Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
Ce jour-là...

Choisissez votre date

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Les Flamands parlent du 2 mai 1345 comme d'un Mauvais lundi. Pourquoi ?

Réponse
Publicité

ça s'est passé un...

28 janvier

Événements
28 janvier 1077 : L'empereur d'Allemagne à Canossa

L'expression «aller à Canossa» signifie que l'on se soumet aux injonctions de l'adversaire. Elle remonte au XIXe siècle, lorsque le chancelier allemand Bismarck, en conflit avec l'Église catholique, lança : «Nous n'irons pas à Canossa !».

Le chancelier rappelait de la sorte une fameuse querelle entre le pape et l'empereur d'Allemagne qui se dénoua le 28 janvier 1077 par une humiliation feinte de ce dernier...

suite de l'article
28 janvier 1798 : Réunion de Mulhouse à la France

Le 28 janvier 1798, les bourgeois de Mulhouse votent la réunion de leur République à la France. La réunion devient effective le 1er mars sous le gouvernement du Directoire.

28 janvier 1871 : Armistice franco-allemand

Le 28 janvier 1871, le gouvernement provisoire de la France signe un armistice avec le roi de Prusse. Celui-ci a été proclamé empereur d'Allemagne une semaine plus tôt, dans la galerie des glaces de Versailles.

La paix est conclue à Francfort le 10 mai suivant, mettant fin à la guerre franco-prussienne...

28 janvier 1878 : Premier central téléphonique

Le 28 janvier 1878 est inauguré le premier central téléphonique. Deux ans à peine après l'invention du téléphone par l'américain Graham Bell, le central est mis en place à New-Haven, dans le Connecticut. Les opératrices desservent 21 abonnés.

28 janvier 1910 : Crue exceptionnelle à Paris

Le 28 janvier 1910, une crue d'exception recouvre le centre de Paris et les bords de la Seine. Le débordement atteint un maximum de 8,62 mètres, du jamais vu dans la capitale. Les dégâts matériels sont très importants. Des milliers d'immeubles et de maisons sont inondés et 200.000 Parisiens sinistrés, mais l'on ne déplore pas de victimes à part un sapeur pompier emporté avec son embarcation.

28 janvier 1924 : Alexandra David-Néel pénètre à Lhassa

Chanteuse lyrique, orientaliste, exploratrice, aventurière, anarchiste, féministe, écrivain, « jétsunema » (« dame-lama »)... Aucun substantif n'est suffisant pour définir Alexandra David-Néel, première Occidentale à pénétrer à Lhassa, au cœur du Tibet interdit, le 28 janvier 1924. Elle a 55 ans...

suite de l'article
28 janvier 1986 : Explosion de Challenger

Le 28 janvier 1986, la navette spatiale Challenger explose en plein vol. Avec sept morts, c'est la première tragédie de taille dans l'histoire de la conquête spatiale. C'est aussi un coup de frein brutal aux projets de la Nasa.

C'est sa fête : Thomas d'Aquin

Né près de Naples en 1225, durant le « beau Moyen Âge », Thomas d'Aquin est éduqué au monastère du Mont-Cassin puis, malgré l'opposition de sa famille, revêt l'habit des Dominicains avant d'étudier la théologie à l'Université de Cologne sous l'autorité d'Albert le Grand puis de l'enseigner lui-même à l'Université de Paris. Massif, d'une énorme puissance de travail et d'un regard d'une extrême douceur, il s'attire de ses condisciples le sobriquet de « boeuf muet ». Mais la postérité conservera celui de « Docteur Angélique ».

De retour en Italie où il fonde l'Université de Milan, il n'a de cesse d'écrire, approfondissant la pensée d'Aristote, révélée à l'Occident par Averroès. Son oeuvre majeure, la Somme théologique, essaie ainsi de concilier la philosophie d'Aristote et la doctrine chrétienne. Elle débouche sur une révolution intellectuelle, la philosophie scolastique, qui réconcilie la raison et la foi au nom de la Vérité.

Thomas d'Aquin meurt d'épuisement le 7 mars 1274, en se rendant au concile de Lyon. Canonisé un demi-siècle plus tard, il sera proclamé Docteur de l'Église en 1567 et plus tard saint patron des écoles et universités catholiques.

À Toulouse, le 22 octobre 1385, l’ordre des Frères Prêcheurs (ou Dominicains), fait de Saint Thomas d’Aquin le saint patron de son église. Cette église magnifique et son couvent attenant doivent leur surnom actuel « église des Jacobins » au couvent parisien de l’ordre des Dominicains, qui était situé dans la rue Saint-Jacques ! C’est là qu’a été enseveli Saint Thomas d’Aquin. À l’époque de la Révolution, sa dépouille a été remisée dans la basilique Saint-Sernin. Elle a repris sa place aux Jacobins le 22 octobre 1974.

Naissances
Henry Morton Stanley
28 janvier 1841 à Dinbych, Pays de Galles (Royaume-Uni) - 10 mai 1904 à Londres (Royaume-Uni)

L'aventurier Henry Stanley  représente la face la plus sombre de la colonisation de l'Afrique. Immoral et dépourvu d'humanité, il a gagné la confiance de ses commanditaires, au premier rang desquels le roi des Belges Léopold II, grâce à ses talents de journaliste et de bonimenteur...

