Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net
>> Accueil > Enfants sans famille

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

Enfants sans famille

L'adoption, une tradition à éclipses


Revenue au cœur de l'actualité avec la légalisation en France du « mariage pour tous », la pratique de l'adoption a connu bien des variantes avant d'être encadrée par nos lois. Valait-il mieux être adopté à Rome sous César ou dans la campagne normande du XIXe siècle ?

Voici quelques pistes pour réfléchir sur l’adoption et les perspectives ouvertes par les techniques d’assistance médicale à la procréation.

Joséphine Baker et ses enfants, Pix Planet/Globe

Une solidarité ancienne... qui a des limites

Il est bien sûr impossible de dater les premières adoptions. Mais on peut penser que les hommes préhistoriques n'hésitaient pas à prendre en charge les enfants seuls puisqu'ils n'abandonnaient pas leurs vieillards infirmes, comme l'ont démontré des découvertes récentes sur les premiers habitants d'Espagne (500.000 ans av. J.-C.).

Cette solidarité ne pouvait que se tourner également vers les enfants qui représentaient l'avenir.

Il est donc logique que ce thème important pour toute société soit traité dans le tout premier texte de loi, le code d'Hammourabi. Gravé 1750 ans av. J.-C. à Babylone, il stipule par exemple que « Si un homme adopte un fils, et si ensuite celui-ci blesse son père et sa mère nourriciers, alors ce fils adopté doit retourner dans la maison d'où il est venu ». Les petits ingrats étaient prévenus...

Publié ou mis à jour le : 2014-11-09 14:46:00

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

fandeboss (22-02-201310:01:45)

L'histoire permet de faire mémoire des bonnes et des mauvaises choses du passé. Nous sommes dans un siècle ou nous prétendons être évolué faire mémoire de l'adoption ne doit pas être un prétexte pour encourager l'adoption par les homosexuels. Je trouve cet article un peu déplacer et surtout historiquement discutable. qu'il y est eu quelques déviance commis sans aucun doute; mais elle n'était une généralité et surtout pas une imposition juridique qui marquait l'époque et la culture. Cela relevai ... Lire la suite

Gérard Morin (19-02-201313:10:08)

"L'enfant n'est pas un bibelot", disait déjà Maupassant. Que ne dirait-il aujourd'hui?
Mais le sujet est important puisque il est invoqué même dans la Bible. En effet Abraham ne peut avoir d'enfant avec son épouse Sarah. Qu'à cela ne tienne, on demande à la servante Agar de prêter son ventre d'où sortira Ismaël. On n'a décidément rien inventé!
D'autant que Sarah, enfin récompensée de ses efforts, arrive à procréer et, à l'âge de 99 ans, accouche de son premier, Isaac. Inu... Lire la suite

mailah (19-02-201309:44:24)

excellent article, dont le contenu élargit bien le débat....étonnant de voir les mouvements et les évolutions dans la manière d'établir les filiations.....

Philippe Bellan (19-02-201308:23:33)

L'affirmation : "Le Moyen Âge n'est pas tendre pour eux car la seule descendance qui vaille est celle née du mariage." me semble un peu exagérée, du moins dans la "noblesse", pour laquelle nous avons des documents. Les enfants nés hors mariage étaient élevés avec les autres et bénéficiaient quelquefois des titres et propriétés des parents - voir Guillaume de Normandie -. cf le livre de G. Duby Sur le chevalier, la femme et le prêtre.


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.


Si vous n'êtes pas Ami d'Herodote.net, vous pouvez commenter ci-dessous l'article sur facebook.
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quelle est le «bois» le plus cher du monde ?

Réponse
Publicité