connu sous le nom de Saint Bernard de Clairvaux, le nouvel abbé va porter l'ordre cistercien à son apogée, de sorte que l'on pourra dire du XIIe siècle catholique qu'il est celui de Cîteaux comme le XIe siècle fut celui de Cluny.

Les croisés s'emparent de Jérusalem

Le 15 juillet 1099, quatre ans après l'appel du pape Urbain II, les croisés s'emparent de Jérusalem, sous les ordres de Raimon de Saint-Gilles, Godefroi de Bouillon, Bohémond de Tarente,...

Les soldats égyptiens qui défendent la citadelle ont la vie sauve grâce à Raimon de Saint-Gilles qui leur accorde un sauf-conduit jusqu'à la côte. Mais il n'en va pas de même des habitants qui se sont réfugiés dans les mosquées de l'esplanade du Temple. Ceux-là sont massacrés malgré les ordres de Tancrède, le neveu de Bohémond de Tarente. La tuerie a pour effet de pousser à la résistance les villes de la côte qui étaient sur le point de se rendre...

Prise d'Ashkelon par les croisés

Le 12 août 1099, peu après avoir enlevé Jérusalem aux musulmans, le chef des croisés Godefroy de Bouillon complète son succès en écrasant l'armée égyptienne à Ashkelon (ou Ascalon).

De cette ville, les croisés ramèneront en Occident... l'échalote (du latin ascolonia cepa, qui signifie oignon d'Ascalon).

Philippe 1er au concile de Beaugency

Le 30 juillet 1104, un concile se tient en la nouvelle église abbatiale Notre-Dame de Beaugency, sur les bords de la Loire, en présence des abbés Yves de Chartres et Robert d'Arbrissel (le fondateur de Fontevraud) ainsi que du roi Philippe 1er.

Les participants prononcent l'annulation du mariage du roi avec Berthe de Hollande, le roi vivant déjà en ménage avec Bertrade de Montfort. C'est la conclusion d'un long conflit entre le roi et l'Église.

Louis VI le Gros règne seul

À la mort de Philippe 1er (56 ans), à Melun, le 29 juillet 1108, son fils de 18 ans règne désormais seul sur le royaume. Selon la tradition instaurée par Hugues Capet, son père l'a associé au trône et fait reconnaître pour successeur dès 1100.

Il est sacré à Orléans par l'archevêque de Sens quatre jours après son avènement.
Premier des Capétiens à se prénommer Louis, il se fait appeler Louis VI pour signifier que sa dynastie s'inscrit dans la continuité des Carolingiens antérieurs (les descendants de Charlemagne parmi lesquels cinq Louis). Il sera surnommé Louis VI le Gros, étant (comme son père) prédisposé à l'obésité.

Le roi n'a d'autorité effective que sur un territoire qui s'étend de Paris à Orléans. Pour améliorer ses rentrées fiscales et affaiblir les seigneurs féodaux, il lance le mouvement communal : vers 1134, il octroie contre rémunération une charte aux bourgeois de Lorris en Gâtinais. Cette charte garantit les libertés et les droits des habitants. Elle servira de modèle aux futures « franchises », à l'origine du renouveau urbain. Louis VI jette les bases d'une administration moderne avec son ancien camarade d'école, Suger, fils de serf, plus tard abbé de Saint-Denis. Ce dernier promeut aussi l'art gothique en reconstruisant l'abbatiale de Saint-Denis.

En 1119, dans une lettre au pape Calixte II, le souverain se proclame... « roi de la France, non plus des Francs, et fils particulier de l'Église romaine ». Il s'agit de la première mention connue du mot France.

Sacre de Louis VI le Gros

Le 3 août 1108, quatre jours après la mort de Philippe 1er, son fils et successeur est sacré à Orléans par l'archevêque de Sens. Il est le premier des Capétiens à se prénommer Louis mais il se fait appeler Louis VI pour signifier que sa dynastie s'inscrit dans la continuité des Carolingiens antérieurs (les descendants de Charlemagne parmi lesquels cinq Louis). Il sera surnommé Louis VI Le Gros...

Mort de Robert d'Arbrissel

Le 25 février 1117, mort de Robert d'Arbrissel, fondateur de l'abbaye de Fontevrault (ou Fontevraud). Curieuse époque de foi, d'espérance et de misère que celle-là qui voit un va-nu-pieds fonder l'une des abbayes les plus prestigieuses de l'Occident.

Naufrage de la Blanche Nef

À la Noël 1120, un navire, la Blanche Nef, fait naufrage en sortant du port de Barfleur, en Normandie, du fait d'un pilote ivre. Parmi les victimes figurent les fils du roi Henri 1er «Beauclerc», ainsi surnommé parce qu'il avait fait des études, chose rare à l'époque parmi les chevaliers.

Henri 1er, fils cadet de Guillaume le Conquérant, était devenu roi d'Angleterre après avoir évincé Robert Courteheuse, son frère aîné, pendant qu'il était à la croisade !

Désespéré par la perte de ses fils, il désigne pour lui succéder sa fille Mathilde, épouse du comte d'Anjou Geoffroy le Bel.

À sa mort, le 1er décembre 1135, elle devient «dame des Anglais» (et non reine) mais son caractère autoritaire amène les barons à porter sur le trône son cousin Étienne de Blois. Il va s'ensuivre près de deux décennies de guerres civiles jusqu'au renoncement d'Étienne et au couronnement d'Henri II, fils de Mathilde...

Concordat à Worms entre le pape et l'empereur

Le 23 septembre 1122, la signature à Worms d'un Concordat entre le pape et l'empereur allemand met fin à la querelle des Investitures, vieille d'un demi-siècle...

Mort du fils aîné de Louis VI le Gros

Le 13 octobre 1131, banal fait divers à Paris. Dans les rues, comme à l'accoutumée, divaguent de nombreux cochons, une clochette accrochée au cou. Ils nettoient les rues de leurs immondices. Mais voilà que l'un d'eux se jette sous un cheval. Le cavalier tombe et se tue. Ce n'est autre que Philippe, fils aîné et héritier du roi Louis VI le Gros ! L'incident vaudra à son frère de régner sous le nom de Louis VII le Jeune.

Il sera aussi à l'origine d'un édit royal interdisant désormais la divagation des cochons. C'est la première mesure destinée à débarrasser Paris de sa crasse. En 1184, le roi Philippe Auguste ordonne le pavage des rues. Il ne sera achevé que quatre siècles plus tard. En 1506, le roi Louis XII instaure une «taxe des boues et des lanternes» destinée à financer l'évacuation des ordures et l'éclairage des rues...

Succession contestée d'Henri 1er Beauclerc

Le 1er décembre 1135 meurt à 67 ans Henri 1er Beauclerc, roi d'Angleterre et duc de Normandie.

Fils cadet du roi Guillaume 1er le Conquérant, il laisse le trône dans une situation aussi perturbée qu'à son avènement, trente cinq ans plus tôt, avec deux prétendants au trône : sa fille Mathilde et le cousin de celle-ci, Étienne de Blois...

Premier mariage d'Aliénor d'Aquitaine

Le fils aîné du roi Louis VI le Gros étant mort d'une chute de cheval provoquée par la divagation d'un cochon dans une rue de Paris, c'est son cadet qui devient roi sous le surnom de Louis VII le Jeune.

À Bordeaux, le 25 juillet 1137, son père, quelques jours avant sa mort, le marie à la duchesse Aliénor (ou Eléonore) d'Aquitaine. Celle-ci lui apporte en dot la Guyenne, la Gascogne, le Poitou, le Périgord, l'Angoumois, la Marche, le Limousin, la Saintonge... Les frontières du royaume capétien s'étendent dès lors aux Pyrénées !

Louis VII le Jeune règne seul

Né d'Alix de Maurienne, Louis VII le Jeune a 17 ans quand il succède à son père Louis VI le Gros (56 ans), le 1er août 1137, sur le trône de France. Une semaine plus tôt, il a épousé la jeune duchesse Aliénor d'Aquitaine, repoussant de la sorte jusqu'aux Pyrénées les limites du royaume...

Mais ce prince éduqué par les moines de Saint-Denis, cultivé et pieux, timide et doux, n'était pas destiné à régner jusqu'à la mort accidentelle de son frère aîné. Il va révéler au pouvoir un comportement imprévisible, souvent maussade et parfois cruel. Ses querelles avec Thibaud de Champagne vont conduire au massacre horrible de Vitry, à la deuxième croisade, au divorce d'avec Aliénor et à la première guerre de longue durée avec les Anglais !...

Naissance du Portugal

Le 25 juillet 1139, Alfonso Enriques, comte du Portugal, vainc une coalition de roitelets musulmans à Ourique, dans l'actuelle province d'Alentejo, au sud du Tage. C'est le « miracle d'Ourique », à l'origine du Portugal indépendant.

Les cinq écus bleus au centre du drapeau national rappellent les cinq rois maures vaincus à Ourique.

Naissance de l'art gothique à Saint-Denis

L'abbé Suger initie l'art gothique en reconstruisant l'église de l'abbaye de Saint-Denis. Le chœur de l'abbatiale est solennellement consacré le 11 juin 1144 en présence du roi Louis VII le Jeune et de son épouse Aliénor d'Aquitaine ainsi que de tous les grands seigneurs et évêques du royaume qui n'auront d'autre hâte, de retour chez eux, que de reproduire la châsse de lumière qui les a éblouis...

Nour el-Dîn enlève Édesse aux croisés

Le 23 décembre 1144, Nour el-Dîn, atâbeg (ou seigneur) de Mossoul, enlève la ville d'Édesse aux croisés. Il s'agit du revers le plus grave encaissé par les chrétiens depuis la naissance des États francs de Palestine. Il va entraîner le prêche d'une deuxième croisade par Saint Bernard.

Appel de Saint Bernard à une nouvelle croisade

Saint Bernard, abbé de Clairvaux et conseiller des souverains, lance sur la colline de Vézelay, en Bourgogne, le jour de Pâques 1146 (31 mars), un appel aux chevaliers d'Occident. C'est le signal de ce que les historiens considèrent comme la deuxième croisade...

Prise de Lisbonne par Alphonse 1er

Le 25 octobre 1147, après quatre mois de siège, Alfonso Enriques, premier roi de Portugal, enlève Lisbonne aux musulmans qui l'occupaient depuis plus de quatre siècles. Le chemin d'accès vers la citadelle arabe, emprunté par les assaillants, porte encore le nom de « petits escaliers Saint-Crépin » en relation avec le saint du jour (le même saint a honoré de ses faveurs les Anglais à Azincourt en 1415).

Le conquérant avait profité de l'arrivée à Porto, sa capitale, à l'embouchure du Douro, d'une flotte transportant 13.000 croisés en partance pour la Terre Sainte. Il avait convaincu leurs chefs, le Brabançon Arnould d'Aerschot et le Flamand Christian de Ghistelles, de le rejoindre au préalable à l'embouchure du Tage pour l'aider à s'emparer de Lisbonne.

Frédéric de Hohenstaufen élu empereur

Le 4 mars 1152, Frédéric de Hohenstaufen, dit Barberousse, est élu empereur du Saint Empire. Il mourra noyé dans un torrent de Cilicie (Turquie actuelle) en allant combattre Saladin.

Divorce d'Aliénor et Louis VII

Le 21 mars 1152, le roi Louis VII le Jeune, irrité par l'inconduite de son épouse, obtient l'annulation de son mariage par un concile réuni à Beaugency, sur les bords de la Loire. Aliénor d'Aquitaine se remarie presqu'aussitôt avec Henri Plantagenêt, de dix ans son cadet, comte d'Anjou et de Touraine, puis duc de Normandie, enfin roi d'Angleterre !

Mariage d'Aliénor et Henri

Le 18 mai 1152, à Poitiers, Aliénor d'Aquitaine (30 ans environ) épouse Henri de Plantagenêt (20 ans), comte d'Ajou et de Touraine.

Henri Plantagenêt devient roi d'Angleterre

Le comte d'Anjou Henri Plantagenêt ceint la couronne d'Angleterre le 19 décembre 1154 à la suite d'un incroyable concours de circonstances et prend le nom d'Henri II. Son règne sera marqué par d'incessantes querelles avec sa propre femme, Aliénor d'Aquitaine, et ses fils, Henri Court-Mantel, Richard Coeur de Lion, Jean sans Terre, ainsi qu'avec l'évêque Thomas Becket, assassiné par sa faute, et bien sûr le roi de France Louis VII Le Jeune, premier mari de sa femme...

La dynastie dite des Plantagenêt se prolongera jusqu'en 1485, à la fin du Moyen Âge. Outre les péripéties du règne d'Henri II, on en retient ll'octroi de la Grande Charte aux barons (1215), une guerre de Cent Ans avec la France des Valois et une nouvelle guerre civile, la guerre des Deux-Roses...

Louis VII le Jeune épouse Adèle de Champagne

Après son divorce malencontreux d'avec Aliénor d'Aquitaine, le roi Louis VII le Jeune se remarie avec Adèle de Champagne, fille du comte Thibaud II le Grand, le 13 novembre 1160. Le couple donnera le jour au futur Philippe Auguste.

Mort de Baudouin III, roi de Jérusalem

Le 10 janvier 1162, le roi de Jérusalem Baudouin III, adversaire déterminé du redoutable sultan Nour el-Dîn, meurt prématurément, sans doute empoisonné par son médecin. Il n'a que 33 ans. Son frère Amaury 1er lui succède sur le trône de Jérusalem...

Le pape bénit le chantier de Notre-Dame de Paris

Le 24 mars 1163, à l'occasion des fêtes de Pâques, le pape Alexandre III se rend à Paris. Il va consacrer le chevet de la grande abbaye de Saint-Germain-des-Prés, reconstruit dans le nouveau style gothique, mis en oeuvre pour la première fois vingt ans plus tôt à l'abbaye concurrente de Saint-Denis.

Des historiens supposent qu'il a pu saisir l'occasion pour bénir aussi le chantier de la future cathédrale Notre-Dame de Paris, destinée à remplacer sur l'île de la Cité l'ancienne basilique Sainte-Marie.

Cet ambitieux projet a été lancé par l'évêque Maurice de Sully, un clerc de grande valeur issu d'une famille très modeste, devenu évêque de Paris le 12 octobre 1160. Il a reçu l'aval du roi Louis VII le Jeune. Ni l'un ni l'autre ne verront son achèvement. L'essentiel sera achevé en 1250 sous le règne de Saint Louis.

Après ces mondanités, le pape va se consacrer à la véritable raison de son voyage en France, la réunion d'un concile à Tours en vue de condamner l'empereur Frédéric 1er Barberousse et l'antipape désigné par celui-ci.

Concile de Tours

À Tours où il s'est réfugié, le pape Alexandre III convoque un concile. Le 18 mai 1163, il prononce l'excommunication de l'empereur d'Allemagne Frédéric Barberousse et la déposition de son concurrent, le pape Adrien IV, que l'empereur a le front de soutenir...

Saladin devient vizir d'Égypte

Le 23 mars 1169, Saladin devient vizir d'Égypte, le principal État arabe, après avoir renversé le vizir Chîwer. C'est le début d'une progression qui conduira cet officier kurde originaire de Takrit à réunir la Syrie à l'Égypte et ainsi prendre en tenaille les États francs de Palestine...

Meurtre dans la cathédrale de Cantorbéry

Le 29 décembre 1170, l'archevêque Thomas Becket (52 ans) est assassiné pendant qu'il célèbre la messe dans sa cathédrale de Cantorbéry.

Il s'était attiré la vindicte du roi Henri II Plantagenêt par son refus d'accepter les Constitutions de Clarendon, qui plaçaient l'Église d'Angleterre sous la tutelle du trône...

Saladin unifie les pays arabes

Le sultan Saladin entre à Damas, capitale de la Syrie, le 25 novembre 1174. Déjà maître de l'Égypte, il réunit les deux pays sous son autorité.

Ayant bâti un empire syro-égyptien, Saladin va désormais diriger ses coups contre les croisés de Palestine...

Avènement de Philippe II Auguste

Philippe est sacré à Reims dans sa quatorzième année, du vivant de son père Louis VII le Jeune. L'année suivante, il épouse Isabelle de Hainaut et, son père venant à mourir le 18 septembre 1180, le voilà désormais seul à régner sur la France sous le nom de Philippe II. Son surnom de Philippe Auguste lui vient de ce qu'il est né un mois d'août !

Malgré ses déboires matrimoniaux avec Ingeborg (on écrit aussi Isambour ou Ingeburge) de Danemark et Agnès de Méran, qui lui vaudront l'excommunication et même l'interdit sur le royaume, malgré aussi sa fragilité nerveuse, il se révèle un grand souverain.

Il combat avec succès les rois Plantagenêt d'Angleterre et défait à Bouvines la première coalition européenne contre la France. Sous son règne a lieu la croisade contre les Albigeois mais est aussi fondée l'Université de Paris. La capitale s'entoure d'une première enceinte fortifée.

Saladin victorieux à Hattîn

Le 3 juillet 1187, les Francs de Palestine sont écrasés par le sultan Saladin au pied de la colline de Hattîn, près du lac de Tibériade. Cette bataille se solde par la reconquête de Jérusalem par les musulmans. Côté chrétien, l'incompétence du roi de Jérusalem, Guy de Lusignan, et la trahison de Gérard de Ridefort, grand maître de l'ordre du Temple, sont à l'origine du désastre...

Saladin met le siège devant Jérusalem

Le 20 septembre 1187, le sultan Saladin met le siège devant Jérusalem après avoir écrasé les Francs à Hattîn.

Henri II Plantagenêt meurt à Chinon en combattant ses fils

Le 5 juillet 1189, le roi d'Angleterre Henri II Plantagenet meurt à Chinon, tandis qu'il combat la révolte de ses fils soutenus par leur mère Aliénor d'Aquitaine. Sa dépouille est inhumée dans l'abbaye de Fontevraud, ce prince français est aussi roi d'Angleterre.