Voir : Un aventurier en Afrique
Nicolas Sarkozy
28 janvier 1955 à Paris

Nicolas Sarkozy, élu président de la République française le 6 mai 2007, est le deuxième enfant de Paul Sarkozy de Nagy-Bocsa, aristocrate hongrois exilé en France et devenu publicitaire, et d'Andrée Mallah, étudiante en droit, plus tard avocate. Le couple se sépare en 1959 après avoir eu trois enfants, l'aîné étant Guillaume et le benjamin François.

Voir : Sarkozy comme Giscard ?
Décès
Charlemagne
2 avril 742 - 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle (Empire d'Occident)

Portrait imaginaire de Charlemagne, par Albert Dürer (XVIe siècle, musée de l'Histoire allemande, Berlin)Le 24 septembre 768, Charles 1er et son frère Carloman succèdent à leur père Pépin le Bref à la tête du « Royaume des Francs » qui s’étend de part et d’autre du Rhin. Après la mort de Carloman, trois ans plus tard, Charles entame une ascension qui lui vaudra le surnom glorieux de Charlemagne (du latin Carolus Magnus, Charles le Grand).

Au terme de quarante-six années de règne, dont 44 à la guerre, il va étendre son royaume de l'Èbre (Espagne) à l'Elbe (Allemagne) avec le souci de restaurer un semblant d'État centré sur sa résidence d'Aix-la-Chapelle (Rhénanie).

Ses compagnons ou comtes quadrillent le territoire. Ils sont l'amorce de la société féodale à venir. Les clercs qui entourent l'empereur consolident quant à eux l'autorité de l'Église, représentée par les évêques. Ils réhabilitent l'usage de l'écrit, avec le latin pour langue véhiculaire.

Toutes ces raisons font à juste titre de Charlemagne (Karl der Grosse en allemand) un personnage majeur de l'Histoire. Il est devenu un mythe en Allemagne comme en France et un exemple pour les conquérants et les bâtisseurs d'empire...

Voir : L'empereur du renouveau occidental
Henri VIII Tudor
28 juin 1491 à Greenwich (Angleterre) - 28 janvier 1547 à Westminster (Angleterre)

Henri VIII monte sur le trône d'Angleterre à 17 ans, le 22 avril 1509. Il succède à son père Henri VII, fondateur de la dynastie des Tudor, en lieu et place de son frère aîné Arthur, mort prématurément.

Pour des motifs conjugaux d'une grande légèreté, le roi, qui jouit d'un pouvoir quasiment absolu, va provoquer une rupture religieuse avec Rome et un schisme sanglant en faisant voter par le Parlement l'Acte de suprématie qui fonde l'Église anglicane. Il est encouragé en cela par ses conseillers Thomas Wolsey, Thomas Cranmer et Thomas Cromwell.

Au total, le roi va se marier successivement avec Catherine d'Aragon, Anne Boleyn, Jeanne (ou Jane) Seymour, Anne de Clèves, Catherine Howard et Catherine Parr.

Voir : Le roi qui respectait trop le mariage
Pierre Séguier
28 mai 1588 à Paris - 28 janvier 1672 à Paris

Pierre Séguier (1588-1672) appartient à une grande famille de magistrats. Il acquiert d'abord la charge de «président à mortier» (magistrat principal) au Parlement de Paris. Il est nommé garde des Sceaux par Louis XIII en 1633, puis chancelier de France en 1635. Résolument fidèle à la monarchie, il se ménage une longue carrière à travers les vicissitudes de la Cour, même s'il lui arrive de s'opposer à Richelieu. Il participe à la création de l'Académie française et c'est chez lui que se tiennent ses premières réunions. Lui-même en deviendra membre et protecteur après la mort de Richelieu.

Le magistrat instruit le procès de Cinq-Mars, coupable de conspiration contre Richelieu. Lors de la Fronde, Mazarin doit lui enlever brièvement la garde des Sceaux pour complaire aux rebelles. Après la prise de pouvoir de Louis XIV, Pierre Séguier instruit avec partialité le procès de Nicolas Fouquet en 1661.

Henri de La Rochejaquelein
30 août 1772 à Châtillon-sur-Sèvre - 28 janvier 1794

En mars 1793, les paysans vendéens se soulèvent contre la Convention parisienne, par haine de la République et de la conscription. Ils s'en vont quérir d'anciens officiers nobles pour les mener au combat.

Parmi ceux-ci, le jeune Henri du Vergier, comte de la Rochejaquelein (20 ans). Ce sous-lieutenant de cavalerie, issu d'une famille de haute noblesse, avertit ceux qui viennent le solliciter : «Allons chercher l'ennemi : si je recule, tuez-moi ; si j'avance, suivez-moi ; si je meurs, vengez-moi».

La Rochejaquelein ne tarde pas à prendre la tête de l'«Armée royale» ainsi improvisée et mène ses troupes de paysans à la victoire. Mais quelques mois plus tard, le 28 janvier 1794, alors qu'il galope dans le bocage vendéen, un tireur embusqué fait feu sur lui et le blesse mortellement.

Voir : Les Vendéens se soulèvent
Maxime Weygand
21 janvier 1867 à Bruxelles (Belgique) - 28 janvier 1965 à Paris

Né de parents inconnus, Maxime Weygand devient le collaborateur de Ferdinand Foch pendant la Grande Guerre. Il prend une part décisive à l'offensive finale de juillet 1918. À la suite de l'offensive allemande de mai 1940, il est rappelé de sa retraite et nommé chef d'état-major général et commandant en chef. Il prend acte alors de la défaite et convainc le gouvernement de conclure un armistice (cela lui vaudra d'être jugé après la guerre).

Voir : Formation du gouvernement Pétain