Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
Ce jour-là...

Choisissez votre date

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

ça s'est passé un...

4 juillet

Événements
4 juillet 1776 : « Independence Day »

Le 4 juillet 1776, à Philadelphie, où ils sont réunis en congrès (en anglais, « Convention »), des représentants des Treize Colonies anglaises d'Amérique du nord proclament leur indépendance dans l'enthousiasme. Cette proclamation est dite unilatérale car elle n'est pas reconnue par la métropole. Elle va déboucher sur une guerre mettant aux prises les Insurgents, minoritaires, et les troupes anglaises renforcées par les colons loyalistes...

La « Declaration of independence » commence par ces mots immortels : « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur... ».

Fête nationale

Dès 1781, le Massachusetts a proclamé l'anniversaire de la Déclaration unilatérale d'indépendance fête nationale ! Mais c'est seulement en 1870 que le Congrès américain en a fait un jour férié et chômé. Depuis lors, cet anniversaire donne lieu partout dans le pays à des feux d'artifice et des festivités de toutes sortes.

suite de l'article
4 juillet 1954 : Le «miracle de Berne»

Le 4 juillet 1954, l'Allemagne remporte contre toute attente la Coupe du Monde de football : c'est le «miracle de Berne» qui rend sa grandeur et sa respectabilité à toute une nation...

suite de l'article
C'est sa fête : Élisabeth

Élisabeth, reine de Portugal, très pieuse, dut supporter les incartades de son mari, Denis. Devenue veuve, elle entra en religion et mourut en 1336.

Naissance
Giuseppe Garibaldi
4 juillet 1807 à Nice - 2 juin 1882 à Caprera (Italie)

Italien né à Nice, Garibaldi est le plus flamboyant des agitateurs du XIXe siècle. Il s’illustre d’abord en défendant l’indépendance de l’Uruguay à la tête de ses légionnaires, les «Chemises rouges». En 1848, il regagne l'Europe en ébullition et se met au service d’une éphémère république romaine.

Au printemps 1860, il débarque avec un millier d’hommes en Sicile. C'est l'«expédition des Mille». Jouant d’audace, il remonte jusqu’à Naples et livre le sud de la péninsule italienne au roi du Piémont-Sardaigne qui peut se faire proclamer roi d’Italie. En 1867, il part à la conquête de la Ville éternelle où réside le pape sous protection française. Mais il est défait à Mentana… En 1871, l'unité italienne étant achevée, Garibaldi met son épée au service des républicains français et s’offre à Dijon une victoire sur les Prussiens.

Voir : Éternel rebelle
Décès
François-René de Chateaubriand
4 septembre 1768 à Saint-Malo - 4 juillet 1848 à Paris

François-René de Chateaubriand en habit de pair de France, par Pierre Delaval, 1828 (musée Chateaubriand)Avec les romans Atala (1801) et René (1802), le vicomte François-René de Chateaubriand apparaît comme le précurseur du romantisme.

C'est aussi le premier des grands hommes de lettres du XIXe siècle à s'engager activement dans la vie politique. Manifestant son soutien au Premier Consul Bonaparte et au Concordat, il publie en 1802 le Génie du christianisme.

Mais il prend ses distances avec Napoléon Bonaparte après l'exécution du duc d'Enghien, se retire à la Vallée-aux-Loups, au sud de Paris. En 1814, il s'érige en champion de la Restauration monarchique. Ministre des Affaires étrangères de Louis XVIII, il prend prétexte d'une insurrection libérale en Espagne pour offrir à l'armée française un succès facile et aux Bourbons une revanche après les humiliations de l'ère révolutionnaire.

L'oeuvre la plus notable qui reste de lui sont les Mémoires d'outre-tombe, écrites en vue d'une publication posthume.

Marie Curie
7 novembre 1867 à Varsovie (Pologne, Russie) - 4 juillet 1934 à Sancellemoz

Avide d’étudier, Marie Sklodowska quitte sa Pologne natale et s’inscrit à la Sorbonne avant d’entamer des recherches à l'École de Physique et Chimie de Paris, où elle rencontre Pierre Curie, son futur mari. Celui-ci, né à Paris le 15 mai 1859, est déjà un savant connu quand il épouse Marie et lui donne son nom.

Le couple a deux filles : Eve et Irène. Il reçoit aussi la moitié du prix Nobel de physique 1903 suite à la découverte d'un nouveau métal, le radium, jusqu'à 3 millions de fois plus radioactif que l'uranium (l'autre moité du prix est attribuée à Henri Becquerel). Mais Pierre, épuisé par ses recherches, meurt prématurément dans un accident de la circulation : son vélo est renversé par une voiture à cheval au débouché du Pont Neuf, à Paris, le 19 avril 1906.

Marie poursuit ses travaux sur la radioactivité Elle met à profit les effets du radium sur les organismes vivants pour soigner les cancers et fonde à Paris l'institut du radium (aujourd'hui institut Curie). Cela lui vaut de recevoir aussi le prix Nobel de chimie en 1911 et d'être ainsi la première personne et l'unique femme à avoir reçu deux prix Nobel.

Pendant la Grande Guerre, elle conçoit des installations mobiles de radiologie pour localiser les éclats d'obus dans le corps des blessés.

Voir : Marie Curie, deux fois Prix Nobel
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Sous quel pseudonyme est plus connu Henri Beyle ?

Réponse
Publicité