Mort de Frédéric Barberousse

Le 10 juin 1190, l'empereur d'Allemagne Frédéric de Hohenstaufen, dit Barberousse, se noie en voulant se baigner dans un torrent glacé de Cilicie, au sud de l'actuelle Turquie. Il allait se joindre à la 3e croisade avec son armée. Sa mort désempare ses fidèles et laisse face à face les rois de France et d'Angleterre, Philippe Auguste et Richard Coeur de Lion. Pendant longtemps en Allemagne, les pauvres gens rêveront d'un possible retour du prestigieux empereur.

Fondation du shogunat

Le 21 août 1192, au Japon, Yoritomo, du clan des Minamoto, fonde à son profit le shogunat, une institution destinée à un grand avenir.

Au côté de l'empereur, cantonné dans un rôle symbolique et religieux, le shogun, ou maire du palais, exerce la réalité du pouvoir en s'appuiyant sur une classe combattante fortement hiérarchisée.

L'archipel devient une société féodale comparable à celles qui existent à la même époque en Occident. C'est la seule féodalité non-européenne qui ait jamais existé !

Richard Coeur de Lion prisonnier en Allemagne

Le 20 décembre 1192, Richard Coeur de Lion est fait prisonnier par l'empereur Léopold. Ayant fait naufrage sur la côte italienne à son retour de la IIIe croisade, le roi tente de gagner l'Angleterre en traversant les terres de ses ennemis sous un déguisement, accompagné de seulement deux compagnons. Mais il est reconnu en Autriche,et livré au duc, lequel le vend contre rançon à l'empereur d'Allemagne. Son absence prolongée, pendant trois ans, va être mise à profit par son frère Jean sans Terre...

Élection du pape Innocent III

Le 8 janvier 1198, Lotario di Seni est élu pape et prend le nom d'Innocent III.
Fait rare, ce cardinal-diacre n'a jamais reçu le sacerdoce et n'est donc pas prêtre ! Cela n'est pas un obstacle à son élection car tout chrétien baptisé de sexe mâle est en théorie susceptible de monter sur le trône de Saint Pierre.

Le nouveau pape, sans doute le plus grand pontife du Moyen Âge, doit son élection à sa réputation de théologien et à son tempérament énergique. Ancien étudiant de l'Université de Paris, seulement âgé de 37 ans, il se présente en effet comme un propagandiste acharné de la « République chrétienne et universelle »...

Richard Coeur de Lion tué au siège de Châlus ; Jean sans Terre lui succède

Le 6 avril 1199, Richard Coeur de Lion est blessé et meurt au cours du siège du château de Châlus, au centre de la France. Le roi d'Angleterre s'est montré en toutes occasions un piètre politique, roulé par l'empereur d'Allemagne, le roi de France ou ses propres barons. Qu'importe, la postérité indulgente a gardé le souvenir d'un guerrier chevaleresque et vigoureux. La légende de Robin des bois a aussi contribué à sa popularité posthume.

Interdit sur le royaume de France

Le 14 janvier 1200, le pape Innocent III jette l'interdit sur le royaume de France, autrement dit interdit au clergé de délivrer les sacrements au roi et à ses sujets ! Cette sanction extrême résulte des ennuis matrimoniaux de Philippe II Auguste.

Veuf d'Isabelle de Hainaut, il s'est remarié en 1193 avec Isambour (ou Ingeburge) de Danemark et, le jour même de ses noces, pris d'un subit dégoût pour sa femme, s'en est séparé. Le 1er juillet 1196, il s'est remarié avec Agnès de Meran (ou Méranie). Contraint de s'incliner pour obtenir la levée de l'interdit, Philippe se sépare d'Agnès et restitue le titre de reine à Isambour sans aller jusqu'à la mettre dans son lit.

Fondation de l'Université de Paris

Le 15 janvier 1200 est fondée l'Université de Paris à l'initiative de Philippe Auguste. Elle obtient du roi un statut officiel en 1215. Le texte en est rédigé par le légat pontifical Robert de Courçon. Son enseignement, tourné vers la théologie et l'analyse des textes anciens, sera à l'origine de la réputation intellectuelle de Paris.

Traité du Goulet

Le 22 mai 1200, Philippe Auguste et Jean sans Terre mettent provisoirement fin à un conflit de près d'un demi-siècle par le traité du Goulet, près de Vernon, dans le Vexin normand. Grand gagnant face au roi d'Angleterre en butte à la contestation de ses barons, le roi de France obtient le Berry et Évreux.

Dans la foulée, le lendemain, il marie son fils Louis, 13 ans, avec Blanche de Castille, 12 ans. Celle-ci est la fille du roi Alphonse VIII de Castille. Elle est surtout la petite-fille de l'illustre Aliénor d'Aquitaine (80 ans) et la nièce du roi d'Angleterre. Elle se voit promettre la couronne d'Angleterre si Jean sans Terre devait mourir sans héritier direct.

Comme le royaume de France est sous le coup d'un interdit pontifical, le mariage est célébré de l'autre côté de la frontière, sur les terres normandes de Jean sans Terre. Il n'en sera pas moins heureux et 14 ans plus tard, le jeune couple donnera naissance à Louis IX, ou Saint Louis.

Des croisés mettent à sac Constantinople

Le 12 avril 1204, les chevaliers de la IVe croisade mettent à sac Constantinople, capitale de l'empire byzantin et principale ville de la chrétienté orientale, après avoir occupé la ville à la demande du doge Enrico Dandolo.

Deux mille Grecs sont massacrés. Le scandale est immense dans toute la chrétienté et de ce jour fatal date la véritable rupture entre la chrétienté orthodoxe d'Orient et la chrétienté catholique d'Occident...

Le légat du pape assassiné !

Le 15 janvier 1208, le légat du pape, Pierre de Castelnau, est assassiné sur une route du Languedoc par un écuyer du comte de Toulouse, Raimon VI. Le pape Innocent III tire prétexte de ce drame pour lancer une croisade contre les Albigeois (ou cathares)...

Le sac de Béziers

Le 22 juillet 1209, la population de Béziers est massacrée suite à la prise de la ville par des croisés en guerre contre l'hérésie cathare.

L'Histoire retient de ce drame la formule prêtée au légat du pape Arnaud-Amaury : « Tuez-les tous et Dieu reconnaîtra les siens ! ». Le vicomte de Béziers Raimon-Roger de Trencavel se rend un peu plus tard dans l'espoir de mettre un terme aux souffrances de ses sujets...

Excommunication du comte Raimon VI de Toulouse

Le 17 avril 1211, le comte de Toulouse Raimon VI est excommunié par le pape Innocent III. Il est de ce fait exclu de la communauté des chrétiens et ses terres sont « exposées en proie », c'est-à-dire offertes aux croisés qui s'en empareront.

Trois ans après le début de la croisade contre les Albigeois, Raimon VI expie ainsi ses louvoiements et le lâchage de son voisin Roger-Trencavel, comte de Carcassonne.

Édification de la cathédrale de Reims

Le 6 mai 1211 est posée la première pierre de la nouvelle cathédrale de Reims.

Sa construction se déroule pour l'essentiel pendant le règne de Louis IX (Saint Louis. Elle est achevée deux générations plus tard, en 1275, conformément aux plans de l'architecte Jean d'Orbais, à l'exception des tours de façade, terminées au XVe siècle...

Le roi d'Aragon triomphe à Las Navas de Tolosa

Le 16 juillet 1212, à Las Navas de Tolosa, le roi d'Aragon Pierre II remporte une victoire décisive sur les musulmans de la dynastie des Almohades...

La bataille de Muret

Le 12 septembre 1213, les Français du nord et du sud, en conflit sous le prétexte d'une croisade contre les Cathares, se livrent bataille à Muret, au sud de Toulouse.

Le roi Pierre II d'Aragon, qui s'est rangé aux côtés des méridionaux, va y perdre la vie...

Jean sans Terre se soumet au pape

Le 13 octobre 1213, le roi Jean Sans Terre, qui a été excommunié, fait acte de soumission au pape Innocent III. Il reprend l'Angleterre et l'Irlande en fief du pape. Son excommunication étant levée, il peut se retourner contre le roi de France qui s'apprêtait à le déposer. Il sera finalement battu à La Roche-aux-Moines par Philippe Auguste.

Jean sans Terre défait à La Roche-aux-Moines

Le 19 juin 1214, Jean sans Terre assiège le château de La Roche-aux-Moines, près d'Angers.

Le roi d'Angleterre, partie prenante d'une coalition anti-française, a débarqué à la Rochelle quatre mois plus tôt et entamé sa marche sur Paris. Philippe Auguste envoie contre lui son fils Louis (le futur Louis VIII le Lion). À son approche, le 2 juillet 1214, l'armée anglaise se débande sans combattre.

Le dimanche de Bouvines

Le dimanche 27 juillet 1214 reste un jour béni dans l'Histoire de France avec la victoire de Philippe Auguste à Bouvines.

Ce jour-là, le roi Philippe Auguste remporte à Bouvines, près de Lille, une victoire écrasante sur les armées de l'empereur allemand Otto IV de Brunswick et ses alliés, le comte Ferrand de Flandre, le duc Henri de Brabant et le comte Renaud de Boulogne...

La Grande Charte

Le 15 juin 1215, les barons anglais imposent la Grande Charte (Magna Carta ou Magna Charta Libertatum) à Jean sans Terre (en anglais John Lackland), le plus jeune fils d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt...

Ouverture du concile Latran IV

Le pape Innocent III ouvre le quatrième concile du Latran le 11 novembre 1215...

La mort de Simon de Montfort

Le 25 juin 1218, tandis qu'il fait le siège de Toulouse, Simon de Montfort est mortellement blessé d'une pierre lancée du haut des murailles par une habitante de la ville...

Frédéric II de Hohenstaufen devient empereur

Le 22 novembre 1220, à Rome, Frédéric II de Hohenstaufen, roi de Sicile, est couronné empereur du Saint Empire par le pape Honorius III.

Avènement de Louis VIII le Lion

Le 14 juillet 1223 meurt à Mantes, à l'ouest de Paris, le roi Philippe Auguste (58 ans), après 42 ans de règne. Il est enterré à Saint-Denis et son fils aîné (36 ans) lui succède immédiatement.

Pour la première fois depuis Hugues Capet, le roi n'a pas jugé utile de faire sacrer son fils avant de mourir. Après deux siècles d'existence, la dynastie capétienne est assez solidement établie pour que la succession héréditaire s'opère d'elle-même.

Le nouveau roi, sous le nom de Louis VIII le Lion, ne règnera que trois ans mais il a déjà beaucoup agi aux côtés de son père, manifestant de grandes qualités politiques et militaires...

Apothéose de Saint François d'Assise

Pendant la nuit du 3 au 4 octobre 1226, François d'Assise meurt en odeur de sainteté dans une simple cabane de roseaux...

L'année précédente, presque aveugle, abattu par la fièvre et tourmenté par les mulots, voilà pourtant qu'il fait monter vers le Père de toute la Création un chant d'amour qui est aussi le premier grand poème en langue italienne : le Cantique de frère Soleil ou Cantique des Créatures...

Avènement de Louis IX, futur Saint Louis

Le 8 novembre 1226, le roi Louis VIII le Lion est emporté par une dysenterie aiguë, à Montpensier, en Auvergne, en revenant de sa croisade contre les hérétiques albigeois.

Son fils lui succède sous le nom de Louis IX mais il restera dans la postérité sous le nom de Saint Louis. Comme le nouveau roi a 12 ans et n'est pas encore majeur, c'est sa pieuse mère Blanche de Castille qui prend en main les destinées du royaume avec le titre de « baillistre » (régente). Elle gardera le pouvoir jusqu'en 1242 et le reprendra lors du départ de son fils pour la septième croisade.

Louis IX épouse Marguerite de Provence le 27 mai 1234. Il lui restera fidèle toute la vie et lui donnera onze enfants.

Frédéric II de Hohenstaufen roi de Jérusalem

Le 18 mars 1229, l'empereur d'Allemagne Frédéric II de Hohenstaufen se fait reconnaître roi de Jérusalem, mais cette nomination qui résulte de tractations diplomatiques fumeuses et clôt la sixième « croisade » ne lui vaut aucune reconnaissance des autres souverains chrétiens.

Paris et Toulouse se réconcilient par le traité de Meaux

Le 12 avril 1229, par le traité de Meaux (ou Paris), le comte de Toulouse Raimon VII se soumet au jeune roi de France Louis IX, futur Saint Louis. Le traité annonce la fin de la guerre des Albigeois...

Le pape établit l'Inquisition en France

Le 20 avril 1233, le pape Grégoire IX confie à un tribunal d'exception dénommé Inquisitio hereticae pravitatis le soin de démasquer et condamner les hérétiques et les catholiques non sincères...

Victoire des Russes sur les Suédois

Le 5 juin 1240, à la tête des troupes de la république voisine de Novgorod, le jeune prince russe Alexandre vainc les Suédois, au bord de la Neva. Cette première victoire vaut au vainqueur le surnom de Nevski et va contribuer à l'émergence de l'empire russe.

Les Mongols écrasent les Hongrois

Le 11 avril 1241, les Mongols remportent une éclatante victoire sur les troupes hongroises en un lieu appelé Mohi... L'Europe tremble...

Alexandre Nevski défait les Allemands

Le 5 avril 1242, Alexandre Nevski massacre les Chevaliers teutoniques et les Chevaliers Porte-Glaives sur les glaces du lac Peïpous, à la frontière de l'Estonie actuelle...

Saint Louis vainqueur à Taillebourg

Le 21 juillet 1242, le roi de France Louis IX repousse les troupes du roi anglais Henri III et de son allié le comte de la Marche sur le pont de Taillebourg, sur la Charente. Il confirme son succès deux jours plus tard à Saintes.

L'épisode est seulement connu grâce au chroniqueur Jean de Joinville, auteur de la Vie de Saint Louis...

Victoire de Saint Louis à Saintes

Le 23 juillet 1242, à Saintes, près d'Angoulême, l'armée du roi de France prend le dessus sur une coalition de féodaux alliée au roi d'Angleterre.

Paix de Lorris

Le 30 octobre 1242, 13 ans après le traité de Meaux, le comte de Toulouse Raimon VII signe une paix définitive avec le roi de France, Louis IX (Saint Louis) à Lorris, près d'Orléans, dans le Gâtinais.

Sa fille unique et héritière, Jeanne, épouse Alphonse de Poitiers, frère du roi. Le couple n'aura pas d'enfant et à leur mort, le comté de Toulouse sera mis à la disposition de la couronne.

Chute de Montségur

Le 1er mars 1244, la forteresse de Montségur tombe aux mains du sénéchal de Carcassonne après un siège de 9 mois. 205 réfugiés cathares sont jugés par l'Inquisition et brûlés vifs quelques jours plus tard.

Le bûcher de Montségur

Le 16 mars 1244, Raymond de Pareille, seigneur de Montségur (dans les Pyrénées ariégeoises), se rend au sénéchal Hugues des Arcis. Plus de deux cents hérétiques cathares - Bonshommes et Bonnes femmes -, qui s'étaient réfugiés dans la forteresse, refusent de renier leur foi et montent volontairement sur le bûcher, au « Prats dels Crémats » (Champ des Brûlés)...

Consécration de la Sainte Chapelle

Le 26 avril 1248 a lieu la consécration de la Sainte Chapelle dans l'île de la Cité, à Paris. Cette châsse de lumière construite par l'architecte Pierre de Montreuil a été voulue par le roi Louis IX (Saint Louis) afin d'abriter la couronne d'épines du Christ...

Saint Louis s'embarque pour la croisade

Le 25 août 1248, le roi de France Louis IX (futur Saint Louis) s'embarque à Aigues-Mortes pour une septième croisade avec sa femme Marguerite de Provence. Avant de partir, le roi a confié le gouvernement à sa mère Blanche de Castille.

Louis IX, accompagné de plus de 20.000 hommes, atteint le delta du Nil et s'empare de Damiette... Devant la forteresse d'el-Mansourah, qui barre la route du Caire, le roi bat l'armée du sultan, composée de mercenaires appelés mamelouks. Mais la situation se retourne tragiquement...

Saint Louis capturé à la Mansourah

Parti dix-huit mois plus tôt d'Aigues-Mortes pour une septième croisade, le roi Louis IX (futur Saint Louis) est capturé le 8 février 1250 devant la citadelle d'el-Mansourah par les troupes du sultan d'Égypte, sous les ordres du mamelouk Baïbars l'Arbalétrier. L'expédition avait pourtant bien commencée...

Les Mongols détruisent Bagdad

Le 10 février 1258, Bagdad, siège du califat arabe, tombe aux mains des Mongols aux ordres de Houlégou (ou Hulagu Khan), un petit-fils du terrible Gengis Khan...

Traité de Corbeil

Louis IX (Saint Louis) conclut le 11 mai 1258 à Corbeil, avec le roi Jacques 1er d'Aragon, un traité par lequel il abandonne toute forme de suzeraineté sur la Catalogne, la Cerdagne et le Roussillon cependant que le roi d'Aragon renonce à ses prétentions sur la Provence et le Languedoc (à l'exception de Montpellier), les domaines de Marguerite de Provence, épouse du roi de France.

Saint Louis signe la paix avec l'Angleterre

Le 4 décembre 1259, le roi d'Angleterre Henri III Plantagenêt signe avec Louis IX, le futur Saint Louis, le traité de Paris (appelé aussi traité d'Abbeville)...

Kubilai est élu grand khan des Mongols

Kubilaï, né en 1215, est le petit-fils de Gengis Khan, Kubilai. Il est proclamé Grand Khan des Mongols le 6 mai 1260. Il succède à son frère Möngke comme souverain suprême d'un territoire qui s'étend des marches de l'Europe à péninsule coréenne mais son empire s'exerce essentiellement sur le monde chinois.

