Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui appelait-on le chevalier sans peur et sans reproche ?

Réponse
Publicité

Le dictionnaire de l'Histoire

Girondins et Montagnards



 

Les Girondins désignent un groupe parlementaire pendant la Révolution Française ainsi appelé parce que plusieurs de ses membres sont originaires du département de la Gironde. Groupés autour de Brissot et Vergniaud, ils sont dans un premier temps, à l'époque de la Législative, plus connus sous le nom de Brissotins.

Parmi eux figurent Guadet, Buzot, Condorcet, Pétion, Pache, Louvet, Barbaroux ainsi que Roland de la Platière et son épouse, Manon Philipon. Ils sont appelés au gouvernement le 23 mars 1792 par Louis XVI, car, comme le roi mais pour des raisons opposées, ils aspirent à la guerre contre l'Autriche.

Dès 1791, les Girondins, favorables à un régime décentralisé et désireux de stabiliser la Révolution, s'opposent aux Montagnards, ainsi appelés parce qu'ils siègent dans les travées hautes de l'Assemblée législative (la Montagne !). Ils sont menés par Robespierre, Danton, Saint-Just, Marat... et s'appuient sur les sans-culottes parisiens, toujours prêts à déclencher une émeute.

Après la chute de la monarchie (10 août 1792), les Girondins doivent faire face à l'hostilité des Montagnards de la Convention et de la Commune de Paris, qui veulent instaurer la dictature pour sauver les acquis de la Révolution et chasser définitivement les armées étrangères. Ils sont arrêtés le 2 juin 1793 et guillotinés quelques mois plus tard, à l'exception de Jean-Marie Roland qui réussit à s'échapper... mais se donne la mort en apprenant l'exécution de sa femme.

Voir : La Révolution française