Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est l'étymologie de Véronique ?

Réponse
Publicité

Pie VII (1740 - 1823)

Un pape face à l'Empereur des Français


Le moine bénédictin Grégoire Barnabé Chiaramonti, proche de sa famille et réputé pour sa douceur et sa bonté, est élu pape le 14 mars 1800 à Venise sous le nom de Pie VII, à 59 ans.

Il succède à Pie VI, lequel avait condamné (avec retard) la Constitution civile du clergé français puis joué un rôle modérateur en Lombardie lors de l'invasion française de 1796. Il était mort en exil à Valence le 29 août 1799 après avoir été arrêté par le général Berthier.

Sous l'influence du cardinal Consalvi, le nouveau pape accueille avec faveur l'offre d'un Concordat le 17 juillet 1802. Cet homme de foi souffre en effet de voir des millions de Français vivre en-dehors de l'Église... Mais il ne tarde pas à découvrir le caractère impérieux de Napoléon lorsque celui-ci lui intime de venir le couronner à Paris. À l'aube du 1er décembre, le mariage religieux de Napoléon et Joséphine est célébré aux Tuileries à la sauvette. Le lendemain, le sacre de Napoléon et Joséphine a lieu à Notre-Dame.

Conciliant sur les questions politiques mais intransigeant sur les principes religieux, Pie VII refuse l'annulation du premier mariage de Jérôme, frère de Napoléon 1er. Celui-ci fait derechef occuper une partie des États pontificaux. Plus grave, le pape refuse d'appliquer le Blocus continental par souci de neutralité. Il doit du coup subir l'occupation de Rome en 1808. Il excommunie Napoléon le 10 juin ce qui lui vaut d'être arrêté par le général Radet le 4 juillet 1809. La situation redevient tragi-comique en février 1810 lorsque Napoléon exige d'annuler son mariage. Seuls les revers militaires de l'empereur assureront la liberté de Pie VII en mars 1814.

Comme afin de clore les excès de la Révolution et du siècle passé, le pape rétablit solennellement la Compagnie de Jésus (les jésuites) le 7 août 1814. Il se montrera généreux envers les Bonaparte déchus et modéré dans le contexte de la Sainte-Alliance qui suit la chute de l'Empire français.

Publié ou mis à jour le : 0000-00-00 00:00:00