Kubilai établit sa capitale près de Pékin, dans une cité nouvelle appelée Cambaluc (la «ville du khan»). Pour s'accommoder les Chinois, il adopte leurs coutumes et fonde sa propre dynastie, les Yuan, administrant le pays avec compétence.

Michel VIII Paléologue restaure Byzance

Le 25 juillet 1261, l'empereur byzantin, le basileus Michel VIII Paléologue, rentre triomphalement dans sa capitale, Constantinople (ou Byzance)...

Simon de Montfort vainqueur à Lewes

Le 14 mai 1264, Simon de Montfort remporte la bataille de Lewes. Par cette victoire, le fils cadet du chef de la croisade contre les Albigeois met un terme à la guerre des Barons et devient le maître de l'Angleterre. Six ans après avoir arraché au roi Henry III les Provisions d'Oxford, il convoque un Parlement où sont admis des bourgeois, aux côtés du clergé et de la noblesse. Mais l'heure n'est pas venue d'instaurer une monarchie parlementaire et une partie des barons abandonne Simon de Montfort qui se fait finalement tuer à la bataille d'Evesham.

Avènement de Philippe III le Hardi

Le roi Louis IX, futur Saint Louis, avait décidé de tenter une huitième croisade pour sauver ce qui pouvait l'être des États francs de Palestine. Curieusement, il dirige son expédition vers Tunis dont il espère convertir l'émir. Ses espoirs sont déçus.

Atteint par une épidémie de typhus, il meurt pieusement sur un lit de cendres le 25 août 1270, sous les murs de Tunis. Son fils de 25 ans, devenu Philippe III le Hardi, ramène sa dépouille à Saint-Denis, à l'exception de son coeur, conservé à Monreale, en Sicile, dans le royaume de son frère Charles.

Rodolphe de Habsbourg élu roi de Germanie

Le 1er octobre 1273, Rodolphe 1er de Habsbourg, puissant seigneur allemand, est élu roi de Germanie par ses pairs. Son élection met fin au Grand Interrègne, période de 20 ans durant laquelle l'empire germanique est resté sans titulaire, livré aux convoitises et aux querelles...

Ouverture du 2e concile de Lyon

À l'initiative du pape Grégoire X, environ 500 évêques et un millier de prélats se réunissent en concile à Lyon, principauté ecclésiastique entre l'Empire germanique et la France.

Le pape et le roi Jacques 1er d'Aragon, présents l'un et l'autre au concile, souhaitent organiser une ultime croisade contre les Turcs, avec, qui sait ? le concours des Mongols ! Grégoire X tente par la même occasion de rapprocher l'Église catholique et l'Église orthodoxe. Il a pour cela le soutien de l'ambassadeur de l'empereur byzantin Michel 1er Paléologue.

Ni la croisade ni la réconciliation n'aboutiront et le concile se concluera sur un échec. Qui plus est, Thomas d'Aquin, plus grand intellectuel de son temps, meurt d'épuisement en se rendant au concile... Restent quelques modestes résultats comme la réforme du conclave, l'assemblée de cardinaux qui élit le pape, ou la cession du Comtat Venaissin (Avignon) au Saint-Siège par le roi de France Philippe III Le Hardi.

Un êvêque à poigne à la tête d'Albi

Le 7 mars 1276, le pape nomme à la tête de l'évêché d'Albi, sur les bords du Tarn, un juriste brillant qui l'a assisté au concile de Lyon, deux ans plus tôt. Il s'agit de Bernard de Castanet. Le nouvel évêque reconstruit la cathédrale Sainte-Cécile dans le style gothique méridional inauguré par l'église des Jacobins, à Toulouse. Il fortifie également le palais épiscopal de la Berbie.

Pendaison de Pierre de La Brosse

Pierre de La Brosse, conseiller du roi de France Philippe III le Hardi, s'est acquis une grande influence à la cour grâce au soutien de la reine-mère Marguerite de Provence, veuve de Saint Louis.

Veuf de sa première épouse, Isabelle d'Aragon, Philippe III se remarie avec Marie de Brabant, laquelle entre en conflit avec le conseiller. Lorsque meurt le fils aîné d'Isabelle d'Aragon, Pierre de La Brosse l'accuse de l'avoir fait empoisonner ! Ses accusations sont réduites à néant lorsque lui-même est convaincu de trahison au profit du roi de Castille.

Pierre de La Brosse est jugé par les barons et pendu le 30 juin 1278 au fameux gibet de Montfaucon.

Rodolphe de Habsbourg triomphe dans le Marchfeld

Le 26 août 1278, le roi de Bohême Ottokar II Premysl et Rodolphe 1er de Habsbourg s'affrontent dans le Marchfeld, une plaine qui s'étend de Vienne à la March, rivière frontalière entre l'Autriche et la Slovaquie actuelles (« L'un des plus grands champs de bataille d'Europe »), près de Dürnkrut.

Le roi de Bohême conteste à son ennemi le titre d'empereur germanique qui lui a été accordé cinq ans plus tôt par la Diète allemande. Il refuse de restituer au nouvel empereur les États autrichiens qu'il s'est approprié et qui lui reviennent de droit.

Quelques années plus tôt, le 12 juillet 1260, Ottokar II avait repoussé au même endroit, le roi de Hongrie Béla IV. Cette fois, ce dernier est aux côtés de Rodolphe 1er et c'est au tour d'Ottokar d'être battu au cours de ce qui restera comme la plus grande bataille de chevaliers qu'on ait jamais connue, avec plusieurs centaines de chevaliers caparaçonnés des deux côtés. C'est le début du prestigieux destin de la famille des Habsbourg, qui n'était au départ qu'une médiocre seigneurie alpine.

Les Mongols détruisent la flotte chinoise

Le 13 avril 1279, au sud-ouest de Canton, la flotte mongole attaque et détruit l'escadre du dernier empereur de la dynastie song. Ce dernier, un enfant, est entraîné dans les flots par l'un de ses ministres.Toute la Chine tombe au pouvoir de Kubilai Khan, petit-fils de Gengis Khan.

Les Japonais repoussent une invasion mongole

Le 13 août 1281, les Japonais, faisant preuve d'une audace peu commune, repoussent une puissante flotte mongole qui a tenté d'accoster sur l'archipel. Une tempête divine («kamikaze») met à mal les jonques géantes et vient opportunément à leur secours…

Les Vêpres siciliennes

Le lundi de Pâques 1282, au moment des Vêpres, une émeute éclate à Palerme, capitale du royaume de Sicile. Elle s'étend à la ville voisine de Corleone. La population s'en prend aux soldats français qui entourent le roi. Le massacre s'étire sur deux jours, les 30 et 31 mars, faisant environ 8000 victimes dans la garnison.

L'événement est resté dans l'Histoire sous le nom de «Vêpres siciliennes». L'expression est encore utilisée pour désigner un soulèvement spontané et meurtrier contre une puissance occupante....

Édouard II, prince de Galles

Le titre de prince de Galles conféré à l'héritier du trône d'Angleterre remonte au 25 avril 1284. Ce jour-là naît à Carnarvon, au pays de Galles, le futur Édouard II. Son père, le roi d'Angleterre Édouard 1er, lui donne le titre de prince de Galles pour honorer la promesse qu'il avait faite aux Gallois de leur donner un suzerain natif du pays.

La coutume de donner un titre nobiliaire à l'héritier se retrouve dans la monarchie française, dont l'héritier porte le titre de Dauphin (souverain du Dauphiné), dans la monarchie espagnole, dont l'héritier est prince des Asturies, à la tête du Saint Empire romain germanique, où le fils de l'empereur allemand est roi de Rome, dans la monarchie belge dont l'héritier est duc de Brabant, également dans des familles princières. Ainsi l'héritier des princes de Condé est-il duc d'Enghien.

La Corse devient génoise

Le 6 août 1284, près de la petite île de La Meloria, au large de Livourne, la flotte de Pise est complètement anéantie par celle de Gênes.

Cette bataille de Meloria consacre la suprématie de la Sérénissime République de Gênes sur la Méditerranée occidentale et sur la côte occidentale de la péninsule italienne, y compris la Corse. Pise, de son côté, tombe sous l'influence de Florence, sa rivale en Toscane...

La cathédrale de Beauvais s'effondre

Le 28 novembre 1284, la voûte du choeur de la cathédrale de Beauvais s'effondre. Haute de 48 mètres (l'équivalent de 20 étages !), cette voûte achevée douze ans plus tôt constituait un record pour les bâtisseurs du Moyen Âge, adeptes de l'art gothique. Mais l'effondrement montre qu'ils avaient sans doute outrepassé leurs capacités techniques. Avec cet accident prend fin l'élan spirituel qui avait conduit la chrétienté médiévale à chanter la gloire de Dieu à travers les lumineuses cathédrales gothiques.

La cathédrale de Beauvais a été plus tard restaurée et surmontée d'une énorme tour haute de... 150 mètres ! Le jour de l'Ascension 1573, pendant qu'une procession sortait de l'église, cette tour s'est à son tour écroulée et dès lors, il n'a plus été question de nouveaux records. La cathédrale est restée en l'état jusqu'à nos jours.

Avènement de Philippe IV le Bel

Philippe IV le Bel devient roi à 17 ans, le 5 octobre 1285, à la mort de son père Philippe III le Hardi, victime du typhus à Perpignan au retour d'une catastrophique expédition contre l'Aragon. Marié l'année précédente à Jeanne de Navarre, qui lui a apporté en dot la Champagne et la Brie et à laquelle il restera toujours fidèle, il est sacré à Reims avec sa femme le 6 janvier 1286, selon la tradition capétienne.

Sous son règne, en près de trente ans, la France va consolider ses frontières. La monarchie va échapper à l'emprise du pouvoir religieux et s'écarter des traditions féodales en se dotant d'une administration moderne et en faisant appel à des fonctionnaires zélés issus de la bourgeoisie : Guillaume de Nogaret, Enguerrand de Marigny,...

Mort d'Aliénor de Castille

Le 4 décembre 1290, Éléonor (ou Aliénor) de Castille décède à Herdeby (Angleterre). Elle est la soeur du roi Alphonse X de Castille et l'épouse bien-aimée du roi d'Angleterre Édouard 1er.

Le roi, très affecté par la mort de sa femme, écrit joliment : «Ma harpe est en deuil ; en vie, je l'aimais tendrement ; morte, je ne puis cesser de l'aimer».

Il fait élever des croix et peindre son portrait partout où s'arrête le cortège funèbre en route pour l'abbaye de Westminster.

Le quartier londonien de «Charing Cross» conserve le souvenir de l'une de ces croix (Charing viendrait de «chère reine» et serait une déformation du français en usage au XIIIe siècle à la cour d'Angleterre).

Traité de Tarascon

Par l'intermédiaire du roi d'Angleterre Edouard 1er, le roi de France Philippe IV le Bel négocie le règlement du conflit relatif à la Sicile, conflit marqué par les « Vêpres siciliennes ». Il s'ensuit à Tarascon, le 19 février 1291, un traité par lequel Charles de Valois renonce au titre de roi d'Aragon qui lui avait été octroyé par le pape Martin IV, moyennant l'acquisition du Maine et de l'Anjou. Il reçoit par ailleurs le royaume de Naples tandis qu'Alphonse IV d'Aragon reçoit la Sicile.

Les croisés chassés de Terre sainte

Le 28 mai 1291, en Palestine, les 200.000 hommes du sultan El Achraf Khalil réduisent les défenses de Saint-Jean d'Acre, malgré la résistance des Templiers groupés autour du grand maître Guillaume de Beaujeu. Saint-Jean d'Acre était l'ultime bastion de ce qui fut le royaume franc d'Orient. Sa chute met un point final à l'épopée des croisades presque deux siècles après la prédication du pape Urbain II.

Le serment de Rütli

Le 1er août 1291, les représentants des trois cantons d'Uri, Schwyz et Unterwald (Walter Fürst, Werner Stauffacher et Arnold de Melchtal si l'on en croit la tradition) font serment de s'entraider pour faire front à leur suzerain, Rodolphe 1er de habsbourg. De cette lutte, la légende retient le nom de Guillaume Tell, hardi adversaire du méchant bailli Gessler.

Le serment de la prairie de Rütli (ou Grütli) consacre la naissance de la Suisse indépendante. En 1891, en souvenir de cet événement, les Suisses ont fait du 1er août leur fête nationale. Ce jour est chômé depuis 1994...

«Renonciation» du pape Célestin V

Le 13 décembre 1294, le pape Célestin V renonce de son propre chef à la tiare pontificale cinq mois seulement après son élection. C'est un fait unique dans la papauté du IIe millénaire, si l'on met à part les papes démissionnés sous la contrainte : le pape Grégoire VI en 1046 et les papes et «antipapes» du Grand Schisme d'Occident, au XVe siècle, tels Grégoire XII et Félix V.

Élu à l'unanimité mais contre son gré par un conclave réuni à Pérouse le 5 juillet 1294, ce bénédictin et ermite de plus de 80 ans, né Pietro de Morrone, ne se sentait pas capable d'assumer sa charge ni de résister aux pressions des grandes familles et des souverains étrangers, tel le roi de France Philippe Le Bel.

Devant ses cardinaux, qui avaient finalement approuvé sa décision, le pape descend de son trône, pose sa tiare à terre et se défait de ses autres insignes pontificaux.

S'étant retiré dans la solitude, il meurt l'année suivante. Il est plus tard canonisé malgré le scandale que constitue aux yeux du commun des chrétiens sa démission devant Dieu.

Son successeur, Benedetto Caetani, est élu la veille de Noël. Issu d'une grande famille romaine, il prend le nom de Boniface VIII et met toute son énergie... et sa férocité à tenter de restaurer l'autorité du Saint-Siège.

Canonisation du roi Louis IX

Sitôt après la mort du roi Louis IX, l'Église instruit son procès en canonisation. Celle-ci est prononcée par le pape Boniface VIII le 11 août 1297, sous le règne de son petit-fils Philippe IV le Bel. La monarchie capétienne est alors à son maximum de prestige et la France figure comme le royaume le plus puissant et le plus prospère de la chrétienté.

La vie de Saint Louis et les vertus du roi nous sont surtout connues par le chroniqueur Jean de Joinville.

Les « Matines de Bruges »

Au petit matin du 18 mai 1302, à Bruges, en Flandre, des insurgés en armes massacrent les soldats de la garnison française. Ce sont les «Matines de Bruges».

La journée réduit à néant le rêve des rois capétiens d'annexer les Flandres...

La « bataille des éperons d'or »

Le 11 juillet 1302, l'armée féodale du roi Philippe le Bel rencontre les milices communales de Flandre, près de Courtrai...

L'« attentat » d'Anagni

Le 8 septembre 1303, à Anagni, en Italie, la rencontre entre le pape et le représentant du roi de France tourne mal. On parle d'un « attentat » contre la personne du pape...

Clément V, un pape français pour Avignon

Le 5 juin 1305, le roi Philippe le Bel fait élire un Français à la tête de l'Église. Il prend ainsi sa revanche sur le pape défunt, Boniface VIII, qui prétendait donner son avis sur le gouvernement du royaume...

Arrestation des Templiers

Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel (le petit-fils de Saint Louis).

Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats, vieux de près de deux siècles, qui s'est illustré en Terre sainte et s'est acquis puissance et richesse, s'attirant ainsi la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains...

Guillaume Tell à l'épreuve

C'est le 18 novembre 1307 que, selon la tradition, un méchant bailli aurait obligé Guillaume Tell à viser avec son arbalète une pomme placée sur la tête de son fils... Cette histoire poignante est le plus célèbre mythe de l'Histoire suisse.

Lyon devient française

Les historiens ont coutume de fixer à la date du 10 avril 1312 le rattachement de Lyon au royaume de France.

Ce jour-là, dans une déclaration solennelle, l'archevêque Pierre de Savoie transmet officiellement au roi Philippe IV le Bel tous ses pouvoirs judiciaires et politiques sur la ville et le Lyonnais.

Suplice du grand maître des Templiers Jacques de Molay

Le 19 mars 1314, le grand maître des Templiers, Jacques de Molay, est supplicié à Paris.

Poursuivi par la vindicte du roi Philippe IV le Bel, il a été condamné à la prison à vie - ce qui équivaut bien souvent à la mort certaine -, mais dans un sursaut de courage, il se rétracte soudain devant une foule stupéfaite : «L’ordre est pur, il est saint : les confessions sont absurdes et menteuses…».

Voilà le grand maître relaps, l’archevêque de Paris ne peut que le livrer au bras séculier et au feu du bûcher. Qui s’embrasera le soir même dans l’île aux Juifs, à quelques centaines de mètres des tours massives de la cathédrale, au pied de l’actuel pont Neuf.

Les amants scandaleux

Deux chevaliers sont exécutés, à Pontoise, dans d'atroces conditions, le 19 avril 1314. Ils sont punis pour avoir aimé des princesses.

Ce sont les principales victimes du scandale dit « de la tour de Nesle » qui a assombri la dernière année du règne de Philippe IV le Bel... et inspirera bien plus tard au romancier Maurice Druon sa fresque historique : Les rois maudits.

Victoire écossaise à Bannockburn

Le 24 juin 1314, à Bannockburn, au nord-ouest d'Édimbourg, les Écossais infligent une défaite retentissante aux Anglais, bien que très supérieurs en nombre. Aux yeux des Écossais, c'est aujourd'hui encore un événement considérable...

Avènement de Louis X le Hutin

Louis X le Hutin (ou le Querelleur), fils de Philippe IV le Bel et Jeanne de Navarre, succède à son père le 29 novembre 1314, à 25 ans. Il reçoit un royaume en ordre et plus puissant que jamais. Ayant hérité de la Navarre par sa mère, il est le premier souverain à s'intituler « roi de France et de Navarre ». Trompé par sa femme Marguerite de Bourgogne, il la répudie et se remarie avec Clémence de Hongrie avant de se faire sacrer avec elle.

Pendaison d'Enguerrand de Marigny

Le roi de France Louis X le Hutin (ou le Querelleur !), quelques mois après la mort de Philippe le Bel livre à la vindicte publique Enguerrand de Marigny, le dernier des grands conseillers de son père, impopulaire du fait de ses manipulations monétaires et de sa fonction de grand argentier !

Emprisonné au Temple et accusé de sorcellerie, il est pendu au gibet de Montfaucon le 30 avril 1315.

Victoire des Trois Cantons à Morgarten

Le 15 novembre 1315, à Morgarten, au sud de Zurich, des montagnards repoussent les troupes du duc Léopold d'Autriche, seigneur de Habsbourg...

Louis X le Hutin meurt sans héritier direct

Le roi Louis X le Hutin meurt le 5 juin 1316 à Vincennes d'avoir bu de l'eau glacée après une partie de jeu de paume qui l'avait mis en nage. Son épouse Clémence de Hongrie est enceinte de leur premier enfant... En attendant la naissance de l'héritier espéré, Philippe, frère du défunt roi, assume la régence. L'enfant naît le 15 novembre 1316. C'est un garçon. Il devient aussitôt roi sous le nom de Jean 1er Posthume. Mais il n'aura pas le temps de savourer son titre ; il meurt quatre jours plus tard !

Qui se douterait des désordres qui vont s'ensuivre en l'absence, pour la première fois depuis trois siècles, d'une succession masculine en ligne directe ?...

Sacre de Philippe V le Long et loi salique

Le 9 janvier 1317, Philippe, comte de Poitou, deuxième fils de Philippe le Bel et Jeanne de Navarre, se fait hâtivement sacrer à Reims sous le nom de Philippe V le Long, empêchant que sa nièce Jeanne, héritière légitime de la couronne, ne monte sur le trône.

Il légitime de la sorte une prétendue « loi salique » selon laquelle la couronne capétienne doit revenir à l'aîné des garçons du roi défunt.

Avènement de Charles IV le Bel

Le troisième fils de Philippe le Bel monte sur le trône sous le nom de Charles IV le Bel, à la mort de son frère Philippe V le Long, le 3 janvier 1322.

Sa femme Blanche de Bourgogne étant emprisonnée pour cause d'adultère, il est sacré seul à Reims le 11 février suivant. Il divorce enfin et se remarie avec Marie de Luxembourg puis avec Jeanne d'Évreux, qui lui donnera trois filles.

Sa mort prématurée clôt la lignée des Capétiens directs, issus d'Hugues Capet en droite ligne, de père en fils, pendant trois siècles.

Naissance des Jeux Floraux

Le 3 mai 1324, de riches bourgeois toulousains organisent une joute poétique entre troubadours, trouvères et ménestrels de tous pays. Ainsi naît le premier concours de poésie d'Europe, sinon du monde.

Renouvelée dès lors d'année en année, la compétition va donner naissance aux Jeux Floraux...

Pétrarque rencontre Laure, sa muse

Le 6 avril 1327, le poète Pétrarque (23 ans) rencontre pour la première fois Laure de Noves à l'église Sainte-Claire d'Avignon. C'est le début d'une passion platonique qui va inspirer toute son oeuvre poétique.

Exécution d'Édouard II

Le 21 septembre 1327, le roi d'Angleterre Édouard II est mis à mort dans sa prison, dans d'atroces conditions, par deux bourreaux envoyés par sa femme, Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel, et son amant Mortimer.

Ce dernier a eu l'idée de faire empaler le prisonnier avec un fer chauffé à blanc afin que nul ne puisse s'aviser de soupçonner un assassinat.

Fin des Capétiens directs

Le 1er février 1328, le roi de France Charles IV le Bel, troisième et dernier fils de Philippe le Bel, meurt à trente-quatre ans en laissant une épouse sur le point d'accoucher. C'est à une fille que celle-ci donne naissance. Pour la première fois depuis Hugues Capet, il ne se trouve pas un garçon pour perpétuer la dynastie en ligne directe... La succession par les femmes est rejetée comme elle l'avait déjà été onze ans plus tôt, après la mort de Louis X le Hutin et de son fils Jean 1er le Posthume.

Les grands seigneurs du royaume renouent avec le rite de l'élection et hissent sur le trône un cousin du défunt roi, Philippe de Valois, qui devient Philippe VI. Cette élection va faire des jaloux et l'on éprouvera a posteriori le besoin de la justifier par une « loi salique » qui officialise l'inaptitude des femmes à accéder au trône capétien...

Avènement de Philippe VI de Valois

À la mort de son cousin Charles IV le Bel (1er février 1328), le comte Philippe de Valois (31 ans) a été nommé régent du royaume par ses pairs en attendant que la veuve du précédent roi donne le jour à un héritier. Las, celui-ci est... une fille et donc interdite de couronne en vertu du précédent de Philippe V le Long.

Il revient donc aux grands seigneurs du royaume de choisir le futur souverain. Plusieurs prétendants ont des droits équivalents :
- Philippe de Valois fait valoir sa filiation avec Philippe III le Hardi, dont il est le petit-fils par son père (mais il n'est que le neveu de Philippe le Bel),
- Le roi d'Angleterre Édouard III est le petit-fils de Philippe le Bel par sa mère, Isabelle, soeur des précédents rois,
- Le comte Philippe d'Evreux est en droit aussi de revendiquer la couronne car il est l'époux de Jeanne de Navarre, fille de Louis X le Hutin mais il n'insiste pas...

Après moult délibérations, à Vincennes, les Grands du royaume se décident le 8 avril 1328 à confier la couronne au régent. Aux yeux des féodaux et des juristes qui les assistent, celui-ci a pour principal avantage de n'être ni Anglais ni Navarrais ! C'est ainsi qu'il devient roi sous le nom de Philippe VI. Il est sacré à Reims le 29 mai suivant.

Philippe VI de Valois écrase les milices de Bruges

Le 23 août 1328, le nouveau roi de France Philippe VI écrase au Mont Cassel, près de Lille, les milices communales de Bruges qui s'étaient insurgées contre leur comte, Louis de Nevers, vassal du roi de France.

Quand celui-ci a prié les barons français de l'accompagner à la bataille et que ceux-ci ont tenté de se défiler, le connétable Gautier de Châtillon leur a lancé : « Qui a bon coeur trouve toujours bon temps pour la bataille ». Et le roi d'ajouter une formule appelée à une grande fortune : « Qui m'aime me suive ».

Avec cette défaite qui suit de quelques années leur victoire à la « bataille des éperons d'or », les Flamands vont retomber sous l'influence française. Le roi d'Angleterre leur fera payer cette nouvelle allégeance en les privant de la laine anglaise qui est à la base de leur prospérité...

Lucerne s'allie aux cantons paysans

Le 13 novembre 1332, la ville de Lucerne s'allie aux cantons paysans dans leur lutte contre les Habsbourg. C'est l'ébauche de la future confédération helvétique.

Philippe VI de Valois confisque la Guyenne

Le 24 mai 1337, le roi Philippe VI de Valois confisque la Guyenne à son cousin, le roi d'Angleterre Édouard III. Cette mesure arbitraire va pousser l'Anglais à contester la légitimité de l'élection de Philippe VI au trône de France. Ce sera le début de la guerre de Cent Ans.

Début de la guerre de Cent Ans

Le 7 octobre 1337, à l'abbaye de Westminster, le roi Édouard III d'Angleterre lance publiquement un défi à son cousin, « Philippe de Valois, qui se dit roi de France ». Ainsi commence la guerre de Cent Ans...

La flotte française détruite à l'Écluse

Le 24 juin 1340, la flotte française est détruite par les marins anglais dans le port flamand de l'Écluse (aujourd'hui Sluis, en aval de Bruges). Bien que disposant de plus de vaisseaux que les Anglais du roi Édouard III et de galères génoises en renfort, Hugues Quieret et Nicolas Behuchet, amiraux du roi Philippe VI de Valois, choisissent la défensive et attachent leurs bateaux entre eux dans le port pour faire barrage à l'ennemi, selon la coutume du temps.

Les Anglais se lancent audacieusement à l'attaque et, de leurs navires, les archers déversent une pluie de flèches, dont certaines enflammées, sur les navires ennemis. Quelques-uns de ceux-ci arrivent à s'échapper mais les Français perdent au total 170 navires et 20.000 hommes. Capturés, les deux amiraux sont, l'un pendu, l'autre décapité. Ce désastre, qui laisse la France sans défense face aux débarquements anglais, est le premier qu'aura à connaître la France dans la Guerre de Cent Ans.

Pétrarque reçoit une couronne de laurier

Le 8 avril 1341, Francesco Petracco, dit Petrarca (en français, Pétrarque), reçoit sur le Capitole de Rome la couronne de laurier des poètes...

« Mauvais lundi » à Bruges

Le lundi 2 mai 1345, les partisans du dictateur Jacob van Artevelde sont égorgés à Bruges. Ce jour reste dans l'Histoire flamande comme un « Mauvais lundi ».

Le futur roi de Naples assassiné

André de Hongrie, époux de la reine Jeanne 1ère de Naples, est assassiné dans la nuit du 18 au 19 septembre 1345, deux jours avant son couronnement. Il est retrouvé étranglé près de la chambre de la reine.

Celle-ci, soupçonnée du crime, se remarie avec Louis de Tarente puis cède son royaume à Charles de Duras. Le fils de celui-ci, mort prématurément, laisse la couronne à sa soeur...

Une loi pour protéger les forêts

Par l'ordonnance de Brunoy, en date du 29 mai 1346, le roi de France Philippe VI de Valois décide de ne plus accorder de droits d'usage dans les forêts du domaine royal. Il prescrit que « des agents des eaux et forêts soient tenus de temps en temps de visiter tous les espaces boisés, d'y enquêter et de les faire exploiter, afin qu'ils se puissent perpétuellement soustraire en bon état ».

Cette ordonnance survient après une longue phase de croissance économique, qui a conduit à d'importants défrichements et à la surexploitation de la forêt. Elle peut être considérée comme la première forme de protection de l'espace naturel ; de l'écologie avant l'heure !...

Les archers anglais triomphent à Crécy

Le 26 août 1346, les Anglais battent les Français à Crécy-en-Ponthieu. C'est le début de la guerre de Cent Ans. Les archers du roi Édouard III mettent en déroute la chevalerie française, empêtrée dans ses armures et ses lances. Crécy sonne le glas de l'armée féodale...

Rienzo instaure la République à Rome

Le 21 mai 1347, Rienzo s'empare du pouvoir à Rome et y instaure une République tyrannique...

Capitulation de Calais

Le 3 août 1347, après un siège de onze mois, la ville de Calais capitule devant les troupes anglaises.

Le roi Édouard III Plantagenêt, dont la patience a été épuisée par le siège, s'apprête à passer la population au fil de l'épée. Puis il se ravise et prétend n'exécuter que six otages. Ces « bourgeois de Calais » (Eustache de Saint-Pierre, Jean d'Aire, Pierre et Jacques de Wissant, Jean de Fiennes et Andrieu d'Ardes) seront finalement épargnés suite à l'intervention de la reine Philippa de Hainaut...

La Peste à Marseille !

Le 1er novembre 1347, la peste noire, importée de Crimée par des galères génoises, débarque à Marseille.

L'épidémie va se développer dans toute l'Europe d'autant mieux et plus vite que la population est épuisée. Après trois siècles d'expansion démographique, l'Europe est saturée d'hommes que les sols peinent à nourrir. Les disettes, famines et « chertés » se font plus fréquentes et à ces pénuries alimentaires s'ajoute la guerre entre Français et Anglais...

L'héritier du roi de France devient le Dauphin

Le 30 mars 1349, celui-ci remet le Dauphiné à son fils Charles pour lui assurer des revenus réguliers mais aussi pour éviter d'avoir à rendre hommage à l'empereur ! Du coup, Charles (futur Charles V) prend le titre de dauphin du Viennois, qui était celui des comtes du Dauphiné depuis 1192. À sa suite, jusqu'au XIXe siècle, tous les héritiers du royaume de France porteront ce titre et seront appelés «Dauphin».

Avènement de Jean II le Bon

Le 22 août 1350, Jean II le Bon (31 ans), fils de Philippe VI de Valois et Jeanne de Bourgogne, succède à son père sur le trône de France. Il est ainsi surnommé en raison de sa réputation de bravoure (bon est à prendre au sens de brave ou fougueux). Rien à voir avec de quelconques qualités humaines car le deuxième roi de la branche des Valois est aussi mauvais homme que piètre politique. Il va entraîner le royaume dans les pires déconvenues de son histoire...

Combat des Trente à Ploërmel

Le 27 mars 1351, sur la lande de Ploërmel, deux camps bretons règlent leur différend par un tournoi meurtrier. Il figure encore aujourd'hui parmi les grands mythes de l'histoire de la Bretagne...

C'est l'épisode le plus mémorable de la guerre de Succession de Bretagne ouverte dix ans plus tôt par la mort du duc Jean III le Bon, le 30 avril 1341, sans enfant et sans héritier désigné...

Charles IV promulgue la Bulle d'or

Charles IV de Luxembourg (39 ans) est élu à la tête du Saint Empire en 1355. L'année suivante, le 10 janvier 1356, il promulgue devant les représentants de l'empire réunis à Nuremberg un texte qui fixe les conditions d'élection à la tête du Saint Empire ou empire d'Allemagne, plus tard appelé Saint Empire romain germanique.

Ce document important de 31 articles confirme le caractère électif et non héréditaire du titre impérial et limite à sept les Princes Électeurs (en allemand, Kurfürsten). Important : l'approbation du pape n'est plus requise pour valider l'élection. La Bulle d'or, en vigueur jusqu'à la fin de l'empire, fixe aussi les prérogatives des Grands Électeurs et les rituels de la cour impériale.

De fait, l'élection de l'empereur allemand va dès lors se jouer à sept, favorisant les combines et les pots-de-vin, avec au bout du compte un affaiblissement de l'autorité impériale.

La promulgation est renouvelée le 25 décembre 1356 à la diète de Metz et une copie du texte est confiée à Francfort, siège de la Diète impériale (ces deux exemplaires, les seuls qui subsistent, sont conservés dans leur ville respective). Le texte est surnommé « Bulle d'or » (en latin, Bulla aurea) à partir de 1400 en référence à son sceau en or.

Jean le Bon est défait à Poitiers

Le 19 septembre 1356, l'armée française est écrasée par les archers anglais au nord de Poitiers. Le roi est fait prisonnier...

La révolution manquée d'Étienne Marcel

Le 22 février 1358, le prévôt des marchands Étienne Marcel massacre les maréchaux de Champagne et de Normandie sous les yeux du dauphin Charles, héritier du trône. Il préserve toutefois ce dernier de l'assassinat en le coiffant du chaperon aux couleurs de Paris, le bleu et le rouge, que portent ses partisans.

Le dauphin, humilié, s'enfuit un peu plus tard de Paris. Il y reviendra en triomphe le 2 août suivant, suite à l'échec et à la mort du prévôt.

Richard Fremder nous raconte cette première Révolution française...

La Grande Jacquerie

Le 21 mai 1358 commence l'une des plus grandes Jacqueries de France. Une centaine de paysans du Beauvaisis se réunissent en bande et s'en prennent violemment aux maisons de gentilshommes et aux châteaux de la région, tuant les habitants et brûlant les demeures...

Assassinat d'Étienne Marcel

Le 31 juillet 1358, Jean Maillard, un échevin fidèle à la royauté, fait assassiner le prévôt des marchands Étienne Marcel devant la porte Saint-Denis alors qu'il s'apprêtait à livrer les clés de Paris à Charles le Mauvais. Le surlendemain, le Dauphin Charles, futur Charles V, rentre sous les acclamations dans sa capitale, dont il avait dû fuir en catastrophe quelques mois plus tôt.

Le Dauphin rentre à Paris

Le 2 août 1358, le Dauphin Charles rentre à Paris après l'assassinat du prévôt des marchands, Étienne Marcel, qui avait tenté de livrer Paris aux Bourguignons alliés aux Anglais. C'est la fin de la première guerre civile qu'ait connue le pays.

Préliminaires de paix à Brétigny

Le 8 mai 1360 sont signés à Brétigny, près de Chartres, les préliminaires d'un traité de paix entre les rois de France et d'Angleterre...

Naissance du franc

Le 5 décembre 1360, à Compiègne, le roi Jean II crée une nouvelle monnaie, le «franc», de même valeur que la monnaie existante, la livre tournois.

Le franc a perduré comme monnaie de référence de la France jusqu'au 31 décembre 2001, dernier jour avant l'euro. Il subsiste dans les anciennes colonies françaises d'Afrique et du Pacifique ainsi qu'en Suisse (vestige de l'Union latine)...

Toulouse est réunie à la couronne

Le 21 novembre 1361, Jean le Bon réunit définitivement le comté de Toulouse à la couronne.

Avènement de Charles V le Sage

Le 8 avril 1364 meurt à Londres, en captivité, le roi de France Jean II le Bon. Son fils aîné, qu'il a eu 26 ans plus tôt de sa première femme Bonne de Luxembourg, passe du statut de Dauphin et de régent à celui de roi sous le nom de Charles V.
Il a déjà fait ses preuves en surmontant les épreuves de la défaite et de la révolution, ainsi qu'en négociant la paix avec l'ennemi. À sa mort, quinze ans plus tard, il aura mérité pleinement son surnom de Charles V le Sage.

Du Guesclin bat le Mauvais à Cocherel

Le 16 mai 1364, le roi de Navarre Charles le Mauvais est défait à Cocherel par Bertrand Du Guesclin, un soldat breton au service du roi de France Charles V...

Traité de Guérande

Le 12 avril 1365, le traité de Guérande met fin à la guerre de Succession de Bretagne.

Un chef de bande fonde la dynastie des Ming

Le 10 septembre 1368, le dernier empereur chinois d'origine mongole s'enfuit de Pékin et laisse la Chine à une nouvelle dynastie originaire des environs de Canton, les Ming...

Du Guesclin fait le ménage en Espagne

Le 14 mars 1369, Bertrand Du Guesclin bat le roi de Castille Pierre le Cruel à Montiel, au sud-est de la Castille. Cette bataille met fin à la première guerre civile espagnole qui a opposé pendant une quinzaine d'années l'héritier légitime de Castille aux bâtards de son père...

Du Guesclin reçoit l'épée de connétable

Le 2 octobre 1369, le roi Charles V le Sage octroie à Bertrand Du Guesclin le titre de connétable...

Le pape quitte (provisoirement) Avignon

Le 17 janvier 1377, cédant aux prières de Sainte Catherine de Sienne et faisant fi des lamentations de son entourage, attaché au Palais des Papes et à son luxe, le pape Grégoire XI, dernier pape français, met fin à la «captivité d'Avignon» et réinstalle le Saint-Siège à Rome. La monarchie capétienne, affaiblie par la guerre de Cent Ans, n'est plus assez forte pour retenir le pape.

Las, à sa mort, le 27 mars 1378, le peuple romain impose l'élection d'un pape indigne, déséquilibré et violent, Urbain VI. Celui-ci violente les cardinaux qui s'opposent à lui, jusqu'à les dépouiller et les faire exécuter en place publique.

Treize cardinaux, pour la plupart français, se réunissent en septembre 1378 à Anagni, sous la protection de troupes gasconnes et navarraises, annulent l'élection d'Urbain VI et confère la tiare au cardinal Robert de Genève. Celui-ci prend le nom de Clément VII et, faute de pouvoir faire autrement, regagne Avignon. C'est le début du Grand Schisme d'Occident.

Grand Schisme d'Occident

Le 20 septembre 1378, 13 cardinaux, pour la plupart français, se réunissent en secret à Anagni, au sud de Rome.

Mécontents du pape imposé par le peuple romain, le 8 avril 1378, sous le nom d'Urbain VI, ils désignent comme pape le prélat savoyard Robert de Genève. Le nouvel élu prend le nom de Clément VII et s'installe à Avignon, qu'avait abandonné le 17 janvier 1377 son prédécesseur Grégoire XI. Il se pose aussitôt en concurrent d'Urbain VI, qualifié d'« antipape ».

On est en pleine guerre de Cent Ans. La France prend le parti de son pape cependant que l'Angleterre opte pour le pape italien ! À Naples, la reine Jeanne 1ère prend le parti de Clément VII tandis que son cousin Charles de Duras, qui revendique sa couronne, prend le parti du pape romain...

C'est le début du Grand Schisme d'Occident. Ce conflit entre « urbanistes » et « clémentistes » concerne principalement les classes dirigeantes. Il laisse indifférents la plupart des catholiques, qui n'ont en matière de religion d'autre interlocuteur que leur curé. Il n'empêche qu'il va jeter le discrédit sur l'Église et concourir à l'émergence de mouvements contestataires et à la Réforme.

Mort de Du Guesclin

Le 13 juillet 1380, le connétable Bertrand Du Guesclin (60 ans) meurt en assiégeant Châteauneuf-de-Randon.

Avènement de Charles VI le Fou

Charles VI a 11 ans quand il succède à son père Charles V le Sage, le 16 septembre 1380. Le roi étant mineur, ses puissants oncles, Louis d'Anjou, Jean de Berry, Louis de Bourbon et Philippe de Bourgogne, assurent la régence et en profitent pour dilapider les ressources du royaume. Plusieurs révoltes comme celle des Maillotins secouent le pays.

En 1388, le roi Charles VI reprend en main les affaires du royaume. Il rappelle les sages conseillers de son père, gens de modeste extraction que les princes surnomment avec mépris les « Marmousets ». Le jeune roi est alors appelé par ses sujets Charles VI le Bien-Aimé et le royaume entre dans une longue « embellie ».

Las, il sombre bientôt dans la folie et ses oncles reprennent leur place au Conseil. Le règne, l'un des plus longs de l'Histoire de France, se terminera en 1422 dans les pires calamités : querelle entre les Armagnacs et les Bourguignons, révolte des Cabochiens, défaite d'Azincourt et humiliant traité de Troyes, qui déshérite le fils du roi et d'Isabeau de Bavière au profit de l'héritier de la couronne d'Angleterre !...

Sacre de Charles VI

Charles VI de Valois n'a pas tout à fait 12 ans quand il succède à son père, le 16 septembre 1380. Il est sacré à Reims selon l'antique coutume le 4 novembre 1380. Les habitants de la ville saluent le sacre par les cris de « Vive le roi de France ! Montjoie Saint Denis ! » C'est qu'ils viennent d'apprendre, à leur grande satisfaction, qu'est confirmée la suppression des fouages décidée à la fin du règne précédent (les fouages étaient un impôt extraordinaire perçu sur chaque ménage (on dit aussi feu ou foyer).

Mort de Wat Tyler

Début juin 1381, les paysans anglais, avides de justice sociale, se révoltent. Un soldat du Kent dénommé Wat (ou Walter) Tyler prend leur tête après qu'un collecteur d'impôts eut offensé sa fille. Londres est envahie et pillée après bien d'autres villes. Les prisonniers sont délivrés, des prisons et des monuments brûlés...

Mais le jeune roi Richard II joue d'astuce. Il rencontre Wat Tyler dans la prairie de Mile End le 14 juin 1381 et s'engage tout à la fois à affranchir les derniers serfs du royaume et accorder des hausses de salaires aux manouvriers. Il promet en sus une amnistie aux insurgés. Le lendemain cependant, des insurgés reprennent les pillages. Les représentants du roi proposent un nouveau rendez-vous à Wat Tyler pour s'en expliquer. Comme le chef rebelle se fait insolent, il est tué par le maire de Londres, Sir William Walworth.

La révolte va dès lors tourner court. Une dizaine de jours plus tard, l'ordre seigneurial est rétabli. John Ball, poète révolutionnaire, est lui-même exécuté à Saint Adams le 15 juillet 1381. Il est l'auteur du verset célèbre :
« Quand Adam bêchait et Eve filait
Qui était le gentilhomme?  »

La révolte fiscale des Maillotins

Le 1er mars 1382, marchands et artisans parisiens, exaspérés par la pression fiscale et les désordres de la cour, prennent à parti les agents du fisc. Cette révolte fiscale surgit pendant la guerre de Cent ans qui met aux prises la monarchie capétienne et le roi anglais...

Clisson écrase les Flamands à Rosebeke

Les tisserands de Gand et des autres villes de Flandre s'étant révoltés contre leur comte, Louis II de Male, ils sont défaits le 27 novembre 1382 par une armée féodale sous les ordres d'Olivier de Clisson, près d'Ypres à Rosebeke (on écrit aussi West-Rozebeke ou Roosebeke).

Près de 35.000 Flamands se sont regroupés sur le Mont Dore en position défensive. Quand l'armée française arrive, piétons au centre, cavalerie et troupes légères sur les côtés, ils descendent en rangs serrés en profitant du brouillard mais se font surprendre par le soleil.

Dans le corps à corps, les Flamands, assaillis sur leurs deux ailes, sont bientôt écrasés et piétinés. Ils perdent 27.000 des leurs, y compris leur chef, Philip van Artevelde, étouffé dans la mêlée. C'est le fils cadet de Jacob Van Artevelde, un agitateur qui avait convaincu en 1340 le roi d'Angleterre Edouard III de revendiquer la couronne de France.

Les insurgés étaient depuis lors en conflit avec leur comte et son suzerain, le roi de France Charles VI. Ils leur en voulaient de faire la guerre à l'Angleterre et ainsi de porter tort à leur fructueuse activité, qui consistait à tisser la laine anglaise.

Les Portugais triomphent à Aljubarrota

Le 14 août 1385, l'armée du connétable portugais Nuno Alvares Pereira met en déroute les troupes du roi de Castille à Aljubarrota. Cette victoire consolide l'indépendance du Portugal.

Le roi précédent, Ferdinand 1er, n'avait laissé à sa mort, en 1383, qu'une fille, Béatrice, mariée au roi de Castille Jean 1er. Éléonore, veuve de Ferdinand, reconnaît ce dernier comme son successeur.

Mécontents, les députés des Cortes de Coïmbre (ou Coïmbra) portent sur le trône un fils illégitime de l'ancien roi Pierre 1er, Jean le Bâtard, sous le nom de Jean 1er (Joao 1er).

Le coup d'État réussit mais Éléonore s'enfuit auprès du souverain castillan. Ce dernier franchit la frontière avec son armée. Sur la route de Lisbonne, il est battu à plate couture par l'armée portugaise, renforcée par un petit contingent d'archers anglais.

Joao 1er, reconnaissant de sa victoire à ses alliés anglais, signe avec eux en mai de l'année suivante le traité de Windsor qui établit une « ligue d'amitié inviolable, éternelle, solide, perpétuelle et véritable » entre les deux royaumes. Cette alliance est la plus ancienne encore en vigueur !

Défaite des Serbes à Kossovo Polié

Au coeur des Balkans, sur la lande sinistre de Kossovo Polié, deux armées s'affrontent le 28 juin 1389. D'un côté, les Serbes de Lazare, prince de Raska ; de l'autre, les Turcs du sultan ottoman Mourad 1er.

C'en est bientôt fini de l'indépendance du royaume serbe. Aucun royaume chrétien n'est désormais en mesure d'arrêter la poussée turque dans les Balkans et l'Europe centrale...

L'Espagne découvre l'intolérance

Le 6 juin 1391, à Séville, deux synagogues sont converties en églises. L'affaire s'accompagne de nombreux meurtres et de rapines contre la communauté juive de la ville...

Charles VI le Bien Aimé devient le Fou

Le 5 août 1392, Charles VI (24 ans) traverse la forêt du Mans à la tête de ses troupes. Le roi, que ses sujets surnomment le Bien Aimé pour les avoir délivrés des exactions de ses puissants oncles, entreprend une expédition contre le duc de Bretagne Jean IV, allié aux Anglais.

Soudain, un illuminé surgit devant le roi, saisit la bride de son cheval et lui crie : Arrête, noble roi, tu es trahi !» Peu après, la lance d'un soldat heurte un bouclier.

Au bruit, le roi qui s'était assoupi sous l'effet de la chaleur, tire son épée et frappe ses compagnons. Six chevaliers sont tués avant qu'on ait pu le maîtriser !...

Charles VI expulse les juifs

Le 16 juillet 1394, le roi Charles VI le Fou expulse les juifs de France. En cette fin du Moyen Âge, partout en Europe et en particulier en Espagne, les juifs sont victimes de toutes sortes de médisances (par exemple, on leur reproche d'être responsables de la peste et d'autres épidémies).

Les croisés défaits par les Turcs à Nicopolis

Aux alentours du 25 septembre 1396, le sultan Bajazet bat à Nicopolis, au bord du Danube, une armée de croisés venus secourir le roi Sigismond de Hongrie et l'empereur byzantin Manuel Paléologue.

Vainqueur, le sultan ottoman va soumettre la plus grande partie de la Hongrie et des Balkans...

Union de Kalmar

Le 20 juillet 1397, à Kalmar, un port suédois au sud de Stockholm, est proclamée l'Union des trois royaumes scandinaves de Norvège, Suède et Danemark (l'actuelle Finlande fait à cette époque partie de la Suède).

L'initiative revient à Marguerite, veuve du roi de Norvège Haakon VI et fille du roi de Danemark Valdemar IV. Elle donne la couronne commune à Éric de Poméranie avec l'objectif de préserver les intérêts scandinaves face aux visées des entreprenants marchands allemands de la ligue hanséatique.

L'union de Kalmar prend fin le 6 juin 1523, quand le prince Gustave Vasa est élu roi de Suède et chasse les Danois de Stockholm.

Le Danemark et la Norvège restent quant à eux soudés jusqu'en 1814. Par le traité de Kiel du 14 janvier 1814, le prince Bernadotte, régent de Suède, impose à la Norvège une union personnelle avec la Suède. Elle va durer jusqu'à l'indépendance complète de la Norvège, le 25 novembre 1905.

Tamerlan triomphe à Panipat

Le 17 décembre 1398, le Turc Tamerlan remporte à Panipat, près de Dehli, une victoire sur le sultan local, Mohammed Toughklak. Il saccage Dehli et s'en retourne dans sa province de Transoxiane, en Asie centrale, avec un énorme butin.

Richard II Plantagenêt abdique au profit d'Henri IV de Lancastre

Le 29 septembre 1399, le roi d'Angleterre Richard II (32 ans) est contraint d'abdiquer après un règne aussi troublé que fascinant.

En abdiquant, il met un terme à la dynastie des Plantagenêts qui s'est installée en Angleterre deux siècles et demi plus tôt, avec le couronnement d'Henri II et Aliénor.

Son cousin et rival Henri Bolingbroke, duc de Lancastre, monte sur le trône sous le nom d'Henri IV et fonde la dynastie des Lancastre...

Tamerlan bat le sultan Bajazet à Angora

Le conquérant turc Tamerlan remporte une victoire totale sur le sultan Bajazet 1er, le 28 juillet 1402, à Angora (aujourd'hui Ankara)...

La « flotte des Trésors » largue les amarres

Le 11 juillet 1405, la flotte des Trésors largue les amarres pour un long périphe dans les mers du Sud, loin de la... Chine.

C'est la première des sept grandes missions d'exploration conduites par Zheng He pour le compte de l'empereur chinois Zhu Di et de son deuxième successeur. Elles précèdent de quelques décennies les grandes expéditions maritimes des Européens (Bartolomeu Dias, Christophe Colomb...).

Assassinat dans la rue Vieille du Temple

Le 23 novembre 1407, le duc Louis d'Orléans est assassiné par une bande de malfrats masqués à la solde du duc de Bourgogne Jean sans Peur.

Ce meurtre va déboucher rapidement sur une guerre civile, la querelle des Armagnacs et des Bourguignons...

Les milices de Liège massacrées

Le 23 septembre 1408, les bourgeois de la principauté ecclésiastique de Liège, en conflit avec leur évêque Jean de Bavière, se heurtent à Othée à une coalition qui rassemble les armées du comte de Hainaut, le frère de l'évêque, et du duc de Bourgogne Jean sans Peur, son beau-frère. Les milices communales sont écrasées par les armées féodales. Elles laissent 8.000 morts sur le terrain.

Les Teutoniques défaits à Tannenberg

Le 15 juillet 1410, à Tannenberg, une localité de Prusse orientale (aujourd'hui Grunwald, en Pologne), les chevaliers Teutoniques sont écrasés par une coalition de Polonais et de Lituaniens. Le grand maître de cet ordre de moines-soldats allemands de brutale réputation, Ulrich von Jungingen, meurt les armes à la main. Les Polonais désignent cette bataille mémorable sous le nom de victoire de Grunwald...

Révolte des Cabochiens

Le 27 avril 1413, les cabochiens ou écorcheurs, une faction commandée par l'écorcheur Simon Caboche et alliée à Jean sans Peur, attaquent la Bastille et tuent le prévôt de Paris. Les universitaires en profitent pour préparer une réforme administrative, les ordonnances cabochiennes...

Concile de Constance

Le 1er novembre 1414, un concile s'ouvre à Constance, sur les bords du lac du même nom, à l'initiative de l'empereur d'Allemagne. Il va mettre fin au Grand Schisme d'Occident qui dure déjà depuis un demi-siècle et voit papes et antipapes s'entredéchirer au grand dam des croyants.

Le réformateur Jan Hus est brûlé vif

Le 7 juillet 1415, le prédicateur tchèque Jan Hus (44 ans) est brûlé vif à Constance, en Allemagne.

Mais ses idées et ses convictions évangéliques vont lui survivre et même connaître un regain de popularité après sa mort parmi les Tchèques...

Le Portugal s'empare de Ceuta

Le 21 août 1415, le roi du Portugal Jean 1er s'empare de la ville de Ceuta, sur la côte méditerranéenne du Maroc. C'est le début de l'expansion outre-mer des Occidentaux.

La « fleur de la chevalerie » défaite à Azincourt

Le 25 octobre 1415, la « fleur de la chevalerie française » est anéantie à Azincourt, au nord de la Somme, par les archers et les piétons du roi d'Angleterre Henri V.

Beaucoup de nobles du camp des Armagnacs sont tués au combat ou égorgés...

La papauté refait son unité à Constance

Le 11 novembre 1417, à Constance, un concile met fin au Grand Schisme d'Occident...

Rouen se livre aux Anglais

Vainqueur à Azincourt, Henri V de Lancastre assiège Rouen. Pourvus d'une centaine de canons et conduits par un chef énergique, Alain Blanchard, les Rouennais supportent le siège pendant sept mois. Ils poussent hors de la ville 12.000 bouches inutiles, femmes, vieillards et enfants, mais le roi Henri V, impitoyable, les laisse mourir de faim dans les fossés. Le 19 janvier 1419, après avoir en vain attendu des secours, réduits à la famine, ils se résignent à livrer leur ville.

L'assassinat de Jean sans Peur

Le 10 septembre 1419, pendant la guerre de Cent Ans, le duc de Bourgogne Jean sans Peur est assassiné par les hommes du futur roi de France sur le pont qui traverse l'Yonne à Montereau...

La France humiliée par le traité de Troyes

Le 21 mai 1420, un traité est signé à Troyes. Il consacre le triomphe de la dynastie anglaise des Lancastre...

Avènement contesté de Charles VII

Le 21 octobre 1422, la mort de Charles VI le Fou amène son fils, le Dauphin Charles, à se proclamer roi de France sous le nom de Charles VII. Mais il n'a d'autorité que sur un petit territoire autour de Bourges. Le nord du royaume et la capitale Paris, sous la coupe des Anglais et de leurs alliés bourguignons, font officiellement allégeance au roi franco-anglais, un enfant de dix mois, Henri VI de Lancastre, sous la régence du duc de Bedford.

Le « petit roi de Bourges » est prêt à renoncer quand survient Jeanne d'Arc. La jeune paysanne lui redonne courage et réaffirme sa légitimité. Il chasse les Anglais du royaume et reconstruit le pays et l'État.

Outre Jeanne, ses plus fidèles appuis sont les frères Bureau, le chancelier Jouvenel des Ursins, le banquier Jacques Coeur et sa maîtresse Agnès Sorel. Ils vaudront au roi le surnom de Charlesle Bien Servi, outre celui de Charles leVictorieux.

Jeanne d'Arc rencontre le roi à Chinon

Le 25 février 1429, Jeanne d'Arc rencontre le roi Charles VII à Chinon. Venue tout droit de Vaucouleurs, aux marches de Lorraine, la jeune paysanne illettrée était attendue avec une certaine impatience et beaucoup d'appréhension.

Le souverain, désespérant de conserver sa couronne face à l'offensive des Anglais, n'attendait plus guère qu'un miracle. Aussi avait-il accueilli avec faveur la proposition de Robert de Beaudricourt, son fidèle prévôt de Vaucouleurs, de lui envoyer une jeune fille guidée par des voix célestes et ardemment désireuse de sauver le pays et la monarchie...

Jeanne d'Arc délivre Orléans

Le 8 mai 1429, les Anglais lèvent le siège d'Orléans après que Jeanne d'Arc fut montée à l'attaque de leurs lignes.

C'est le premier succès de celle qui sera plus tard surnommée la Pucelle d'Orléans (pucelle au sens ancien de jeune fille)...

Jeanne d'Arc victorieuse à Patay

Six semaines après avoir délivré Orléans, les troupes du roi Charles VII, accompagnées par Jeanne d'Arc, chassent les Anglais de Beaugency et de Meung, sur la Loire.

Le 18 juin 1429, elles se heurtent à une armée anglaise venue de Paris. Le choc a lieu à Patay, au nord-ouest d'Orléans. Les Français remportent une victoire totale sous le commandement du duc Jean d'Alençon, ainsi que de l'ancien connétable Arthur de Richemont, lequel, en dépit de la disgrâce royale, s'était mis au service de la Pucelle.

Les Anglais sont écrasés à plate couture. Ils comptent 2 à 3000 morts et 400 prisonniers, parmi lesquels les généraux Talbot et Scales. Les Français n'ont à déplorer qu'une poignée de morts. C'est leur premier succès dans une bataille rangée, depuis leur défaite écrasante d'Azincourt (1415)...

Charles VII est sacré à Reims

Le 17 juillet 1429, Charles VII est sacré roi de France à Reims. Grâce à Jeanne d'Arc, le « petit roi de Bourges » renoue avec la tradition capétienne du sacre...

Jeanne d'Arc lève le siège de Paris

Le 2 septembre 1429, Jeanne d'Arc renonce à enlever Paris aux Anglais. Elle lève le siège de la ville.

Jeanne d'Arc prisonnière

Le 23 mai 1430, Jeanne d'Arc est capturée par les Bourguignons en tentant de secourir avec sa troupe les habitants de Compiègne, au nord de Paris.

Les Anglais vont alors se la faire livrer, en vue de la faire condamner par un tribunal ecclésiastique. Ils espèrent de la sorte mettre au jour sa nature de sorcière et dévaluer le sacre de leur ennemi Charles VII...

Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen

Le 30 mai 1431, Jeanne d'Arc est brûlée vive comme relapse sur la place du Vieux-Marché, à Rouen, après avoir été jugée par un tribunal d'Église présidé par l'évêque de Beauvais Pierre Cauchon et par le frère dominicain Jean Le Maître, vicaire de l'inquisiteur en France...

Le retable de L'Agneau mystique

Le 6 mai 1432, le célèbre retable de L'Agneau mystique, chef d'oeuvre de Jan Van Eyck et préfiguration de la Renaissance, est inauguré à la collégiale des Deux-Saints-Jean, à Gand, en Flandre.

Le traité d'Arras

Le 21 septembre 1435, à Arras, un traité entre le roi Charles VII et le duc de Bourgogne Philippe le Bon enterre la querelle dite des Armagnacs et des Bourguignons...

« Pragmatique Sanction » de Bourges

Le 7 juillet 1438, le roi Charles VII publie à Bourges la « Pragmatique Sanction ».

Au Moyen Âge, les papes s'attribuaient le droit de régenter les monarchies chrétiennes mais le Grand Schisme d'Occident (1378-1417) avait beaucoup réduit leurs prétentions.

Charles VII décide de choisir lui-même les évêques français et de contrôler leurs activités. Son texte réserve à l'Église gallicane (c'est-à-dire française) tout ce qui relève de l'administration en laissant au pape ce qui relève de la foi. Cette manière de voir est ce que l'on appelle le « gallicanisme ».

La « Pragmatique Sanction » prévoit accessoirement de supprimer les annates, autrement dit l'année de recette que tout nouveau titulaire d'un siège ecclésiastique (abbé, évêque) devait verser au Saint-Siège. Elle souffrira d'une mauvaise application jusqu'au Concordat de 1516 mais n'en constitue pas moins un pas important dans l'émancipation de la monarchie à l'égard du Saint-Siège.

Le duc Amédée VIII devient pape

Le 30 octobre 1439, une poignée de pères conciliaires réunis à Constance proclament la déchéance du pape Eugène IV. Ils élisent à sa place le duc Amédée VIII de Savoie, 56 ans.

Le nouveau pape est intronisé l'année suivante sous le nom de Félix V. Mais son élection par une fraction seulement des cardinaux et son effacement ultérieur devant un rival font que l'Église catholique le considère comme le dernier des «antipapes» (ou papes concurrents du pape officiel)...

Naissance de l'impôt permanent

L'impôt permanent apparaît en France le 2 novembre 1439...

Mort de Gilles de Rais

Gilles de Rais (ou de Retz) est pendu et brûlé le 26 octobre 1440.

Exécution de « Barbe-bleue »

La vie tumultueuse de Gilles de Rais a donné naissance à la légende de Barbe-bleue. Charles Perrault, un écrivain du temps de Louis XIV, raconte dans son célèbre recueil des Contes de ma mère l'Oye l'histoire de ce féroce seigneur qui tuait ses épouses successives...

Gilles de Rais, le véritable Barbe-bleue, préférait quant à lui les enfants !

Ce riche et puissant seigneur né vers 1404 accompagne Jeanne d'Arc dans la guerre contre les Anglais. Au sacre de Charles VII à Reims, il figure à la gauche du roi, Jeanne étant à sa droite. Le soir du sacre, il est nommé maréchal de France.

Disgrâcié après l'échec du siège de Paris et affecté par la mort de sa femme, Gilles de Rais se retire sur ses terres de Machecoul et Tiffauges, dans la région de Nantes, où il dilapide la fortune héritée de sa femme.

Assouvissant ses pulsions sado-pédérastiques, il commet alors des meurtres horribles sur environ 140 garçonnets de sa région. Confondu suite à la plainte de certains débiteurs, il confesse ses crimes. Il est jugé et exécuté avec deux complices, après avoir manifesté un spectaculaire repentir.

Jan Hunyadi repousse les Turcs

Le 23 décembre 1442, le chef hongrois Jan Hunyadi remporte une grande victoire sur les Turcs à Jalorats, aux Portes de Fer, sur le Danube. Il chasse ensuite les envahisseurs de Belgrade. Après sa mort en 1456, pour cause de peste, l'un de ses fils sera élu roi de Hongrie sous le nom de Matthias 1er Corvin. Vrai prince de la Renaissance, il hissera à son apogée la culture hongroise.

Skanderbeg libère l'Albanie

Le 28 novembre 1443, le prince chrétien Skanderbeg proclame la principauté libre d'Albanie à Kroya (le pays est surnommé le « pays des Aigles »).

Défaite des croisés hongrois à Varna

Le 10 novembre 1444, une coalition de croisés hongrois et polonais est mise en déroute par les janissaires du sultan Mourad II, près de Varna, sur les bords de la mer Noire.

Le roi de Pologne Ladislas III Jagellon (20 ans) est tué dans la bataille. Son allié, le roi de Hongrie Jean Hunyade, est défait une nouvelle fois par le sultan à Kossovo Polié en 1448. Plus rien ne s'oppose désormais à la conquête de Constantinople par les Ottomans.

Charles VII crée les Compagnies d'ordonnance

Par une ordonnance en date du 26 mai 1445, à Louppy-le-Châtel (près de Bar-le-Duc), le roi Charles VII crée les Compagnies d'ordonnance.

Cette nouvelle formation militaire constitue la première armée permanente à la disposition du roi de France...

Jean Hunyade affronte les Turcs à Kossovo

Du 17 au 19 octobre 1448, Jean Hunyade affronte le sultan ottoman Mourad II à Kossovo Polié. Un demi-siècle plus tôt, une première bataille avait vu à cet endroit la défaite des Serbes.

Hunyade, prince hongrois originaire de Transylvanie, a plusieurs fois déjà vaincu les Turcs avant d'être vaincu par eux à Varna. Il est cette fois écrasé par des forces quatre fois plus nombreuses que les siennes. Parmi les seigneurs de Transylvanie qui combattent les Turcs à cette époque figure aussi un certain Vlad Tepes resté célèbre sous le nom de Dracula.

Bataille de Formigny

Le 15 avril 1450, le roi Charles VII, assisté du comte de Clermont, du connétable de Richemont et de l'amiral de Coëtivy, repousse à Formigny, près de Bayeux, une armée anglaise qui venait de débarquer à Cherbourg, sous le commandement de Thomas Kyriel, pour tenter de secourir les dernières places anglaises de Normandie.

Avec cette victoire, qui vaut au roi de France le surnom de Victorieux, la guerre de Cent Ans touche à sa fin...

Arrestation de Jacques Coeur

Le 31 juillet 1451, le financier Jacques Coeur est arrêté sur ordre du roi de France Charles VII. Il est accusé d'avoir empoisonné la maîtresse du roi, Agnès Sorel, et plus sérieusement, d'avoir usé de sa position au gouvernement pour s'enrichir indûment.

Prise de Constantinople par les Turcs

Le 29 mai 1453 figure traditionnellement parmi les dates clé de l'Histoire occidentale. Ce jour-là, la ville de Constantinople tombe aux mains du sultan ottoman Mehmet II.

La cité, vestige de l'empire romain d'Orient et de l'empire byzantin, était l'ultime dépositaire de l'Antiquité classique. Elle faisait aussi office de rempart de la chrétienté face à la poussée de l'islam. Sa chute, bien qu'attendue et prévisible, provoque l'émoi dans toute la chrétienté. Elle consacre l'avènement d'une nouvelle ère historique...

La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon

Le 17 juillet 1453, l'armée du roi de France se heurte à un corps expéditionnaire anglais sur les bords de la Dordogne, près du village de Castillon.

Les Français commandés par Dunois et les frères Bureau l'emportent sur les troupes du général Talbot, comte de Shrewsbury, en particulier grâce à leurs bombardes. C'est la première fois qu'est employée l'artillerie sur un champ de bataille. La victoire française survient 23 ans jour pour jour après le sacre du roi Charles VII sous la bannière de Jeanne d'Arc...

Le « voeu du faisan »

Le 16 février 1454, le duc de Bourgogne Philippe le Bon et son fils, le futur Charles le Téméraire, organisent à Lille une somptueuse fête à laquelle sont associés les chevaliers de l'Ordre de la Toison d'Or, autrement dit les grands dignitaires du duché.

Au cours de cette fête aux relents païens, les participants font le voeu sur un faisan (sic) de se croiser et de délivrer Byzance, conquise par les Turcs le 29 mai 1453. Le « voeu du faisan » ne sera jamais réalisé et restera comme un témoignage de légèreté et de ridicule.

Réhabilitation de Jeanne d'Arc

En reconnaissance de son action, Jeanne Darc a été anoblie, ainsi que sa famille, par Charles VII le 24 décembre 1429 (son nom, Darc, est dès lors devenu d'Arc).

Mais c'est seulement un quart de siècle après sa mort que son rôle sera pleinement reconnu. Le pape Calixte III, à l'initiative de la mère de Jeanne, constitue à Rouen un tribunal ecclésiastique destiné à réexaminer les conditions du premier procès.

Les juges voient défiler à la barre des centaines de témoins, compagnons d'enfance et compagnons d'armes de Jeanne. Tous sont unanimes à célébrer sa piété, sa vertu et la force de ses convictions... En foi de quoi, le 7 juillet 1456, les juges déclarent le procès de 1431 «entaché de vol, calomnie, iniquité».

Matthias 1er Corvin élu roi de Hongrie

Le 24 janvier 1458, l'un des fils de Jean Hunyade est élu roi de Hongrie par les magnats ou nobles hongrois. Prince de la Renaissance avant l'heure, il est connu sous le nom de Matthias 1er Corvin.

Avènement de Louis XI

Peu d'hommes ont autant espéré que Louis XI la mort de leur père ! Au terme d'un long règne chanceux, Charles VII le Bien Servi doit affronter son propre fils, né de Marie d'Anjou. Du jamais vu dans l'Histoire de France ! Le Dauphin, dans son impatience d'accéder au pouvoir, prend dès 1440 les armes contre son père. Cette rébellion est connue sous le nom de Praguerie. Exilé dans le Dauphiné, il va finalement se placer sous la protection du puissant duc de Bourgogne Philippe le Bon.

Le malheureux roi en vient à ne plus se nourrir par crainte d'empoisonnement ! Quand il meurt enfin, le 22 juillet 1461, son fils, dans son refuge bourguignon, ne cache pas sa joie ! Il est vrai qu'à 38 ans, il craint de n'avoir guère à profiter du pouvoir...

Quatre ans plus tard, Louis XI doit à son tour affronter une rébellion nobiliaire, la « Ligue du Bien public ». Puis vient le conflit avec le puissant et fantasque duc de Bourgogne Charles le Téméraire, qui a succédé à son père Philippe le Bon le 15 juin 1467. Autant d'occasions pour le roi de démontrer sa sagacité...

Fin de la « Ligue du Bien public »

Le 5 octobre 1465, les grands seigneurs du royaume concluent la paix avec le roi Louis XI à Conflans...

Un pèlerin peu ordinaire

Le 25 novembre 1465, le seigneur tchèque Léon de Rosmital quitte son pays pour un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, aux extrémités de l'Espagne. Ses véritables visées se rapportent à une mission diplomatique originale, rien moins que de fédérer les puissances européennes contre la Turquie...

La magistrature française devient inamovible

Par un édit daté du 21 octobre 1467 et publié par le roi Louis XI, les juges du Parlement de Paris deviennent inamovibles...

Gutenberg lègue l'imprimerie à l'humanité

Le 3 février 1468 meurt à Mayence un certain Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg.

On lui doit l'invention de l'imprimerie. Celle-ci a révolutionné la manière de fabriquer des livres et, en abaissant considérablement leur prix, mis la lecture à la portée de tous....

Entrevue orageuse à Péronne

Le 14 octobre 1468, le roi Louis XI échappe de peu à un mauvais coup lors de son entrevue avec son rival, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, à Péronne. Le duc consent à le libérer sur une intervention de son chambellan, Philippe de Commynes, lequel entrera ensuite au service du roi (il restera dans la postérité comme l'auteur de la formule : « La fin justifie les moyens »). En sens inverse, le cardinal Balue, aumônier du roi, est emprisonné pour avoir trahi ce dernier au profit du duc...

Charles le Téméraire battu à Grandson

Le 2 mars 1476, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire reçoit une magistrale raclée des Suisses près de Grandson. Les vainqueurs remportent un honorable butin.

Mort de Charles le Téméraire

Le 5 janvier 1477, le duc Charles le Téméraire, « Grand Duc d'Occident », trouve une mort tragique et solitaire dans la neige en faisant le siège de Nancy.

Sa fille unique et héritière, Marie de Bourgogne, est aussitôt l'objet de toutes les attentions des grands souverains...

La conjuration des Pazzi

Le 26 avril 1478, des patriciens de la République de Florence se révoltent contre l'autorité des Médicis. Julien et Laurent de Médicis, petit-fils de Cosme (en italien, Cosimo de Medici), et fils de Pierre le Goutteux (Piero il Gottoso) sont violemment pris à partie dans la cathédrale (le Duomo) aux cris de « Popolo e libertà » (Peuple et liberté)...

Charles VIII roi, Anne de Beaujeu régente

Le roi Louis XI meurt le 30 août 1483 dans son manoir de Plessis-lez-Tours, à l'âge de 60 ans. Il avait peu avant désigné sa fille Anne de Beaujeu (22 ans) pour assurer la régence pendant la minorité de son fils et successeur, Charles VIII l'Affable (13 ans à son avènement). Il disait d'elle : « C'est la moins folle femme du monde, car, de sage, il n'y en a point ».

Anne, dite « Madame la Grande », et son mari Pierre de Beaujeu vont assurer la régence avec brio jusqu'en 1491, non sans avoir fait pendre au gibet de Montfaucon le conseiller de l'ancien roi, Olivier Le Daim. Ils font face surtout à la « Guerre folle » et, par le traité du Verger, préparent l'annexion de la Bretagne au royaume.

Malheureusement, le nouveau roi Charles VIII ne va pas montrer les mêmes dispositions. Amateur de romans de chevalerie et peu intelligent, il se lance dès sa majorité dans une calamiteuse expédition en Italie, à l'instigation de son conseiller Guillaume Briçonnet, qui deviendra cardinal et sera un moment excommunié par le pape !...

Le pape enquête sur les sorcières

Par une bulle du 5 décembre 1484, le pape Innocent VIII fait enquêter sur les sorciers, les sorcières et la sorcellerie, en vue de définir les signes auxquels on peut reconnaître le pacte d'un individu avec le démon !

Comme l'atteste cet acte, c'est curieusement à la fin du Moyen Âge, tandis que la foi médiévale recule au profit de la philosophie gréco-romaine, que les prétendues sorcières sont désignées à la vindicte publique !

Au Moyen Âge, on ne brûle pas les sorcières mais on les expose et on les traite en pauvres folles. Tout change à partir du moment où disparaît l'Inquisition, en France et dans les pays germaniques : les tribunaux civils héritent des procès en sorcellerie et les juges, à la différence des inquisiteurs, croient volontiers au pouvoir maléfique des sorcières. Ils les font en conséquence brûler à l'égal des hérétiques.

Les chasses aux sorcières sont un phénomène caractéristique de la Renaissance (fin du XVe siècle, XVIe et XVIIe siècles). Elles débutent vers 1430 et la plupart ont lieu entre 1560 et 1630. Elles se soldent par l'envoi au bûcher d'environ 30.000 à 60.000 malheureuses, pour environ le double de procès.

Ces persécutions sévissent avec le plus d'intensité dans les régions germaniques et surtout en Suisse. Dans le seul pays de Vaud, on compte un total de 1700 bûchers (jusqu'à 25 en une seule année !). La dernière sorcière, Anna Göldi, a été décapitée en 1782 dans le canton suisse de Gladis. Elle a été réhabilitée le 28 août 2008.

Bataille de Bosworth

Le 22 août 1485, le roi d'Angleterre Richard III trouve la mort à la bataille de Bosworth. Son vainqueur devient roi d'Angleterre sous le nom d'Henry VII Tudor, mettant fin à la « guerre des Deux-Roses » qui avait endeuillé le pays et saigné la noblesse pendant 30 ans.

La guerre avait été causée par la folie du roi Henri VI de Lancastre et la rébellion du duc Richard d'York contre la reine Marguerite d'Anjou. Richard mort, son fils avait pris le relais. Avec l'aide du comte de Warwick, le « Faiseur de Rois », il avait ceint la couronne sous le nom d'Édouard IV. Au terme de plusieurs rebondissements, il l'avait enfin emporté mais quelques mois après sa disparition, ses deux fils, les « enfants d'Édouard », avaient été assassinés par Richard d'York et l'usurpateur s'était fait couronné à son tour sous le nom de Richard III. Il n'allait pas longtemps profité de son crime...

Bartolomeu Dias contourne l'Afrique

Le 3 février 1488, le navigateur portugais Bartolomeu Dias (on écrit aussi en français Bartolomeo Diaz) fait escale en Afrique australe avant de rentrer à Lisbonne et ramener la preuve qu'il est possible de contourner le continent africain par le sud pour gagner l'océan Indien et l'Asie des épices...

Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier

Le 28 juillet 1488, le duc François II de Bretagne et les féodaux français en guerre contre la régente Anne de Beaujeu sont battus à Saint Aubin-du-Cormier par les troupes royales commandées par La Trémoille. C'est la fin de la « Guerre folle ».

Traité du Verger

Le 19 août 1488, le duc François II de Bretagne signe le traité du Verger avec le roi de France Charles VIII et sa soeur Anne de Beaujeu. Par ce traité, il met fin à la « Guerre folle » et fait le sacrifice de son indépendance...

Charles VIII épouse Anne de Bretagne

À l'aube du 6 décembre 1491, dans le château de Langeais, près de Tours, Charles VIII l'Affable épouse la duchesse Anne de Bretagne. Elle a 14 ans et le roi de France 21. C'est le début de la fin pour la Bretagne indépendante...

Chute de Grenade et fin de la Reconquista

Le 2 janvier 1492, la reddition de Boabdil, dernier rejeton de la dynastie nasride, met fin au royaume musulman de Grenade. Les juifs qui refusent de se convertir sont expulsés.

Les musulmans sont eux-mêmes convertis de force à l'initiative de Francisco Ximenez, ou Jimenez de Cisneros, confesseur de la reine Isabelle la Catholique et archevêque de Tolède...

Expulsion des juifs d'Espagne

Le samedi 31 mars 1492, la reine Isabelle de Castille et son mari Ferdinand d'Aragon signent un édit par lequel ils laissent aux juifs d'Espagne jusqu'au 31 juillet pour se convertir ou quitter le pays.

Plus d'une centaine de milliers de juifs et de marranes (faux convertis) choisissent l'exil. Ils s'établissent dans les États musulmans d'Afrique du Nord, à Salonique, cité grecque sous souveraineté ottomane, ou encore au Portugal voisin ou dans les États du pape, où leur sécurité est assurée ! Ils restent connus sous le nom de «sépharades», mot qui désigne l'Espagne dans leur langue dérivée de l'hébreu, le ladino.

Quelques marranes du Portugal s'installeront plus tard dans le Bordelais (parmi eux les ancêtres de l'écrivain Michel de Montaigne), d'autres en Hollande (parmi eux les ancêtres du philosophe Spinoza). Le décret d'Isabelle et Ferdinand sera aboli le 5 juin 1869 par un article de la Constitution espagnole.

Les Capitulations de Santa Fé

Le 17 avril 1492, les Rois Catholiques d'Espagne se laissent convaincre par les arguments de Christophe Colomb et acceptent de financer son projet de traverser l'océan Atlantique...

Martin Behaim réalise le premier globe terrestre

À Nuremberg, le 20 juin 1492, Martin Behaim achève le premier globe terrestre.

Pressentie deux mille ans plus tôt par Parménide, mesurée par Ératosthène et attestée par l'ouvrage Géographie de Ptolémée (IIe siècle après JC), la rotondité de la Terre n'est au Moyen Âge mise en doute par personne. Il faudra néanmoins attendre un demi-siècle de plus pour comprendre avec Copernic que la Terre tourne autour du Soleil et n'est qu'une planète parmi d'autres...

Christophe Colomb largue les amarres

Le 3 août 1492, Christophe Colomb quitte Palos de Moguer, le port de Séville, dans l'espoir de rejoindre la Chine et l'Asie des   épices...

Première grammaire castillane

Le 18 août 1492 (année admirable !), l'humaniste Antonio de Nebrija publie une Grammaire castillane. Cette première grammaire de langue vernaculaire éditée en Europe signe l'acte de décès du latin comme langue des élites et des dirigeants.

Christophe Colomb atteint le Nouveau Monde

1492 ! Christophe Colomb aborde le Nouveau Monde. Le 12 octobre, après deux longs mois de navigation, le navigateur gênois pose le pied sur une plage des Bahamas... en croyant atteindre le Japon !

La Fête de l'Hispanité

Tous les ans, le 12 octobre, les habitants de l'Espagne et les communautés de langue espagnole, en Amérique du Nord et du Sud, commémorent cet événement. C'est le jour de l'« Hispanidad » (ou Hispanité), aussi appelé « Día de la raza » (Jour de la race). Aux États-Unis, la découverte du Nouveau Monde est commémorée chaque année par un jour chômé, le « Columbus Day » (deuxième lundi d'octobre).

Henri II Plantagenêt

Naissance le 5 mars 1133 à Le Mans
Décès le 6 juillet 1189 à Chinon

Richard 1er Coeur de Lion

Naissance le 8 septembre 1157 à Woodstock (Angleterre)
Décès le 6 avril 1199 à Châlus

Philippe Auguste

Naissance le 21 août 1165 à Gonesse
Décès le 14 juillet 1223 à Mantes

Jean sans Terre

Naissance le 24 décembre 1167 à Oxford (Angleterre)
Décès le 19 octobre 1216 à Newark (Nottinghamshire) (Angleterre)

Louis VIII le Lion

Naissance le 5 septembre 1187 à Paris
Décès le 8 novembre 1226 à Montpensier

Saint Louis (Louis IX)

Naissance le 25 avril 1214 à Poissy
Décès le 25 août 1270 à Tunis (Tunisie)

Kubilaï Khan (ou Koubilay)

Naissance le 23 septembre 1215(Mongolie)
Décès le 18 février 1294 à Cambaluc (Chine)

Philippe III le Hardi

Naissance le 30 avril 1245 à Poissy
Décès le 5 octobre 1285 à Perpignan

Édouard II Plantagenêt

Naissance le 25 avril 1284 à Carnavon (Angleterre)
Décès le 21 septembre 1327 à Berkeley (Angleterre)

Louis X le Hutin

Naissance le 4 octobre 1289 à Paris
Décès le 5 juin 1316 à Vincennes

Pétrarque

Naissance le 20 juillet 1304 à Arezzo (Italie)
Décès le 19 juillet 1374 à Padoue (Italie)

Édouard III Plantagenêt

Naissance le 13 novembre 1312 à Windsor (Angleterre)
Décès le 21 juin 1377 à Richmond (Angleterre)

Jean II le Bon

Naissance le 26 avril 1319 à château du Gué de Maulny
Décès le 8 avril 1364 à Londres (Angleterre)

Édouard de Woodstock

Naissance le 15 juin 1330 à Woodstock (Angleterre)
Décès le 8 juin 1376 à Westminster (Angleterre)

Tamerlan (ou Timour Leng)

Naissance le 8 avril 1336 à Kech (Ouzbékistan)
Décès le 18 février 1405 à Otrar (Ouzbékistan)

Charles V le Sage

Naissance le 21 janvier 1338 à Vincennes
Décès le 16 septembre 1380 à Beauté-sur-Marne

Jean de Berry

Naissance le 30 novembre 1340 à Vincennes
Décès le 15 juin 1416 à Paris

Catherine de Sienne

Naissance le 25 mars 1347 à Sienne (Italie)
Décès le 28 avril 1380 à Rome (Italie)

Charles VI le Fou

Naissance le 3 décembre 1368 à Paris
Décès le 21 octobre 1422 à Paris

Arthur de Richemont

Naissance le 24 août 1393 à Suscinio (Bretagne)
Décès le 28 décembre 1458 à Nantes (Bretagne)

Henri le Navigateur

Naissance le 4 mars 1394 à Porto (Portugal)
Décès le 13 novembre 1460 à Vila do Infante, Sagres (Portugal)

Sejong

Naissance le 7 mai 1397(Corée)
Décès le 18 mai 1450(Corée)

Charles VII le Bien Servi

Naissance le 21 février 1403 à hôtel Saint-Paul, Paris
Décès le 22 juillet 1461 à Mehun-sur-Yèvre (Berry, France)

René d'Anjou

Naissance le 16 janvier 1409 à Angers
Décès le 10 juillet 1480 à Aix-en-Provence

Jeanne d'Arc, Jeanne Darc

Naissance le 6 janvier 1412 à Domrémy (Lorraine, France)
Décès le 30 mai 1431 à Rouen

Louis XI

Naissance le 3 juillet 1423 à Bourges
Décès le 30 août 1483 à Plessis-lez-Tours

Richard Warwick

Naissance le 22 novembre 1428 à Middleham Castle (Angleterre)
Décès le 14 avril 1471 à Barnet (Angleterre)

Alexandre VI Borgia

Naissance le 1er janvier 1431 à Jativa (Espagne)
Décès le 18 août 1503 à Rome (Italie)

Jules II

Naissance le 5 décembre 1443 à Albissola (Italie)
Décès le 21 février 1513 à Rome (Italie)

Laurent le Magnifique

Naissance le 1er janvier 1449 à Florence (Italie)
Décès le 8 avril 1492 à Careggi (Italie)

Léonard de Vinci

Naissance le 15 avril 1452 à Vinci (Italie)
Décès le 2 mai 1519 à Amboise

Jérôme Savonarole

Naissance le 24 septembre 1452 à Ferrare (Italie)
Décès le 23 mai 1498 à Florence (Italie)

Richard III

Naissance le 2 octobre 1452 à Fotheringhay Castle (Angleterre)
Décès le 22 août 1485 à Bosworth (Angleterre)

Maximilien de Habsbourg

Naissance le 22 mars 1459 à Wiener-Neustadt (Autriche)
Décès le 12 janvier 1519 à Wels (Autriche)

Louis de La Trémoille

Naissance le 20 septembre 1460 à Bommiers (Berry)
Décès le 24 février 1525 à Pavie (Italie)

Louis XII

Naissance le 27 juin 1462 à Blois
Décès le 1er janvier 1515 à Paris

Pic de la Mirandole

Naissance le 24 février 1463 à Ferrare (Italie)
Décès le 17 novembre 1494 à Florence (Italie)

Guillaume Budé

Naissance le 26 janvier 1467 à Paris
Décès le 22 août 1540 à Paris

Nicolas Machiavel

Naissance le 3 mai 1469 à Florence (Italie)
Décès le 21 juin 1527 à Florence (Italie)

Charles VIII

Naissance le 30 juin 1470 à Amboise
Décès le 7 avril 1498 à Amboise

Nicolas Copernic

Naissance le 19 février 1473 à Thorn (Pologne)
Décès le 24 mai 1543 à Frombork (Pologne)

Michel-Ange Buonarotti

Naissance le 6 mars 1475 à Caprese (Toscane, Italie)
Décès le 18 février 1564 à Rome (Italie)

Anne de Bretagne

Naissance le 25 janvier 1477 à Nantes
Décès le 9 janvier 1514 à Blois

Thomas More

Naissance le 7 février 1478 à Londres (Angleterre)
Décès le 6 juillet 1535 à Londres (Angleterre)

Marguerite d'Autriche

Naissance le 10 janvier 1480 à Bruxelles (Belgique)
Décès le 1er décembre 1530 à Malines (Belgique)

Babur chah

Naissance le 14 février 1483(Ferghana)
Décès le 26 décembre 1530 à Agra (Inde du Nord)

Martin Luther

Naissance le 10 novembre 1483 à Eisleben (Thuringe, Allemagne)
Décès le 18 février 1546 à Eisleben (Thuringe, Allemagne)

Henri VIII Tudor

Naissance le 28 juin 1491 à Greenwich (Angleterre)
Décès le 28 janvier 1547 à Westminster (Angleterre)

Ignace de Loyola

Naissance le 24 décembre 1491 à Azpeitia (Pays basque, Espagne)
Décès le 31 janvier 1556 à Rome (Italie)
987
997
1007
1017
1027
1037
1047
1057
1067
1077
1087
1097
1107
1117
1127
1137
1147
1157
1167
1177
1187
1197
1207
1217
1227
1237
1247
1257
1267
1277
1287
1297
1307
1317
1327
1337
1347
1357
1367
1377
1387
1397
1407
1417
1427
1437
1447
1457
1467
1477
1487
| 1 juil. 987 : Hugues Capet élu roi des Francs
| 3 juil. 987 : Sacre de Hugues Capet
| 30 mars 991 : Hugues Capet neutralise Charles de Lorraine
| 24 oct. 996 : Robert II le Pieux règne seul
| 2 avr. 999 : Gerbert d'Aurillac devient Sylvestre II
| 25 déc. 1001 : Étienne 1er couronné roi de Hongrie
| 23 jan. 1002 : Disparition de l'empereur Otton III
| 13 nov. 1002 : Le massacre de la Saint Brice
| 18 oct. 1016 : Knud le Danois vainqueur d'Edmond Côte-de-fer
| 20 juil. 1031 : Henri 1er règne seul
| 12 nov. 1035 : Mort du roi Knud le Grand
| 14 août 1040 : Macbeth s'empare du trône d'Écosse
| 28 déc. 1043 : Fondation de l'abbaye de La Chaise-Dieu
| 17 mai 1050 : Guido d'Arezzo nous lègue sa notation musicale
| 16 juil. 1054 : Le légat du pape excommunie le patriarche
| 15 déc. 1055 : Le Turc Toghrul-beg s'empare de Bagdad
| 4 août 1060 : Avènement de Philippe 1er
| 14 oct. 1066 : Guillaume le Bâtard conquiert l'Angleterre
| 19 août 1071 : Le basileus capturé à Malazgerd
| 22 avr. 1073 : Grégoire VII et la réforme grégorienne
| 28 jan. 1077 : L'empereur d'Allemagne à Canossa
| 25 mai 1085 : Alfonso VI de Castille enlève Tolède
| 4 sep. 1090 : Les Assassins s'emparent d'Alamout
| 27 nov. 1095 : Urbain II prêche la croisade
| 12 avr. 1096 : Croisade de Pierre l'Ermite
| 24 mai 1096 : L'art roman s'épanouit à Toulouse
| 21 mars 1098 : Robert de Molesmes fonde Cîteaux
| 15 juil. 1099 : Les croisés s'emparent de Jérusalem
| 12 août 1099 : Prise d'Ashkelon par les croisés
| 30 juil. 1104 : Philippe 1er au concile de Beaugency
| 29 juil. 1108 : Louis VI le Gros règne seul
| 3 août 1108 : Sacre de Louis VI le Gros
| 25 fév. 1117 : Mort de Robert d'Arbrissel
| 25 déc. 1120 : Naufrage de la Blanche Nef
| 23 sep. 1122 : Concordat à Worms entre le pape et l'empereur
| 13 oct. 1131 : Mort du fils aîné de Louis VI le Gros
| 1 déc. 1135 : Succession contestée d'Henri 1er Beauclerc
| 25 juil. 1137 : Premier mariage d'Aliénor d'Aquitaine
| 1 août 1137 : Louis VII le Jeune règne seul
| 25 juil. 1139 : Naissance du Portugal
| 11 juin 1144 : Naissance de l'art gothique à Saint-Denis
| 23 déc. 1144 : Nour el-Dîn enlève Édesse aux croisés
| 31 mars 1146 : Appel de Saint Bernard à une nouvelle croisade
| 25 oct. 1147 : Prise de Lisbonne par Alphonse 1er
| 4 mars 1152 : Frédéric de Hohenstaufen élu empereur
| 21 mars 1152 : Divorce d'Aliénor et Louis VII
| 18 mai 1152 : Mariage d'Aliénor et Henri
| 19 déc. 1154 : Henri Plantagenêt devient roi d'Angleterre
| 13 nov. 1160 : Louis VII le Jeune épouse Adèle de Champagne
| 10 jan. 1162 : Mort de Baudouin III, roi de Jérusalem
| 24 mars 1163 : Le pape bénit le chantier de Notre-Dame de Paris
| 18 mai 1163 : Concile de Tours
| 23 mars 1169 : Saladin devient vizir d'Égypte
| 29 déc. 1170 : Meurtre dans la cathédrale de Cantorbéry
| 25 nov. 1174 : Saladin unifie les pays arabes
| 18 sep. 1180 : Avènement de Philippe II Auguste
| 3 juil. 1187 : Saladin victorieux à Hattîn
| 20 sep. 1187 : Saladin met le siège devant Jérusalem
| 5 juil. 1189 : Henri II Plantagenêt meurt à Chinon en combattant ses fils
| 10 juin 1190 : Mort de Frédéric Barberousse
| 21 août 1192 : Fondation du shogunat
| 20 déc. 1192 : Richard Coeur de Lion prisonnier en Allemagne
| 8 jan. 1198 : Élection du pape Innocent III
| 6 avr. 1199 : Richard Coeur de Lion tué au siège de Châlus ; Jean sans Terre lui succède
| 14 jan. 1200 : Interdit sur le royaume de France
| 15 jan. 1200 : Fondation de l'Université de Paris
| 22 mai 1200 : Traité du Goulet
| 12 avr. 1204 : Des croisés mettent à sac Constantinople
| 15 jan. 1208 : Le légat du pape assassiné !
| 22 juil. 1209 : Le sac de Béziers
| 17 avr. 1211 : Excommunication du comte Raimon VI de Toulouse
| 6 mai 1211 : Édification de la cathédrale de Reims
| 16 juil. 1212 : Le roi d'Aragon triomphe à Las Navas de Tolosa
| 12 sep. 1213 : La bataille de Muret
| 13 oct. 1213 : Jean sans Terre se soumet au pape
| 19 juin 1214 : Jean sans Terre défait à La Roche-aux-Moines
| 27 juil. 1214 : Le dimanche de Bouvines
| 15 juin 1215 : La Grande Charte
| 11 nov. 1215 : Ouverture du concile Latran IV
| 25 juin 1218 : La mort de Simon de Montfort
| 22 nov. 1220 : Frédéric II de Hohenstaufen devient empereur
| 14 juil. 1223 : Avènement de Louis VIII le Lion
| 3 oct. 1226 : Apothéose de Saint François d'Assise
| 8 nov. 1226 : Avènement de Louis IX, futur Saint Louis
| 18 mars 1229 : Frédéric II de Hohenstaufen roi de Jérusalem
| 12 avr. 1229 : Paris et Toulouse se réconcilient par le traité de Meaux
| 20 avr. 1233 : Le pape établit l'Inquisition en France
| 5 juin 1240 : Victoire des Russes sur les Suédois
| 11 avr. 1241 : Les Mongols écrasent les Hongrois
| 5 avr. 1242 : Alexandre Nevski défait les Allemands
| 21 juil. 1242 : Saint Louis vainqueur à Taillebourg
| 23 juil. 1242 : Victoire de Saint Louis à Saintes
| 30 oct. 1242 : Paix de Lorris
| 1 mars 1244 : Chute de Montségur
| 16 mars 1244 : Le bûcher de Montségur
| 26 avr. 1248 : Consécration de la Sainte Chapelle
| 25 août 1248 : Saint Louis s'embarque pour la croisade
| 8 fév. 1250 : Saint Louis capturé à la Mansourah
| 10 fév. 1258 : Les Mongols détruisent Bagdad
| 11 mai 1258 : Traité de Corbeil
| 4 déc. 1259 : Saint Louis signe la paix avec l'Angleterre
| 6 mai 1260 : Kubilai est élu grand khan des Mongols
| 25 juil. 1261 : Michel VIII Paléologue restaure Byzance
| 14 mai 1264 : Simon de Montfort vainqueur à Lewes
| 25 août 1270 : Avènement de Philippe III le Hardi
| 1 oct. 1273 : Rodolphe de Habsbourg élu roi de Germanie
| 7 mai 1274 : Ouverture du 2e concile de Lyon
| 7 mars 1276 : Un êvêque à poigne à la tête d'Albi
| 30 juin 1278 : Pendaison de Pierre de La Brosse
| 26 août 1278 : Rodolphe de Habsbourg triomphe dans le Marchfeld
| 13 avr. 1279 : Les Mongols détruisent la flotte chinoise
| 13 août 1281 : Les Japonais repoussent une invasion mongole
| 30 mars 1282 : Les Vêpres siciliennes
| 25 avr. 1284 : Édouard II, prince de Galles
| 6 août 1284 : La Corse devient génoise
| 28 nov. 1284 : La cathédrale de Beauvais s'effondre
| 5 oct. 1285 : Avènement de Philippe IV le Bel
| 4 déc. 1290 : Mort d'Aliénor de Castille
| 19 fév. 1291 : Traité de Tarascon
| 28 mai 1291 : Les croisés chassés de Terre sainte
| 1 août 1291 : Le serment de Rütli
| 13 déc. 1294 : «Renonciation» du pape Célestin V
| 11 août 1297 : Canonisation du roi Louis IX
| 18 mai 1302 : Les « Matines de Bruges »
| 11 juil. 1302 : La « bataille des éperons d'or »
| 8 sep. 1303 : L'« attentat » d'Anagni
| 5 juin 1305 : Clément V, un pape français pour Avignon
| 13 oct. 1307 : Arrestation des Templiers
| 18 nov. 1307 : Guillaume Tell à l'épreuve
| 10 avr. 1312 : Lyon devient française
| 19 mars 1314 : Suplice du grand maître des Templiers Jacques de Molay
| 19 avr. 1314 : Les amants scandaleux
| 24 juin 1314 : Victoire écossaise à Bannockburn
| 29 nov. 1314 : Avènement de Louis X le Hutin
| 30 avr. 1315 : Pendaison d'Enguerrand de Marigny
| 15 nov. 1315 : Victoire des Trois Cantons à Morgarten
| 5 juin 1316 : Louis X le Hutin meurt sans héritier direct
| 9 jan. 1317 : Sacre de Philippe V le Long et loi salique
| 3 jan. 1322 : Avènement de Charles IV le Bel
| 3 mai 1324 : Naissance des Jeux Floraux
| 6 avr. 1327 : Pétrarque rencontre Laure, sa muse
| 21 sep. 1327 : Exécution d'Édouard II
| 1 fév. 1328 : Fin des Capétiens directs
| 8 avr. 1328 : Avènement de Philippe VI de Valois
| 23 août 1328 : Philippe VI de Valois écrase les milices de Bruges
| 13 nov. 1332 : Lucerne s'allie aux cantons paysans
| 24 mai 1337 : Philippe VI de Valois confisque la Guyenne
| 7 oct. 1337 : Début de la guerre de Cent Ans
| 24 juin 1340 : La flotte française détruite à l'Écluse
| 8 avr. 1341 : Pétrarque reçoit une couronne de laurier
| 2 mai 1345 : « Mauvais lundi » à Bruges
| 19 sep. 1345 : Le futur roi de Naples assassiné
| 29 mai 1346 : Une loi pour protéger les forêts
| 26 août 1346 : Les archers anglais triomphent à Crécy
| 21 mai 1347 : Rienzo instaure la République à Rome
| 3 août 1347 : Capitulation de Calais
| 1 nov. 1347 : La Peste à Marseille !
| 30 mars 1349 : L'héritier du roi de France devient le Dauphin
| 22 août 1350 : Avènement de Jean II le Bon
| 27 mars 1351 : Combat des Trente à Ploërmel
| 10 jan. 1356 : Charles IV promulgue la Bulle d'or
| 19 sep. 1356 : Jean le Bon est défait à Poitiers
| 22 fév. 1358 : La révolution manquée d'Étienne Marcel
| 21 mai 1358 : La Grande Jacquerie
| 31 juil. 1358 : Assassinat d'Étienne Marcel
| 2 août 1358 : Le Dauphin rentre à Paris
| 8 mai 1360 : Préliminaires de paix à Brétigny
| 5 déc. 1360 : Naissance du franc
| 21 nov. 1361 : Toulouse est réunie à la couronne
| 8 avr. 1364 : Avènement de Charles V le Sage
| 16 mai 1364 : Du Guesclin bat le Mauvais à Cocherel
| 12 avr. 1365 : Traité de Guérande
| 10 sep. 1368 : Un chef de bande fonde la dynastie des Ming
| 14 mars 1369 : Du Guesclin fait le ménage en Espagne
| 2 oct. 1369 : Du Guesclin reçoit l'épée de connétable
| 17 jan. 1377 : Le pape quitte (provisoirement) Avignon
| 20 sep. 1378 : Grand Schisme d'Occident
| 13 juil. 1380 : Mort de Du Guesclin
| 16 sep. 1380 : Avènement de Charles VI le Fou
| 4 nov. 1380 : Sacre de Charles VI
| 15 juin 1381 : Mort de Wat Tyler
| 1 mars 1382 : La révolte fiscale des Maillotins
| 27 nov. 1382 : Clisson écrase les Flamands à Rosebeke
| 14 août 1385 : Les Portugais triomphent à Aljubarrota
| 28 juin 1389 : Défaite des Serbes à Kossovo Polié
| 6 juin 1391 : L'Espagne découvre l'intolérance
| 5 août 1392 : Charles VI le Bien Aimé devient le Fou
| 16 juil. 1394 : Charles VI expulse les juifs
| 25 sep. 1396 : Les croisés défaits par les Turcs à Nicopolis
| 20 juil. 1397 : Union de Kalmar
| 17 déc. 1398 : Tamerlan triomphe à Panipat
| 29 sep. 1399 : Richard II Plantagenêt abdique au profit d'Henri IV de Lancastre
| 28 juil. 1402 : Tamerlan bat le sultan Bajazet à Angora
| 11 juil. 1405 : La « flotte des Trésors » largue les amarres
| 23 nov. 1407 : Assassinat dans la rue Vieille du Temple
| 23 sep. 1408 : Les milices de Liège massacrées
| 15 juil. 1410 : Les Teutoniques défaits à Tannenberg
| 27 avr. 1413 : Révolte des Cabochiens
| 1 nov. 1414 : Concile de Constance
| 7 juil. 1415 : Le réformateur Jan Hus est brûlé vif
| 21 août 1415 : Le Portugal s'empare de Ceuta
| 25 oct. 1415 : La « fleur de la chevalerie » défaite à Azincourt
| 11 nov. 1417 : La papauté refait son unité à Constance
| 19 jan. 1419 : Rouen se livre aux Anglais
| 10 sep. 1419 : L'assassinat de Jean sans Peur
| 21 mai 1420 : La France humiliée par le traité de Troyes
| 21 oct. 1422 : Avènement contesté de Charles VII
| 25 fév. 1429 : Jeanne d'Arc rencontre le roi à Chinon
| 8 mai 1429 : Jeanne d'Arc délivre Orléans
| 18 juin 1429 : Jeanne d'Arc victorieuse à Patay
| 17 juil. 1429 : Charles VII est sacré à Reims
| 2 sep. 1429 : Jeanne d'Arc lève le siège de Paris
| 23 mai 1430 : Jeanne d'Arc prisonnière
| 30 mai 1431 : Jeanne d'Arc est brûlée vive à Rouen
| 6 mai 1432 : Le retable de L'Agneau mystique
| 21 sep. 1435 : Le traité d'Arras
| 7 juil. 1438 : « Pragmatique Sanction » de Bourges
| 30 oct. 1439 : Le duc Amédée VIII devient pape
| 2 nov. 1439 : Naissance de l'impôt permanent
| 26 oct. 1440 : Mort de Gilles de Rais
| 23 déc. 1442 : Jan Hunyadi repousse les Turcs
| 28 nov. 1443 : Skanderbeg libère l'Albanie
| 10 nov. 1444 : Défaite des croisés hongrois à Varna
| 26 mai 1445 : Charles VII crée les Compagnies d'ordonnance
| 17 oct. 1448 : Jean Hunyade affronte les Turcs à Kossovo
| 15 avr. 1450 : Bataille de Formigny
| 31 juil. 1451 : Arrestation de Jacques Coeur
| 29 mai 1453 : Prise de Constantinople par les Turcs
| 17 juil. 1453 : La guerre de Cent Ans prend fin à Castillon
| 16 fév. 1454 : Le « voeu du faisan »
| 7 juil. 1456 : Réhabilitation de Jeanne d'Arc
| 24 jan. 1458 : Matthias 1er Corvin élu roi de Hongrie
| 22 juil. 1461 : Avènement de Louis XI
| 5 oct. 1465 : Fin de la « Ligue du Bien public »
| 25 nov. 1465 : Un pèlerin peu ordinaire
| 21 oct. 1467 : La magistrature française devient inamovible
| 3 fév. 1468 : Gutenberg lègue l'imprimerie à l'humanité
| 14 oct. 1468 : Entrevue orageuse à Péronne
| 2 mars 1476 : Charles le Téméraire battu à Grandson
| 5 jan. 1477 : Mort de Charles le Téméraire
| 26 avr. 1478 : La conjuration des Pazzi
| 30 août 1483 : Charles VIII roi, Anne de Beaujeu régente
| 5 déc. 1484 : Le pape enquête sur les sorcières
| 22 août 1485 : Bataille de Bosworth
| 3 fév. 1488 : Bartolomeu Dias contourne l'Afrique
| 28 juil. 1488 : Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier
| 19 août 1488 : Traité du Verger
| 6 déc. 1491 : Charles VIII épouse Anne de Bretagne
| 2 jan. 1492 : Chute de Grenade et fin de la Reconquista
| 31 mars 1492 : Expulsion des juifs d'Espagne
| 17 avr. 1492 : Les Capitulations de Santa Fé
| 20 juin 1492 : Martin Behaim réalise le premier globe terrestre
| 3 août 1492 : Christophe Colomb largue les amarres
| 18 août 1492 : Première grammaire castillane
| 12 oct. 1492 : Christophe Colomb atteint le Nouveau Monde
| 5 mars 1133 : naissance de Henri II Plantagenêt
| 8 sep. 1157 : naissance de Richard 1er Coeur de Lion
| 21 août 1165 : naissance de Philippe Auguste
| 24 déc. 1167 : naissance de Jean sans Terre
| 5 sep. 1187 : naissance de Louis VIII le Lion
| 25 avr. 1214 : naissance de Saint Louis (Louis IX)
| 23 sep. 1215 : naissance de Kubilaï Khan (ou Koubilay)
| 30 avr. 1245 : naissance de Philippe III le Hardi
| 25 avr. 1284 : naissance de Édouard II Plantagenêt
| 4 oct. 1289 : naissance de Louis X le Hutin
| 20 juil. 1304 : naissance de Pétrarque
| 13 nov. 1312 : naissance de Édouard III Plantagenêt
| 26 avr. 1319 : naissance de Jean II le Bon
| 15 juin 1330 : naissance de Édouard de Woodstock
| 8 avr. 1336 : naissance de Tamerlan (ou Timour Leng)
| 21 jan. 1338 : naissance de Charles V le Sage
| 30 nov. 1340 : naissance de Jean de Berry
| 25 mars 1347 : naissance de Catherine de Sienne
| 3 déc. 1368 : naissance de Charles VI le Fou
| 24 août 1393 : naissance de Arthur de Richemont
| 4 mars 1394 : naissance de Henri le Navigateur
| 7 mai 1397 : naissance de Sejong
| 21 fév. 1403 : naissance de Charles VII le Bien Servi
| 16 jan. 1409 : naissance de René d'Anjou
| 6 jan. 1412 : naissance de Jeanne d'Arc, Jeanne Darc
| 3 juil. 1423 : naissance de Louis XI
| 22 nov. 1428 : naissance de Richard Warwick
| 1 jan. 1431 : naissance de Alexandre VI Borgia
| 5 déc. 1443 : naissance de Jules II
| 1 jan. 1449 : naissance de Laurent le Magnifique
| 15 avr. 1452 : naissance de Léonard de Vinci
| 24 sep. 1452 : naissance de Jérôme Savonarole
| 2 oct. 1452 : naissance de Richard III
| 22 mars 1459 : naissance de Maximilien de Habsbourg
| 20 sep. 1460 : naissance de Louis de La Trémoille
| 27 juin 1462 : naissance de Louis XII
| 24 fév. 1463 : naissance de Pic de la Mirandole
| 26 jan. 1467 : naissance de Guillaume Budé
| 3 mai 1469 : naissance de Nicolas Machiavel
| 30 juin 1470 : naissance de Charles VIII
| 19 fév. 1473 : naissance de Nicolas Copernic
| 6 mars 1475 : naissance de Michel-Ange Buonarotti
| 25 jan. 1477 : naissance de Anne de Bretagne
| 7 fév. 1478 : naissance de Thomas More
| 10 jan. 1480 : naissance de Marguerite d'Autriche
| 14 fév. 1483 : naissance de Babur chah
| 10 nov. 1483 : naissance de Martin Luther
| 28 juin 1491 : naissance de Henri VIII Tudor
| 24 déc. 1491 : naissance de Ignace de Loyola